Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La France va interdire........

Publié le par Ricard Bruno

La France va interdire "définitivement" les importations de produits dérivés des phoques, a affirmé jeudi Brigitte Bardot après un entretien avec Nicolas Sarkozy à l'Elysée.

"J'ai eu mon plus beau cadeau d'anniversaire", a déclaré "BB", qui aura 73 ans vendredi. "La France va refuser définitivement toute importation de produits dérivés des phoques. La France ne sera plus complice du massacre au Canada contre lequel je me bats depuis 30 ans".

Jacques Chirac avait fait la même promesse à l'ancienne actrice en avril dernier, lors d'un entretien un mois avant de quitter ses fonctions. Le ministère de l'Ecologie avait alors fait savoir à la Fondation Brigitte Bardot qu'un décret était en préparation. L'Elysée et le secrétariat d'Etat à l'Ecologie n'étaient pas en mesure jeudi de donner des précisions sur ce décret.

Brigitte Bardot, qui était accompagnée de Ghyslaine Calmels-Bock, directrice générale de sa fondation, a demandé à Nicolas Sarkozy que la condition animale, "complètement oubliée", soit davantage prise en compte par le gouvernement. Elle a proposé la création d'un "bureau des sages" équivalent au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) pour la télévision, pour coordonner l'action publique en la matière.

Source : http://www.latribune.fr/info/La-France-va-interdire--definitivement--les-importations-de-produits-derives-des-phoques--selon-Brigitte-Bardot-482-~-AP-ANIMAUX-PHOQUES-BARDOT-SARKOZY-$Db=News/News.nsf

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot défend les animaux devant Nicolas Sarkozy

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot défend les animaux devant Nicolas Sarkozy

Brigitte Bardot a été reçue par le président français Nicolas Sarkozy auprès duquel elle a défendu la cause des animaux. L'ancienne actrice a notamment évoqué l'abattage rituel et la chasse aux phoques. 

Source : Le monde : http://www.wmaker.net/editoweb/Actus-Monde-du-28-septembre-2007_a2970.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Un beau cadeau pour Brigitte Bardot !

Publié le par Ricard Bruno

photo-du-28-09-2007.jpgBB est ravie de son entretien avec Sarkozy. L'ancienne actrice, qui fête aujourd'hui ses 73 ans, s'est sentie soutenue dans son combat par le président !

Alors qu'elle n'avait pas remis les pieds depuis 23 ans à l'Elysée, Brigitte Bardot s'est félicitée hier des «nombreux points de convergences» avec le président Nicolas Sarkozy qui l'a reçue. Selon elle, un «groupe de travail interministériel sur la condition animale» va voir le jour et pourrait déboucher sur la création d'une «Haute autorité» de la condition animale.

L'ancienne actrice a expliqué que la réflexion porterait sur la «remise à plat de la relation homme-animal». Le groupe permettra de «réfléchir de concert avec tous les spécialistes et tous les ministères concernés, car, pour l'instant, chacun travaille dans son coin».

Mais c'est en particulier le dossier de la chasse aux phoques au Canada qui l'a mise d'excellente humeur à l'issue de son entretien avec le chef de l'Etat. «J'ai eu mon plus beau cadeau d'anniversaire, a déclaré BB, qui a 73 ans aujourd'hui. La France va refuser définitivement toute importation de produits dérivés des phoques. La France ne sera plus complice du massacre au Canada contre lequel je me bats depuis trente ans.»

"

«La France ne sera plus complice du massacre au Canada contre lequel je me bats depuis trente ans»
Brigitte Bardot

"

Jacques Chirac avait fait la même promesse à l'ancienne actrice en avril dernier, lors d'un entretien un mois avant de quitter ses fonctions. Le Ministère de l'écologie avait alors fait savoir à la Fondation Brigitte Bardot qu'un décret était en préparation.

Autre promesse faite par Nicolas Sarkozy, celle de se pencher sur le paradoxe, en France, du statut juridique de l'animal existant entre le Code civil, «qui considère l'animal comme un meuble», alors que le Code pénal le qualifie «d'être sensible».

Source : http://www.lematin.ch/pages/home/actu/monde/actu_monde__1?contenu=303773

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

BB Invitée de Colette et Repetto !

Publié le par Ricard Bruno

ballerine-BB.jpgEn 1956, Rose Repetto imagine une ballerine aussi légère et souple qu’un chausson de danse. Brigitte Bardot se charge de l’élever au rang d’objet culte dans le film Et Dieu… créa la femme, de Roger Vadim. Quarante et un ans plus tard, revoilà le soulier Cendrillon (c’est son nom) dans sa version initiale, en vichy rouge et blanc (190 €). En exclusivité chez Colette à partir du 1er octobre, il n’est édité qu’à 60 exemplaires, l’âge de la maison Repetto. Enfin, cette dernière a choisi d’aider les écoles de danse des pays défavorisés et demandé pour cela à des personnalités de revisiter ses modèles fétiches. Ces derniers feront l’objet d’une prochaine exposition, au terme de laquelle les objets seront vendus aux enchères au profit de ces écoles.
213, rue Saint-Honoré, 75001 Paris. Tél. : 01 55 35 33 90. 

Site Colette : www.colette.fr
Site Repetto : www.repetto.com

Source de l'article ci dessus : http://madame.lefigaro.fr/mode/news/819-bb-invitee-de-colette-et-repetto

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

L'Ethiopie : massacre de chiens : une honte !

Publié le par Ricard Bruno

Extrait de l'article (article complet cliquer sur le lien :  http://www.lematin.ma/Info/Article.asp?id=12699 )

La municipalité d'Addis Abeba a décidé d'empoisonner les 20.000 chiens errants vivant dans les rues de la ville. Cette annonce a provoqué le courroux d'associations de défense des animaux et même une condamnation de Brigitte Bardot, actrice française et militante de la défense des droits des animaux.

"Nous prévoyons l'élimination de 20.000 chiens dans le courant de l'année prochaine dans le cadre d'une opération de lutte contre la rage", explique à l'AFP Taffa Hundie, de l'administration pour la santé animale d'Addis Abeba. "Il y a eu une première opération de trois jours au cours de laquelle 30 à 50 chiens seulement ont été empoisonnés. Faute de moyens nous avons dû interrompre (l'opération), mais elle devait reprendre lundi".

Autre opération lancée par les autorités, la plantation de millions d'arbres à travers le pays par les populations.

Les entreprises du pays apportent aussi leur contribution. Les étiquettes an 2000 fleurissent sur les produits : du thé à l'eau minérale, en passant par le café -la principale production du pays- et sur les roses distribuées à tous les voyageurs arrivant à l'aéroport.

Source :

http://www.lematin.ma/Info/Article.asp?id=12699
Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot interpelle Calmy-Rey

Publié le par Ricard Bruno

brigitte-copie-1.jpgBB est scandalisée par la mise à mort de chats pour leur fourrure en Suisse. Elle l'a fait savoir à Micheline Calmy-Rey, présidente de la Confédération, et a été la première à signer la pétition de l'Association SOS Chats

Le combat de SOS Chats contre le commerce des peaux de chats en Suisse a éveillé l'intérêt de Brigitte Bardot. Elle a personnellement écrit à la présidente de la Confédération, Micheline Calmy-Rey, pour lui demander d'agir contre la production locale de peaux de chats et leur exportation dans l'Union européenne. Elle demande que la Suisse fasse un effort supplémentaire pour ne pas devenir une plaque tournante en Europe. Elle a accordé au «Matin» une interview exclusive.

Brigitte Bardot, avez-vous l'habitude d'écrire aux chefs d'Etat?
J'écris toujours aux chefs d'Etat pour dire ce que j'ai à dire. En général, cela fonctionne plutôt bien, je reçois des réponses. Mais j'ai plus de succès à l'étranger qu'en France.

Aviez-vous imaginé qu'un commerce de peaux de chats puisse avoir cours en Suisse?
Pas du tout! Pour moi, la Suisse est un pays exemplaire. C'est scandaleux qu'une telle chose se passe chez vous, cela me déçoit beaucoup. Quoi qu'il en soit, le commerce de la fourrure ne devrait plus exister. Et celui des animaux domestiques encore moins.

Il semblerait que les peaux produites en Suisse proviennent de chats errants, que l'on devrait de toute façon éliminer.
Ce n'est pas une raison! Est-ce que l'on prend la tignasse des gens qui meurent pour en faire des perruques?

L'usage de ces peaux est essentiellement thérapeutique, disent les fournisseurs. Pour soulager l'arthrose, notamment.
Nous ne sommes plus au Moyen Age, enfin! Cela n'a plus lieu d'être aujourd'hui. Il existe des étoffes synthétiques pour cela. Moi, j'ai de l'arthrose, j'ai mal aux hanches. Eh bien, je me mets des chats vivants sur les genoux!

Avez-vous peur que la Suisse devienne une plaque tournante européenne dans le commerce de ces peaux?
J'ai obtenu en janvier 2006 que la France interdise l'introduction, l'importation et le commerce de peaux de chats. L'UE doit voter sur le même objet à la rentrée. Si la Suisse continue d'en produire et d'en exporter, elle fournira les marchés de l'UE. Nous avons d'ailleurs fait le test en commandant des peaux en Suisse. Elles sont arrivées par colis en France sans problème. On saura dorénavant d'où ça vient.

Vous êtes la première signataire de la pétition de SOS Chats, qui demande l'interdiction de tout commerce de peaux de chats en Suisse. Pensez-vous que cela sera efficace?
Cela peut changer les choses, comme cela peut ne pas le faire. Nous vivons d'espoir, vous savez. Si l'on ne fait rien, ça ne risque pas d'aller mieux.

Vous allez avoir 73 ans le 28 septembre. Que vous souhaitez-vous?
Que des choses qui concernent le mieux-être des animaux! La veille de mon anniversaire, je suis invitée par le président Nicolas Sarkozy. Je lui demanderai notamment que les animaux abattus par égorgement lors de rituels religieux soient préalablement étourdis. C'est une trop grande souffrance pour eux. 

Source : http://www.lematin.ch/pages/home/actu/suisse/actu_suisse__1?contenu=296626

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

france dimanche n°3184 du 07 au 13 09 2007

Publié le par Ricard Bruno

france dimanche n°3184 du 07 au 13 09 2007
 
france-dimanche-n--3184-du-07-au-13-09-2007.jpgfrance-dimanche-n--3184-du-07-au-13-09-2007-brigitte-bardot-et-la-madrague.jpg
Partager cet article
Repost0

EXPERIMENTION ANIMALE

Publié le par Ricard Bruno


Expérimentation animale : le Parlement Européen s’oppose à l’utilisation de primates à des fins scientifiques !


La Fondation Brigitte Bardot, représentante française et membre d’Eurogroup For Animals (association européenne de défense des animaux) se réjouit de la décision du Parlement Européen en matière d’expérimentation sur les primates.

Son travail de sensibilisation des 78 eurodéputés français trouve enfin une issue favorable, et permet de relancer le débat sur l’utilisation de cobayes animaux dans l’industrie chimique. Au total, ce sont 418 députés européens qui ont choisi de condamner ces pratiques souvent inutiles, mais toujours cruelles. 

10 000 primates sacrifiés par an : un chiffre en augmentation !

de la Vu le rapport de forces très déséquilibré qui existe dans une telle situation et compte tenu de la position vulnérable de la victime (sans parler du fait que le temps, c'est de l'argent, ce qui nécessite donc la soumission forcée de la victime), il semble assez évident que pour obtenir le contrôle de la victime, on doit utiliser la force élix est le singe que l'on voit dans le récent documentaire de la BBC2 intitulé "Des singes, des rats et moi" ('Monkeys, Rats and Me'), diffusé le 27 novembre 2006, qui présentait le côté aseptisé, "acceptable", de la vivisection que les vivisecteurs veulent montrer au public.

 
Félix était montré attaché à une chaise de contention, en train d'être conditionné par des techniciens de l'université d'Oxford pour s'habituer à sa future vie de torture. Pour la caméra, le "conditionnement" de Félix se déroulait "à son propre rythme" : les techniciens ne l'ont pas forcé à se mettre sur la chaise de contention ni à sortir de sa cage s'il ne voulait pas. Ceux qui ont pu voir la dure réalité de la vie dans ce laboratoire (alors qu'ils y travaillaient "sous couverture") et qui ont relaté leur histoire et ont montré des preuves au public pourront affirmer qu'il s'agissait d'une vision faussée de ce qui se passe réellement dans les laboratoires, un exemple frappant de non-objectivité des média.
 
Vu le rapport de forces très déséquilibré qui existe dans une telle situation et compte tenu de la position vulnérable de la victime (sans parler du fait que le temps, c'est de l'argent, ce qui nécessite donc la soumission forcée de la victime), il semble assez évident que pour obtenir le contrôle de la victime, on doit utiliser la force et l'autorité. C'est ainsi que se fait le conditionnement de l'animal. Cela se traduit par l'exercice de la force et par des privations. Cela ne peut en aucun cas être un acte de coopération, mais toujours un acte de contrôle. N'oublions pas qu'aucun singe, aucun chien ou chat ni aucun autre animal, nous y compris, ne se porterait volontaire pour être mutilé, massacré ou empoisonné. C'est contraire à l'instinct de survie qui consiste à éviter la douleur et la souffrance, et bien sûr, la mort. Pour pouvoir exercer son contrôle, l'oppresseur doit donc avoir une victime soumise, le pouvoir d'un vivisecteur ou d'un technicien repose sur la peur qu'il ou elle peut exercer sur son sujet. La réalité de la vie de Félix est qu'il ne bénéficiera d’aucune douceur, d’aucun respect ni dignité de la part de ses tortionnaires. On lui apprendra à avoir peur.
 
 
Il ne s'agit pas de déclarations fantaisistes de militants anti-vivisection, mais de faits bien documentés. En effet, ce sont des faits que nous avons exposés dans un article publié sur le site Internet de SPEAK, qui reproduisait la candidature (qui nous a été fournie par une personne du Ministère de l'Intérieur) d'un vivisecteur de l'université d'Oxford qui cherchait à pratiquer la vivisection sur des primates.
 
Parmi les documents qui nous ont été fournis, il y avait des papiers qui prouvaient que la méthode habituellement utilisée pour soumettre les singes (afin de faciliter les expériences) consiste à les affamer. On peut dire que cela n'est pas très "humain" et ne laisse pas l'animal accepter son conditionnement "à son propre rythme". Il s'agit du recours à la brutalité, à laquelle Félix a sans aucun doute été soumis et qu'il devra continuer à endurer jusqu'à sa mort.
 
Au moment où le documentaire de la BBC2 a été tourné, Félix devait subir une opération du cerveau. Nous pensons que si cela n'a pas déjà eu lieu, l'opération de chirurgie invasive qui consiste à poser des implants dans son crâne va avoir lieu d'un jour à l'autre. Au cours des 2 prochaines années, Félix va être confiné dans une petite cage, complètement isolé, et devra subir une longue succession de tests. Cela ne veut pas dire qu'il sera attaché sur une chaise de contention pour s'amuser. Cela veut dire qu'il sera torturé.
 
Actuellement, nous ne savons pas combien de temps Félix va vivre. Il se peut que sa vie ressemble à l’existence pitoyable des "Oxford 2", c'est-à-dire des 2 macaques dont on a trituré le cerveau lors d'opérations chirurgicales et qui ont enduré 15 ans de maltraitance et d'emprisonnement dans les laboratoires de l'université d'Oxford. En revanche, une chose est certaine : si nous n'agissons pas maintenant, Félix ne reverra jamais le monde extérieur ni aucun de ses congénères. Félix va vivre, va être maltraité et finalement mourir sans jamais avoir connu la liberté, qui est cependant son droit fondamental.
 
Souvenez-vous de George, rendu aveugle et méprisé par un vivisecteur d'Oxford. Le même vivisecteur qui a fait l'objet d'une enquête de police pour cruauté envers un macaque nommé Jez. Souvenez-vous aussi de Bjee, une autre victime des expérimentateurs de l'université d'Oxford. Il est vital qu'on n'oublie pas Félix. C'est sa seule chance de survivre aux sévices infligés par ses tortionnaires. Il est impératif que nous nous battions pour Félix et pour son droit à la vie ! Pour son droit de vivre sans souffrance... Félix n'est pas un matricule. C'est un individu, tout comme tous les autres animaux enfermés et maltraités dans l'université d'Oxford.
 
Nous savons qu'il est trop tard pour les "Oxford 2", mais il n'est pas trop tard pour Félix. Il ne faut pas que l'université d'Oxford puisse nous tromper en disant qu'ils l'ont tué, comme ils l'ont fait pour les "Oxford 2". Nous savons qu'ils veulent maintenir Félix en vie afin de l'exploiter aussi longtemps que possible, mais nous devons tout de même agir immédiatement si nous voulons avoir une petite chance de lui sauver la vie. Une vie qui n'a pas à être passée emprisonné dans les laboratoires de recherche fortifiés de l'université d'Oxford, où il va souffrir et mourir isolé. Sa vie lui appartient, à lui et non à Tipu Aziz, ni à l'université d'Oxford.
 
Les "Oxford 2", George, Jez et Bjee ont souffert et sont morts entre les mains de leurs tortionnaires. Mais Félix, lui, est vivant et il est maltraité et va continuer à être maltraité au cours des 2 prochaines années au moins. Aidez-nous à lutter pour Félix. Toute personne préoccupée par le sort de Félix doit nous rejoindre dans notre "Combat pour Félix". Envoyons un signal fort et clair à l'université d'Oxford pour qu'ils comprennent qu'ils auront du fil à retordre s'ils pensent qu'ils peuvent maltraiter Félix pendant plusieurs années avant de le tuer !
 
 
SPEAK a un message pour l'université d'Oxford :
 
"Nous savons que vous avez l'intention de faire des expériences sur Félix pendant au moins 2 ans, probablement plus. Si, pour une raison ou pour une autre, vous pensez que votre intérêt est de tuer Félix prématurément, réfléchissez à deux fois. Ou si Félix venait à mourir mystérieusement, alors nous vous invitons à réfléchir sérieusement à cette éventualité. Le public britannique verra cet acte d'un mauvais oeil et si vous choisissiez de le faire, SPEAK se souviendra toujours de cet assassinat."
 
"Il faut un courage rare pour se libérer de l'endoctrinement institutionnel d'un système qui pousse les gens à croire qu'il n'existe aucune autre manière vala
 Chaque année au sein de l’Union Européenne, plus de 10 000 primates (dont près d’un tiers en France) sont sacrifiés en laboratoires. Ces espèces, souvent protégées (chimpanzés, macaques, bonobos, babouins…), sont le support d’expérimentations pour des médicaments, des cosmétiques, des pesticides, des produits ménagers, etc.
 
Pourtant, l’effet de certains produits diffère parfois chez l’animal et chez l’être humain. Et en dépit des traitements répétés, les expériences menées sur les primates ne peuvent pas atteindre la précision d’une étude sur l’homme. Rappelons que les primates partagent 90% de leur ADN avec les humains et sont doués de capacités intellectuelles et d’une conscience : ils ressentent donc le stress, la souffrance, la frustration, l’enfermement et l’approche de la mort…
 
Contactée par téléphone, Brigitte Bardot se dit « heureuse de ce premier pas et de ce signe fort du Parlement ». Elle demande néanmoins à la France de « poursuivre ses efforts car il est moralement inacceptable de provoquer la mort dans des souffrances indicibles lorsqu’on est censé la combattre ».
 
 Des méthodes alternatives fiables et sûres
 
La technologie et les techniques modernes offrent à présent des méthodes de remplacement qui s’avèrent plus efficaces et fiables que les expériences sur les primates. C’est le cas par exemple de l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMF), du microdosage, de la modélisation informatique ou de la culture de tissus et de cellules in vitro. On peut citer notamment le « Kit EpiSkin » mis au point par le centre de bio-ingéniérie de L’Oréal qui permet, à partir d’échantillons de peau humaine reconstruite sur du collagène, de « remplacer complètement les tests »* en matière d’irritation cutanée.
 
 Une mobilisation internationale… parce qu’ils le valent bien !
 
Contactée par Eurogroup sur cette thématique, la Fondation Brigitte Bardot s’est mobilisée en France et est intervenue à plusieurs reprises auprès des 78 eurodéputés français. La révision de la directive 86/609/CE offrait l’opportunité de donner une nouvelle orientation à la recherche. Par ailleurs, l’utilisation de primates à des fins expérimentales encourage fortement le trafic international d’espèces protégées.
 
La Fondation Brigitte Bardot souhaite donc que la priorité soit donnée à la recherche scientifique, notamment au développement des méthodes de substitution, et ce afin que cesse progressivement le recours aux cobayes.
 
* Homologation de l’ECVAM, le Centre Européen pour la Validation des Méthodes Alternatives, juillet 2007
 
EXPERIMENTION ANIMALE Samedi 04 août 2007 : Journée Internationale de solidarité avec Félix contre l'expérimentation animale !
 
A l'occasion de la Journée Internationale de solidarité avec Félix (voir son histoire ci-dessous) qui, à travers lui, permet de dénoncer mondialement la cruauté et l'écoeurante pratique de la vivisection, la FBB tient à s'associer à ce mouvement et à relayer le message à l'echelle de la France.
 
Brigitte Bardot est donc intervenue auprès du Premier ministre anglais, Sir Gordon Brown, pour lui signifier son soutien à cette journée de solidarité pour Félix, mais aussi lui demander d'entendre la voix de la souffrance de ces millions d'animaux sacrifiés (à savoir plus de 10 millions chaque année) d'intervenir en dénonçant l'horreur de la vivisection et d'agir dans ce sens pour mettre un terme à l'expérimentation animale fortement contestée par de nombreux scientifiques et actuellement l'objet de discussion au Parlement Européen.
 
En effet, 300 députés européens (dont 44 députés anglais) ont d'ores et déjà signé une déclaration écrite du Parlement européen visant à " remplacer l'utilisation de tous les primates par d'autres solutions dans les expériences scientifiques ".
 
Lire la lettre de Brigitte Bardot au 1er Ministre Anglais >>
 
 La journée de solidarité
 
Pour plus d'informations sur cette journée de solidarité avec Felix, rendez-vous sur les sites de: International Campaigns et/ou SPEAK
organisateur du mouvement.
 
 
Texte de la Déclaration écrite Déclaration écrite sur l’utilisation de primates dans les expériences scientifiques
 
Le Parlement européen, vu l’article 116 de son règlement,
 
A. considérant que plus de 80% des personnes ayant répondu en 2006 à la consultation publique de la Commission sur les animaux utilisés à des fins expérimentales estimaient inadmissible l’utilisation de primates à des fins expérimentales,
 
B. considérant que les laboratoires de l’UE utilisent chaque année plus de 10 000 primates à des fins expérimentales,
 
C. considérant que l’ADN de la plupart des espèces de primates est à 90% semblable à celui de l’être humain et qu’il est reconnu que les espèces de primates peuvent ressentir une grande souffrance en captivité,
 
D. considérant que 26% des espèces de primates sont menacées de disparition et que des laboratoires continuent à utiliser des primates capturés à l’état sauvage ; qu’en outre, il peut s’avérer difficile de protéger les primates de menaces telles que la consommation humaine si les institutions scientifiques occidentales donnent l’impression de disposer librement de ces espèces,
 
E. considérant que la technologie et les techniques modernes offrent à présent des méthodes de remplacement qui s’avèrent plus efficaces et fiables que les expériences sur les primates, telles que l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), le microdosage, la modélisation informatique ou la culture de tissus et de cellules,
 
F. considérant qu’en dépit des similitudes génétiques, d’importantes différences subsistent entre les humains et les autres primates et que les expériences menées sur des primates ne peuvent pas atteindre la précision d’une étude sur l’homme,
 
1. invite instamment la Commission, le Conseil et le Parlement européen à profiter de la révision de la directive 86/609/CE pour :
 
a) mettre fin, en priorité et de toute urgence, à l’utilisation des grands singes et des singes capturés à l’état sauvage à des fins expérimentales ;
b) établir un calendrier en vue de remplacer l’utilisation de tous les primates par d’autres solutions dans les expériences scientifiques ;
 
2. charge son Président de transmettre la présente déclaration, accompagnée du nom des signataires, au Conseil, à la Commission et aux États membres.
 
 
Pour la première fois, un établissement qui pratique la vivisection nous a fourni le nom, des photos et des vidéos de l'animal non humain qu'ils ont l'intention de maltraiter pendant plusieurs années. Ils nous ont aussi indiqué quelle forme allaient prendre ces mauvais traitements.
 
Félix est le nom que le vivisecteur Tipu Aziz a donné au macaque qu'il a pour projet de maltraiter et de torturer au cours des prochaines années. L'ironie de ce baptême ne nous échappe pas. Tipu Aziz avoue n'avoir aucun sentiment pour les animaux, mais il a quand même choisi un nom pour cet animal qui va devenir son esclave. Aziz a reconnu ouvertement que si cela ne tenait qu'à lui, il tuerait des animaux pour pouvoir tester des cosmétiques. Il pense également qu'on devrait faire des expériences sur les Grands Singes.
 
Depuis maintenant 3 ans, SPEAK lutte contre le projet de construction d'un nouveau laboratoire avec des animaux à l'université d'Oxford. Jusqu'à présent, nous avons pour ainsi dire combattu un concept, des briques et du ciment. Avec Félix, c'est un être vivant qui entre au cœur de ce combat. Car, en fait, nous ne nous battons pas contre un bâtiment, mais contre l'utilisation qui va être faite de ce lieu, et contre l'emprisonnement, dans le bâtiment actuellement en construction, rue South Parks, des animaux non humains qui vont y être maltraités et, à terme, tués. Des animaux comme Félix, qui vont être tués par milliers dans ce nouveau centre de recherche.
 
Félix est le singe que l'on voit dans le récent documentaire de la BBC2 intitulé "Des singes, des rats et moi" ('Monkeys, Rats and Me'), diffusé le 27 novembre 2006, qui présentait le côté aseptisé, "acceptable", de la vivisection que les vivisecteurs veulent montrer au public.
 
Félix était montré attaché à une chaise de contention, en train d'être conditionné par des techniciens de l'université d'Oxford pour s'habituer à sa future vie de torture. Pour la caméra, le "conditionnement" de Félix se déroulait "à son propre rythme" : les techniciens ne l'ont pas forcé à se mettre sur la chaise de contention ni à sortir de sa cage s'il ne voulait pas. Ceux qui ont pu voir la dure réalité de la vie dans ce laboratoire (alors qu'ils y travaillaient "sous couverture") et qui ont relaté leur histoire et ont montré des preuves au public pourront affirmer qu'il s'agissait d'une vision faussée de ce qui se passe réellement dans les laboratoires, un exemple frappant de non-objectivité des média.
 
Vu le rapport de forces très déséquilibré qui existe dans une telle situation et compte tenu de la position vulnérable de la victime (sans parler du fait que le temps, c'est de l'argent, ce qui nécessite donc la soumission forcée de la victime), il semble assez évident que pour obtenir le contrôle de la victime, on doit utiliser la force et l'autorité. C'est ainsi que se fait le conditionnement de l'animal. Cela se traduit par l'exercice de la force et par des privations. Cela ne peut en aucun cas être un acte de coopération, mais toujours un acte de contrôle. N'oublions pas qu'aucun singe, aucun chien ou chat ni aucun autre animal, nous y compris, ne se porterait volontaire pour être mutilé, massacré ou empoisonné. C'est contraire à l'instinct de survie qui consiste à éviter la douleur et la souffrance, et bien sûr, la mort. Pour pouvoir exercer son contrôle, l'oppresseur doit donc avoir une victime soumise, le pouvoir d'un vivisecteur ou d'un technicien repose sur la peur qu'il ou elle peut exercer sur son sujet. La réalité de la vie de Félix est qu'il ne bénéficiera d’aucune douceur, d’aucun respect ni dignité de la part de ses tortionnaires. On lui apprendra à avoir peur.
 
 
Il ne s'agit pas de déclarations fantaisistes de militants anti-vivisection, mais de faits bien documentés. En effet, ce sont des faits que nous avons exposés dans un article publié sur le site Internet de SPEAK, qui reproduisait la candidature (qui nous a été fournie par une personne du Ministère de l'Intérieur) d'un vivisecteur de l'université d'Oxford qui cherchait à pratiquer la vivisection sur des primates.
 
Parmi les documents qui nous ont été fournis, il y avait des papiers qui prouvaient que la méthode habituellement utilisée pour soumettre les singes (afin de faciliter les expériences) consiste à les affamer. On peut dire que cela n'est pas très "humain" et ne laisse pas l'animal accepter son conditionnement "à son propre rythme". Il s'agit du recours à la brutalité, à laquelle Félix a sans aucun doute été soumis et qu'il devra continuer à endurer jusqu'à sa mort.
 
Au moment où le documentaire de la BBC2 a été tourné, Félix devait subir une opération du cerveau. Nous pensons que si cela n'a pas déjà eu lieu, l'opération de chirurgie invasive qui consiste à poser des implants dans son crâne va avoir lieu d'un jour à l'autre. Au cours des 2 prochaines années, Félix va être confiné dans une petite cage, complètement isolé, et devra subir une longue succession de tests. Cela ne veut pas dire qu'il sera attaché sur une chaise de contention pour s'amuser. Cela veut dire qu'il sera torturé.
 
Actuellement, nous ne savons pas combien de temps Félix va vivre. Il se peut que sa vie ressemble à l’existence pitoyable des "Oxford 2", c'est-à-dire des 2 macaques dont on a trituré le cerveau lors d'opérations chirurgicales et qui ont enduré 15 ans de maltraitance et d'emprisonnement dans les laboratoires de l'université d'Oxford. En revanche, une chose est certaine : si nous n'agissons pas maintenant, Félix ne reverra jamais le monde extérieur ni aucun de ses congénères. Félix va vivre, va être maltraité et finalement mourir sans jamais avoir connu la liberté, qui est cependant son droit fondamental.
 
Souvenez-vous de George, rendu aveugle et méprisé par un vivisecteur d'Oxford. Le même vivisecteur qui a fait l'objet d'une enquête de police pour cruauté envers un macaque nommé Jez. Souvenez-vous aussi de Bjee, une autre victime des expérimentateurs de l'université d'Oxford. Il est vital qu'on n'oublie pas Félix. C'est sa seule chance de survivre aux sévices infligés par ses tortionnaires. Il est impératif que nous nous battions pour Félix et pour son droit à la vie ! Pour son droit de vivre sans souffrance... Félix n'est pas un matricule. C'est un individu, tout comme tous les autres animaux enfermés et maltraités dans l'université d'Oxford.
 
Nous savons qu'il est trop tard pour les "Oxford 2", mais il n'est pas trop tard pour Félix. Il ne faut pas que l'université d'Oxford puisse nous tromper en disant qu'ils l'ont tué, comme ils l'ont fait pour les "Oxford 2". Nous savons qu'ils veulent maintenir Félix en vie afin de l'exploiter aussi longtemps que possible, mais nous devons tout de même agir immédiatement si nous voulons avoir une petite chance de lui sauver la vie. Une vie qui n'a pas à être passée emprisonné dans les laboratoires de recherche fortifiés de l'université d'Oxford, où il va souffrir et mourir isolé. Sa vie lui appartient, à lui et non à Tipu Aziz, ni à l'université d'Oxford.
 
Les "Oxford 2", George, Jez et Bjee ont souffert et sont morts entre les mains de leurs tortionnaires. Mais Félix, lui, est vivant et il est maltraité et va continuer à être maltraité au cours des 2 prochaines années au moins. Aidez-nous à lutter pour Félix. Toute personne préoccupée par le sort de Félix doit nous rejoindre dans notre "Combat pour Félix". Envoyons un signal fort et clair à l'université d'Oxford pour qu'ils comprennent qu'ils auront du fil à retordre s'ils pensent qu'ils peuvent maltraiter Félix pendant plusieurs années avant de le tuer !
 
 
SPEAK a un message pour l'université d'Oxford :
 
"Nous savons que vous avez l'intention de faire des expériences sur Félix pendant au moins 2 ans, probablement plus. Si, pour une raison ou pour une autre, vous pensez que votre intérêt est de tuer Félix prématurément, réfléchissez à deux fois. Ou si Félix venait à mourir mystérieusement, alors nous vous invitons à réfléchir sérieusement à cette éventualité. Le public britannique verra cet acte d'un mauvais oeil et si vous choisissiez de le faire, SPEAK se souviendra toujours de cet assassinat."
 
"Il faut un courage rare pour se libérer de l'endoctrinement institutionnel d'un système qui pousse les gens à croire qu'il n'existe aucune autre manière valable d'acquérir des connaissances scientifiques que de s'accrocher à une mauvaise science qui sévit depuis plus de 100 ans."
 
Source : Fondation Brigitte Bardot : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40133ble d'acquérir des connaissances scientifiques que de s'accrocher à une mauvaise science qui sévit depuis plus de 100 ans."
 Chaque année au sein de l’Union Européenne, plus de 10 000 primates (dont près d’un tiers en France) sont sacrifiés en laboratoires. Ces espèces, souvent protégées (chimpanzés, macaques, bonobos, babouins…), sont le support d’expérimentations pour des médicaments, des cosmétiques, des pesticides, des produits ménagers, etc.
 
Pourtant, l’effet de certains produits diffère parfois chez l’animal et chez l’être humain. Et en dépit des traitements répétés, les expériences menées sur les primates ne peuvent pas atteindre la précision d’une étude sur l’homme. Rappelons que les primates partagent 90% de leur ADN avec les humains et sont doués de capacités intellectuelles et d’une conscience : ils ressentent donc le stress, la souffrance, la frustration, l’enfermement et l’approche de la mort…
 
Contactée par téléphone, Brigitte Bardot se dit « heureuse de ce premier pas et de ce signe fort du Parlement ». Elle demande néanmoins à la France de « poursuivre ses efforts car il est moralement inacceptable de provoquer la mort dans des souffrances indicibles lorsqu’on est censé la combattre ».
 
 Des méthodes alternatives fiables et sûres
 
La technologie et les techniques modernes offrent à présent des méthodes de remplacement qui s’avèrent plus efficaces et fiables que les expériences sur les primates. C’est le cas par exemple de l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMF), du microdosage, de la modélisation informatique ou de la culture de tissus et de cellules in vitro. On peut citer notamment le « Kit EpiSkin » mis au point par le centre de bio-ingéniérie de L’Oréal qui permet, à partir d’échantillons de peau humaine reconstruite sur du collagène, de « remplacer complètement les tests »* en matière d’irritation cutanée.
 
 Une mobilisation internationale… parce qu’ils le valent bien !
 
Contactée par Eurogroup sur cette thématique, la Fondation Brigitte Bardot s’est mobilisée en France et est intervenue à plusieurs reprises auprès des 78 eurodéputés français. La révision de la directive 86/609/CE offrait l’opportunité de donner une nouvelle orientation à la recherche. Par ailleurs, l’utilisation de primates à des fins expérimentales encourage fortement le trafic international d’espèces protégées.
 
La Fondation Brigitte Bardot souhaite donc que la priorité soit donnée à la recherche scientifique, notamment au développement des méthodes de substitution, et ce afin que cesse progressivement le recours aux cobayes.
 
* Homologation de l’ECVAM, le Centre Européen pour la Validation des Méthodes Alternatives, juillet 2007
 
EXPERIMENTION ANIMALE Samedi 04 août 2007 : Journée Internationale de solidarité avec Félix contre l'expérimentation animale !
 
A l'occasion de la Journée Internationale de solidarité avec Félix (voir son histoire ci-dessous) qui, à travers lui, permet de dénoncer mondialement la cruauté et l'écoeurante pratique de la vivisection, la FBB tient à s'associer à ce mouvement et à relayer le message à l'echelle de la France.
 
Brigitte Bardot est donc intervenue auprès du Premier ministre anglais, Sir Gordon Brown, pour lui signifier son soutien à cette journée de solidarité pour Félix, mais aussi lui demander d'entendre la voix de la souffrance de ces millions d'animaux sacrifiés (à savoir plus de 10 millions chaque année) d'intervenir en dénonçant l'horreur de la vivisection et d'agir dans ce sens pour mettre un terme à l'expérimentation animale fortement contestée par de nombreux scientifiques et actuellement l'objet de discussion au Parlement Européen.
 
En effet, 300 députés européens (dont 44 députés anglais) ont d'ores et déjà signé une déclaration écrite du Parlement européen visant à " remplacer l'utilisation de tous les primates par d'autres solutions dans les expériences scientifiques ".
 
Lire la lettre de Brigitte Bardot au 1er Ministre Anglais >>
 
 La journée de solidarité
 
Pour plus d'informations sur cette journée de solidarité avec Felix, rendez-vous sur les sites de: International Campaigns et/ou SPEAK
organisateur du mouvement.
 
 
Texte de la Déclaration écrite Déclaration écrite sur l’utilisation de primates dans les expériences scientifiques
 
Le Parlement européen, vu l’article 116 de son règlement,
 
A. considérant que plus de 80% des personnes ayant répondu en 2006 à la consultation publique de la Commission sur les animaux utilisés à des fins expérimentales estimaient inadmissible l’utilisation de primates à des fins expérimentales,
 
B. considérant que les laboratoires de l’UE utilisent chaque année plus de 10 000 primates à des fins expérimentales,
 
C. considérant que l’ADN de la plupart des espèces de primates est à 90% semblable à celui de l’être humain et qu’il est reconnu que les espèces de primates peuvent ressentir une grande souffrance en captivité,
 
D. considérant que 26% des espèces de primates sont menacées de disparition et que des laboratoires continuent à utiliser des primates capturés à l’état sauvage ; qu’en outre, il peut s’avérer difficile de protéger les primates de menaces telles que la consommation humaine si les institutions scientifiques occidentales donnent l’impression de disposer librement de ces espèces,
 
E. considérant que la technologie et les techniques modernes offrent à présent des méthodes de remplacement qui s’avèrent plus efficaces et fiables que les expériences sur les primates, telles que l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), le microdosage, la modélisation informatique ou la culture de tissus et de cellules,
 
F. considérant qu’en dépit des similitudes génétiques, d’importantes différences subsistent entre les humains et les autres primates et que les expériences menées sur des primates ne peuvent pas atteindre la précision d’une étude sur l’homme,
 
1. invite instamment la Commission, le Conseil et le Parlement européen à profiter de la révision de la directive 86/609/CE pour :
 
a) mettre fin, en priorité et de toute urgence, à l’utilisation des grands singes et des singes capturés à l’état sauvage à des fins expérimentales ;
b) établir un calendrier en vue de remplacer l’utilisation de tous les primates par d’autres solutions dans les expériences scientifiques ;
 
2. charge son Président de transmettre la présente déclaration, accompagnée du nom des signataires, au Conseil, à la Commission et aux États membres.
 
 
Pour la première fois, un établissement qui pratique la vivisection nous a fourni le nom, des photos et des vidéos de l'animal non humain qu'ils ont l'intention de maltraiter pendant plusieurs années. Ils nous ont aussi indiqué quelle forme allaient prendre ces mauvais traitements.
 
Félix est le nom que le vivisecteur Tipu Aziz a donné au macaque qu'il a pour projet de maltraiter et de torturer au cours des prochaines années. L'ironie de ce baptême ne nous échappe pas. Tipu Aziz avoue n'avoir aucun sentiment pour les animaux, mais il a quand même choisi un nom pour cet animal qui va devenir son esclave. Aziz a reconnu ouvertement que si cela ne tenait qu'à lui, il tuerait des animaux pour pouvoir tester des cosmétiques. Il pense également qu'on devrait faire des expériences sur les Grands Singes.
 
Depuis maintenant 3 ans, SPEAK lutte contre le projet de construction d'un nouveau laboratoire avec des animaux à l'université d'Oxford. Jusqu'à présent, nous avons pour ainsi dire combattu un concept, des briques et du ciment. Avec Félix, c'est un être vivant qui entre au cœur de ce combat. Car, en fait, nous ne nous battons pas contre un bâtiment, mais contre l'utilisation qui va être faite de ce lieu, et contre l'emprisonnement, dans le bâtiment actuellement en construction, rue South Parks, des animaux non humains qui vont y être maltraités et, à terme, tués. Des animaux comme Félix, qui vont être tués par milliers dans ce nouveau centre de recherche.
 
Félix est le singe que l'on voit dans le récent documentaire de la BBC2 intitulé "Des singes, des rats et moi" ('Monkeys, Rats and Me'), diffusé le 27 novembre 2006, qui présentait le côté aseptisé, "acceptable", de la vivisection que les vivisecteurs veulent montrer au public.
 
Félix était montré attaché à une chaise de contention, en train d'être conditionné par des techniciens de l'université d'Oxford pour s'habituer à sa future vie de torture. Pour la caméra, le "conditionnement" de Félix se déroulait "à son propre rythme" : les techniciens ne l'ont pas forcé à se mettre sur la chaise de contention ni à sortir de sa cage s'il ne voulait pas. Ceux qui ont pu voir la dure réalité de la vie dans ce laboratoire (alors qu'ils y travaillaient "sous couverture") et qui ont relaté leur histoire et ont montré des preuves au public pourront affirmer qu'il s'agissait d'une vision faussée de ce qui se passe réellement dans les laboratoires, un exemple frappant de non-objectivité des média.
 
Vu le rapport de forces très déséquilibré qui existe dans une telle situation et compte tenu de la position vulnérable de la victime (sans parler du fait que le temps, c'est de l'argent, ce qui nécessite donc la soumission forcée de la victime), il semble assez évident que pour obtenir le contrôle de la victime, on doit utiliser la force et l'autorité. C'est ainsi que se fait le conditionnement de l'animal. Cela se traduit par l'exercice de la force et par des privations. Cela ne peut en aucun cas être un acte de coopération, mais toujours un acte de contrôle. N'oublions pas qu'aucun singe, aucun chien ou chat ni aucun autre animal, nous y compris, ne se porterait volontaire pour être mutilé, massacré ou empoisonné. C'est contraire à l'instinct de survie qui consiste à éviter la douleur et la souffrance, et bien sûr, la mort. Pour pouvoir exercer son contrôle, l'oppresseur doit donc avoir une victime soumise, le pouvoir d'un vivisecteur ou d'un technicien repose sur la peur qu'il ou elle peut exercer sur son sujet. La réalité de la vie de Félix est qu'il ne bénéficiera d’aucune douceur, d’aucun respect ni dignité de la part de ses tortionnaires. On lui apprendra à avoir peur.
 
 
Il ne s'agit pas de déclarations fantaisistes de militants anti-vivisection, mais de faits bien documentés. En effet, ce sont des faits que nous avons exposés dans un article publié sur le site Internet de SPEAK, qui reproduisait la candidature (qui nous a été fournie par une personne du Ministère de l'Intérieur) d'un vivisecteur de l'université d'Oxford qui cherchait à pratiquer la vivisection sur des primates.
 
Parmi les documents qui nous ont été fournis, il y avait des papiers qui prouvaient que la méthode habituellement utilisée pour soumettre les singes (afin de faciliter les expériences) consiste à les affamer. On peut dire que cela n'est pas très "humain" et ne laisse pas l'animal accepter son conditionnement "à son propre rythme". Il s'agit du recours à la brutalité, à laquelle Félix a sans aucun doute été soumis et qu'il devra continuer à endurer jusqu'à sa mort.
 
Au moment où le documentaire de la BBC2 a été tourné, Félix devait subir une opération du cerveau. Nous pensons que si cela n'a pas déjà eu lieu, l'opération de chirurgie invasive qui consiste à poser des implants dans son crâne va avoir lieu d'un jour à l'autre. Au cours des 2 prochaines années, Félix va être confiné dans une petite cage, complètement isolé, et devra subir une longue succession de tests. Cela ne veut pas dire qu'il sera attaché sur une chaise de contention pour s'amuser. Cela veut dire qu'il sera torturé.
 
Actuellement, nous ne savons pas combien de temps Félix va vivre. Il se peut que sa vie ressemble à l’existence pitoyable des "Oxford 2", c'est-à-dire des 2 macaques dont on a trituré le cerveau lors d'opérations chirurgicales et qui ont enduré 15 ans de maltraitance et d'emprisonnement dans les laboratoires de l'université d'Oxford. En revanche, une chose est certaine : si nous n'agissons pas maintenant, Félix ne reverra jamais le monde extérieur ni aucun de ses congénères. Félix va vivre, va être maltraité et finalement mourir sans jamais avoir connu la liberté, qui est cependant son droit fondamental.
 
Souvenez-vous de George, rendu aveugle et méprisé par un vivisecteur d'Oxford. Le même vivisecteur qui a fait l'objet d'une enquête de police pour cruauté envers un macaque nommé Jez. Souvenez-vous aussi de Bjee, une autre victime des expérimentateurs de l'université d'Oxford. Il est vital qu'on n'oublie pas Félix. C'est sa seule chance de survivre aux sévices infligés par ses tortionnaires. Il est impératif que nous nous battions pour Félix et pour son droit à la vie ! Pour son droit de vivre sans souffrance... Félix n'est pas un matricule. C'est un individu, tout comme tous les autres animaux enfermés et maltraités dans l'université d'Oxford.
 
Nous savons qu'il est trop tard pour les "Oxford 2", mais il n'est pas trop tard pour Félix. Il ne faut pas que l'université d'Oxford puisse nous tromper en disant qu'ils l'ont tué, comme ils l'ont fait pour les "Oxford 2". Nous savons qu'ils veulent maintenir Félix en vie afin de l'exploiter aussi longtemps que possible, mais nous devons tout de même agir immédiatement si nous voulons avoir une petite chance de lui sauver la vie. Une vie qui n'a pas à être passée emprisonné dans les laboratoires de recherche fortifiés de l'université d'Oxford, où il va souffrir et mourir isolé. Sa vie lui appartient, à lui et non à Tipu Aziz, ni à l'université d'Oxford.
 
Les "Oxford 2", George, Jez et Bjee ont souffert et sont morts entre les mains de leurs tortionnaires. Mais Félix, lui, est vivant et il est maltraité et va continuer à être maltraité au cours des 2 prochaines années au moins. Aidez-nous à lutter pour Félix. Toute personne préoccupée par le sort de Félix doit nous rejoindre dans notre "Combat pour Félix". Envoyons un signal fort et clair à l'université d'Oxford pour qu'ils comprennent qu'ils auront du fil à retordre s'ils pensent qu'ils peuvent maltraiter Félix pendant plusieurs années avant de le tuer !
 
 
SPEAK a un message pour l'université d'Oxford :
 
"Nous savons que vous avez l'intention de faire des expériences sur Félix pendant au moins 2 ans, probablement plus. Si, pour une raison ou pour une autre, vous pensez que votre intérêt est de tuer Félix prématurément, réfléchissez à deux fois. Ou si Félix venait à mourir mystérieusement, alors nous vous invitons à réfléchir sérieusement à cette éventualité. Le public britannique verra cet acte d'un mauvais oeil et si vous choisissiez de le faire, SPEAK se souviendra toujours de cet assassinat."
 
"Il faut un courage rare pour se libérer de l'endoctrinement institutionnel d'un système qui pousse les gens à croire qu'il n'existe aucune autre manière valable d'acquérir des connaissances scientifiques que de s'accrocher à une mauvaise science qui sévit depuis plus de 100 ans."
 
Source : Fondation Brigitte Bardot : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40133
 Chaque année au sein de l’Union Européenne, plus de 10 000 primates (dont près d’un tiers en France) sont sacrifiés en laboratoires. Ces espèces, souvent protégées (chimpanzés, macaques, bonobos, babouins…), sont le support d’expérimentations pour des médicaments, des cosmétiques, des pesticides, des produits ménagers, etc.
 
Pourtant, l’effet de certains produits diffère parfois chez l’animal et chez l’être humain. Et en dépit des traitements répétés, les expériences menées sur les primates ne peuvent pas atteindre la précision d’une étude sur l’homme. Rappelons que les primates partagent 90% de leur ADN avec les humains et sont doués de capacités intellectuelles et d’une conscience : ils ressentent donc le stress, la souffrance, la frustration, l’enfermement et l’approche de la mort…
 
Contactée par téléphone, Brigitte Bardot se dit « heureuse de ce premier pas et de ce signe fort du Parlement ». Elle demande néanmoins à la France de « poursuivre ses efforts car il est moralement inacceptable de provoquer la mort dans des souffrances indicibles lorsqu’on est censé la combattre ».
 
 Des méthodes alternatives fiables et sûres
 
La technologie et les techniques modernes offrent à présent des méthodes de remplacement qui s’avèrent plus efficaces et fiables que les expériences sur les primates. C’est le cas par exemple de l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMF), du microdosage, de la modélisation informatique ou de la culture de tissus et de cellules in vitro. On peut citer notamment le « Kit EpiSkin » mis au point par le centre de bio-ingéniérie de L’Oréal qui permet, à partir d’échantillons de peau humaine reconstruite sur du collagène, de « remplacer complètement les tests »* en matière d’irritation cutanée.
 
 Une mobilisation internationale… parce qu’ils le valent bien !
 
Contactée par Eurogroup sur cette thématique, la Fondation Brigitte Bardot s’est mobilisée en France et est intervenue à plusieurs reprises auprès des 78 eurodéputés français. La révision de la directive 86/609/CE offrait l’opportunité de donner une nouvelle orientation à la recherche. Par ailleurs, l’utilisation de primates à des fins expérimentales encourage fortement le trafic international d’espèces protégées.
 
La Fondation Brigitte Bardot souhaite donc que la priorité soit donnée à la recherche scientifique, notamment au développement des méthodes de substitution, et ce afin que cesse progressivement le recours aux cobayes.
 
* Homologation de l’ECVAM, le Centre Européen pour la Validation des Méthodes Alternatives, juillet 2007
 
EXPERIMENTION ANIMALE Samedi 04 août 2007 : Journée Internationale de solidarité avec Félix contre l'expérimentation animale !
 
A l'occasion de la Journée Internationale de solidarité avec Félix (voir son histoire ci-dessous) qui, à travers lui, permet de dénoncer mondialement la cruauté et l'écoeurante pratique de la vivisection, la FBB tient à s'associer à ce mouvement et à relayer le message à l'echelle de la France.
 
Brigitte Bardot est donc intervenue auprès du Premier ministre anglais, Sir Gordon Brown, pour lui signifier son soutien à cette journée de solidarité pour Félix, mais aussi lui demander d'entendre la voix de la souffrance de ces millions d'animaux sacrifiés (à savoir plus de 10 millions chaque année) d'intervenir en dénonçant l'horreur de la vivisection et d'agir dans ce sens pour mettre un terme à l'expérimentation animale fortement contestée par de nombreux scientifiques et actuellement l'objet de discussion au Parlement Européen.
 
En effet, 300 députés européens (dont 44 députés anglais) ont d'ores et déjà signé une déclaration écrite du Parlement européen visant à " remplacer l'utilisation de tous les primates par d'autres solutions dans les expériences scientifiques ".
 
Lire la lettre de Brigitte Bardot au 1er Ministre Anglais >>
 
 La journée de solidarité
 
Pour plus d'informations sur cette journée de solidarité avec Felix, rendez-vous sur les sites de: International Campaigns et/ou SPEAK
organisateur du mouvement.
 
 
Texte de la Déclaration écrite Déclaration écrite sur l’utilisation de primates dans les expériences scientifiques
 
Le Parlement européen, vu l’article 116 de son règlement,
 
A. considérant que plus de 80% des personnes ayant répondu en 2006 à la consultation publique de la Commission sur les animaux utilisés à des fins expérimentales estimaient inadmissible l’utilisation de primates à des fins expérimentales,
 
B. considérant que les laboratoires de l’UE utilisent chaque année plus de 10 000 primates à des fins expérimentales,
 
C. considérant que l’ADN de la plupart des espèces de primates est à 90% semblable à celui de l’être humain et qu’il est reconnu que les espèces de primates peuvent ressentir une grande souffrance en captivité,
 
D. considérant que 26% des espèces de primates sont menacées de disparition et que des laboratoires continuent à utiliser des primates capturés à l’état sauvage ; qu’en outre, il peut s’avérer difficile de protéger les primates de menaces telles que la consommation humaine si les institutions scientifiques occidentales donnent l’impression de disposer librement de ces espèces,
 
E. considérant que la technologie et les techniques modernes offrent à présent des méthodes de remplacement qui s’avèrent plus efficaces et fiables que les expériences sur les primates, telles que l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), le microdosage, la modélisation informatique ou la culture de tissus et de cellules,
 
F. considérant qu’en dépit des similitudes génétiques, d’importantes différences subsistent entre les humains et les autres primates et que les expériences menées sur des primates ne peuvent pas atteindre la précision d’une étude sur l’homme,
 
1. invite instamment la Commission, le Conseil et le Parlement européen à profiter de la révision de la directive 86/609/CE pour :
 
a) mettre fin, en priorité et de toute urgence, à l’utilisation des grands singes et des singes capturés à l’état sauvage à des fins expérimentales ;
b) établir un calendrier en vue de remplacer l’utilisation de tous les primates par d’autres solutions dans les expériences scientifiques ;
 
2. charge son Président de transmettre la présente déclaration, accompagnée du nom des signataires, au Conseil, à la Commission et aux États membres.
 
 
Pour la première fois, un établissement qui pratique la vivisection nous a fourni le nom, des photos et des vidéos de l'animal non humain qu'ils ont l'intention de maltraiter pendant plusieurs années. Ils nous ont aussi indiqué quelle forme allaient prendre ces mauvais traitements.
 
Félix est le nom que le vivisecteur Tipu Aziz a donné au macaque qu'il a pour projet de maltraiter et de torturer au cours des prochaines années. L'ironie de ce baptême ne nous échappe pas. Tipu Aziz avoue n'avoir aucun sentiment pour les animaux, mais il a quand même choisi un nom pour cet animal qui va devenir son esclave. Aziz a reconnu ouvertement que si cela ne tenait qu'à lui, il tuerait des animaux pour pouvoir tester des cosmétiques. Il pense également qu'on devrait faire des expériences sur les Grands Singes.
 
Depuis maintenant 3 ans, SPEAK lutte contre le projet de construction d'un nouveau laboratoire avec des animaux à l'université d'Oxford. Jusqu'à présent, nous avons pour ainsi dire combattu un concept, des briques et du ciment. Avec Félix, c'est un être vivant qui entre au cœur de ce combat. Car, en fait, nous ne nous battons pas contre un bâtiment, mais contre l'utilisation qui va être faite de ce lieu, et contre l'emprisonnement, dans le bâtiment actuellement en construction, rue South Parks, des animaux non humains qui vont y être maltraités et, à terme, tués. Des animaux comme Félix, qui vont être tués par milliers dans ce nouveau centre de recherche.
 
Félix est le singe que l'on voit dans le récent documentaire de la BBC2 intitulé "Des singes, des rats et moi" ('Monkeys, Rats and Me'), diffusé le 27 novembre 2006, qui présentait le côté aseptisé, "acceptable", de la vivisection que les vivisecteurs veulent montrer au public.
 
Félix était montré attaché à une chaise de contention, en train d'être conditionné par des techniciens de l'université d'Oxford pour s'habituer à sa future vie de torture. Pour la caméra, le "conditionnement" de Félix se déroulait "à son propre rythme" : les techniciens ne l'ont pas forcé à se mettre sur la chaise de contention ni à sortir de sa cage s'il ne voulait pas. Ceux qui ont pu voir la dure réalité de la vie dans ce laboratoire (alors qu'ils y travaillaient "sous couverture") et qui ont relaté leur histoire et ont montré des preuves au public pourront affirmer qu'il s'agissait d'une vision faussée de ce qui se passe réellement dans les laboratoires, un exemple frappant de non-objectivité des média.
 
Vu le rapport de forces très déséquilibré qui existe dans une telle situation et compte tenu de la position vulnérable de la victime (sans parler du fait que le temps, c'est de l'argent, ce qui nécessite donc la soumission forcée de la victime), il semble assez évident que pour obtenir le contrôle de la victime, on doit utiliser la force et l'autorité. C'est ainsi que se fait le conditionnement de l'animal. Cela se traduit par l'exercice de la force et par des privations. Cela ne peut en aucun cas être un acte de coopération, mais toujours un acte de contrôle. N'oublions pas qu'aucun singe, aucun chien ou chat ni aucun autre animal, nous y compris, ne se porterait volontaire pour être mutilé, massacré ou empoisonné. C'est contraire à l'instinct de survie qui consiste à éviter la douleur et la souffrance, et bien sûr, la mort. Pour pouvoir exercer son contrôle, l'oppresseur doit donc avoir une victime soumise, le pouvoir d'un vivisecteur ou d'un technicien repose sur la peur qu'il ou elle peut exercer sur son sujet. La réalité de la vie de Félix est qu'il ne bénéficiera d’aucune douceur, d’aucun respect ni dignité de la part de ses tortionnaires. On lui apprendra à avoir peur.
 
 
Il ne s'agit pas de déclarations fantaisistes de militants anti-vivisection, mais de faits bien documentés. En effet, ce sont des faits que nous avons exposés dans un article publié sur le site Internet de SPEAK, qui reproduisait la candidature (qui nous a été fournie par une personne du Ministère de l'Intérieur) d'un vivisecteur de l'université d'Oxford qui cherchait à pratiquer la vivisection sur des primates.
 
Parmi les documents qui nous ont été fournis, il y avait des papiers qui prouvaient que la méthode habituellement utilisée pour soumettre les singes (afin de faciliter les expériences) consiste à les affamer. On peut dire que cela n'est pas très "humain" et ne laisse pas l'animal accepter son conditionnement "à son propre rythme". Il s'agit du recours à la brutalité, à laquelle Félix a sans aucun doute été soumis et qu'il devra continuer à endurer jusqu'à sa mort.
 
Au moment où le documentaire de la BBC2 a été tourné, Félix devait subir une opération du cerveau. Nous pensons que si cela n'a pas déjà eu lieu, l'opération de chirurgie invasive qui consiste à poser des implants dans son crâne va avoir lieu d'un jour à l'autre. Au cours des 2 prochaines années, Félix va être confiné dans une petite cage, complètement isolé, et devra subir une longue succession de tests. Cela ne veut pas dire qu'il sera attaché sur une chaise de contention pour s'amuser. Cela veut dire qu'il sera torturé.
 
Actuellement, nous ne savons pas combien de temps Félix va vivre. Il se peut que sa vie ressemble à l’existence pitoyable des "Oxford 2", c'est-à-dire des 2 macaques dont on a trituré le cerveau lors d'opérations chirurgicales et qui ont enduré 15 ans de maltraitance et d'emprisonnement dans les laboratoires de l'université d'Oxford. En revanche, une chose est certaine : si nous n'agissons pas maintenant, Félix ne reverra jamais le monde extérieur ni aucun de ses congénères. Félix va vivre, va être maltraité et finalement mourir sans jamais avoir connu la liberté, qui est cependant son droit fondamental.
 
Souvenez-vous de George, rendu aveugle et méprisé par un vivisecteur d'Oxford. Le même vivisecteur qui a fait l'objet d'une enquête de police pour cruauté envers un macaque nommé Jez. Souvenez-vous aussi de Bjee, une autre victime des expérimentateurs de l'université d'Oxford. Il est vital qu'on n'oublie pas Félix. C'est sa seule chance de survivre aux sévices infligés par ses tortionnaires. Il est impératif que nous nous battions pour Félix et pour son droit à la vie ! Pour son droit de vivre sans souffrance... Félix n'est pas un matricule. C'est un individu, tout comme tous les autres animaux enfermés et maltraités dans l'université d'Oxford.
 
Nous savons qu'il est trop tard pour les "Oxford 2", mais il n'est pas trop tard pour Félix. Il ne faut pas que l'université d'Oxford puisse nous tromper en disant qu'ils l'ont tué, comme ils l'ont fait pour les "Oxford 2". Nous savons qu'ils veulent maintenir Félix en vie afin de l'exploiter aussi longtemps que possible, mais nous devons tout de même agir immédiatement si nous voulons avoir une petite chance de lui sauver la vie. Une vie qui n'a pas à être passée emprisonné dans les laboratoires de recherche fortifiés de l'université d'Oxford, où il va souffrir et mourir isolé. Sa vie lui appartient, à lui et non à Tipu Aziz, ni à l'université d'Oxford.
 
Les "Oxford 2", George, Jez et Bjee ont souffert et sont morts entre les mains de leurs tortionnaires. Mais Félix, lui, est vivant et il est maltraité et va continuer à être maltraité au cours des 2 prochaines années au moins. Aidez-nous à lutter pour Félix. Toute personne préoccupée par le sort de Félix doit nous rejoindre dans notre "Combat pour Félix". Envoyons un signal fort et clair à l'université d'Oxford pour qu'ils comprennent qu'ils auront du fil à retordre s'ils pensent qu'ils peuvent maltraiter Félix pendant plusieurs années avant de le tuer !
 
 
SPEAK a un message pour l'université d'Oxford :
 
"Nous savons que vous avez l'intention de faire des expériences sur Félix pendant au moins 2 ans, probablement plus. Si, pour une raison ou pour une autre, vous pensez que votre intérêt est de tuer Félix prématurément, réfléchissez à deux fois. Ou si Félix venait à mourir mystérieusement, alors nous vous invitons à réfléchir sérieusement à cette éventualité. Le public britannique verra cet acte d'un mauvais oeil et si vous choisissiez de le faire, SPEAK se souviendra toujours de cet assassinat."
 
"Il faut un courage rare pour se libérer de l'endoctrinement institutionnel d'un système qui pousse les gens à croire qu'il n'existe aucune autre manière valable d'acquérir des connaissances scientifiques que de s'accrocher à une mauvaise science qui sévit depuis plus de 100 ans."
 
Source : Fondation Brigitte Bardot : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40133
 
Source : Fondation Brigitte Bardot : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40133
Partager cet article
Repost0

Et dieu créa la femme le 11 09 2007 sur Fance 3

Publié le par Ricard Bruno

Et dieu créa la femme le 11 09 2007 à 14h40 sur Fance 3 

Date de sortie : 28 Novembre 1956   

Résumé du film :
M. Carradine, propriétaire d'une boite de nuit sur la Côte d'Azur, jette son dévolu sur une jeune orpheline, Juliette, mais celle-ci rêve d'être possédée par un jeune entrepreneur de travaux, Antoine. Elle doit retourner à l'orphelinat à moins qu'elle ne trouve un mari sur l'heure. C'est le frère cadet d'Antoine, Michel, qui se dévoue espérant dompter la dépravation de Juliette. Au bout de quelques semaines de mariage, elle finit par céder à son désir d'Antoine, brouillant les deux frères. Carradine attendait cette heure, mais c'est Michel qui arrivera le premier pour reconquérir sa femme, après avoir vaincu son frère et tenté de tuer sa femme.
Générique technique
Réalisateur Roger Vadim 
Scénario Roger Vadim 
Scénario Raoul Levy 
Dialoguiste Roger Vadim 
Société de production Iéna Productions 
Société de production Cocinor - Comptoir Cinématographique du Nord 
Société de production UCIL - Union Cinématographique Lyonnaise 
Directeur de production Claude Ganz 
Directeur de la photographie Armand Thirard 
Ingénieur du son Pierre Calvet 
Compositeur de la musique Paul Misraki 
Décorateur Jean André 
Maquilleur Hagop Arakelian 
Monteur Victoria Mercanton
 
Acteurs et actrices :
Brigitte Bardot (Juliette Hardy)
Curd Jürgens (Eric Carradine)
Jean-Louis Trintignant (Michel)
Christian Marquand (Antoine)
Georges Poujouly (Christian)
Jean Tissier (Vigier-Lefranc)
Paul Faivre (Morin)
Jane Marken (Mme Morin)
Marie Glory (Mme Tardieu)
Isabelle Corey (Lucienne)
Jacques Ciron (le secrétaire d'Eric)
Léopoldo Frances (le danseur)
Philippe Grenier (Perri)
Guy Henry (un bagarreur)
Jean Lefebvre (l'homme qui veut danser)
Raoul Levy (un joueur)
Jany Mourey (la déléguée de l'évéché)
André Toscano (René)
Roger Vadim (un ami d'Antoine)
Claude Véga (Roger)
Jacqueline Ventura (Mme Vigier-Lefranc)
Partager cet article
Repost0