Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1295 articles avec action protection animale

Bayonne toujours souillée...

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article

Repost 0

La Fondation Brigitte Bardot lance une campagne de sensibilisation contre les abandons.

Publié le par Ricard Bruno


Chaque année, près de
100 000 chats et chiens sont abandonnés sur les routes et dans les refuges.

Même si le phénomène d’abandon a tendance à devenir chronique et s’échelonne désormais sur toute l’année, la période de l’été reste une saison dangereuse voir souvent fatale pour des milliers d’animaux.

C'est pour sensibiliser l'opinion au fait que l'abandon est un crime pour lequel l'animal est le seul condamné (à mort !) que la Fondation Brigitte Bardot lance une campagne d'affichage nationale.

 Une campagne choc pour dénoncer les risques de l’abandon
Du 24 juin au 30 juin 2009, la Fondation Brigitte Bardot lance une campagne d’information nationale, présente sur le mobilier urbain de Paris.

Ensuite, elle sera visible à partir du 8 juillet dans  les villes d’Angers, Bordeaux, Marseille, Lille, Nantes, Strasbourg, Toulon puis le 15 juillet à Toulouse et finira la semaine du 22 juillet à Clermont Ferrand et Lyon.

La campagne, est construite avec l’accroche : « Cet été, pour les vacances, il y a ceux qui vont partir et ceux qui vont y rester », et renvoie à un visuel illustrant parfaitement le risque de mort encouru  par les animaux abandonnés.

Lutter contre un « mal chronique » 
Déménagement, séparation, nouvelle union, problème de comportement du chien, mauvaise éducation, allergie, naissance d'un enfant… : les raisons des abandons sont variées mais posent toutes la question de la responsabilité des propriétaires. Résultats de la crise ou phénomène de mode, le phénomène d’abandon qui n’avait eu de cesse de diminuer depuis les années 70 vit actuellement une recrudescence importante, parfois doublée d’une cruauté délibérée.

Responsabiliser, stériliser et protéger
Les portées issues des particuliers continuent de prospérer, sans contrôle ni régulation, au grand désespoir de ceux qui sont chargés de récupérer les animaux abandonnés, qui à 42% ont subi des maltraitances ; défaut d’alimentation, sévices corporels et dans des cas extrêmes allant jusqu’à l’ablation de la partie de l’oreille de l’animal accueillant le tatouage. A l’heure de la consommation éclair, il est nécessaire de rappeler que l’achat d’un animal est un contrat à vie qui engage l’acquéreur à assumer des devoirs en matière de temps, de soins et de nourriture. Prendre le temps de la réflexion afin d’obtenir une meilleure information sur le gabarit et les besoins de la race de l’animal désiré est un moyen efficace pour éviter le phénomène de lassitude qui suit le passage du chiot ou du chaton à l’animal adulte.


Source : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40193

Partager cet article

Repost 0

Foie gras: "gavage" symbolique d'une femme devant Euralis à Lescar

Publié le par Ricard Bruno

 Le "gavage" symbolique d'une femme a été organisé lundi à Lescar (Pyrénées-Atlantiques) devant le siège d'Euralis, premier producteur mondial de foie gras, par des associations qui dénoncent la non-application de la réglementation européenne, a constaté un correspondant de l'AFP.

La scène, représentant une femme alimentée de force dans une cage, entourée de personnages en costumes de bagnard portant des masques de canards, était organisée par les association People for the Ethical Treatment of Animals (PETA) France, la Fondation Brigitte Bardot, la SPA et L214 qui "portent plainte contre la France pour non application de la réglementation".

Il s'agit "d'alerter le public sur les conditions de production de ce +mets+ pas si délicat", ont dit les associations dans un communiqué

"L'industrie du foie gras viole la réglementation européenne avec la complicité du gouvernement français", disent-elles.

La réglementation, précise le texte, interdit notamment, pour les nouvelles installations, "la détention des canards en cages individuelles" où "les oiseaux sont immobilisés pendant toute la période de gavage".

Le responsable de la communication d'Euralis, Yves Leborgne, contacté sur place, s'est déclaré "surpris" par l'initiative. Il assure que la société "a toujours respecté la réglementation visant le bien-être des animaux".


"Les cages collectives ne seront obligatoires qu'à partir du 1er janvier 2010 pour les nouvelles installations et ne seront généralisées qu'à partir de 2015", a-t-il dit.

Source : Internet

Partager cet article

Repost 0

World Woof Tour - Le tour du monde de Joanne Lefson avec son chien Oscar

Publié le par Ricard Bruno

Bruno Ricard

Partager cet article

Repost 0

L'Europe interdit enfin la chasse aux phoques

Publié le par Ricard Bruno


La commercialisation de produits dérivés du phoque est désormais interdite en Europe.

L'IFAW, Le Fonds international pour la protection des animaux, a obtenu en mai une belle victoire après des années d'efforts. Le Parlement européen a en effet voté l'interdiction du commerce des produits dérivés du phoque au sein de l'Union Européenne. On a encore en tête les images de bébés phoques massacrés dans le cadre de campagnes de chasse, dont Brigitte Bardot est en France la plus fervente adversaire et dénonciatrice.
En 2009, précise l'IFAW, les prix des peaux ont chuté de moitié par rapport à 2008, à 9 euros. C'est le Canada qui est le premier exportateur de produits dérivés du phoque. Aujourd'hui 30 pays dans le monde interdisent ce commerce cruel, parmi lesquels figurent 7 des 10 principaux marchés vers lesquels le Canada exporte ses produits.
Il y a quelques semaines déjà, l'IFAW dans le cadre de sa campagne contre la chasse aux phoques a gagné un combat en Russie : ce pays a interdit la chasse de phoques âgés de moins d'un an en Mer blanche. Ces victoires pour la vie animale devraient faire des émules : au Canada même, le sénateur canadien Mac Harb a récemment déposé une proposition de loi mettant fin à la chasse aux phoques commerciale canadienne. L'IFAW invite ainsi les citoyens à accroître la pression sur le Canada en contactant l'ambassade canadienne de leur pays et en exigeant un arrêt immédiat et définitif de la chasse aux phoques commerciale canadienne.

Source : http://www.linternaute.com/nature-animaux/breve/39673/l-europe-interdit-enfin-la-chasse-aux-phoques.shtml

Partager cet article

Repost 0

Phoques : L’Europe se paye la peau des chasseurs...

Publié le par Ricard Bruno

A quelques exceptions près, les peaux et les produits dérivés de phoques ne pourront plus être commercialisés dans l’Union Européenne à partir de 2010. Ainsi en ont décidé hier les eurodéputés en validant un texte qui faisait déjà accord entre les 27.
Les députés européens ont décidé hier d’interdire la commercialisation en Europe de peaux et de produits dérivés de phoque. Cette décision prendra effet à compter de la prochaine campagne de chasse au phoque en 2010. Le texte avait été proposé par le commissaire européen à l’environnement Stavros Dimas qui avait dénoncé les "pratiques répugnantes" et "cruelles" des chasseurs de phoques. 550 députés européens ont voté en faveur de cette mesure, contre 49 qui n’ont pas validé la proposition. Ce texte faisait déjà accord entre les Etats membres, il ne restait plus aux députés qu’à le voter.

Le Canada porte plainte à l’OMC

Le vote a été salué par de nombreuses associations de protection de la nature et des animaux. Pour la Fondation Brigitte Bardot, il s’agit « d’une victoire sur la barbarie" et de « l’aboutissement d’un combat épuisant menée sans relâche depuis 30 ans". Pour le Fonds international pour la protection de la nature (IFAW) « les eurodéputés ont, à l’évidence, pris en considération les dizaines de milliers de courriels, cartes postales et autres messages envoyés par les sympathisants d’IFAW à travers toute l’Europe.” L’association avait lancé une pétition il y a quelques semaines.
Cette décision est survenue la veille du sommet Union Européenne Canada qui débute aujourd’hui à Prague et qui portera sur les efforts à faire face à la crise internationale. Mais il s’agit là d’un hasard de calendrier, la procédure législative ayant été engagée depuis plusieurs mois. Pour autant, certains redoutent que le vote des eurodéputés ne jette un froid sur le sommet. Le Canada a d’ores et déjà annoncé son intention de déposer une plainte auprès de l’Organisation Mondiale du Commerce, la Norvège se joindra au plaignant.

Des dérogations

L’embargo européen ne concerne que les produits dérivés de phoques à destination commerciale, l’Europe continuant d’autoriser les importations réalisées "à des fins non-lucratives" des produits provenant de la chasse traditionnelle pratiquée par les communautés Inuits notamment. Par ailleurs, la Suède, la Finlande et le Royaume-Uni, ont demandé et obtenu une dérogation pour pouvoir continuer à vendre localement les peaux et les produits des phoques abattus pour réguler les populations dans un souci de gestion des ressources en poissons. Enfin, le transit par le territoire européen de produits exportés par le Canada vers la Russie n’est pas interdit. L’Europe est après le Mexique et les Etats-Unis la troisième puissance politique à prendre cette décision.

Source : http://www.developpementdurablelejournal.com/spip.php?article4571

Partager cet article

Repost 0

L’Europe dit NON au massacre des phoques ! E N F I N !

Publié le par Ricard Bruno




L’Europe dit NON au massacre des phoques !

 

Paris, le 5 mai 2009 – Le Parlement européen a adopté, aujourd’hui, le compromis européen proposé, par la Commission et le Conseil, interdisant la « mise sur le marché de produits dérivés du phoque ».

Toutefois, les produits issus de « chasses traditionnelles conduites par les Inuits et d’autres communautés indigènes et qui contribuent à leur subsistance » dérogent à cette interdiction. Autre exception, la mise sur le marché, sur une base non commerciale, de « sous-produits de la chasse conduite dans le seul objectif d’une gestion durable des ressources marines »

Pour Christophe Marie, Directeur du Bureau Protection Animale à la Fondation Brigitte Bardot :

« C’est une victoire sur la barbarie, une décision historique qui va bien au-delà de l’interdiction européenne de 1983 qui ne visait que l’importation des fourrures de deux espèces de phoques, âgés de moins de deux semaines. La décision communautaire est légitime car elle répond, d’une part, aux attentes des citoyens européens et, d’autre part, aux objectifs du plan d’action pour le bien-être des animaux qui fixe une nouvelle politique européenne en la matière. »

Appel aux Canadiens

La décision européenne pourrait relancer le débat national sur l’opportunité de perpétuer le plus grand massacre de mammifères marins au monde. La Fondation Brigitte Bardot soutient le sénateur de l’Ontario Mac Harb qui a déposé, en mars dernier, un projet de loi visant à « interdire la pêche commerciale du phoque dans les eaux de pêche canadiennes et mettre fin à la délivrance des permis de pêche commerciale du phoque ». Pour appuyer son projet de loi, le sénateur précise que les coûts, économiques entre autres, de cette activité dépassent les maigres retombées qu’elles occasionnent et que cette « industrie moribonde » coûte très cher au contribuable canadien.

A l’issue du vote, Brigitte Bardot s’est déclarée très émue par la décision européenne : « C’est l’aboutissement d’un combat épuisant, mené sans relâche depuis plus de 30 ans. Ce vote signifie clairement que nous ne pouvons plus accepter l’inacceptable, qu’il s’agisse des phoques massacrés sur la banquise où des otaries en Namibie. Il est urgent de déposer les armes, d’apprendre à protéger et non plus détruire les différentes espèces qui peuplent la planète. »

 

Contact presse :  

 

Sur place : Christophe Marie - 06 74 88 80 81

 

 Manifeste

Xavier Yvon : 01 55 34 99 82 / 06 11 24 47 66 - xavier.yvon@manifeste.fr

Partager cet article

Repost 0

Chasse aux phoques : le Canada doit se montrer responsable !

Publié le par Ricard Bruno




Face à l’effondrement du marché de la fourrure de phoque (la valeur d’une peau ne vaudrait pas plus de 15 $), consécutif à la prochaine interdiction européenne d’importer et de commercialiser les produits dérivés du phoque, les autorités canadiennes doivent urgemment se montrer responsables et ne plus soutenir aveuglement une industrie moribonde qui coute, aux Canadiens, bien plus qu’elle ne rapporte.


Les massacres observés ces derniers jours sur la banquise ont renforcé la volonté des instances européennes à ne plus être complices. Alors que les positions étaient encore très partagées début mars, l’augmentation des quotas d’abattage puis les menaces proférées par le Canada envers l’UE ont eu pour effet d’orienter le débat vers une stricte interdiction.

La décision européenne est parfaitement légitime et cohérente, elle répond à l’attente des citoyens et s’inscrit dans la droite ligne du plan d’action communautaire sur la protection et le bien-être des animaux, adopté en 2006, qui a déjà conduit à la prise d’un embargo européen sur les fourrures de chats et de chiens.

Si le Canada devait porter plainte devant l’OMC contre l’Union Européenne, alors il devra également porter plainte contre les Etats-Unis et contre tous les autres pays qui interdisent déjà le commerce des fourrures de phoques.

Pour défendre l’indéfendable, les partisans de la chasse aux phoques ne reculent devant rien, pas même le ridicule. Après avoir prétendu que les phoques étaient responsables de la disparition des morues (le ministère canadien des Océans et Pêches a toutefois fait marche arrière devant l’énormité de cette contrevérité), certains n’hésitent pas aujourd’hui à vanter les vertus miraculeuses que pourrait avoir une hypothétique utilisation de valves coronariennes du phoque en chirurgie cardio-vasculaire humaine… Ceci n’est pas seulement ridicule, c’est profondément scandaleux !

Des valves artificielles sont utilisées en chirurgie, il n’y a donc aucune raison de recourir aux valves d’origine animale. Ce « bricolage », outre le fait d’être éthiquement irrecevable, représenterait un danger réel pour le patient et ne pourrait de toute façon, si l’on se réfère à la réglementation communautaire, être validé au sein de l’UE puisqu’une méthode alternative existe déjà.

Il est donc plus que temps de tourner la page sanglante du massacre des phoques sur la banquise, et dans son dernier appel à Stephen Harper, Brigitte Bardot demande au Premier Ministre canadien de ne plus défendre cette industrie moribonde « qui fait honte au Canada, honte à l’humanité toute entière ».

L’Europe doit encore peaufiner son futur règlement, car si la dérogation autorisant l’importation des produits issus d’une chasse « non cruelle » semble définitivement rejetée par les instances européennes, le débat n’est pas clos quant à l’exemption Inuit qui pourrait être élargie aux autres populations dépendant directement de la chasse.

La Fondation Brigitte Bardot, membre d’Eurogroup for Animals, et l’association IFAW sont intervenues, dès novembre 2008, auprès des instances européennes pour réclamer une définition stricte de l’exemption Inuit qui doit se limiter à une chasse « de subsistance » et ne pas être assimilée à une chasse commerciale. Plusieurs amendements ont été présentés visant à limiter la portée de l’exemption « à l’utilisation coutumière et traditionnelle, par les communautés Inuits, de produits dérivés du phoque pour leur consommation personnelle ou familiale directe ».

Partant de ce principe, la chasse de subsistance n’a pas à faire l’objet d’un commerce international, ce qui justifie d’autant plus l’adoption d’un règlement interdisant strictement, sans dérogation, l’importation et le commerce des produits dérivés du phoque.

Résultat début mai…

Source : http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article6031

Partager cet article

Repost 0

La prise de position de la SPA de Merville contre ...

Publié le par Ricard Bruno

La prise de position de la SPA de Merville contre la présence d'animaux dans la cavalcade de demain (notre édition de vendredi) a suscité plusieurs réactions.

 

Nous avons publié dans notre édition d'hier celle du maire de Merville, Jacques Parent, qui ne partage pas l'avis de la SPA.

 

D'autres vont dans le sens de l'association de protection des animaux.

Ainsi, plusieurs membres d'une même famille de Merville dénoncent la présence d'animaux dans ces festivités. « Honte à la municipalité d'avoir permis l'exhibition d'animaux sauvages pour son défilé des festivités de Pâques, peut-on notamment lire dans ces mails. Est-ce que ça leur ferait plaisir de passer leur vie enfermés dans une cage à peine plus grande qu'eux ? D'être liés à des chaînes à chaque sortie ? Non, je ne pense vraiment pas. Alors, pourquoi ces animaux, qui n'ont rien demandé à personne, subissent-il ça ? N'oublions que ce sont des êtres vivants (...).

Pourquoi leur faire subir une telle cruauté ? (...) Laissons vivre en paix le peu d'animaux sauvages qu'il nous reste. Laissons les vivre dans leur milieu naturel. Respectons les si nous ne voulons pas laisser aux générations futures des ossements qui prouveront que nous sommes coupables d'un véritable massacre. » Un autre membre de la famille mervilloise ajoute : « Merville serait-elle revenue au Moyen Âge  ? Même Hazebrouck avec son cortège historique a l'intelligence de ne pas faire venir des animaux de cirque. » Par ailleurs, la fondation Brigitte Bardot a adressé une lettre ouverte sur le même sujet au maire de Merville : « Nous venons d'apprendre la tenue d'un spectacle de montreur d'ours le lundi 13 avril à Merville lors de la cavalcade organisée par votre ville. De nombreuses associations mènent actuellement une action de sensibilisation à ce sujet auprès des organisateurs et nous souhaitons vous faire part de nos arguments. » Il est expliqué que « l'ours est l'une des espèces les plus persécutées par l'homme dans le monde : combats d'ours au Pakistan, fermes d'élevage pour la bile en Chine, ours dansants dans les Balkans, sans compter le lourd tribut qu'il paie aux chasseurs (et ceci même en France !). Depuis de nombreuses années, des campagnes internationales sont menées pour dénoncer l'utilisation scandaleuse de ces animaux dans certains pays où des coutumes moyenâgeuses sont encore pratiquées. Des avancées non négligeables sont obtenues ; c'est le cas en Bulgarie, où la fondation a aménagé le premier parc d'accueil pour ours dansants dans les Balkans, avec le soutien des autorités bulgares ».

Aline Maatouk Renard, du bureau de protection animale de la fondation Brigitte Bardot, en appelle aux « qualités de coeur » du maire de Merville, « afin que vous preniez conscience du caractère indigne et immoral de telles exhibitions dans lesquelles la nature même de l'animal est inhibée, asservie pour le seul plaisir de l'homme ». Elle pose ensuite la question : « Qu'en est-il de la sécurité du public lors de telles exhibitions ? L'ours et les loups, même asservis, restent des animaux sauvages avec des réactions imprévisibles... Faudra-t-il encore une fois qu'un accident mortel se produise pour que les bonnes décisions soient enfin prises ? » •

Source : http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Hazebrouck/actualite/Autour_de_Hazebrouck/Flandre_Lys/2009/04/12/article_c-est-vous-qui-le-dites.shtml

Partager cet article

Repost 0

Une clinique vétérinaire mobile pour aider ...

Publié le par Ricard Bruno

Une clinique vétérinaire mobile pour aider les compagnons à quatre pattes des sans-abri

Cet hiver une clinique vétérinaire mobile a vu le jour à l’initiative de la Fondation Brigitte Bardot. Le but est d’aider les compagnons à quatre pattes des sans-abri.

Il n’est pas rare de croiser dans les rues, des hommes, des femmes… jeunes ou usés par le temps, accompagnés d’un chien ou d’un chat… leurs seuls amis quand ils ont été coupés de toute relation avec la société. Pour eux, ces animaux représentent un tout, pour ne pas dire leur seule raison de vivre. Pour les nourrir, nombreux sont ceux qui sont contraints de partager leur maigre pitance avec leur compagnon de galère voire se priver de nourriture. Pour les aider d’une autre manière, la Fondation Brigitte Bardot a, cet hiver, mis en place une structure pour prendre soins de ces animaux. Une clinique mobile vient à leur rencontre. Alors que les maîtres reçoivent quelques petits conseils utiles pour prendre bien soin de leur animal avec leurs moyens de fortune, celui-ci se régale de croquettes ou de friandises mises à leur disposition. Des consultations vétérinaires gratuites sont également effectuées pour détecter d’éventuelles maladies.


Source : http://www.waliboo.com/chiens/news/une-clinique-veterinaire-mobile-pour-aider-les-compagnons-quatre-pattes-des-sans-abri/37751#comment-2063

Partager cet article

Repost 0