Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Espagne: Un cachalot retrouvé échoué avec 29kg de déchets plastiques dans l'estomac

Publié le par Ricard Bruno

 

ANIMAUX N’ayant pas réussi à digérer ces déchets, l’animal a succombé à une péritonite…

Illustration d'un cachalot.

Illustration d'un cachalot.

Consternation en Espagne. Vingt-neuf kilos de déchets plastiques ont été découverts dans l’estomac d’un cachalot retrouvé échoué à la fin du mois de février sur la côte Sud de la péninsule ibérique, à Cabo de Palos, dans la région de Murcie, rapporte Reuters.

L’autopsie de cet animal de 10 mètres de long et d’environ 6 tonnes a révélé qu’il était mort d’une péritonite, c’est-à-dire une inflammation de l’estomac. Dans son ventre, les scientifiques ont découvert avec consternation entre autres un jerricane, un monceau de sacs en plastique ainsi que des filets de pêche.

Cachalote varado basura encontrada en su aparato digestivo

Les déchets plastiques, une menace de taille

Une officielle espagnole en charge de l’environnement du gouvernement autonome de Murcie a indiqué au quotidien The Telegraph que la présence de sacs plastiques dans les océans est devenue l’une des principales menaces pour le monde marin, qui se retrouvent piégés par ces déchets ou bien meurent en les avalant. Une campagne de sensibilisation a donc été lancée.

Le cachalot, qui se nourrit essentiellement de calamars, fait partie des espèces menacées de disparition. Il s’agit de l’animal qui possède le plus grand cerveau et son espérance de vie peut atteindre 70 ans.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Info Journal n°104 du 1er trimestre 2018 Fondation Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

Info journal n°104 du 1er trimestre 2018

Info journal n°104 du 1er trimestre 2018

Info journal junior n°54 du 1er trimestre 2018

Info journal junior n°54 du 1er trimestre 2018

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot...tout simplement...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot...tout simplement...
Partager cet article
Repost0

Les vaches rescapées de Saint-Vit sont parties en Normandie...

Publié le par Ricard Bruno

Plus d’une soixantaine de vaches, les rescapées du désastre de Saint-Vit en décembre, ont été chargées pour la Normandie, ce vendredi matin, à l’endroit où elles avaient été placées trois mois durant pour être nourries et soignées.

C’est la fin de la quarantaine pour la soixantaine de vaches survivantes de Saint-Vit. Dès samedi, elles profiteront, à vie, de leur nouveau refuge normand.

C’est la fin de la quarantaine pour la soixantaine de vaches survivantes de Saint-Vit. Dès samedi, elles profiteront, à vie, de leur nouveau refuge normand.

Les survivantes du cheptel de Saint-Vit, découvertes affamées en décembre dernier , ont rejoint leur nouveau refuge en Normandie ce vendredi. La Fondation Brigitte Bardot (FBB), alertée par Rolande Bouvard, l’une de ses adhérentes, en est devenue propriétaire définitif après une décision de justice. Malheureusement, les quelque 200 autres vaches ont connu un sort beaucoup plus funeste. Une partie, jugée trop affaiblie, a été euthanasiée. L’autre avait encore une valeur marchande, selon le syndicat des éleveurs. Elles ont été dirigées vers l’abattoir.

Trois mois après, la soixantaine de bovins, limousines et charolais confondus, a été retapée et soignée dans un tranquille Gaec des environs de Clerval, moyennant une pension et autres frais en découlant d’environ 60 000 € en tout, à la charge entière de la Fondation. « Les articles de l’Est Républicain ont généré un énorme élan solidaire de la part des Doubiens et des Francs-Comtois en général », se réjouit Romy Turpin, responsable juridique de la FBB.

Vers une retraite paisible

« Les dons reçus nous ont permis de couvrir presque entièrement les frais. Je tiens particulièrement à souligner l’engagement à nos côtés de Virgile Cuenot et de Sébastien Terraz, associés du Gaec de la Combe, qui nous ont aidés à abriter ces vaches le temps de leur convalescence. Enfin, les services vétérinaires (DSV) de la préfecture du Doubs nous ont grandement facilité la tâche en mettant en ordre tous les papiers sanitaires et d’identité. »

Des vaches et des veaux sont morts après leur arrivée dans leur pension provisoire. Les pauvres bêtes ont subi le contrecoup de longues privations. D’autres, déjà gestantes, ont vêlé. Par conséquent, leur nombre est resté stable. Tous les bovins ont été vaccinés, les prises de sang effectuées. La DSV a donné son feu vert pour leur départ la semaine dernière. La FBB s’est organisée en conséquence. Deux semi-remorques spécialement aménagés sont arrivés ce vendredi matin. Les bêtes ont été chargées progressivement, les veaux mis à l’abri, non loin de leurs mères, pour ne pas être piétinés par les adultes lors du voyage.

Elles sont calmes, comme si elles sentaient que leur vie, désormais, sera sereine. Après plus de 7 heures de voyage, elles couleront une retraite paisible dans leur nouveau refuge de l’Orne, en Normandie.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Mobilisation ce samedi contre la porcherie à Escoubès

Publié le par Ricard Bruno

La mobilisation contre le projet de porcherie industrielle est active depuis plusieurs mois.

La mobilisation contre le projet de porcherie industrielle est active depuis plusieurs mois.

Une manifestation est prévue ce samedi matin à Escoubès pour dénoncer le projet de porcherie.

Suite à la mobilisation de riverains contre un projet d’élevage porcin à Escoubès, une manifestation est prévue ce samedi matin dans le village.

Les riverains ont décidé de se réunir à 10 h 30 pour dire leur opposition à un projet qu’ils estiment disproportionné et qu’ils craignent polluant pour les nappes phréatiques, notamment à cause des épandages de lisiers, mais aussi gênant en termes de circulation de camions.

 
A cette mobilisation viendront se greffer des militants d’Europe Ecologie-Les Verts, mais aussi la Fondation Brigitte Bardot et la Confédération paysanne, qui ont prévu de rejoindre le cortège à 11 heures.« Ce sont deux coopératives (FIPSO et Euralis) qui mettent en place cette porcherie.On annonce 20 000 porcs, c’est énorme, du point de vue de la condition animale, et c’est raté pour l’agriculture paysanne », estimait hier Eurydice Bled, porte-parole d’EELV Béarn.

Le projet, dont nous avions parlé en janvier dernier, vient se greffer à une maternité existante, qui fournissait plusieurs élevages environnants.Mais les éleveurs partant à la retraite, l’agriculteur porteur du projet souhaite désormais engraisser les porcs sur place.
Partager cet article
Repost0

Lévrier maltraitée en Espagne, Lola découvre sa nouvelle vie à Reims...

Publié le par Ricard Bruno

« Les premiers jours, elle me suivait partout et ne dormait que d’un œil », raconte Dominique, ravie d’avoir fait entrer Lola dans sa vie. « Ça va beaucoup mieux. C’est un amour. » - Christian Lantenois

« Les premiers jours, elle me suivait partout et ne dormait que d’un œil », raconte Dominique, ravie d’avoir fait entrer Lola dans sa vie. « Ça va beaucoup mieux. C’est un amour. » - Christian Lantenois

Maltraitée comme des milliers de lévriers galgos dans le sud de l’Espagne, la douce Lola vient d’arriver à Reims chez Dominique. Âgée de 9 ans, la chienne réapprend à vivre.

Dominique ne connaît rien de l’ancienne vie de Lola, la lévrier galgo qu’elle vient d’adopter. Sa nouvelle compagne à quatre pattes n’avait même pas de nom jusqu’à ce qu’elle atterrisse dans un refuge espagnol il y a quelques semaines. D’après la date de naissance délivrée par l’individu qui l’a abandonnée, elle serait âgée de 9 ans. Ce que la Rémoise sait, en revanche, c’est que ces chiens « servent d’outil de chasse dans les provinces du sud de l’Espagne. Ils ne sont pas du tout reconnus comme des animaux qui souffrent ».

Source et suite de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

LAURENCE PARISOT: "BRIGITTE N'EST QU'AMOUR"

Publié le par Ricard Bruno

LAURENCE PARISOT: "BRIGITTE N'EST QU'AMOUR"

Laurence Parisot, Vice-Présidente de la Fondation Brigitte Bardot:

"Brigitte n'est qu'Amour!"


L'ancienne patronne du MEDEF Laurence Parisot rejoint la Fondation Bardot et s'engage de plus en plus activement pour une cause qu'elle a toujours défendue: La Cause Animale, qu'elle définit comme une question de civilisation. Elle sera au RDV de notre "Les conversations secrètes d'Agnès" consacrée à l'Humanité Animale, fin avril. 
Agnès Bouquet

Vidéo et source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Cette déclaration de la Ministre de la Culture scandalise les défenseurs des animaux !

Publié le par Ricard Bruno

Le 29 mars dernier, la Ministre de la Culture Françoise Nyssen a présenté son futur plan d’investissement nommé « La culture près de chez vous », qui prévoit une meilleure répartition de l’accès à la culture sur le territoire français. Mais dans ce plan, une mesure fait particulièrement bondir les amis des animaux : un projet de financement des cirques traditionnels… Jeudi 29 mars au matin, la Ministre de la Culture Françoise Nyssen a présenté, à La Villette, un plan d’action en faveur des territoires culturels prioritaires, en présence de nombreux acteurs du monde de la culture comme l’administrateur général de la Comédie française ou le directeur de la Philharmonie de Paris.

Si dans l’ensemble, le plan de la Ministre de la Culture n’a pas étonné ni surpris en mal les observateurs de la vie politique française, une mesure précisée dans ce vaste plan de financement n’a pas manqué de faire bondir les défenseurs de la cause animale. La raison de ce tollé dans les associations de protection des animaux ? Une simple ligne, courte, mais pourtant très lourde de sens. Dans le plan budgétaire établi par Françoise Nyssen, on trouve en effet un plan de soutien de 500 000 euros au cirque traditionnel… Soutenir la captivité ?  Une intention qui peut surprendre, quand on sait que l’opinion publique se montre de plus en plus réticente à se rendre sous les chapiteaux mettant en scène des animaux sauvages sautant à travers un cerceau enflammé ou se dressant sur leurs pattes arrière. De nombreuses associations, comme la Fondation Brigitte Bardot ou l’ONG One Voice, dénoncent régulièrement des cas de maltraitance avérés dans les cirques itinérants de France et contribuent à alerter les consciences sur le fait que la place d’un tigre n’est pas sur une scène de spectacle mais dans son milieu naturel. À contre-courant  Cette déclaration de la Ministre de la Culture peut être considérée comme un vrai coup dur pour les défenseurs de la cause animale, alors qu’un peu partout en Europe, les pays interdisent les uns après les autres les cirques avec animaux sauvages. Le pionnier en la matière fut le Danemark qui, en 1991, a interdit la présence d’acrobates à 4 pattes dans les cirques. Au cours des deux dernières décennies, d’autres pays lui ont emboîté le pas : Suède, Finlande, Estonie, Irlande, Portugal, Italie, Slovénie, Autriche, Hongrie, Pays-Bas, Belgique, Grèce, Malte, Croatie, Roumanie, Lettonie, Bulgarie et Chypre. Quant à l'Angleterre, une loi doit prochainement être votée. La tendance semble donc clairement à l’interdiction, à une évolution des mentalités et à un plus grand respect du monde animal. Freiner l'inéluctable ?  Néanmoins, il y a des chances que cette mesure présentée par Françoise Nyssen ne soit qu’une goutte dans l’océan, un effet d’annonce. En effet, la somme annoncée dans le plan de la ministre est de 500 000 euros. Un montant assez faible s’il se trouve réparti parmi tous les cirques itinérants encore en activité en France et gardant des animaux en captivité. Il n’empêche, cette mesure demeure une marque de soutien, qui n’est plus au goût de tous.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Marilyn, Coco, B.B... dans l'objectif de Douglas Kirkland

Publié le par Ricard Bruno

Audrey Hepburn, Brigitte Bardot, Marilyn Monroe... Douglas Kirkland a photographié les plus grandes stars du 7e art pendant un demi-siècle. Une rétrospective lui est consacrée à la galerie GADCOLLECTION, du 24 mai au 27 juin 2018.

Tout ce qui brille, Douglas Kirkland le capture. De Audrey Hepburn à Coco Chanel en passant par Elizabeth Taylor, Brigitte Bardot et Nicole Kidman, le célèbre portraitiste photographie les stars de Hollywood à leur apogée. Ces clichés seront exposés à la galerie GADCOLLECTION, du 24 mai au 27 juin 2018, à Paris. Si le photographe a réussi à se nicher dans le showbiz, c'est grâce à sa détermination. Enfant, il s'extasie devant les photographies du prestigieux magazine Life. A 14 ans, il commence à travailler en tant que photographe de soirées. Cette fascination pour les stars, il la partage avec son mentor, Irving Penn, pour qui il devient assistant. Il prend son indépendance chez Look. Ce magazine est son sésame pour accéder aux coulisses du 7e art et de la mode. Telle une Odyssée vers la gloire, il devient le photographe officiel des studios qui le sollicitent pour documenter les tournages. Douglas Kirkland savoure et ne perd pas une miette du spectacle qui s'offre à lui. A contempler sans modération. 

  • Où ? Galerie GADCOLLECTION - 4 Rue du Pont Louis Philippe 75004 Paris
  • Quand ? Du 24 mai au 27 juin 2018 
  • Plus d'infos sur : www.gadcollection.com

Le plus du blog Brigitte Bardot

 

DOUGLAS KIRKLAND

BIOGRAPHIES

 

Douglas KIRKLAND nait en 1934 à Toronto. Enfant, la photographie l’émerveille. Sa famille et ses proches deviennent ses premiers modèles. Douglas KIRKLAND ignore alors que durant les prochaines années, les plus grandes célébrités passeront devant son appareil photo.

À ses débuts, Douglas KIRKLAND travaille dans un petit studio de photo, à Richmond en Virginie. Par l’entremise de ses rencontres, il prend connaissance des photographies d’Irving PENN. C’est une révélation. Douglas KIRKLAND est fasciné, envoie plusieurs lettres au célèbre photographe et parvient à devenir son assistant. Il apprend vite mais la paye de misère ne suffit pas et Irving PENN refuse de l’augmenter. Nous sommes en 1957, Douglas se donne un an pour se tailler une place de photographe sur la scène Newyorkaise. Le chemin va être un peu plus long. Il crée peu à peu son portfolio en collaborant avec de petites publications. Puis, Douglas KIRKLAND arrive chez LOOK magazine, apprend le français au contact de Coco CHANEL et, en juin 1961, il est chargé de photographier Elizabeth TAYLOR.

Elizabeth TAYLOR avait accepté une interview avec LOOK, pas une séance de photos. Le jeune Douglas KIRKLAND lui explique ce que représente, pour lui, la possibilité de la prendre en photo. Elle lui donne son accord et, par la même, propulse sa carrière. Au cours de l’année 1961, Douglas KIKRLAND photographie Marilyn MONROE. La séance se déroule autour d’un immense lit, d’une bouteille de champagne et d’un disque de Frank SINATRA. Les magnifiques images aux tons pastel laissent entrevoir la bonne entente qui régnait lors de la séance. « Elle était loin du cliché de la superstar. Elle riait facilement et restait accessible » explique Douglas KIRKLAND lors d’une interview pour CBS.

Douglas KIRKLAND devient le photographe des stars

Charlie CHAPLIN, Audrey HEPBURN, Jack NICHOLSON, John TRAVOLTA, Michael JACKSON, Brigitte BARDOT, Andy WARHOL ou Marilyn MONROE font partie des nombreuses personnalités dont il a tiré le portrait. S’il photographie acteurs et réalisateurs dans l’intimité du studio, Douglas KIRKLAND s’illustre également sur les plateaux de tournages : 2001 l'Odyssée de l'espace, Le Choix de Sophie, Out of Africa, Butch Cassidy et le Kid, Romancing the Stone, Titanic, Gatsby le Magnifiqueou Moulin Rouge, sont autant de films pour lesquels il photographie. Ainsi, les archives photographiques de Douglas KIRKLAND donnent à voir les multiples facettes du monde du cinéma.

Le travail de Douglas KIRKLAND s’étend à d’autres sujets. Il fait la part belle au portrait mais traite aussi du paysage, dans le cadre de ses reportages ou de ses travaux personnels. Douglas KIRKLAND a également enseigné à l'Institution Smithsonian, au Conservatoire AFI à Hawaii et Los Angeles, l'Art Center College of Design de Pasadena ainsi que les Centres Kodak de Hong Kong, Singapour et Taiwan. L’ensemble de sa carrière lui a valu une large reconnaissance. Il continue à photographier le monde du cinéma et à mener à bien ses propres projets, dont un travail sur ses archives pour la publication future d’un ouvrage de photographie noir et blanc : “When We Were Young”.

L'interview (en anglais) de Douglas KIRKLAND à propos de sa séance de photo avec Marilyn :

 

 

 

Partager cet article
Repost0