Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ringling circus elephants to retire, be used in cancer research at University of Utah

Publié le par Ricard Bruno

Ces éléphants on passé toute leur vie concentrationnaire dans un cirque et maintenant ils vont être donnés en pâture pour la recherche !!! c'est ignoble!

Bruno Ricard

In this Friday, Jan. 8, 2016 photo, Asian elephants belonging to Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus, are lead from their enclosure to a rehearsal at the American Airlines Arena in Miami. The Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus is ending its elephant acts a year and a half early, and will retire all of its touring elephants in May.

In this Friday, Jan. 8, 2016 photo, Asian elephants belonging to Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus, are lead from their enclosure to a rehearsal at the American Airlines Arena in Miami. The Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus is ending its elephant acts a year and a half early, and will retire all of its touring elephants in May.

ST. PETERSBURG, Fla. (AP) The Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus is ending its elephant acts a year and a half early, and will retire all of its touring elephants in May.

The move comes amid increasing scrutiny of circus elephant acts with local governments passing "anti-circus" and "anti-elephant" ordinances in response to concerns over animal cruelty.

The circus's parent company, Feld Entertainment, told The Associated Press exclusively that all of the iconic elephants will be permanently retired to the company's 200-acre Center for Elephant Conservation, located between Orlando and Tampa.

The company announced in March that it would retire the full herd to the center by 2018. But once officials began planning details, they realized "we could actually do this a lot sooner" because building the new structures to house the retiring elephants didn't take as long as they originally thought, said Alana Feld, Ringling's executive vice president and show producer. It costs about $65,000 yearly to care for each elephant, Feld said.

Eleven elephants currently tour with the circus.

"They'll be joining the rest of the herd," Feld said. She's part of the family that owns Feld Entertainment, which owns the largest herd of Asian elephants in North America. In addition to the elephants still touring, 29 of the animals are on the property now, and two are on breeding loans to zoos, Feld said.

Animal rights groups on Monday applauded Ringling's new timeline and announcement.

"Like the elephants themselves, it had outsized importance because of the symbolic value of the enterprise," wrote Wayne Pacelle, president and CEO of The Humane Society of the United States. "Ringling had been one of the biggest defenders of this kind of archaic animal exploitation, and the imminent end of its traveling elephant acts signaled that even one of the most tough-minded and hardened animal-use companies now recognized that the world is changing and it had to adapt."

Elephant acts have been showcased by Ringling for more than a century and have often been featured on its posters.

But because so many cities and counties have passed "anti-circus" and "anti-elephant" ordinances, it became difficult to organize tours of three traveling circuses to 115 cities each year, Feld Entertainment CEO Kenneth Feld said last year. Fighting legislation in each jurisdiction is expensive, he said.

Los Angeles and Oakland prohibited the use of bull-hooks by elephant trainers and handlers last April. The city of Asheville, North Carolina, also nixed wild or exotic animals from performing in the municipally owned, 7,600-seat U.S. Cellular Center.

Ringling's new show will begin in July without the giant pachyderms.

"We're looking at a lot of new ways of doing things," Feld said.

She said the retired elephants at the CEC will also be part of cancer research.

Cancer is much less common in elephants than in humans, even though the big animals' bodies have many more cells. That's a paradox known among scientists, and now researchers think they may have an explanation one they say might someday lead to new ways to protect people from cancer.

Compared with just one copy in humans, elephants' cells contain 20 copies of a major cancer-suppressing gene, two teams of scientists reported in October. The gene helps damaged cells repair themselves or self-destruct when exposed to cancer-causing substances.

The findings aren't proof that those extra p53 genes make elephants cancer-resistant, but if future research confirms it, scientists could try to develop drugs for humans that would mimic the effect.

Dr. Joshua Schiffman, a pediatric cancer specialist at the University of Utah, is one of the researchers trying to find clues in the blood samples of some of the Ringling elephants.

"There's so much to be learned from their DNA," Feld said.

Animal rights activists have long alleged that circuses have mistreated elephants.

In 2014, Feld Entertainment won $25.2 million in settlements from a number of animal-rights groups, including the Humane Society of the United States, ending a 14-year legal battle over allegations that Ringling circus employees mistreated elephants.

On Monday, Ingrid Newkirk, the president of People for the Ethical Treatment of Animals, called on Ringling to end all animal acts and that "vigilance will be needed to determine how they are treated" at the Florida sanctuary.

Elephants have been a symbol of the Ringling circus for decades. P.T. Barnum brought an Asian elephant named Jumbo to America in 1882.

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Rodilhan: 18 aficionados devant la justice

Publié le par Ricard Bruno

Rodilhan: 18 aficionados devant la justice

Les 14 et 15 janvier, 18 aficionados comparaissent devant la justice nîmoise pour les violents affrontements qui ont eu lieu à Rodilhan, en 2011.

Le procès, enfin. Plus de quatre années après les faits, 18 aficionados doivent comparaître le jeudi 14 et le vendredi 15 janvier devant le tribunal correctionnel de Nîmes pour, entre autres, violences en réunion. Jean-Pierre Garrigues, le président du CRAC Europe (Comité Radicalement Anti Corrida), est également poursuivi pour avoir organisé une manifestation non déclarée.

Flash back. Nous sommes le 8 octobre 2011, à Rodilhan. Ce jour-là, la commune gardoise accueille dans son arène la finale de « Graine de Toreros ». Un « spectacle » gratuit et ouvert à tous au cours duquel des mômes de 14 à 16 ans se font la main à l’arme blanche sur 6 becerros, c’est à dire des veaux. Dans l’espoir de mettre à mal ce jeu sordide, des militants anti-corrida venus de toute la France et de la Belgique se sont passés le mot pour occuper l’arène de manière pacifique. Ainsi, vers 16h, 30 militants déploient des banderoles dans les gradins, tandis que 65 autres sautent sur la piste et s’enchaînent ensemble. Le monde de la tauromachie voit rouge. Coups de pieds, coups de poing, cheveux arrachés, jets de lance à incendie dans les oreilles, crachats …

Le 8 octobre 2011, l’action anti corrida dans l’arène de Rodilhan.

Le 8 octobre 2011, l’action anti corrida dans l’arène de Rodilhan.

« C’était d’une violence inouïe, se souvient Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot, présent parmi les militants. Nous nous sommes faits tabasser avec un acharnement incroyable. Près de moi, une jeune femme s’est fait arracher son t-shirt, puis son soutien gorge par deux types hystériques… Des spectateurs restés dans les gradins encourageaient nos agresseurs. Certains étaient debout, le bras tendu avec le poing serré et le pouce vers le bas, comme au temps des cirques Romains. L’enfer a duré près d’une demi-heure. Puis nous avons été traînés au sol jusqu’à l’extérieur de l’arène où nous avons encore été roués de coups, sous un porche ». Malgré la sauvagerie, les militants anti-corrida ne bronchent pas. « Comme pour chacune de nos actions, nous nous étions donnés la consigne de ne pas répondre aux provocations, ni aux coups, précise Patrick Sacco, président de l’association de protection animale Respectons. Notre seul objectif était de former pacifiquement une résistance citoyenne à la torture animale ».

Suite à cette corrida humaine, 20 personnes porteront plainte. Et désormais, ce sont 18 aficionados parmi la trentaine d’agresseurs qui devront répondre de leurs actes. « Ces hommes se sont sentis attaqués, ils défendent leur liberté, dit maître Ludovic Para, l’un des trois avocats des aficionados dans une interview au Midi Libre. Il faut comprendre que les violences pour lesquelles ils sont prévenus, ce n'est pas directement la riposte à l'invasion de la piste, c'est la riposte à des provocations des militants anti-corrida une fois enchaînés sur la piste, et aux nombreuses insultes subies par les aficionados lorsqu'ils descendent dans l'arène ».

« Le procès qui s’ouvre à Nîmes n’est pas celui de la corrida, estime quant à lui Roger Lahana, vice-président du CRAC Europe. Il devra d’abord répondre à cette question : a t-on le droit de lyncher des gens juste parce qu’ils ne partagent pas vos idées ?

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot..."Mes collections sur BB"...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot..."Mes collections sur BB"...
Brigitte Bardot..."Mes collections sur BB"...
Brigitte Bardot..."Mes collections sur BB"...
Brigitte Bardot..."Mes collections sur BB"...
Brigitte Bardot..."Mes collections sur BB"...
Brigitte Bardot..."Mes collections sur BB"...
Brigitte Bardot..."Mes collections sur BB"...
Brigitte Bardot..."Mes collections sur BB"...
Brigitte Bardot..."Mes collections sur BB"...
Brigitte Bardot..."Mes collections sur BB"...

Publié dans Brigitte Bardot

Partager cet article
Repost0

Fondation Brigitte Bardot clip de présentation du refuge de Bazoches

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article
Repost0

Les anti-fourrure font les soldes à leur façon à Paris

Publié le par Ricard Bruno

Quartier des Grands magasins (IXe) samedi Les militants de la fondation Brigitte Bardot ont sillonné Paris en vélo-taxis

Quartier des Grands magasins (IXe) samedi Les militants de la fondation Brigitte Bardot ont sillonné Paris en vélo-taxis

Grands magasins, Marais, Palais-Royal... Les défenseurs des animaux ont sillonné le Paris des soldes, pétitions et prospectus en main, ce samedi pour dénoncer le retour en grâce de la fourrure dans la mode. «Il y en a de plus en plus dans les accessoires, notamment dans les cols de doudounes», explique Elodie, membre de la Fondation Brigitte Bardot, à l’initiative de cette nouvelle action des anti-fourrure. «La plupart des gens sont persuadés qu’un vêtement pas très cher est forcément 100 % synthétique, souligne en écho Christophe Marie, porte-parole de la Fondation, à la sortie d’un magasin de sportswear. C’est faux : dans certains pays d’Asie, un animal ne vaut pas grand chose alors que fabriquer du synthétique coûte cher !» Résultat, «C’est peut-être du chat, du chien, ou un autre animal torturé et élevé dans des conditions insupportables ». A la sortie du magasin, un porteur de doudoune, justement, admet ne «pas s’être posé la question», et tâte le col d’un air sceptique. «C’en est pas, mais j’y penserai», promet-il.

Les défenseurs des animaux ont cette fois ajouté un petit bonus «écolo» à leur opération, en circulant en.... vélo-taxis, «habillés» du slogan de la nouvelle campagne, «Fourrure, le look qui tue». Les vélos-taxis loués par la Fondation garderont leur «habillage» militant jusqu’à la fin du mois.

Source : Cliquez ICI

Publié dans Le web en parle

Partager cet article
Repost0

Vénus, anti-fourrure et contre la maltraitance des animaux

Publié le par Ricard Bruno

Laurent Blanchard et Didier Talou (© Association Vénus)

Laurent Blanchard et Didier Talou (© Association Vénus)

Créée en 2007 et baptisée du nom d’une chienne adoptée par Laurent Blanchard et Didier Talou à la fondation Brigitte Bardot, Vénus est une association qui fait le lien entre les animaux abandonnés et les familles d’accueil. Pour la 6e année consécutive, elle organise ce samedi 9 janvier, la journée « Sans fourrure » à Bordeaux.​

Vénus, anti-fourrure et contre la maltraitance des animaux

De la tortue au lapin, en passant par des animaux sauvages (chevreuil, fouine…), l’association Vénus, initiée par Laurent Blanchard et Didier Talou, se démène pour trouver des familles d’accueil à des animaux abandonnés. Soutenue par la fondation Brigitte Bardot et 30 millions d’amis, l’association apporte tous les traitements nécessaires aux animaux qu’elle récupère : puce électronique, vaccin, stérilisation…

Ce samedi 9 Janvier, Vénus organise pour la 6e année consécutive une Journée « Sans fourrure », initiée par Fourrure Torture en 2004. En partenariat avec la Fondation Brigitte Bardot et l’Association de lutte contre les maltraitances animales, un stand d’information est installé place Saint-Projet à Bordeaux de 10h à 17h30 pour sensibiliser le public Bordelais contre le lobby de la fourrure. Entretien avec Didier Talou.

Rue89 Bordeaux : Qu’avez-vous prévu pour la journée « Sans fourrure » à Bordeaux ?

Didier Talou : En plus de notre stand place Saint-Projet, une manifestation défilera dans les rues de Bordeaux sous la forme d’un cortège funèbre, avec un cercueil d’un mètre et une couronne mortuaire. L’objectif est de sensibiliser le public à la souffrance animale, notamment aux animaux à fourrure.

Dans les années 90, Brigitte Bardot avait lancé un appel contre l’industrie de la fourrure qui avait été entendu. Cette dernière est aujourd’hui repartie en force avec pour préférée de cette industrie les jeunes. Réservée auparavant à ceux qui en avaient les moyens, aujourd’hui, la fourrure se trouve dans les cols, les doudounes, et à des prix pas forcément très élevés.

Vous avez appelé au boycott du Salon du Chien qui se déroulait du 7 au 8 janvier, pourquoi ?

C’est l’industrie du chiot… Je n’ai rien contre les éleveurs, il y en a qui sont corrects, mais nous recueillons beaucoup, beaucoup de chiens qui proviennent de ces salons.
Mais je pense qu’il faut aussi boycotter les centres équestres. Ceux qui envoient leurs chevaux à l’abattoir, où ceux qui les exploitent d’une manière incroyable. On a souvent déposé plainte pour maltraitance de chevaux. Ces centres s’occupent très mal des animaux.

Avez-vous une idée du nombre d’abandons ou de maltraitance ?

Nous n’avons pas de chiffres. Mais nous recevons énormément d’appels. Cet été il eut beaucoup d’abandons, tout comme pour les fêtes de Noël. Nous n’avons pas un refuge et nous ne pouvons pas garder tous les animaux. Le temps de s’en occuper et il faut leurs trouver une famille d’accueil.

Comment sensibilisez-vous les gens ?

Nous avons de la documentation pour les enfants. Nous avons aussi des documents avec des images très dures comme celles d’un génocide de chiens qui a eu lieu en Roumanie. Nous avons organisé une journée nationale de mobilisation autour de cet événement et certains ont été choqués par l’image d’un chien avec une balle dans la tête et du sang.

Effectivement, c’est choc, il faut le reconnaître. Le père d’une fille était très mécontent par notre méthode et ne trouvait pas les mots pour rassurer sa petite. Ça m’a fait mal au cœur.

Une autre était également très choquée mais voulait comprendre. Je lui ai expliquée, avec des mots simples. Elle est repartie rassurée, parce qu’elle a eu des réponses.

Ce jeudi 14 janvier, vous serez encore une fois devant le cirque Arlette Gruss place des Quinconces. Qu’allez-vous faire ?

Sensibiliser, distribuer des tracts. Le cirque Arlette Gruss, c’est la Rolls-Royce du cirque. Mais je pense qu’un éléphant ou un lion n’a pas sa place dans une cage. C’est contre nature.

J’ai vu des cirques avec des chiens, des chats, et ça ne me dérange pas. On sent qu’il y avait de l’amour entre le chien et le propriétaire. Mais quand un éléphant balance sa tête, c’est un trouble du comportement. Ce n’est pas normal.

Est-ce que vous ciblez des entreprises ou des personnes avec vos actions ?

Non, pas du tout. S’il y a un problème, on s’adresse à la Police. On dépose plainte mais la justice est lente… Il nous arrive aussi d’avoir des problèmes avec les policiers eux-mêmes.

Récemment, nous avons été contacté par une femme qui avait vu un chien se faire renverser au Cap Ferret. Elle a appelé la police et celle-ci a enterré le chien. C’est illégal ! On a du faire pression pour que la police déterre le chien et le porter à une clinique vétérinaire. Le personnel de la clinique nous a informé que ce n’était pas la première fois. Nous avons alors adressé un courrier au maire de Cap Ferret.

En août 2014, j’ai participé à une action citoyenne dans une arène pour empêcher le déroulement d’une corrida. J’ai été agressé et eu une fracture du bassin et une fracture de la tête radiale. C’était d’une violence extrême.

Quels sont vos liens avec la fondation Brigitte Bardot ? Partagez-vous les prises de position politiques de sa fondatrice ?

Nous sommes bénévoles à la fondation Bardot et nous sommes souvent accusés d’être des extrémistes du Front National ou autre. Je tiens à souligner que nous sommes apolitiques, même si la protection animale peut être un sujet politique. Les Verts de Bordeaux devaient s’associer à nous pour l’événement, mais se sont désistés à cause de la présence de la fondation Brigitte Bardot. On a également été boycotté à Bordeaux par des associations dans le cadre d’une journée vegan pour les mêmes raisons.

Pourtant la Fondation en elle-même est apolitique, elle accueille des personnes de tous bords. Les prises de position politiques de Brigitte Bardot sont en son nom. Personnellement, j’aime beaucoup Brigitte Bardot et ce qu’elle fait, mais je n’adhère pas à ses idées politiques.

Source de l'article :Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Le trimaran "Brigitte Bardot" ouvert au public

Publié le par Ricard Bruno

Le trimaran "Brigitte Bardot" ouvert au public
Le trimaran "Brigitte Bardot" ouvert au public
Le trimaran "Brigitte Bardot" ouvert au public
Le trimaran "Brigitte Bardot" ouvert au public
Le trimaran "Brigitte Bardot" ouvert au public
Le trimaran "Brigitte Bardot" ouvert au public
Le trimaran "Brigitte Bardot" ouvert au public
Le trimaran "Brigitte Bardot" ouvert au public

En escale technique dans la darse du MuCEM, l'impressionnant "Brigitte Bardot" de la Sea Sheperd Conservation Society est ouvert gratuitement au public aujourd'hui et demain, de 14h à 17h. Ce trimaran de type monocoque stabilisé de 35 m de long, capable de filer 24 nœuds (près de 45 km/h), revient d'une campagne aux îles Féroé où il s'est opposé aux navires qui pêchent les globicéphales.

Source de l'article cliquez ICI : http://www.laprovence.com/diaporama/3744235/le-trimaran-brigitte-bardot-ouvert-au-public.html#

Publié dans ACTUALI, Brigitte Bardot

Partager cet article
Repost0

Exposition Philippe Halsman au Musée du jeu de paume

Publié le par Ricard Bruno

Exposition Philippe Halsman au Musée du jeu de paume

Durant cette exposition de Philippe Halsman au Musée du jeu de paume, vous pourrez voir un visuel de Brigitte Bardot...

Musée du jeu de paume

Exposition Philippe Halsman

Étonnez-moi !

du 20 octobre 2015

au 24 janvier 2016

Concorde, Paris

Le photographe Philippe Halsman (Riga, Lettonie, 1906 – New York, 1979) mène pendant une quarantaine d’années une carrière exemplaire, depuis ses débuts à Paris dans les années 1930 jusqu’à l’immense succès de son studio new-yorkais entre 1940 et 1970. Cette exposition met en lumière l’ensemble de son travail à travers près de 300 œuvres.

En 1921, Philippe Halsman découvre le vieil appareil photo de son père, et parle de « miracle » lorsqu’il développe ses premières plaques de verre dans l’évier de la salle de bain familiale. Il a 15 ans , et c’est le premier contact avec la photographie de celui qui va devenir l’un des plus grands photographes du XXe siècle.

Arrivé à Paris grâce au soutien du ministre français Paul Painlevé, (dont le fils Jean, cinéaste scientifique, lui offre à son arrivée l’un des meilleurs appareils photographiques du moment), Philippe Halsman y restera dix ans, jusqu’en 1940.
Une décennie pendant laquelle il collabore avec les magazines Vogue, Vu et Voilà et réalise les portraits de nombreuses célébrités comme Marc Chagall, Le Corbusier ou André Malraux. Il expose plusieurs fois à la galerie avant-gardiste de la Pléiade, aux côtés de photographes comme Man Ray, André Kertész, Brassaï ou Laure Albin Guillot.

En 1940, l'invasion allemande met un terme à la carrière prospère de Halsman, qui trouve refuge à New York avec sa famille. Il y travaille pour de nombreux magazines américains dont Life, le premier magazine illustré uniquement par la photographie, qui l’entraînera à la rencontre des célébrités du siècle — Marilyn Monroe, Rita Hayworth, Duke Ellington, le duc et la duchesse de Windsor, Richard Nixon, Albert Einstein pour n’en citer que quelques-unes — et dont il réalisera 101 couvertures.

Loin d’être uniquement un photographe de célébrités, Philippe Halsman n’aura de cesse, toute sa vie, d’expérimenter et de repousser les limites de son médium.
Il collabore notamment pendant plus de 30 ans avec Salvador Dalí et invente la « jumpology », qui consiste à photographier des personnalités en train de sauter, offrant ainsi un portrait plus naturel et spontané de ses sujets.
Philippe Halsman se distingue par l’étendue de son champ d’activité : portraits, mode, reportages, publicité, projets personnels, commandes privées et institutionnelles.

La photographie de Philippe Halsman se caractérise par une approche directe, une parfaite maîtrise technique et un soin du détail, et son œuvre révèle aussi une grande diversité animée par une constante exploration du médium.
Au final, près de 300 images exclusives et documents originaux (planches et tirages par contact, épreuves préliminaires, photomontages, originaux et maquettes) sont présentés pour cette exposition rétrospective, apportant un éclairage unique sur l’œuvre et le processus d’un photographe exceptionnel et atypique.


Commissaires : Anne Lacoste, conservatrice, Musée de l’Elysée ; Sam Stourdzé.

Partenaires : Exposition produite par le Musée de l’Elysée, Lausanne, en collaboration avec les Archives Philippe Halsman, New York, et organisée à Paris par le Jeu de Paume

Partager cet article
Repost0

Le renard retiré de la liste des nuisibles, sa chasse interdite

Publié le par Ricard Bruno

Si certains agriculteurs voient dans le renard un “auxiliaire” efficace pour vider les champs des campagnols, les chasseurs s’inquiètent de l’exclusion du goupil de la liste des nuisibles en Savoie.

Si certains agriculteurs voient dans le renard un “auxiliaire” efficace pour vider les champs des campagnols, les chasseurs s’inquiètent de l’exclusion du goupil de la liste des nuisibles en Savoie.

Le sujet a du mal à passer dans les rangs des porteurs de fusils : le renard sortira le 1er juillet de la liste des espèces nuisibles dans le département. L’association de chasse au féminin L’Chasse faisait de cette question le thème de l’assemblée générale de ses 10 ans, vendredi soir à Bourgneuf. « Il est nécessaire d’en parler car le renard n’est pas sans impact sur nos territoires », alerte Fernande Nantois, la présidente de L’Chasse.

La surprise de la “communauté chasse” vient surtout du cheminement administratif et technique qui aboutit à l’exclusion du “Vulpes vulpes” de la “liste 2” des espèces nuisibles en Savoie, devenu le seul département en France continentale, avec la Corse, à libérer le goupil.

À l’origine de cette mesure, réside en fait une réglementation qui remet régulièrement en question les espèces nuisibles. Trois listes coexistent : la première est annuelle, décidée par le ministère de l’Environnement et opposable sur la France entière. La deuxième est annuelle également, adoptée par le préfet donc calquée à la particularité du département.

La troisième, à laquelle appartient le renard, est adoptée par arrêté ministériel sur proposition du préfet, au motif de la protection de la faune et de la flore, de la prévention de dommages agricoles et forestiers, de dégâts à la propriété ajoutés d’un intérêt de santé et de sécurité publique.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0