Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Manifestation contre les trafics d'animaux

Publié le par Ricard Bruno

FONDATION BRIGITTE BARDOT

Manifestation contre les trafics d'animaux

La manifestation contre les trafics d'animaux organisée par la SNDA, initialement prévue le 15 mars et annulée, aura finalement lieu le samedi 27 mars 2010 de 13h à 15h30 place du Châtelet à Paris. Plus d'informations

Si vous voulez joindre les organisateurs :SNDA : 01 44 75 37 65 ou Association Stéphane Lamart : 01 44 75 00 47

Merci pour votre eternel soutien et dévouement !

 
Fondation Brigitte Bardot
28, rue Vineuse 75116 Paris
Tél. : 01 45 05 14 60 Fax : 01 45 05 14 80
www.fondationbrigittebardot.fr

Partager cet article

Repost 0

Marque de Parfum B comme Balmain...B comme Bardot!

Publié le par Ricard Bruno

Marque de Parfum Lettre B

Marque de Parfum : Balmain

balamain3 150x85 Marque de Parfum B comme BalmainPierre Balmain rêvait de devenir couturier. Automne 1945, il ouvre sa maison de couture rue François Ier à Paris. Les clientes affluent et découvrent avec ravissement cette nouvelle image de la femme. C’est une femme qui rejette les dernières traces de la guerre avec beaucoup d’insolence et de charme, qui annonce le retour à l’opulence avec des toilettes richement brodées. C’est le New french style qui est mis en avant. Femme active, soignée, élégante, c’est l’image de la femme que veut donner la maison à travers son parfum Joli Madame.

D’autres fragrances virent le jour sous la marque Balmain, des parfums pour femme comme le parfum Balmain ou sa version pour homme Monsieur Balmain. Dans les années 1960, le couturier habille de nombreuses stars françaises ou étrangères telles que Brigitte Bardot, Marlène Dietrich, Katherine Hepburn, pour n’en citer que quelques unes…C’est également la rencontre avec sa Majesté la reine Sirikit de Thaïlande qui l’a élu son couturier exclusif. la mome 150x150 Marque de Parfum B comme BalmainA la disparition de Pierre Balmain en 1982, Erik Mortensen, son premier assistant depuis 1951 et son plus proche collaborateur, a repris le flambeau de la Haute Couture. Le dé d’or de la Haute Couture Française lui a été décerné pour sa collection Automne-Hiver 83-84. Le 31 juillet 1987, dans le cadre du Palais Galliéra.

D’autres parfums pour femme ont vu le jour dans la maison Balmain La Môme, ou encore le parfum Ivoire perpétue l’aventure qui a commencé voilà 70 ans.

Source : http://parfums-marque.com/marque-de-parfum-b-comme-balmain.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Plainte contre la fondation Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

Fourrure
La plainte de la Fourrure Française à l'encontre de la Fondation Brigitte Bardot, rejetée par le jury de deontologie publicitaire
Fourrure
La plainte de la Fourrure Française à l'encontre de la Fondation Brigitte Bardot, rejetée par le jury de deontologie publicitaire
Fourrure

La plainte de la Fourrure Française à l'encontre de la Fondation Brigitte Bardot, rejetée par le jury de deontologie publicitaire.

Le Jury de Déontologie Publicitaire a rejeté la plainte déposée par l’association interprofessionnelle « La Fourrure française » contre la Fondation Brigitte Bardot. Le 8 janvier dernier, l’association avait choisi de saisir cette autorité pour dénoncer le caractère soi-disant
« déloyal » et « trompeur » de la dernière campagne anti-fourrure de la Fondation, « Porter de la fourrure, c’est porter la mort ». Cette décision conforte la Fondation dans le bien-fondé de son combat visant à informer le public que porter de la fourrure entraîne le massacre de millions d’animaux.

 

L’ensemble des motifs invoqués par « La Fourrure française » rejeté !

Pour justifier cette tentative de censure, l’association chargée de défendre les intérêts des fourreurs français avait choisi d’invoquer différents motifs :

  • Le caractère déloyal à l’encontre du produit et de la filière professionnelle
  • L’agressivité du slogan et du visuel
  • L’identification difficile de l’émetteur

affiche campagne fourrure

Interrogée dans le cadre de la procédure de conseil avant diffusion par un afficheur, l’ARPP (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité) avait donné son conseil favorable et sans réserve.

A son tour, le Jury de Déontologie Publicitaire admet que « dans ce contexte et émanant de cette fondation, l’image et le slogan qui peuvent sans difficulté être mis à distance, ne sauraient être considérés comme dénigrant le produit en soi ou la filière dont ne sont mis en cause ni le comportement des acteurs, ni le respect de principes déontologiques ou de réglementations en vigueur. »

Un échec de plus pour La Fourrure française !

L’association n’en est pas à son premier échec. En décembre 2008 elle avait déjà tenté de faire censurer une autre campagne de la Fondation Brigitte Bardot, en invoquant les mêmes motifs. Il apparaît évident que la Fourrure Française, utilise cette plainte comme un prétexte lui permettant de véhiculer de faux messages de responsabilité, comme notamment le caractère « propre et écologique » de la filière.

Une campagne d’opinion, non marchande et d’utilité publique

La Fondation Brigitte Bardot a pour vocation d’alerter le public sur les atteintes portées aux animaux. Cette campagne, qui fait certes le choix d’un visuel fort et d’une accroche puissante rappelle à tous que pour obtenir un seul manteau de fourrure, plusieurs dizaines d’animaux doivent être tués. La violence de l’image est quant à elle un moyen d’illustrer les conditions horribles dans lesquelles les animaux sont élevés puis abattus.

Pour plus d’informations rendez-vous sur le site : http://www.jeneportepasdefourrure.com

Source : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40253

Partager cet article

Repost 0

Cirque Pinder : deux éléphants menacés de saisie

Publié le par Ricard Bruno

Mon commentaire : Je dit« Non ! » à l’esclavage auquel sont réduits les animaux dans les cirques. Ils y sont contraints d’exécuter des numéros contre-nature, ils sont maintenus dans des cages exiguës et doivent parcourir de longues distances dans les pires conditions qui soient. Les animaux ne sont pas des jouets que l’on peut sortir de leur boîte pour l’amusement de quelques-uns. D’autant plus que cette activité représente un danger réel pour les animaux comme pour le public. L’association réclame le droit absolu au respect pour ces animaux.

Bruno Ricard

.....................................................................................................................................................................
Actuellement sur les plages du Mourillon pour une série de dix séances de spectacle, le cirque Pinder de la famille Edelstein voit sa tournée quelque peu assombrie. En effet, sous le coup d'une décision de justice du tribunal correctionnel de Valence, les deux éléphantes Delhi et Saba pourraient être enlevées à leurs propriétaires. Motif : ces derniers ne sont pas en possession d'un certificat de capacité (les autorisant à présenter de tels animaux au public) et l'origine des animaux n'est pas connue (1).

La famille Edelstein dénonce un « acharnement incompréhensible »

Il s'agit d'un « acharnement volontaire et incompréhensible », selon Frédéric Edelstein, qui affirme avoir fourni toutes les pièces demandées. Bien que la famille Edelstein ait fait appel du jugement, la décision est provisoire mais exécutoire : « À tout moment, ils peuvent venir nous enlever les éléphants », s'inquiète le dresseur de fauves, qui a grandi avec ces animaux âgés de 40 ans.

Frédéric Edelstein craint par ailleurs une mauvaise réaction des éléphantes. « Elles sont habituées à nous et nous à elles. Elles font partie de la famille et n'ont jamais été séparées. Elles ne connaissent que nous, et un changement d'environnement pourrait leur être fatal ». Quant à l'origine des animaux, il souligne que « Delhi et Saba sont arrivées de Thaïlande lorsqu'elles avaient 6 mois. C'était en 1969 et 1973, j'étais tout petit, des photos d'enfance en attestent ».

À l'origine du jugement du tribunal valentinois se trouvent trois associations de protection animale (2), qui se sont porté parties civiles. Elles reprochent aux cirques en général et à Pinder en particulier « de montrer en public des animaux capturés dans leur milieu naturel et de porter ainsi préjudice à la nature ». Et Brigitte Bardot d'enfoncer le clou : « Un animal sauvage n'a rien à faire dans un cirque ».

Tout un art remis en question

« Ridicule, s'insurge Frédéric Edelstein. C'est la preuve qu'on n'a rien à nous reprocher. De plus, ce serait impossible de travailler avec des animaux maltraités ».

Avec ce jugement, c'est le fonctionnement de tout l'art du cirque qui est remis en cause. La famille Edelstein, quant à elle, compte bien, en appel, prouver l'utilité du cirque auprès du public.

1. L'affaire date de 2008, mais l'ordonnance de la saisie est récente.

2. La fondation Assistance aux animaux, la fédération Rhône-Alpes de protection de la nature, et 30 millions d'amis.

Source : http://www.varmatin.com/ra/var/246363/toulon-cirque-pinder-deux-elephants-menaces-de-saisie

Partager cet article

Repost 0

CITES : Deux espèces de crocodile déclassées !

Publié le par Ricard Bruno

Le crocodile de Morelet ... déclassé !
Le Mexique a présenté sa proposition visant à transférer le crocodile de Morelet de l’Annexe I à l’Annexe II, avec un quota zéro pour les spécimens sauvages à des fins commerciales, afin de faciliter le commerce des peaux en provenance de fermes d’élevage.

Cette espèce est présente dans 3 pays (Mexique, Guatemala et Belize). La Fondation Brigitte Bardot, qui a été auditionnée par la Commission européenne sur ce sujet, est fermement opposée à cette proposition car de nombreux jeunes sont prélevés à l’état sauvage pour, précisément, alimenter ces « fermes d’élevage » insuffisamment contrôlées.

En tant que pays de l’aire de répartition, le Guatemala a pris la parole pour s’opposer à cette proposition, à moins que celle-ci soit amendée pour permettre le maintien à l’Annexe I du crocodile de Morelet présent au Guatemala.

Le Mexique a amendé son texte dans ce sens et la proposition a été adoptée, soutenue notamment par les Etats-Unis et l’Union européenne…

 

Le crocodile du nil ... déclassé !
Après le Mexique, l’Egypte a présenté à son tour, et pour les même raisons, une proposition visant à transférer de l’Annexe I à l’Annexe II le crocodile du Nil. Cette fois-ci, le débat est plus partagé car l’Egypte n’apporte pas des preuves que le prélèvement dans la nature ne sera pas préjudiciable aux populations sauvages.

Mise au vote, la proposition sera rejetée de peu (60 pays y étaient favorables et 38 y étaient opposés, mais la majorité des 2/3 n’étant pas atteinte la proposition a été rejetée).

Après le déjeuner et en ouverture de séance de l’après-midi, coup de théâtre de l’UE qui déclare vouloir revenir sur son vote et sollicite une représentation de la proposition ultérieurement… Avec les voix de l’UE, la proposition égyptienne devrait passer !

L’heure du déjeuner a donc été propice à des rapprochements entre l’UE et l’Egypte afin de trouver des intérêts communs (lesquels ?) pour un transfert de la population du crocodile du Nil en Annexe II… Marchandage, compromissions et petites combines entre amis…

 

Une CITES 2010 sans espoir
Après avoir décidé d’abandonner l’ours polaire à son triste sort, scellant ainsi dans un simple vote son destin funeste, l’humanité a décidé de condamner 2 espèces de crocodiles et le thon rouge. D’après des bruits de couloirs, l’extension de la durée du moratoire pour les éléphants semble aussi compromise. Une bonne nouvelle parmi un flot de déceptions en provenance de Doha : la proposition des Etats Unis de supprimer le Lynx de l'annexe 2 a été rejetée.

Source : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40250

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

CITES : le Thon rouge en annexe 1 de la CITES est rejetée...

Publié le par Ricard Bruno

CITES
La proposition de Monaco d'inscrire le Thon rouge en annexe 1 de la CITES est rejetée. L'humanité abandonne les epèces menacées
CITES
La proposition de Monaco d'inscrire le Thon rouge en annexe 1 de la CITES est rejetée. L'humanité abandonne les epèces menacées
Citès

La proposition de Monaco d'inscrire le Thon rouge en annexe 1 de la CITES est rejetée. L'humanité abandonne les epèces menacées.

Monaco proposait d'inscrire le thon rouge en annexe 1 de la CITES...

Face à la proposition ferme et parfaitement argumentée de Monaco d’inscrire le thon rouge à l’Annexe I de la CITES, la France a choisi de militer au sein des pays membres de l’Union européenne puis auprès de toutes les délégations présentes à la CITES pour un texte amendé et totalement dénaturé qui n’a fait que porter une confusion générale dans un débat déjà extrêmement sensible.

La seule position cohérente aurait été de soutenir la proposition monégasque mais en introduisant un amendement repoussant à mai 2011 l’entrée en vigueur de l’Annexe I, avec possibilité de déclasser le thon rouge suivant les données transmises par l’ICCAT, la France (donc l’UE) a provoqué une pagaille comme rarement vue à la CITES… La Lybie s’est introduite dans la brèche ouverte pour demander (ou plutôt exiger) un vote immédiat sur le sujet (alors que l’UE et Monaco avaient sollicité un ajournement des débats pour travailler sur une proposition amendée).

Malheureusement la France a torpillé la proposition !

Le texte a donc été mis au vote dans l’après midi, d’abord celui amendé par l’UE (avec report de la mise en œuvre de l’Annexe I), proposition rejetée, puis la proposition initiale de Monaco a fait l’objet, à son tour, d’un vote là encore très majoritairement négatif (20 pays favorables à l’inscription du thon rouge à l’Annexe I, 68 opposés et 30 abstentions).

Pour la Fondation Brigitte Bardot : « c’est un terrible camouflé, une déception et une honte pour les Européens qui ont une part de responsabilité immense dans l’échec de cette proposition ».

 

Une CITES 2010 sans espoir
Après avoir décidé d’abandonner l’ours polaire à son triste sort, scellant ainsi dans un simple vote son destin funeste, l’humanité a décidé de condamner 2 espèces de crocodiles et le thon rouge. D’après des bruits de couloirs, l’extension de la durée du moratoire pour les éléphants semble aussi compromise. Une bonne nouvelle parmi un flot de déceptions en provenance de Doha : la proposition des Etats Unis de supprimer le Lynx de l'annexe 2 a été rejetée.

Source : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40251

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

SAMEDI 20 MARS 2010 : JOURNÉE INTERNATIONALE SANS VIANDE !

Publié le par Ricard Bruno

A l'heure où la planète croule sous le poids et les nuisances d'un élevage et d'une consommation de produits animaux en pleine explosion, également une source immense de souffrances pour des dizaines de milliards d'animaux massivement exploités chaque année.

 

SAMEDI 20 MARS 2010
est la JOURNÉE INTERNATIONALE SANS VIANDE

affiche

Il s'agit de la journée idéale pour s’informer, franchir le pas et adopter un régime sans cruauté envers les animaux et aux avantages multiples.

Avec le retour du printemps, la Journée Sans Viande (JSV), une campagne internationale à caractère laïque qui se déroule chaque année le 20 mars, donne lieu à travers le monde à des actions d’information et de sensibilisation aux multiples conséquences de la consommation de viande : calvaire des animaux dits de consommation, pillage et pollution de l’environnement, détérioration de la santé humaine et gaspillage massif de céréales.

À l’occasion de l’édition 2010 de la Journée Sans Viande relayée en France par International Campaigns, une trentaine d'actions de sensibilisation au sort des animaux « de consommation » et à la promotion d’une alimentation sans viande auront lieu alentour du 20 mars à travers la France.

Ce sont des centaines d'actions qui sont prévues à travers le monde.

À Paris, samedi 20 mars 2010, de 11h00 à 19h00, dans le quartier des Grands Magasins, rue piétonne Caumartin, 9ème arrondissement, se tiendra un stand d’information et de dégustation de produits sans viande et 100% végétaux accompagné d'une projection de vidéos sur le calvaire des animaux dits « de consommation ». Action autorisée par la Préfecture. D'autres actions sont également prévues à Paris.

En région, de nombreuses actions seront également menées à cette occasion.

« Rien qu’en France, chaque jour, plus de 3 millions d’animaux, soit environ 1 milliard par an, sans tenir compte des animaux aquatiques comptabilisés en tonnes, sont abattus pour la consommation humaine. Êtres sensibles, tous ces animaux réduits à l’état de marchandise sont de plus en plus trafiqués génétiquement et élevés dans des conditions concentrationnaires avant d’être transportés sans ménagement vers l’abattoir pour y être tués de manière brutale. Tant de cruauté et de maltraitance industrialisées alors qu’il est parfaitement possible de ne pas manger de viande et d’être en bonne santé ! », déclare un porte-parole d’International Campaigns, collectif pour les droits des animaux qui relaie la JSV en France depuis 2006.

À propos de la Journée Sans Viande
Manifestation annuelle organisée par l’organisation américaine FARM, la Journée Sans Viande (campagne MeatOut en anglais) est une campagne internationale destinée à encourager une évolution vers un régime éthique et équilibré à base de fruits, de légumes et de céréales en faisant la promotion du large choix d’alternatives à la viande. Chaque année sont organisés partout dans le monde des stands de dégustation de délicieuse nourriture sans cruauté envers les animaux, des actions d’information sur les différentes motivations éthiques pour ne plus manger de viande, des conférences, des cours de cuisine ou des repas sans viande partagés avec des proches, des voisins ou des collègues.

Pourquoi arrêter de manger de la viande ?

  • Par respect des animaux (refus des élevages concentrationnaires, dont les animaux ne sortent que pour être emmenés à l’abattoir dans des conditions souvent extrêmes et après une vie de misère),
  • Par compassion envers les affamés dans le monde (refus du détournement des céréales actuellement destinées à engraisser des animaux mais qui permettraient d’enrayer en partie la faim dans le monde si elles étaient réservées aux populations humaines affamées),
  • Par souci de sa santé (lutte contre les maladies cardiovasculaires, l’obésité et certains cancers),
  • Par respect de l’environnement (l’élevage industriel d’animaux produit notamment d’immenses quantités de méthane et le rejet de lisiers qui polluent l’air, les cours d’eau et les nappes phréatiques).

Contact International Campaigns :

Tél. : 06 86 54 89 56
Email : info@journee-sans-viande.info
Site Web : www.journee-sans-viande.info

Source : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40249

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Vendons la peau de l'ours tant qu'il y en a...

Publié le par Ricard Bruno

DOHA — Le commerce international des ours polaires, mascottes de la lutte contre le changement climatique, restera autorisé car il représente une menace insignifiante comparé à la fonte de la banquise, a estimé jeudi la conférence de la CITES sur les espèces sauvages menacées.

Les Etats-Unis, arguant que leur nombre avait déjà diminué de 30% en trois générations, soit 45 ans, demandaient l'inscription des ours blancs à l'Annexe I de la Convention sur le commerce international des espèces sauvages menacées d'extinction (CITES), prohibant toutes ventes hors des pays de répartition.

Ursus maritimus a été classé en 2008 comme espèce "vulnérable" par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et figure déjà en Annexe II de la Convention depuis 1975 (commerce contrôlé).

Il en reste 20.000 à 25.000 spécimens, répartis entre cinq Etats: les Etats-Unis (Alaska), le Canada, le Groenland, la Norvège et la Fédération de Russie, tous installés le long du cercle polaire arctique où le réchauffement climatique est deux fois supérieur à la moyenne mondiale selon les observations des climatologues.

L'étendue de la glace de mer a diminué de 15 à 20% ces 30 dernières années et un déclin supplémentaire de 10 à 50% est redouté d'ici la fin du siècle.

Parmi ces pays, seul le Canada autorise les exportations de peaux, de trophées, de dents ou d'artisanat réalisé à partir des os.

Un commerce géré par les Inuits auxquels il apporte un complément de revenu, a souligné jeudi en séance un représentant de la communauté, depuis les rangs de la délégation canadienne.

"C'est une source de nourriture et une importante contribution à la marche des foyers et à la survie des Inuits. Nous n'avons ni plante ni arbre chez nous. Et puisque tout le monde reconnaît que la menace principale c'est le changement climatique, ce n'est pas la CITES qui va gérer ça", souligne-t-il.

De son côté, le Groenland a suspendu toute exportation d'ours depuis 2008 mais demande à pouvoir poursuivre la chasse sur ses terres.

Officiellement, 300 ours sont vendus sur le marché international chaque année, dont 210 par le Canada qui affirme qu'à peine 2% des ours polaires "entrent dans le commerce chaque année" et que ce chiffre n'augmente pas.

Mais pour Jane Lyder, chef de la délégation américaine, jusqu'à 700 seraient tués illégalement chaque année, notamment en Russie.

"Nous voulions stimuler un débat sur ces sources multiples de menaces, explique-t-elle. Bien sûr qu'il faut reconnaître la menace potentielle et réelle du changement climatique, mais ce n'est pas suffisant. Le rythme actuel du commerce a un impact, notamment sur le marché intérieur russe".

L'Union européenne a refusé de la suivre, en justifiant de la "bonne gestion" des ours par les populations autochtones.

De leur côté, les organisations dédiées à la conservation étaient divisées sur le dossier: pour l'UICN, TRAFFIC, le WWF ou le World Conservation Trust, la demande américaine était plus "émotionnelle" que scientifiquement fondée.

Mais pour la Fondation Brigitte Bardot, Robin des Bois ou le Fonds mondial de protection des animaux (IFAW), la contrebande est une menace de plus qui pèse sur l'ours blanc.

"C'est une occasion manquée", regrettait jeudi à Doha Jeff Flocken, directeur d'IFAW. "Avec le changement climatique, la pollution, la sur-chasse, le commerce est une menace supplémentaire qui n'est pas indispensable. Maintenant, plus de 3.000 ours vont pouvoir être tués au cours des dix prochaines années", ajoute-t-il.

Source : http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ghKlENhWgPzvF_sRU5VMpuMX2qzA

Partager cet article

Repost 0

CITES : L'ours polaire abandonné par l'humanité : l’Union Européenne met en échec la proposition des Etats-Unis en faveur de l’ours polaire !

Publié le par Ricard Bruno

L'ours polaire abandonné des hommes : les protecteurs sont en deuil...
Devenu, bien malgré lui, le symbole du réchauffement climatique, l’ours polaire vient d’être abandonné à son triste sort par la France et l’Union européenne qui se sont opposés à son transfert à l’Annexe I de la CITES, mesure qui aurait pourtant pu contribuer à sa sauvegarde.


Pour la Fondation Brigitte Bardot :

« L’Union européenne n’a pas été à la hauteur de l’enjeu, elle a peut-être voulu calmer le jeu avec le Canada après la fermeture du marché européen aux produits issus de la chasse aux phoques mais ce marchandage politique n’a pas sa place dans des décisions qui touchent à la survie d’une espèce animale en danger, c’est indigne et profondément choquant. Notre appel à la raison, lancé notamment au Président français Nicolas Sarkozy, n’a pas été entendu. Les défenseurs de l’ours polaire et, plus généralement, de la biodiversité sont en deuil aujourd’hui car une espèce phare est désormais assurée de rejoindre, à court terme, la liste déjà trop longue des espèces disparues.»



WWF : une prise de position attendue mais déplorable
La Fondation Brigitte Bardot dénonce également la position défendue par le WWF qui a milité contre la proposition des Etats-Unis. Cette organisation s’inscrit dans une politique de gestion et non de protection des espèces, passant par un soutien à la chasse et au commerce d’espèces menacées. Lors de son intervention ce matin, le Canada a d’ailleurs fait état de la position du WWF pour justifier son opposition à un renforcement de la protection de l’ours polaire.

Une espèce pourtant classée "vulnérable"
Rappelons que les populations d’ours polaires sont estimées à moins de 25 000 individus répartis sur le cercle arctique, dans 5 états :Canada, Danemark (Groenland), Russie, Norvège, Etats-Unis (Alaska). Une espèce classée « vulnérable » par l’IUCN du fait d’une diminution de la population estimée à 30 % sur 3 générations (45 ans).

L'ours polaire : en tapis plutôt qu'en vie !
A la menace environnementale majeure, représentée par la dégradation de son habitat, s’ajoute la chasse « sportive » et commerciale de l’ours blanc. Entre 1992 et 2006, plus de 31 000 spécimens d’ours blancs ont ainsi fait l’objet de transactions internationales à des fins commerciales (tapis en peau d’ours, etc.) et non commerciales (trophées) ce qui représente, environ, 2086 spécimens par an ; les exportations augmentent depuis le début des années 1990. Sur les 216 peaux, en moyenne, exportées annuellement au cours de cette période… 87 % proviennent du Canada !

Le canada fomente l'arrêt de mort de l'ours polaire
C’est pourquoi, le 8 janvier dernier, Brigitte Bardot intervenait auprès de Stephen Harper, 1er ministre canadien, pour dénoncer le refus du Canada de soutenir la proposition des Etats-Unis. Jugeant « criminelle et totalement irresponsable » la position canadienne, Brigitte Bardot enjoignait le 1er ministre à revenir sur sa position « une attitude contraire signerait l’arrêt de mort de cette espèce et ridiculiserait, une fois encore, le Canada pour sa gestion catastrophique et meurtrière de la faune sauvage ».

Source : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40248

Partager cet article

Repost 0

Ours polaire : son commerce international reste autorisé

Publié le par Ricard Bruno

Ma colère et mon coup de gueule

Un scandale, une honte pour le genre humain, que font les dirigeants de notre planète pour protéger les espèces animales....R I E N ! il se regardent le nombril en laissant « CREVER » ces pauvres animaux qui se font massacrés à tout va, tout cela pour du F R I C !

Ces chers (trop chers dirigeants à tout point de vu) s’en tamponne le coquillard, ils s’en foutent éperdument comme de l’an 40 !

 

Bruno Ricard


L'ours polaire est considéré comme une espèce vulnérable
L'ours polaire est considéré comme une espèce vulnérable!

Doha, Qatar – Malgré les menaces qui rendent la survie de l’espèce incertaine, le commerce international de l’ours polaire n’est toujours pas interdit. La proposition des États-Unis a été rejetée par la Cites (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore menacées d'extinction) lors d’une conférence qui a eu lieu à Doha.

L'ours polaire continuera à servir de tapis et de trophée : la proposition des États-Unis visant à l’interdiction de son commerce n’a pas été adoptée. La chasse à l’ours représenterait une "menace insignifiante" pour l’espèce, comparée au réchauffement climatique.

Les arguments des États-Unis, expliquant que le nombre d’ours polaires dans le monde avait diminué de près d’un tiers en 45 ans se sont opposés à ceux du Canada notamment, pour qui la chasse ne représente pas une menace assez importante et constitue une source supplémentaire de revenu pour les peuples inuits.

Il reste aujourd’hui 20.000 à 25.000 spécimens de cette espèce "vulnérable", répartis entre le Canada, le Groenland, l’Alaska, la Russie et la Norvège. Selon Jane Lyder, chef de la délégation américaine, environ 700 ours polaires seraient tués chaque année pour leur fourrure, leurs dents, leurs os ou pour servir de trophées de chasse. Selon la fondation Brigitte Bardot, ce chiffre s’élèverait à 2.000 depuis le début des années 1990.

Source : http://www.maxisciences.com/ours-polaire/ours-polaire-son-commerce-international-reste-autorise_art6491.html

Partager cet article

Repost 0