Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Grenoble: le tribunal administratif se penche sur le cas de Jumbo, l'hippopotame détenu par un cirque

Publié le par Ricard Bruno

Kenya: un touriste mortellement blessé par un hippopotame

  Un hippopotame - Image d'illustration - 

L'association de défense des animaux One Voice a déposé un recours contre le préfet de la Drôme, dénonçant les conditions de vie indignes de l'animal sauvage.

Partager cet article

Repost0

Décès de Pascale Roberts...

Publié le par Ricard Bruno

Décès de Pascale Roberts...

Décès de Pascale Roberts...ce jour, elle avait joué avec Brigitte Bardot, dans le film..."Le fils de Caroline chérie"...

Elle fût l'épouse De Pierre Mondy dont elle divorça en 1966...

Elle fît sa dernière apparition dans la série télévisée "Workingirls" en 2016

Bruno Ricard 

Décès de Pascale Roberts...

LE CASTING COMPLET


 

RÉALISATEUR

 

AUTEUR OEUVRE PRÉEXISTANTE

 

ADAPTATEUR

 

DIALOGUISTE

 

ASSISTANT RÉALISATEUR

 

AUTEUR DE LA MUSIQUE

 

ACTEURS

 

Partager cet article

Repost0

Les icônes des Sixties exposées à la Polka Factory...

Publié le par Ricard Bruno

Le photographe Hugues Vassal, l’un des garants de la mémoire de la scène musicale des années 1960 en France, expose une série de clichés qui offrent une plongée tantôt touchante tantôt amusante dans l’intimité de Françoise Hardy, Edith Piaf, Jacques Brel ou Johnny Hallyday.

 L’actrice et chanteuse Françoise Hardy avec deux guépards, château de Thoiry, mai 1968. © Hugues Vassal. © L’actrice et chanteuse Françoise Hardy avec deux guépards, château de Thoiry, mai 1968. © Hugues Vassal

On les connait, les icônes des Sixties, génération mange-disques, juke-box et Salut les copains, nommées Françoise Hardy, Sylvie Vartan, Johnny Hallyday ou Claude François. Toutes ont marqué l’arrivée en grande pompe de la culture pop dans le paysage français à grands coups de ballades sentimentales, de minijupes et de coupes de cheveux défiant la gravité. Le photographe Hugues Vassal les a toutes côtoyées, il en garde une impressionnante collection d’images dont une partie est exposée à la Polka Factory jusqu’au 2 novembre.

Icônes des Sixties à la Polka Factory

Tout a commencé avec Edith Piaf, qui en 1955 confie à ce jeune photographe de « France Dimanche » le soin de capturer sa vie quotidienne, publique ou privée. Il suivra « la môme » jusqu’à sa mort, et signera certains de ses plus beaux portraits. Viennent ensuite Charles Aznavour, photographié en manteau de fourrure lors d’une séance de dédicaces chez un disquaire parisien, puis Françoise Hardy et Serge Gainsbourg, qu’Hugues Vassal suit à Londres et photographie au pied d’un arbre de Hyde Park, en pleine composition d’une chanson, quelques minutes avant de rejoindre un studio d’enregistrement loué pour à peine quelques heures. « Il est monté dans l’avion à la dernière minute, pas rasé, encore saoul de la veille » se souvient Hugues Vassal dans le livre Dans l’intimité des stars de la chanson qui accompagne l’exposition, paru aux éditions de l’Archipel. Une chanson composée sur le pouce par un Gainsbourg un peu ivre, qui deviendra Comment te dire adieu, l’un des plus grands succès de Françoise Hardy. « Ce jour-là, j’ai compris ce qu’était le talent. » Des anecdotes de la sorte, Hugues Vassal en a à revendre. Jacques Brel, Brigitte Bardot, Enrico Macias, Johnny Hallyday (à l’époque où un certain Jimi Hendrix assurait ses premières parties), Sheila, tous sont passé par l’objectif du co-fondateur de l’agence Gamma, qui en a immortalisé les facette les plus drôles ou les moments les plus mémorables : Annie Cordy braquant un revolver sur une pomme posée sur la tête d’Antoine lors d’une séance de répétitions en 1969, Enrico Macias en peignoir, hilare, vautré dans un canapé de son appartement parisien en 1965, ou Jacques Brel cirant ses chaussures dans une loge de l’Olympia, le soir où a été enregistré la célébrissime Amsterdam qui fait encore frissonner des générations. Toutes sont exposées à la Polka Factory, et disponibles en tirages à partir de 60 €.

 L’actrice Brigitte Bardot pendant la conférence de presse de “Et Dieu créa la femme”, 1956  © Hugues Vassal

L’actrice Brigitte Bardot pendant la conférence de presse de “Et Dieu créa la femme”, 1956 © Hugues Vassal

Johnny et Sylvie l’amour fou, Paris, vers 1965  © Hugues Vassal

Johnny et Sylvie l’amour fou, Paris, vers 1965 © Hugues Vassal

Le chanteur et navigateur Antoine avec Annie Cordy lors d’une répétition, septembre 1969  © Hugues Vassal

Le chanteur et navigateur Antoine avec Annie Cordy lors d’une répétition, septembre 1969 © Hugues Vassal

Sweet Sixties de Hugues Vassal, jusqu’au 2 novembre à la Polka Factory, 14 rue Saint-Gilles, 75003 Paris.

 

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Les célébrités anti corrida se mobilisent (le 24 10 2019 CNEWS)

Publié le par Ricard Bruno

Sur CNEWS le 24 10 2019 dans l’émission de Morandini, les célébrités anti corrida se mobilisent face aux pro corrida qui sortent du bois. BRAVO au célébrités anti meurtres, on ne peut laisser perdurer une telle horreur sur le sol Français en un mot comme en cent...CORRIDA= BASTA ! Bruno Ricard

Brigitte Bardot en photos...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot en photos...Brigitte Bardot en photos...Brigitte Bardot en photos...
Brigitte Bardot en photos...Brigitte Bardot en photos...Brigitte Bardot en photos...
Brigitte Bardot en photos...Brigitte Bardot en photos...

Partager cet article

Repost0

Rejet du recours d'une association pour faire interdire les combats de coqs

Publié le par Ricard Bruno

Une association de protection animale voulait faire interdire les combats de coqs programmés ce dimanche à Laventie (Pas-de-Calais) dans le cadres des Journées du patrimoine, a-t-elle indiqué jeudi dans un communiqué.

La région Nord/Pas-de-Calais est la seule région de France métropolitaine  où cette tradition est encore autorisée

La région Nord/Pas-de-Calais est la seule région de France métropolitaine où cette tradition est encore autorisée

"Le tribunal administratif de Lille a rejeté notre référé suspension, sans  faire connaître sa motivation", a déclaré le secrétaire de l'association Oscar et Pilitte, Antony Blanchard.

Selon l'association, la manifestation était "non conforme" à la loi du 8 juillet 1964, qui autorise les combats de coqs "dans les localités où une tradition ininterrompue peut être établie".

"Il n'y a pas de tradition ininterrompue à Laventie. (Les organisateurs) font transférer le gallodrome de Chocques (une commune du Pas-de-Calais, ndlr) dans une salle des fêtes, c'est inconcevable. C'est comme déplacer les arènes d'Arles à Marseille", a estimé Antony Blanchard, secrétaire de l'association. 

L'association maintient sa plainte

L'association a précisé qu'elle maintenait sa plainte contre la commune de Laventie pour "organisation d'une manifestation non conforme à la loi de  juillet 1964" et "cruauté envers animaux".  "Nous avons également plaidé l'annulation des combats auprès du procureur de la République de Béthune et nous attendons encore sa décision".

La commune de Laventie a indiqué qu'elle maintiendrait les combats de coqs, qui se dérouleront dans sa salle des fêtes à partir de 15h30. "Cela fait partie de notre patrimoine", a insisté le premier adjoint au maire, Daniel Legillon.

Le Nord-Pas-de-Calais est la seule région de France métropolitaine où cette  tradition est encore autorisée. Elle compte plus d'un millier de coqueleurs et  une cinquantaine de gallodromes.

La Fondation Bardot s'en mêle

La Fondation Brigitte Bardot avait décidé d'"interpeller ce (jeudi) soir le ministère de l'Intérieur à ce sujet", a indiqué son porte-parole Christophe Marie. "On appelle le maire de Laventie à revenir sur sa décision et à se conformer à la réglementation."

Les combats de coqs sont interdits en France, sauf "dans les localités où une tradition ininterrompue peut être établie" en vertu de la loi du 8 juillet 1964 qui interdit toutefois la création de nouveaux gallodromes. "A Laventie, il n'y a pas de gallodrome, c'est donc totalement illégal. Si le maire maintient ces combats de coqs, on portera plainte contre lui et l'ensemble des organisateurs pour création d'un gallodrome et actes de cruauté".

La Fondation Brigitte Bardot a décidé d'"interpeller jeudi le ministère de l'Intérieur à ce sujet", a ajouté le porte-parole.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Un chien, abandonné dans un bois, retrouvé mort dans sa niche à Blendecques

Publié le par Ricard Bruno

Un chien a été retrouvé mort dans le bois des Dames à Blendecques. Il y avait sans doute été amené quelques jours plus tôt dans sa niche. La société protectrice des animaux de Saint-Omer va porter plainte.

C’est un promeneur, Jean-Luc Véniel, 66 ans, qui allait à la cueillette aux champignons dans le bois qui a découvert l’animal sans vie.

C’est un promeneur, Jean-Luc Véniel, 66 ans, qui allait à la cueillette aux champignons dans le bois qui a découvert l’animal sans vie.

Un chien, un cocker, a été retrouvé mort dimanche 20 octobre dans le bois des Dames à Blendecques. Le canidé aurait été abandonné là et amené jusque dans les bois dans sa propre niche.

C’est un promeneur, Jean-Luc Véniel, 66 ans, qui allait à la cueillette aux champignons, qui a découvert l’animal sans vie. « J’ai vu qu’il y avait un chien dans une boîte, j’ai prévenu la mairie et la police municipale. » Lundi 21 octobre après-midi, les policiers municipaux et le maire Rachid Ben Amor se sont rendus sur les lieux : « C’est scandaleux, ignoble, peste l’édile. De toute ma vie, je n’ai jamais vu ça. Il faut vraiment être culotté pour amener ce chien jusque dans le bois, dans sa niche. »

« Identifier l’auteur et sévir »

La société protectrice des animaux de Saint-Omer (SPA) a été appelée sur les lieux : « On emmène le corps afin que notre vétérinaire procède à l’autopsie », explique Peggy Derollez, directrice de la SPA. Cette dernière va porter plainte. La police municipale espère pouvoir remonter jusqu’au maître du chien. « Il va falloir identifier l’auteur et sévir », indique le maire.

Le chien a été retrouvé dans le bois.

Le chien a été retrouvé dans le bois.

Partager cet article

Repost0

Papaye France : Newsletter

Publié le par Ricard Bruno

Papaye France : Newsletter
Papaye France : Newsletter
Papaye France : Newsletter
Dorothée Prak
Association Papaye International

46 Hameau du Val de Gilly  83310 Grimaud

 

https://www.association-papaye-france.fr

 

https://www.facebook.com/association.papaye.france.officiel.21/ 

 

https://www.helloasso.com/associations/association-papaye-international 

  

Soutenir Papaye International au quotidien sans débourser un centime ? C'est possible en remplaçant son moteur de recherche sur internet par LILO.
LILO est un moteur de recherche anti-pub qui redistribue les revenus de la pub à des ONG : 
https://www.lilo.org/fr/association-papaye/

Partager cet article

Repost0

Un vieux Berger allemand maltraité à l’arrière d’un supermarché !

Publié le par Ricard Bruno

Tayson, un chien Berger allemand de 10 ans, était attaché en permanence dans l’arrière-boutique d’un supermarché à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne). Intervenue avec le commissariat de police de Moissy-Cramayel pour secourir l’animal maigre et couvert de plaies, la Fondation 30 Millions d’Amis a porté plainte pour maltraitance et abandon.

Des clients qui remplissent leur panier, sans se douter de ce que cache l’épais rideau en caoutchouc qui les séparent de l’espace de stockage… Tayson, un Berger allemand âgé de 10 ans, vivait enfermé en permanence dans l’arrière-boutique de ce supermarché Savigny-le-Temple (77), géré par son maître ! Alertées par un signalement du voisinage, les équipes de la Fondation 30 Millions d’Amis et le commissariat de police de Moissy-Cramayel sont venues lui porter secours. « J’ai vu au sol, une masse au fond de la réserve en plein milieu des cartons, témoigne Brigitte, enquêtrice bénévole à la Fondation 30 Millions d’Amis. J’ai ressenti une forte odeur d’urine et de putréfaction, et constaté que le chien gisait dans ses excréments. »

Contraint de se nourrir de ses selles pour survivre…

Lors de l’intervention, nos équipes découvrent une situation cauchemardesque. Le frêle Tayson peine à tenir sur ses pattes, souffrant d’une grave infection rénale, de problèmes articulaires et de nombreuses escarres (plaies dues à l’immobilité) grouillantes d’asticots. Un état sanitaire critique, qui ne lui épargne ni la cruauté ni la violence… « Malgré notre présence, le gérant et les employés ont poussé le chien à plusieurs reprises avec le transpalette, car il gênait le passage », rapporte la bénévole, outrée ! Comble de l’horreur, alors qu’il est entouré de stocks alimentaires, le vieux Berger allemand, trop peu nourri, est contraint de manger ses selles pour survivre…

Transféré au refuge 30 Millions d’Amis de la Tuilerie, Tayson a dû être soigné en urgence : « S’il n’avait pas été secouru à ce moment-là, il lui restait probablement très peu de temps à vivre, commente Anne Puggioni, responsable du refuge. On n’est pas passé loin de la catastrophe ». A son arrivée, le chien plissait les yeux, intolérant à la luminosité extérieure tant il était resté cloîtré dans la pénombre de l’entrepôt. Recouvrant peu à peu ses forces grâce à un traitement contre l’infection urinaire qui l’a libéré de ses terribles douleurs aux reins, Tayson parvient à présent à marcher pendant 15 minutes matin et soir… une petite victoire.

Tayson attend sa famille d’accueil

« C’est un animal qui, au lieu de pouvoir gambader régulièrement, a vieilli sans exercice physique, ni soin, ni affection », se désole Arnauld Lhomme, responsable des enquêtes à la Fondation 30 Millions d’Amis. Une plainte a été déposée pour maltraitance et abandon d’animal domestique. « Vu son âge déjà avancé, Tayson risque de finir sa vie en refuge », s’inquiète néanmoins Anne Puggioni. Tayson bénéficie de l'Opération Doyens de la Fondation 30 Millions d'Amis, qui s’engage à régler les éventuels frais vétérinaires, à hauteur de 600 euros. Pour devenir famille d’accueil et offrir à ce chien martyrisé la tendresse dont il a tant manqué, merci de contacter notre équipe au 01 64 00 15 45.

 

 

Un vieux Berger allemand maltraité à l’arrière d’un supermarché !

Partager cet article

Repost0

Garder son animal en Ehpad, c’est (bientôt) possible !

Publié le par Ricard Bruno

Garder son animal en Ehpad, c’est (bientôt) possible !
Vivre ensemble

Une nouvelle association, Terpta, se bat pour proposer aux Ehpad une structure permettant aux résidents de continuer à s’occuper de leur animal, chien ou chat. Explications

Les bienfaits des animaux auprès des personnes âgées sont largement reconnus et avérés. Cela s’observe notamment à travers toutes les initiatives autour de la médiation animale qui émergent dans les hôpitaux, les maisons de retraite et les Ehpad. Malgré tout, arriver dans ces structures avec son propre animal de compagnie est quasi impossible. Dans le meilleur des cas, la personne confie son animal à de la famille ou à des amis, dans le pire, il est laissé dans un refuge, voire euthanasié. Ainsi, conserver le lien merveilleux qui unit une personne âgée à son animal est la mission première que s’est donnée l’association Terpta (Tu es responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé), créée il y a un an. La marraine n’est autre que la célébrissime Brigitte Bardot et le parrain, l’écrivain Henry-Jean Servat.

 Brigitte Bardot, cette icône de la cause animale, nous a fait le grand honneur d'être notre marraine et nous l'écrit. Pas assez de mots pour lui dire combien nous lui sommes reconnaissants.     53     6   116

Brigitte Bardot, cette icône de la cause animale, nous a fait le grand honneur d'être notre marraine et nous l'écrit. Pas assez de mots pour lui dire combien nous lui sommes reconnaissants. 53 6 116

Leur projet est simple : offrir aux Ehpad qui en font la demande, une solution clé en main ne générant pas de charge supplémentaire en termes de personnel ni de logistique. « Car aucun règlement n’interdit l’accueil d’animaux ! Cela est principalement refusé par les établissements en raison de la charge de travail et de matériel que cela nécessite », explique Fabienne Houlbert, présidente de l'association Terpta.

Un projet ambitieux

Sur le papier, le projet de Terpta est abouti et le moindre détail est réfléchi : l'Ehpad signe une convention avec l'association et celle-ci s'occupe des installations extérieures nécessaires pour accueillir chiens et chats dans les meilleures conditions possibles (électricité, chauffage, nourriture, bungalow…). " Nos infrastructures pourront au maximum accueillir 12 chats et 8 chiens. Les résidents (propriétaires d'un animal ou non) pourront y rester toute la journée s’ils le veulent puisque des bénévoles et des auxiliaires vétérinaires seront présents de 8 h à 19 h, 7j/7, pour s’occuper des animaux et accueillir les personnes âgées ", détaille Fabienne Houlbert. Un comportementaliste viendra également faire une évaluation à chaque nouvel animal arrivant dans la structure. " Grâce à nous, cela pourrait permettre aux personnes âgées de ne pas se voir refuser une adoption ", souligne la créatrice de ce beau projet.

À lire aussi : La belle vie d’Oscar, chien d’Ehpad

Côté financement, l’Ehpad devra payer seulement la moitié des installations et n’aura à s’occuper de rien. « Nous avons compté entre 12 000 et 25 000 euros par an et par Ehpad, selon les formules. L’établissement devra ainsi participer entre 6 000 et 12 500 euros, précise la directrice de Terpta. À côté, nous sommes en train de rechercher des partenaires et des assurances animales puisque cela risque d’être de vieux animaux pour lesquels il faudra payer les frais vétérinaires ». L’association est également à la recherche de dons et de bénévoles. Plus d’informations sur le site internet : www.terpta.fr

Un Ehpad pilote en 2020

Pour l’instant, l’association est en phase de communication, de recherche de partenaires et, surtout, à la recherche d’un Ehpad pilote pour commencer officiellement cette aventure. Elle espère inaugurer le premier bungalow d’ici début 2020. « On voudrait également développer ce service aux résidences pour seniors qui acceptent les animaux. Une structure "Terpta" à proximité leur permettrait de faire appel à nous au moindre souci », ajoute Fabienne Houlbert.

À lire aussi :  Témoignage : j’ai fait de mon chien un chien visiteur

Toutefois, cette association souhaite dans le futur étendre encore plus son champ d’action ! « L’ADN de Terpta est l’intégration de l’animal de compagnie dans les changements de vie de son maître, quels qu’ils soient. Ainsi, nous avons déjà été approchés par Aéroports de Paris afin de réfléchir aux problèmes qui surviennent lors de voyages d’animaux en soute. L’objectif serait de pouvoir accompagner l’animal pendant tout le processus afin d’éviter les accidents. Mais c’est quelque chose de très compliqué à mettre en place, entre les problèmes de sécurité nationale et de compagnie aérienne… », conclut la passionnée d'animaux.

Le nouveau dispositif de la SPA pour les seniors : début octobre, la SPA a lancé un tout nouveau dispositif intitulé « famille senior », afin de les aider à accueillir un animal chez eux. Le principe est que les services sociaux des mairies vont identifier des personnes âgées pour lesquelles la compagnie d’un animal serait bénéfique. L’équipe de la SPA se rend ensuite chez elles pour évaluer les conditions d’accueil et être en mesure de proposer à chaque personne des chiens ou des chats, souvent âgés, adaptés à leur mode de vie. La particularité est que la SPA reste propriétaire de l’animal. Aussi, si la personne n’est pas imposable, l’association prévoit de prendre en charge l’alimentation et les frais vétérinaires avec une aide des communes. Ce projet est testé dans un premier temps au refuge d’Orgeval (78).