Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1224 articles avec action protection animale

Des militants de la Fondation Bardot manifestent au Parc Astérix

Publié le par Ricard Bruno

C'est une animation qui n'était pas prévue au programme à laquelle a eu droit le public du spectacle des dauphins, hier, au Parc Astérix, à Plailly (Oise).

Source : Le Parisien Cliquez ICI

Egalement article dans "Le Courrier Picard" :

Dix militants de la fondation Brigitte-Bardot, sont intervenus, ce dimanche 6 juillet, en tenue de bagnards au parc Astérix durant le spectacle des dauphins. Ils entendaient dénoncer les conditions de vie de ces animaux et la « forte mortalité observée depuis l’ouverture du parc ». « Priver des animaux de leur liberté, les réduire à l’esclavage dans des bassins et en faire une attraction, c’est intolérable ! Nous appelons les visiteurs à boycotter ce parc tant que des animaux y seront prisonniers », déclarent ces défenseurs de la cause animale. La présidente de l’association, Brigitte Bardot, a profité de cette action symbolique pour transmettre un courrier à la ministre de l‘Écologie, Ségolène Royal, pour demander la fermeture des delphinariums, « tous incompatibles aux besoins de ces merveilleux symboles de liberté«".

Source : Cliquez ICI

Des militants de la Fondation Bardot manifestent au Parc Astérix

Partager cet article

Repost 0

Des Nouvelles de GLAMA dont je suis le parrain...

Publié le par Ricard Bruno

~~Saluons aujourd'hui nos premiers adhérents, et leurs désirs sincères d'aider à payer les soins médicaux lourds parfois chez nos vétérinaires partenaires, pourtant extraordinairement compétitifs, une des vraies force de notre association, qui a laborieusement mis en place ce partenariat. La note sera conséquente lorsque les factures seront honorées avec notre toute nouvelles Carte Bleue flambant neuf, à recevoir la semaine prochaine ! Des stérilisations, microship, passeports, vaccins, médicaments, analyses, toilettage, alimentation de premier choix, associée à toutes les friandises imaginables pour leur faire des petits plaisirs, vous pouvez avoir totale confiance, mieux lotis qu'eux maintenant, c'est impensable, ils sont bichonnés ! Les Galgos de GLAMA passent de l'enfer au paradis, rien ne leur manque et ne leur manquera jamais, nous y veillons en permanence. Et si demain, vous aussi, étiez à l'origine de leur nouveau destin, dans une prochaine liste ? Mercis Helen Patricia Barton, Dany Hureaux, Marion Billeaud, Fanfan du Cher, Françoise Laugier, Gigi d'Akwabarts, Jean-Michel Mouton, Le mIroir du temps, Vincent Voyance, Bastien Botrel et Premier Cadeau.com, Nadette et Robert Benoist, Jean-Michel Moreau, Annick Riner, Barbie Weeks, Joyce Cazes, Patricia Arnaud, Paule Lorenzi, toutes ces belles personnes ont fait un don "matériel", certains très importants, mais comme vous le savez, l'essentiel est de nous encourager en devenant membre, il n'existe pas de "petits" dons, Françoise notre adorable Fondatrice, me communiquera cet après-midi la synthèse de son voyage en France. Sachez qu'elle consacre une énergie énorme à lancer de multiples projets, et je lui renouvelle toute ma reconnaissance, tant elle est volontaire et solide pour s'investir autant, un peu comme un devoir, une mission, elle a à coeur que nos chiens-chéris aient une vie dorée, en cela en autre, Françoise est véritablement admirable, et elle a déjà tant donné ! D'autres promesses de dons sont en cours, pardon de ne pas vous inclure déjà à cette liste de personnes formidables, je vous mentionne avec un immense merci comme partenaires, qui vraiment méritent largement autant d'en souligner tout votre généreux investissement pour nos doux Anges-Galgos, Mercis encore à notre Parrain Bruno Ricard, sans qui rien n'existerait aujourd'hui, à l'UFE Andalousie,sa Présidente si investie, Isabelle Betton Verrey ainsi que son équipe, à Rocio Martin Garcia, notre expert-comptable, Juan Rueda, Amy et Annie Cummings, Matias et Monica Gil, Cédric Paquet, Mélanie Sazotto, Katrynn et Karola Haensel, Jacky et Carlos Morris, Jean Pascal Bichon, Nathalie Lorente, William Wavrat, Jasmin So et Matias Portellano, Jérémy, Martine, Patrick et Alizée Dupeyrat, et bien sûr nos vétérinaires : les Docteurs Juan Fco Bernal Galveno, à Mascota la Trocha, les 8 Docteurs Vétérinaires dont son représentant le Docteur Jésus Lopez, de l'Hôpital Vétérinaire d'Alhaurin El Grande, Les Docteurs Hector De Celis et Antonio Urvet de la Clinique de Marbella, mes ex-vétérinaires de la Côte d'Azur, avec Christelle et les Docteurs Michèle Vian et Dc Beauvois, Le Docteur Poisson, puis les Docteurs vétérinaires de ma région natale de Bressuire, et leur équipe, à savoir le Docteur Lucie Ravillon pour son accueil formidable dans sa salle de conférence, et la Clinique de Bel Air, pour avoir donné des médicaments afin de soigner nos toutous adorés ! Partout, on nous réserve tant de gentilles attentions, vous êtes si merveilleux ! Vive GLAMA, ses Anges-Galgos de Marbella et merci d'exister, si proches de nous en pensées ! Oléé !

Facebook : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Trafic et maltraitance d'animaux : sept animaleries de Paris perquisitionnées

Publié le par Ricard Bruno

La police et les douanes judiciaires mènent depuis mardi matin des perquisitions dans sept animaleries situés quai de la Mégisserie, près de Châtelet (1er arrondissement). Ces magasins sont visés par une enquête mettant en cause les conditions de vente, de détention et de commercialisation des animaux. Quatre personnes ont été placées en garde à vue.

Les conditions de vente et de détention des animaux de plusieurs animaleries du centre de Paris sont pointées du doigt.

Les conditions de vente et de détention des animaux de plusieurs animaleries du centre de Paris sont pointées du doigt.

Les animaleries du centre de Paris seront-elles condamnées à fermer ? C'est sans doute le sort qui sera réservé à plusieurs d'entre elles si l'enquête menée par le Groupe d'Intervention Régional (GIR) et le Service national de douane judiciaire (SNDJ) d'Ivry visant les conditions de vente, de détention, et de commercialisation des animaux porte ses fruits. Ainsi, selon une information France Info ce mardi, des perquisitions menées à l'initiative des services de police et des douanes judiciaires ont eu lieu ce mardi dans plusieurs animaleries du quai de la Mégisserie (1er). Selon nos informations, quatre personnes ont été placées en garde à vue : Jean-Pierre Lieuvin, le propriétaire des plusieurs animaleries ("L'oisellerie du Châtelet", "La Perruche Bleue", "Le Paradis des Oiseaux" et "L'Aqualumineux" notamment), le cogérant et deux vétérinaires. La SPA au secours des chiots et chatons Une source proche du dossier indiquait que, depuis deux ans, le commissariat du 1er arrondissement avait reçu plusieurs plaintes visant ces magasins pour maltraitance d'animaux. "Il y a eu des centaines de plaintes et pas depuis deux ans mais depuis des années, a affirmé Julien Soubiron, responsable adjoint de la cellule anti-trafic de la SPA joint par metronews. Des clients achetaient sans le savoir des animaux malades et ne savaient pas quoi faire pour les soigner. Beaucoup sont morts peu de temps après la vente. Dans ces animaleries, des actes vétérinaires étaient réalisés par des salariés sans diplôme, et encore, quand ils étaient faits. Ici, le seul but était de faire de l'argent". Selon la SPA, les animaux venaient pour beaucoup de Hongrie, de Belgique mais aussi de République tchèque. "Ils étaient achetés à petits prix et souvent bien trop jeunes et revendus jusqu'à dix fois plus cher. Les chiots les plus mignons, les plus craquants, que tout le monde avait envie d'acquérir étaient ensuite placés dans les vitrines pour appâter le chaland" a déploré Julien Soubiron. "Ces sept magasins étaient pointés du doigt depuis des années indiquait la SPA ce mardi. Les animaux n'y ont jamais vécu décemment il est temps que l'on s'en occupe comme il se doit". Plus de 150 chiens et chats ont été pris en charge par la Société protectrice des animaux ce mardi. Ils devraient être prochainement placés dans des refuges et proposés à l'adoption. Déjà condamné Les animaleries du quai de la Mégisserie devraient, elles, garder porte close temporairement au moins. La SPA, qui demande purement et simplement la fermeture définitive de ces animaleries sur les quais tient à rappeler en outre que "le propriétaire de ces animaleries a déjà été sanctionné à plusieurs reprises pour maltraitance". En 2006, Jean-Pierre Lieuvin avait en effet été condamné à 5000 euros d'amende et une interdiction de trois ans d'exercer un métier en relation avec l'élevage d'animaux pour mauvais traitements ainsi que pour possession d'espèces prohibées. Quelques années plus tôt, en 2001, au cours de perquisitions réalisées dans le château Coupvray (Seine-et-Marne) appartenant à Monsieur Lieuvin, les enquêteurs avaient déjà découvert un élevage d'une quarantaine de chiens, tenu dans des conditions d'hygiène déplorables (cages sales, sans eau...). Dans des congélateurs, ils avaient également retrouvé plusieurs animaux morts notamment une panthère, un lama, des renards, des blaireaux ou des tortues qui, selon les enquêteurs, étaient destinés à des taxidermistes. Outre le trafic et la maltraitance envers les animaux, Jean-Paul Lieuvin serait également soupçonné "d'évasion fiscale" selon une source proche du dossier. Les hommes de la Brigade de contrôle et de recherches des impôts étaient en effet eux aussi sur place ce mardi matin.

Source : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

L'étrange disparition de 500 chats en Essonne...

Publié le par Ricard Bruno

Un collectif recense les disparitions constatées depuis deux ans dans le département, afin de pouvoir porter plainte. La SPA et la fondation Brigitte Bardot soutiennent la démarche des bénévoles.

L'étrange disparition de 500 chats en Essonne...

«J'ai perdu un premier chat en février, Malice, une européenne tigrée et pucée, raconte Sophie, du collectif Chats disparus 91 Essonne. J'ai alors fait toutes les démarches classiques: avis de recherche dans la rue, flyers dans les boîtes aux lettres… puis je me suis tournée vers Internet.» C'est là que la jeune femme constate le nombre inquiétant de disparitions de félins non loin de chez elle. «Mais c'est quand mon deuxième chat, Chupa, a disparu en avril, que je me suis dis qu'il y avait quelque chose d'étrange et qu'il fallait agir». En mai, elle cofonde avec Marion, également propriétaire malheureuse de chats, le collectif Chats disparus 91 Essonne. Leur but: recenser les «minets» perdus dans le département. Bien vite rejointes par deux autres bénévoles, ils tentent aujourd'hui de porter une plainte collective contre la disparition de près de 500 félidés en un peu plus de deux ans. Un trafic de félins dans la région? «Nous n'avons pas le chiffre précis, explique Sébastien, également membre du collectif. On recense les disparus grâce aux sites de recherche comme Pet alert ou chat-perdu.org mais on ne peut pas compter tous les avis de recherche chez les vétérinaires ou dans les rues…» Le bilan provisoire, sous-estimé, pourrait d'ailleurs augmenter avec la récente médiatisation du collectif. «En 24 heures, on a reçu plus de 60 messages sur le groupe facebook. Avant, on allait vers les gens pour recueillir leurs témoignages, maintenant ce sont eux qui nous sollicitent» détaille Sophie. Au petit collectif désormais de réussir à traiter toutes les informations. «On est en train de contacter les propriétaires pour leur faire remplir à tous une fiche de disparition et avoir leur accord pour porter plainte en leur nom.» Plusieurs hyptohèses, certaines fantaisistes, circulent pour expliquer ces disparitions. Chats kidnappés pour être mangés, revendus à des laboratoires pour des tests, dépecés pour leur peau… Le collectif, lui, refuse de verser dans le trop d'imagination. «On n'accuse personne car on n'a pas vraiment de piste. Tout ce qu'on dit c'est qu'il y a quelque chose derrière tout ça, probablement un trafic». Ce sera à la Justice, si une enquête est ouverte, de trouver les coupables. Une justice encore peu efficace pour les animaux En France, porter plainte pour la disparition d'un compagnon domestique est quasi-impossible: seule une plainte collective massive a une chance d'aboutir. «Si on est seul, on nous répond que ce n'est qu'un animal, qu'on ne peut pas porter plainte pour ça…» regrette Sophie. «Le statut des animaux a changé récemment, espérons que les choses évolueront sur le terrain!» En avril, le statut juridique des animaux dans la loi française est passé de «bien meuble» à «être vivant doué de sensibilité». Des associations comme la SPA ou la Fondation Brigitte Bardot soutiennent désormais les quatre bénévoles dans leur démarche de recensement et de plainte. Le collectif a alerté par lettre le procureur de la République de sa démarche, et attend d'avoir monté un solide dossier avant de pouvoir porter plainte. En 2012, on comptait 11 millions de chats en France. Un chiffre en constante augmentation qui conforte le mammifère à moustache à la première place des animaux domestiques préférés des Français.

Source : Lee Figaro.fr

Partager cet article

Repost 0

Ordonnance historique! pour le CRAC !

Publié le par Ricard Bruno

Ordonnance historique!

La mairie de Vic-Fezensac condamnée à payer 500 euros au CRAC Europe ! Une première ! Par un nouvel arrêté daté d’hier et communiqué seulement aujourd’hui, n° DG 2014/028, le maire de Vic-Fezensac rend nul et non avenu le premier arrêté qui interdisait nos manifestations avant même l’audience au tribunal. Nous remercions M. Le maire qui avait sans doute état bien mal conseillé par des aficionados aveuglés par leur passion coupable. Grâce à la diligence de maître Hélène Thouy, notre avocate, le soutien actif de juristes professionnels, la mairie de Vic-Fezensac a été condamnée à payer 500 euros au CRAC Europe au titre de l’article l 761-1. Et puisque la mairie avait supprimé son arrêté abusif avant même l’audience, c’est donc un non-lieu à statuer.

Nous pourrons par conséquent manifester demain dans la ville, de la place de la mairie jusqu’aux arènes, en pleine feria.

Pour le CRAC Europe Carole Saldain, déléguée 64 : 06 81 14 12 46

Jean-Pierre Garrigues, président : 06 75 90 11 93

Ordonnance historique! pour le CRAC !

Partager cet article

Repost 0

G L A M A...qui sommes nous?

Publié le par Ricard Bruno

Présentation de l'association G L A M A dont je suis le parrain...

QUOI ? Une énième association en faveur des Galgos ?

Alors qui est GLAMA et qui sommes-nous ? Allons-nous tout révolutionner et réinventer ? GLAMA se réinvente effectivement, avec un nouveau souffle, une nouvelle allure qui se veut décontractée, le tutoiement facile dans notre grande famille des amoureux des lévriers. Nous ne changerons certes pas tout, mais notre style est notre force, notre joie de vivre constitue un fabuleux héritage & trésor, pour s'en convaincre, nous avons tant réfléchi pour nous renouveler en puisant dans l'air du temps.

Oui, il y aura d'autres codes. Une carte de membre classique pour nos membres au tarif symbolique d'un euro par mois, pour adhérer à GLAMA, à 12 euros, pour nous aider à les sauver, qui vous donnera accès à des réductions que nous avons déjà commencer à mettre en place avec nos bénévoles, chez les toiletteurs, vétérinaires, boutiques d'articles pour animaux, ici ou ailleurs. Et La carte "OR", celle qui sera pour nos membres-privilèges qui auront adopté avec nous, que nous soignerons aux petits soins, ceux-là si ils le souhaitent auront un suivi des vaccins offerts chaque année. Ne jamais perdre de vue son socle fondateur de notre Fondatrice, Madame Françoise Botrel, énergie-optimisme-gaieté-partis pris et responsabilités... L'inépuisable envie, la curiosité et l'espoir d'un tel challenge pour nos sauvetages communs, repose sur l'humain, sur nous tous. Nous fourmillons d'idées pour vous informer, vous distraire, vous rendre service sur ce qui va exister bientôt : une new-letter sur messagerie, un site-Web, que nous allons créer. Autre bouleversement, et à pas des moindres, nous déménageons bientôt, pour une future "Hacienda de Los Angeles", exprès pour aller jusqu'au bout d'une aventure qui nous porte. Nos 12 chiens seront soit dans nos maisons, et un parc immense avec des boxes pour les autres à l'adoption verra le jour... C'est une histoire entre vous et nous qui va se transmettre si vous y participez, il faut nous faire connaître ! A toutes les grincheuses, car elles existent, et rares grincheux qui prédisent l'inutilité d'un rassemblement en association limpide, et honnête, nous voudrions un jour faire nos preuves et un démenti formel, nous voudrions opposer notre solide bon sens féminin(pardon pour notre Président Fred, dit l'homme qui murmurait à l'oreille des Galgos !) Notre singularité gêne. Mais GLAMA est aussi faite d'une relation que nous désirons passionnée ! Faite de fusions, de désaccords où vous avez la parole pour vous exprimer, critiquer et réfléchir, construire ! C'est vous qui allez fixer la cadence. La gravité de nos revendications pour nos Galgos valent toutes nos peines, il faut adhérer, aider GLAMA. Comme rien ne peut exister sans cela, aujourd'hui, je vous publie nos coordonnées bancaires, de notre compte espagnol, enfin ouvert depuis mardi dernier, rappelons la date des statuts de GLAMA qui sont publiés sur cette page : le 9 mai 2014. A votre appréciation, vous avez donc la liberté de DONNER à vot' bon coeur, nous parrainerons, nous nourrirons, nous logerons, nos bien aimés chéris grâce à VOUS ! Et comme on ne dit jamais assez les choses les plus simples, merci de vos partages, de votre fidélité, de vos témoignages, de vos engagements, merci de votre exigence qui force la nôtre.

MERCI !

ASOCIACION GALGOS LOS ANGELES

C/ ESCANDINAVIA 0544

29604 MARBELLA MALAGA

ESPAÑA

IBAN................:ES81 3058 0832 4427 2001 9437

BIC..................:CCRIES2AXXX

DATOS DE LA ENTIDAD

CODIGO DE ENTIDAD....:3058 CAJAMAR CAJA RURAL

PL. BARCELONA, 5 04006

ALMERIA ALMERIA ES ESPAÑA

CODIGO DE OFICINA....:0832 - BENALMADENA-COSTA

Lili & Fred

G L A M A...qui sommes nous?

Partager cet article

Repost 0

Adoption chez G L A M A !

Publié le par Ricard Bruno

Adoption chez G L A M A !

Pour tout renseignements page Facebook

Partager cet article

Repost 0

Les animaux bientôt plus considérés comme des meubles : c'est bien mais allons plus loin !

Publié le par Ricard Bruno

Depuis le 15 avril 2014, les animaux ne sont plus considérés comme des meubles. Une avancée ! Pourtant, cette loi ne change pas grand-chose sur le fond. Pour Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Bardot, il faut aller plus loin en l'appliquant aussi aux animaux sauvages. C'est la proposition de la députée Geneviève Gaillard. Notre contributeur l'a soutient et nous dit pourquoi.

Le 15 avril 2014, les médias faisaient largement écho de l’amendement "Glavany", adopté en 1ère lecture par l’Assemblée nationale, lors du vote sur le projet de loi relatif à la "modernisation et à la simplification du droit et des procédures dans les domaines de la justice et des affaires intérieures". Cet amendement modifie le code civil en sortant les animaux des biens meubles pour les soumettre au régime des biens corporels tout en les définissant comme des "êtres vivants doués de sensibilité". Il n’en fallait pas plus pour que certaines organisations crient victoire ! L'amendement "Glavany" ne changera rien De son côté, la Fondation Brigitte Bardot s’est montrée très critique quant à la portée réelle de cet amendement, visiblement téléguidé par le gouvernement, qui avait pour seul objectif d’établir une cohérence entre les différents codes. Le statut d’être sensible est en effet déjà reconnu à l’animal (domestique ou apprivoisé, ou tenu en captivité) dans le code rural et pénal, ainsi que dans le droit européen. Quel changement cet amendement "Glavany" apportera-t-il à la condition animale en France ? Pour la Fondation Brigitte Bardot la réponse est simple… Aucun ! Une proposition pour aller plus loin Le 3 juin 2014, la députée Geneviève Gaillard (présidente du groupe d’études), Laurence Abeille, Armand Jung et Alain Marsaud présentent, à l’Assemblée nationale, une proposition de loi visant à établir la cohérence des textes en accordant un statut juridique particulier à l’animal.

Si l’intitulé de la proposition semble peu innovant, à la lecture du texte, on perçoit un objectif bien plus ambitieux qui ne se limite pas à un dépoussiérage du code civil. Ainsi, il est rappelé que les animaux "sont des êtres vivants doués de sensibilité" et qu’ils doivent "bénéficier de conditions conformes aux impératifs biologiques de leur espèce et assurant leur bien-être/bien-traitance".

Là, il s’agit de l’harmonisation des textes, la suite est plus novatrice.

Des peines plus lourdes

Lors de la présentation du texte à l’Assemblée nationale, Geneviève Gaillard a déploré que les peines encourues pour le vol d’un animal étaient inférieures à celles prévues pour le vol d’un objet (véhicule…).

La proposition de loi prévoit donc de modifier le code pénal en conséquence en élargissant la compétence des articles 311-1 et 321-1 aux animaux et en ajoutant : "Le fait pour ces délits de concerner un animal est constitutif d’une situation aggravante".

Autre point très important, particulièrement pour les organisations de défense des animaux, l’article 521-1 du code pénal, qui punit les sévices graves et actes de cruauté sur animaux (jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30.000 € d’amende), serait désormais applicable aux animaux sauvages… Un point très important, probablement le plus important de toute la proposition de loi, car actuellement, les animaux sauvages ne bénéficient d’aucun statut de protection (hormis les espèces menacées).

Un autre volet de la proposition vise à faciliter le retrait, par les forces de l’ordre, d’animaux en souffrance afin de les confier à une fondation ou association reconnue d’utilité publique.

Une première étape…

Interrogée par la Fondation Brigitte Bardot, la députée Laurence Abeille reconnait que cette proposition de loi est aussi l’occasion d’ouvrir le débat parlementaire sur des pratiques cruelles qui doivent être abolies :

"À l’occasion d’un débat sur cette proposition, je redirai l’importance pour moi d’abolir les pratiques de spectacle qui ont pour objet la mort d’un animal dans des conditions cruelles"

Pour la députée, même si cet aspect ne figure pas dans le texte présenté à l’Assemblée nationale "cela en découle assez logiquement".

 

Partager cet article

Repost 0

Statut juridique de l'animal de compagnie...Contactez votre député !

Publié le par Ricard Bruno

Grâce à votre mobilisation, une première étape a été franchie le 15 avril dernier à l’Assemblée nationale qui a adopté provisoirement une nouvelle définition juridique de l’animal comme « être vivant doué de sensibilité » dans le Code civil. Mais, ne crions pas encore victoire car la réforme n’est pas encore adoptée. Alors qu’un vote définitif est prévu au Parlement dans les prochains jours, de nombreux opposants se mobilisent pour faire échouer l’adoption finale du nouveau statut juridique de l’animal dans le Code civil C'est pourquoi il est important d'attirer l'attention de votre député(e) sur la nécessité de soutenir cette réforme. Nous comptons désormais sur vous pour lui envoyer un courrier dans les prochains jours. La poursuite de votre mobilisation, par ce geste sous forme de lettre, est essentielle afin d’assurer que notre démarche commune aboutisse à la reconnaissance définitive du caractère vivant et sensible de l’animal dans le Code civil. Plus nous serons nombreux à écrire à nos élus, plus nous aurons de chances de faire définitivement adopter cette réforme de progrès et permettrons ainsi à la France de rejoindre d’autres grandes nations protectrices de animaux.

Chaque courrier envoyé à un député est enregistré par les services de l'Assemblée Nationale assurant ainsi sa traçabilité La symbolique du papier et son caractère officiel incitent l'élu à accorder une plus grande attention aux messages qui lui sont adressés Je sensibilise mon député par courrier

Je recherche l'adresse de mon député sur le site de l'Assemblée Nationale Cliquez ICI

Exemple de courrier en cliquant ci-dessous sur le site de 30 millions d'amis...ou ICI

Partager cet article

Repost 0

Alès 2014 ! CORRIDA BASTA !

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article

Repost 0