Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'éléphante Maya, victime de maltraitance? Le PDG de Vente-privée s'inquiète

Publié le par Ricard Bruno

L'éléphante Maya, victime de maltraitance? Le PDG de Vente-privée s'inquiète

Le patron de Vente-privee.com affiche le portrait de Maya sur la façade de sa société. Il veut qu'elle quitte son cirque pour un sanctuaire.

Son corps voûté s'affiche sur plus de 100 m² sur l'immense façade de l'entreprise Vente- privee.com à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pour émouvoir les automobilistes qui empruntent l'A 86 et l'A 1. Maya, une éléphante de 49 ans, se trouve en ce moment à Saumur (Maine-et-Loire) avec son cirque de la Piste d'or, et son état inquiète l'association de défense des animaux OneVoice.

« Sa maigreur fait peur à voir, explique Muriel Arnal, présidente de l'ONG. Maya fait des grands gestes de trompe comme si elle encensait son enclos, un signe classique de dépression chez les pachydermes. De nombreuses plaies lui couvrent la tête et les épaules. Il y a urgence, elle est en danger de mort. »

Jacques-Antoine Granjon, le PDG de Vente-privee.com, convaincu de la cause animale, prête ses murs jusqu'à dimanche pour sensibiliser sur le sort de ce grand mammifère : « Très malade, elle est encore forcée de vivre sur les routes, dans un camion, et de participer aux spectacles de cirque. Des projets de sanctuaires existent pour accueillir les animaux », signale le patron. L'objectif est en effet de sortir l'animal de 5 t de son petit enclos pour l'envoyer à l'Elephant Haven, sorte de maison de retraite pour éléphants en cours de construction dans le Limousin.

Pour le patron du cirque, « Maya fait partie de la famille »

« Comment peut-on nous accuser de maltraitance, s'étrangle Ralph Falck, le patron du cirque. Maya dressée par mon grand-père, avait 15 ans quand je suis né, elle fait partie de ma famille ! Par ailleurs, des vétérinaires passent contrôler nos animaux quinze à vingt fois par an, ils n'ont rien trouvé à redire. » Il promet d'attaquer l'association qui le « harcèle » en retour.

Le cas de l'éléphante Maya illustre le bras de fer de plus en plus serré entre professionnels du cirque et ONG. En France, 250 chapiteaux présentent encore des numéros de dressage, le plus souvent avec des chevaux, tigres, lions, lamas, singes, mais aussi quelques éléphants. Nos voisins européens, l'Irlande, l'Italie, l'Autriche, la Grèce, la Finlande par exemple, ont banni les animaux sauvages de leurs pistes aux étoiles.

Nicolas Hulot, qui a rappelé cet été être défavorable au maintien des animaux en cage, a mis en place une Commission bien-être animal qui étudie ces questions et fait paniquer les directeurs de cirque. En attendant, dans l'Hexagone, à défaut d'interdiction nationale, on estime aujourd'hui à 60 le nombre de communes françaises ayant signé des arrêtés municipaux interdisant les numéros d'animaux sauvages, dont 13 de plus de 20 000 habitants. Elles n'étaient qu'une trentaine début 2016 et moins d'une dizaine en 2012. Pour accélérer le mouvement, Pamela Anderson, ambassadrice de l'association Peta, a envoyé mercredi une lettre aux 36 000 maires de France pour qu'ils interdisent l'accès de leurs places aux cirques avec des lions, des tigres ou des éléphants.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

La colère gronde après l’euthanasie de ces 163 singes malgré des solutions proposées par les associations

Publié le par Ricard Bruno

La colère gronde après l’euthanasie de ces 163 singes malgré des solutions proposées par les associations

Le 19 mai 2017, la préfecture des Landes avait ordonné l’euthanasie de 163 primates, hébergés au zoo La Pinède des Singes, placé en redressement judiciaire en avril 2016 et fermé depuis. Pourtant, des solutions avaient été proposées par la Fondation 30 Millions d’amis et la Fondation Brigitte Bardot, afin d’éviter un tel massacre.

La préfecture des Landes avait invoqué des raisons sanitaires, craignant une contamination de l’homme par l’herpès B, dont étaient porteurs les primates. Les autorités ont pris cette décision de manière unilatérale, sans prévenir les associations ni prendre en considération les solutions proposées, tout en allant à l’encontre du rapport de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire), demandé en avril 2017 par cette même préfecture.

La colère gronde après l’euthanasie de ces 163 singes malgré des solutions proposées par les associations

Aujourd’hui, les associations s’interrogent sur la légitimité et surtout l’utilité d’une telle décision. En effet, comme l’explique la Fondation 30 Millions d’Amis, les macaques de Java sont en très grande majorité porteur de ce virus, et la contamination à l’homme, qui intervient après un contact direct, par morsure ou griffure, reste malgré tout très rare. Ces constatations sont appuyées par le rapport de l’Anses, qui précise qu’aucune contamination n’a eu lieu à l’échelle des zoos du monde entier. C’est avant tout dans les laboratoires que la transmission se fait, via des Macaques crabiers et non rhésus.

La colère gronde après l’euthanasie de ces 163 singes malgré des solutions proposées par les associations

Autant de constatations qui laissent un goût amer aux défenseurs des animaux, ainsi qu’une impression de grand gâchis. Plusieurs sanctuaires s’étaient déjà proposés pour accueillir les primates. Seuls deux singes ont pu être sauvés, Miguel et Junior. Ils ont été transférés au refuge de l’Arche, en Mayenne, grâce à la Fondation 30 Millions d’Amis, le 9 octobre 2017. Encore en quarantaine, ils pourront rejoindre leur enclos une fois les examens vétérinaires terminés, dans deux mois.

Reha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis, conclut, avec tristesse :

 

Le principe de précaution, mal appréhendé par les autorités a conduit à l’extermination de toute une population d’animaux ! C’est très triste d’autant plus que les associations de protection animale ont tout fait pour tenter de dissuader les services sanitaires, mais en vain. Alors longue vie à Junior et Miguel qui nous rappelleront toujours l’injustice perpétrée contre leurs congénères.

Source : Fondation 30 millions d'amis...

Partager cet article
Repost0

Enquête ouverte après la découverte d'un charnier de chiens de chasse en Isère

Publié le par Ricard Bruno

Les vols de chiens de chasse se multiplient aussi dans l’Ain.

Les vols de chiens de chasse se multiplient aussi dans l’Ain.

Plusieurs animaux ont été découverts enterrés dans un bois. Ces bêtes, très convoitées, sont parfois volées pour être revendues. Une enquête a été ouverte par la gendarmerie de Vercieu-Montalieu (Isère).

Un charnier de six chiens, mutilés à l'oreille là où se trouve leur identification, a été découvert dans un bois, ce week-end, par un promeneur dans le nord de l'Isère. Une enquête de gendarmerie a été ouverte par la brigade de Vercieu-Montalieu pour découverte de « cadavres d'animaux et abandons ». Une certitude: les vols de chiens de chasse se multiplient et la revente de ces canins de valeur alimente des réseaux.

Dans le département voisin de l'Ain, plusieurs vols ont été signalés depuis l'ouverture de la saison. « Il faudra tout d'abord déterminer le mode opératoire de la mise à mort de ces chiens, savoir s'il y a eu des mutilations ou s'il s'agit d'un chenil qui s'est débarrassé de ces bêtes », dit-on à la gendarmerie. Il y avait cependant, selon les premiers éléments de l'enquête, au moins deux jack russell, un griffon, un griffon terrier, un bouvier, sans doute, et un bleu de Gascogne, tous des chiens de chasse. Un vétérinaire doit examiner les bêtes, très probablement abattues par balles de petit calibre.

« Il peut aussi s'agir de règlements de comptes dans le milieu de la chasse. Il est déjà arrivé que des chasseurs en volent d'autres. L'enquête ne fait que débuter. Il est aussi possible que ces chiens n'aient pas trouvé preneur lors d'une revente sauvage », détaille la gendarmerie, confrontée à l'absence de dépôts de plainte de la part de chasseurs. « Ils oublient souvent de faire identifier ou pucer leur chien et considèrent qu'un animal peut s'égarer après une battue, ce qui peut être le cas dans les meutes », souligne Christophe Marie, le porte-parole de la fondation de défense des animaux Brigitte Bardot. « Mais le commerce de chiens et leur revente est un marché qui existe bel et bien. Un marché souvent destiné à l'étranger », constate encore la Fondation Brigitte Bardot.

Revendus jusqu'à 2 500 €

La fédération de chasse de la Corse-du-Sud a pris conscience du problème. Elle a mis en place sur son site, dès 2009, un portail permettant de signaler les disparitions des chiens de chasse et d'indiquer leur numéro de tatouage. « Le seul moyen de lutter contre ces trafics est l'identification », affirme la fédération, qui mise sur « la traçabilité » des animaux. Un bon rapporteur de gibier, par exemple, peut se négocier entre 1 500 et 2 500 €. Et les passionnés sont prêts à mettre le prix. Plusieurs fédérations de chasse ont constaté que des chiens de qualité volés en France se sont retrouvés dans des filières de reproduction vers les pays du Maghreb.

« Oui, on vole les chiens de chasse ! L'animal n'est plus qu'une marchandise comme une autre. Il y a aussi ces pseudo-chasseurs itinérants qui agissent sur les terrains communaux quelques heures. Ils n'hésitent pas à voler des chiens : ils les gardent, les revendent ou, s'il n'y a pas preneur, les bêtes sont éliminées », s'emporte Joël, 56 ans, informaticien, quarante ans de chasse derrière lui dans la Creuse et le Val-d'Oise qui prône la systématisation de l'identification génétique : « Un chien, c'est comme un enfant, il a besoin de vous tout le temps. »

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot sur #BalanceTonPorc : "C'est insultant pour ces pauvres porcs"...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot sur #BalanceTonPorc : "C'est insultant pour ces pauvres porcs"...
Brigitte Bardot sur #BalanceTonPorc : "C'est insultant pour ces pauvres porcs"...Brigitte Bardot sur #BalanceTonPorc : "C'est insultant pour ces pauvres porcs"...
Brigitte Bardot sur #BalanceTonPorc : "C'est insultant pour ces pauvres porcs"...

Dans une interview accordée à l'Obs, en kiosque ce 23 novembre, à l'occasion de la sortie de son livre "Moi je joue", Brigitte Bardot est revenue sur le hashtag #BalanceTonPorc et n'a pas été tendre. 

Brigitte Bardot a un avis bien arrêté sur le hashtag #BalanceTonPorc, qui a surgi sur les réseaux sociaux et qui a permis à de nombreuses femmes de confier qu'elles avaient été victimes d'agression ou de harcèlement sexuel. Interviewée par l'Obs, en kiosque ce 23 novembre, à l'occasion de la sortie de son livre Moi je joue (Ed. Flammarion), l'icône du cinéma français est revenue sur ce hashtag et n'a pas été très tendre.

Lorsqu'on lui demande son avis sur ce hashtag, "BB" répond : "Je trouve que le terme employé est insultant pour les pauvres porcs. Ensuite, y'en a marre de tous les scandales qui défraient la chronique." Clair, net et précis. Brigitte Bardot ne s'est pas exprimée publiquement suite aux nombreux scandales qui ont éclaté dans le monde du cinéma après les révélations sur le producteur Harvey Weinstein.

"J'ai toujours préféré la droite"

Brigitte Bardot ne s'est jamais cachée d'être très proche du Front national et de Marine Le Pen, ce qui pourrait étonner tant elle a été l'une des figures de l'émancipation des femmes. Elle explique : "J'ai été élevée dans une famille de droite. J'ai toujours préféré la droite à la gauche - qui se dit sinistra en italien, elle porte bien son nom !"

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot : «Gainsbourg me séduisait plus que ses chansons»

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot et Serge Gainsbourg lors dela sortie de «Bonnie and Clyde», en 1967 à Paris.

Brigitte Bardot et Serge Gainsbourg lors dela sortie de «Bonnie and Clyde», en 1967 à Paris.

INTERVIEW - Le sex-symbol français des années 1960 a chanté pour s'amuser et certains de ses titres sont devenus des classiques. L'auteur de Je t'aime moi non plus lui a écrit ses plus beaux airs.

Riche de 76 titres, la carrière de chanteuse du sex-symbol français des années 1960 a donné naissance à plusieurs classiques, de La Madrague à Harley Davidson. Retirée de la vie publique, Brigitte Bardot a participé à un ouvrage qui recense ses différentes participations discographiques. L'occasion d'évoquer avec nous des souvenirs joyeux pour elle.

LE FIGARO. - Moi je joue est le premier livre qui se penche sur votre parcours de chanteuse…

Brigitte BARDOT. - Ça a été une surprise pour moi! François Bagnaud a organisé cela. J'en suis très heureuse! Ça m'a permis de sortir de l'ambiance actuelle. J'ai adoré l'exercice.

Avez-vous le sentiment d'être peu reconnue en tant que chanteuse?

Brigitte chanteuse, ce n'était pas très connu. Ce n'était pas mon métier: je chantais pour m'amuser, me distraire, me détendre. J'ai toujours fait ça pour moi avant tout. Il y a quelques très belles chansons dans le lot.

Aimez-vous votre voix?

«J'ai chanté comme j'ai joué la comédie: intuitivement»

Brigitte Bardot

Je l'ai perdue, mais, quand je l'avais encore, je la trouvais drôlement bien. Je ne l'ai jamais travaillée, vous pensez bien. C'est Jean-Max Rivière qui a eu l'idée de me faire chanter Sidonie et La Madrague. Je pensais ne pas être capable de chanter, mais j'y suis arrivée. Je l'ai fait ...

Suite et source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Après l’affaire du cerf tué dans un jardin, ils chassent de nouveau à Compiègne

Publié le par Ricard Bruno

Retour en forêt de l’équipage la Futaie des amis qui s’est abstenu d’y chasser depuis l’incident du 21 octobre. Des plaintes pour « acte de cruauté » sont examinées.

Le veneur Alain Drach et l’équipage la Futaie des amis ont repris les parties de chasse en forêt de Compiègne.

Le veneur Alain Drach et l’équipage la Futaie des amis ont repris les parties de chasse en forêt de Compiègne.

LES FAITS

Samedi 21 octobre : un cerf est abattu dans un jardin à Lacroix-Saint-Ouen (60), par Alain Drach, maître de l’équipage la Futaie des amis.

Mercredi 25 octobre  : la Société de vénerie reproche des « négligences » à l’équipage compiégnois. « Ce manquement porte préjudice à l’image de la vénerie », juge l’association cynégétique, qui demande aux équipages de cerf de suspendre les chasses en forêt de Compiègne pendant un mois.

Lundi 30 octobre : La SPA porte plainte pour « acte de cruauté » auprès du tribunal de grande instance de Compiègne, à l’encontre d’Alain Drach. La pétition de 30 Millions d’amis, contre la chasse à courre, compte alors 94 000 signatures.

Mercredi 22 novembre  : Une partie de chasse est organisée par l’équipage La Futaie des amis, à nouveau en forêt de Compiègne.

-----------------------------

«  À la chasse ? J’y suis  », annonce ce matin Alain Drach. Au téléphone, on entend derrière lui les aboiements de la meute de l’équipage la Futaie des amis.

Ce veneur compiégnois qui avait abattu un cerf dans un jardin à Lacroix-Saint-Ouen s’était engagé à ne pas chasser en forêt de Compiègne durant un mois. «  L’incident date du 21 octobre. Un mois après, on y est  », calcule le chasseur.

Les activistes AVA, Abolissons la vénerie aujourd’hui, s’en étranglent. «  La sanction de la Société de vénerie a été prise le 26 octobre, pas le 21 ! Cette reprise des parties de chasse n’est que le point d’orgue d’un mois ubuesque : Alain Drach a été vu avec l’équipage Rallye nomade (qui chasse dans le massif Coucy-Basse et Saint-Gobain) ; sa sœur à Villers-Cotterêt ; l’équipage de Rivecourt a été vu en forêt de Compiègne le samedi 28 octobre…  », s’agace Stéphane Mercier.

« Établir des zones de non-chasse, c’est infaisable »

Et ce militant de commenter : «  Les décisions de la Société de vénerie n’ont pas été respectées. Elles n’ont de toute façon été prises que pour éviter que la justice ne s’en mêle, pour calmer les gens…  » Cet opposant à la chasse à courre est convaincu que le mécontentement de la population est toujours vif.

Pour la Société de Vénerie, tout est en ordre. Alain Drach a été à nouveau entendu mercredi 15 novembre par une commission composée de cinq maîtres d’équipage. «  Il devait présenter des mesures de nature à restaurer la confiance ; ce qu’il a fait  », assure son porte-parole, Pierre de Boisguilbert.

Quelles dispositions pour sanctuariser les villages forestiers ? «  C’est exclu. Établir des zones de non-chasse, c’est infaisable. C’est une idée qui a fait bondir la Fédération nationale de chasse  », réplique Alain Drach.

Un commentaire qui fait grincer des dents la Société de Vénerie. L’association cynégétique ne s’en est pas moins montrée conciliante. La mise a pied d’Alain Drach a été raccourcie : il pourra reprendre sa charge de maître d’équipage le 1er février, sans attendre la fin de la saison, le 31 mars.

Entre-temps, sa sœur Bettina Caignault reprend le fouet. «  Nous sommes une bande de copains. Peu importe qui a le brassard de capitaine ou qui joue à l’arrière gauche  », commente, amusé, le veneur, toujours aussi droit dans ses bottes.

Trois plaintes déposées

 

La Société protectrice des animaux (SPA), la fondation Brigitte Bardot et One voice, trois institutions de la cause animale, ont déposé plainte auprès du tribunal de Compiègne. « Ce dossier cumule les infractions », estime Natacha Harry, présidente de la SPA. « Le 21 octobre, les conditions de chasse n’étaient pas réunies : les chasseurs ont pénétré dans Lacroix-Saint-Ouen, où le maire avait pris un arrêté interdisant la chasse à courre ; ils ne pouvaient pas invoquer le droit de suite puisque le cerf n’était ni blessé, ni mourant. L’animal, qui a été frappé à coups de fouet, aurait très bien pu être relâché. » Au-delà de cet incident de chasse, la SPA plaide pour l’interdiction de la chasse à courre en France, comme en Allemagne ou au Royaume-Uni. « C’est une pratique anachronique ; l’animal est poursuivi durant des kilomètres, jusqu’à l’épuisement. Il connaît un stress absolu, avec derrière lui une meute de chiens. » Aussi la plainte a été déposée pour « acte de cruauté ». Un délit passible de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende, plaidé jusque-là pour des animaux domestiques. La procureur de Compiègne, Virginie Girard, a décidé « un départ à l’enquête pour chaque infraction suspectible d’être relevée ».

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Partager cet article
Repost0

Interview exclusive de Brigitte Bardot sur TV5 Monde novembre 2017, interview avec la 1ère et 2ème partie...

Publié le par Ricard Bruno

Interview exclusive de Brigitte Bardot sur TV5 Monde novembre 2017, interview avec la 1ère et 2ème partie...

Partager cet article
Repost0

Meaux : Jean-François Copé annule la venue d’un ours vivant à la Foire gourmande

Publié le par Ricard Bruno

Illustration. Le maire de Meaux, Jean-François Copé a fait marche arrière ce lundi. Il n’y aura donc pas d’ours pour les festivités de Noël.

Illustration. Le maire de Meaux, Jean-François Copé a fait marche arrière ce lundi. Il n’y aura donc pas d’ours pour les festivités de Noël.

Face à la polémique soulevée par l’annonce de la venue d’un montreur d’ours noir à l’occasion de la Foire gourmande, le maire de Meaux a annulé cette animation.

Annulée, la venue du plantigrade. Face à la polémique qui commençait à enfler à propos de la venue d’un montreur d’ours noir, les 2 et 3 décembre, pour les festivités de Noël organisées par la ville de Meaux, son maire, Jean-François Copé (LR), a fait machine arrière. Du côté de l’hôtel de ville on veut calmer le jeu.

« Le maire de Meaux a entendu les inquiétudes et l’émotion, manifestées par de très nombreuses personnes et préfère annuler l’animation des montreurs d’ours durant la Foire gourmande », glisse-t-on du côté de la mairie.

Jean-François Copé, dans un communiqué, ne veut « pas qu’une animation telle que les montreurs d’ours soit source de discorde. Nous avons tous besoin de bienveillance et d’apaisement en cette fin d’année afin que tous se retrouvent et profitent pleinement de Meaux et Merveilles. » Toutes les autres manifestations festives pour les fêtes de fin d’année sont maintenues.

Plusieurs associations, dont la fondation Brigitte-Bardot qui a rédigé une lettre ouverte ce lundi et l’Association de protection des espèces menacées (Aves France), s’étaient indignées de la venue de cet ours entouré de ses dompteurs sous prétexte de « présentation pédagogique sur le thème de la défense des ours dans la nature ».

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Le restaurant de la Victorine ferme ses portes...

Publié le par Ricard Bruno

Hier, le restaurant de La Victorine a été vidé. La gérante a fait les derniers cartons. « C'est une page heureuse qui se tourne », commente le Niçois Félicien Tordo, photographe qui a travaillé au sein du berceau du cinéma azuréen.

Hier, le restaurant de La Victorine a été vidé. La gérante a fait les derniers cartons. « C'est une page heureuse qui se tourne », commente le Niçois Félicien Tordo, photographe qui a travaillé au sein du berceau du cinéma azuréen.

Aldo Maccione utilise le four à pizza, au cœur du jardin ombragé. C'est une des scènes du film Pizzaïolo et mozzarella, tourné dans le restaurant de La Victorine. Un long-métrage sorti en 1985. Encore aujourd'hui, le four à pizza trône dans le jardin verdoyant de cette " cantine " des vedettes. À l'intérieur, les stars s'affichent sur des clichés en noir et blanc sur le comptoir. Brigitte Bardot, Jane Birkin, Jean Reno, Romy Schneider et tant d'autres…

« Pourquoi parler de second souffle ? »

« Dans ce restaurant, j'ai pu voir tout le monde : Alain Delon lors du tournage de La tulipe noire, Elizabeth Taylor. C'est à une de...

Source de l'article et suite : Cliquez ICI

 
Partager cet article
Repost0