Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1224 articles avec action protection animale

À Ollioules, le conciliateur de justice tue le chat de ses voisins

Publié le par Ricard Bruno

 

Excédé de découvrir le corps sans vie de ses poules, un Ollioulais de 77 ans a purement et simplement tué Bart, le chat d'un de ses voisins. Le 15 avril, Gilles V. et son épouse, un couple d'une quarantaine d'années, fait une macabre découverte devant le portail de leur villa. À l'intérieur d'un sac en plastique hermétiquement fermé, ils trouvent la dépouille de leur animal de compagnie. Stupéfaits, ils apprennent de la bouche d'un riverain que c'est lui-même qui a noyé leur chat après l'avoir piégé.

Il règle les conflits de voisinage…

Écœurés par la situation et le comportement de l'homme, les époux V. ont saisi la justice et, en fin de semaine, le tribunal de police a statué sur cette affaire de cruauté envers un animal (1).

À la barre, le tueur de chat n'est pas un inconnu des services de la justice. Bernard D. du L., retraité de la Marine, est… conciliateur de justice. Un homme nommé par le premier président de la cour d'appel dont l'une des missions essentielle est de régler les problèmes de voisinage. Et, en l'espèce, il a réglé le sien d'une bien étrange façon.

Devant le président Leperchey, les débats ont été vifs et houleux. Bernard D. du L. a confirmé avoir jeté le chat dans la piscine et qu'il était allé faire un tour avant de revenir pour constater la noyade.

Le parquet demande la peine maximale

L'individu - dont la défense était assurée par Me Claramunt-Agosta - n'a pas hésité ensuite à brandir des attestations de bonne moralité émanant de deux maires de l'ouest Var et d'un ancien procureur de la République. Mme Batlle, la représentante du ministère public a requis le maximum de la peine : 1 500 e d'amende et la publication du jugement.

Le tribunal a condamné l'assassin de Bart le chat à verser notamment 1 000 e aux époux V. au titre du préjudice moral (plus des frais de justice), 500 e à la Fondation 30 millions d'amis et idem pour la Fondation Brigitte Bardot et la Ligue contre la maltraitance des animaux.

 

1. Le parquet a estimé que les faits relèvent d'une amende prévue pour les contraventions de la 5e classe. Me Labalme (avocat du propriétaire du chat et substituant Me Bacquet pour la Fondation 30 millions d'amis) a soulevé une exception d'incompétence et demandé le renvoi en correctionnelle. Une requête rejetée par le tribunal.

Source : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Pétition : Bloquons la loi anti-chiens au Maroc!

Publié le par Ricard Bruno

Bloquons la loi anti-chiens au Maroc

Pourquoi c'est important

Une extermination programmée pure et simple de la race canine au Maroc : 
Le texte relatif à "la protection des personnes contre les dangers des chiens" a été adopté par la chambre des représentants !! il faut se mobiliser avant sa présentation à la chambre des conseillers pour son adoption définitive ! 

Une loi CRUELLE qui est apparue d'une façon brusque !! son vote a été très rapide ! son texte est flou et très dangereux par son manque de détails et de précision !! la liste des chiens dits "dangereux" n'est pas encore définie et elle sera publiée qu'après l'application de la loi, qui va encadrer également l'acquisition des chiens en général !! Si cette loi RIDICULE , ABSURDE et SCANDALEUSE passe ,TOUS les molosses au Maroc seront ASSASSINÉS ! les autres races seront sévèrement contrôlés et le port de la muselière sera OBLIGATOIRE !! même pour les tout-petits chiens !!

Amis des animaux partout dans le monde ,
C'est inacceptable ! Comment pouvons-nous rester insensible à cela ? 
Les chiens au Maroc comptent sur vous, s'il vous plaît SIGNEZ et FAITES CIRCULER cette pétition .

Accéder à la page Facebook  Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Pétition à signer et à diffuser au maximum !

Publié le par Ricard Bruno

 

Note à faire suivre à vos amis et au plus grand nombre:

Bonjour !

Je viens de signer la pétition "Les préfets de l’Aube et de la Haute-Marne: Annuler l’abattage des chiens errants la nuit " sur Change.org.

C'est une cause importante. Voudriez-vous la signer à votre tour ? Voici le lien :

http://www.change.org/fr/pétitions/les-préfets-de-l-aube-et-de-la-haute-marne-annuler-l-abattage-des-chiens-errants-la-nuit?share_id=uyGIDmfXgC&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition

Merci !

Partager cet article

Repost 0

Des associations bloquent la fourrière de Luçon...

Publié le par Ricard Bruno

Vendredi, en début de matinée, plusieurs associations de défense des animaux ont bloqué l’accès à la fourrière de Luçon, empêchant ainsi la salariée de sortir du site. Parmi ces associations : la fondation Brigitte Bardot, l’association Galia et la Société protectrice des animaux. Ces associations assurent disposer de preuves mettant en évidence des actes de maltraitance perpétrés sur les animaux par la société en charge de la fourrière intercommunale.

La police et la gendarmerie sont sur place.

Source : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Hommage aux chiens roumains massacrés...

Publié le par Ricard Bruno

Demo gegen das Abschlachten von tieren in Rumänien.
 
J’aime · Commenter
241
 
J’aime · Commenter
221
 
 
 
 
 
 
 
 
J’aime · Commenter
163
 
J’aime · Commenter
131

Partager cet article

Repost 0

Pétition : Il faut obtenir l'arrêt des subventions européennes à la torture-divertissement

Publié le par Ricard Bruno

 

ABERRANT : au XXIème Siècle, en UE, on SUBVENTIONNE  la TORTURE- DIVERTISSEMENT  !

 

Le groupe écologiste au Parlement européen a lancé une pétition demandant l'arrêt des subventions européennes à la filière tauromachique, qui s'élèvent actuellement à près de 130 millions d'euros chaque année. A signer et diffuser ! voici le lien pour y accéder

CLIQUEZ ICI

Partager cet article

Repost 0

Pour une réforme de l'abattage rituel...

Publié le par Ricard Bruno

Lettre Gouvernement francais 12092013

 

Une Proposition de Loi, présentée par une Sénatrice centriste, veut rendre obligatoire l’étourdissement des bêtes avant tout abattage !

S’il y a un sujet sensible, qui révolte bon nombre de citoyens français mais n’est jamais remis en cause par les politiques, c’est bien celui de l’égorgement à vif, sans étourdissement préalable, de millions d’animaux dans les abattoirs français.

La France est pourtant signataire, depuis 1979, de la Convention européenne sur la protection des animaux d'abattage qui précise : "Les procédés d'étourdissements autorisés par les parties contractantes doivent plonger l'animal dans un état d'inconscience où il est maintenu jusqu'à l'abattage, lui épargnant en tout état de cause toute souffrance évitable".

Limiter autant que possible la souffrance

Le principe qui préside dans les textes européens est celui de l'interdiction de l'abattage des animaux conscients, c'est-à-dire l'obligation d'étourdir les animaux avant leur mise à mort de façon à leur éviter toute souffrance inutile. Toutefois, des possibilités de dérogation ont été prévues, notamment lors d’abattages selon des rites religieux.

En France, cette dérogation s’est généralisée à l’insu des consommateurs. Dans un rapport de novembre 2011, le Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux précise que 51% des abattages pratiqués en France sont des abattages rituels, alors que les consommateurs musulmans et juifs ne représentent pas plus de 7% des consommateurs français. D’après la chambre d’Agriculture d’Ile-de-France : "100% des animaux abattus en Ile-de-France le sont selon les traditions musulmanes et juives".

De l’exception à la règle générale

Les raisons de cette généralisation de l'abattage sans étourdissement préalable sont essentiellement économiques. Elle permet aux abattoirs d'accéder à de nouveaux marchés, celui de la viande casher et halal, tout en écoulant les invendus sur le marché classique. Or, cet écoulement se fait sans étiquetage particulier.

Outre la nécessité d'informer le consommateur, il convient de faire respecter la réglementation dont le principe est celui de l'interdiction de la souffrance animale. En 2004, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a émis un avis pour la Commission européenne selon lequel "en raison des graves problèmes de bien-être animal liés à l'abattage sans étourdissement, un étourdissement doit toujours être réalisé avant l'égorgement".

Selon l'avis de l'EFSA, "des coups destinés à provoquer une saignée rapide engendrent d'importantes destructions de tissus dans des zones fortement innervées. La baisse de tension rapide qui suit l'hémorragie est nettement ressentie par l'animal conscient et entraîne terreur et panique. L'animal, conscient, souffre aussi quand son sang se répand dans sa trachée."

Longue et douloureuse agonie

Selon le rapport d’expertise Douleurs animales de l’INRA : "Chez les veaux et les bovins adultes, on observe une grande variabilité dans la perte de conscience des animaux avec des extrêmes de 8 secondes à 14 minutes".

Dans son avis 02/104 de 2006, la Fédération des Vétérinaires d’Europe précise : "Du point de vue de la protection des animaux et par respect pour l’animal en tant qu’être sensible, la pratique consistant à abattre les animaux sans étourdissement préalable est inacceptable, quelles que soient les circonstances".

L’étourdissement compatible avec le culte musulman

Le Recteur de la Grande Mosquée de Paris, le Dr Dalil Boubakeur, alors président du Conseil Français du Culte Musulman avait déclaré, en février 2006 dans un entretien à Filières Avicoles : "J’ai personnellement assuré à Brigitte Bardot, lorsque je l’ai rencontrée, que l’Islam n’est pas hostile à l’étourdissement mais à condition qu’il ne soit pas irréversible".

La réversibilité de l’étourdissement des animaux d’abattoir a été établie, en décembre 2006, par l’Académie vétérinaire de France qui a remis un rapport, aux ministères de l’Agriculture et de l’Intérieur, dans lequel on peut lire : "L’étourdissement électrique des animaux de boucherie, et notamment des ovins, est réversible s’il est correctement appliqué ; l’animal soumis à cette forme d’étourdissement reste vivant, mais dans un état d’inconscience et d’insensibilité à la douleur".

L’appel de Sylvie Goy-Chavent à François Hollande

 

La dérogation à l’obligation d’insensibiliser les animaux avant leur abattage n’est pas justifiée, c’est pourquoi, dans sa Proposition de Loi, la Sénatrice Sylvie Goy-Chavent demande que soit rendu obligatoire, avant l’abattage ou la mise à mort, l’étourdissement des animaux, y compris dans le cadre d’un abattage rituel.

La Sénatrice UDI de l’Ain a également interpellé, le 13 novembre 2012, le Président François Hollande via une publication pleine page dans "le Parisien" cofinancé par la Fondation Brigitte Bardot et ses partenaires*. La FBB appelle, par ailleurs, ses sympathisants à soutenir la Proposition de Loi en signant la pétition mise en ligne sur le site www.abattagerituel.fr

Le 19 juillet 2013 Brigitte Bardot et sa Fondation soutiennent la sénatrice Sylvie Goy-Chavent injustement accusée d’antisémitisme et menacée de mort !

 

Face aux attaques scandaleuses dont est victime Sylvie Goy-Chavent, je tiens, en mon nom propre et au nom de ma Fondation, à lui apporter tout notre soutien dans son action de transparence, sa volonté de dénoncer des pratiques cruelles et archaïques.

Combattre l’égorgement des bêtes, sans étourdissement préalable, ce n’est pas faire preuve d’antisémitisme ou de racisme mais faire preuve d’humanité et d’évolution.

Dans un Etat qui se prétend laïque, il est inacceptable qu’une religion, quelle qu’elle soit, impose ses pratiques en bafouant la loi républicaine qui oblige l’étourdissement des animaux avant toute saignée.

L’étiquetage des viandes est indispensable, nous venons d’en avoir la preuve avec le scandale de la viande de cheval.

Avec le halal et le casher, les consommateurs musulmans et juifs peuvent acheter en toute connaissance de cause, alors pourquoi refuser cette transparence à tous les autres consommateurs ?

Elle est là la discrimination, l’injustice, et je félicite Sylvie Goy-Chavent pour avoir le courage de mener un combat juste et indispensable.

Brigitte Bardot

Présidente

Pour lire et télécharger la lettre de soutien, voir colonne de gauche

* Partenaires : Oeuvre d'Assistance aux Bêtes d'Abattoirs - Fondation Assistance aux Animaux - Protection Mondiale des Animaux de Ferme

Le 12 septembre 2013 : Brigitte Bardot adresse une lettre ouverte au Gouvernement français

 

La France, qui revendique son état d’évolution et SA LAICITE, doit cesser de faire allégeance aux pratiques barbares, ancestrales, et douloureuses, que les religions musulmane et juive imposent et font subir aux animaux d’abattoir.

La loi française exige l’étourdissement préalable à la saignée mais en accordant des dérogations à certaines pratiques religieuses qui se développent dans notre pays, elle favorise les abus nombreux et incontrôlables qui transforment une « dérogation » en abattage à la chaîne « halal » et « casher » pour presque tous les consommateurs de notre pays.

L’animal doit être étourdi avant l’égorgement, rester vivant mais inconscient. C’est un principe de base éthique sur lequel aucune dérogation n’a lieu d’être accordée dans un pays LAIQUE et évolué au 21ème siècle.

Il est, de plus, intolérable de nous faire subir les égorgements rituels de milliers de moutons sauvagement abattus dans la liesse religieuse musulmane de l’Aïd-el-Kebir, fête archaïque et barbare, descendant de rites païens obsolètes qui choquent, scandalisent, et ensanglantent notre culture.

 

La loi française est une et indivisible, la même pour tous, imposant les mêmes règles strictes de LAICITE à tous ceux qui, ayant choisi d’y vivre, doivent s’y soumettre.

 

 

L'action de la FBB contre l'égorgement des bêtes

 

Source : Fondation Brigitte Bardot

Partager cet article

Repost 0

Anti "pro corrida"...rejoignez la page sur Facebook !

Publié le par Ricard Bruno

11111111111111111111

Cette page est crée en réponse à la page "Anti anti corrida"

CLIQUEZ ICI

Partager cet article

Repost 0

Non aux vaches massacrées au nom de l'art...

Publié le par Ricard Bruno

Adressée à : Aurélie Filippetti

 

Madame la Ministre de la Culture : Libérez les vaches « sacrifiées »

au nom de l'Art le 15 septembre à Marseille !

Lien de la pétition CLIQUEZ ICI

 

Dans le cadre de son festival « Cuisine en Friche » Marseille-Provence 2013, dimanche 15 septembre à 20h, Joep Van Lieshout, « artiste » néerlandais, Charles Assirlikian et Marcel Rei, tous deux bouchers charcutiers, massacreront deux vaches, au nom de l’art, pour 500 personnes.

 

« The Butcher est une mise en pratique de rituels à travers l’organisation d’un dîner spectaculaire : à l’aide de deux unités, batteries de cuisines militaires, autonomes en terme d’énergie et d’alimentation en eau, et secondé de maîtres en la matière, Joep Van Lieshout propose un repas autour et à partir d’une vache à la fois animal du grand sacrifice autant que matière première. Le principe consiste à rejouer ce qui a été souvent performé par l’artiste à l’occasion de ses vernissages, une convivialité gustative autour des œuvres, mais ici il s’agit de le traiter par la réactivation de rituels ancestraux, et de faire basculer ce temps de rencontres et d’échanges du côté de la survivance, de la nécessité, de la consommation sans gaspillage » (dossier de presse Marseille-Provence 2013).

 

Peut-on, au nom de l’art, se permettre un tel « sacrifice », une telle barbarie ? Demandons l'annulation de cet événement et la remise en liberté des deux vaches !

 

 

Partager cet article

Repost 0

QUAND LA DÉFENSE ANIMALE ENGENDRE DES VIOLENCES HUMAINES

Publié le par Ricard Bruno

 

Quand la défense animale engendre des violences humaines

 

Environ 140 militants ont répondu samedi à l’appel du CRAC Europe, de la Fondation Brigitte Bardot et d’Animaux en Péril pour mener ce qu’ils qualifient d’«action d'opposition à la barbarie» à Rions-des-Landes. Mais la manifestation a dégénéré, et plusieurs personnes ont été blessées.

Une nouvelle action coup de poing qui a dégénéré. Samedi en début de soirée, un nombre très importants de manifestants anti-corrida a mené une action dans les arènes de Rions-des-Landes (Landes), où devait se tenir une novillada, une corrida opposant de jeunes taureaux à de jeunes toreros. Au moment du «sanglant spectacle», pour reprendre le terme de Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot contacté par Paris Match, quelque 140 personnes, munies de billets comme n’importe quel spectateur, ont envahi le centre de l'arène dans le but de faire annuler ce qu’ils considèrent comme une tuerie barbare. La tension monte rapidement.

Pourtant, Christophe Marie, qui était de la manifestation, insiste sur le fait qu’il s’agissait d’une action pacifique. Et que comme à Rodilhan en octobre 2011,  les anti-corrida «ont pris l'engagement de ne pas répondre aux coups reçus et s'y sont tenu». D’ailleurs, il souligne qu’aucun blessé n’est à déplorer dans les rangs des autorités ni des spectateurs. Ce qui n’est pas le cas dans celui des protestants... D’après le bras droit de Brigitte Bardot, les violences sont exclusivement venues des forces de l’ordre et aficionados. «Pour faire lâcher prise et évacuer les militants, les gendarmes utilisent des méthodes qui ont fait leur preuve: tordre les oreilles, les doigts, tourner les membres pour créer un pic de douleur au niveau des articulations (genoux, coudes, épaules, chevilles)», précise-t-il dans un communiqué.

rion-corrida-2013-002

DE «LA LÉGITIME DÉFENSE PAR PROCURATION»

Une fois à l’extérieur des arènes, les militants n’ont pas baissé les bras pour autant. C’est même «là, à l'abri des regards», que la violence se serait «intensifiée dangereusement». Les gendarmes font usage de gaz lacrymogènes. Des manifestants montent sur le camion qui avait servi à transporter les quatre jeunes taureaux qui devaient  participer à la novillada. Certains médias ont accusé les défenseurs des animaux d’avoir voulu libérer les bêtes de plusieurs centaines de kilos. «L'ouverture des portes (du camion) aurait fait prendre des risques énormes à la population», a ainsi réagi le chef du groupement de gendarmerie des Landes, le colonel Fabrice Spinetta, sur BFM. Mais Christophe Marie dément fermement cette intention. «C’est ridicule, nous ne sommes pas complètement idiots!», a-t-il lancé en reconnaissant bien sûr le danger. «En plus, les animaux auraient été abattu aussitôt.»

Toujours est-il qu’un homme d’une soixante d'année a été grièvement blessé au crâne «après avoir été violemment repoussé par les gendarmes», et être «tombé sous les coups d'aficionados». Il a été transporté au CHU de Bordeaux dans le coma, et son pronostic vital serait engagé. «Les médias ont retenu les huit plus gravement touchés mais nous avons tous été violentés durant cette action qui reste une action pacifique, de résistance, face à un acte qui n'a rien de pacifique puisqu'il entraîne la mort d'un animal dans d'effroyables souffrances», fait valoir Christophe Marie. Selon lui, leur action relève tout bonnement de «la légitime défense par procuration».

rion-corrida-2013-076

L’URGENCE D’UN DÉBAT NATIONAL

Comme l’Alliance anticorrida, il regrette l’inertie des autorités au sujet de la corrida, un sujet qui ne cesse de diviser la société. «Il est évident qu’il s’agit là de l’expression désespérée de ceux qui constatent que tous nos appels au dialogue sont ignorés par les pouvoirs publics», dénonce l’organisation dans un communiqué. Elle pointe notamment du doigt la «surdité hostile» du maire de Mimizan, Christian Plantier, à qui le collectif Villes de sang et les associations partenaires, avaient demandé une audience ce 24 août pour lui remettre les signatures de centaines de touristes et d’habitants opposés à l’organisation de corridas dans la station balnéaire. «Les portes de la mairie sont restées closes, regrette l’Alliance anticorrida. Tout possibilité de dialogue était donc écartée et le mépris de l’édile envers les opposants clairement affiché.»

Pendant que ces heurts se déroulaient à Rions-des-Landes, une manifestation a de fait réuni environ 150 personnes à Mimizan, aux abords des arènes où se déroulait une corrida. L’Alliance anticorrida fait valoir «l’urgence d’un débat démocratique». Et de rappeler qu’il existe «des alternatives à ces manifestations barbares comme la Course camarguaise, la Course landaise ou les Recortadores, qui respectent l’intégrité physique des taureaux». Une enquête judiciaire a été ouverte sous la direction du procureur de Dax pour faire la lumière sur ces événements. La FBB se réserve quant à elle le droit de porter plainte auprès du Procureur de la République pour coups et blessures pouvant entraîner la mort ou de graves séquelles, a indiqué  Brigitte Bardot dans un communiqué dans lequel elle condamne «sévèrement» cette «brutalité» et cette «sauvagerie».

 

 
RION DES LANDES - ACTION ANTI-CORRIDA

Partager cet article

Repost 0