Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

action protection animale

Adieu Demeter ! ET TANT MIEUX !

Publié le par Ricard Bruno

Adieu Demeter ! ET TANT MIEUX !

Je soutien à 100% L214, il ne faut RIEN lâcher !

Bruno Ricard 

Adieu Demeter !

L214 réduit à néant la cellule Demeter

« Demeter ».
Un nom qui fait trembler les lanceurs d’alerte. Une épée de Damoclès, bientôt levée !

Demeter, c'est le nom donné à une cellule de la gendarmerie nationale dont l'objectif prioritaire est de renforcer la surveillance et la répression de celles et ceux qui critiquent ou remettent en question le modèle agricole intensif. Elle est issue d’une convention signée entre le ministère de l’Intérieur, la gendarmerie nationale et les deux syndicats agricoles majoritaires (FNSEA et Jeunes Agriculteurs), ouvertement hostiles aux associations de défense des animaux et de l'environnement.

Une victoire pour la liberté d'expression

Le tribunal administratif de Paris a rendu ce mardi sa décision concernant le recours déposé par L214 contre la cellule Demeter : les juges demandent au ministre de l'Intérieur « de faire cesser les activités de la cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole qui visent à la prévention et au suivi "d’actions de nature idéologique” dans un délai de 2 mois », sous astreinte de 10 000 € par jour à expiration du délai.

Les juges ont considéré que ses missions, telles que « la prévention [...] des actions de nature idéologique », y compris les « simples actions symboliques », constituent une erreur de droit. Je me réjouis de cette victoire importante pour la liberté d’expression, pour les lanceurs d'alerte et pour la défense des animaux. J’espère que cette excellente nouvelle vous réjouit aussi, et booste votre envie d’agir à nos côtés !

 

Un soulagement et des intimidations en moins

La cellule Demeter ne vise pas seulement la prévention d'actes illégaux, mais également (surtout ?) la surveillance et la dissuasion de toute critique formulée à l'encontre du modèle agricole intensif.

Les cas d'intimidation sont nombreux et font froid dans le dos. Beaucoup de militants sont dissuadés de s'exprimer publiquement : convoqués par la gendarmerie pour avoir donné une interview, interrogés lors d'une réunion associative, appelés à maintes reprises... Un déploiement de moyens démesuré vécu par L214, tout particulièrement visée à cause de ses enquêtes : auditions à répétition, accès aux relevés téléphoniques, bornage de téléphone, pour ne citer que quelques exemples.

Nous vous avions promis que nous ne nous laisserions pas intimider ou traiter comme des criminels. Aujourd’hui, grâce à votre soutien, une partie de cette pression va cesser pour les lanceurs d'alerte et les associations de défense des animaux et de l'environnement !

Votre soutien est essentiel

Mener nos enquêtes ne va pas devenir simple pour autant. Juste un peu moins risqué.

Je reste convoqué au tribunal pour violation de domicile et atteinte à l’intimité de la vie privée. On me reproche d’avoir filmé des entrepôts d’élevages agricoles sans consentement en 2019. Je risque jusqu’à 1 an de prison et 45 000 € d’amende. L’association, elle, est convoquée pour la diffusion de ces images, et risque notamment jusqu’à 225 000 € d’amende. Je vous en avais déjà parlé. L’audience est prévue le 1er avril.

Votre présence à nos côtés est réellement décisive pour défendre les animaux. Vous êtes notre plus grande force, et vous agissez concrètement avec votre don, quel que soit son montant : vous financez nos enquêtes, nos actions en justice et tout notre travail.

 

Je vous remercie par avance pour votre précieux soutien !

 

Sébastien Arsac
Directeur des enquêtes

Sébastien Arsac

P.-S. Votre don à L214 vous permet de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu de 66 % de son montant. Un don de 50 € vous coûte réellement 17 € après la réduction d'impôt. Faites-en profiter les animaux !

Partager cet article
Repost0

Fondation Brigitte Bardot "Les choses bougent"...

Publié le par Ricard Bruno

Fondation Brigitte Bardot "Les choses bougent"...
Fondation Brigitte Bardot "Les choses bougent"...

La Fondation Brigitte Bardot se mobilise pour trouver une famille à un chien bientôt séparé de sa maîtresse

Publié le par Ricard Bruno

La Fondation Brigitte Bardot se mobilise pour trouver une famille à un chien bientôt séparé de sa maîtresse
La Fondation Brigitte Bardot se mobilise pour trouver une famille à un chien bientôt séparé de sa maîtresse
La Fondation Brigitte Bardot se mobilise pour trouver une famille à un chien bientôt séparé de sa maîtresse

La maison de retraite n’accepte pas les chiens

La Fondation Brigitte Bardot lance un appel pour aider Fidji à trouver une nouvelle famille. La maîtresse de ce petit toutou de 11 ans, va bientôt partir en maison de retraite.

Cette future séparation est un déchirement pour le duo car la maison de retraite n’accepte pas les chiens. La nonagénaire se voit donc dans l’obligation de se séparer de son animal de compagnie.

« Son bien-être est en jeu, sa situation est difficile, il va la vivre comme un abandon…Evitez-lui d’être malheureux », explique dans un tweet la Fondation.

Il appartient au directeur d’accepter ou refuser un animal

Si la présence des animaux a un impact positif sur les personnes âgées, les maisons de retraite refusent majoritairement les chiens. Généralement, il appartient au directeur de la maison de retraite d’accepter ou de refuser un animal.

Récemment, un octogénaire de la Résidence Aquarelle à La Bazoche-Gouet dans l’Eure-et-Loir a pu retrouver son chien qui avait été laissé dans un refuge le temps de son hospitalisation. C’est le directeur de l’Ehpad qui a remué ciel et terre pour réunir le maître et son animal de compagnie.

Pour obtenir des renseignements complémentaires sur Fidji : contactez le service adoption de la Fondation Brigitte Bardot au 01 34 86 23 70.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Dolce & Gabbana bannit à son tour la fourrure animale

Publié le par Ricard Bruno

A l'instar de nombreuses marques de luxe, la griffe italienne Dolce & Gabbana a annoncé mardi renoncer à son tour à l'utilisation de la fourrure animale dans toutes ses collections dès cette année.

L'enseigne Dolce & Gabbana sur la Via Monte Napoleone, à Milan.

L'enseigne Dolce & Gabbana sur la Via Monte Napoleone, à Milan.

Changement de cap pour l'entreprise italienne Dolce & Gabbana ce mardi : comme de nombreuses marques de luxe, l'enseigne a annoncé renoncer à l'utilisation de la fourrure animale dans toutes ses collections et ce dès cette année.

"Dolce & Gabbana travaille à un avenir plus durable qui ne peut envisager l'utilisation de la fourrure animale", a commenté Fedele Usai, responsable du marketing du groupe, cité dans un communiqué.  Afin de "préserver le travail et le professionnalisme des maîtres fourreurs", Dolce & Gabbana "continuera à collaborer avec eux" afin de créer des "vêtements et accessoires en fourrure écologique, en utilisant matériaux recyclés et recyclables". 

Des maisons du monde entier abandonnent la fourrure animale 

Ces dernières années, les grandes maisons italiennes Prada, Armani, Gucci, Versace, Furla et Valentino ont banni de leurs collections la fourrure animale. Moncler l'a annoncé à son tour mardi dernier.

Des maisons de haute couture françaises comme Chanel et Jean Paul Gaultier, la britannique Burberry ou encore les griffes américaines Donna Karan, DKNY et Michael Kors se sont également détournées de la fourrure.

Le groupe français Kering dirigé par François-Henri Pinault a annoncé en septembre que toutes ses marques abandonnaient désormais l'utilisation de la fourrure.

Dernièrement des marques comme Armani, après avoir abandonné la fourrure, ont annoncé renoncer aussi à l'angora.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Des chevaux de la Ville de Paris préretraités en Seine-et-Marne confiés à la Fondation Brigitte-Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Jeudi 27 janvier deux chevaux de la Ville de Paris, travaillant dans le bois de Vincennes et installés en préretraite à Luzancy, ont été récupérés par la Fondation Brigitte-Bardot.

Des chevaux de la Ville de Paris préretraités en Seine-et-Marne confiés à la Fondation Brigitte-Bardot

Il s’agit d’une première collaboration entre la Fondation Brigitte Bardot et la Ville de Paris. Ce jeudi 27 janvier 2022, deux chevaux de trait Ardennais, qui travaillaient dans le Bois de Vincennes avant d’être mis en préretraite dans une pension à Luzancy (Seine-et-Marne), ont été récupérés par les services de la fondation.

Il s’agit de Rapido, né en 2005, et Biba, née en 2011, tous les deux réformés. L’un pour des raisons de santé, notamment de l’emphysème, qui l’ont contrait à cesser son activité en 2019, la seconde, très craintive, ne pouvant plus travailler dans ce contexte.

 

Des chevaux de travail pour la Ville de Paris

« On travaille avec des chevaux de trait, qu'on appelle des chevaux territoriaux, depuis plus de vingt ans (l'atelier chevaux de trait du bois de Vincennes a été créé en 1999, ndlr). Au lieu d'utiliser des machines, et pour limiter l'impact sur les milieux forestiers, ces chevaux nous servent pour du débardage, de l'arrosage, du ramassage de feuilles, de la collecte de déchets... »

Jean-Claude CarretierLe chef d'atelier et forestier dans le plus grand bois de la capitale (995 ha)

Une pratique qui se développe de plus en plus, notamment en maraîchage, dans la vigne ou même au sein des communes.

« Ils ne sont pas destinés au tourisme. Pendant la fête des jardins, on propose des calèches et on fait aussi des ateliers avec les scolaires pour la découverte de la nature, mais c’est tout », ajoute le spécialiste.

L’atelier est actuellement composé de quatre agents et trois chevaux âgés d’environ treize ans. « On les garde jusqu’à la vingtaine s’il n’y a pas de pépin de santé. Globalement, on a un cheval tous les 5-8 ans qui part en réforme. C’est exceptionnellement qu’il y en ait deux d’un coup ! »

Alors qu’habituellement, les chevaux retraités sont récupérés par des particuliers, personne ne s’est présenté cette fois. La Ville de Paris s’est donc rapprochée de la Fondation Brigitte Bardot « pour s’inscrire dans la durée en étant sûre des garanties offertes », souligne le chef d’atelier.

« Leur offrir une retraite bien méritée »

Sous couvert d’une convention avec la mairie de Paris, la fondation s’est donc engagée à les prendre en charge.

« Elle en est désormais propriétaire, jusqu'à leur fin de vie pour leur offrir une retraite bien méritée dans une structure partenaire. Ils ne seront jamais cédés. Nous avons en charge plus de 1000 chevaux, mais principalement issus de maltraitance, qui font l'objet d'une procédure judiciaire pour mauvais traitement ou acte de cruauté, ce qui n'est pas du tout le cas là. »

Aline MaatoukChargée de mission pour la Fondation Brigitte Bardot

Avec le contexte sanitaire, les transferts n’ont pu avoir lieu dans l’immédiat. C’est la raison pour laquelle Rapido, qui devait être transféré en octobre 2019, a été mis en préretraite à Luzancy. Il a ensuite été rejoint par Biba quand elle a récemment été déclarée inapte au travail.

Partager cet article
Repost0

310 chats errants recensés et stérilisés à Villefranche

Publié le par Ricard Bruno

C'est le résultat d'un recensement effectué par la commune qui a rencontré le collectif Chats libres de Villefranche vendredi 14 janvier.

310 chats errants recensés et stérilisés à Villefranche

Peu de communes sont épargnées par la problématique des chats errants. Villefranche ne fait pas exception. Vendredi dernier, la Ville a reçu le collectif Chats libres de Villefranche à l'hôtel de ville. L'occasion pour la municipalité de faire le point sur sa gestion de la question.

Au total, 310 chats ont pu être attrapés sur la commune. Des chats errants, donc, capturés avec le concours de bénévoles et de mères nourricières qui connaissent les quartiers. Les animaux, une fois identifiés, ont été soignés par le vétérinaire Gilles Pernoud.

L'adjoint au maire délégué à la sécurité en charge du dossier, Alexandre Portier, a salué un "partenariat exceptionnel mis en place par la Ville avec la Société protectrice des animaux (SPA) et la Fondation Brigitte Bardot" qui permet ensuite de "stériliser" les animaux.

Des chats importants sur le plan sanitaire

Le procédé a évidemment pour but d'éviter toute reproduction anarchique et prolifération de ces félins qui ont, pour la plupart, été abandonnés. Une fois cette première étape effectuée, les chats sont relâchés dans la nature dans le but de profiter de leur statut de prédateurs naturels de rongeurs, prolifrateurs de maladies.

Dès lors, leur statut change de "chats errants" à "chats libres". La Ville devient donc propriétaire de ce qu'elle qualifie de "brigade féline". En 2021, 70 chats errants ont été stérilisés avec l'aide du collectif.

Une nouvelle campagne d'identification et de stérilisation aura lieu cette année. Elle sera lancée au mois de mars sur les secteurs de Béligny, du Bordelan, du quartier de la Quarantaine et aux abords du centre-ville.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Finistère : un homme condamné après la découverte de 44 pythons chez lui

Publié le par Ricard Bruno

Finistère : un homme condamné après la découverte de 44 pythons chez lui

Un habitant de Douarnenez a été condamné à de la prison avec sursis pour la possession de 44 pythons et de plusieurs iguanes alors qu’il n’avait pas d’autorisation.

Le chiffre est impressionnant. Un habitant de Douarnenez (Finistère) a écopé d’une peine de prison avec sursis, cette semaine, pour la possession d’un grand nombre de pythons et iguanes alors qu’il n’en avait pas l’autorisation, rapporte France Bleu ce mercredi.

Le propriétaire, un quadragénaire, disposait de 44 pythons et de plusieurs iguanes « répartis dans six terrariums », a fait savoir la gendarmerie du Finistère sur son compte Facebook. Elle en avait fait la découverte en juin dernier.

Autorisation nécessaire

Or, la possession de ces deux espèces - qui font partie de la catégorie des NAC, nouveaux animaux de compagnie - est soumise « à un régime d’autorisation de détention », ont précisé les forces de l’ordre. Ce dont ne disposait pas le Breton.

Ce lundi, il a donc été condamné à huit mois de prison avec sursis et à payer une amende de 150 euros. Il a, par ailleurs, été contraint à dédommager la fondation Brigitte Bardot et l’association Robin des Bois, « à hauteur de 300 euros », ont complété les gendarmes du Finistère sur leur compte Facebook.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Qui se souviendra de Giuseppe Belvédère?

Publié le par Ricard Bruno

Qui se souviendra de Giuseppe Belvédère?

Bonjour à tous

Je reprends l'intégralité du texte de Sandrine Rizzoto, grande amie des animaux depuis toujours.

Le texte a été rédigé sur le mur Facebook de SR

Bruno Ricard 

Qui se souviendra de Giuseppe Belvédère ❓
Monsieur Pigeons est décédé.
Il a été expulsé de son logement dans le 4ème arrondissement de Paris parce qu’il nourrissait les pigeons.😡
Un ancien trader.
Il a SURvecu dans une camionnette, été comme hiver.
Il vient d’y être retrouvé mort.
Des pourritures lui ont fait vivre un enfer durant des années ❗️
Pneus régulièrement crevés, excréments étalés sur ses vitres et poignées de portes, sa camionnette mise en fourrière pendant qu’il nourrissait les oiseaux à Beaubourg, retraite bloquée. 👿
Sa corneille apprivoisée volée ce qui lui a déchiré le coeur.😭
Cet homme a tout enduré par amour des oiseaux.
Trop tard pour le pleurer.😩
Merci à tout ceux qui l’ont aidé, notamment pour sortir sa camionnette de la fourrière avec oiseaux en soin à l’intérieur, à ceux qui ont participé inlassablement pour les pneus.
Merci à https://www.facebook.com/profile.php?id=100000755919161 qui a accompagné son corps et qui a sauvé avec des amis les oiseaux en soins dans son épave. 🙏
Une énorme pensée pour les oiseaux qui sont aujourd’hui, en hiver, orphelins et affamés.😭
Partager cet article
Repost0

Caen. Jugé pour avoir laissé deux moutons cinq jours dans un camion

Publié le par Ricard Bruno

 Un homme est jugé mercredi 12 janvier, au tribunal de police de Caen, pour avoir laissé deux moutons enfermés pendant cinq jours dans un camion

Caen. Jugé pour avoir laissé deux moutons cinq jours dans un camion

Un homme est jugé mercredi 12 janvier, au tribunal de police de Caen, pour avoir laissé deux moutons dans un camion pendant cinq jours. Les faits remontent à l'après-midi du 29 juillet 2020, à Caen.

Depuis plusieurs jours, l'association Stéphane Lamart, de défense des droits des animaux, recevait de nombreux appels signalant deux moutons enfermés dans un véhicule. Selon les informations communiquées par l'association, le camion était garé en plein soleil depuis cinq jours et les animaux n'avaient ni eau ni nourriture. À la suite de l'alerte, une enquêtrice bénévole de la structure s'était rendue sur place pour constater les faits. Après quoi, la Direction départementale de la protection des populations du Calvados s'était rapidement déplacée, avec un équipage de la police nationale. Les deux animaux avaient été pris en charge par la Fondation Brigitte Bardot.

Mardi 11 janvier, l'association Stéphane Lamart précisait que "le propriétaire avait acheté les moutons pour les égorger lors de l'Aïd-El-Kébir [fête musulmane célébrant la fin du Ramadan]".

L'association Stéphane Lamart a porté plainte contre l'individu pour mauvais traitements infligés sans nécessité à un animal. Le jugement devrait être annoncé ce mercredi 12 janvier.

Source de l'article : Cliquez ICI

Les animaux ont été pris en charge par la fondation Brigitte Bardot

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>