Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1353 articles avec action protection animale

L'enfer existe mais il est sur terre et ressemble à une cage grillagée

Publié le par Ricard Bruno

photo_lapin1_1080px

Communiqué de l'association L214 et de la Fondation Brigitte Bardot

La Fondation Brigitte Bardot et l'association L214 écrivent à Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture, pour lui demander d'intervenir rapidement pour mettre fin à l'élevage intensif des lapins utilisés pour la viande.

Cette démarche fait suite à de nouvelles enquêtes menées dans plusieurs élevages français. Il y a 10 jours l'association L214 dévoilait des images tournées dans 4 élevages différents courant 2009. Les professionnels de la filière reprochaient à la vidéo de ne pas être représentative des pratiques de la filière cunicole. Aujourd'hui pourtant, d'autres  images viennet renforcer le constat : des élevages 100% cage qui condamnent les animaux à une souffrance certaine, leur vie durant, des cadavres de lapereaux en décomposition, mais également des élevages dépendants d'un usage massif d'antibiotiques et d'hormones.
La Fondation Brigitte Bardot et l'association L214 attendent du ministre des actions rapides et concrètes pour sortir les lapins de ces cages et épauler la reconversion des acteurs d'une filière qui ne peut pas être durable.

Les images montrent des lapins enfermés dans des cages au sol grillagé source d'inconfort et de lésions aux pattes ; des cages qui ne permettent aux lapins ni de se dresser, ni de bondir, ni de s'isoler ; des cages vides de tout aménagement, sans matériau à ronger ou manipuler ; des cages où des lapereaux nouveau-nés peuvent mourir écrasés par leur mère, encastrés dans le grillage ; des cages où 25% des lapins meurent avant d'avoir atteint l'âge où ils seront abattus. Les images montrent également des bouteilles et boîtes contenant antibiotiques et hormones.

Dans ces élevages, l'insémination artificielle est aujourd'hui largement répandue (à plus de 90%). Les lapines sont inséminées 10 jours après leur mise-bas. Les éleveurs leur injectent une hormone (analogue de GnRH) pour induire l'ovulation. Le plus fréquemment, les lapines mettent bas tous les 42 jours (30 jours de gestation).

Vu la promiscuité et la sensibilité des lapins à certaines pathologies, une maladie peut se propager très rapidement et toucher l'ensemble des animaux dans un élevage en très peu de temps. Pour pallier ce risque, des médicaments sont massivement utilisés à titre préventif, parmi lesquels des antibiotiques. Dans son dernier rapport sur le suivi de médicaments vétérinaires contenant des antibiotiques, l'AFSSA a établi que les lapins sont les animaux d'élevage les plus exposés aux antibiotiques, devant les porcs et les volailles (données qui prennent en compte la dose et la durée des traitements ainsi que la masse de la population animale potentiellement consommatrice d'antibiotiques).

Quelques repères :

La France est le 4e producteur mondial de lapins élevés pour leur viande - les "lapins de chair". Elle est précédée par la Chine, l'Italie et l'Espagne. On compte 40 millions de lapins en abattage contrôlé chaque année en France. Dans les élevages professionnels, en moyenne, on compte plus de 6000 lapins présents.
La taille moyenne des élevages a triplé entre 1984 et 2006. (4) L'élevage cunicole s'est fortement rationalisé : à titre d'exemple, une U.T.H. (Unité de Travail Humain) peut assurer le suivi de 550 cages mères contre 200 dans les années 80.


Source : http://cabranledanslemanche.blogspirit.com/archive/2010/05/01/l-enfer-existe-mais-il-est-sur-terre-et-ressemble-a-une-cage.html

Partager cet article

Repost 0

Condamnée pour avoir lancé son chien du 2e étage!

Publié le par Ricard Bruno

CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE (Marne). Une jeune femme d'une vingtaine d'années a été condamnée cet après-midi par le tribunal de Châlons-en-Champagne pour sévices et actes de cruauté envers un animal. Le 30 décembre 2009 à Vitry-le-François, elle avait jeté son caniche par la fenêtre depuis le deuxième étage avant d'aller le rechercher agonisant et de le pendre dans le vide par les pattes arrières avant que la gendarmerie n'intervienne. Le principal tort de ce pauvre animal : avoir fait des traces de pattes alors que sa maîtresse faisait le ménage.
Le chien et le chat de cette Marnaise ont ensuite été placés dans un refuge. Elle est aujourd'hui propriétaire d'un autre chien, un labrador croisé husky.
Le tribunal l'a condamnée à verser 736 euros de frais de pension au refuge vitryat qui a accueilli le caniche et 400 euros de dommages et intérêts. Elle tombe également sous le coup d'une interdiction de posséder un animal. Son chien devrait donc lui être rapidement retiré. La jeune femme devra verser un euro symbolique à la fondation Brigitte Bardot qui s'était portée partie civile.

Source : http://www.lunion.presse.fr/actu/condamnee-pour-avoir-lance-son-chien-du-2e-etage

Partager cet article

Repost 0

Animaux de boucherie : Brigitte Bardot écrit à Bruno Le Maire...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot écrit à Bruno Le Maire pour lui demander de mettre fin à l'élevage intensif des lapins.
 

La Fondation Brigitte Bardot et l'association L214 écrivent à Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture, pour lui demander d'intervenir rapidement pour mettre fin à l'élevage intensif des lapins utilisés pour la viande.

Cette démarche fait suite à de nouvelles enquêtes menées dans plusieurs élevages français. Il y a 10 jours l'association L214 dévoilait des images tournées dans 4 élevages différents courant 2009. Les professionnels de la filière reprochaient à la vidéo de ne pas être représentative des pratiques de la filière cunicole. Aujourd'hui pourtant, d'autres images viennent renforcer le constat : des élevages 100% cage qui condamnent les animaux à une souffrance certaine, leur vie durant, des cadavres de lapereaux en décomposition, mais également des élevages dépendants d'un usage massif d'antibiotiques et d'hormones.
La Fondation Brigitte Bardot et l'association L214 attendent du ministre des actions rapides et concrètes pour sortir les lapins de ces cages et épauler la reconversion des acteurs d'une filière qui ne peut pas être durable. Lire la lettre à Bruno Le Maire (format pdf)

Voir la vidéo d'enquête images 2008

lapin L214
Lapin L214
lapin L214
Bidon
d'antibiotiques
Lapin
malade
Lapereau
en décomposition

 

Des images sans appel

Les images montrent des lapins enfermés dans des cages au sol grillagé source d'inconfort et de lésions aux pattes ; des cages qui ne permettent aux lapins ni de se dresser, ni de bondir, ni de s'isoler ; des cages vides de tout aménagement, sans matériau à ronger ou manipuler ; des cages où des lapereaux nouveau-nés peuvent mourir écrasés par leur mère, encastrés dans le grillage ; des cages où 25% des lapins meurent avant d'avoir atteint l'âge où ils seront abattus. Les images montrent également des bouteilles et boîtes contenant antibiotiques et hormones.


Antibiotiques, insémination artificielle et hormones en injection

Dans ces élevages, l'insémination artificielle est aujourd'hui largement répandue (à plus de 90%). Les lapines sont inséminées 10 jours après leur mise-bas. Les éleveurs leur injectent une hormone (analogue de GnRH) pour induire l'ovulation. Le plus fréquemment, les lapines mettent bas tous les 42 jours (30 jours de gestation).
Vu la promiscuité et la sensibilité des lapins à certaines pathologies, une maladie peut se propager très rapidement et toucher l'ensemble des animaux dans un élevage en très peu de temps. Pour pallier ce risque, des médicaments sont massivement utilisés à titre préventif, parmi lesquels des antibiotiques. Dans son dernier rapport sur le suivi de médicaments vétérinaires contenant des antibiotiques, l'AFSSA a établi que les lapins sont les animaux d'élevage les plus exposés aux antibiotiques, devant les porcs et les volailles (données qui prennent en compte la dose et la durée des traitements ainsi que la masse de la population animale potentiellement consommatrice d'antibiotiques).


Quelques repères :

La France est le 4e producteur mondial de lapins élevés pour leur viande - les "lapins de chair". Elle est précédée par la Chine, l'Italie et l'Espagne. On compte 40 millions de lapins en abattage contrôlé chaque année en France. Dans les élevages professionnels, en moyenne, on compte plus de 6000 lapins présents. La taille moyenne des élevages a triplé entre 1984 et 2006. (4) L'élevage cunicole s'est fortement rationalisé : à titre d'exemple, une U.T.H. (Unité de Travail Humain) peut assurer le suivi de 550 cages mères contre 200 dans les années 80.

Dossier sur l'élevage cunicole professionnel en France

Contact presse (photos et vidéo sur demande) :
Nicolas Gresset (Fondation Brigitte Bardot) - 01 45 05 94 55
Brigitte Gothière (L214) - 06 20 03 32 66
Sébastien Arsac (L214) - 06 17 42 96 84
contact@L214.com

Partager cet article

Repost 0

Le grand demenagement / The big move, la fondation Brigitte Bardot partenaire...

Publié le par Ricard Bruno

Depuis 12 ans grâce au soutien de nos généreux partenaires (En 2010 : La Fondation Brigitte Bardot, Amneville Zoo, One Voice, 30 Millions d’amis, IFAW, IPPL, Arcus Foundation, SECAS, Bali Autrement, Gibbon Conservation Center, Doue la Fontaine Zoo, Teleinject Australia, etc… et vous !), nous prenons soin de nos amis gibbons, victimes de la déforestation et des trafics en Indonésie. Aujourd’hui les animaux partent vers un nouveau centre, sur des terres qui appartiennent à Kalaweit, pour mieux répondre à leurs besoins sanitaires et à leur bien être.


For the last 12 years, with the support of our partners (Ici en 2010 : La Fondation Brigitte Bardot, Amneville Zoo, One Voice, 30 Millions d’amis, IFAW, IPPL, Arcus Foundation, SECAS, Bali Autrement, Gibbon Conservation Center, Doue la Fontaine Zoo, Teleinject Australia, etc… and you !), we have been taking care of our gibbon friends, victims of deforestation and illegal trade in Indonesia. Today they are moving to our new center, on 8 hectares of land owned by Kalaweit.


Bruno Ricard

Partager cet article

Repost 0

Leur calvaire est terminé, les cheveaux iront à la fondation Brigitte Bardot..

Publié le par Ricard Bruno

MALTRAITANCE.Des chevaux abandonnés ont été sauvés par la mairie de Conteville et des associations de défense.

Après des semaines d'attente, enfin, le calvaire de cinq chevaux abandonnés par leur propriétaire a pris fin, vendredi dernier. Ils ont été saisis et confiés aux soins de la Fondation Brigitte Bardot, dont le refuge de la Mare Auzoux, basé dans l'Eure, s'est chargé de les récupérer. En février dernier, un particulier avait signalé à la gendarmerie de Pont-Audemer que des animaux se trouvaient à l'abandon dans sa commune. La Fondation Assistance aux animaux s'était saisie de l'affaire.
Sur place, les enquêteurs avaient en effet trouvé six chevaux livrés à eux-mêmes et une dizaine de chèvres divagantes. Mais aussi quatre cadavres de cochons vietnamiens enfermés dans un abri, sans eau ni nourriture !

Des animaux très amaigris
En attendant que la procédure judiciaire fasse son chemin, et sans nouvelle du propriétaire, c'est la municipalité qui a fait de son mieux pour nourrir les survivants. Malgré cela, une jeune jument a dû être euthanasiée, conséquence du manque de soins dont elle et ses congénères ont été victimes pendant de longues semaines.
Finalement, le parquet de Bernay a donné son feu vert pour que les animaux, très amaigris malgré la mobilisation des bénévoles, soient saisis et confiés à la Fondation Brigitte Bardot qui s'est portée partie civile. Lundi dernier, un vétérinaire est venu au chevet de ces deux juments et trois poulains, sauvés in extremis de la famine.

Source : http://www.paris-normandie.fr/index.php/cms/13/article/345680/Leur_calvaire_est_termine

Partager cet article

Repost 0

Delon s'associe à Bardot pour dénoncer la chasse au phoque

Publié le par Ricard Bruno

Bravo! et un très grand merci à vous monsieur Delon.
Bruno Ricard
.....................................................................................................................................................................

L'ancienne actrice Brigitte Bardot a reçu le soutien d'une autre star du cinéma français, Alain Delon, pour "dénoncer" l'abattage d'environ 400.000 phoques au Canada "dans des conditions ignobles", a annoncé jeudi la fondation Bardot.

Dans une lettre au Premier ministre canadien, Alain Delon estime que "cette surenchère dans l'horreur est une provocation, après la fermeture du marché européen aux produits issus de cette boucherie".

"Mais c'est surtout une attitude irresponsable car la mortalité des jeunes phoques est très élevée cette année en raison du manque de glace", poursuit-il.

"Sortir l'artillerie lourde +avion de repérage, navires de pêche+ pour aller traquer les quelques survivants est une honte !", s'indigne l'acteur.

Dans son courrier, Alain Delon demande au Premier ministre canadien Stephen Harper "d'intervenir personnellement et de mettre un terme immédiat à cette saison de chasse qui a déjà fait bien trop de victimes", indique la Fondation dans un communiqué.

"Les Français sont très attachés au Canada mais ils ne comprennent pas cette politique d'extermination, alors qu'il est urgent de mener une politique de préservation", estime Alain Delon.

La chasse au phoque, ouverte depuis le 28 mars sur la côte atlantique canadienne, est très controversée, en particulier en Europe. Quant à Brigitte Bardot, elle a fait de la défense des animaux le combat de sa vie.

L'Union européenne a interdit la vente des produits dérivés du phoque à l'intérieur de ses frontières, à compter de cette année. Le texte concerne notamment la viande, l'huile, la graisse, les organes ou la peau de ces mammifères marins.

Cette interdiction vise à empêcher les méthodes de chasse cruelles qui ne garantissent pas une mort instantanée.

Source : http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gWSoGmC_WQUH5HxPVlzvWnZNpfZA

Partager cet article

Repost 0

Boycoter l'émission le « Grand Gala des Artistes », diffusé ce soir sur France 2.

Publié le par Ricard Bruno

Captivité
Brigitte Bardot, pour qui la présence d’animaux en captivité dans les cirques est insoutenable, espère que tous les amis des animaux choisiront de ne pas regarder le « Grand Gala des Artistes », diffusé ce soir sur France 2.
Captivité
Brigitte Bardot, pour qui la présence d’animaux en captivité dans les cirques est insoutenable, espère que tous les amis des animaux choisiront de ne pas regarder le « Grand Gala des Artistes », diffusé ce soir sur France 2.

Captivité

Brigitte Bardot, pour qui la présence d’animaux en captivité dans les cirques est insoutenable, espère que tous les amis des animaux choisiront de ne pas regarder le « Grand Gala des Artistes », diffusé ce soir sur France 2.
 

Anciennement appelé le « Gala de l’Union des Artistes », ce spectacle de cirque réunit des comédiens, des chanteurs et des comiques de tous horizons au profil des artistes en difficulté.

La Fondation Brigitte Bardot, à l’écoute de la cause défendue par ce spectacle souhaite bien évidemment que les cirques puissent vivre, mais sans animaux !

 

Des conditions de vie déplorables pour les animaux de cirques

Derrière les lumières et les paillettes du spectacle, la réalité des conditions de détention, de dressage et de transport des animaux de cirque est insoutenable. Certaines espèces, à l'évidence, sont particulièrement exposées à d'inacceptables conditions de vie, comme par exemple les éléphants qui en milieu naturel parcourent des dizaines de kilomètres chaque jour ou encore les tigres, seule espèce de félins à être solitaires, habitués à disposer d’un territoire de plusieurs dizaines de km². Ces animaux, qui en état de liberté ont besoin de beaucoup d’espaces se retrouvent dans les cirques enfermés près de 95% de leur temps dans des cages exigües.

Prisonniers à vie, dressage (fouet, gourdin, instruments électriques…), obligation d’exécuter des tâches imposées, voilà la réalité qui est cautionnée par le spectateur qui choisit de regarder des numéros de dressage à la télévision ou de se rendre dans des cirques utilisant des animaux. C’est naturellement que  les animaux de cirque deviennent agressifs, frustrés, névrosés et les risques d’accidents sont potentiellement plus élevés. Derniers malheurs en date, la mort samedi 10 avril d’un soigneur, écrasé par un éléphant dans un cirque américain ou encore  la mort d’une dresseuse tuée par un orque en Floride.

Le combat de Fondation Brigitte Bardot

Depuis sa création, la Fondation Brigitte Bardot se bat contre la captivité des animaux et pour que l’animal puisse vivre en liberté, dans un habitat naturel et adapté à ses besoins physiologiques. Les conditions de détention des animaux de cirque sont incompatibles avec leurs besoins biologiques et comportementaux.

Bien que les gens du cirque affirment haut et fort que leurs animaux sont heureux, on ne peut que constater la détresse dans laquelle se trouvent ces animaux qui adoptent rapidement des comportements pathologiques et stéréotypés.

La Fondation Brigitte Bardot recommande aux parents de ne pas emmener leurs enfants dans des cirques utilisant des animaux et de préférer les cirques qui développent leur art en inventant de nouveaux numéros de jongleurs, de trapézistes et de clowns…

Source : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40254

Partager cet article

Repost 0

Le chenil du Roumois condamné et fermé

Publié le par Ricard Bruno

- La fermeture du chenil du Roumois dans l'Eure est confirmée par le Tribunal de Bernay - France 3 Normandie -
Le chenil du Roumois condamné et fermé La fermeture du chenil du Roumois dans l'Eure est confirmée par le Tribunal de Bernay © France 3 Normandie Le tribunal correctionnel de Bernay a condamné le gérant du chenil et la SARL mercredi 24 mars. Le gérant du chenil du Roumois et la SARL sont condamnés à 6 mois de prison avec sursis, 5 années d'interdiction d'activité dans le domaine de l'élevage, 30 000 euros d'amende et dommages et intérêts. La fermeture décidée par arrêté préfectoral fin janvier est confirmée. En janvier, suite à des dizaines de plaintes, les gendarmes et les services vétérinaires avaient constaté que le chenil était surpeuplé. 200 chiens au lieu de 49 autorisés. Les animaux étaient gardés dans de mauvaises conditions d'hygiène, certains étaient malades. Des personnes qui avaient acheté des chiens dans ce chenil se sont regroupées pour déposer plainte. Rejointes par la S.P.A, la fondation Brigitte Bardot, et 30 millions d'amis. Les plaidoieries de leurs avocats ont dénoncé le sort de ces centaines de chiens traités comme des marchandises. Le défenseur du chenil avait lui souligné des irrégularité dans la procédure. Le Tribunal correctionnel de Bernay a tranché. Les chiens qui ont été évacués du refuge sont soignés et confiés à des associations de protection animale.

Source : http://normandie.france3.fr/info/haute-normandie/le-chenil-du-roumois-condamne-et-ferme-62102378.html

Partager cet article

Repost 0

Manifestation contre les trafics d'animaux

Publié le par Ricard Bruno

FONDATION BRIGITTE BARDOT

Manifestation contre les trafics d'animaux

La manifestation contre les trafics d'animaux organisée par la SNDA, initialement prévue le 15 mars et annulée, aura finalement lieu le samedi 27 mars 2010 de 13h à 15h30 place du Châtelet à Paris. Plus d'informations

Si vous voulez joindre les organisateurs :SNDA : 01 44 75 37 65 ou Association Stéphane Lamart : 01 44 75 00 47

Merci pour votre eternel soutien et dévouement !

 
Fondation Brigitte Bardot
28, rue Vineuse 75116 Paris
Tél. : 01 45 05 14 60 Fax : 01 45 05 14 80
www.fondationbrigittebardot.fr

Partager cet article

Repost 0

Cirque Pinder : deux éléphants menacés de saisie

Publié le par Ricard Bruno

Mon commentaire : Je dit« Non ! » à l’esclavage auquel sont réduits les animaux dans les cirques. Ils y sont contraints d’exécuter des numéros contre-nature, ils sont maintenus dans des cages exiguës et doivent parcourir de longues distances dans les pires conditions qui soient. Les animaux ne sont pas des jouets que l’on peut sortir de leur boîte pour l’amusement de quelques-uns. D’autant plus que cette activité représente un danger réel pour les animaux comme pour le public. L’association réclame le droit absolu au respect pour ces animaux.

Bruno Ricard

.....................................................................................................................................................................
Actuellement sur les plages du Mourillon pour une série de dix séances de spectacle, le cirque Pinder de la famille Edelstein voit sa tournée quelque peu assombrie. En effet, sous le coup d'une décision de justice du tribunal correctionnel de Valence, les deux éléphantes Delhi et Saba pourraient être enlevées à leurs propriétaires. Motif : ces derniers ne sont pas en possession d'un certificat de capacité (les autorisant à présenter de tels animaux au public) et l'origine des animaux n'est pas connue (1).

La famille Edelstein dénonce un « acharnement incompréhensible »

Il s'agit d'un « acharnement volontaire et incompréhensible », selon Frédéric Edelstein, qui affirme avoir fourni toutes les pièces demandées. Bien que la famille Edelstein ait fait appel du jugement, la décision est provisoire mais exécutoire : « À tout moment, ils peuvent venir nous enlever les éléphants », s'inquiète le dresseur de fauves, qui a grandi avec ces animaux âgés de 40 ans.

Frédéric Edelstein craint par ailleurs une mauvaise réaction des éléphantes. « Elles sont habituées à nous et nous à elles. Elles font partie de la famille et n'ont jamais été séparées. Elles ne connaissent que nous, et un changement d'environnement pourrait leur être fatal ». Quant à l'origine des animaux, il souligne que « Delhi et Saba sont arrivées de Thaïlande lorsqu'elles avaient 6 mois. C'était en 1969 et 1973, j'étais tout petit, des photos d'enfance en attestent ».

À l'origine du jugement du tribunal valentinois se trouvent trois associations de protection animale (2), qui se sont porté parties civiles. Elles reprochent aux cirques en général et à Pinder en particulier « de montrer en public des animaux capturés dans leur milieu naturel et de porter ainsi préjudice à la nature ». Et Brigitte Bardot d'enfoncer le clou : « Un animal sauvage n'a rien à faire dans un cirque ».

Tout un art remis en question

« Ridicule, s'insurge Frédéric Edelstein. C'est la preuve qu'on n'a rien à nous reprocher. De plus, ce serait impossible de travailler avec des animaux maltraités ».

Avec ce jugement, c'est le fonctionnement de tout l'art du cirque qui est remis en cause. La famille Edelstein, quant à elle, compte bien, en appel, prouver l'utilité du cirque auprès du public.

1. L'affaire date de 2008, mais l'ordonnance de la saisie est récente.

2. La fondation Assistance aux animaux, la fédération Rhône-Alpes de protection de la nature, et 30 millions d'amis.

Source : http://www.varmatin.com/ra/var/246363/toulon-cirque-pinder-deux-elephants-menaces-de-saisie

Partager cet article

Repost 0