Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Francky Art expose à Boulogne Billancourt...

Publié le par Ricard Bruno

Francky Art expose à Boulogne Billancourt...
Tableaux présent....
Tableaux présent....

Tableaux présent....

Francky Art expose à Boulogne Billancourt...
Francky Art expose à Boulogne Billancourt...
Francky Art expose à Boulogne Billancourt...
Francky Art expose à Boulogne Billancourt...
Francky Art expose à Boulogne Billancourt...
Francky Art expose à Boulogne Billancourt...
Francky Art expose à Boulogne Billancourt...

Publié dans exposition

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot rentre dans les musées...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot rentre dans les musées...

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Kendji Girac dans le collimateur de la fondation Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Kendji Girac dans le collimateur de la fondation Brigitte Bardot

Au top de sa carrière, Kendji Girac vient de s'attirer les foudres de la fondation Brigitte Bardot sur Twitter. En cause, une veste qu'a porté le jeune chanteur dont le col est orné de fourrure animale. Les internautes quant à eux sont choqués. Non Stop People vous en dit plus.

 
Grand gagnant de la saison 3 de The Voice, Kendji Girac est devenu le nouveau chouchou des Français. Après l'énorme succès de son premier album "Kendji", le jeune chanteur de 19 ans a sorti son 2e album intitulé "Ensemble" le 30 octobre dernier : "J'ai entièrement co-composé et co-écrit cet album. Donc il est plus personnel. C'est ce qui change. C'est ce que j'aurais voulu faire sur le premier mais je n'en ai pas eu l'opportunité". Si les fans du chanteur étaient impatients de découvrir ce nouvel album, la chanteuse Lââm avait adressé une petite pique au chanteur sur Twitter : "Kendji cartonne et c'est mortel heureuse pour lui le 2e album va marcher mais si le 3e est un flop c'est retour caravane". Un tweet qui avait entrainé la colère des internautes au point que la chanteuse avait dû s'expliquer : "Voilà j’ai dit ‘c’est retour caravane’ sur Kendji Girac je le regrette ça veut dire retour case départ une expression voilà je regrette".

Kendji Girac s'affiche avec de la vraie fourrure

Et après la chanteuse Lââm, c'est maintenant au tour de la fondation Brigitte Bardot de s'en prendre au jeune chanteur. Alors que ce dernier est apparu avec une veste dont le col est orné de fourrure, la fondation a crié au scandale sur Twitter : "La veste @Horpist_off de @GiracKendji est bien en fourrure (animale) véritable, comme celles vendues par @Moncler @CanadaGooselns etc".  Sur un second tweet, la fondation Brigitte Bardot a commenté directement la photo de Kendji Girac portant cette fameuse veste, le pouce levé : "Non @GiracKendji, orner son col d'un ou plusieurs cadavres ce n'est pas cool, c'est juste cruel et inutile".
 Face à cette accusation, les internautes ne sont pas tendres avec Kendji Girac : "Il faudrait lui expliquer d'où vient la fourrure ! le peuple gitan n'est pas tendre avec les animaux", "je t'aime bien @GiracKendji mais de te voir avec cette vraie fourrure, je sais plus quoi penser ! Pense aux animaux !", "Je suis hyper déçu ! Honte à lui !!!". De son côté Kendji Girac n'a pas réagi. 
 

image: http://www.non-stop-people.com/sites/non-stop-people.com/files/2015/11/kendji.jpg

image: http://www.non-stop-people.com/sites/non-stop-people.com/files/2015/11/kendji_2.jpg

Source de l'article : Cliquez ICI : http://www.non-stop-people.com/actu/musique/kendji-girac-dans-le-collimateur-de-la-fondation-brigitte-bardot-90218

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Paris-photo : l'émotion du cinéma en 350 clichés...

Publié le par Ricard Bruno

Féodor Chaliaplin Jr. et Federico Fellini sur le tournage de son film "Fellini Roma" (1972). Prix estimé : entre 200 et 300 euros

Féodor Chaliaplin Jr. et Federico Fellini sur le tournage de son film "Fellini Roma" (1972). Prix estimé : entre 200 et 300 euros
(avec l'aimable autorisation de Kapandji Morhange)
Du 12 au 15 novembre, le Grand-Palais accueille la 19ème édition de Paris-Photo. Profitant de l'événement,  Drouot disperse 350 tirages originaux de grands photographes de plateau, de presse ou de studio. L'occasion de retrouver Bardot, Rita Hayworth, Gabin ou Claudia Cardinale  dans l'immortalité de l'instant. 
Photographe de plateau, une profession qui fait rêver. Approcher les stars, saisir la fugacité d'un moment, d'une expression, capter l'atmosphère d'un tournage...   Pourtant, l'ingratitude est souvent reine dans ce métier.
Si ces artistes de l'ombre captent la lumière de la magie du 7ème Art, ils ne bénéficient que très rarement de la poussière de cette célébrité.

Comme le souligne la photographe  Caroline Dubois sur son site internet : "Sur un plateau, la photographe est le +1 dont on se passerait bien. Personne ne vous attend et il faut se faire discrète. Le film ne se souvient pas de votre travail, mais il faut tout faire pour qu’il puisse avoir une vie. Il faut qu’il puisse être vendu, il faut qu’il donne envie. C’est pour cela que je suis là."
Brigitte Bardot sur le tournage de "Et Dieu... créa la femme" (1956). Epreuve argentique postérieure (c'est le cas de le dire) sur papier cartoline
Brigitte Bardot sur le tournage de "Et Dieu... créa la femme" (1956). Epreuve argentique postérieure (c'est le cas de le dire) sur papier cartoline
Léo Mirkine (avec l'aimable autorisation de Kapandji-Morhange)
Cette vente exceptionnelle qui aura lieu le 13 novembre à Drouot va permettre à tous les amateurs d'inédits de trouver là une pâture roborative à leur appétit.
Un festival sans Cannes."Les photographes à l'époque, travaillaient en noir et blanc pour la presse quotidienne et en couleur pour les photos d'exploitation. Il y avait toujours une double version : couleur et noir et blanc. "Quand les vendeurs de film faisaient la prévente, aujourd'hui il y a les DVD, mais à l'époque, ils proposaient l'oeuvre avec des albums photos. C'était sur le feuilletage de ces album photos que les distributeurs, par exemple italiens ou allemands, déclaraient leur intérêt pour tel ou tel film." explique Pierre Bourdy,  l'expert à l'origine de cette vente hors norme.
Cette vente lessive les yeux.
Qui se souvient d'avoir déjà vu Steeve McQueen dans un garage de Los Angeles à bichonner sa moto ?
Marlon Brando, Al Pacino et Francis Ford Coppola sur le tournage du film "Le Parrain" (1972)
Marlon Brando, Al Pacino et Francis Ford Coppola sur le tournage du film "Le Parrain" (1972)
Steve Schapiro (avec l'aimable autorisation de Kapandji Morhange)

Qui pourra oublier  l'affolante sensualité de Claudia Cardinale alors qu'elle tourne "Cartouche" de Philippe de Broca ?  Et puis aussi Tippi Hedren, Romy Schneider, Kim Novak, sans oublier Truffaut en compagnie d'un  J.P. Léaud gamin. Tous deux, complices, semblent déguster le triomphe des"400 coups". Impossible, enfin, de passer sous silence cette image étourdissante du cinéaste espagnol Luis Bunuel, féroce anticlérical, dynamiteur des hypocrisies et que l'on découvre marchant, très concentré, une croix sur l'épaule !
"En France,  poursuit Pierre Bourdy. Plusieurs photographes se sont fait un nom, sont devenus une institution comme Roger Corbeau ou Raymond Voinquel. Ils font partie du patrimoine français !"
Claudia Cardinale en 1962. Un cliché estimé entre 200 et 300 euros
Claudia Cardinale en 1962. Un cliché estimé entre 200 et 300 euros
Impossible de citer dans le détail ce catalogue d'émotion où reposent 350 clichés, inédits pour le plus grand nombre. "Ces clichés viennent des collectionneurs, d' archivistes, de journalistes, de marchands, de tout un réseau que j'ai constitué avec le temps. Ensuite, s'est faite la sélection" confie Pierre Bourdy.

La valeur de certains commence à 150 euros. Elle s'envole à plus de 2000 pour d'autres. Pourquoi cette différence de prix ? Pourquoi les fesses de Bardot coûtent  davantage, par exemple, que le sourire de Rita Hayworth ?
Le réalisateur Luis Bunuel sur le tournage de son film "La voie lactée" (1969).<br />
Estimation entre 200 et 300 euros.
Le réalisateur Luis Bunuel sur le tournage de son film "La voie lactée" (1969).
Estimation entre 200 et 300 euros.
(photo publiée avec l'aimable autorisation de Kapandji Morhange)
"La grande majorité des documents de cette vente, à 95 %,  sont des documents d'époque. Il existe aujourd'hui des grands et beaux  tirages qui sont fait a posteriori mais il s'agit d'une autre catégorie de photos. Dans le cas de Brigitte Bardot, c'est un grand tirage numéroté, d'où son prix. Les photos en vente sont des documents jamais vus. "
Kim Novak dans une photo montage pour la promotion du film "Vertigo" de Alfred Hitchcock (1958). Ektachrome estimé entre 400 et 500 euros
Kim Novak dans une photo montage pour la promotion du film "Vertigo" de Alfred Hitchcock (1958). Ektachrome estimé entre 400 et 500 euros
(avec l'aimabe autorisation de Kapandji Morhange)

Laissons à Caroline Dubois, photographe de plateau, le mot de la fin : "Capter les émotions d’un évènement, si éphémère qu’un tournage, donne une sensation de vertige, d’adrénaline : « Je ne dois pas louper ça! ». Ce « Ça », est quelque chose d’indescriptible qui change en fonction des tournages, des univers mais qu’il faudra capter à tout prix."

Expositions publiques

- le jeudi 12 novembre de 11h à 21 h
- le vendredi 13 novembre de 11h à 12h

Vente aux enchères publiques
Hôtel Drouot, salle 6
9, rue Drouot, 75009 Paris

Source de l'article : Cliquez ICI : http://information.tv5monde.com/culture/paris-cin%C3%A9ma-350%20clich%C3%A9s-55437

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Loup en Dordogne : une plainte déposée pour "braconnage"

Publié le par Ricard Bruno

L'Aspas saisit la justice pour destruction d'un animal d'une espèce protégée, après l'abattage d'une bête suspecte dans un poulailler de Saint-Léon-sur-l'Isle

Loup en Dordogne : une plainte déposée pour "braconnage"

Un loup d'Europe au parc animalier de Thoiry.

 

Loup ou pas ? Sans attendre les conclusions définitives des expertises lancées, l'Aspas, Association pour la protection des animaux sauvages, a décidé de déposer une plainte pour destruction d'espèce protégée après l'abattage d'un animal suspect dans un poulailler de Saint-Léon-sur-l'Isle, en Dordogne, vendredi. L'association l'a annoncée ce mardi matin via ses comptes Twitter et Facebook.
 

Partager cet article

Repost 0

Le Costa Rica va fermer tous ses zoos et libérer tous les animaux en captivité !

Publié le par Ricard Bruno

animaux-en-captivitéLe Costa Rica va fermer tous ses zoos et libérer tous les animaux en captivité

Le Costa Rica est le premier pays au monde à fermer ses zoos et à relâcher les animaux en captivité. Le Costa Rica est un pays avec une biodiversité exceptionnelle, il détient environ 4 % des espèces connues dans le monde. Malheureusement, le pays est contractuellement obligé de garder deux de ses zoos ouverts pendant une décennie. Pourtant, après cela, ils prévoient de les fermer au profit d’un habitat sans cage pour les animaux qui y vivent.

Le pays, qui a également interdit la chasse sportive, fermera ses deux derniers zoos dans les 10 prochaines années et les animaux vivront dans un habitat plus naturel. Ils veulent montrer au monde qu’ils respectent et prennent soin des animaux sauvages.

Le Ministre de l’environnement René Castro dit,

« Nous éliminons toutes les cages et renforçons l’idée d’interagir avec la biodiversité dans les parcs botaniques de façon naturelle. »

« Nous ne voulons nullement garder les animaux en captivité ou enfermés à moins que ce soit pour les sauver. »

animaux-en-captivité
 Tous les animaux actuellement en captivité qui ne survivraient pas à l’état sauvage seront pris en charge dans des centres de sauvetage et des réserves naturelles. Aucun nouveau zoo ne sera ouvert.

C’est une belle idée de la part du Costa Rica de rendre la liberté à tous ces animaux longtemps détenus en captivité dans les zoos du pays. Ça nous fait plaisir de voir qu’un gouvernement prenne ce genre de mesures.

Et vous, pensez-vous que les zoos français devraient suivre cette belle initiative ?

Source : Le Costa Rica va fermer tous ses zoos et libérer tous les animaux en captivité : www.trueactivist.com

 

Partager cet article

Repost 0

De Bardot à Depardieu, les confidences pudiques de Michel Piccoli

Publié le par Ricard Bruno

Dans l'ouvrage "J'ai vécu dans mes rêves", l'acteur français Michel Piccoli partage sa "mémoire trouée" avec l'ancien président du Festival de Cannes, Gilles Jacob. De Brigitte Bardot à Gérard Depardieu, focus sur les confidences publiques d'un homme pudique.

 Sophie Dulac Distribution

Michel Piccoli, qui fêtera en décembre ses 90 ans, dit avoir "la mémoire trouée", et le petit livre de confidences qu'il publie avec l'ancien président du Festival de Cannes Gilles Jacob n'en a que plus de prix. L'acteur du Mépris revient dans cet ouvrage (J'ai vécu dans mes rêves, Grasset) sur son enfance, ses débuts au théâtre et au cinéma, ses amitiés et ses amours.

 

Enfance

 

"Pendant toute mon enfance, resté fils unique, il y avait un fantôme avec moi", dit l'acteur, né après la mort d'un frère ainé chéri par sa mère. Il garde le souvenir de parents musiciens "sans passion", qui lui ont "toujours servi de contre-modèle".

 

Débuts

 

"Le théâtre, ce fut d'abord le désir de fuir pour aller respirer ailleurs", confie-t-il. "J'ai eu le don de savoir me poster devant toutes les portes où il fallait frapper pour trouver du travail, que ce soit pour jouer des oeuvres sublimes, des classiques ou des nouveautés, ou pour présenter des spectacles humoristiques". Il rate sa rencontre avec Jean Vilar et la Compagnie Renaud-Barrault, "une troupe merveilleuse, mais où les sourires éternels cachaient un autoritarisme excessif et une grande suffisance".

 

Le Mépris

 

"A ce moment-là, au début des années 1960, je n'existais pas, j'étais un jeune acteur peu connu (...) Le Mépris m'a donné parmi les plus beaux moments que j'aie pu vivre avec mon réalisateur et mes partenaires. Tous, Fritz Lang, Bardot, l'équipe des techniciens, nous travaillions dans la joie, mais aussi avec une sévérité exceptionnelle. Il est rare qu'un film suscite à la fois autant de joie et de concentration".

 

Brigitte Bardot

 

"Je n'avais jamais rencontré Bardot avant le tournage (du Mépris) et j'ai été ébloui par son innocence et sa spontanéité. (...) Elle était devant les caméras comme dans la vie, une actrice très simple qui ne faisait pas du tout la star. Elle était très disciplinée dans son travail. Elle était à l'heure. Elle connaissait son texte (...) Ce n'était pas une diva prête à faire tous les caprices auxquels on aurait pu s'attendre". "Même si elle s'étonnait quelquefois d'avoir accepté de tourner dans ce film, elle était fascinée par cette oeuvre remarquable et par cet épouvantable Godard qu'elle admirait".

 

Romy Schneider

 

Ils se rencontrent sur Les Choses de la vie en 1969, début de sa longue collaboration avec Claude Sautet. "Elle était radieuse et magnifique. Je l'appelais la chleuh. Elle savait que j'aimais me moquer d'elle et elle aimait ça." "L'ai-je aimée? Non, je n'ai jamais été amoureux de Romy, mais je l'ai bien connue. J'ai vite compris qu'elle n'arrivait pas à être heureuse, qu'elle ne savait pas ce qu'il fallait faire pour l'être."

 

Juliette Greco

 

Rencontrée dans une soirée, elle sera sa deuxième épouse, après Eléonore Hirt. En "quelques mots pudiques", il évoque leur coup de foudre: "je me disais: que se passe-t-il? Etonnant! Merveilleux!" "Un jour elle m'a dit: Va-t-en Presque de cette façon. C'a été douloureux, de mon coté en tout cas".

 

Gérard Depardieu

 

"Quel acteur sublime que Depardieu! Quel génie! Quel inventeur!". Ils partagent l'affiche de Vincent, François, Paul et les autres : "il n'avait pas un rond, il buvait comme un fou. D'ailleurs il est fou. C'est sans doute sa force".

 

Marcello Mastroianni

 

Pour Piccoli, qui "craint d'être prétentieux", l'acteur "modèle" c'est Mastroianni. "Il l'a dit souvent devant moi: Etre acteur? Il n'y a pas besoin de se gargariser, il n'y a qu'à faire et puis voilà".

 

Regrets

 

Sa santé l'empêche aujourd'hui de travailler: "On voudrait que ça ne s'arrête jamais et cela va s'arrêter (...) c'est très difficile". "La mémoire se dégrade. Et je suis victime de cette catastrophe pour un acteur", dit-il. "Parfois je me sens très bien et je suis indigné de ne plus jouer parce que les médecins et les assurances rendent la décision de me choisir compliquée."

 

Disparu

 

"J'aurais plutôt désormais tendance à être...disparu. (...) J'aimerais ne pas mourir!"

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

L'appel de Jeanne Mas : "Arrêtons de crier au loup !"

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article

Repost 0

Hérault : pour Ciam le lion de Poussan, le cirque est terminé

Publié le par Ricard Bruno

Hérault : pour Ciam le lion de Poussan, le cirque est terminé

Le maçon qui détenait illégalement un fauve de 14 mois a jeté l'éponge mardi 3 novembre. Confisqué, Ciam a été envoyé dans un centre en Belgique.

La nuit lui a porté conseil." C'est ainsi que le commandant de la compagnie de Pézenas, Richard Van Cauwemberghe a expliqué, mardi 3 novembre au matin, le revirement radical d'Anthony Crapet. La veille encore, retranché sur un terrain près de Poussan où il avait érigé une cage pour Ciam, un lion de 14 mois, qu'il détient illégalement, ce père de famille menaçait de se tirer une balle dans la tête si on lui enlevait le fauve.

"M. Crapet n'avait pas pris conscience du danger réel..."

Anthony Crapet s'est rendu de lui-même à 9 h à une convocation à la gendarmerie de Mèze où il a été placé en garde à vue. Pendant ce temps, la préfecture a réuni tous les moyens pour lui confisquer l'animal. Ciam a été pris en charge par la Fondation 30 Millions d'Amis pour être transféré vers le sanctuaire belge Natuurhulpcentrum, un centre spécialisé dans la faune sauvage. Le transfert est organisé et financé par la Fondation.

 

"M. Crapet n'avait pas pris conscience du danger réel vis-à-vis de sa famille et pour ses voisins", a ajouté le commandant. "On lui a expliqué que son comportement est irresponsable. Tout se termine bien, pour le détenteur de l'animal, pour la commune de Poussan et pour ses concitoyens. Certains nous ont appelés pour nous demander si on pouvait toujours aller faire un footing dans la Gardiole, sans risques. Psychose serait un terme trop fort. Mais certains habitants étaient très inquiets, a conclu le commandant Van Cauwemberghe. Les maîtres-mots de l'opération ont été pédagogie et concertation."

"Plus tôt on interviendra, le mieux ce sera"

Mercedes, l'épouse d'Anthony Crapet, ajoute : "J'ai réussi à le décider cette nuit. Je suis soulagée que cette affaire s'arrête." Quant au lion, "apparemment, on lui donnait trop à manger..." La directrice de la DDPP (Direction départementale de la protection des populations), Caroline Médous, affirme toutefois que "selon l'examen clinique des vétérinaires du zoo du Lunaret, le lion est en pleine forme".

Anthony Crapet était prêt à tout pour conserver son animal. Le maçon d'une trentaine d'années a construit une grande cage sur sa propriété de Poussan. C'est là que vivait le fauve, récupéré il y a 7 mois. Le samedi 31 octobre, les gendarmes avaient déjà tenté de saisir l'animal mais Anthony Crapet s'était vivement interposé, menaçant de se suicider. Ils avaient renoncé provisoirement pour ne pas créer d'incident "vu l'état d'excitation du détenteur du lion", précise un proche du dossier. "Plus tôt on interviendra, le mieux ce sera", avait confié le préfet, Pierre de Bousquet, dimanche.

"Chaque année, une dizaine de fauves détenus illégalement"

Ciam ne rugira plus à Poussan. "L'animal est en train de voyager jusqu'en Belgique en toute sécurité dans un véhicule adapté, sous étroite surveillance", précise la Fondation 30 Millions d'Amis qui a déposé plainte à la gendarmerie de Mèze pour notamment "défaut de certificat de capacité", "défaut d'origine" et "mauvais traitements". La Fondation ajoute : "Les conditions de vie du lionceau, depuis 7 mois dans une cage de fortune de 15 m² étaient inadaptées pour ce type d'animal et constituaient de surcroît une menace pour la sécurité publique."

D'où vient ce lion d'Afrique qui n'a jamais été "pucé" ? Anthony Crapet a, selon Arnaud Lhomme, enquêteur à la Fondation 30 Millions d'Amis, varié dans ses explications. A-t-il été acheté dans un cirque peu regardant ? A-t-il transité par une société d'import-export ? Dans ce dernier cas, Arnaud Lhomme explique qu'en Europe, "seule la France oblige à avoir un certificat de capacité... De plus en plus de particuliers s'entichent d'un animal exotique.

Chaque année, nous sommes saisis d'une dizaine de cas de fauves détenus illégalement dans l'Hexagone. Et on n'arrive pas à les placer en France. On se tourne ainsi vers la Belgique et les Pays-Bas", note Arnaud Lhomme. Le trafic d'animaux sauvages vient juste après le trafic de drogue, et la vente illégale d'armes. L'association écologiste internationale WWF estime le marché à 15 milliards d'euros par an sur la planète.

Source de l'article : Cliquez ICI : http://www.midilibre.fr/2015/11/03/lion-le-cirque-est-termine,1236327.php

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot : Nouveautés dans mes collections...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot : Nouveautés dans mes collections...
Brigitte Bardot : Nouveautés dans mes collections...
Brigitte Bardot : Nouveautés dans mes collections...
Brigitte Bardot : Nouveautés dans mes collections...
Brigitte Bardot : Nouveautés dans mes collections...
Brigitte Bardot : Nouveautés dans mes collections...

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0