Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

action protection animale

Des scientifiques repèrent un immense groupe de morses au nord de la Russie

Publié le par Ricard Bruno

Un rassemblement de morses (illustration).

Un rassemblement de morses (illustration).

 

Au nord de la Russie, des scientifiques ont repéré un groupe de plus de 3.000 morses rassemblés sur les rives de la mer de Kara. Une observation inédite pour cette espèce dont l'habitat est menacé par la fonte des glaces et l'exploitation arctique.

Les morses sont des mammifères particulièrement imposants dont la longueur dépasse généralement les 2,50 mètres pour une masse qui excède facilement la tonne. Autant dire qu'ils peuvent former des groupes très impressionnants lorsqu'ils se mettent à se rassembler par centaines.

C'est l'un de ces groupes - appelés échoueries - que des scientifiques ont repéré au nord de la Russie. Le rassemblement a été découvert l'année dernière sur les rives de la mer de Kara qui borde l'océan Arctique. Mais ce n'est que récemment qu'ils sont parvenus à le documenter et ils y ont dénombré plus de 3.000 morses.

Les morses qui sont des animaux très grégaires, se réunissent pour socialiser, communiquer et se reproduire. Les colonies se forment généralement sur la banquise ou les îles arctiques. Mais les scientifiques n'avaient encore jamais observé un groupe d'une telle ampleur à un tel endroit et montrant une telle diversité.

 

"Cette échouerie est unique parce qu'elle compte à la fois des femelles et des mâles, ainsi que des petits d'âge différent", a souligné à Reuters, Aleksander Sokolov, chercheur de l'Académie des Sciences russe. "Ce sont des animaux fascinants et vous vous retrouvez au milieu de milliers d'entre eux", s'est-il réjoui qualifiant le groupe de "laboratoire à ciel ouvert".

Un "signe positif" pour une espèce quasi menacée ?

Pour l'heure, les scientifiques savent peu de choses sur ce groupe et la raison de leur présence à cet endroit. Ils ont prélevé des échantillons ADN et équipé plusieurs spécimens de balise satellite afin de pouvoir suivre leurs mouvements au cours des prochains mois. Cette colonie pourrait toutefois faire figure de "signe positif", selon eux.

La sous-espèce de morse de l'Atlantique (Odobenus rosmarus rosmarus) est classée comme "quasi-menacée" par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Sa population est aujourd'hui estimée à 12.500 individus adultes mais elle a subi et subit encore de nombreuses pressions.

Les morses ont longtemps été tués pour leur graisse et leur ivoire avant que la chasse commerciale ne soit interdite au milieu du XXe siècle. Désormais, ils sont menacés par la dégradation et la disparition de leur habitat liées à la fonte des glaces et à l'exploration pétrolière et gazière.

Les morses sont menacés par la disparition de la banquise dont ils sont très dépendants

 

L'Arctique fait partie des régions les plus touchées par le changement climatique. En septembre dernier, la banquise estivale a atteint sa deuxième superficie la plus basse jamais enregistrée : 3,74 millions de kilomètres carrés. Et sa croissance peine chaque année un peu plus à redémarrer.

 

En octobre dernier, des chercheurs ont publié des données indiquant que la superficie de la banquise n'avait jamais été aussi basse pour cette période, atteignant seulement 6,5 millions de kilomètres carrés le 27 octobre. Soit plus de trois millions de kilomètres carrés de moins que la moyenne observée pour les mois d'octobre entre 1981 et 2010.

"Avec le changement climatique et la fonte des glaces, la banquise est plus fine et se forme plus tard. Tout ceci affecte les morses", a confirmé Aleksander Sokolov. La mer de Kara où le groupe a été repéré n'échappe pas à cette tendance. La saison sans glace y dure de plus en plus longtemps ces dernières décennies.

La présence de ces milliers de morses pourrait ainsi montrer que, malgré les pressions, la population parvient à se rétablir. "Nous voulons penser que c'est un signe positif", a confié à Reuters Andrei Boltunov du Marine Mammal Research and Expedition Center, soulignant ne pas pouvoir pour l'instant tirer de conclusions.

D'autres rassemblements importants de morses ont déjà été observés par le passé. En 2014, quelque 35.000 spécimens se sont amassés sur une plage près de Point Lay en Alaska, sur les rives de la mer des Tchouktches. Ils y reviennent depuis régulièrement poussés, là encore, par la raréfaction de la glace dont ils dépendent.

Source de l'article : Cliquez ICI

 
Partager cet article
Repost0

Chevaux mutilés : un collectif de 2.000 citoyens a été créé "pour que les enquêtes évoluent"

Publié le par Ricard Bruno

Chevaux mutilés : un collectif de 2.000 citoyens a été créé "pour que les enquêtes évoluent"

Depuis le mois d'août, des faits de mutilations sur des chevaux ont été signalés partout en France. Des dizaines d'enquêtes ont été ouvertes.

L'affaire, qui dure depuis plusieurs mois, des cheveux victimes de mutilations provoque une vive émotion.

Pour faire avancer les enquêtes un collectif a été créé début novembre, regroupant propriétaires, professionnels, associations, et  déjà plus de 2.000 citoyens.

"Urgences chevaux et milieu rural en danger" vise ainsi à "déclencher une mobilisation active de la part des services" de l'Etat "pour que les enquêtes évoluent", a expliqué ce lundi 9 novembre Laure Amalric, qui est à l'initiative de ce rassemblement sur Facebook. "Il est impératif que des moyens techniques, humains et financiers soient octroyés par le gouvernement", a-t-elle ajouté. Laure Amalric réclame en urgence un entretien avec les ministres de l'Intérieur, de l'Ecologie et de l'Agriculture.

"Des groupes non identifiables par les forces de l'ordre font régner la terreur dans les prés, fermes et box des équidés, des ovins et bovins. Nous demandons au gouvernement qu'il assure la sécurité de nos animaux", a-t-elle martelé. Elle estime avoir "besoin d'un renfort d'enquêteurs ainsi que d'une équipe qui regroupe et centralise toutes les données pour mettre un terme à cette barbarie" déplorant "le silence du gouvernement" qui "s'ajoute au sentiment grandissant d'impunité pour les auteurs des actes, lesquels ne sont toujours ni identifiés ni condamnés".

Des dizaines d'enquêtes ouvertes

Les défenseurs des chevaux comptent aussi sur des aides financières de l'Etat, notamment pour l'achat de caméras de surveillance. La région Auvergne Rhône Alpes leur a déjà alloué un budget de 100.000 euros et celle d'Ile-de-France de 50.000 euros pour ce type d'équipement, selon eux. Des dérogations au confinement pour continuer les surveillances des animaux seuls la nuit comptent aussi parmi leurs revendications.

Depuis le mois d'août, des faits de mutilation, principalement de chevaux, parfois mortels, ont été signalés un peu partout sur le territoire. Des dizaines d'enquêtes ont été ouvertes. A l'Institut français du cheval (IFCE), situé à Arnac-Pompadour, en Corrèze, un centre d'écoute national répond aux appels de "détresse" de propriétaires. La plateforme a été lancée à la demande du ministère de l'Agriculture.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Maltraitance animale : 119 chevaux saisis dans l'Yonne après 13 années de procédure

Publié le par Ricard Bruno

Un périmètre de sécurité a été installé autour du pré où se trouvent les chevaux. •

Un périmètre de sécurité a été installé autour du pré où se trouvent les chevaux. •

Entassés dans un champ trop petit, pentu, sans abris pour se protéger du froid et de la chaleur, et avec de la paille pour seule nourriture..  des conditions de vie déplorables qu'ont affrontées pendant plus de dix ans une centaine de chevaux d’un élevage de Vézelay, dans l'Yonne. 

Selon nos informations, ce mardi 3 novembre, la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP), les forces de gendarmerie, les services vétérinaires et des membres de refuges pour animaux interviennent dans cet élevage pour saisir et déplacer les équidés. 

Selon les associations de protection animale, cette intervention a lieu à la suite de manquements graves en matière de protection animale constatés dès 2007, et surtout d'un jugement du tribunal correctionnel d'Auxerre datant du 13 juin 2019.

Les 119 chevaux vont être remis à plusieurs associations dont le zoo refuge de la Tanière situé près de Chartres ou la fondation Brigitte Bardot. Ils vont être déplacés vers les structures d’accueil de ces associations.

L'aboutissement de 13 années de procédure

En juin 2019, les douze propriétaires de ces chevaux ont été condamnés par le tribunal correctionnel d'Auxerre pour des mauvais traitements sur un troupeau de 150 chevaux. Ces infractions ont été commises à Vézelay mais aussi à la Roche-en-Brenil, en Côte-d’Or.

Ces douze personnes étaient dans le viseur des services sanitaires depuis plus de 12 ans. Cette condamnation concernait des faits datant de 2018 mais les premiers rapports alarmants sur ces éleveurs remontent à 2007. Selon plusieurs associations de défense des animaux, ces maltraitances se déroulaient sur fond de dérive sectaire. 

Selon les associations, les chevaux étaient nourris exclusivement à la paille et à la luzerne déshydratée. • © Association respectons - Photo prise le 17 octobre 2020

Selon les associations, les chevaux étaient nourris exclusivement à la paille et à la luzerne déshydratée. • © Association respectons - Photo prise le 17 octobre 2020

En juin 2019, le tribunal a accordé aux propriétaires quelques mois pour se séparer des animaux mais ils ont à chaque fois fait appel de la décision. La décision du tribunal correctionnel d'Auxerre a finalement été confirmé par la Cour d'appel de Paris en novembre 2019. Mais problème, personne n'a trouvé de structure pour accueillir les 150 animaux jusqu'à aujourd'hui.

 

"C'est l’aboutissement de 13 années de procédure et d’intervention des associations pour trouver une solution afin de mettre fin au calvaire de ces chevaux"

Patrick Sacco, président de l'association "Respectons"

 

Les recherches ont permis de trouver trois points de chute différents pour la totalité des animaux. Une trentaine d'étalons vont prendre la direction du zoo refuge de la Tanière tandis que les juments et les poulains seront pris en charge dès demain par la fondation Brigitte Bardot. 

Pour Patrick Sacco, président de l'association Respectons, "c'est l’aboutissement de 13 années de procédure et d’intervention des associations pour trouver une solution afin de mettre fin au calvaire de ces chevaux". 

Selon nos informations, pendant trois jours, la totalité des chevaux va donc être saisie. Les propriétaires ont été avisés ce matin de la saisie des animaux. Un périmètre de sécurité a été installé autour du pré où se trouve les chevaux. Cinq gendarmes, avec l'appui d'un drone, sont présents sur place pour encadrer cette opération et maintenir à l'écart les propriétaires de chevaux. 
 

Pas de liens selon le parquet

Sollicité ce mardi soir, le procureur de la République d'Auxerre précise que l'opération de retrait des chevaux en cours a été initiée par la direction des services vétérinaires de la DDCSPP en raison d’infractions relevées ces derniers mois pour mauvais traitements. Plusieurs propriétaires sont concernés. Cette affaire n’a pas de lien avec les différentes condamnations en juin 2019 selon le parquet. 

L'enquête est confiée à la gendarmerie de Vezelay. Mais pour l'instant, aucune poursuite n'a été engagée fait savoir le parquet. Personne n'a pour l'instant été cité à comparaitre devant le tribunal. Mais les propriétaires, qui sont présumés innocents, devront s'expliquer concernant les infractions relevées. 

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Pendant le confinement, les chasseurs pourront bénéficier de dérogations !

Publié le par Ricard Bruno

Il ne manquait plus que ça les "CHIASSEURS" pourront s'en donner à cœur joie à flinguer tout ce qui bouge, quand je vous dis qu'on a un gouvernement de bras cassés, je suis en dessous la vérité, les lobbies des chiasseurs ont encore frappé! QUELLE HONTE !

Bruno Ricard 

Pendant le confinement, les chasseurs pourront bénéficier de dérogations !

Pour Bérangère Abba, secrétaire d’État à la biodiversité, il s'agit d'éviter la "prolifération des populations de grand gibier comme les sangliers ou les chevreuils".

CONFINEMENT - Les chasseurs pourront bénéficier de dérogations au confinement pour éviter la “prolifération” de sangliers ou de chevreuils, responsables d’importants dégâts sur les cultures, a indiqué ce dimanche 1er novembre le secrétariat d’État à la biodiversité.

“Pendant cette période de confinement, nous nous devons d’éviter un accroissement des dégâts faits aux cultures, aux forêts et aux biens par une prolifération des populations de grand gibier comme les sangliers ou les chevreuils”, a déclaré la secrétaire d’État Bérangère Abba dans un communiqué.

“C’est uniquement à cette fin et sur demande de l’autorité administrative que des actions de chasse pourront avoir lieu dans les prochaines semaines”, a-t-elle ajouté.

 

Pendant le confinement, les chasseurs pourront bénéficier de dérogations !

Pas de chasse à courre

Chaque année, les chasseurs doivent payer des millions d’euros d’indemnisation aux agriculteurs pour les dégâts causés par les sangliers. Dans ce contexte, après la publication des règles du confinement, des discussions avaient été entamées entre les autorités et la Fédération nationale des chasseurs (FNC), qui met en avant sa mission de service public liée à cette régulation du grand gibier.

Ces actions de régulation du grand gibier seront décidées à l’échelon local par les préfets en lien avec les acteurs locaux pour “définir dans chaque département les objectifs de prélèvement”, a précisé le secrétariat d’État. Ces prélèvements ne pourront être effectués que par des battues et du tir à l’affût, pas par l’organisation de chasse à courre.

“Je ne veux pas qu’on dise que les chasseurs dérogent à quoi que ce soit et continuent de pratiquer la chasse, ce n’est pas ce qu’on a demandé. Mais si on n’y va pas, comment on va faire?”, a déclaré dimanche à l’AFP le président de la FNC, Willy Schraen.

Des consultations pour “préciser les conditions sanitaires”

Selon lui, entre un tiers et un quart des prélèvements de grand gibier sont effectués en France au mois de novembre. “Normalement, rien que pour les sangliers, on doit en tuer 500.000 avant la fin de l’année. Vous imaginez si on ne va pas à la chasse! Ca fait 500.000 sangliers en plus sur le territoire, peut-être autant de chevreuils”, susceptibles de causer des dégâts dans les champs au printemps, a-t-il insisté.

Les discussions avec les préfets pourraient concerner selon lui “six ou sept espèces susceptibles de poser des problèmes”: sangliers et chevreuils, mais aussi d’autres cervidés, ainsi que les lapins, les lièvres, les faisans ou les pigeons dans certains départements. 

Les consultations locales permettront également de “préciser les conditions sanitaires et gestes barrières à respecter lors de ces actions exceptionnelles de chasse”, a précisé le secrétariat d’État.https://www.huffingtonpost.fr/entry/confinement-chasseurs-derogations_fr_5f9ec9fbc5b616c2f315cd28?fbclid=IwAR07I_m8nmokrdWyDwbVONPk_lOu9Z_csIfLRdRw5TyhNAE6JOal305sUJk

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

TAXER LA VIANDE POUR LUTTER CONTRE LES PANDÉMIES

Publié le par Ricard Bruno

TAXER LA VIANDE POUR LUTTER CONTRE LES PANDÉMIES
Le 29 octobre 2020, l’IPBES (Plateforme Intergouvernementale Scientifique et Politique sur la Biodiversité et les Services Ecosystémique) a publié un rapport* majeur sur la biodiversité et les pandémies rédigé par 22 grands experts mondiaux. La Fondation Brigitte Bardot vous détaille cette étude !

DES CHANGEMENTS NÉCESSAIRES

L’objectif de ce rapport : préparer les gouvernements du monde entier à la multiplication des pandémies en identifiant, d’une part, les facteurs de risque (y compris déforestation et commerce des espèces sauvages) et en proposant, d’autre part, un plan d’actions visant à anticiper et limiter l’impact des prochaines pandémies.

D’après ce rapport d’experts, s’il n’y a pas un changement radical dans l’approche globale de la lutte contre les maladies infectieuses, dans les prochaines décennies les pandémies se propageront plus rapidement, feront plus de dégâts à l’économie mondiale, seront plus nombreuses, plus meurtrières que la COVID-19.

ACTIVITÉ HUMAINE MEURTRIÈRE

Pour le Dr Peter Daszak, qui a présidé les travaux de l’IPBES pour ce rapport, « les mêmes activités humaines, qui sont à l’origine du changement climatique et de la perte de biodiversité, entraînent également le risque de pandémie par leurs impacts sur notre environnement ». Sont visés en particulier l’expansion et l’intensification de l’agriculture, la déforestation pour la production d’aliments destinés aux animaux d’élevage…

D’après le Fonds Mondial pour la Nature, la destruction de l’Amazonie par le feu est orchestrée par l’agro-industrie, encouragée par le président brésilien d’extrême droite Bolsonaro. L’objectif de ces incendies est de « libérer » des terres afin de produire de la nourriture destinée aux animaux parqués dans des élevages intensifs.

L’Union européenne a une responsabilité majeure dans cette catastrophe écologique, ses Etats membres seraient responsables de 36% de la déforestation liée au commerce mondial de produits agricoles. La France importe ainsi plus de 3 millions de tonnes de soja pour l’alimentation de ses animaux d’élevage, participant directement à la déforestation de l’Amazonie.

 

PRÉVENIR PLUTÔT QUE GUÉRIR

Le rapport publié par l’IPBES propose différentes mesures qui peuvent être prises par les dirigeants en partant du principe que « le risque de pandémie peut être considérablement réduit en réduisant les activités humaines qui entraînent la perte de biodiversité, par une plus grande conservation des aires protégées et par des mesures qui réduisent l’exploitation non durable des régions à forte biodiversité. »

Pour les chercheurs, traiter la pandémie après son apparition est 100 fois plus couteux que prendre des mesures préventives. Parmi les mesures préconisaient dans le rapport des experts :

  • S’assurer que le coût économique des pandémies est pris en compte dans la consommation, la production et les politiques et budgets gouvernementaux ;
  • Permettre des changements pour réduire les types de consommation, l’expansion agricole mondialisée et le commerce qui ont conduit à des pandémies ; cela pourrait inclure des taxes ou des prélèvements sur la consommation de viande, la production animale et d’autres formes d’activités à haut risque de pandémie ;
  • Réduire ou éliminer les espèces à haut risque de maladie dans le commerce des espèces sauvages ; renforcer l’application de la loi dans tous les aspects du commerce illégal d’espèces sauvages et améliorer l’éducation de la communauté dans les zones sensibles aux maladies sur les risques pour la santé du commerce d’espèces sauvages ;
  • Valoriser l’engagement et les connaissances des communautés locales dans les programmes de prévention de la pandémie, atteindre une plus grande sécurité alimentaire et réduire la consommation de la faune…
  • LES LEÇONS À EN TIRER

    En conclusion, le réchauffement climatique, la perte de la biodiversité, la multiplication des pandémies, tout cela est lié aux activités humaines, notamment l’intensification de l’agriculture, la production de produits carnés, y compris d’espèces exotiques. 

    La COVID-19 et les prochaines pandémies pourraient n’être que l’effet boomerang de notre surproduction et surconsommation.

    Fondation Brigitte Bardot surconsommation pandemiea

     

    Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Le gouvernement reconduit le même quota d’abattages de loups pour l’année 2021

Publié le par Ricard Bruno

Un loup au zoo de Mulhouse (image d'illustration).

Un loup au zoo de Mulhouse (image d'illustration).

Une nouvelle fois ce gouvernement va autoriser l'abattage de loups sur notre territoire, mais quelle honte, ce n'est pas possible de voir ça ! mais que faut il faire pour que cesse pour toujours ces meurtres organisés !

Bruno Ricard 

 

Une centaine de loups vont pouvoir être tués en France en 2021, a annoncé le gouvernement dans un arrêté publié jeudi au Journal officiel. Soit très précisément 19 % de la population totale de ces animaux, comme en 2020.

Si ce plafond est atteint avant la fin de l’année civile, il pourra être porté à 21 % pour les seuls tirs de défense, précise le texte. Ces chiffres avaient été proposés en juin par la préfecture d’Auvergne-Rhône-Alpes, chargée de la gestion du loup sur le plan national, qui s’était félicitée à cette occasion d’une stabilisation du nombre d’attaques sur les troupeaux perpétrées par les loups en 2019.

580 loups en France, l’espèce toujours menacée

En 2019, le quota, fixé initialement à 90 loups pouvant être abattus, avait été relevé à 100. Pour 2020, le plafond est fixé à 98 loups. Au 20 octobre, 94 loups avaient déjà été abattus, selon les chiffres de la préfecture en charge.

L’Office français de la biodiversité (OFB) avait estimé en juin la population de loups gris en France à 580 animaux adultes, contre 530 un an plus tôt. Le rythme de progression de cette espèce menacée – et donc protégée – a toutefois ralenti comparé à 2019, pour des raisons devant encore être étudiées.

Le Conseil national de protection de la nature avait donné en juillet un avis défavorable à cet arrêté, estimant notamment qu’il « traduit la volonté de l’Etat, non pas d’utiliser les possibilités dérogatoires pour prévenir les dommages, mais de maximiser les destructions de loups pour freiner le développement de sa population ». Ces carnivores, éradiqués par l’homme dans les années 1930 et revenus naturellement par l’Italie dans les années 1990, se concentrent dans les Alpes, le Sud-Est et l’Est.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Hong Kong doit durcir ses lois pour lutter contre la contrebande d'animaux sauvages

Publié le par Ricard Bruno

Des défenses d'éléphants saisies à Hong Kong et montrées à la presse le 1er février 2019

Des défenses d'éléphants saisies à Hong Kong et montrées à la presse le 1er février 2019

C'EST DE PIRE EN PIRE, LA TERRE SE VIDE DE SES ANIMAUX MARRE DE TOUT CES TRAFICS, DES MILLIONS DE VIES SACRIFIEES POURQUOI FAIRE? SIMPLEMENT POUR LA CUPIDITE ET LE FRIC !

Bruno Ricard 

Selon des chercheurs, l'ex-colonie britannique, véritable plaque tournante du commerce international des espèces animales menacées, doit durcir sa législation en matière de lutte contre le trafic d'animaux sauvages.

Les autorités hongkongaises doivent durcir leur législation en matière de lutte contre le trafic très lucratif d'animaux sauvages, ont déclaré vendredi des chercheurs.

L'ex-colonie britannique est une plaque tournante du commerce international des espèces animales menacées telles que les éléphants, les rhinocéros ou les pangolins notamment en raison de son port, un des plus importants au monde, et de ses multiples liaisons en termes de transport.

La plupart de ces espèces de contrebande sont destinées aux consommateurs chinois.

Si des saisies records ont été effectuées ces dernières années, elles masquent en réalité une absence de progrès en la matière, pointent des chercheurs de l'Université de Hong Kong.

"Aucun trafiquant d'espèces sauvages n'a jamais été poursuivi pour des infractions liées au blanchiment d'argent et aucune organisation criminelle n'a été inculpée pour contrebande d'espèces sauvages", soulignent-t-ils.

Les principales lacunes du territoire semi-autonome en matière de lutte contre ce commerce, qui pèse des millions de dollars, ont été pointées dans une étude menée par Amanda Whitfort, professeur à la faculté de droit de l'université, et Fiona Woodhouse, de la société pour la prévention de la cruauté envers les animaux.

Le problème le plus flagrant, selon cette étude publiée vendredi, est que la contrebande d'espèces sauvages n'est pas classée dans la catégorie des crimes graves comme le trafic de drogue ou d'êtres humains.

Les amendes infligées aux contrebandiers peu élevées

Pour cette raison, les amendes infligées aux contrebandiers d'animaux sauvages ne sont pas très élevées et se montrent donc peu dissuasives.

Ces chercheuses estiment également que si ce type de trafic était réprimé par la législation contre le crime organisé, cela permettrait de mieux enquêter.

Ces sept dernières années, les douanes de Hong Kong ont saisi pour plus de 767 millions de dollars hongkongais (83 millions d'euros) d'espèces sauvages faisant l'objet de ce type de trafic, dont 22 tonnes d'ivoire, 70 tonnes de pangolin et 66 tonnes d'autres espèces menacées, selon ce rapport.

Mais, si les saisies ont augmenté, le nombre de poursuites judiciaires demeure bas.

Par rapport à nombre de juridictions étrangères, les peines prononcées à Hong Kong ont été "clémentes, les emprisonnements rares et la plupart des contrevenants condamnés à des amendes inférieures à 10% de la valeur de la contrebande passée en fraude".

En mai 2018, la peine maximum pour trafic d'espèces en danger a été portée à dix ans d'emprisonnement et à 10 millions HKD d'amende. Ce qui, selon des détracteurs, est une peine inférieure à ce qui se pratique au niveau international.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot : "La cause animale s’accélère en France : c’est du jamais vu !"

Publié le par Ricard Bruno

Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot : "La cause animale s’accélère en France : c’est du jamais vu !"

Référendum pour les animaux, vente d’animaux en ligne, Covid-19… La Fondation Brigitte Bardot est plus active que jamais en 2020, et continue sa lutte acharnée pour faire avancer la cause animale ! Christophe Marie, porte-parole de la Fondation, a partagé les missions actuelles de cette institution historique avec la rédac de Wamiz.

La rédac de Wamiz a eu la chance d’interviewer Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot, pour échanger au sujet de la condition animale en France, le référendum pour les animaux, et l’évolution de la législation dédiée au bien-être animal.

Découvrez les nombreux engagements de cette institution, et tout le travail de ses équipes pour aider les animaux !

Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot : "La cause animale s’accélère en France : c’est du jamais vu !"

Quel impact a eu le Covid-19 sur le travail de la Fondation Brigitte Bardot ?

Comme nos refuges sont peu ouverts au public, nous avons pu continuer à gérer les adoptions plus ou moins comme d’habitude malgré la crise sanitaire. Nous avons constaté un pic des demandes d’adoption au moment du confinement, mais sinon, nous n’avons pas eu de situation particulière au niveau des adoptions ou abandons.

Comme nous avons beaucoup de salariés au niveau des refuges, nous avons mis en place un processus de roulement pour limiter la présence de trop de personnes à la fois.

Aussi, lorsque le gouvernement a mis en place l’attestation de sortie, initialement bien trop contraignante, nous sommes intervenus auprès du ministère de l’Agriculture pour faire modifier le document afin qu’il permette aux protecteurs des chats libres et aux propriétaires d’équidés placés en pâtures, de pouvoir assurer les soins aux animaux. Nos contacts ont été très réactifs et l’attestation de sortie modifiée en conséquence.

Notre travail auprès des instances politiques a été impacté car toutes les institutions étaient fermées. Nous avons dû décaler beaucoup de nos rendez-vous, mais dans l’ensemble, la Fondation a continué à travailler comme d’habitude.

Comment la Fondation Brigitte Bardot s’implique-t-elle pour les chiens, chats et rongeurs ?

Nous avons deux refuges pour les chiens et chats, et un troisième davantage consacré aux animaux de ferme mais qui dispose d’une chatterie. Nous faisons adopter les animaux avec l’aide de nos enquêteurs bénévoles qui effectuent un suivi pour s’assurer du bien-être des animaux sur le long terme.

Nous menons également des campagnes de stérilisation de chats errants, ce qui représente un des plus gros budgets de la Fondation. En liaison avec des acteurs locaux qui font un super travail de trappage des chats, nous stérilisons 14 000 chats errants chaque année en France.

Nous prenons également en charge des NACs, dont des chinchillas ainsi que des lapins, qui font partie des animaux les plus abandonnés.

Malheureusement, en ce qui concerne les lapins, les propriétaires craquent pour la boule de poils avant de se rendre compte que ces animaux ne sont pas si simples à gérer que cela. Ils grignotent absolument tout, et ne doivent pas vivre en cage pour autant.

Il y a énormément d’abandons de lapins domestiques dans les parcs publics, où ils meurent ou se reproduisent entre eux jusqu’à devenir un vrai problème. C’est arrivé dans le Parc bordelais il y a quelques années, où 3000 lapins détruisaient les arbres et ont fini par être chassés par des furets introduits par la Ville de Bordeaux. Nous avons un vrai travail de sensibilisation à mener auprès des acheteurs de lapins.

Pour vendre un animal en ligne, il faut être un éleveur professionnel, déclaré, avec un SIRET. Mais les annonces frauduleuses en ligne sont souvent présentées comme des dons de particuliers !

Une fois que les personnes intéressées répondent aux annonces, on leur demande en général 300 euros pour couvrir les frais de vaccination et d’identification fictifs. Cela complique beaucoup les choses, car nous ne pouvons pas appeler toutes les personnes qui disent qu’ils offrent des chiots sur le Bon Coin.

Nous avons essayé de mettre des choses en place avec les réseaux sociaux sur lesquels on trouve ce type d’annonces, et nous avons reçu Le Bon Coin deux fois à la Fondation.

Malheureusement, ils n’ont aucune volonté de contrôler les ventes d’animaux de compagnie sur leur site. Tant qu’un cadre légal n’est pas instauré, cela reste autorisé. L’identification des animaux permet d’en savoir plus sur les origines de l’animal, mais ce n’est pas si simple à mettre en place.

En ce qui concerne les animaleries où les animaux sont maltraités, nous avons remis un rapport au ministère de l’Agriculture qui a permis la fermeture de bon nombre d’animaleries situées quai de la Mégisserie à Paris. Aujourd’hui, il y en a nettement moins qu’il y a 10 ans, et c’est déjà très positif !

La Fondation Brigitte Bardot est partenaire du projet de référendum pour les animaux. Pourriez-vous nous parler des objectifs de ce référendum en ce qui concerne les chiens, chats et rongeurs ?

Les chiens ne sont pas du tout épargnés par l’expérimentation animale en France. D’après les dernières statistiques publiées par le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, 4219 chiens, 1185 chats, 131 587 lapins et 41 727 cochons d’Inde ont été expérimentés en 2018.

Nombreuses expérimentations menées sur les chiens sont classées parmi les procédures sévères ou sans réveil. Celles qui entraînent le plus de souffrances, c’est le cas notamment des chiens « myopathes » qui sont condamnés à mourir dans une longue et douloureuse agonie.

De gros élevages sont créés en France pour alimenter les laboratoires, et des animaux sont également importés d’élevages à l’étranger. Air France est l’une des dernières compagnies qui accepte le transfert de chiens, primates et autres pour l’expérimentation animale, alors que la majorité des compagnies aériennes ont arrêté ce commerce.

Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot : "La cause animale s’accélère en France : c’est du jamais vu !"

Avez-vous remarqué une accélération de l’avancement de la cause animale en France ?

Oui, c’est du jamais vu ! D’habitude, les propositions de loi sur les animaux n’arrivent jamais jusqu’à débat, mais aujourd’hui, ça s’accélère !

Des parlementaires, comme le député Loïc Dombreval, mais aussi des membres du gouvernement, comme la ministre de l’Ecologie Barbara Pompili, ont des outils plus traditionnels que le référendum pour les animaux qui leur permettent d’agir sur une échelle nationale. Et si cela permet aux animaux d’être mieux traités, nous sommes très contents !

Loïc Dombreval est en train de développer toute une proposition de loi spécifique aux animaux de compagnie, et nous travaillons avec lui pour qu’elle soit débattue en début d’année prochaine. Brigitte Bardot vient d’ailleurs d’intervenir auprès du Président Macron pour lui demander de soutenir cette démarche. L’objectif, c’est d’être plus sévère sur la vente d’animaux de compagnie, et d’encourager la stérilisation.

>>> Le député Loïc Dombreval dépose un projet de loi audacieux pour améliorer le bien-être animal

Ces propositions de loi étaient déjà dans les tiroirs depuis un moment, et en sortent aujourd’hui en partie grâce à l’impact du référendum pour les animaux, qui a été un moteur de changement.

Quelles évolutions sont prévues pour le référendum des animaux ?

Au vu des récentes annonces de la ministre de l’Ecologie au sujet de l’interdiction des animaux sauvages dans les spectacles, nous allons retravailler certains articles du référendum pour les animaux.

Nous aimerions mieux développer la partie sur l’expérimentation animale, pour la rendre cohérente avec les mesures déjà prises, car la réglementation européenne s’inscrit déjà dans l’esprit de privilégier les alternatives à l’expérimentation animale quand cela est possible.

Nous aurions voulu inclure l’interdiction de la corrida dans nos propositions, mais cette idée rencontre une réaction violente de la part de certains parlementaires qui estiment qu’on « mélange tout ».

Si on l’avait inclus, on n’aurait jamais recueilli les 185 signatures de parlementaires. Déjà, ce sera très difficile pour nous d’aller au-delà des 140 signatures, et ce en partie à cause de l’interdiction de la chasse à courre qui pose problème.

Nous sommes entrés dans une phase où les parlementaires qui n’ont pas signé observent la situation avant de décider s’ils nous soutiendront ou non.

Il existe de fortes oppositions au sein des députés sur ce sujet, et la mobilisation menaçante des chasseurs et de certains éleveurs ne fait rien pour arranger les choses. Il y a des manifestations devant les permanences et domiciles de certains élus !

Nous faisons face aux lobbys de la chasse et de l’agriculture intensive qui sont très installés et qui voient le rapport de force basculer. Ils se sentent menacés par cette nouvelle génération d’élus qui arrivent plus facilement à se positionner sur les questions de bien-être animal car ils peuvent s’appuyer sur des scientifiques, journalistes et entrepreneurs qui défendent les animaux aux côtés des associations. Cela fait accélérer le mouvement !

Il y a 20 ans, c’était « ridicule » de défendre les animaux. Aujourd’hui, on est dans une dynamique positive et on voit que les choses bougent ! On va dans la bonne direction !

*

Un grand merci à Christophe Marie de la Fondation Brigitte Bardot pour ces éclairages passionnants et son engagement pour la cause animale !

Si vous souhaitez apporter votre soutien au référendum pour les animaux, vous pouvez vous inscrire sur referendumpourlesanimaux.fr, et en parler autour de vous pour lui apporter de la visibilité !

Lien de l'article : Cliquez ICI

Dunkerque : le pêcheur qui avait frappé un bébé phoque finalement condamné par la justice

Publié le par Ricard Bruno

Le dimanche 15 septembre 2019, un bébé phoque était retrouvé sur la plage de Malo-les-Bains, en mauvaise posture, par des promeneurs. L’animal était blessé à la tête. Ces mêmes riverains avaient aperçu un pêcheur lui donner plusieurs coups de pied.

Ce mardi matin, quelques militants sont venus symboliquement manifester devant l’entrée du tribunal de Dunkerque.

Ce mardi matin, quelques militants sont venus symboliquement manifester devant l’entrée du tribunal de Dunkerque.

Interpellé, l’homme a finalement été condamné ce mardi matin par le tribunal de Dunkerque. Il écope de 140 heures de travail d’intérêt général à effectuer dans un délai de dix-huit mois. S’il ne les fait pas, il encourt une peine de deux mois de prison. L’homme devra également verser un total de 1 900 € de dommages et intérêts à six associations, dont Sea Sheperd, Trente Millions d’amis, la SPA, et la Fondation Brigitte Bardot. Il devra également leur verser un total de 2 300 € au titre de remboursement des frais d’avocat.

Pour rappel, le dimanche 15 septembre 2019, un bébé phoque avait été retrouvé sur la plage de Malo-les-Bains, en mauvaise posture, par des promeneurs. Emmené dans les locaux de la Ligue de protection des animaux (LPA) du Calaisis, qui possède un bassin, l’animal, amaigri, avait été pris en charge par les soigneurs. Las, si l’état du phoque, baptisé Lætitia par les soigneurs, avait semblé stable durant les 48 premières heures, il s’était finalement détérioré dans les jours suivants. Malgré les soins prodigués, Lætitia était finalement décédée.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0