Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1239 articles avec action protection animale

Brigitte Bardot veut la fermeture des abattoirs de chevaux

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot a entièrement raison, le cheval ne doit plus être considéré comme un animal de boucherie, comment peut on encore imaginer une telle horreur à notre époque...

Vous pourrez retrouver dans : Var matin, Le Figaro, et le Parisien de ce jour l'appel poignant de Brigitte Bardot

Bruno Ricard

...

Brigitte Bardot, qui fêtera ses 80 ans le 28 septembre, s'est offert lundi de pleines pages dans la presse pour demander au gouvernement l'abolition de l'abattage rituel et la fermeture des abattoirs de chevaux. "Voilà les deux évolutions indispensables à notre époque que je demande aux gouvernements successifs depuis 30 ans. Il serait juste de me les accorder après tant d'années de suppliques et d'attente. Si je ne les obtiens pas, j'en conclurai que j'ai raté ma vie", écrit l'icône du cinéma français des années 50-60, dans une lettre ouverte adressée notamment au chef de l'Etat et au Premier ministre et publiée par Le Parisien, Le Figaro et Var Matin. Elle devait également paraître dans Le Monde, selon sa fondation. "Une proposition de loi visant à faire passer le cheval d'animal de rente à animal de compagnie, lui évitant ainsi l'abattoir, a été déposée fin juin 2013 à l'Assemblée (...). Je demande que cette proposition, restée lettre morte, soit prise en compte et débattue dans les plus brefs délais et qu'elle m'apporte enfin la satisfaction demandée", souligne BB, en photo avec Duchesse, "une jument qu'elle a sortie de l'abattoir et qui a vécu 40 ans à ses côtés". L'ancienne actrice, qui a abandonné le 7e art pour se consacrer à la défense des bêtes, demande aussi "la remise en application immédiate de la loi française et européenne exigeant l'étourdissement des animaux d'abattoir avant la saignée pour tous les animaux sans aucune dérogation pour les sacrifices rituels halal et casher". "J'ai rédigé moi même le texte et voulu une large diffusion car je veux que tout le monde le sache, ce sont mes dernières volontés", a expliqué à l'AFP Brigitte Bardot, précisant qu'elle devait s'entretenir par téléphone cette semaine avec François Hollande à ce sujet

Brigitte Bardot veut la fermeture des abattoirs de chevaux

Partager cet article

Repost 0

L’Europe vote la fin des subventions aux corridas!

Publié le par Ricard Bruno

Fantastique nouvelle : un vote de l’UE a décidé de supprimer les subventions à l’élevage des taureaux destinés aux corridas ! Il s’agit à ce stade d’un amendement (numéro 6334), déposé par Bas Eickhout (Greens/European Free Alliance). Il a été soumis au Comité de l’Environnement, de la Santé Publique et de la Sécurité Alimentaire (Environment Public Health and Food Safety Committee). Il a été adopté par les parlementaires européens avec une large majorité de 29 voix contre 11. Il est précisé : « Des subventions ne pourront pas être utilisées pour soutenir l’élevage ou le dressage de taureaux en vue de corridas. » Pour justifier cet amendement, il est dit dans le texte : « La Convention Européenne pour la protection des animaux d’élevage (Council Directive 98/58/EC) déclare que ces animaux ne doivent subir aucune douleur, blessure, peur ou détresse. De toute évidence, ces conditions ne sont pas remplies dès lors qu’il s’agit de taureaux destinés aux corridas. Par conséquent, ces taureaux ne sont pas éligibles pour les aides directes de la PAC (politique agricole commune). » Le nouveau budget doit maintenant être soumis aux membres du Parlement Européen lors de la prochaine session plénière, prévue à Strasbourg le 15 septembre.

Source : Humane Society International

Partager cet article

Repost 0

Céline Dion choisit la corrida pour illustrer son prochain album !

Publié le par Ricard Bruno

L’ALLIANCE ANTICORRIDA LANCE UN APPEL AU BOYCOTT DU PROCHAIN ALBUM DE CELINE DION.

La chanteuse a choisi le matador Tejela pour illuster son prochain album et projette même de faire réaliser et financer la réplique des arènes de Mexico à Vegas ! Pendant ses concerts le tueur apparaîtra dans ses oeuvres sur un écran géant !
Un tel manque de sensibilité paraît incroyable au moment même où de très nombreuses personnalités s’engagent contre la corrida et ont interpellé le gouvernement français à ce sujet !
Lisez l’article ci-dessous pour avoir les détails de ce triste et lamentable choix...

Adresse du fan club où vous pouvez envoyer un courrier :
Céline Dion International Fan Club
P.O. Box 551
Don Mills , Ontario
M3C 2T6
Canada

Maison de disques Sony
contact@sonybmg.fr (en français)
http://www.sonybmg.ca/feedback.cgi

Alliance Anti-corrida
B.P. 85
30009 NÎMES cedex 4 - France
Tél. & fax : 04 66 64 22 9

Partager cet article

Repost 0

French anti-bullfight activists jump in arena, beaten by police

Publié le par Ricard Bruno

Corrida BASTA !

Le site Internet Américain CNN parle de la manifestation de Tarbes!

BRAVO à celles et ceux qui se mobilise contre cette horreur!

Il faut que le monde ouvre les yeux sur cette monstruosité !

Bruno Ricard

French anti-bullfight activists jump in arena, beaten by police

~~French animal rights activists staged a spectacular stunt Saturday night in Maubourget, southern France, by jumping into a bullfighting ring at the start of the event, creating chaos and causing the temporary evacuation of the arena. The activists were brutalized by police. Four activists had to be evacuated by ambulance to a nearby hospital in Tarbes. All four were hospitalized and two were in “serious condition.” One activist suffered a fractured pelvis, a fractured tibia and fractured elbow. Another activist suffered a serious, open trauma to the head. A witness described how the young activist was severely beaten in the head by a bullfighting fan with a metal bar as fans watched and cheered. He said that a police officer returned the eyeglasses to the young man, who, dazed and bleeding profusely, walked off and fainted. SWAT police had been alerted earlier by authorities that the anti-bullfight group CRAC Europe, was planning a protest. A large police force was already in place at the entrance to the arena, stopping and searching ticket holders to weed out fans from activists. Despite the searches, over 150 activists disguised as aficionados (bullfight fans) managed to buy tickets and get inside the arena. The action citoyenne , or citizen’s action, was “intended to delay or stop the bullfight, where six bulls were to be stabbed to death,” said Roger Lahana, vice president of CRAC. “They were to jump in and disperse, making it more difficult for the police to catch them.” Police swarmed into the center of the ring, using tear gas and batons to remove the activists from the ring. “The air was so thick with tear gas,” recounted one activist on Facebook, “that the arena was fully evacuated.” The president of CRAC, Jean-Pierre Garriques, was arrested and held in police custody overnight. A female activist who did not want to be identified said that “the fans were beating us and the police were beating us. One cop dragged me by a leg while the other dragged me by my scarf, lifting me and strangling me. We were spit at and we women were called ‘whores’ by the aficionados.” Extricated from the ring, the 150 activists then attempted to encircle it where they were again attacked by police and by inebriated and violent bullfighting fans. “We were subjected to a never before seen level of violence not only from aficionados but from police. Four of us taken to the ER, others suffered brutal beatings and some could have been murdered by hate-filled aficionados. Activists were brutalized by police while they were already on the ground. Several aficionados attempted to throw activists over the side of the ring and luckily, were not able to.” ~Roger Lahana, Vice President, CRAC EUROPE Bullfighting is illegal in 90% of French territory and is punishable by two years in prison for animal cruelty. It is only allowed in restricted areas of southern France which grants certain towns a special judicial exemption. CRAC has scheduled more anti-bullfight protests for the remainder of the season and is working on several pieces of legislation to remove the remaining exemptions in order to abolish the blood sport throughout France. Police brutality and assault complaints are currently being filed.

Source CNN : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

La manifestation anti-corrida tourne mal près de Tarbes

Publié le par Ricard Bruno

Monsieur Valls, vos "miliciens...CRS" massacre des manifestants! quelle honte!

Vous êtes inapte à rester le 1er "sinistre" de cette France qui perd la boule!

En un mot comme en 100...CORRIDA...B A S TA !

...

Un groupe de militants a envahi les arènes de Maubourget pour empêcher la tenue du spectacle. Les forces de l'ordre ont dû intervenir. L'opération a fait quatre blessés dont un homme toujours à l'hôpital.

Pour voir la vidéo : Cliquez ICI

Reportage dans le journal de France 2 de 13h00, allez directement à 11mm et 04s : http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/13-heures/jt-de-13h-du-dimanche-24-aout-2014_671603.html

Partager cet article

Repost 0

Une victoire pour les corvidés et les mustélidés !

Publié le par Ricard Bruno

Le 30 juillet dernier, à la demande de plusieurs associations de protection de la nature, le Conseil d’État a annulé le classement de certaines espèces dites « nuisibles » dans certains départements établi par arrêté du 2 août 2012 du ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie. Ainsi, la pie bavarde n’est plus classée « nuisible » dans les départements de l’Aube, l’Aude, Calvados, en Dordogne, Isère, Marne, Seine-et-Marne et Rhône. La corneille noire ne le sera plus non plus dans les départements de l’Aude, Pyrénées-Orientales, La martre dans le Calvados, Dordogne, Lozère et Moselle. Le geai des chênes dans le département du Var. En ce qui concerne les petits mustélidés, la fouine n’est plus classée « nuisible » en Dordogne, Eure-et-Loir, Isère, Seine-Maritime et Rhône, La belette dans le Calvados. La Fondation Brigitte Bardot se félicite d’une telle décision tout en regrettant que tous les animaux classés encore nuisibles en France comme le renard puissent encore être chassés, tirés, piégés, déterres, assommés et enfumés pendant toute l’année via des méthodes plus cruelles les unes que les autres. Elle demande que la notion de « nuisible » soit abandonnée et qu’on reconnaisse enfin le rôle positif des petits prédateurs. Elle réclame également l’interdiction des chasses dites traditionnelles, de la chasse à courre et de la vénerie sous terre pour toutes les espèces animales ainsi que l’interdiction des pièges tuants. A notre époque, il est inconcevable que l’animal sauvage dans la nature n’ait toujours pas de droits en France. Tout comme l’animal domestique, l’animal sauvage doit être reconnu comme un être vivant sensible. - See more at: http://www.fondationbrigittebardot.fr/s-informer/especes-sauvage/actualites/classification-nuisibles2014#sthash.cht6rfei.dpuf

Partager cet article

Repost 0

Les orques vivent un enfer dans les parcs. J'ai vu les coulisses de Marineland : révoltant

Publié le par Ricard Bruno

Les orques vivent un enfer dans les parcs. J'ai vu les coulisses de Marineland : révoltant

En février 2010, en plein milieu d’un spectacle, une orque du parc aquatique Seaworld saisit sa dresseuse et l’entraîne sous l’eau. Elle meurt noyée. Le documentaire "Blackfish" diffusé sur Arte retrace la vie cette orque tueuse. À qui la faute ? Il y a une dizaine d’années, Marc a réalisé un stage à Marineland à Antibes. Pour lui, de toute évidence, les parcs sont responsables.

Édité par Louise Auvitu Auteur parrainé par Muriel Fusi

Il y a quelques semaines, j’ai eu l’occasion de visionner "Blackfish" ("L’orque tueuse" en français), diffusé sur Arte. Tout ce que j’ai pu voir dans ce documentaire a fait remonter à la surface mon propre vécu, car tout ce qui s’y dit est véridique. Ce film est une révélation. Je fais partie de la génération "Sauvez Willy". Depuis l’enfance, ce film a déclenché en moi une évidente passion pour les mammifères marins, que j’ai pu naturellement assouvir en allant régulièrement au parc Marineland d’Antibes, sur la Côte d’Azur dont je suis originaire. Une première ambition de devenir vétérinaire s’est par la suite mutée en désir d’étudier et de faire carrière dans la cétologie (l’étude des cétacés).

À 18 ans, mon bac S en poche, je me suis donc inscrit en première année de biologie à la fac de sciences de Nice. En cours d’année, l’occasion d’un stage s’est présentée, j’ai toute de suite pensé à Marineland. Malheureusement, cette expérience m’a fait revoir le bon cliché que j’avais des parcs zoologiques et l’idée fausse que je me faisais sur le traitement des animaux en captivité. Prévu aux orques, je me suis retrouvé aux manchots J’avais demandé au préalable de passer le temps de mon stage (10 jours) au bassin des orques. Dès mon premier jour, j’ai très vite déchanté : on m’avait affecté aux manchots, car il y avait "besoin de main d’œuvre". À l’époque, ils étaient cachés du public, enfermés et entassés dans un minuscule enclos en coulisse. Ils vivaient dans leurs excréments. Il s’y dégageait une odeur plus que nauséabonde. J’avais pour travail de les nourrir, notamment ceux qui étaient handicapés (aveugles, au bec cassé ou avec une aile atrophiée). Si par malheur l’animal laissait tomber un poisson, il ne fallait pas le ramasser mais lui en donner un autre car il était contaminé. Pas touche au dauphin ! Au bout de quelques jours, on m’a envoyé au bassin des dauphins pour en gratter le bord à l’éponge. Dès les premiers instants, Joséphine, la star du "Grand Bleu", s’est approchée de moi et j’ai eu l’envie de la toucher. Ma responsable m’en a défendu car seuls les dresseurs en avaient le droit, prétextant que cela pouvait perturber les animaux s’ils n’étaient pas dans un cadre de travail. Ou devrais-je dire, d’une prestation payante. Les vestiaires se situant près du bassin des orques, j’allais tous les matins leur rendre visite, avant l’ouverture au public. J’ai pu nouer une sorte de contact avec le bébé de l’époque, Wiki, qui était curieuse et très joueuse. Elle connaissait déjà quelques gestes essentiels et "ordres" régulièrement utilisés lors des spectacles. À partir de ce moment-là, j’avoue que j’ai commencé à arriver en retard un peu plus tous les matins. Ma responsable en a eu marre et a décidé que dorénavant je n’étais plus sous sa responsabilité. Je l’ai pris comme une bonne nouvelle car j’étais libre d’aller au bassin des orques, le but initial de mon stage. Les soigneurs des orques m’ont de suite accepté et j’ai pu finir mon stage avec eux. Mais mon rapport a changé de sujet ; de "la condition de vie des orques en captivité" il est devenu : "les coulisses du parc Marineland". Je n’avais bien évidemment pas le droit de prendre des photos. En captivité, les orques s’ennuient Quand j’ai vu ces majestueux animaux dans leur bassin étriqué, tourner en rond comme des poissons rouges dans un bocal, entre deux spectacles, j’ai réalisé à quel point ils devaient être malheureux. Ils meurent d’ennui. La captivité provoque toutes sortes d’effets secondaires ; outre l’espace vital, le manque d’exercice et les dérèglements psychologiques, ils ont d’importantes carences alimentaires car leur nourriture est essentiellement basée sur le hareng et le maquereau, contrairement à la vie "libre" où leur régime alimentaire est très varié. Par conséquent, chaque animal avait une prescription médicale. Ma mission principale était de les nourrir : tri du poisson et préparation des médicaments en les insérant dans les ouïes des poissons, suivant un tableau affiché dans la cuisine. Ces bêtes évoluent dans une eau salée mais aussi chlorée qui détériore leurs yeux et poumons (première cause de mortalité). C’est pourquoi les soigneurs leur administraient de la vitamine A et E.

 Image extraite du documentaire "Blackfish".

Image extraite du documentaire "Blackfish".

En captivité, les orques mâles sont nerveux, leur tension sexuelle est maximale. L’équipe leur donnait une pilule contraceptive pour chienne pour éviter qu’ils ne se reproduisent entre membres d’une même famille. Les cas d’inceste ne sont pas rares chez les animaux en captivité. "On fait du business" En regardant "Blackfish", j’ai retrouvé de nombreuses similitudes avec ma propre expérience. J’ai notamment appris l’existence de l’insémination artificielle alors que les parcs se servent de l’argument des naissances comme preuve de bonne santé. Quels vétérinaires se rendent complices de ce désastre ? Je ne blâme pas les soigneurs, ce sont souvent des scientifiques qui poursuivent un rêve et se retrouvent à travailler dans des delphinariums pour ne pas être au chômage. Mais ils sont victimes du système eux aussi, autant que les animaux. À la fin de mon stage, j’ai eu un entretien avec le responsable animalier. Dans le blanc des yeux, il m’a déclaré : "Ici, on ne fait pas de sauvegarde animale, mais du business. On leur assure juste une survie à peu près décente." Ça m’a achevé. Ce parc est une machine à fric. Un parc, qui au nom de la sauvegarde des espèces, ose héberger des ours polaires sur la Côte d’Azur, avec une banquise artificielle de seulement 50m².

L'ours polaire Raspoutine au parc Marineland d'Antibes pour les fêtes de Noël.

L'ours polaire Raspoutine au parc Marineland d'Antibes pour les fêtes de Noël.

Un parc qui prévoit prochainement de s’agrandir et de construire un lagon artificiel, un complexe hôtelier. Un parc qui n’a aucune honte à vendre une rencontre avec les dauphins en tant que prestation. (La dernière mode : faire sa demande en mariage avec les dauphins…) Un parc qui conditionne ses pensionnaires à n’être que des bêtes de cirque, humains et animaux. Marineland est plus qu’un parc animalier, c’est un lobby. Je lance un appel à témoin Je n’ai jamais compris l’intérêt de voir des poissons dans un aquarium alors qu’il suffit d’un masque et d’un tuba pour apprécier la beauté des fonds marins. J’ai eu l’occasion de faire du whale watching en Corse puis au Canada, l’émotion est immense et incomparable par rapport à une vitre de bassin. Après mon stage, j’avais déjà le projet de changer de voie dans mes études. J’ai néanmoins présenté mon rapport, et ma tutrice l’a immédiatement censuré, le qualifiant de "trop dénonciateur". J’ai laissé tomber. Depuis 10 ans je travaille dans le tourisme. Je ne suis retourné qu’une seule fois à Marineland, pour des besoins professionnels et la mort dans l’âme. Aujourd’hui, je lance un appel à témoin. J’invite toutes les personnes ayant vu comme moi les coulisses à se manifester. Stagiaires, employés, anciens soigneurs, il faut sortir de l’ombre et faire connaître l’envers du décor au grand public. Sea World a vu sa fréquentation baisser après "Blackfish", faisons de même à Antibes ! Car pas de demande, pas d’offre. Quel avenir pour les zoos marins ? Il faut interdire la capture d’animaux en milieu sauvage. L’histoire de Keiko, héros de "Sauvez Willy", nous a prouvé que la relâche en liberté n’est pas viable. Les animaux devraient tous être nés en captivité, en attendant une interdiction totale des zoos. Néanmoins, la contradiction réside dans le fait que ce genre de parc a permis d’observer les animaux, mais l’idée même de l’existence de ces zoos me révulse. J’ai regardé récemment "Winter le dauphin", l’histoire de ce dauphin amputé de la queue et qui aujourd’hui se trouve dans un hôpital marin qui est en partenariat avec une association d’handicapés moteurs et dont l’efficacité est prouvée.

Pourquoi ne pas transformer tous les zoos en hôpitaux ? C’est là que nous pourrions faire la différence : aider, soigner, étudier mais ne pas considérer ces parcs comme de vulgaires manèges.

Source : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot la fondation aide pour de Nouveaux abris pour chiens...

Publié le par Ricard Bruno

Aide pour l'installation de nouveaux abris pour chiens
Aide pour l'installation de nouveaux abris pour chiens

~~Fondations. Les fondations 30 millions d’amis et Brigitte Bardot ont aidé le refuge d’Autun dans ses travaux. Économie. Le fonctionnement d’un refuge est complexe à construire entre autofinancement, dons et subventions. La SPA d’Autun est sauvée. Grâce à des dons et le déblocage d’un legs, les travaux de mise aux normes peuvent s’achever.

~~Sur la porte d’entrée, une pancarte « Le refuge est complet » ! On pourrait rajouter, le refuge est en chantier ! « Sans le legs de Mme Vuillemin et la vente de son pavillon, nous n’aurions jamais pu réaliser ces travaux. » Jacques Mahon s’affaire au milieu des plaques de toiture et parois grillagées en cours de montage. Il reste une dizaine de box coté pension à construire, et quelques autres box, ainsi qu’une nursery à prévoir coté chats, et la SPA d’Autun sera désormais parfaitement aux normes. « Nous avons déjà tout le matériel, il ne reste plus qu’à faire le montage », assure le président de l’association des Amis des bêtes, refuge pour animaux. 400 000 € investis Les salariés de l’association ont travaillé d’arrache-pied pour être dans les délais impartis par la Direction départementale de la protection des populations, qui avait mis en demeure le refuge autunois de se mettre en règle. En l’espace de deux ans, ce ne sont pas moins de 400 000 € qui ont été engloutis dans la destruction des anciens chenils, le coulage de dalle de béton, reconstruction et agrandissement des box pour animaux, la construction d’une mini-station de récupération des eaux usées et séparation des eaux pluviales, l’aménagement de locaux administratifs, la construction d’une infirmerie chiens et chats… La récompense pour Jacques Mahon et son équipe serait d’obtenir l’autorisation de passer à une capacité d’accueil de 80 animaux, afin d’augmenter ses capacités d’autofinancement. L’aide de la fondation Bardot Car le modèle économique du refuge SPA est assez complexe et surtout, très dépendant des dons et subventions publiques. Ces dernières proviennent d’une cotisation (0,80 € par habitant, qui passera à 1 € par habitant en 2016) des communes membres de la Communautés de communes, plus quelques communes du Beaunois pour lesquelles la SPA d’Autun assure le service de fourrière pour animaux. Les subventions sont aussi ponctuelles et exceptionnelles, comme l’aide apportée par la Ville pour aider au financement de la mini-station d’assainissement. Pour les dons, outre des particuliers locaux, le refuge a pu compter sur l’aide des institutions que sont 30 millions d’amis et la fondation Brigitte Bardot, qui ont apporté chacun 40 000 €. Une petite part d’autofinancement est apportée par les recettes engrangées durant les mises en pension des chiens et chat, quand les maîtres partent en vacances par exemple (9 € le chat, 10 € le chien, par jour). Avec une autorisation à 80 animaux, le refuge pourra compter sur davantage de place pour les chiens en pensions… À condition que les chiens abandonnés cessent d’augmenter !

Partager cet article

Repost 0

Pamela Anderson se mouille pour les dauphins !

Publié le par Ricard Bruno

Pamela Anderson se mouille pour les dauphins !

Pamela Anderson, l'ex-héroïne de la série « Alerte à Malibu » qui a depuis longtemps laissé son célèbre maillot rouge pour épouser la cause des animaux, veut alerter sur la chasse séculaire de dauphins aux îles Féroé, que certaines ONG qualifient de « massacre obsolète ». L'actrice canadienne rencontrera sur place les équipes de Sea Shepherd et la Fondation Brigitte Bardot. Selon Sea Shepherd, quelque 1 500 cétacés sont tués chaque année.

Source : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

LA CENSURE, CA SUFFIT !

Publié le par Ricard Bruno

MESSAGE DE LA F L A C

Chers amis, Pour la deuxième année consécutive, le pastel "Pourquoi ?" est scandaleusement censuré à Valras-Plage, près de Béziers... à l'occasion d'une exposition de peinture tauromachique qui aura lieu début août dans cette célèbre station balnéaire. Vous trouverez tous les détails ci-dessous grâce au journal internet Hérault Tribune. http://www.herault-tribune.com/articles/23092/censure-tauromachique-a-valras-plage/ Nous estimons que dans un pays démocratique comme la France, censurer une réalisation artistique sous prétexte qu'elle est dérangeante est EXTREMEMENT GRAVE ! Et nous pesons nos mots... Faut-il vraiment que la simple question du pastel dérange à ce point les partisans de cette barbarie ? Nous précisons que ce tableau illustre la couverture du livre courageux de la psychanalyste Isabelle NAIL "Ni art ni culture". Voir le lien ci-dessous. http://www.isabellenail.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=30&Itemid=49 Pour toutes ces raisons, il faudrait qu'il y ait un maximum de réactions (c'est très facile !) sur cet article paru dans Hérault Tribune. Journal très lu et réputé pour sa liberté d'expression. Plus il y aura de réactions (sans injures) et plus l'impact sera fort auprès de la mairie de Valras-Plage.

LA CENSURE, CA SUFFIT !

Merci à l'avance pour votre contribution.

Amitiés et à très bientôt dans la lutte.

Thierry Hély Pour le bureau de la FLAC www.flac-anticorrida.org

LA CENSURE, CA SUFFIT !

Partager cet article

Repost 0