Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Brigitte Bardot: l'action de la Fourrure rejetée...

Publié le par Ricard Bruno

Culture
Bardot: l'action de la Fourrure française contre sa campagne choc rejetée par l'ARPP

Mauvais temps pour la Fourrure française: la plainte déposée à la mi-novembre par l'association à l'encontre de la campagne publicitaire anti-fourrure de la Fondation Brigitte Bardot (FBB) actuellement visible en France a été rejetée par les huit membres du jury de déontologie publicitaire de l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), anciennement BVP, a-t-on appris vendredi auprès de la FBB et de l'ARPP.

Dans sa décision publiée le 9 décembre, et après avoir entendu les parties, le jury a estimé que "la publicité en cause s'inscrit dans le cadre d'une campagne d'opinion non marchande, mise en oeuvre par une association reconnue d'utilité publique (la FBB, NDLR)".

La même publicité, constituée de trois visuels "ne fait que mettre en scène une opinion défavorable à l'utilisation de la fourrure dans l'habillement, au motif que cette utilisation nécessite l'abattage d'animaux; elle ne comporte aucune référence aux professions de la filière de la fourrure et ne les dénigre pas, même indirectement", peut-on lire dans la décision.

Par ailleurs, la publicité "ne présente pas de caractère trompeur en ce qu'elle représente seulement de manière symbolique la mort d'un animal pour la fabrication d'un vêtement en fourrure, ce qui ne constitue pas une inexactitude et ce que l'association (FBB) s'est donné pour mission de dénoncer". 

Quant à la violence de la campagne que dénonçaient les plaignants, l'ARPP a estimé que "si cette campagne ne conduit pas à une banalisation de la violence mais bien à la condamnation de celle-ci, le jury s'est néanmoins interrogé sur le caractère lapidaire et brutal du slogan utilisé qui fait référence à un thème, la mort, particulièrement lourd de sens et d'effets sur la sensibilité des individus. A cet égard, il (le jury) considère que l'image et le slogan associés de cette publicité sont à la limite de ce qui peut être admis par le public dans le cadre d'une campagne d'opinion".

"Bien sûr, je suis contente que les fourreurs n'aient pas réussi à censurer notre campagne", a confié vendredi Brigitte Bardot à l'Associated Press, "mais j'aimerais pouvoir montrer au public toute l'horreur, la cruauté des élevages intensifs, du piégeage, du gazage ou de l'électrocution des millions de bêtes qui sont ensuite dépiautées, parfois vivantes, (...). Mais cette vérité là, il nous est interdit de l'afficher!".

Pour l'ancienne actrice qui depuis des années milite également pour l'étourdissement préalable des animaux destinés aux abattages rituels, le fait que la décision de l'ARPP soit "arrivée le jour du sacrifice de l'Aïd-el-Kebir (lundi dernier, NDLR, un jour avant la publication de la décision), alors que nous étions sur le terrain à sauver des dizaines de moutons qui devaient être égorgés en toute clandestinité", constitue en soit "un petit réconfort".

La campagne se poursuivra donc en affichage jusqu'au 18 décembre via 1.700 flancs de bus à Paris et en banlieue et la diffusion d'un spot du 16 au 23 décembre dans les 150 plus grosses salles de cinéma en France.

L'ARPP précisait vendredi que le jury ayant statué, "le processus d'examen était allé à son terme". Seul l'apport de nouveaux éléments portés à sa connaissance pourrait entraîner une éventuelle "procédure en révision".

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/culture/20081212.FAP3235/bardot_laction_de_la_fourrure_francaise_contre_sa_campa.html

Partager cet article
Repost0

Présentation de la Fondation

Publié le par Ricard Bruno

Au fil des années, la Fondation Brigitte Bardot s'est développée et n’a eu de cesse de se battre pour la protection de l'animal domestique et sauvage dans le monde.

Aujourd’hui, la Fondation Brigitte Bardot recense plus de 60 000 donateurs répartis dans près de 20 pays mais aussi 550 enquêteurs-délégués.
Son siège social est situé à Paris et comptabilise une trentaine d'employés.

La Fondation agit directement sur le terrain (aides aux refuges, sauvetages d’animaux, campagnes de stérilisation de chats errants,etc.).
Elle intervient aussi juridiquement, avec le concours de ses enquêteurs-délégués, présents partout en France.

A l’étranger, elle a créé, notamment, un sanctuaire pour ours en Bulgarie, a conçu une clinique vétérinaire mobile pour les pays de l’Est…

Parallèlement, la Fondation Brigitte Bardot multiplie les campagnes d’affichage, les publicités dans les journaux et renforce ses réseaux de communication pour informer encore et toujours.

La Fondation Brigitte Bardot fait partie de plusieurs coalitions afin de renforcer son action. Ces coalitions regroupent les principales associations internationales de protection animale afin de mener un travail en commun.

Nous sommes ainsi membres d’Eurogroup for animal Welfare(www.eurogroupanimalwelfare.org) qui milite au niveau européen pour un renforcement légal du bien-être animal.
Nous intervenons aussi au sein du GAWC (Global Anti-Whaling Campaign) (www.whalewatch.org) qui lutte contre la chasse à la baleine.
Nous avons aussi décidé de rejoindre la Fur Free Alliance(www.infurmation.com) pour dénoncer et informer sur les atrocités de la fourrure. En France, nous adhérons à la Fédération de Liaisons Anti-Corrida (http://www.flac-anticorrida.org) qui se bat contre la corrida.

La Fondation possède un refuge en Normandie « La Mare Auzou » où 200 chiens et 240 chats attendent un maître.
Ce refuge fait aussi office de maison de retraite pour équidés et bovins sauvés de l’abattoir.

La Fondation, c’est aussi 36 000 lettres reçues par an, 150 appels téléphoniques par jour ainsi qu’une revue trimestrielle publiée de 32 pages l’Info-Journal .

La Fondation Brigitte Bardot ne vit que grâce aux dons et aux legs de ses généreux sympathisants. L’augmentation régulière de ses donateurs a permis à la Fondation de se structurer en une véritable entreprise.



SOUTENEZ-NOUS, REJOIGNEZ-NOUS !

Nous avons besoin de vous ! Soutenez nous !

En devenant Enquêteur ou Délégué bénévole sur le terrain.

  Délégués et Enquêteurs sont contactés épisodiquement, ils exercent leurs missions à proximité de leur domicile et détiennent une carte de la Fondation attestant de leur rôle. Agissant en collaboration avec le service juridique, les bénévoles peuvent toujours nous joindre pour obtenir conseils et renseignements.




Le délégué bénévole : le porte parole local de la Fondation
Le rôle principal du délégué consiste avant tout à informer le grand public des actions et des idées de la Fondation à l'échelle locale.

Il peut participer à certains salons, liés à la protection animale, distribuer des tracts ou notre journal trimestriel, faire circuler des pétitions, etc.

Il a également pour rôle de sensibiliser la population à la protection animale et aux problèmes afférents dans un espace géographique qu'il détermine.

Le délégué fait le lien entre la Fondation Brigitte Bardot et le grand public.

 




L'enquêteur bénévole : les yeux de la Fondation

Mission de terrain par excellence, le rôle d'enquêteur implique un contact direct avec les animaux. Il s'agit de constater si les animaux sont traités convenablement et en conformité avec la législation.

Ses principales fonctions sont les suivantes :

  •  Conseil et contrôle pour suspicion de mauvais traitements.
    Un enquêteur a tout d'abord une mission de contrôle : nommé par le service juridique, il ira vérifier le bien-fondé de " dénonciations " pour mauvais traitements. En effet, ces plaintes ne correspondent parfois qu'à des conflits de voisinage et l'affaire sera classée.

    Pour les situations les plus extrêmes, l'enquêteur ira déposer une plainte en son nom et la Fondation se portera partie civile.


  •  Contrôle du bon placement d'un chien ou d'un chat adopté à la Fondation.

  •   Vérification de l'opportunité d'une aide alimentaire ou vétérinaire

  •  Un role de conseil
    Il donne, au propriétaire d'un animal détenu dans de mauvaises conditions, les informations utiles pour améliorer la situation, et il vérifie que ses recommandations sont suivies.


Dans tous les cas l'enquêteur rapporte ses constats et impressions au service juridique.








En léguant à la fondation

 

 

Léguer à la Fondation

Reconnue d'utilité publique depuis le 21 février 1992, la Fondation est habilitée à recevoir des legs, cette reconnaissance lui garantit l'exonération des droits de succession.

Comment tester en faveur de la Fondation ?
Il suffit de se rendre chez un notaire ou de solliciter les coordonnées du notaire de la Fondation.
En effet, il est préférable de recueillir au préalable les observations d'un notaire qui vérifiera qu'aucune clause n'est contradictoire et susceptible d'annuler les dispositions testamentaires.

Un testament peut être établi selon le modèle de texte ci-après.

Le testament doit être obligatoirement écrit de la main du testateur qui datera et signera avec soin.

Le notaire conservera et surtout enregistrera l'original de ce testament, vous pouvez nous adresser une copie de ce document accompagnée des coordonnées du notaire.

Une copie de ce testament doit nous être adressée, accompagnée des coordonnées du notaire qui, pour sa part, en conservera l'original.

Ci-dessous un modèle de testament à recopier de votre main sur feuille blanche.

Exemple :


Ceci est mon testament, révoquant toutes dispositions antérieures


(lieu et date complète en toute lettre)



Je soussigné(e) (nom, prénom, adresse).............................. j'institue la Fondation Brigitte Bardot 28 rue Vineuse 75116 Paris reconnue d'utilité publique pour (selon votre choix : légataire ou légataire particulier du bien que vous prendrez soin de désigner).......................................

Fait à ............. (lieu de signature) le .......... (date de signature)
signature....................................



Mentionner la présence d'animaux et dans l'affirmative, ajouter la clause relative à leur prise en charge par la Fondation (voir ci après)



Legs assortis à la prise en charge d'un animal

Il suffit de rajouter une clause au testament indiquant que l'animal, le moment venu, devra être confié à la Fondation.

Dans ce cas, le testateur laissera en évidence chez lui ou chez une personne de confiance une lettre faisant état de cette clause afin que la Fondation Brigitte Bardot soit contactée dans les meilleurs délais en cas de décès.

La Fondation Brigitte Bardot a pris diverses dispositions pour garantir le devenir des animaux des testateurs.

De nombreuses solutions sont envisageables, nous restons à votre écoute pour convenir du choix le plus approprié aux besoins de l'animal.




En aidant les associations avec qui nous travaillons

  Certaines associations avec qui nous travaillons ont besoin d’aide pour mener à bien leur projet. Les animaux ont besoin de vous, de votre générosité.

Si le bénévolat à l’étranger vous intéresse et que la cause animale vous passionne, n’hésitez pas à contacter les associations ci-dessous.

  HELP CONGO
Habitat Ecologique & Liberté des Primates

  KALAWEIT
Pour la sauvegarde des primates et des Gibbons
à Borneo et Sumatra (Indonésie)

  Le sanctuaire de SANWILD
Sauvetage et réhabilitation d'animaux sauvages (Afrique du Sud)
  LE SANCTUAIRE " LOLA YA BONOBO "
Le paradis des Bonobos
 

A PAS DE LOUPS
Chantiers et missions d'éco-volontariat en France.

Partager cet article
Repost0

67 chiens dans un deux-pièces...

Publié le par Ricard Bruno

67 chiens dans un deux-pièces: 24 stérilisations par la Fondation Bardot

 Un couple de septuagénaires qui vivait dans deux pièces avec 67 chiens, à Castelmoron-sur-Lot (Lot-et-Garonne), avait fait appel à la Fondation Brigitte Bardot pour faire stériliser 24 femelles car ils étaient dépassés par la situation, a-t-on appris jeudi auprès de la Fondation.

"Ces personnes nous ont contactés car ils voulaient qu'on les aide, car ils n'avaient pas les moyens" financiers de faire stériliser leurs bêtes, a indiqué à l'AFP Constance Cluset, une porte-parole de la Fondation, en précisant qu'ils ne faisaient toutefois pas partie de l'association de défense des animaux.

"Ce sont des gens gentils qui voulaient le bien de leurs animaux et qui ont été dépassés", a-t-elle estimé.

Les opérations de stérilisation ont commencé à la mi-juillet et ont duré jusqu'à début décembre, a-t-on ajouté de même source. "Les chiens étaient bien nourris, bien traités", a-t-elle précisé.

Le couple de septuagénaires s'était vu retirer, début décembre, 58 des 67 chiens qui cohabitaient avec eux dans un deux-pièces.

Les services vétérinaires, appuyés par la gendarmerie, étaient intervenus conformément à la réglementation du code rural indiquant que l'on peut qualifier de "mauvais traitement le fait de ne pas s'occuper suffisamment de ses animaux ou de ne pas les maintenir dans un environnement adéquat".

Les personnes âgées ont pu garder neuf chiens, conformément à la loi.

Source : http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5j_649Mh7mvua8o1JLkyLXDEpg84A

Partager cet article
Repost0

La plainte de l’association « La Fourrure française » rejetée

Publié le par Ricard Bruno

La plainte déposée par l’association « La Fourrure française » auprès de l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité pour demander la modification, voire le retrait de la campagne anti-fourrure lancée par la Fondation Brigitte Bardot, a été rejetée le 5 décembre dernier par le Jury de Déontologie Publicitaire

La toute récente association « La Fourrure française » n’a pas su convaincre le Jury de Déontologie Publicitaire de l’ARPP malgré de nombreux « arguments » avancés à l’encontre de la campagne de la Fondation :

- Caractère déloyal à l’encontre du produit et de la filière professionnelle : REJETE !

L’objet statutaire de l’association « la fourrure française » est de mener des actions médiatiques et de lobbying pour la défense de la fourrure (forte promotion de la fourrure dans l’ensemble des médias et auprès des créateurs). Ce n’est pas le rôle de la Fondation Brigitte Bardot, reconnue d’utilité publique, qui elle défend les animaux, dénonce toute exploitation cruelle et sensibilise le public. L’objet de la campagne n’est donc pas de jeter l’opprobre sur le consommateur mais de l’informer et le responsabiliser. Il n’y a rien de « déloyal » dans cette démarche puisque les fourreurs connaissent parfaitement la position de la Fondation sur la filière.

- Slogan et images agressifs : REJETE !

Lors de son audition devant le jury de déontologie, la Fondation Brigitte Bardot a réfuté l’accusation d’incitation à la violence car cette campagne dénonce, précisément, la violence de l’industrie de la fourrure. Face à la violente réalité des élevages, du piégeage, du gazage, de l’électrocution ou toute autre forme de mise à mort des animaux à fourrure, cette campagne n’est pas « agressive » mais particulièrement édulcorée car montrer la réalité serait insoutenable pour le public alors que cette réalité là existe au quotidien pour des millions d’animaux. La mise en scène choisie ne fait que suggérer, sans violence, une réalité bien plus cruelle. Ce choix a pour but également de sensibiliser et responsabiliser le consommateur par un dialogue entre lui et l’animal.

- Trompeuse car la campagne présente l’exploitation de la fourrure de façon calomnieuse : REJETE !

La campagne de la Fondation Brigitte Bardot n’est en rien calomnieuse car elle décline les différentes sources d’approvisionnement de la filière : peaux de lapins provenant d’élevage (sur le visuel la chaine d’abattage où les lapins sont saignés) ; peaux de loups provenant d’animaux piégés dans la nature et peaux de phoques massacrés à coups de gourdins ou d’hakapik (300 000 chaque année rien qu’au Canada pour alimenter le premier marché… l’Europe !). Le président de la fédération française des métiers de la fourrure déclarait, très récemment, que l’élevage des renards et des visons était tout à fait comparable à l’élevage des poules pondeuses (cages grillagées sans aucun enrichissement). Nous sommes d’accord avec cette analyse, c’est pourquoi la Fondation Brigitte Bardot milite contre l’utilisation de ces cages qui ne répondent nullement aux besoins physiologiques et comportementaux des espèces emprisonnées. Outre ces méthodes de « production », il ne faut pas oublier que l’Asie, la Chine notamment, alimente toujours les marchés européens en fourrures d’animaux tués dans des conditions ignobles qui ne répondent à aucune « règle internationale ». Les nombreux reportages réalisés ces dernières années le prouvent, prétendre le contraire serait malhonnête.

- Trompeuse, car il n’y a pas de lien entre le vêtement porté et l’animal cité : REJETE !

La jeune fille porte un gilet et un sac en fourrure de lapin, la capuche du jeune homme peut être en loup, en coyote, en chien viverrin, etc. et la femme porte une fourrure traitée phoque. La campagne illustre les différents types de vêtements les plus courants (fourrure complète ou accessoires). Il s’agit d’une campagne de sensibilisation avec mise en scène, les fourreurs peuvent donc, également, dire que les chasseurs de phoques ne portent pas de talons aiguilles sur la banquise… Une fois encore, le visuel et le message choisis sont très édulcorés et il ne s’agit pas d’accuser le consommateur d’être un « meurtrier » mais plutôt le placer comme « complice » puisque, par son acte d’achat, il entraîne les actes dénoncés (piégeage, abattage d’animaux pour la fourrure).

- Choquante et susceptible de heurter les personnes sensibles ou trop jeunes : REJETE !

La réalité, si elle pouvait être montrée, heurterait effectivement les personnes sensibles ou trop jeunes (et les autres). Comme elle n’est pas autorisée à montrer la réalité dans toute son horreur, la Fondation Brigitte Bardot s’est donc autocensurée pour ne pas choquer le public et a pris soin de suggérer, par des mises en scène, une situation qui ne pousse pas à l’agression mais à la réflexion.

La campagne de sensibilisation se termine avec l’affichage, du 12 au 18 décembre, de 1 700 visuels sur les flancs de bus (Paris + banlieue) et avec la diffusion, du 16 au 23 décembre, d’un spot dans les 150 plus grosses salles de cinéma de France.


Source : http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article5558
Partager cet article
Repost0

Pas de fourrure aujourd'hui !

Publié le par Ricard Bruno

 

Aujourd'hui commence la première édition de la "Worldwide Fur Free Friday", comprenez "Journée Mondiale sans Fourrure", qui se tiendra également demain samedi.

Coordonnée par l'association International Anti-Fur Coalition, cette action mobilisera plus de 100 actions à travers le monde. Ainsi en France, c'est Fourrure Torture qui relaiera cette journée. Des stands d'information seront montés à Paris, Nice et Chambéry.

A Nice, samedi 29 novembre de 15h à 16h, une manifestation aura lieu devant le magasin Louis Vuitton. A Paris, un stand d'information avec une projection vidéo sera installé place de la Sorbonne, dans le 5ème arrondissement.

Les associations appellent à toutes les initiatives personnelles, qui sont évidemment bienvenues.

50 millions d'animaux sacrifiés pour la mode

Sans compter les lapins, c'est 50 millions d'animaux qui sont tués chaque année pour les besoins de l'industrie de la fourrure. 45 millions d'entre eux sont issus de l'élevage, les 5 autres millions sont des animaux sauvages capturés dans la nature.

Le secteur de la fourrure représente pour la seule Union Européenne un chiffre d'affaires de 4 700 milliards de dollars, en progression depuis la fin des années 1990. En France, les revenus générés par ce commerce s'élèvent à 263 millions d'euros et connaît chaque année une croissance de 10%. Sur notre territoire, quarante élevages produisent près de 280 000 peaux de visons et renards.

Des directives de l'Union Européenne visent à "protéger" la situation des animaux d'élevages -conditions de détention et d'abattage-, mais suite à plusieurs scandales de peaux de chiens et de chats importés de Chine, la France a interdit l'importation et la commercialisation de ces peaux par arrêté du 13 janvier 2006. L'Union Européenne a également légiféré, interdisant même l'importation ou l'exportation de peaux de ce type, depuis le 11 décembre 2007.

 

La campagne de Brigitte Bardot attaquée par l'Association de la fourrure française !

 

Il y a quelques jours, la Fondation Brigitte Bardot a lancé une vaste campagne d'affichage dans les principales villes de France, contre le port de la fourrure. Réplique immédiate de  l'Association de la fourrure française, qui a saisi l'ARPP, l'organisme en charge du respect de la déontologie des campagnes de publicité en France.

Motif : les trois affiches anti-fourrure auraient choqué les plaignants, qui y voient "une violence culpabilisante dont le consommateur est de fait rendu complice".

Nathan Sprung, porte-parole de l'Association et héritier d'une lignée de fourreurs, estime que cette campagne "donne une image trompeuse du métier de fourreur ou pelletier, qui se voit stigmatisé alors que la profession est extrêmement encadrée". Il ajoute que le grand public et notamment les jeunes sont bien plus informés sur les règles d'élevage et d'abattage des animaux.

 

Brigitte Bardot s'est dite "écoeurée, mais pas surprise" par cette réaction : ""Il faut se rendre compte qu'il est impossible de montrer la réalité, l'horreur des élevages intensifs et l'abattage des animaux dans des conditions atroces, alors que les fourreurs ont le culot de laisser entendre que notre campagne est, elle, taxée de violence!"

Elle a ajouté que sa Fondation "poursuivra sa campagne, et l'intensifiera même", pour dénoncer "un luxe totalement inutile et profondément choquant".

 

L'ARPP de son côté confirme avoir été saisie et se réunira le 5 décembre pour "examiner en premier lieu la recevabilité de cette plainte, en s'intéressant au respect ou non des règles de déontologie publicitaire". Dans le cas où cette plainte soit jugée recevable, la Fondation de B.B pourrait être amenée à modifier sa campagne, ou pire : devoir l'annuler.

Source : http://www.tele-animaux.com/actualites/article_Pas-de-fourrure-aujourd-hui-_1175.html
Partager cet article
Repost0

Film biographique sur Serge Gainsbourg...

Publié le par Ricard Bruno

 
Universal coproduira le film biographique sur Serge Gainsbourg réalisé par Joann Sfar

 

Les studios hollywoodiens Universal coproduiront avec Studio 37 leur premier film en langue française à travers le biopic Serge Gainsbourg (vie héroïque) que prépare Joann Sfar, annoncent-ils dans un communiqué.

Eric Elmosnino prêtera ses traits au chanteur face à Laetitia Casta, Mylène Jampanoï et Anna Mouglalis dans les rôles respectifs de Brigitte Bardot, Bambou et Juliette Greco.
Scénariste et dessinateur de bande dessinée, Joann Sfar fera ses premiers pas derrière la caméra avec cette fable poétique qui racontera le destin d’un enfant juif rêvant de peinture puis devenu l’un des plus grands noms de la chanson française.

"Joann Sfar est un des artistes français contemporains les plus talentueux.
Sa vision unique de ce film et sa façon d’amener le personnage de Serge Gainsbourg à la vie sur nos écrans sont ce qui nous a réellement incité à nous investir dans ce projet, le premier film français que nous allons coproduire en France.
Je suis ravi de pouvoir collaborer avec Studio 37 et One World Films sur un film ayant une telle résonance culturelle.", a déclaré Christian Grass, président de Universal Pictures International Studios, selon le communiqué.

Au casting, Eric Elmosnino prêtera ses traits à l’interprète du Poinçonneur des Lilas.
Laetitia Casta a décroché le rôle de Brigitte Bardot tandis que Mylène Jampanoï incarnera Bambou, dernière compagne de Gainsbourg.
Anna Mouglalis jouera quant à elle Juliette Gréco.
Yolande Moreau campera Fréhel alors que Sara Forestier et Philippe Katerine interpréteront France Gall et Boris Vian. Les actrices qui tiendront les rôles de Jane Birkin ou encore Charlotte Gainsbourg n’ont pas encore été annoncées.

Joann Sfar débutera le tournage de Serge Gainsbourg (vie héroïque) à Paris à partir du 19 janvier prochain.
L’équipe du film sera mobilisée pour un total 13 semaines. La sortie du long métrage est attendue courant 2010 dans les salles françaises.
Après ce film biographique, Joann Sfar devrait terminer l’adaptation animée de sa série dessinée Le Chat du rabbin.

Source : http://www.ctendance.com/article-14948.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Six mois ferme pour avoir pendu ses deux chiens !

Publié le par Ricard Bruno

Un Outrelois a été condamné mercredi à six mois de prison ferme pour avoir pendu ses deux chiens à son domicile. Les animaux ont mis plus de 15 minutes à mourir.

 

Le 6 août, les éboueurs d'Outreau ont fait une macabre découverte dans une poubelle : les corps sans vie de deux chiens, un berger allemand et un griffon. Les policiers et un vétérinaire se rendent sur place. Le praticien constate que les deux animaux ont été étranglés. Le maître est rapidement interpellé. Ce dernier, Bernard Cazier, était jugé mercredi au tribunal. Installé à la barre, le prévenu n'a pas l'air de comprendre les reproches qui lui sont adressés : «  Actuellement, je suis dans un état de dépression avancé. Les voisins et les enfants étaient odieux avec mes bêtes. Ils leur jetaient des cailloux, ce qui avait pour but de les faire aboyer sans cesse. Je ne pouvais plus supporter. » Un malaise s'installe. Lorsque la présidente demande de quelle manière il a tué ses animaux, on plonge dans l'horreur.

« Je m'en fiche, ce ne sont que des bêtes »

«  J'ai passé un noeud coulant autour du cou d'un chien et, plaçant mon pied sur le poitrail, j'ai tiré sur la corde. J'ai agi de même pour le second. » A la question de savoir si les animaux avaient agonisé et souffert pendant longtemps, le prévenu rétorque : «  La mort de chaque chien a duré entre quinze et vingt minutes. Je pense qu'ils n'ont pas souffert, mais je m'en fiche, ce ne sont que des bêtes. Ces chiens appartenaient à ma mère, je les ai récupérés après son décès. Comme il faut payer pour les placer, c'est la seule solution que j'ai trouvée. » Le procureur se lève, se tait et finit par s'adresser au prévenu : «  Avez-vous trouvé ce laps de temps très long ? Ce n'est qu'une minute, il en a fallu au moins quinze à vos chiens pour mourir. » Le tribunal ne pardonne pas : seize mois de prison, dont dix mois avec sursis et une interdiction définitive de détenir des animaux. Cinq associations, dont la S PA ou la fondation Brigitte-Bardot, se voient accorder 600 euros chacune au titre du préjudice moral. Elles reçoivent aussi chacune 200 euros de remboursement des frais de justice. •

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

La campagne de Brigitte Bardot attaquée...

Publié le par Ricard Bruno

La campagne de Brigitte Bardot attaquée par l'Association de la fourrure française!
La campagne d'affichage choc contre la fourrure lancée il y a quelques jours par la Fondation Brigitte Bardot (FBB) se voit menacée. L'Association de la fourrure française a en effet saisi l'ARPP, (anciennement BVP), organisme en charge du respect de la déontologie des campagnes de publicité en France.
La Fourrure française, qui fédère les acteurs majeurs du secteur, une association officiellement née en septembre dernier (tiens donc!), a saisi l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité, (ARPP) en début de semaine, suite à la récente campagne de la FBB dont les trois visuels anti-fourrure ont choqué les plaignants (non mais il se foutent des gens, choqués eux! alors qu'ils massacrent par millions des animaux!) qui y voient "une violence culpabilisante dont le consommateur est de fait rendu complice".
Nathan Sprung, porte-parole interrogé jeudi matin par l'Associated Press, estime que la campagne de la FBB "fait du consommateur un assassin, armé d'une faux ou d'un poignard, soit une image trompeuse du métier de fourreur ou pelletier, qui se voit là stigmatisé, alors que la profession est extrêmement encadrée et réglementée", plaide-t-il.
M. Sprung, lui-même issu de la lignée de fourreurs Sprung Frères créée en 1892, estime que le grand public et notamment les jeunes sont bien plus informés sur les règles d'élevage et d'abattage des animaux. Il dénonce "le mythe de la violence de leur mise à mort", citant par exemple "le monoxyde de carbone, un gaz inodore permettant une mort sans douleur", mais reconnaît "que le débat est peut-être devenu sociétal".(les gens on ouvert les yeux sur des pratriques scandaleuses)
Brigitte Bardot ne l'entend de cette oreille.  (elle a entièrement raison ! ! ! )"Cela m'écoeure mais ne me surprend pas du tout, car on ne peut plus défendre les animaux sans être attaqués ni censurés", a tempêté Brigitte Bardot jointe jeudi matin par l'Associated Press. "Il faut se rendre compte qu'il est impossible de montrer la réalité, l'horreur des élevages intensifs et l'abattage des animaux dans des conditions atroces, alors que les fourreurs ont le culot de laisser entendre que notre campagne est, elle, taxée de violence!"
L'ancienne star du cinéma français dénonce "les animaux enfermés en cages ou en batterie, avant d'être gazés ou électrocutés ". L'ex-actrice affirme que "la fourrure, ce n'est pas chic, c'est une industrie basée sur la souffrance et la mort de millions d'animaux, un luxe totalement inutile et profondément choquant", poursuit-elle en martelant que sa fondation "poursuivra sa campagne, et l'intensifiera même".
De son côté, l'ARPP confirme avoir été saisie et précise que le jury composé de neuf membres va se réunir le 5 décembre pour "examiner en premier lieu la recevabilité de cette plainte, en s'intéressant" en premier lieu au respect ou non des règles de déontologie publicitaires". Si elle était jugée recevable, la FBB pourrait par décision de l'instance être amenée à modifier sa campagne, la pire des sanctions possibles en étant l'annulation.

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/culture/20081120.FAP9015/la_campagne_de_brigitte_bardot_attaquee_par_lassociatio.html

 

Ps : en rouge mes commentaires

Partager cet article
Repost0

Des fourrures de chats et de chiens sur le marché européen

Publié le par Ricard Bruno

Les marchés européens sont confrontés à une recrudescence de fourrures de chiens et de chats en provenance d'Asie destinés à la confection, apprend-on auprès d'organisations de défense des animaux.




























Selon des organisations de défense des animaux, les marchés européens sont confrontés à une recrudescence de fourrures de chiens et de chats en provenance d'Asie destinés à la confection. Les services des douanes françaises ont annoncé jeudi la saisie de plus de 4.000 vestes et manteaux importés de Chine dont certains étaient en partie confectionnés à partir de fourrure de chats ou de chiens. (Reuters/Krishnendu Halder)


Les services des douanes françaises avaient annoncé la veille la saisie de plus de 4.000 vestes et manteaux importés de Chine dont certains étaient en partie confectionnés à partir de fourrure de chats ou de chiens. C'est la première saisie de cette ampleur jamais effectuée dans l'Hexagone.

Interdit depuis 2006 en France, le commerce des peaux des animaux de compagnie fait l'objet d'une interdiction au niveau de l'Union européenne qui sera effective fin 2008.

"Ça répond à un problème qui devient de plus en courant", a déclaré à Reuters Christophe Marie, responsable du bureau de protection animale à la Fondation Brigitte Bardot.

"Ça ne porte plus sur le commerce de fourrure en peau du type vison des pieds à la tête, mais plutôt sur des morceaux pour cols ou poignets. C'est beaucoup plus difficile d'identifier la nature de l'espèce quand il s'agit de petites pièces", a-t-il expliqué.

Les morceaux de fourrure saisis en octobre par les douanes de Villepinte, au nord de Paris, provenaient notamment de chiens viverrins, des petits canidés parfois élevés en Asie pour leur fourrure - mais pas pour leur chair.

Après une première saisie de 700 vestes, les douaniers ont remonté la filière jusqu'à un entrepôt de l'Est parisien où ils ont découvert 3.300 autres pièces de vêtements, en provenance de Chine.

"L'étiquetage indiquait qu'il s'agissait de produits en fourrure synthétique. Lorsque les agents ont ouvert la porte, ça sentait très fort. Ils ont fait des prélèvements qui ont révélé qu'il s'agissait de fourrure de chats et de chiens", a raconté une porte-parole des douanes.

Pour l'association Fourrure Torture, "le faux étiquetage s'explique par le fait que les stocks de fourrure ont de plus en plus de mal à s'écouler auprès des consommateurs".

Ces prises "révèlent une nouvelle fois que les consommateurs doivent rester vigilants", déclare dans un communiqué Olivier Rafin, directeur de l'organisation.

Selon Fourrure Torture, deux millions de chiens et de chats sont tués pour leur fourrure chaque année dans le monde.

http://www.lexpress.fr/actualites/2/des-fourrures-de-chats-et-de-chiens-sur-le-marche-europeen_81757.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0