Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gainbourg (Vie héroïque)-Bande annonce

Publié le par Ricard Bruno

Gainbourg (Vie héroïque)-Bande annonce

Source : http://www.wat.tv/video/gainsbourg-vie-heroique-bande-1wy1c_1o0t5_.html
Partager cet article
Repost0

France Info "Le phénomène Brigitte Bardot"...Par Patrice Bertin

Publié le par Ricard Bruno


A première vue, si on en croit le magazine américain FORBES, trois Françaises font partie des 100 femmes les plus puissantes du monde. Il s’agit dans l’ordre d’Anne LAUVERGEON, PDG d’AREVA, de Christine LAGARDE, ministre de l’Economie et de Dominique SENEQUIER, présidente d’AXA PRIVATE EQUITY. Mais s’il y avait aussi un classement iconographique rétro et nostalgie, il faudrait à l’évidence ajouter BB.

 

Tout de même, se voir consacrer une exposition de son vivant c’est pas rien et sur 900 m2 à BOULOGNE-BILLANCOURT, jadis petite capitale du cinéma, on peut délicieusement se perdre dans le labyrinthe de BB. Pour le meilleur et pour le pire. Pour quelques chefs d’œuvres du 7e art et un peu plus de navets. Pour le rose des carreaux vichy, inimitables et forcément avant-gardistes. Pour la MADRAGUE, pour la légende, pour la provoc, pour GAINSBOURG, pour HARLEY DAVIDSON, pour les fantasmes provoqués par son corps ,sa moue boudeuse, sa couleur platine et sa voix d’allumeuse. Et dieu créa la femme, VADIM créa BARDOT, et Brigitte créa BB.

Source : http://www.france-info.com/chroniques-a-premiere-vue-2009-11-06-le-phenomene-brigitte-bardot-365905-81-342.html
Partager cet article
Repost0

Christian Zuber...Souvenirs

Publié le par Ricard Bruno

Christain Zuber était pour moi plus qu'un ami , c'était un second père, il s'en ai allez au paradis des animaux il y a quelques années déjà, il nous manque à tous terriblement.
A l'occasion de visites régulière que je faisait chez lui à Tournaiville il me faisait partager sa passion pour les animaux et à plusieurs occasions j'ai pu lui voler quelques images.
Christian tu nous manque à tous.
Ton ami
Bruno Ricard



Partager cet article
Repost0

Roger Moore poursuit par voie d'affiche sa campagne contre le foie gras

Publié le par Ricard Bruno

L'acteur britannique Roger Moore a financé une affiche devant un célèbre grand magasin de Londres pour réclamer de nouveau un arrêt de la vente de foie gras, produit gastronomique dont il dénonce le mode de production.

L'affiche pour laquelle il a posé est placardée sur un abri bus devant le rayon alimentaire du magasin Selfridges à Oxford street, la principale artère commerçante londonienne. Elle invite le public à y réfléchir à deux fois avant d'acheter un mets obtenu par le gavage d'oies ou de canards et qualifié de "mauvais goût" par Roger Moore.

Cette affiche, qui fait partie d'une campagne réalisée par l'association de défense des animaux (PETA), proclame que "Gaver les animaux est cruel, pas festif". Elle a été préférée à une affiche montrant la façon dont le foie gras est produit, jugée trop choquante.

Un porte-parole du grand magasin s'est refusé à tout commentaire au sujet de cette initiative.

L'acteur de 82 ans avait écrit en septembre au directeur du grand magasin londonien, lui proposant de racheter tout son stock de foie gras.


Source : http://actu.orange.fr/articles/people/Roger-Moore-poursuit-par-voie-d-affiche-sa-campagne-contre-le-foie-gras.html
Partager cet article
Repost0

Marc-Olivier Fogiel : son livre fait un terrible flop...

Publié le par Ricard Bruno

Bonjour à toute et à tous
En général ne suis pas du genre à commenter une nouvelle mais pour une fois cela remet "les pendules à l'heure" quand on ose s'attaquer à Brigitte...

Bruno Ricard

...................................................................................................................................................................


Marc-Olivier Fogiel ne plaît pas, mais alors vraiment pas à tout le monde. C'est du moins ce que laisse penser le terrible flop qu'a fait son livre d'entretiens avec la journaliste Muriel Beyer puisqu'il n'a pour l'instant été acheté que par moins de 3 000 lecteurs français !

2 718, c'est le nombre d'exemplaires vendus de Marc-Olivier Fogiel, à mon tour d'être sur le grill, le livre d'entretiens publié par l'animateur à la rentrée.

Cette triste nouvelle a été révélée par le journaliste Renaud Revel sur Twitter, visiblement, les confessions de Marc-Olivier Fogiel n'intéressent personne...

Comment expliquer ce flop jamais égalé par aucun animateur télé ? Les lecteurs français lui en veulent-ils de s'en être violemment pris à Brigitte Bardot et d'avoir taillé des costumes à tant de personnalités pendant les six années qu'il a passé aux commandes de On ne peut pas plaire à tout le monde ?

Mystère...


Source : http://www.news-de-stars.com/marc-olivier-fogiel/marc-olivier-fogiel-son-livre-fait-un-terrible-flop_art23442.html 

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Exposition Brigtte Bardot dans "Télé Loisirs"

Publié le par Ricard Bruno

Très bel article de nos amis de télé loisirs dans le numéro 1234 du 24/10 au 30/10 2009.



Bruno Ricard
Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot ... en expo

Publié le par Ricard Bruno

 

BB et les années « insouciance ». Boulogne-Billancourt présente une exposition retraçant l’ascension de Brigitte Bardot jusqu’en 1973. Les années de l’insouciance pour elle, mais aussi pour la société française.


 

« Avant elle, les stars descendaient les escaliers empanachées. Elle les montait nue. Le public y a gagné », a affirmé Arletty à propos de Brigitte Bardot. Pour Roger Vadim, « Ce qui comptait pour elle, ce n’était pas d’avoir du succès ou de devenir une grande actrice, mais que tout le monde soit toujours follement amoureux d’elle ». Marguerite Duras, comme Simone de Beauvoir ou Serge Gainsbourg ont essayé de définir l’équation BB, ce « je ne sais quoi » qui a permis à une jeune fille de bonne famille de graver ses initiales sur le fronton de la postérité.

Balade scénographique

L’exposition s’ouvre sur « la folie Bardot », sorte d’antichambre où l’on savoure l’hystérie déchainée par la star qui suscita passion et polémiques, voire censure de l’église catholique. Face à deux sérigraphies d’Andy Warhol, le visiteur est immergé dans le phénomène Bardot, entre « Bardotlâtrie » et « Bardotphobie ». Puis, une passerelle évoquant la France conservatrice et austère de l’époque mène à des espaces thématiques. La famille Bardot, bourgeoise et aisée, est présentée, avec une reconstitution de la chambre d’enfance de BB. La « sacrée gamine » qu’elle fut, aimant la danse classique et Marylin Monroe, n’a que 15 ans lorsqu’elle rencontre Roger Vadim. Arrive ensuite 1956, et le choc de « Et Dieu créa la femme », qui la propulse au rang de star internationale… Les salles consacrées à BB Dom Juan, BB icône de Saint-Tropez, BB inspiratrice de la BB attitude, BB et les animaux, croquent l’icône sous toutes les coutures.

Fil rouge

Le cinéma de Bardot, ses 17 films clefs, sont le fil rouge de l’exposition. Affiches originales, photos inédites des agences Roger Violet, Sipa Press et Eyedea, extraits de films, bandes-annonces, interviews de réalisateurs, actualités de l’époque racontent BB mais aussi le cinéma de l’époque… L’expo se termine d’ailleurs en 1973, quand BB décide d’arrêter le cinéma, refusant un contrat d’un million de dollars pour tourner face à Marlon Brando. Ce lien au cinéma a motivé la ville de Boulogne-Billancourt à organiser l’expo : Brigitte Bardot a tourné six films dans ses studios, parmi lesquels « Les Grandes Manœuvres », de René Clair, « La Mariée était trop belle », « La Femme et le pantin », de Julien Duvivier, « Les Amours célèbres » de Michel Boisrond, avec Alain Delon et Jean-Claude Brialy. Brigitte Bardot fut également l’égérie de Renault, une figure emblématique de la vie de la cité. Sans oublier que la star et la ville partagent les mêmes initiales…

Info+ : Exposition Brigitte Bardot : les années "insouciance"

Boulogne-Billancourt

Source :  http://boulognebillancourt.ville.orange.fr/ensemble/reportage.html?bardot 

 

Partager cet article
Repost0

Et dieu créa Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno


Le 28 septembre 1934, un joli bébé
naît dans une famille bourgeoise
du 15e arrondissement de Paris, et vraisemblablement, quelques bonnes fées se penchent sur son berceau…
Emblème de l'émancipation des femmes, muse des plus grands artistes, actrice et chanteuse à la beauté provocante... Brigitte Bardot est l'une des femmes qui ont le plus marqué le XXe siècle. Retour sur la construction d'un mythe vivant !

> Initiales BB

Issue de la haute société, la petite Brigitte reçoit une éducation stricte. Elle se passionne très jeune pour la danse classique, et à peine âgée de 15 ans, elle est engagée comme mannequin par une grande amie de sa mère, Hélène Lazzareff, directrice de Elle et du Jardin des modes. Rapidement, elle devient la mascotte de la rédaction et fait la couverture du grand magazine féminin en 1950.

Grâce aux photos de mode, Brigitte Bardot se fait une place dans les milieux artistiques. L'année de ses 18 ans, Jean Boyer lui offre son premier rôle dans Le Trou Normand, avec Bourvil. Elle épouse peu de temps après Roger Vadim, rencontré déjà trois ans auparavant. Elle tourne ensuite dans quelques petits films et de simple vedette qu’elle était, elle devient la coqueluche du festival de Cannes de 1953. Elle affole les photographes en se pavanant en bikini, qu'elle est la première à porter en France. Par son large sourire et son air ingénu, elle tourne la tête à Kirk Douglas et au public de la Croisette, volant la vedette aux grandes stars du moment.

En 1956, Et Dieu créa la femme, réalisé par son mari Roger Vadim, bouleverse sa carrière. Si le film reçoit un succès modéré en France, l’année suivante, il fait sensation aux Etats-Unis, déchaînant passions et attaques. Riche de ce succès américain, le film fait après coup un triomphe dans l'Hexagone. Mais la secousse médiatique autour del'événement ébranle le couple Bardot-Vadim, qui se sépare. Brigitte en profite pour se mettre avec le séduisant Jean-Louis Trintignant, rencontré sur le tournage-même du film.

> La naissance du mythe Bardot

Dans Et Dieu créa la femme, Bardot incarne Juliette Hardy, une jeune fille libérée de tout sentiment de culpabilité, qui danse le mambo de manière épicée et ne pense qu’à aimer les hommes. Assimilée à son personnage, la jeune actrice de 22 ans devient l’emblème de l’émancipation des femmes, de la libération sexuelle et de la beauté provocante et assumée.  Le phénomène Bardot est en marche !

Malgré le succès international déclenché par le film et l’engouement américain pour la Française, la star reste attachée à la France et, après avoir acheté une propriété dans le Sud en 1958, elle fait de Saint-Tropez son fief. Enfiévré par les nuits de folie qu’organise la belle Bardot, le petit village méditerranéen devient un lieu de légende. On prête alors à la jeune femme de nombreuses aventures, dont une liaison avec le chanteur Sacha Distel.

Par son style et son allure, Brigitte Bardot dessine peu à peu le mythe BB : cheveux blonds clairs, très longs, en cascade de boucles ou bien relevés en choucroute, les yeux surlignés d’un eye-liner noir étiré, la bouche gourmande, au contour tracé par un crayon de couleur assorti.
Côté vêtements, la star ne met que du très moulant et du très sexy : shorts, minijupes et microrobes, jeans et tee-shirts, cuissardes, ballerines, jupes ceinturées à la taille ou amples à motif Vichy - dont elle lance la mode. BB devient un vrai phénomène de société, et de grandes personnalités telles que Marguerite Duras, Jean Cocteau ou encore Simone de Beauvoir, fascinées, écrivent sur elle.

Pourchassée par les paparazzis, sa vie privée se complique. L'actrice enchaîne néanmoins les films à succès tels que Une Parisienne et Voulez-vous danser avec moi de Michel Boisrond. En cas de Malheur, de Claude Autant-Lara avec Jean Gabin, devient même un classique français. Lors du tournage de Babette s’en va-t-en guerre, elle rencontre Jacques Charrier, un homme qu’elle épouse en 1959 et avec qui elle a un petit Nicolas, l’année suivante.

> La rançon de la gloire et la cause animale
En 1960, après un tournage particulièrement éprouvant pour la star, La Vérité de Charles Vanel, avec Sami Frey, sort sur les écrans. Entre la pression des journalistes, la folie des fans, son incapacité à s’occuper de son enfant, BB vit un enfer. Elle fait une tentative de suicide le jour de son anniversaire, le 28 septembre, et est plongée dans le coma. Elle s’en sort par miracle.

Une première épreuve qui la fait réfléchir sur le sens de sa vie ? Peut-être… En tout cas, deux ans plus tard, elle se lance dans son premier combat pour défendre la cause animale. Des photos chocs sur l’abattage des bêtes la marquent profondément : l’actrice se saisit des conditions atroces dans lesquelles les animaux sont tués et décide de devenir végétarienne. Passionnée par sa nouvelle cause, elle milite pour le pistolet indolore dans les abattoirs. Elle est reçue à l’Elysée et obtient, quelques années plus tard, le vote sur l’étourdissement préalable à l’abattage.

En 1964, elle tourne dans le chef-d’œuvre cinématographique Le Mépris de Jean-Luc Godard, avec Michel Piccoli et Jack Palance. L'année suivante, elle joue au côté de Jeanne Moreau dansViva Maria de Louis Malle. Le film connait un grand succès et Brigitte Bardot, au sommet de sa gloire et plus belle que jamais, est reçue aux Etats-Unis, comme les plus grandes stars hollywoodiennes. Elle est devenue le sex-symbol des années 60, l’idole incontournable.

Envoûté par le charme de la jeune femme, le milliardaire allemand Gunter Sachs envoie en 1966 une pluie de pétale de roses sur la Madrague pour lui déclarer son amour et la demander en mariage... On croit rêver ! Mais les dieux n’ont de place que sur l’Olympe, et Brigitte Bardot ne supporte plus sa vie surmédiatisée. L’année suivante, elle doit affronter une foule de fans hystériques au festival de Cannes où elle présente le film de son nouveau mari. Cet événement exaspère la star, une fois de plus. C’est sa dernière apparition publique dans le monde du cinéma.

> Gainsbourg, le dernier chant du cygne avant le retrait de la vie artistique
Si la belle inspire de nombreux artistes, c'est Serge Gainsbourg qui obtient d'elle son cœur. En 1967, les deux artistes vivent une idylle, et le chanteur écrit pour sa muse plusieurs de ses grands succès : Harley Davidson, Bonnie & Clyde, Contact, Comic Strip, Bubble Gum, La Bise aux hippies, L'Appareil à sous, Je me donne à qui me plaît ainsi qu’Initials BB, chanson qu’il lui consacre à leur rupture.

La même année, la star participe au Show Bardot. L'événement lui est entièrement consacré et rencontre un succès énorme, surtout aux Etats-Unis. Elle y interprète notamment la chanson Harley Davidson en motarde vêtue d'une minijupe en cuir et de cuissardes.

Phénomène international, BB devient la fierté de la France. En 1968, Charles de Gaulle déclare que la star rapporte autant de devises à la France que Renault… Le président, qui apprécie la jeune femme pour son franc-parler, sa bonne humeur et sa simplicité, lui propose d’être le modèle pour le buste de Marianne, buste qui doit être exposé dans toutes les mairies de France. Brigitte Bardot entre dans la légende de la République !

En 1970, BB interprète les rôles de ses trois derniers succès cinématographiques : L’Ours et la poupée de Michel Delville, avec Jean-Pierre Cassel, Boulevard du Rhum de Robert Enrico avec Lino Ventura, et les Pétroleuses de Christian Jaque avec Claudia Cardinale.

Après L'Histoire très bonne et très joyeuse de Colinot trousse-chemise, réalisé en 1973 par Nina Companeez, épuisée et détruite par sa surmédiatisation, Brigitte Bardot se retire définitivement du 7e art et se consacre corps et âme pour la cause qui lui tient vraiment à cœur : la défense des animaux.

> Bardot, combats et dérapages
Un animal emblématique de la lutte de Brigitte Bardot ? Le phoque ! En 1977, elle part sur les glaces polaires du Canada et se lance dans une campagne très médiatisée pour dénoncer la chasse aux blanchons organisées pour leur fourrure. De retour en France, grâce au soutien du Président Valéry Giscard d’Estaing, elle parvient à faire interdire le commerce issu de la chasse des phoques de moins de quatre semaines.

Pour soutenir sa cause, elle crée en 1986 la Fondation Brigitte Bardot pour la défense des animaux. Au départ financée par une vente d’objets et d’effets personnels, la Fondation est décrétée d’utilité publique en 1992 par le Conseil d’Etat. En parallèle, Brigitte Bardot présente les émissions "SOS Animaux" de 1989 à 1992.

Au début des années 1990, elle épouse en Norvège Bernard d’Omale, avec qui elle vit toujours à Saint-Tropez. En 1996, elle publie le Tome 1 de ses mémoires, Initials BB, retraçant son enfance et sa période de star. L’ouvrage connaît un grand succès. En 1999 paraît le tome 2, Le Carré de Pluton, qui décrit principalement son combat en faveur de la défense des animaux.

Plus récemment, Brigitte Bardot suscite des scandales d’un autre ordre : en 2003, elle publie Un cri dans le silence, livre où elle exprime ses opinions personnelles sur la société française. Elle y déplore la guerre en Irak, juge qu’en France la liberté est mise en péril, qualifie certains chômeurs de profiteurs paresseux et critique les sans-papiers... Elle condamne encore les exhibitions lors de la Gay Pride ainsi que le sacrifice du mouton pratiqué lors de la fête musulmane de l’Aïd-El-Kibir.
En 2004, elle est même condamnée pour avoir fait un amalgame entre les terroristes islamiques et la population musulmane.
Mais aujourd'hui, la préoccupation majeure de Brigitte Bardot reste la défense des animaux. En 2008, elle a notamment écrit une lettre à l’ONU préconisant le végétarisme pour lutter contre la famine dans le monde.

Toutefois, on garde de BB plus souvent une image de la jolie blondinette des 1960/70's, et on ne compte plus les hommages à travers les expos, les rééditions de films et même l'inspiration musicale et fashion !

Source : http://www.aufeminin.com/sorties-cinema/brigitte-bardot-biographie-f36149.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

... und Gott erschuf BB...Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno


Die Schaulustigen von Saint-Tropez hoffen heute vergeblich auf einen Schnappschuss. Brigitte Bardot, Hausherrin von «La Madrague», ist aus gutem Grund nicht zu Hause. In Boulogne-Billancourt, im Weichbild von Paris, kommt sie einer der schönsten Pflichten ihres wechselvollen Lebens nach. Inmitten der legendären früheren Filmmetropole, wo sie für sieben von ihren insgesamt rund 50 Kinofilmen vor der Kamera stand, eröffnet sie eine große Retrospektive.


Den vollständigen Artikel finden Sie in unserer aktuellen November-Ausgabe auf Seite 6...

Die BB am Strand von Cannes. Beim Filmfestival 1953 wurde «Ein Akt der Liebe» präsentiert. Foto aus dem Bildband «Brigitte Bardot – Eine Hommage in Fotografien»

Source : http://www.rczeitung.com/lifestyleartikel/items/id--und-gott-erschuf-bb.html
Partager cet article
Repost0