Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cette pièce mode dont Brigitte Bardot a fait un succès planétaire

Publié le par Ricard Bruno

Le style Bardot a marqué plusieurs générations et continue à inspirer la mode d’aujourd’hui. Parmi les nombreuses pièces mises en avant par la star, le célèbre jupon à carreaux vichy n’en finit pas de séduire…

Cette pièce mode dont Brigitte Bardot a fait un succès planétaire

Dans les 50’s et 60’s, chaque apparition de Brigitte Bardot est propice à lancer de nouvelles tendances. La star fait rêver, fantasmer, elle représente la féminité à son apogée, animée par une liberté nouvelle qu’elle contribue à créer. Elle lance notamment la mode des ballerines, des brassières au décolleté bateau, des bandeaux dans les cheveux, des tailleurs pantalons, des capelines, des marinières moulantes, des cuissardes, des robes bohèmes… mais aussi celle de l’imprimé vichy qu’elle affectionne particulièrement. Cette toile à carreaux pourtant atypique orne alors plus souvent les nappes de pique-nique que les tenues des actrices, mais, grâce à BB, son originalité fait mouche et son succès est immédiat et planétaire !
La star l’arbore une première fois sur une couverture de ELLE en 1958. Elle y porte une robe en vichy rose et blanc bordée de résille, au décolleté V large et manches ballon. Cette silhouette champêtre accessoirisée d’un chapeau de paille et d’un panier est très remarquée.

Cette pièce mode dont Brigitte Bardot a fait un succès planétaire

Une robe à carreaux vichy pour son mariage avec Jacques Charrier

Mais Brigitte Bardot inscrit pour de bon le vichy dans l’histoire de la mode en 1959 lors de son mariage avec l’acteur et futur père de son fils, Jacques Charrier. Elle est parée pour l’occasion d’une robe signée Jacques Esterel, à carreaux vichy roses et blancs, aux col Claudine et bords de manche en broderie anglaise. Les photos font le tour du monde et contribuent à rendre l’imprimé célèbre.

© Getty Images, Brigitte Bardot lors de son mariage avec Jacques Charrier le 18 juin 1959

C’est donc tout naturellement que le couturier, engagé quelques mois plus tard sur le tournage de Voulez-vous danser avec moi ?, imagine la fameuse jupe en vichy bleu et blanc pour le personnage de Virginie, incarné par Bardot. Ce modèle deviendra tout simplement aussi mythique qu'elle.

© Getty Images, Brigitte Bardot sur le tournage de "Voulez-vous danser avec moi ?" en 1959

© Getty Images, Brigitte Bardot avec Dario Moreno sur le tournage de "Voulez-vous danser avec moi ?" en 1959

 

© Getty Images, Brigitte Bardot avec Sami Frey sur le tournage de La Vérité d'Henri-Georges Clouzot en 1960

L’été qui suit ne fait que témoigner d’un impressionnant engouement populaire pour le joyeux motif, les femmes se l’arrachent et le veulent partout, sur les vêtements tout autant que sur les accessoires. Et c’est ainsi que BB fit entrer le vichy dans la légende…

© Getty Images, Brigitte Bardot en 1960

 

Et si vous souhaitez vous offrir votre propre jupe à carreaux vichy bleus et blancs, voici deux modèles glamour à shopper sur Ralph Lauren, et Stardivarius !

DR - Ralph Lauren, 229 €

DR - Ralph Lauren, 229 €

 

DR - Stradivarius, 19,99 €

DR - Stradivarius, 19,99 €

Partager cet article

Repost0

Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot : "La cause animale s’accélère en France : c’est du jamais vu !"

Publié le par Ricard Bruno

Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot : "La cause animale s’accélère en France : c’est du jamais vu !"

Référendum pour les animaux, vente d’animaux en ligne, Covid-19… La Fondation Brigitte Bardot est plus active que jamais en 2020, et continue sa lutte acharnée pour faire avancer la cause animale ! Christophe Marie, porte-parole de la Fondation, a partagé les missions actuelles de cette institution historique avec la rédac de Wamiz.

La rédac de Wamiz a eu la chance d’interviewer Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot, pour échanger au sujet de la condition animale en France, le référendum pour les animaux, et l’évolution de la législation dédiée au bien-être animal.

Découvrez les nombreux engagements de cette institution, et tout le travail de ses équipes pour aider les animaux !

Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot : "La cause animale s’accélère en France : c’est du jamais vu !"

Quel impact a eu le Covid-19 sur le travail de la Fondation Brigitte Bardot ?

Comme nos refuges sont peu ouverts au public, nous avons pu continuer à gérer les adoptions plus ou moins comme d’habitude malgré la crise sanitaire. Nous avons constaté un pic des demandes d’adoption au moment du confinement, mais sinon, nous n’avons pas eu de situation particulière au niveau des adoptions ou abandons.

Comme nous avons beaucoup de salariés au niveau des refuges, nous avons mis en place un processus de roulement pour limiter la présence de trop de personnes à la fois.

Aussi, lorsque le gouvernement a mis en place l’attestation de sortie, initialement bien trop contraignante, nous sommes intervenus auprès du ministère de l’Agriculture pour faire modifier le document afin qu’il permette aux protecteurs des chats libres et aux propriétaires d’équidés placés en pâtures, de pouvoir assurer les soins aux animaux. Nos contacts ont été très réactifs et l’attestation de sortie modifiée en conséquence.

Notre travail auprès des instances politiques a été impacté car toutes les institutions étaient fermées. Nous avons dû décaler beaucoup de nos rendez-vous, mais dans l’ensemble, la Fondation a continué à travailler comme d’habitude.

Comment la Fondation Brigitte Bardot s’implique-t-elle pour les chiens, chats et rongeurs ?

Nous avons deux refuges pour les chiens et chats, et un troisième davantage consacré aux animaux de ferme mais qui dispose d’une chatterie. Nous faisons adopter les animaux avec l’aide de nos enquêteurs bénévoles qui effectuent un suivi pour s’assurer du bien-être des animaux sur le long terme.

Nous menons également des campagnes de stérilisation de chats errants, ce qui représente un des plus gros budgets de la Fondation. En liaison avec des acteurs locaux qui font un super travail de trappage des chats, nous stérilisons 14 000 chats errants chaque année en France.

Nous prenons également en charge des NACs, dont des chinchillas ainsi que des lapins, qui font partie des animaux les plus abandonnés.

Malheureusement, en ce qui concerne les lapins, les propriétaires craquent pour la boule de poils avant de se rendre compte que ces animaux ne sont pas si simples à gérer que cela. Ils grignotent absolument tout, et ne doivent pas vivre en cage pour autant.

Il y a énormément d’abandons de lapins domestiques dans les parcs publics, où ils meurent ou se reproduisent entre eux jusqu’à devenir un vrai problème. C’est arrivé dans le Parc bordelais il y a quelques années, où 3000 lapins détruisaient les arbres et ont fini par être chassés par des furets introduits par la Ville de Bordeaux. Nous avons un vrai travail de sensibilisation à mener auprès des acheteurs de lapins.

Pour vendre un animal en ligne, il faut être un éleveur professionnel, déclaré, avec un SIRET. Mais les annonces frauduleuses en ligne sont souvent présentées comme des dons de particuliers !

Une fois que les personnes intéressées répondent aux annonces, on leur demande en général 300 euros pour couvrir les frais de vaccination et d’identification fictifs. Cela complique beaucoup les choses, car nous ne pouvons pas appeler toutes les personnes qui disent qu’ils offrent des chiots sur le Bon Coin.

Nous avons essayé de mettre des choses en place avec les réseaux sociaux sur lesquels on trouve ce type d’annonces, et nous avons reçu Le Bon Coin deux fois à la Fondation.

Malheureusement, ils n’ont aucune volonté de contrôler les ventes d’animaux de compagnie sur leur site. Tant qu’un cadre légal n’est pas instauré, cela reste autorisé. L’identification des animaux permet d’en savoir plus sur les origines de l’animal, mais ce n’est pas si simple à mettre en place.

En ce qui concerne les animaleries où les animaux sont maltraités, nous avons remis un rapport au ministère de l’Agriculture qui a permis la fermeture de bon nombre d’animaleries situées quai de la Mégisserie à Paris. Aujourd’hui, il y en a nettement moins qu’il y a 10 ans, et c’est déjà très positif !

La Fondation Brigitte Bardot est partenaire du projet de référendum pour les animaux. Pourriez-vous nous parler des objectifs de ce référendum en ce qui concerne les chiens, chats et rongeurs ?

Les chiens ne sont pas du tout épargnés par l’expérimentation animale en France. D’après les dernières statistiques publiées par le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, 4219 chiens, 1185 chats, 131 587 lapins et 41 727 cochons d’Inde ont été expérimentés en 2018.

Nombreuses expérimentations menées sur les chiens sont classées parmi les procédures sévères ou sans réveil. Celles qui entraînent le plus de souffrances, c’est le cas notamment des chiens « myopathes » qui sont condamnés à mourir dans une longue et douloureuse agonie.

De gros élevages sont créés en France pour alimenter les laboratoires, et des animaux sont également importés d’élevages à l’étranger. Air France est l’une des dernières compagnies qui accepte le transfert de chiens, primates et autres pour l’expérimentation animale, alors que la majorité des compagnies aériennes ont arrêté ce commerce.

Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot : "La cause animale s’accélère en France : c’est du jamais vu !"

Avez-vous remarqué une accélération de l’avancement de la cause animale en France ?

Oui, c’est du jamais vu ! D’habitude, les propositions de loi sur les animaux n’arrivent jamais jusqu’à débat, mais aujourd’hui, ça s’accélère !

Des parlementaires, comme le député Loïc Dombreval, mais aussi des membres du gouvernement, comme la ministre de l’Ecologie Barbara Pompili, ont des outils plus traditionnels que le référendum pour les animaux qui leur permettent d’agir sur une échelle nationale. Et si cela permet aux animaux d’être mieux traités, nous sommes très contents !

Loïc Dombreval est en train de développer toute une proposition de loi spécifique aux animaux de compagnie, et nous travaillons avec lui pour qu’elle soit débattue en début d’année prochaine. Brigitte Bardot vient d’ailleurs d’intervenir auprès du Président Macron pour lui demander de soutenir cette démarche. L’objectif, c’est d’être plus sévère sur la vente d’animaux de compagnie, et d’encourager la stérilisation.

>>> Le député Loïc Dombreval dépose un projet de loi audacieux pour améliorer le bien-être animal

Ces propositions de loi étaient déjà dans les tiroirs depuis un moment, et en sortent aujourd’hui en partie grâce à l’impact du référendum pour les animaux, qui a été un moteur de changement.

Quelles évolutions sont prévues pour le référendum des animaux ?

Au vu des récentes annonces de la ministre de l’Ecologie au sujet de l’interdiction des animaux sauvages dans les spectacles, nous allons retravailler certains articles du référendum pour les animaux.

Nous aimerions mieux développer la partie sur l’expérimentation animale, pour la rendre cohérente avec les mesures déjà prises, car la réglementation européenne s’inscrit déjà dans l’esprit de privilégier les alternatives à l’expérimentation animale quand cela est possible.

Nous aurions voulu inclure l’interdiction de la corrida dans nos propositions, mais cette idée rencontre une réaction violente de la part de certains parlementaires qui estiment qu’on « mélange tout ».

Si on l’avait inclus, on n’aurait jamais recueilli les 185 signatures de parlementaires. Déjà, ce sera très difficile pour nous d’aller au-delà des 140 signatures, et ce en partie à cause de l’interdiction de la chasse à courre qui pose problème.

Nous sommes entrés dans une phase où les parlementaires qui n’ont pas signé observent la situation avant de décider s’ils nous soutiendront ou non.

Il existe de fortes oppositions au sein des députés sur ce sujet, et la mobilisation menaçante des chasseurs et de certains éleveurs ne fait rien pour arranger les choses. Il y a des manifestations devant les permanences et domiciles de certains élus !

Nous faisons face aux lobbys de la chasse et de l’agriculture intensive qui sont très installés et qui voient le rapport de force basculer. Ils se sentent menacés par cette nouvelle génération d’élus qui arrivent plus facilement à se positionner sur les questions de bien-être animal car ils peuvent s’appuyer sur des scientifiques, journalistes et entrepreneurs qui défendent les animaux aux côtés des associations. Cela fait accélérer le mouvement !

Il y a 20 ans, c’était « ridicule » de défendre les animaux. Aujourd’hui, on est dans une dynamique positive et on voit que les choses bougent ! On va dans la bonne direction !

*

Un grand merci à Christophe Marie de la Fondation Brigitte Bardot pour ces éclairages passionnants et son engagement pour la cause animale !

Si vous souhaitez apporter votre soutien au référendum pour les animaux, vous pouvez vous inscrire sur referendumpourlesanimaux.fr, et en parler autour de vous pour lui apporter de la visibilité !

Lien de l'article : Cliquez ICI

Dunkerque : le pêcheur qui avait frappé un bébé phoque finalement condamné par la justice

Publié le par Ricard Bruno

Le dimanche 15 septembre 2019, un bébé phoque était retrouvé sur la plage de Malo-les-Bains, en mauvaise posture, par des promeneurs. L’animal était blessé à la tête. Ces mêmes riverains avaient aperçu un pêcheur lui donner plusieurs coups de pied.

Ce mardi matin, quelques militants sont venus symboliquement manifester devant l’entrée du tribunal de Dunkerque.

Ce mardi matin, quelques militants sont venus symboliquement manifester devant l’entrée du tribunal de Dunkerque.

Interpellé, l’homme a finalement été condamné ce mardi matin par le tribunal de Dunkerque. Il écope de 140 heures de travail d’intérêt général à effectuer dans un délai de dix-huit mois. S’il ne les fait pas, il encourt une peine de deux mois de prison. L’homme devra également verser un total de 1 900 € de dommages et intérêts à six associations, dont Sea Sheperd, Trente Millions d’amis, la SPA, et la Fondation Brigitte Bardot. Il devra également leur verser un total de 2 300 € au titre de remboursement des frais d’avocat.

Pour rappel, le dimanche 15 septembre 2019, un bébé phoque avait été retrouvé sur la plage de Malo-les-Bains, en mauvaise posture, par des promeneurs. Emmené dans les locaux de la Ligue de protection des animaux (LPA) du Calaisis, qui possède un bassin, l’animal, amaigri, avait été pris en charge par les soigneurs. Las, si l’état du phoque, baptisé Lætitia par les soigneurs, avait semblé stable durant les 48 premières heures, il s’était finalement détérioré dans les jours suivants. Malgré les soins prodigués, Lætitia était finalement décédée.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Papaye nouvelles de septembre...

Publié le par Ricard Bruno

Papaye nouvelles de septembre...
Cher membre de la famille Papaye,
 
Quel plaisir pour moi de vous retrouver après ce premier séjour de l'année sur notre sanctuaire !!!
 
Une vraie bouffée d'oxygène loin de cette ambiance anxiogène que nous vivons sur notre territoire français !
 
Le Cameroun a incroyablement bien géré cette crise sanitaire et ce fut un vrai bonheur de vivre une parenthèse en leur compagnie humains et animals !! 
 
Vous trouverez ci-joint notre news de septembre qui je m'en excuse arrive mi-octobre....
 
Je vous souhaite une excellente lecture !!! Prenez soin de vous  et à bientôt.
 
Papayement vôtre.
 
Dorothée Prak
Association Papaye International

46 Hameau du Val de Gilly  83310 Grimaud

Port. 06.17.39.06.80

 

https://www.association-papaye-france.fr

https://www.facebook.com/association.papaye.france.officiel.21/ 

https://www.helloasso.com/associations/association-papaye-international

  

Soutenir Papaye International au quotidien sans débourser un centime ? C'est possible en remplaçant son moteur de recherche sur internet par LILO.
LILO est un moteur de recherche anti-pub qui redistribue les revenus de la pub à des ONG : 
https://www.lilo.org/fr/association-papaye/
Papaye nouvelles de septembre...
Papaye nouvelles de septembre...

Partager cet article

Repost0

Poitiers : une mère et sa fille condamnées pour maltraitance animale dans "une ferme de l'horreur"

Publié le par Ricard Bruno

Poitiers : une mère et sa fille condamnées pour maltraitance animale dans "une ferme de l'horreur"
Une mère et sa fille, propriétaires "d'une ferme de l'horreur" à Migné-Auxances ont été condamnées pour maltraitance animale, ce mardi 13 octobre par le tribunal correctionnel de Poitiers. Des animaux avaient été découverts morts, ou assoiffées et affamés, en janvier 2019.

Le tribunal correctionnel de Poitiers a condamné à des dommages et intérêts, des amendes, voire, de la prison avec sursis, une mère âgée de 55 ans et sa fille de 29 ans, propriétaires d'"une ferme de l'horreur" à Migné-Auxances (Vienne) pour maltraitance animale, ce mardi 13 octobre, relate France Bleu Nouvelle-Aquitaine.

Des animaux de leur ferme avaient été retrouvés assoiffés et affamés pour certains ou morts pour d'autres, en janvier dernier. Les deux accusés étaient absentes et sans avocat lors du procès. Elles ont été reconnues coupables de tous les chefs d'accusation. Cette ferme était à la base un projet de "ferme pédagogique" mené par la fille.

Interdiction définitive d'avoir un animal

La mère écope de son côté de trois amendes, à hauteur de 550 euros en tout, car elle n'a pas fait retirer les cadavres d'animaux morts, ce que l'on nomme un "défaut d'équarissage", détaille La Nouvelle République.

La fille est condamnée plus lourdement : trois mois de prison avec sursis pour abandon volontaire d'animal, 350 euros d'amende pour deux délits, ainsi que six contraventions d'une centaine d'euros pour défaut d'équarrissage.

C'est également à Charlène qu'il revient de verser des dommages et intérêts aux associations de protection des animaux qui se sont portées partie civile dans ce procès : 300 euros à la SPA Paris, 300 euros à la Fondation Brigitte Bardot, 395 euros à la SPA Poitiers, 4133 euros à l'association Equipaix, ainsi que 300 euros de préjudice moral, rapporte La Nouvelle République.

Ces sommes devraient les aider à soigner et nourrir les animaux toujours vivants. Charlène remboursera également les frais de justice de la défense et la confiscation des animaux, explique La Nouvelle République

Elle a également l'interdiction définitive de détenir un animal, rapporte le quotidien régional

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Finistère : les deux marins-pêcheurs accusés d'avoir décapité des phoques jugés

Publié le par Ricard Bruno

Finistère : les deux marins-pêcheurs accusés d'avoir décapité des phoques jugés

Deux marins-pêcheurs, un matelot et son patron, ont comparu ce lundi devant le tribunal correctionnel de Quimper (Finistère), pour avoir décapité deux phoques à Trégunc et Concarneau, au début de l'année 2019. Le parquet a requis une amende de 5000 euros pour chacun d'eux.

Deux marins-pêcheurs, un matelot âgé de 37 ans et son patron âgé de 48 ans, se sont présentés ce lundi 12 octobre au tribunal correctionnel de Quimper dans le Finistère, pour avoir décapité deux phoques gris, et naturalisé la tête de l'un, au début de l'année 2019. Une espèce protégée dans la région, rapporte un média local, Le Télégramme.

Le parquet a requis une amende de 5000 euros pour chacun des accusés.

Plusieurs associations portées partie civile

De nombreuses associations de défense des animaux se sont portées partie civile de l'affaire. Sea Shepherd, la fondation Brigitte Bardot, la SPA, Bretagne Vivante, la LPO, l'association Stéphane Lamart, ou encore 30 Millions d'Amis, et d'autres, ont assisté à l'audience, rapporte Le Parisien.

C'est une affaire qui avait fait scandale l'an dernier auprès des défenseurs des droits des animaux, et ému toute une ville.

Le 23 février 2019, la brigade maritime de Concarneau découvre une tête de phoque gris suspendue par une corde sur la digue du port de Concarneau, mutilée, détaille le Parisien.

Le 10 mars, un promeneur découvre cette fois un corps de phoque décapité dans l'anse du Cabellou. Les policiers remarquent que la tête a été coupée net, précise Le Télégramme. Un second  corps de phoque gris mutilé de façon similaire est identifié sur une plage de Trégnuc.

L'association Sea Sheperd avait promis 10.000 euros à toute personne ayant des informations sur l'identité des bourreaux, indique France Bleu. Un appel à témoin avait été également lancé dans la presse.

Le 27 avril 2019, un homme reconnaît les faits. À son domicile, les enquêteurs ont retrouvé une tête de phoque naturalisée, utilisée comme objet de décoration, posée sur une étagère.

Un "souvenir de pêche"

Le matelot est âgé de 37 ans. Marin dans le Finistère depuis 2017, il s'est défendu en disant avoir voulu garder un "souvenir de pêche", rapporte France Bleu

À la barre, l'accusé a expliqué que des phoques "se prenaient régulièrement dans les filets et on les remontait morts". "Au bout du neuvième, j’ai demandé l’autorisation à mon capitaine de prélever la tête pour la naturaliser [...] J’ignorais que c’était interdit". 

De son côté, le capitaine a réfuté les dires de son marin-pêcheur et affirmé n'avoir rien vu. Connu de la justice, ce marin-pêcheur n'aurait pas déclarer de nombreuses pêches accidentelles.

Tous deux ont été interpellés et arrêtés en mai 2019. Le patron est accusé de "non-déclaration de pêches accidentelles de mammifères marins protégés et complicité par aide ou assistance de destruction, et transport d'une espèce protégée", révèle Le Figaro. Il encourt 22.500 euros d'amende.

Le matelot est quant à lui jugé pour "destruction d'une espèce protégée". Il risque deux ans de prison et 150.000 euros d'amende.

Délibération le 26 novembre

Le tribunal judiciaire de quimper a requis une amende de 5.000 euros pour "les faits de destruction" car l'expertise réalisée a démontré que les phoques étaient déjà morts lors de la mutilation. Les parties civiles dont Sea Sheperd représenté par Me jean Tamelet, accompagnée de l'association Lamya Essemlali, ont exigé une peine "exemplaire" contre les deux pêcheurs, annonce Le Parisien.

L'avocat de l'accusation, Me Isma Hammarlebiod a qualifié l'acte de son client comme "sans doute stupide et naïf " et a ensuite poursuivit "On parle d'une espèce protégée et sauvage, qu'il faut bien réguler. Les phoques gris sont tellement nombreux qu'ils viennent jusque dans les ports et déclenchent forcément une guerre avec les pêcheurs." une remarque qui a choqué les associations de défense des animaux, d'après Le Parisien.

Les tueries de phoques sont fréquentes en France. En 2018, une enquête a été ouverte par la gendarmerie maritime du Havre, en raison de la mort de plusieurs phoques gris, dans le Pas-de-Calais, tués au fusil ou décapités, rappelle Le Figaro.

Le jugement est mis en délibéré le 26 novembre prochain.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Deux-Sèvres : les loups sont arrivés dans leur Sanctuaire...

Publié le par Ricard Bruno

Les trois loups ont d’abord voyagé à bord d’un hélicoptère avant de poursuivre avec un camion spécialisé.

Les trois loups ont d’abord voyagé à bord d’un hélicoptère avant de poursuivre avec un camion spécialisé.

Akéla, Kiava et Nemiak, trois loups d’Europe centrale de 12 ans, victimes de la tempête Alex, sont arrivés samedi à Frontenay-Rohan-Rohan.

 

Les trois loups d’Europe centrale et leurs congénères coulaient jusqu’à présent une paisible retraite au Parc Alpha, à Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes), aux portes du parc du Mercantour.
Leurs enclos étaient situés à proximité du Boréon, rivière qui prend sa source dans le lac du même nom et qui se jette ensuite, à la sortie du village, dans le Vésubie. Mais vendredi 2 octobre, en fin d’après-midi, sous les pluies torrentielles provoquées par la tempête Alex, le Boréon s’est transformé en un torrent furieux et destructeur qui a fini par tout emporter et tout fracasser. Les animaux se sont échappés, laissant libre court aux rumeurs les plus folles sur leur dangerosité.
Interrogée par Nice Matin, la vétérinaire du Parc Alpha, Véronique Luddeni, rassurait la population : « La partie basse des enclos, où il y avait les nouveaux loups arctiques, a été emportée par moitié. Deux arctiques sont morts et sept loups se sont échappés. Ils sont très facilement reconnaissables, mais absolument pas dangereux. Le danger est uniquement pour eux, par rapport aux autres meutes sauvages qui sont là. Le seul espoir, c’est qu’ils soient repoussés sur leur territoire et qu’ils retournent sur celui du Boréon, ce qui permettrait leur capture ».
Trois d’entre eux ont été récupérés, et c’est tout naturellement que le Sanctuaire des loups a proposé de les recueillir. Les trois animaux ont donc le trajet en hélicoptère puis en camion spécialisé, de Saint-Martin-Vésubie à Frontenay-Rohan-Rohan. Groggy par le transport et les anesthésiants, ils se sont très vite adaptés à leur nouvel environnement. Il y a fort à parier que les sept autres loups du Parc Alpha les rejoignent dès qu’ils auront été récupérés. « Nous sommes à la fois heureux de les accueillir, mais tellement désolés par ce qui arrive au Parc Alpha, avec qui nous travaillons depuis plus de trois ans. Nous allons leur donner tout notre amour », précisait Béatrice Gérardot, directrice du Sanctuaire.
Un appel aux donsLa structure ne bénéficiant d’aucune subvention, la passionnée en appelle aux dons pour nourrir et soigner tout ce petit monde : « Si des gens veulent nous donner de la viande, des dons de toute sorte, nous les accueillerons avec plaisir. Nous avons demandé de l’aide à la Fondation Brigitte Bardot mais elle a répondu par la négative ». Au regard de leur âge avancé, et de l’étendue des dégâts sur place, il est possible que les trois rescapés finissent leurs jours dans ce havre de paix qu’est le Sanctuaire. En novembre une autre meute venue d’Ille-et-Vilaine les rejoindra. Et peut-être les sept derniers loups du Parc Alpha.
> Pour les dons, s’adresser directement au Sanctuaire des loups : tél. 06.79.93.82.37.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Torpes Saint-Tropez...Le Livre qu'il vous faut !

Publié le par Ricard Bruno

Torpes Saint-Tropez...Le Livre qu'il vous faut !
Torpes Saint-Tropez...Le Livre qu'il vous faut !
Torpes Saint-Tropez...Livre que je viens de commencer et de suite on est plongé dans l'histoire...je vous le recommande grandement..

Partager cet article

Repost0

Virunga National Park décès du garde Bagurubumwe Chuhoze Déogène...

Publié le par Ricard Bruno

Virunga National Park décès du garde Bagurubumwe Chuhoze Déogène...
C’est avec une grande tristesse que le Parc National des Virunga annonce le décès du garde Bagurubumwe Chuhoze Déogène. Il fut tué ce samedi 10 octobre lors d’une attaque menée sur un poste de patrouille de l’ICCN à proximité du village de Sarambwe.
Il était Chef de section et travaillait pour l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature depuis 1996. Il laisse derrière lui une épouse et trois enfants.
Le Parc National des Virunga exprime ses condoléances émues à la famille et aux amis de notre collègue disparu. Nos pensées et prières vont vers eux en ces moments difficiles.
...
It is with the deepest sorrow that Virunga National Park announces the death of Ranger Bagurubumwe Chuhoze Deogene. He was killed on 10th October 2020 during an attack on an ICCN patrol post near the Village of Sarambwe.
He held the position of Head of Section and had worked for the Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) since 1996. He leaves behind a wife and 3 children.
We offer our sincere condolences to the family, friends and colleagues of our lost Ranger. Our thoughts and prayers are with them during this time.
Read the full statement: https://bit.ly/3dhubhr

Virunga National Park is greatly saddened to announce the death of Ranger Bagurubumwe Chuhoze Deogene. He was killed on 10th October 2020 during an attack on an ICCN patrol post near the Village of Sarambwe. Multiple local sources identify the FDLR-RUD armed group as responsible for the incident, stating that the perpetrators also pillaged the local communities nearby prior to and after the attack.

Deogene was 47 years old at the time of his death. He held the position of Head of Section and had worked for the Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) since 1996. He leaves behind a wife and 3 children.

Virunga National Park offers its sincere condolences to the family, friends and colleagues of our lost Ranger. Our thoughts and prayers are with them during this time. His death once again emphasises our debt of gratitude towards the ICCN Rangers who put their lives on the line to protect the park and help bring peace in North Kivu.

For all enquiries please contact press@virunga.org.

Partager cet article

Repost0

Mes dernières rentrées dans mes collections sur Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

33t Pour danser avec Brigitte disque Pacificref LDP D 244 Std

33t Pour danser avec Brigitte disque Pacificref LDP D 244 Std

45t Brigitte Bardot disque Barclay ref 73250 (turquie)

45t Brigitte Bardot disque Barclay ref 73250 (turquie)

45t Brigitte Bardot disque Fontana ref 467 240 TE (Portugal)

45t Brigitte Bardot disque Fontana ref 467 240 TE (Portugal)

Partager cet article

Repost0