Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Scandales de santé publique...

Publié le par Ricard Bruno

Le modèle animal met la santé humaine en danger
Médicaments impropres à la consommation : L’expérimentation animale n’est pas fiable

Dans le cadre de la Journée Mondiale des Animaux dans les Laboratoires et à l’initiative de la Fondation Brigitte Bardot, d’International Campaigns et d’Antidote Europe, une marche européenne contre la vivisection aura lieu samedi 23 avril 2011 à Paris. Rendez-vous Place de l’hôtel de ville (Paris 4ème) à 13h30 – Métro Hôtel de Ville ou Châtelet.

"Les expériences sur animaux sont faites pour des raisons légales et non des raisons scientifiques. Cela veut dire qu’elles ne servent aux fabricants que comme base légale pour vendre leurs produits, car la loi impose ces expériences qui n’ont aucune justification scientifique. Il n’existe aucune base logique pour transférer à l’homme les résultats obtenus sur des animaux." Docteur Goldberg, de l’institut de Karolinska de Stockholm dans Quantitative Method in Human Pharmacology.

Aujourd’hui, des personnalités de tous horizons pensent que le postulat sur lequel se fonde la législation réglementant l’expérimentation animale n’a aucune base scientifique. Dans Notre poison quotidien : produits chimiques dans les aliments, Marie-Monique Robin, journaliste spécialiste de la santé , ne montre aucun intérêt pour la cause animale et en arrive pourtant à la même conclusion que bien des chercheurs indépendants. La journaliste interviewe un scientifique américain qui témoigne de la supercherie. À l’entendre, les critères d’évaluation de la toxicité des éléments chimiques suceptibles de pénétrer la chaine alimentaire seraient l’aboutissement d’une entrevue de quelques scientifique autour d’une table faite dans l’unique intérêt marchand des lobbys industriels. Il est admis que nombre de chercheurs indépendants et repentis vivisecteurs, peu audibles dans l’espace public, n’ont guère confiance dans le paradigme scientifique en vigueur. S’appuyant sur du verni scientifique, la Dose Létale 50 et autres tests d’empoisonnement sont sans intérêt pour établir la sécurité sanitaire de nos aliments. Qui plus est, à entendre les promoteurs de cette doctrine, le test ne servirait qu’à classifier la dangerosité de produits à court terme. Quand de surcroît, on prend conscience que la résistance à la toxicité d’un produit est très variable d’une espèce à l’autre....

Entrave aux progrès de la réglementation européenne sur les cosmétiques

La révision de la directive européenne 86/609/CEE relative à l’encadrement des expériences sur les animaux en Europe votée en septembre 2010 et applicable en 2013 a fait l’objet d’énormes pressions des industries de la chimie et de la pharmacie. Désormais, il n’est plus obligatoire de recourir aux méthodes de substitution validées scientifiquement. Ces tests de cosmétiques pratiqués sur des animaux vont pouvoir perdurer en toute impunité alors même que les vivisecteurs ne peuvent couvrir leurs actes de barbarie d’un pis-aller scientifique. C’est une sérieuse atteinte à notre dignité humaine, un recul des fondements de notre civilisation. Paul MacCartney, engagé auprès de la British Union for the Abolition of Vivisection s’indigne : "Les animaux ne doivent pas souffrir au nom de la beauté. Tester des produits de beauté et des cosmétiques est cruel et inutile".

D’autant que les substances potentiellement néfastes à la santé abondent dans les cosmétiques en dépit des blancs seings "imprégnés de sang" validant leur commercialisation. Fin 2010, une expertise de l’observatoire des cosmétiques établissait une liste de 10 substances potentiellement dangereuses pour la santé ( les aluminiums, ammoniums, sulfates, filtres anti-UV, libérateurs de formol, les Parabens, le Phénoxyéthanol, le Triclosanet. les Thiazolinones). Pour Laurence Wittner, journaliste spécialiste de la santé, "bien d’autres ingrédients font l’objet de questionnements, comme les nanoparticules dans les produits solaires, les perturbateurs endocriniens (particulièrement dans les produits pour bébés)…" Maintenir le statu quo aux dépens de la santé humaine est déplorable. Le maintien des tests de cosmétiques pratiqués sur des animaux ne s’expliquent que par les masses d’argent considérables brassées par le trafic des animaux de laboratoires, les subventions collossales allouées aux vivisecteurs et la puissance des lobbys de la chimie.

La commission transgresse la loi fondamentale européenne

Comme vous le savez, les activistes de la cause animale sont maintenant qualifiés, ni plus ni moins, de terroristes. Cependant la puissance des lobbys industriels de la chimie n’est plus à démontrer et le terrorisme intellectuel des inquisiteurs de la pensée scientifique est presque banal. Deux poids, deux mesures. Exemple récent : À partir de 2013, la réglementation du parlement et du conseil européen sur les cosmétiques « prévoit l’évaluation de la sécurité des produits et l’interdiction des expérimentations sur les animaux. » les cosmétiques et produits d’hygiène testés sur des animaux seront interdits à la commercialisation dans l’espace communautaire. Or, un rapport remis par des scientistes à la commission européenne laisse croire qu’il n’existerait pas d’alternative scientifique à trois types de tests (toxicité de doses répétées, toxico-cinétique, toxicité pour la reproduction) et réclame un report de dix ans ! Si la commission européenne transgresse la nouvelle réglementation malgré la séparation des pouvoirs législatif et exécutif, les laboratoires auront à minima un répit assuré pour poursuivre leur morbide commerce lucratif.

Pourtant, en quelques années, de nombreux tests de toxicité fondés sur un paradigme réellement scientifique ont vu le jour. Ces tests sont évidemment bien plus fiables, moins coûteux et plus rapides. Les méthodes substitutives bénéficient de technologies à la pointe du progrès mais le dogme du modèle animal est coriace. On constate que pour 3 milliards d’euros alloués en Europe à l’expérimentation animale, seuls 12 millions d’euros d’argent public sont consacrés au développement des méthodes substitutives pourtant garantes du progrès de notre sécurité sanitaire. Ces chiffres ne prennent pas en compte les collectes de dons des téléthons organisées en occident pour des œuvres caritatives qui, le plus souvent à l’insu des donateurs, sont dévolues pour partie à l’expérimentation animale.

Or, quoi de plus parlant pour évaluer l’état d’avancée d’une société que de prendre connaissance de l’attention qu’elle porte aux plus faibles. De Charles Darwin qui affirmait "Les animaux, dont nous avons fait nos esclaves, nous n’aimons pas les considérer comme nos égaux..." en passant par Paul McCartney jusqu’à Emmanuel Kant pour qui "Nous pouvons juger le cœur d’un homme par son comportement envers les animaux", bien des personnalités marquantes s’ insurgèrent de la résurgence de la vivisection.

Agoravox.fr

Bruno Ricard
Partager cet article
Repost0

Communication du CRAC

Publié le par Ricard Bruno

Chers amis de combat,

 

La lutte avance ! Voici un certain nombre d’informations réjouissantes :

 

1)    Le chanteur Peter Gabriel (ancien membre du groupe Genesis) a signé le manifeste du CRAC Europe ;

2)    Le 17 avril à 17h25 sur France 3, Fadjen et le CRAC Europe seront présents dans l’émission 30 millions d’amis. Un reportage sera consacré à notre filleul qui est aussi le vôtre si vous avez parrainé via le CRAC Europe ce petit taureau sauvé des arènes par Christophe Thomas ; si vous souhaitez le faire, c’est possible via notre site.

3)    Notre assemblée générale du 20 mars dernier a permis d’élire deux nouveaux membres de notre conseil d’administration : Jérôme Lescure que l’on ne présente plus dans la lutte anticorrida, et Gérard Lippmann, notre spécialiste du dossier Unesco. Nous sommes très heureux et très fiers de les compter parmi nous !

4)    Toujours au sujet de l’Unesco, le CRAC Europe poursuit son action en collaboration avec les associations de 9 pays. Marta Esteban, présidente de « Ayuda Animalis », association espagnole, a fait un énorme travail de collecte de l’information dans les différents pays concernés par la tauromachie. Et le CAS de Hollande, plus grande association au monde contre la corrida est également partenaire du CRAC Europe sur ce sujet.

5)    Hier, le CRAC Europe et Animalsace ont co-organisé une action à Strasbourg pour dénoncer la torture tauromachique. La presse et France 3 étaient présentes ainsi que le député Armand Jung à l’invitation de Beatriz Mac Dowell. Vous retrouverez très bientôt un compte-rendu détaillé sur notre site : www.anticorrida.com

6)    Dans le sud-ouest, notre déléguée Jenofa Cuisset a diffusé une lettre ouverte au président de la commission taurine d’Orthez pour dénoncer la gratuité pour les enfants. Le journal Sud-ouest a publié l’article en pièce jointe.

7)    A ce jour, 87 députés se sont déclarés pour l’abolition, le nombre augmente régulièrement : http://www.anticorrida.com/IMG/pdf/87.pdf

8)    Grâce à l’action efficace de nos co-délégués pour l’Alsace Sophie Aymé, Eliane Klein et Beatriz Mac Dowell, nous vous informons que le Haut-Rhin est le premier département français 100% anticorrida en ce qui concerne ses députés. Bravo à ces élus et bravo à nos déléguées pour ce travail qui démontre qu’il faut que nous rencontrions toutes et tous nos députés. NOUS AVONS LE POUVOIR DE FAIRE CHANGER LES CHOSES SI NOUS BOUGEONS TOUTES ET TOUS !

 

A bientôt pour la suite ! Rejoignez-nous !

 

http://www.anticorrida.com/adhesion/

 

Bien à vous

Pour l’équipe

Jean-Pierre Garrigues

Vice-président

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot contre l'euthanasie des chiens errants!

Publié le par Ricard Bruno

La Fondation Brigitte Bardot a demandé vendredi aux députés roumains de ne pas voter un projet de loi prévoyant l'euthanasie des chiens errants, alors qu'une commission de la Chambre des députés a donné son feu vert à cette proposition.

"Vous parlez d''euthanasie', moi je parle de meurtre, de génocide animalier car il ne s'agit pas d'abréger les souffrances d'un être mais d'exterminer une population entière en parfaite santé", a estimé Brigitte Bardot, présidente de cette fondation, dans une lettre transmise aux députés.
 
Selon l'ancienne star du cinéma français, les "années de massacres organisés contre les chiens errants" en Roumanie ont montré que ces "tueries s'attaquent aux effets et non à la cause de la surpopulation animale". Selon des ONG citées par l'agence Mediafax, près de 145.000 chiens errants ont été mis à mort dans la capitale entre 2001 et 2007.
 
"La stérilisation est la seule solution pour diminuer le nombre d'animaux errants sans surcharger des refuges déjà saturés, mais il est vital également d'aider ces structures à accueillir les chiens dans des conditions dignes et favoriser l'adoption des animaux."
 
Selon un projet approuvé mardi par la Commission pour l'administration publique de la Chambre des députés, les chiens adultes accueillis dans des foyers spéciaux qui n'ont pas été "revendiqués ou adoptés" dans un délai de 30 jours "peuvent être mis à mort ou gardés dans les foyers, selon la décision" des autorités locales. Le projet doit être prochainement soumis au vote de la Chambre. (belga)

Source : http://www.7sur7.be/7s7/fr/2668/Especes-Menacees/article/detail/1248243/2011/04/08/Brigitte-Bardot-contre-l-euthanasie-des-chiens-errants.dhtml

Partager cet article
Repost0

Ignoble..

Publié le par Ricard Bruno

Il y a 3 ans qui aurait imaginé revoir une affaire aussi BOULEVERSANTE que celle d'HARLEY qui a marqué bien des esprits? BRAQUE MARTYR DE PONTHOILE

1 100 2996

Pourtant juste à cette époque, un braque allemand entrait à son tour dans un appentis où son ignoble maître allait le séquestrer jusqu'à sa mort la semaine dernière. HARLEY a attendu 3 ans le retour de son maître mourant à l'hopital. Le braque lui n'a jamais connu un jour de bonheur avec son tortionnaire de maître. Dès que celui-ci a constaté que son chien n'avait pas de nez à la chasse il a décidé comme il l'a avoué de le PUNIR. 3 ans enfermé avec juste une fente dans une lucarne bouchée par des planches et du grillage. Une fente étroite juste pour passer le jet à eau "censé" alimenter la gamelle.Elle est si rouillée et à sec qu'on se demande quand elle a reçu les dernières gouttes. Ce chien est mort sans doute dans le pire des supplices, la soif et pour jeter quelques dêchets pour subsister et prolonger le supplice.

1 100 2985

1 100 2982

1 100 2991

1 100 2993

Quand à la porte, elle n'a pas été ouverte depuis 3 ans la rouille l'a soudée à son bâti, il est impossible de les détacher. Le pauvre chien est découvert mort parmi les excréments et les détritus dans une odeur pestilentielle. Que des faits aussi inadmissiblesse se passent dans l'indifférence totale est intolérable. En 3 ans personne ne s'est inquiété de ne plus voir ce chien? L'appentis visible de la rue n'a pas attiré l'attention, en 3 ans dans des conditions de vie aussi lamentables ce chien n'a-t-il pas aboyé ????? Il a fallu qu'il hurle toute sa dernière nuit pour que les voisins appellent les gendarmes!!! pour le bruit qui empéchait de dormir ou pour le chien ????? Que des faits aussi inadmissibles se passent près de nous, dans l'indifférence est intolérable. Il est du devoir de tout être humain normalement constitué avec un coeur et une conscience de signaler à temps ces actes de barbarie une cruauté mentale qui dépasse l'imagination !!! Nous ne pouvons prendre en compe les appels anonymes mais nous garantissons l'anonymat à ceux qui le demandent. Black a hurlé 10 nuits et le maître ne s'est jamais levé pour aller voir!!!!! Les riverains ont attendu 10 nuits, nous serions allés chercher ce chien avec les gendarmes dans ces 10 jours!! Nous l'aurions sauvé, même 2 ou 3 jours avant, car nous ne serions pas restés insensibles, nous l'aurions fait mettre sous perfusion à la clinique vétérinaire! ce chien aurait connu un peu de bonheur dans sa vie de martyr d'une brute épaisse!!! il aurait eu chez nous l'affection, il aurait eu l'espace, la compagnie d'humains normalement constitués avec un coeur! C'est la peur qui les a laissés entendre des hurlements dans l'indifférence!!! C'est sans doute parce qu'ils en avaient assez de ne pas pouvoir dormir!!! mais pas pour un pauvre être qui souffrait!!! Si j'étais à leur place, les remords m'empêcheraient de dormir à vie!!! La machine médiatique s'emballe et le village en souffre! je le sais!!! La faute à qui ? Maintenant qu'on le sache! ce sera chaque fois la même suite!!! Et des milliers de gens stigmatiseront la lâcheté jusqu'à ce qu'elle cesse! Ceux qui n'ont rien dit par peur finiront par comprendre que c'est leur peur qui donne leur pouvoir de nuisance à ceux qu'ils craignent!!! S'ils avaient âgi à temps avec conscience la machine médiatique ne se serait pas mise en marche!.

1 100 2998

1 100 2988

Un peu de courage bon sang quand ce qui est en jeu, c'est la vie de ceux qui ne peuvent que SUBIR sans rien DIRE !!! En notre qualité de seule structure habilitée à donner à ces affaires sur le territoire des 110 communes sous contrat la suite judiciaire qui s'impose en vertu de notre affiliation à la Confédération Nationale des SPA de France et des pays francophones reconnue d'utilité publique et dont le siège est à LYON. Nous avons déposé plainte ce triste dossier est entre les mains de notre avocat. Nous demandons aux gens indignés de ne pas téléphonner aux habitants de Ponthoile qui ont les mêmes initiales. Le tortionnaire n'est pas dans l"annuaire.

Source : http://webmail1j.orange.fr/webmail/fr_FR/read.html?FOLDER=SF_INBOX&IDMSG=200516&check=&SORTBY=1

Partager cet article
Repost0

Fraises espagnoles/ scandale écologique...

Publié le par Ricard Bruno

Fraises espagnoles/ scandale écologique Très instructif ! D'ici à la mi‐juin, la France aura importé d'Espagne plus de 83 000 tonnes de fraises. Enfin, si on peut appeler «fraises» ces gros trucs rouges, encore verts près de la queue car cueillis avant d'être mûrs, et ressemblant à des tomates. Avec d'ailleurs à peu près le goût des tomates... > > Si le seul problème posé par ces fruits était leur fadeur, après tout, seuls les consommateurs piégés pourraient se plaindre d'avoir acheté un produit qui se brade actuellement entre deux et trois euros le kilo sur les marchés et dans les grandes surfaces, après avoir parcouru 1 500 km en camion. À dix tonnes en moyenne par véhicule, ils sont 16 000 par an à faire un parcours valant son pesant de fraises en CO2 et autres gaz d'échappement. Car la quasi‐totalité de ces fruits poussent dans le sud de l'Andalousie, sur les limites du parc national de Doñana, près du delta du Guadalquivir, l'une des plus fabuleuses réserves d'oiseaux migrateurs et nicheurs d'Europe. Il aura fallu qu'une équipe d'enquêteurs du WWF‐France s'intéresse à la marée montante de cette fraise hors saison pour que soit révélée l'aberration écologique de cette production qui étouffe la fraise française (dont une partie, d'ailleurs, ne pousse pas dans de meilleures conditions écologiques). Ce qu'ont découvert les envoyés spéciaux du WWF, et que confirment les écologistes espagnols, illustre la mondialisation bon marché. Cette agriculture couvre près de six mille hectares, dont une bonne centaine empiète déjà en toute illégalité (tolérée) sur le parc national. Officiellement, 60% de ces cultures seulement sont autorisées; les autres sont des extensions «sauvages» sur lesquelles le pouvoir régional ferme les yeux en dépit des protestations des écologistes. > > Les fraisiers destinés à cette production, bien qu'il s'agisse d'une plante vivace productive plusieurs années, sont détruits chaque année. Pour donner des fraises hors saison, les plants produits in vitro sont placés en plein été dans des frigos qui simulent l'hiver, pour avancer leur production. À l'automne, la terre sableuse est nettoyée et stérilisée, et la microfaune détruite avec du bromure de méthyl et de la chloropicrine. Le premier est un poison violent interdit par le protocole de Montréal sur les gaz attaquant la couche d'ozone, signé en 1987 (dernier délai en 2005); le second, composé de chlore et d'ammoniaque, est aussi un poison dangereux: il bloque les alvéoles pulmonaires. > > Qui s'en soucie? La plupart des producteurs de fraises andalouses emploient une maind'oeuvre marocaine, des saisonniers ou des sans‐papiers sous‐payés et logés dans des conditions précaires, qui se réchauffent le soir en brûlant les résidus des serres en plastique recouvrant les fraisiers au coeur de l'hiver. > > ... Un écologiste de la région raconte l'explosion de maladies pulmonaires et d'affections de la peau. > > Les plants poussent sur un plastique noir et reçoivent une irrigation qui transporte des engrais, des pesticides et des fongicides. Les cultures sont alimentées en eau par des forages dont la moitié ont été installés de façon illégale. Ce qui transforme en savane sèche une partie de cette région d'Andalousie, entraîne l'exode des oiseaux migrateurs et la disparition des derniers lynx pardel, petits carnivores dont il ne reste plus qu'une trentaine dans la région, leur seule nourriture, les lapins, étant en voie de disparition. Comme la forêt, dont 2 000 hectares ont été rasés pour faire place aux fraisiers. > > > > La saison est terminée au début du mois de juin. Les cinq mille tonnes de plastique sont soit emportées par le vent, soit enfouies n'importe où, soit brûlées sur place. > > ... Et les ouvriers agricoles sont priés de retourner chez eux ou de s'exiler ailleurs en Espagne. Remarquez: ils ont le droit de se faire soigner à leurs frais au cas ou les produits nocifs qu'ils ont respiré ... > > La production et l'exportation de la fraise espagnole, l'essentiel étant vendu dès avant la fin de l'hiver et jusqu'en avril, représente ce qu'il y a de moins durable comme agriculture, et bouleverse ce qui demeure dans l'esprit du public comme notion de saison. Quand la région sera ravagée et la production trop onéreuse, elle sera transférée au Maroc, où les industriels espagnols de la fraise commencent à s'installer. Avant de venir de Chine, d'où sont déjà importées des pommes encore plus traitées que les pommes françaises... PAR Claude‐Marie Vadrot > > Politis jeudi 12 avril 2007 > > NB N'hésitez pas à faire connaître ceci à vos amies et amis...

Bruno Ricard

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Trafic de chiens au Vietnam...

Publié le par Ricard Bruno

ATTENTION LA VIDEO EST CHOQUANTE...c'est une ignominie...mais la triste réalité!

Bruno Ricard

Les vietnamiens consomment près de 5 millions de chiens chaque année. Une tradition gastronomique très ancienne qui alimente un sordide trafic dans les pays voisins. Sept à Huit a remonté toutes les étapes de ces filières clandestines.

Bruno Ricard

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Chien sauvé au Japon après 3 semaines à la dérive!

Publié le par Ricard Bruno

Chien sauvé au Japon après 3 semaines à la dérive!

Bruno Ricard

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Mort d'Alice Ridel...

Publié le par Ricard Bruno

Alice Ridel, professeur de chant qui a "fait chanter le tout-Paris", de Line Renaud à Sophie Marceau, en passant par Daniel Balavoine ou Brigitte Bardot, est morte vendredi à Paris à l'âge de 88 ans, a annoncé aujourd'hui son entourage.

Alice Ridel, née le 7 septembre 1922 à Souk-Ahras (Algérie), était "un professeur de chant et de vie", se souvient Isabelle Willemetz, une proche. Elle a compté parmi ses élèves Line Renaud, Marthe Mercadier, Brigitte Bardot, Sophie Marceau, Sabine Azéma, Thierry Le Luron, Daniel Balavoine et bien d'autres "artistes de la chanson et du théâtre", selon son entourage.

"Sa phrase préférée, c'était +parler, chanter, c'est tout simplement exister+", dit Mme Willemetz. "Ce qu'elle donnait, c'était des cours de vie au-delà des cours de chant. Professeur de chant, c'est un peu réducteur, elle travaillait sur la voix au sens large", raconte-t-elle au sujet d'Alice Ridel, qui a aussi écrit l'ouvrage "Le pouvoir de la voix".

Elle a également dirigé l'orchestre aux Bouffes Parisiens dans des opérettes, au cours d'une carrière qui s'est déroulée dans les années 60 à 80. Les obsèques devraient se dérouler jeudi à l'église Saint-Roch à Paris.

Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/04/03/97001-20110403FILWWW00135-chant-mort-d-alice-ridel.php

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

C'était le 01 Avril 1961« B.B. » accompagne son militaire au 91e R.I.

Publié le par Ricard Bruno

« B.B. était, hier à Charleville-Mézières » titre L'Ardennais le 1er avril 1961. Sous une photo montage de Guy Léonard, « BB », la légendaire figure féminine des années 50 et 60, reçoit sous un châle le plat d'honneur de la ville des mains d'André Lebon, maire de l'époque. Elle accompagnait Jacques Charrier, incorporé le jour même au 91e Régiment d'Infanterie.
Le secret avait pourtant été bien gardé. Arrivé la veille, incognito au chef-lieu par le train de Paris, le couple qui s'était uni deux ans plus tôt avait aussitôt gagné l'hôtel du Nord où, dans leur chambre, ils avaient pris leur petit-déjeuner.
Respectueux du protocole, le colonel commandant du 91e avait prévenu le maire de Mézières et son collègue de Charleville.Brigitte Bardot et Jacques Charrier ont divorcé en 1963 sans jamais être passés par les Ardennes.
Dans le courant de l'après-midi, la DS de la ville de Charleville venait prendre Brigitte et Jacques au « Nord » pour les emmener jusqu'à la mairie.
« Madame, depuis plusieurs années tant à l'écran qu'à la « une » des journaux, vous nous avez permis de connaître un visage de la femme française auquel trop d'entre nous ne peuvent encore, à leur corps défendant, se permettre de rêver », s'enflamma alors André Lebon dans son discours d'accueil.
En fin d'après-midi, Jacques Charrier, un sac marin pendu négligemment à la dextre, pointait et s'engageait à l'intérieur de la caserne Dumerbion où régnait alors une animation inaccoutumée pour un vendredi Saint.
Une prise de contact avant de revenir plus tard pour prendre sa place parmi les « bleus » du régiment. Mais tout ça, c'était du cinéma…
Celui qui avait remplacé Sacha Distel dans les bras du sex-symbol français dont il fut le second mari après Jacques Vadim avait épousé BB en juin 1959 quelques mois après que les deux tourtereaux se furent connus sur le tournage de « Babette s'en va-t-en guerre ».
Mais dans les annales de la caserne Dumerbion, vous ne trouverez aucune trace du passage de celui qui était pourtant le fils d'un colonel résistant.
Ni de l'actrice de cinéma, sex-symbol de toute une génération, dans les Ardennes.

Source : http://www.lunion.presse.fr/article/ardennes/%C2%AB-bb-%C2%BB-accompagne-son-militaire-au-91e-ri

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0