Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Filmographie Brigitte Bardot : La Vérité

Publié le par Ricard Bruno

Filmographie Brigitte Bardot : La Vérité

La Vérité est un film franco-italien réalisé par Henri-Georges Clouzot, sorti en 1960. Le film est nommé à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère en 1961.

Synopsis

Dominique Marceau (Brigitte Bardot), une séduisante jeune femme, est jugée en cour d'assises pour le meurtre de son amant, Gilbert Tellier (Sami Frey). Au cours des audiences, le véritable visage de l'accusée se dessine peu à peu.

Gilbert, un jeune chef d'orchestre, promis à Annie (Marie-Josée Nat), violoniste, tombe amoureux de Dominique, la sœur de celle-ci. C'est la première fois que Dominique se sent amoureuse. Néanmoins cela devient aussi pour elle un engagement trop important pour sa jeunesse instable. On lui reprochera ses mœurs légères durant le procès.

C'est pour Gilbert la révélation d'une passion dévorante, mais trop possessive pour Dominique. Pour Annie c'est un drame. Dominique, cependant, trompe Gilbert pour se venger après qu'il l'a quittée en croyant qu'elle l'avait préalablement trompé.

Ce dernier retourne auprès d'Annie et se fiance avec elle. Dominique sombre dans la dépression en apprenant la nouvelle. Elle tente alors de revoir Gilbert. Gilbert aura encore une dernière aventure, secrète et fugace avec Dominique, mais lui dira au matin qu'il n'est plus amoureux. Dominique, dépressive, se trouve un pistolet pour éventuellement se suicider. Des semaines plus tard, Dominique, encore amoureuse, vient au domicile de Gilbert. Alors qu'elle vient menacer de se suicider devant lui, il la repousse avec une grande violence verbale, elle le tue spontanément. Elle cherche immédiatement à se suicider, mais sans effet, ayant vidé son chargeur dans la fureur de son acte. Elle tente alors de se suicider au gaz. Sauvée in extremis, elle passe devant les assises pour meurtre.

Fiche technique

Distribution

Production

Le tournage a eu lieu à partir du  dans les studios Franstudio de Joinville-le-Pont.

Autres lieux

Accueil

« Un scénario dont l'architecture est un modèle d'ingéniosité et de précision, une mise en scène qui ne laisse pas l'ombre d'une chance au hasard, une interprétation dirigée de main de maître, voilà ce que nous offre La Vérité. »

— Jacques de Baroncelli, Le Monde

Box office

Le film fait salle comble durant de nombreuses semaines, provoquant un bouche à oreille de qualité. Le film tiendra l'affiche de nombreux mois et deviendra encore un énorme succès pour Henri-Georges Clouzot et Brigitte Bardot avec 5 692 000 entrées en France.  

Autour du film

  • Clouzot a déclaré avoir eu l'idée du scénario après avoir assisté à différents procès d'assises. Le film est notamment l'adaptation d'un fait divers bien réel, l'histoire de Pauline Dubuisson, jugée en 1953 pour le meurtre de son ex-fiancé, qu'elle a tué après qu'il a rompu avec elle et s'est fiancé avec une autre jeune femme. Si Pauline Dubuisson avait quelques traits communs avec le personnage du film, notamment les mœurs légères, ce n'était pas la jeune femme oisive du film. Le réalisateur a, par ailleurs, écarté l'épreuve subie par Pauline lors de l'épuration à la Libération, où elle fut tondue et violée pour avoir été la maîtresse d'un médecin-colonel allemand.
  • La Vérité révéla le talent de tragédienne de Brigitte Bardot dont l'interprétation fut soulignée unanimement par la critique[réf. nécessaire].
  • Brigitte Bardot et Sami Frey vécurent une histoire d'amour après le film.
  • Henri-Georges Clouzot, connu pour sa grande dureté, sa misogynie et sa technique consistant à pousser à bout nerveusement les actrices de ses films, poussa tellement Brigitte Bardot à « cracher ses tripes », que cette dernière, trop imprégnée de son personnage bien après la fin du tournage, commit une tentative de suicide, comme Dominique à la fin du film. Jacques Perrin a d'ailleurs révélé qu'avec Sami Frey ils avaient tous les deux menacé Clouzot de quitter le tournage si ce dernier continuait à crier sur les acteurs.
Partager cet article
Repost0

Fondation Brigitte Bardot : Info journal n°112 du 1er trimestre 2020

Publié le par Ricard Bruno

Info journal n°112 du 1er trimestre 2020

Info journal n°112 du 1er trimestre 2020

Info journal junior n°62 du 1er trimestre 2020

Info journal junior n°62 du 1er trimestre 2020

L'appel de Brigitte Bardot à Emmanuel Macron pour que les adoptions d'animaux reprennent au plus vite

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot. Photo DR archives

Brigitte Bardot. Photo DR archives

Personnalité de premier plan et voix qui compte pour la cause animale, Brigitte Bardot a interpellé le président Emmanuel Macron pour demander à ce que les adoptions d'animaux puissent reprendre dans les refuges. Elles sont pour l'instant interdites à cause du confinement. Les associations de protection animale craignent une "vague d'euthanasie sans précédent".

Depuis le début du confinement, l'adoption des animaux dans les refuges et auprès des associations de protection animale est interdite.

Brigitte Bardot a rejoint l'appel lancé par l'association Ethics For Animals et du Collectif Chats 100% Stérilisation Obligatoire pour que celles-ci puissent reprendre au plus vite.

Un appel signé par de nombreuses personnalités et qui interpelle directement le Président de la République qui "ne peut ignorer le travail difficile et irremplaçable des associations de protection animale, plébiscité par une très grande majorité de français".

Ceux-ci craignent qu'une "vague d'euthanasies d'animaux sans précédent risque de s'abattre sur notre pays".

"La mesure consistant à interdire les adoptions d'animaux abandonnés pris en charge par les associations de protection animale, sonne le glas de la mission de ces associations. Les animaux, victimes collatérales de la pandémie, pourraient mourir par milliers, euthanasiés en masse, faute de pouvoir être confiés à des familles responsables, volontaires pour les accueillir, sélectionnées et suivies par les associations. Autoriser les adoptions c'est sauver des vies animales!", déclarent les personnalités.

 

Pétition : Cliquez ICI 

Elle a réuni plus de 60.000 signatures en moins de 48 heures! 

Brigitte Bardot sur la cruauté animale en Chine : “Je suis écœurée par le manque de réaction des dirigeants mondiaux”

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot sur la cruauté animale en Chine : “Je suis écœurée par le manque de réaction des dirigeants mondiaux”

La pandémie de coronavirus n’épargne rien ni personne. Et surtout pas les animaux. En Chine, où ils sont accusés d’être à l’origine du fléau mondial, ils sont toujours maltraités, massacrés et vendus sur des marchés dans des conditions barbares. En France, chiens et chats domestiques sont aussi lâchement abandonnés. L’ancienne actrice et militante historique de la cause animale, Brigitte Bardot, dénonce “les atrocités” pratiquées en Asie, “l’indifférence totale” du gouvernement d'Emmanuel Macron et la mondialisation. Entretien révolté.

Valeurs actuelles. La pandémie de coronavirus a mis en lumière la terrifiante réalité des marchés d’animaux en Chine et en Asie plus largement, où chiens, chats et de nombreuses autres espèces sont massacrés et vendus en toute liberté. Que vous inspirent ces images ?
Brigitte Bardot. 
Il est inadmissible et révoltant que de telles atrocités soient toujours tolérées au XXIe siècle, dans un monde moderne mais toujours aussi inhumain, hélas ! La Chine est connue pour le raffinement de ses supplices, son indifférence à toute critique, la puissance de sa dictature, et sa progression de mainmise sur le monde. Leurs « marchés humides » sont leurs traditions ancestrales. Ils y accumulent des cages contenant leurs animaux de prédilection vivants qu’ils tuent devant leurs clients, leur garantissant ainsi la fraîcheur du produit. Ce sont des chiens, des chats, des tortues, des civettes, des serpents, des pangolins (en voie de disparition), etc. Le tout dans une saleté innommable, dans une odeur pestilentielle. Le fait qu’ils soient vivants multiplie les risques de maladies.

Que répondez-vous à ceux qui défendent ces pratiques culturelles barbares au nom de la tradition ?
Je suis écœurée par le manque de réaction des dirigeants mondiaux qui laissent perdurer ces atrocités dans l’indifférence la plus totale. Les traditions dans leur ensemble sont barbares, n’ont pas évolué depuis la nuit des temps où les sacrifices mettaient les humains à l’abri des forces occultes. Je pense qu’à l’époque actuelle où l’homme rêve de conquérir l’univers, il y a un décalage monstrueux qui doit être aboli. C’est pareil pour les « rituels » halal et casher, qui pratiquent les égorgements sans étourdissement avant la saignée. Idem pour les « Macumbas » brésiliennes et les « Vaudous » d’Haïti qui se pratiquent encore un peu partout dans les îles où des habitants gardent leurs sorcelleries ancestrales africaines.

Comment expliquez-vous que ces pratiques ne suscitent pas davantage de scandale en Europe et en France ?
Parce que tout le monde s’en fout ou est ignorant quand on dénonce les horreurs que subissent les animaux en France, on n’a pas de retour. Les gouvernements ferment les yeux au nom des rapports économiques. Alors en Chine, ils n’en ont rien à foutre… c’est loin !

Il y a partout dans le monde des gens formidables qui tentent avec des moyens souvent dérisoires de sauver ce qu’ils peuvent sauver. Mais c’est un combat de David contre Goliath.

Comment jugez-vous justement le silence assourdissant des autorités et des politiques français sur ces horreurs qui perdurent pourtant depuis plusieurs décennies ?
Peut-être que l’apocalypse actuelle redonnera un peu de sens des responsabilités sur ce sujet aux dirigeants du monde. Car c’est le monde entier qui est impacté, affaibli par une Chine triomphante à laquelle nous mendions le strict nécessaire pour assurer notre salubrité. Se pose aussi une question cruciale : un laboratoire de recherches bactériologiques est implanté à proximité de la ville de Wuhan d’où est partie la pandémie. Ce labo a été en partie financé par la France. Bernard Cazeneuve en a averti le public avec des termes élogieux dans les années 2013, lors de sa mise en service. Alors ? Je pose la question : ce virus se serait-il échappé volontairement ou involontairement ? Une guerre bactériologique serait-elle envisageable ?

Malgré tout, de plus en plus de voix dénoncent ces pratiques arriérées, y compris en Asie. En Corée du Sud, des activistes sauvent des animaux par milliers tous les ans. Et des associations occidentales mobilisent sur le terrain. Y voyez-vous tout de même une lueur d’espoir ?
Oui, on dénonce, on se révolte, il y a partout dans le monde des gens formidables qui tentent avec des moyens souvent dérisoires de sauver ce qu’ils peuvent sauver. Mais c’est un combat de David contre Goliath. Pendant ce temps, tous les ans, le 21 juin, perdure « le festival de la viande de chien » à Yulin où 10 000 à 15 000 chiens sont battus à mort, brûlés vifs ou jetés dans de l’eau bouillante avant d’être dépecés puis mangés par une population en liesse, se riant de l’horreur et de la douleur animale. Je n’ai aucune lueur d’espoir mais une rage, une haine, une révolte, un désespoir et un écœurement, qui me donnent des envies de meurtre ! Ce ne sont plus des êtres humains mais des monstres ! C’est une révolte mondiale qui peut faire cesser de pareilles tortures inhumaines. Il faut boycotter le « made in China ».

En France, des comportements liés à la pandémie suscitent aussi l’inquiétude des associations. Demandes d’adoption « temporaire » et « locations » de chiens en ligne pour échapper au confinement, transports d’animaux dans des conditions infernales, hausse des abandons et même promenades interdite par un arrêté municipal… Comment jugez-vous la situation ?
Malheureusement, en France, ce n’est pas la pandémie qui inquiète les associations et les fondations, c’est une indifférence totale du gouvernement au sort des animaux. Bien sûr, le coronavirus apporte un énorme problème de plus à ceux que nous avons déjà. Des imbéciles se débarrassent de leurs chiens et de leurs chats, pensant qu’ils sont vecteurs et porteurs du virus, alors que des vétérinaires et des médecins ont déclaré dans la presse et à la télé que ces animaux étaient sains et en aucun cas dangereux pour l’homme. Mais on est cerné par les cons, même confinés !

Cette mondialisation est une catastrophe humaine et animale. Tous ces échanges de marchandises, tous ces échanges animaliers d’un pays à l’autre sont vecteurs de traumatismes et de maladies.

D’autres les passent à la javel. Résultat : des brûlures atroces qui font hurler de douleur ces pauvres animaux qui garderont à vie leur chair à vif où aucun poil ne repoussera. La bêtise est le mal du siècle et aucun traitement ne pourra y remédier. Les transports d’animaux sont une des tortures les plus abominables que l’humain puisse faire aux animaux, entassés, bourrés dans des camions, des petits veaux à peine sevrés arrachés à leurs mères, affolés, épouvantés, assoiffés, étouffés, subissent des dizaines d’heures de transport, cargaison agonisante d’un pays à un autre, pour y être engraissés avant l’abattoir.

Pour moi, cette mondialisation est une catastrophe humaine et animale. Tous ces échanges de marchandises, tous ces échanges animaliers d’un pays à l’autre sont vecteurs de traumatismes et de maladies. Dans le temps, la peste et le choléra étaient importés par des navires, aujourd’hui par le tourisme affolant, par les migrations incontrôlées. Nous accueillons tous les microbes, les insectes destructeurs, maladies inconnues qui détruisent nos arbres, nos légumes, nos fruits. Y’en a marre ! Contrôlons nos frontières, vivons de nos ressources avec ce que nous offrent nos cultivateurs, nos horticulteurs, nos agriculteurs, nos paysans merveilleux. « Labourages et pâturages furent les deux mamelles de la France.»

Quelles actions votre Fondation mène-elle pour lutter contre la maltraitance et contre les dérives liées au confinement en France ? Quel message souhaiteriez-vous adresser au Président Macron ?
Ma Fondation mène un combat permanent sur le terrain, en France comme dans 70 pays dans le monde pour lutter contre toutes les formes de maltraitance. A ce jour, « l’Arche de BB » recueille plus de 6 500 animaux sur notre territoire. Pour tous savoir de nos actions, je vous invite à visiter notre site : fondationbrigittebardot.fr. Concernant le confinement, nous redoutons une vague d’abandons liés à l’hospitalisation ou au décès de maîtres. Nous appelons donc à la responsabilité, à l’entraide et à la solidarité afin de trouver des solutions pour les pauvres animaux concernés, car tous les refuges de France sont déjà saturés. Je n’ai aucun message à faire passer à Macron. Par contre, je tiens à vous remercier de m’avoir accordé cette interview. Je vous embrasse sans masque mais avec reconnaissance.


Dans une lettre ouverte adressée au gouvernement, Brigitte Bardot et d’autres personnalités réclament des mesures en faveur de la protection animale française. Pour signer la pétition, rendez-vous sur le site protectionanimale-covid19.com.

Source de l'article : Cliquez ICI

Chasse : des dérogations pour les chasseurs !

Publié le par Ricard Bruno

Chasse : des dérogations pour les chasseurs !

La question de la chasse durant le confinement s’est posée dès le début de la pandémie de coronavirus en France. Autorisée dans un premier temps dans des conditions strictes, elle avait finalement été interdite après un rétropédalage du Ministère de l’Agriculture, comme le rapporte le magazine Huffington Post.

Certaines préfectures ont cependant décidé d’accorder de rares dérogations aux chasseurs afin que ceux-ci puissent réguler la population d’animaux sauvages et éviter la survenue de dégâts dans les villes au sein desquelles ils s’aventurent désormais ou dans les cultures. Car alors que l’activité humaine est désormais suspendue, la nature continue de vivre.

 

Chasse : des dérogations pour les chasseurs !

Mais l’exercice de ces chasses spéciales devra se faire dans des conditions strictes qui respectent les gestes barrières édictés par le gouvernement : les chasseurs seront seuls. Les battues collectives sont strictement interdites. Ces dérogations, pour le moment, se comptent sur les doigts d’une main.

 

Dans les Landes, la préfecture en a délivré pour permettre de chasser les sangliers qui menacent les cultures. En Aude et en Côte-d’Or, ces mêmes sangliers seront nourris de grains sur leur lieu de vie afin d’éviter qu’ils ne s’en prennent aux champs. La Fédération Nationale des Chasseurs, de son côté, explique que les personnes ayant obtenu une dérogation doivent se munir de leur permis de chasse, ainsi que de l’autorisation de sortie émise par les autorités et d’une copie de l’arrêté préfectoral.

#Covid_19 Alors que la France est confinée, les chasseurs (cet Etat dans l'Etat) s'autorisent à poursuivre leurs nuisances et à perturber la nature, notamment en continuant à agrainer, favorisant ainsi la reproduction des sangliers... pour ensuite légitimer leur abattage !
Citer le Tweet
Pierre Rigaux
 
@RigauxNature
·
Tir nocturne des sangliers autorisé à certains chasseurs dans l'Eure (Arrêté préfectoral du 20/3). Nourrissage des sangliers en forêt autorisé en Haute-Marne (AP du 20/3) et Côte d'Or (AP du 24/3), théoriquement pour les éloigner des cultures.

La Fondation Brigitte Bardot a dénoncé ses dérogations sur son compte Twitter :

 

Alors que la France est confinée, les chasseurs (cet Etat dans l’Etat) s’autorisent à poursuivre leurs nuisances et à perturber la nature, notamment en continuant à agrainer, favorisant ainsi la reproduction des sangliers… pour ensuite légitimer leur abattage.

Source de l'article : Cliquez ICI

Brigitte Bardot L'histoire d'une chanson : La Madrague...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot  L'histoire d'une chanson : La Madrague...
La madrague/Compositeurs
La chanson La Madrague, écrite en 1962, n'est pas la première chanson que Jean-Max Rivière a livrée pour Brigitte Bardot. Mais elle marque les débuts de sa collaboration avec Gérard Bourgeois. Jean-Max Rivière se rappelle : « J'ai reçu, un jour, un coup de fil d'un gars qui se disait pianiste et voulait me rencontrer.
Paroles
Sur la plage abandonnée
Coquillages et crustacés
Qui l'eût cru! Déplorent la perte de l'été
Qui depuis s'en est allé
On a rangé les vacances
Dans des valises en carton
Et c'est triste quand on pense à la saison
Du soleil et des chansons
Pourtant je sais bien l'année prochaine
Tout refleurira, nous reviendrons
Mais en attendant je suis en peine
De quitter la mer et ma maison
Le mistral va s'habituer
À courir sans les voiliers
Et c'est dans ma chevelure ébouriffée
Qu'il va le plus me manquer
Le soleil mon grand copain
Ne me brûlera que de loin
Croyant que nous sommes ensemble un peu fâchés
D'être tous deux séparés
Le train m'emmènera vers l'automne
Retrouver la ville sous la pluie
Mon chagrin ne sera pour personne
Je le garderai comme un ami
Mais aux premiers jours d'été
Tous les ennuis oubliés
Nous reviendrons faire la fête aux crustacés
De la plage ensoleillée
De la plage ensoleillée
De la plage ensoleillée
Partager cet article
Repost0

"Les animaux domestiques ne transmettent pas le coronavirus", rappelle Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

La FBB sauve 250 NACs d’un élevage intensif en Haute-Loire

Publié le par Ricard Bruno

La FBB sauve 250 NACs d’un élevage intensif en Haute-Loire
Des milliers de lapins, cochons d’Inde, rats, souris et autres pauvres animaux étaient détenus dans d’abominables conditions dans un élevage-usine à Lapte (43). Suite à son interpellation, l'éleveur avait cessé son activité. La Fondation Brigitte Bardot est donc venue leur porter secours, aux côtés d'autres organisations de protection animale...

UN ÉLEVAGE-USINE DE NACS

Notre mission : venir au secours de milliers de NACs – cochons d’Inde, lapins, rats… – vivant dans d’atroces conditions. En arrivant nous avons découvert l’horreur : des centaines d’animaux étaient entassés dans de minuscules cages, au milieu de leurs excréments et des cadavres de leurs congénères…

La FBB a pris sous son aile 250 petits protégés pour leur offrir une vie meilleure dans un des refuges de l’Arche de BB

Découvrez notre sauvetage en vidéo et, quelques semaines plus tard, ces petits NACs en train de se régaler de légumes et fruits frais préparés spécialement pour eux par nos animaliers !

 

La FBB sauve 250 NACs d’un élevage intensif en Haute-Loire
La FBB sauve 250 NACs d’un élevage intensif en Haute-Loire
La FBB sauve 250 NACs d’un élevage intensif en Haute-Loire
La FBB sauve 250 NACs d’un élevage intensif en Haute-Loire
La FBB sauve 250 NACs d’un élevage intensif en Haute-Loire
La FBB sauve 250 NACs d’un élevage intensif en Haute-Loire
La FBB sauve 250 NACs d’un élevage intensif en Haute-Loire
La FBB sauve 250 NACs d’un élevage intensif en Haute-Loire
La FBB sauve 250 NACs d’un élevage intensif en Haute-Loire
La FBB sauve 250 NACs d’un élevage intensif en Haute-Loire

LA SORDIDE RÉALITÉ DES ANIMALERIES

Pour Christophe Marie, Porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot : 

« Derrière les vitrines des animaleries se cache la sordide réalité des élevages, usines à chiots, à lapins et autres peluches vivantes de plus en plus nombreuses à être abandonnées après avoir servi de jouets pendant les fêtes. 

Les lapins nains font partie des animaux les plus abandonnés en France. Alors que la Grande-Bretagne vient d’annoncer l’arrêt de la vente des chiots et chatons en animalerie, la Fondation Brigitte Bardot appelle le gouvernement français à prendre les mêmes dispositions, et à contrôler scrupuleusement les élevages qui se multiplient et amplifient un trafic que nous n’arrivons plus à endiguer. 

A quoi sert de considérer, en droit, l’animal comme un être doué de sensibilité si, dans les faits, il est réduit au rang d’objet de consommation ? ».

 

Source de l'article : Cliquez ICI

Brigitte Bardot L'histoire d'une chanson : El Cuchipe

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot  L'histoire d'une chanson : El Cuchipe
Brigitte Bardot  L'histoire d'une chanson : El CuchipeBrigitte Bardot  L'histoire d'une chanson : El Cuchipe

Paroles

De Chiquinquirá yo vengo
De pagar una promesa
De pagar una promesa
Y ahora que vengo santo
Dame un besito Teresa.
Dame un besito Teresa.

Que hay de cuchipe
Hola Dolores,
Abre la puerta
Prende la vela
Tien de la cama
Qué hay de Cuchipe,
Qué hay de Cuchipe,
Qué hay de Dolores

Negrita si me queres
Me teme tras de la puerta
Me teme tras de la puerta
Que como tu mama es tuerta
Ella creera que soy la tranca
Ella creera que soy la tranca

Que hay de cuchipe
Hola Dolores,
Abre la puerta
Prende la vela
Tien de la cama
Qué hay de Cuchipe,
Qué hay de Cuchipe,
Qué hay de Dolores.

Eres chiquita y bonita
Las tima que seas tan loca


Las tima que seas tan loca
Pareces guitarra vieja
Que cuales quiera te toca
Que cuales quiera te toca

Que hay de cuchipe
Hola Dolores,
Abre la puerta
Prende la vela
Tien de la cama
Qué hay de Cuchipe,
Qué hay de Cuchipe,
Qué hay de Dolores.

Partager cet article
Repost0