Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1368 articles avec action protection animale

Maroc : Un refuge aux animaux abandonnés ou torturés à Tanger créé par un Britannique ...Suite : http://www.yabiladi.com/articles/details/43868/maroc-refuge-animaux-abandonnes-tortures.html

Publié le par Ricard Bruno

Le Sanctuaire de la Faune». On ne pouvait trouver un meilleur nom au refuge pour animaux. Le créateur : Karl Scarr, 52 ans, originaire de Cambridge au Royaume-Uni, expert en comportement de la race canine. L’homme a acquis la réputation bien méritée de « meilleur ami des animaux». Ce titre de reconnaissance décerné par la presse britannique, Karl le doit à la mission qu’il s’est imposé comme un sacerdoce : venir en aide aux animaux errants, abandonnés ou torturés. Découverte.

Maroc : Un refuge aux animaux abandonnés ou torturés à Tanger créé par un Britannique ...Suite : http://www.yabiladi.com/articles/details/43868/maroc-refuge-animaux-abandonnes-tortures.html

Alors que le mois dernier, les internautes marocains s’insurgeaient contre l’abattage via une campagne lancée sur les réseaux sociaux, Karl Scarr vient peut-être d’ouvrir une brèche dans ce débat. Ce britannique, âgé de 52 ans et père de 2 enfants, a décidé de consacrer sa vie à un refuge pour les animaux, comme le rapporte le Daily Mail qui lui consacre un article.

Des chiens, des ânes, des chevaux ont trouvé leur sanctuaire

Le cinquantenaire qui s’est installé à Tanger depuis plusieurs années, mène une vie rythmée par la récupération, le soin, la nourriture d’animaux errants, abandonnés, torturés ou maltraités dans un refuge baptisé « le Sanctuaire de la Faune». Un lieu qui doit grouiller d’aboiements, de miaulements, de braiement et de hennissement. Et pour cause, aux niches des 150 à 200 chiens, s’ajoutent les écuries des chevaux et des ânes qui sont recueillis dans le «sanctuaire ». La journée commence donc dès 4 heure du matin pour le cinquantenaire anglais avec le biberon à donner aux bébés animaux, le nettoyage des endroits où vivent les animaux sans compter les nombreux allers et retours chez le vétérinaire pour soigner les animaux malades.

« Gérer un endroit comme celui-ci demande une vigilance et une concentration complètes en tout temps. Il faut surveiller les scorpions et les serpents ou même stopper les combats avant qu’ils ne deviennent graves. Mais c’est un sacrifice que je fais volontiers pour protéger ces merveilleux animaux dont la plupart ont été victimes de violence, affamés, abandonnés ou tout simplement laissés pour morts », confie Karl Scarr. En effet, certains des animaux portent toujours les stigmates de la violence qu’ils ont subie. Certains ont subi des mutilations, d’autres ont été fauchés par des voitures, d’autres encore ont été maltraités au point de devenir agressifs et « susceptibles d’infliger des blessures ».

Une seconde vie pour des animaux torturés

« Chaque jour, nous trouvons des animaux victimes d’horribles violences physique et mentale avec certains qui ont été poignardés, brûlés, devenus aveugles, mutilés avec l’oreille ou la queue coupée ou avec les pattes cassées. Beaucoup d’autres sont ravagés par la gale, les puces, les tiques, les vers, la malnutrition sévère et d’autres maladies », confie le protecteur des animaux. Seulement, selon le site du refuge, les animaux sont nourris grâce aux dons des particuliers ou à la vente des livres écrits par Karl sur les comportements des animaux. Ils sont ensuite soignés, traités, parfois stérilisés pour être proposés à l’adoption aux personnes acceptant de s’en occuper.

Le travail du refuge ne s’arrête pas là. Des actions de sensibilisation et d’informations sont également menées grâce notamment à des prises de parole dans les écoles ou auprès de la population locale. « Le sanctuaire est devenu le point focal pour une grande campagne sur le changement des lois sur la protection des animaux dans le pays [..]», souligne Karl Scarr. La page Facebook du sanctuaire donne régulièrement des nouvelles des animaux recueillis et de leur vie dans le refuge. « Beaucoup de ces chiens ont été laissés dans les rues et souffrent seulement du besoin d'affection. Nous voulons donner aux animaux l'amour et l'affection qu'ils méritent en les entourant de joie ». Un message fort lancé en direction des souteneurs de la loi sur l’abattage des chiens pour dire : et si nous créons des refuges pour animaux au Maroc ?

Source de l'article ; Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Les chasseurs massacrent 600 éléphants dans un parc national du Cameroun…

Publié le par Ricard Bruno

Les chasseurs massacrent 600 éléphants dans un parc national du Cameroun…

Chères amies, chers amis

Des dizaines de chasseurs armés jusqu’aux dents ont pénétré dans un parc national du Cameroun, avant de massacrer plus de 600 éléphants majestueux et de les mutiler pour récupérer leurs défenses. Les braconniers ont décimé la moitié des derniers éléphants d’Afrique centrale. Et personne n’est parvenu à les arrêter. Jusqu’à présent… De courageux enquêteurs ont infiltré des réseaux de braconnage dans huit pays africains, et 1200 trafiquants sont déjà sous les verrous grâce à eux! C’est le genre de nouvelles qui redonne espoir! Ces personnes ont été récompensées, mais beaucoup de bailleurs de fonds craignent de s’en prendre frontalement au crime ~~organisé. Nous sommes peut-être le mouvement le mieux placé pour donner rapidement de l’ampleur à cette extraordinaire opération. Quatre éléphants sont massacrés toutes les heures. Nous sommes engagés dans une course contre la montre pour ne pas voir ces magnifiques créatures disparaître à jamais. Mais si chacun d’entre nous contribue maintenant, cette équipe pourrait se déployer dans d’autres pays, faire arrêter davantage de criminels et fonctionnaires corrompus, et nous pourrions mener des campagnes pour sauver ces animaux emblématiques d’un massacre à grande échelle. Tout le continent est touché par ce carnage. Des braconniers embauchés pour l’occasion repèrent les éléphants, les léopards, les grands singes et toutes sortes d’animaux en voie de disparition. Les grands chefs font alors venir des hélicoptères et des armes lourdes pour les abattre et les dépecer afin de récupérer leurs peaux et défenses. C’est un trafic évalué à 19 milliards de dollars par an dans le monde entier, aux mains des mafias internationales, qui s’en sortent en distribuant des pots-de-vins à tour de bras. Mais les courageux membres du réseau des Activistes écologiques pour la gouvernance et l’application de la loi (EAGLE, en anglais) ripostent, s’en prenant à chaque échelon de ces organisations criminelles: ils infiltrent les gangs, travaillent avec la police pour faciliter les arrestations et s’assurer que les responsables sont bien mis hors d’état de nuire. Leur succès sans précédent leur a valu un concert de louanges, d’Interpol à WWF en passant par le Prince Philippe mais malgré cela, ces héros travaillent avec un budget restreint, motivés surtout par leur amour sincère pour ces animaux. Si nous contribuons chacun à la hauteur de nos moyens, voilà ce que nous pourrions faire: Aider à former et à financer des dizaines d’enquêteurs capables d’infiltrer les réseaux les plus recherchés dans davantage de pays, et faire arrêter leurs meneurs; Accompagner les enquêtes visant les fonctionnaires et les responsables politiques complices qui permettent à ce sanglant trafic de perdurer; Mener d’énormes campagnes au moment des arrestations et des procès afin de modifier la culture de l’impunité; et Mener des enquêtes afin de faire toute la lumière sur les entreprises et les gouvernements qui profitent de la vente de l’ivoire et d’autres produits tirés des animaux. Nous sommes peu nombreux à être prêts à mettre notre vie en jeu pour sauver d’autres espèces de la violence et de l’infinie cupidité des hommes. Mais c’est précisément ce que font ces guerriers de la cause animale et aujourd’hui, nous pouvons leur venir en aide. Mettons la puissance de notre mouvement à leur service. Nous sommes déjà venus en aide à de courageux activistes qui travaillent en première ligne, menant un travail périlleux mais essentiel, depuis les citoyens journalistes en Syrie jusqu’aux bénévoles partis combattre le virus Ebola. Nous soutenons toujours les meilleures idées, celles qui auront le plus d’impact, surtout quand personne d’autre ne veut s’engager. Aujourd’hui, venons en aide à ces héros, afin que les magnifiques savanes et forêts africaines puissent de nouveau regorger d’animaux sauvages. Avec espoir et détermination, MCD POUR PLUS D’INFORMATIONS

En Afrique, le crime organisé décime les éléphants (Sciences et Avenir) http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/20150125.AFP6517/en-afrique-le-crime-organise-decime-les-elephants.html

Comment les mafias détruisent la planète (L’Express) http://www.lexpress.fr/actualite/societe/environnement/comment-les-mafias-detruisent-la-planete_1698834.html

Massacre d’éléphants au Cameroun: retour des braconniers dans le parc national de Boubandjida (IFAW) http://www.ifaw.org/france/actualites/massacre-d%E2%80%99%C3%A9l%C3%A9phants-au-cameroun-retour-des-braconniers-dans-le-parc-national-de-boubandj

Eléphants d’Afrique: La Banque Africaine de Développement tire la sonnette d’alarme, sans action, c’est l’extinction (Médiaterre) http://www.mediaterre.org/actu,20160304102925,11.html

Burkina Fas o: Près de 70 kg d’ivoire en partance pour la Côte d’ivoire saisies (Koaci.com) http://koaci.com/burkina-faso-pres-divoire-partance-pour-cote-divoire-saisies-94991.html

Massacre de la faune au Bénin: le dernier Éden menacé (Le Partage) http://partage-le.com/2015/03/massacre-de-la-faune-au-benin-le-dernier-eden-menace/

Les activistes écologiques pour la gouvernance et application de la loi (EAGLE, site internet) http://www.eagle-enforcement.org/

Un groupe africain de protection de la nature avec un objectif hors du commun: le respect de la loi (New York Times, en anglais) http://www.nytimes.com/2015/10/13/science/african-conservation-group-with-unusual-mission-enforcement.html

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Des chiots victimes de mauvais traitements

Publié le par Ricard Bruno

L’histoire remonte en septembre dernier lorsqu’une personne a fait l’acquisition d’un chiot dans un élevage de Conflans-Sainte-Honorine. Deux jours après, l’animal était mort. L’acheteuse remettait alors en cause les conditions de vie auxquelles étaient livrés les animaux et soupçonnait également de mauvais traitements infligés aux bêtes. La police nationale était alertée et ouvrait ainsi une enquête.

Il s’est avéré que la mort « suspecte » du chiot, intervenue deux jours après son achat, était en réalité due à un manque de sevrage. En effet, l’animal a été vendu avec un carnet de santé trafiqué qui mentionnait la fin de son sevrage. La personne à l’origine du signalement aux autorités a donc été victime d’escroquerie.

Jeudi dernier, les enquêteurs du commissariat de Conflans-Sainte-Honorine sont intervenus dans l’élevage de chiens en question. En présence de la SPA (Société protectrice des animaux, Ndlr) et de la fondation Brigitte Bardot, ils ont constaté les mauvaises conditions de vie auxquelles étaient soumis les animaux. À leur arrivée, les protagonistes ont dénombré 27 animaux de compagnie dont un chien mort. À la suite de l’intervention, la SPA aurait décidé de porter plainte contre l’élevage. Quant à la fondation Brigitte Bardot, elle serait dans l’attente d’éléments supplémentaires avant de décider de prendre part à l’affaire.

L’enquête doit se poursuivre pour savoir si l’élevage était totalement en règle ou s’il y a bien eu travail dissimulé. Si la mère serait semble-t-il déclarée en tant qu’entrepreneuse, sa fille âgée de 18 ans susciterait quelques doutes. En effet, plusieurs annonces passées sur internet ainsi que des transactions semblent indiquer qu’elle aurait pu tenir une place à part entière au sein de l’élevage familial.

Dans un second temps, l’enquête doit essayer de déterminer la provenance des animaux. Lors de leur intervention, les forces de l’ordre ont constaté que plusieurs chiens étaient porteurs de puces d’identification. Les policiers doivent donc établir si les animaux ont été acquis suite à des achats ou directement volés à leurs propriétaires. Ces derniers seraient répartis « aux quatre coins de la France », selon les informations délivrées par les puces.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Monoprix ne commercialise plus d'oeufs de poules élevées en batterie

Publié le par Ricard Bruno

Depuis lundi, Monoprix a définitivement retiré les œufs de poules élevées en cage de ses rayons, a annoncé l'enseigne dans un communiqué. ​

Monoprix ne commercialise plus d'oeufs de poules élevées en batterie

«Monoprix fait le choix de retirer définitivement les oeufs de catégorie 3 de ses rayons à compter du 11 avril 2016», précise l'enseigne dans un communiqué, la première à prendre ce type d'initiative. Comprenez qu'elle ne vendra plus d’œufs de poules élevées en batterie.

L'opération s'accompagne, par ailleurs, d'une «démarche de sensibilisation auprès des consommateurs» via «une brochure explicative et un affichage en magasin» et les réseaux sociaux, indique le groupe dans un communiqué.

En 2013, l'entreprise de grande distribution s'était déjà engagée à ne plus proposer d'oeufs issus d'élevage de poule en cage mais uniquement sur sa propre marque. En 2015, Monoprix avait déjà supprimé les œufs de batterie de la fabrication des pâtes d'Alsace et de la mayonnaise de sa marque Monoprix Gourmet, imitant d'autres fabricants de mayonnaise.

Rappelons que deux tiers des œufs vendus en France et 75% de la production hexagonale, proviennent d'élevages en cage.

Source de l'article : cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Elle s'appelait Marie...Adieu....

Publié le par Ricard Bruno

Elle s'appelait Marie...Adieu....

Elle s'appelait Marie.
Elle avait dédié sa vie aux chiens et aux chats.
Elle s'est éteinte aujourd'hui, laissant des orphelins inaudibles à des mains meurtrière...s... Celles qui sont pourtant censées les protéger...
Mais Marie leur a donné tellement d'amour et d'attention que ça les comblerait peut-être...
Marie a également donné une leçon de vie aux Casablancais en particuliers et aux marocains en général : l'amour et l'empathie n'ont pas de nationalité, d'âge, de vocation ou de race ! Quand on aime, on se dévoue.
Repose en paix la guerrière, tu l'as bien méritée ta paix, que tu as semée de ton vivant...

Quand une grande défenseuse des animaux s'en va c'est un coin de lumière qui s'éteint . Une pensée pour vous Marie , en espérant que vous petits protégés trouveront quelqu'un d'aussi bon que vous

Elle s'appelait Marie...Adieu....
Elle s'appelait Marie...Adieu....
Elle s'appelait Marie...Adieu....

Partager cet article

Repost 0

La Norvège Tue des Baleines pour Nourrir des Animaux Elevés pour la Fourrure

Publié le par Ricard Bruno

La Norvège a tué plus de baleines que tout autre pays au cours des quatre dernières années, et une partie de cette viande est transformée en alimentation animale pour l'industrie de la fourrure norvégienne, selon de nouveaux documents dévoilés par deux organisations environnementales.

La Norvège Tue des Baleines pour Nourrir des Animaux Elevés pour la Fourrure

Les révélations de l'Environmental Investigation Agency (EIA) et l’Animal Welfare Institute (AWI) coïncident avec l’ouverture de la saison de chasse à la baleine en Norvège, soit une semaine après que le Japon a déclaré avoir tué pour la « recherche » plus de 300 baleines de Minke (plus communément appelées petits rorquals), parmi lesquelles des femelles gestante . Aujourd’hui encore, les organisations appellent à mettre un terme à la chasse à la baleine, mais cette fois c’est la Norvège qui en en ligne de mire. En effet, tout comme l'Islande et le Japon, la Norvège ignore le moratoire de la Commission Baleinière Internationale (CBI) sur la chasse à la baleine, en vigueur depuis 30ans.

Jennifer Lonsdale, directrice de l'Environmental Investigation Agency (EIA), a déclaré à ThinkProgress : «Nous sommes vraiment inquiets de voir cette chasse se poursuivre, et que la Norvège exporte les baleines vers le Japon avec la complicité de l’Islande. Pourquoi un pays riche comme la Norvège continue-t-il à chasser des baleines? » s'interroge-t-elle.

Les organisations ont également rapporté qu'en 2014 plus de 113 tonnes de viande de baleine (l'équivalent d'environ 75 baleines de Minke) ont été utilisées par Rogaland Pelsdyrfôrlaget, le plus grand fabricant d'aliments pour animaux destinés à l'industrie de la fourrure norvégienne.

« La chasse à la baleine est une pratique intrinsèquement cruelle et n'a pas sa place dans une société civilisée», a déclaré Susan Millward, directrice exécutive de AWI dans un communiqué. « Tuer ces animaux sensibles et magnifiques pour nourrir les animaux qui souffrent dans les fermes à fourrure met en évidence les raisons pour lesquelles le monde entier s’oppose à la chasse à la baleine, et démontre clairement que la viande de baleine n’est en aucun cas un besoin légitime pour les Norvégiens. »

Une baleine est harponnée par un baleinier norvégien. Crédit photo: EIA

Une baleine est harponnée par un baleinier norvégien. Crédit photo: EIA

Les habitants des côtes norvégiennes pratiquent la chasse à la baleine depuis des siècles, mais les opérations commerciales ciblant le petit rorqual ont seulement commencé au début du 20e siècle. Au cours des derniers siècles, cette chasse (alimentée par la forte demande en viande et en graisse de baleine –transformée en huile de cuisson et en bougies, entre autres) a poussé de multiples espèces de baleine vers l’extinction. Les progrès technologiques comme les réfrigérateurs ont empiré les choses pour les baleines, puisque les navires étaient en mesure d’en chasser davantage et plus loin des côtes. Dans les années 1960, la Commission Baleinière Internationale (CBI) a tenté de réguler cette chasse commerciale avec un succès limité, jusqu'à ce qu'elle adopte en 1982 un moratoire avec une mise en place progressive sur une période de quatre ans.

La Norvège a toutefois contesté ce moratoire de 1982 et elle n'est « plus légalement soumise au quota zéro », comme le ministre conseiller à l'ambassade de Norvège à Washington, Jon-Åge Øyslebø, l’a annoncé à ThinkProgress. Selon lui, le stock de petits rorquals est « abondant » en Atlantique nord-est, et les quotas se basent sur des modèles développés par la Commission Baleinière Internationale.

La Commission n'a pas souhaité répondre à ces commentaires par voie de presse, mais l'agence appelle la Norvège à interrompre toutes les activités de chasse à la baleine sous sa juridiction. La Norvège s'est elle-même fixé un quota de pêche de 880 baleines pour cette saison, un chiffre à la baisse par rapport au quota de 1,286 fixé l’an dernier. Ce chiffre reste bien plus élevé que les 330 baleines capturées par le Japon pour la “recherche”, ce qui démontre la faiblesse des agences internationales qui ont peu de recours face aux gouvernements qui ne se soumettent pas aux traités.

Selon des chiffres recueillis par l'EIA et l'AWI à partir de rapports nationaux provisoires, la Norvège aurait tué plus de baleines en 2 ans que l'Islande et le Japon réunis, avec au moins 1,396 baleines tuées contre un total de 1,018 pour le Japon et l'Islande. De plus, les écologistes affirment que la Norvège a augmenté son exportation des produits contenant de la baleine, en envoyant 172 tonnes métriques de viande et de graisse de baleine vers le Japon depuis 2014.

En Norvège comme au Japon, des rapports montrent que la demande en viande de baleine est sur le déclin. Svein Ove Haugland, le directeur adjoint de la coopérative de vente de produits de la pêche en Norvège (NFSO), a expliqué au journal The Guardian : « Il y a actuellement un goulet d'étranglement au niveau du marché et de la distribution. Il faut rétablir la demande en viande de baleine, soumise à la forte concurrence de la viande (provenant d’animaux terrestres) et du poisson. »

Les écologistes estiment que les contraintes du marché ainsi que la croissance des activités liées au whale-watching* devraient pouvoir dissuader la Norvège de chasser les baleines. Lonsdale estime que la chasse à la baleine n'est pas une activité nécessaire, et qu'avec le changement climatique en cours ainsi que la pollution, la chasse est une menace supplémentaire qui pèse des espèces qui commencent à se rétablir après des siècles d'abus. « Nous devons nous montrer responsables, » conclut-elle.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

FLAC : Communiqué...

Publié le par Ricard Bruno

FLAC : Communiqué...

Chers amis,

Pour votre info, le 9 avril dernier, Aymeric Caron, membre du comité d'honneur de la FLAC, choisissait la FNAC à Montpellier afin de faire la promotion de son dernier livre, "Antispéciste". Grâce à notre délégué Cyril Vaucelle, la FLAC était présente. Lors de son discours, Aymeric CARON ne manqua pas de dénoncer, entre autres, cette honte nationale qui a pour nom, la corrida.


Bien amicalement

Thierry Hé"ly
Président de la FLAC
www.flac-anticorrida.org

Partager cet article

Repost 0

Ex-inspecteur vétérinaire en abattoir : un témoignage accablant

Publié le par Ricard Bruno

Ex-inspecteur vétérinaire en abattoir : un témoignage accablant

Martial Albar, ex-inspecteur assermenté des Services Vétérinaires et consultant en sécurité alimentaire, nous livre son expérience en tant que professionnel dans plusieurs abattoirs de France. Il décrit une situation qui l'a poussé à démissionner après 15 ans de service. Nous le remercions vivement d'avoir accepté de témoigner.

Durant toute notre formation en inspection vétérinaire à Lyon Corbas en 1996 et 1997, nous allions nous former à l'abattoir Cibevial.

Nous y avons vu toutes les horreurs pratiquées par les négociants concurrents dans les écuries de l'abattoir (sabotage d'animaux vivants pour déprécier leur valeur marchande lors de l'inspection sur la chaîne) comme perforer les reins par des aiguilles à tricoter, introduire des bâtons avec des piquants au bout dans le vagin des vaches.

Sur la chaîne, nous avons vu toutes les maltraitances pour faire avancer les animaux jusqu'au piège à coup d'aiguillons électriques ou de barres de fer, tous les défauts d'étourdissement et les égorgements conscients, avec le retrait du masque et la section des antérieurs alors même que la vache avait perdu à peine 5 litres de sang.

Je ne parle pas des abattages rituels pratiqués avec des cadences élevées, des jets de sang de plus de 3 mètres lors de l'égorgement de bovins de 800 kgs.

une vache et son veau à l'abattoir d'Alès (Gard)

une vache et son veau à l'abattoir d'Alès (Gard)

J'ai réalisé 2 mois de stage à l'abattoir de Chaumont (Haute-Marne) où les conditions étaient déplorables, simplement atténuées par des cadences moins importantes. J'ai ensuite travaillé pendant plus de 3 ans (de 1998 à 2001) à l'abattoir de Pont Sainte-Marie (Aube), petit abattoir avec une équipe de 11 opérateurs.

J'y ai retrouvé les mêmes maltraitances sur la chaîne avec des étourdissements ratés, incomplets. Le sous-effectif du personnel, la cadence à tenir forçaient le personnel à ne pas se préoccuper de la condition animale.

Mais, en instaurant de bonnes relations avec l'équipe, j'ai pu leur demander d'améliorer considérablement la situation, notamment en éliminant les aiguillons et en attendant la saignée complète et donc la mort clinique avant de commencer à « travailler » la dépouille.

J'ai par la suite, de 2002 à 2010, effectué de nombreux remplacements à l'abattoir de Bonneville (Haute-Savoie) et réalisé l'inspection durant les fêtes de l'Aïd-el-Kebir à l'abattoir de Megève (Haute-Savoie).

Malgré les années qui passaient, l'évolution et les améliorations qui auraient dû être perceptibles, la situation avait en fait peu changé. L'abattoir de Megève (aujourd'hui rénové depuis 2012) était une catastrophe sanitaire et écologique, une tuerie digne du Moyen Âge au milieu du luxe extrême de Megève.

Ce que j'ai pu voir, subir, vérifier et confirmer en plus de 15 ans, c'est que les méthodes d' « étourdissement » ne sont absolument pas conçues pour « anesthésier » les animaux mais bien pour permettre d'assurer des cadences toujours plus élevées et sécuriser les opérateurs.

un porcelet à l'abattoir du Vigan (Gard)

un porcelet à l'abattoir du Vigan (Gard)

Les services vétérinaires exercent relativement correctement leurs missions en matière d'hygiène dans les abattoirs, en revanche très peu ou pas du tout en matière de protection animale. Mes ex-collègues et ma hiérarchie ont souvent été prudents ou réfractaires à faire appliquer les règles de protection animale, plus réfractaires encore à sanctionner les maltraitances et les infractions.

La première raison est de ne pas entraver commercialement le fonctionnement de l'abattoir et la seconde, surtout chez les inspecteurs masculins, de ne pas être taxés de « sensiblerie » à l'égard des animaux.

Les rares notes internes ou de service relatives à la protection animale ont été peu appliquées et proviennent de bureaucrates du Ministère qui n'ont soit jamais mis les pieds dans un abattoir, soit en situation de visite bien organisée, dans des conditions édulcorées.

- février 2016.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

La France dit STOP aux cirques avec animaux !

Publié le par Ricard Bruno

La France dit STOP aux cirques avec animaux !

Saisie d'une femelle babouin hier à Marseille. Les enquêteurs de Code Animal ont mené une enquête sur plusieurs semaines. Il s'avère que le Cirque Olympique détenait illégalement "Lolita". Elle a été saisie et mise à l'abri. Merci à toutes ces personnes qui font le suivi des cirques et dénoncent ceux qui enfreignent la loi. Nous souhaitons à Lolita le meilleur pour sa nouvelle vie. Nous vous donnerons de ses nouvelles dès que possible. Merci à Mme l'Adjointe au Maire du 13/14eme de Marseille qui a joué un rôle important dans cette saisie. Nous l'invitons vivement à mettre en place un arrêté lors d'un conseil municipal afin de refuser tout cirque avec animaux dans ces deux arrondissements.

Page Facebook : Cliquez ICI

La France dit STOP aux cirques avec animaux !
La France dit STOP aux cirques avec animaux !
La France dit STOP aux cirques avec animaux !
La France dit STOP aux cirques avec animaux !

Partager cet article

Repost 0

Etats-Unis: Des ouvriers sauvent deux faons piégés dans la boue avec leur pelleteuse

Publié le par Ricard Bruno

Délicatement, ils ont extirpé les jeunes animaux du monticule de boue dans lequel ils étaient coincés...

Equipés d'une pelleteuse, les ouvriers d'un chantiers ont réussi à sauver deux jeunes faons pris au piège dans la boue.

Equipés d'une pelleteuse, les ouvriers d'un chantiers ont réussi à sauver deux jeunes faons pris au piège dans la boue.

Il n’aurait pas se sortir tout seul de ce pétrin. Un jeune faon pris au piège dans un monticule de boue a été sauvé par un conducteur de tractopelle qui l’a délivré avec beaucoup de délicatesse, rapporte le Daily Mail.

Les faits se sont déroulés sur un chantier aux Etats-Unis. Alertés par le déclenchement du système d’alarme, Bill Davis et ses ouvriers ne sont pas tombés sur des intrus ordinaires : ils ont découvert un jeune faon coincé dans une épaisse dune de boue, trop embourbé pour parvenir à remonter la pente.

>> A lire aussi : Il sauve un faon et se lie d’amitié avec lui

Un petit tour en pelleteuse

C’était sans compter sur l’ingéniosité des gars de l’équipe, bien décidé à secourir l’animal, et qui onttrouvé un moyen astucieux de le sortir de là. L’un d’eux a pris les commandes de sa pelleteuse, essayant dans un premier temps de dégager la voie autour de l’animal. Mais la boue, trop lourde et épaisse, s’écroulait autour du faon épuisé.

Il a alors tenté une manœuvre plus risquée, en récupérant le petit faon directement dans sa pelleteuse. Avec précision et délicatesse, pour s’assurer de ne pas blesser l’animal, le héros du jour a réussi à extirper l’animal de son piège, avant de le reposer doucement à quelques mètres de là, sain et sauf.

Mais la belle histoire ne s’arrête pas là. Sur le même chantier, les ouvriers ont trouvé un autre faon, pris au piège lui aussi dans la boue, à un autre endroit du site.

Toujours équipés d’une tractopelle, les hommes sont une fois de plus parvenus à porter secours au jeune animal. Une fois reposé sur la terre ferme, le faon, épuisé, a pris quelques instants pour rassembler ses forces, avant de détaler.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0