Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

actuali

CONFINEMENT : LA CHASSE EST (ENFIN) INTERDITE !

Publié le par Ricard Bruno

CONFINEMENT : LA CHASSE EST (ENFIN) INTERDITE !
eu après le confinement du pays, une dérogation avait été obtenue par le lobby de la chasse pour que les chasseurs puissent poursuivre leur "gestion" de la nature. Désormais, plus aucune chasse n'est autorisée par le gouvernement. Un répit pour la faune sauvage de notre pays !
 

UNE DÉROGATION POUR TUER DES ANIMAUX SAUVAGES

C’est un cinglant désaveu pour Willy Schraen, le président de la Fédération Nationale des Chasseurs, qui annonçait juste après la mise en place du confinement général des mesures dérogatoires pour les chasseurs, obtenues auprès du ministère de l’Intérieur et en accord avec le ministère de la Transition écologique ! 

Toute chasse collective comme la chasse à courre étant de fait interdite pour respecter la consigne de distanciation sociale, Willy Schraen invitait les chasseurs à poursuivre leurs activités individuelles, à peine le confinement général mis en place et malgré l’urgence de la crise sanitaire.

Devant le tollé suscité par cette dérogation exceptionnelle accordée par l’État à une minorité, le gouvernement a très vite rétropédalé et annoncé 48H plus tard que toute forme de chasse serait désormais proscrite en France à compter du 19 mars.

 

UN LOBBY TRÈS ÉCOUTÉ À L'ÉLYSÉE

 

CONFINEMENT : LA CHASSE EST (ENFIN) INTERDITE !

Au moment où le Président de la République a annoncé la mise en quarantaine du pays, la plupart des activités cynégétiques s’étaient arrêtées avec la fin de la saison officielle, le 1er mars. 

Seule la chasse à courre restait active, ainsi que la chasse au sanglier dans quelques départements, en vertu d’un arrêté du 29 janvier 2020 prolongeant ces chasses jusqu’au 31 mars.

Pendant deux jours, grâce au lobby de la chasse très écouté par l’État, un chasseur pouvait bénéficier d’une autorisation de déplacement dérogatoire pour pratiquer son « loisir ».  

Ainsi, n’importe quel individu muni d’un permis de chasse et d’une attestation pouvait sortir dans la nature, armé, et tirer sur des animaux sauvages. Un contresens total avec les mesures de quarantaine imposées aux Français !

 

CHASSE INTERDITE : UN RÉPIT POUR LA FAUNE !

Cette menace étant proscrite, la faune sauvage commence à revivre et reprend ses droits sur son environnement. Plus généralement, les animaux sauvages profitent du confinement. En ville, on entend à nouveau les oiseaux chanter ! L’ornithologue Maxime Zucca a d’ores et déjà observé l’arrivée de nouveaux oiseaux en région parisienne.

L’air est plus pur, grâce à la baisse de la pollution due aux gaz d’échappement, et le bruit infernal de la circulation automobile a disparu. La pollution sonore aurait baissé de 80% en Île-de-France !

La période est également propice à la reproduction. Les animaux n’auront plus à craindre les humains pendant quelques temps…

L’épidémie de Covid-19 qui frappe le monde entier donne à réfléchir sur notre société et peut éventuellement changer notre regard sur les animaux. Nous espérons que la place accordée aux animaux sauvages dans nos campagnes et nos villes sera reconsidérée à l’issue de cette crise sans précédent.

Source de l'article : Cliquez ICI

Des cochons par millions… et du miel sans abeilles

Publié le par Ricard Bruno

Des cochons par millions… et du miel sans abeilles

... bienvenue dans l’Horreur Alimentaire !!

 Très chers amis,

 Que voyez-vous sur la photo ci-dessous :

  • Un hôtel de luxe dans la montagne ?
  • Une HLM dans la verdure ?
  • Un lycée construit en pleine forêt ?

 

Eh bien, vous êtes très loin du compte.
C’est l’élevage de porc de Guangxi Yangxiang Co Ltd en Chine.
De loin, ça a presque l’air un peu bucolique là-bas dans les montagnes du Yaji.
De près, c’est tout simplement L’HORREUR ALIMENTAIRE.
Les deux premiers bâtiments de 7 étages accueillent déjà des milliers de truies.
Quatre autres bâtiments, dont l’un fera 13 étages, accueilleront bientôt de nouveaux cochons.
Cette “usine à cochons” abritera à terme 30 000 truies... et produira jusqu'à 840 000 porcelets par an !!
En Chine, c’est la première “ferme” de cette dimension, mais elles vont éclore un peu partout pour nourrir la population.
Je suis sûr que ces usines produiront même des cochons “bio”, selon les normes locales.
Et demain peut-être, les petits porcelets finiront dans nos supermarchés…  Même si depuis le début de l’année, c’est tout l’inverse qui se produit.
Avec l’épidémie de peste porcine africaine (PPA) - non transmissible à l’homme - la Chine doit abattre des millions de porc et même importer des cochons.
Mais dès que l’agriculture chinoise aura surmonté cette crise sanitaire, on peut imaginer que des porte-containers entiers, chargés de cochons élevés dans ces usines... se déverseront dans le port du Havre ou à Rotterdam.
Et ça a déjà commencé avec des tas d'autres produits.  Si vous avez acheté du miel récemment, vous avez probablement touché du doigt, sans le savoir, “l’horreur alimentaire”.
Même si vous avez acheté du “miel de montagne” ou du "miel bio".  Avec le jeu subtil des étiquetages, plus personne ne connaît aujourd’hui la véritable origine des aliments que l’on achète.

“Origine UE et Non UE” : cette escroquerie est légale et généralisée

Quand vous voyez un miel bio origine “Origine UE et non UE”, cela veut dire qu’il y a peut-être 10% de miel européen bas-de-gamme dans le pot, et le reste vient probablement de Chine. 

Et encore, quand on parle de “miel chinois”, tous les industriels savent que c’est un affreux abus de langage.

“ Là-bas, chez nos fournisseurs, je n’ai jamais vu de ruches ! Juste des laboratoires qui fabriquaient des sucres liquides. En réalité, c’est un assemblage de sirop de glucose et de différents sucres, de colorants, arômes, pollens et diverses substances mystérieuses dont seuls les Chinois connaissent le secret !”

 Celui qui révèle ce scandale, c’est Christophe Brusset.

Cet homme est un “repenti” de la mondialisation alimentaire.
Il a été “trader” dans l’agro-alimentaire pendant 25 ans.
Il a monté les pires escroqueries… acheté les produits les plus infâmes... trouvé les astuces les plus ignobles pour tromper le consommateur…… avant de tout arrêter, écoeuré par ce qu’il a fait et vu pendant toutes ces années.
Vous vous demandez peut-être comment il est possible qu’en France, du miel vendu en supermarché puisse être du “faux miel”, fabriqué sans la moindre abeille.... dans une usine chinoise ?
C’est très simple.
Je vais vous expliquer.

Les industriels ont une imagination sans limite : ils envoient du mauvais miel chinois au Brésil, et il revient comme “Miel d’Amazonie”

Par exemple, pour réussir à importer du “faux miel” chinois aux Etats-Unis, voici la technique employée par un gros fournisseur allemand :

« Il exporte massivement du miel chinois dans des pays comme l’Argentine, le Vietnam ou l’Inde. Là-bas, il change les étiquettes, et le réexporte tel quel avec un faux certificat d’origine”.

On a la même chose dans les rayons des supermarché en France.
Si vous voyez “Miel d’Amérique latine”, méfiance.
Ces pays exportent leur vrai miel vers les Etats-Unis, pas en Europe : il y a beaucoup de chance pour que ce soit du miel chinois ré-étiqueté, et expédié depuis le Mexique.
Hélas, il n’y a pas que le miel qui est “traficoté”.
Il vous arrive peut-être de craquer pour une bonne tartine à la confiture de fraises.
Si vous la faites vous-même, très bien : elle sera sûrement moins gorgée de sucre, et puis les fraises seront… des fraises.
Mais si vous achetez un pot de confiture dans un supermarché, c’est une autre histoire.
Il y beaucoup de chances qu’au lieu de manger de la fraise, de la framboise, ou des cerises, vous mangiez du… sureau.

Même la confiture de fraise est truquée

Oui, c’est un des concentrés de fruits les plus vendus au monde : et bizarrement, personne n’en a jamais entendu parler.
Mais pourquoi diable mettraient-ils du sureau dans notre confiture de fraises ?

« La réponse est simple : le jus de sureau est le moins cher des jus de fruits rouges. Il est très coloré, son goût pas très marqué, il se mélange donc très bien, très discrètement avec les autres fruits rouges. Il est très fréquent que du jus de sureau remplace tout ou partie de fruits plus chers (comme les fraises, les framboises, les cerises ou les groseilles) dans les coulis, confitures et autres préparations aux fruits».

> >  Même chose avec les délicieuses glaces à la vanille. Sur la liste des ingrédients, vous verrez sûrement “gousses de vanilles épuisées”.
Et personne ne se demande jamais ce que c’est. Eh bien, je vais vous le dire.
Ce n’est rien d’autre qu’un déchet.
C’est ce qui reste de la vanille, après l’extraction chimique des arômes (à l’hexane, une substance cancérigène).

“C’est une poudre noire sans saveur, comme du marc de café, qui ne sert que de « marqueur visuel », c’est-à-dire faire croire qu’on a mis de la vraie bonne vanille pour donner le goût”.

Je ne vais pas lister ici toutes les techniques perfides de l’industrie alimentaire : vous les retrouverez dans le dernier livre de Christophe Brusset : Et maintenant on mange quoi ?
Si je vous dis ça, c’est parce qu’il faut prendre conscience (je suis sûr que c’est déjà votre cas à vous) - qu’on est arrivé dans l’ère de l’horreur alimentaire.
Il me semble qu’il est de notre devoir à chacun d’informer le maximum de personnes de ce qu’il y a dans nos assiettes .

Bon appétit !

Partager cet article
Repost0

La vérité lundi à 20h55 sur ARTE

Publié le par Ricard Bruno

La vérité lundi à 20h55 sur ARTE

Résumé du film

Accusée d'avoir tué son amant Gilbert Tellier, jeune chef d'orchestre, Dominique Marceau passe en cour d'assises. Le début du procès donne lieu à une bataille entre l'avocat de la défense, qui tente de ternir l'image du défunt, et le procureur qui revient sur la vie débauchée de la séduisante jeune femme pour en dessiner un portrait peu flatteur : égoïste, instable et provocatrice, Dominique aurait volé le petit ami de sa sœur Annie par pure jalousie. Devant le jury, l'accusée clame désespérément qu'il s'agit d'un crime passionnel. Mais nul ne la croit.
Partager cet article
Repost0

Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956

Publié le par Ricard Bruno

Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956

Synopsis

Juliette, belle et sensuelle, fait chavirer les cœurs dans le petit port traditionnel de Saint-Tropez. Trois hommes se disputent l'amour de cette orpheline de 18 ans dont la soif de liberté est grande et qui redoute les lendemains.

Le film commence par une scène dans laquelle Eric Carradine, riche entrepreneur quinquagénaire, pénètre dans la courette où Juliette, allongée nue derrière des draps qui sèchent, prend un bain de soleil. Orpheline recueillie dans une famille d’accueil, elle est belle et la réputation de n’être pas farouche. Survient la tutrice de Juliette, exaspérée : celle-ci en a par-dessus la tête de cette gamine fantasque, qui ne fiche rien et ne sait qu’aguicher les hommes, tandis que son mari, grand invalide, passe ses journées derrière les volets à la guetter, plus ou moins dénudée.

Pour réaliser une vaste et fructueuse opération immobilière, Carradine a besoin de la cale où les trois frères Tardieu possèdent un petit atelier de réparation de bateaux. Il profite du passage d’Antoine, l’aîné des trois frères, qui travaille à Marseille, pour faire une offre. Mais celui-ci refuse, au grand dam de ses deux jeunes frères, Michel et Christian.

Un soir, Juliette, amoureuse d’Antoine et qui doit le rejoindre sur le port, surprend une conversation au cours de laquelle celui-ci explique ce qu’il pense d’elle : pour lui, il s’agit d’une marie-couche-toi-là, d'une fille d’un soir, rien de plus. Ulcérée, Juliette se rend sur le yacht de Carradine, qui mouille au port. Grand seigneur, Carradine résiste à la tentation, la sermonne un peu et la laisse repartir. Juliette quitte son bateau sous l’oeil courroucé d’Antoine. S’ensuit une explication entre Antoine et Juliette, au terme de laquelle les deux jeunes gens décident qu’ils partiront dès le lendemain vivre ensemble à Marseille. Mais, le lendemain, le car qui doit prendre Juliette au passage ne s’arrête pas, Antoine, rancunier, n’ayant donné aucune instruction au chauffeur. Et Juliette reste plantée avec sa valise sur le bord de la route.

À son retour, sa tutrice lui signifie que, cette fois, c’en est trop, qu’elle va partir en pension chez les sœurs jusqu’à ses 21 ans (âge de la majorité à l’époque), à charge pour elles de discipliner cette petite dévergondée. Seul le mariage pourrait la sauver de cet enfermement qui s’annonce. Alors que Juliette erre, désemparée, Michel, le jeune frère d’Antoine, profondément amoureux d’elle, lui propose de l’épouser. D’abord réticente, car elle ne l’aime pas, Juliette finit par se faire à cette idée car c’est le seul moyen pour elle d’échapper à la pension.

La nouvelle de ce projet de mariage est mal accueillie par tous, non seulement par sa tutrice mais aussi par sa future belle-mère, qui crie à la mésalliance. Quant à Antoine, il met en garde son jeune frère, mais rien n’y fait.

Après une dernière hésitation avant le « oui » sacramentel, Juliette est mariée. Ce mariage est mémorable : sur le port, en sortant de la messe, le marié est rossé en voulant défendre l’honneur de sa toute nouvelle femme. Émue par son courage, Juliette commence à éprouver pour lui, sinon de l’amour, du moins de la tendresse. Les deux familles réunies pour la circonstance prennent le repas de mariage sans les deux tourtereaux, qui festoient à l’étage sur un plateau que Juliette est venue garnir entre deux orgasmes.

Pendant ce temps, Carradine a trouvé une solution qui arrache son accord à Antoine : au lieu de lui offrir de l’argent, il lui accordera une participation de 30 % dans une de ses sociétés. Du coup, Antoine revient s’installer à plein temps à Saint-Tropez, au grand désespoir de Juliette, qui l’aime toujours et redoute cette proximité quotidienne alors qu’elle essaie d’aimer son mari.

Un jour que Michel est parti à Marseille pour la journée, désœuvrée, Juliette prend un petit bateau d’Antoine, en réparation car le moteur à tendance à chauffer, pour aller faire un tour. Le moteur prend feu non loin du rivage. Alerté, Antoine plonge pour la secourir ; Juliette sort de l'eau, sa jupe collée au corps et l’inévitable arrive : elle tombe dans les bras d'Antoine.

Dès son retour de Marseille, Michel est informé de son infortune par sa mère. Antoine veut l’empêcher de sortir pour récupérer sa femme, mais Michel se saisit d’un revolver dans un tiroir et le menace. Les deux frères en viennent aux mains, Michel assomme Antoine, et part en quête de sa femme.

Pendant ce temps, Juliette, qui traîne sans trop savoir quoi faire, finit par entrer dans la boîte de nuit de Carradine, d’où provient de la musique. Là, elle se livre, sous l’œil consterné de Carradine, à un mambo lascif et endiablé. Michel arrive et tire sur elle, mais Carradine réussit à faire dévier le coup. Au cours de ce corps à corps, Carradine essuie une balle qui le blesse légèrement. Il demande à Antoine de le conduire en voiture à Nice chez un chirurgien de ses amis qui va panser la plaie. Au cours de route, Carradine intime à Antoine, pour la paix des familles, l’ordre de partir.

Pendant ce temps, Juliette et Michel se retrouvent. Elle ne lui promet rien, mais un avenir possible se dessine.

Fiche technique

Distribution

Commentaires

  • Ce film propulse Roger Vadim, Brigitte Bardot, Jean-Louis Trintignant et Christian Marquand au rang de stars internationales.
  • Brigitte Bardot devient, avec ce film, à la fois un mythe et un sex-symbol mondial des années 1960, une star médiatique, un emblème de l'émancipation des femmes, une jeune fille à la fois modèle et diablesse, une libre provocatrice ingénue et impudique, un symbole de la féminité, de la liberté sexuelle, d'une révolution des mœurs latente et de la grande vague existentialiste du couple Jean-Paul Sartre / Simone de Beauvoir qui suit. Des milliers de femmes imitent alors le style Bardot, copiant au moins ses ballerines, sa robe de Vichy rose et sa coiffure, voire son attitude face à la sexualité.
  • Ce film déchaîne des cascades de sentiments, autant de passion, d'idolâtrie et de coup de foudre pour les uns, que d'indignation, de colère ou de haine pour les autres. C'est la première fois qu'une femme exprime au cinéma son désir à l'égal d'un homme, et utilise son corps pour s'affirmer et conquérir la liberté, en rupture avec les destins de pensionnaire ou de femme mariée alors proposés par la société aux jeunes femmes de cet âge. Par ailleurs, les scènes de nu choquent, et certaines sont censurées en France et en Grande-Bretagne, soit presque un quart du film en France1. C'est en effet un des premiers films, en France, où la nudité féminine s'écarte vraiment de l'académie picturale traditionnelle et assume volontairement une liaison avec la sexualité2. Aux États-Unis, les défenseurs de la morale tentent de faire interdire le film, et l’archevêque de Lake Placid va même jusqu’à promettre d’excommunier ceux qui iraient le voir. La polémique provoque la curiosité et contribue au succès du film, qui avait pourtant démarré assez timidement en France.
  • Brigitte Bardot achète ensuite La Madrague sur la route des Canebiers à Saint-Tropez en 1958 et contribue à faire de ce village alors peu connu un endroit de légende internationale.
  • Le mariage de Roger Vadim et Brigitte Bardot vole en éclats à cause de l'hystérie médiatique qui suit le film.
  • Le film voit la naissance d'une histoire d'amour entre Brigitte Bardot et Jean-Louis Trintignant.
  • Le film est célèbre pour plusieurs raisons : Saint-Tropez, Brigitte Bardot, la danse tam-tam mambo, le scandale, les premiers nus de Bardot qui vont permettre au film de battre des records de recettes, tout particulièrement aux États-Unis.
  • Un remake américain sort en 1988 : And God Created Woman, également réalisé par Roger Vadim mais avec Rebecca De Mornay dans le rôle principal.
Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot : «Vos animaux ne sont pas responsables du virus, cessez de les abandonner !»

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot est en colère face à la recrudescence d'abandons d'animaux domestiques depuis l'entrée dans la vague dure de l'épidémie du coronavirus. Bernard D’Ormale

Brigitte Bardot est en colère face à la recrudescence d'abandons d'animaux domestiques depuis l'entrée dans la vague dure de l'épidémie du coronavirus. Bernard D’Ormale

B.B. est en colère face aux abandons d’animaux qui se multiplient en pleine épidémie de coronavirus. Elle nous confie en exclusivité son désespoir face à « cet autre drame ».

Elle décroche rarement son téléphone. Elle se dit fatiguée et n'aime plus s'exprimer, à part quelques tweets vengeurs ici et là, consacrant ses forces à sa petite ferme enchantée à Saint-Tropez, à quelques kilomètres de la Madrague, où elle vit recluse avec son mari et sa véritable arche de Noé. « Ici, on ne croise personne, je ne risque pas d'attraper le virus », lâche-t-elle. Mais aujourd'hui, Brigitte Bardot est en colère face à la recrudescence d'abandons d'animaux domestiques depuis l'entrée dans la vague dure de l'épidémie du coronavirus. Les refuges ont fermé, les bénévoles sont confinés chez eux, les dons cessent. Plusieurs responsables de dispensaires animaliers ont rapporté avoir reçu énormément d'appels depuis le week-end dernier et l'entrée dans le confinement, de gens voulant se séparer de leurs bêtes de compagnie, soit qu'ils quittaient la ville dans l'urgence, ou par peur de contamination. L'actrice appelle au calme.

Source de l'article : Le Parisien

Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956

Publié le par Ricard Bruno

Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956

Synopsis

Agnès, la fille du général Dumont, a écrit et fait publier sous ses seules initiales un livre intitulé "En effeuillant la marguerite". Cette satire de sa ville de province y fait scandale et lorsque son père apprend qu'elle en est l'auteur, il décide de l'envoyer en pension. Arrivée à la gare elle s'enfuit en sautant dans un train pour Paris où elle fait la connaissance d'un sémillant journaliste, Daniel. Croyant loger chez son frère, elle s'installe au Musée Balzac et pour rembourser une édition unique qu'elle a vendue, elle s'inscrit dans un concours de strip-tease. Elle parait masquée devant le public, ce qui lui permet de berner le crédule Daniel qui souhaite l'épouser rapidement. Le tout se dénoue à Vichy, dans la bonne humeur et avec l'approbation du général Dumont.

Fiche technique

Distribution

Autour du film

Le musée Balzac imaginé par Marc Allégret fait allusion à la Maison de Balzac située dans le 16e arrondissement1. Mais le réalisateur l'a imaginé 5 rue Fabra Paris 16e dans le film, alors que la rue Fabra n'existe pas à Paris. Cette adresse est écrite sur une enveloppe adressée au frère d’Agnès dans le musée, au début et dans la suite du film l'adresse d'Hubert, en fait le musée, sera dit situé au 3 rue Fabra. Dans le film Agnès se croyant chez son frère au musée, portera la robe de chambre de Balzac au grand dam de son frère qui faisait visiter le musée. En fait la robe de chambre avait été utilisée par Rodin pour une sculpture, trempée dans du plâtre, et ne pouvait pas être au musée 2. D’ailleurs la robe n’aurait sans doute pas convenu à Brigitte Bardot plutôt mince et mesurant 1,68 m, alors que Balzac était de forte corpulence et ne mesurait qu’1,57 m. Mais paradoxalement la robe de chambre que porte Brigitte Bardot et censée avoir appartenu à Balzac, est certes trop ample pour elle, mais également beaucoup trop longue et forme une sorte de traîne, alors qu'elle n'aurait dû ne descendre que jusqu'aux chevilles. Celle de Balzac, une sorte de robe de moine déjà trop longue pour l'écrivain, traînait par terre. Dans le film une sculpture représente Balzac bien plus grand qu'en réalité, aujourd'hui on trouve deux Sculptures de Balzac de grande taille, l'une au boulevard Raspail, l'autre dans le jardin du musée Rodin, celles à la Maison de Balzac sont de petite taille.

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot n’a jamais oublié Suzy Delair, la doyenne du cinéma et son petit "Tra-la-la"

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot n’a jamais oublié Suzy Delair, la doyenne du cinéma et son petit "Tra-la-la"

Suzy Delair (L'Assassin habite au 21, Rocco et ses frères, Rabbi Jacob...) est décédée à 102 ans ce dimanche, confinée en maison de retraite, sans que ses proches ne soient autorisés à l’accompagner dans ses derniers jours...

La crise sanitaire oblige également à annuler toute cérémonie du souvenir. Celle-ci sera organisée « avec tous ses amis du cinéma à la rentrée », indique la famille.

"AVEC SON TRA-LA-LA, SA "MADRAGUE" À ELLE"

En attendant, les témoignages affluent pour rendre hommage à celle qui a été l’une des doyennes du 7e art. Ce jeudi, c’est Brigitte Bardot qui en découvrant la nouvelle de la disparition de sa chère amie dans son édition de Var-matin Saint-Tropez, a tenu à rappeler combien elle a marqué le monde du cinéma. Et de la chanson !

"Pour moi, sa grande renommée d’actrice est liée à ce chef-d’œuvre de Clouzot, Quai des Orfèvres, où elle chantait cette chanson extraordinaire restée dans les mémoires, "Avec son tralala"... (elle se met à chantonner toute guillerette, Ndlr). C’était sa "Madrague" à elle. Son titre le plus connu. Tout le monde l'avait sur les lèvres à l’époque!".

CORRESPONDANCE AVEC LA GRANDE "OUBLIÉE"

Si elle reconnaît avoir été "trop jeune et gamine" pour l’avoir connue durant son apogée, Brigitte confie qu'une fois âgée et tombée en désuétude, elle parlait régulièrement au téléphone et entretenait même une correspondance avec Suzy Delair.

"J’ai trouvé dramatique que cette femme qui a été la star des années 40-50 soit à ce point oubliée. Je me souviens, je lui téléphonais toujours pour lui souhaiter son anniversaire en lui disant que c’était vraiment con d’être née un 31 décembre parce qu'aussitôt, elle prenait un an de plus ! Par exemple pour ses 99 ans, nous plaisantions du fait que le lendemain elle entrait dans sa centième année !".

DES FLEURS VIRTUELLES

Des marques d’attention dont celle qui a fait sa dernière apparition au cinéma en 1976 dans le très anecdotique "Oublie-moi, Mandoline", lui était très reconnaissante.

"Le fait que moi je ne l’oublie pas la touchait extrêmement", raconte B.B. entre deux aboiements de ses toutous tout en lui dédiant une brassée de ses belles marguerites dessinées, faute de pouvoir envoyer des fleurs en cette période confinée.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Comment consulter son vétérinaire en période de confinement ?

Publié le par Ricard Bruno

Comment consulter son vétérinaire en période de confinement ?
Votre animal nécessite une visite chez le vétérinaire ? Vous devez lui acheter une alimentation particulière ? Cela reste possible en période de confinement, à condition de respecter certaines règles !
 

VÉTÉRINAIRES : DES CONSIGNES PARTICULIÈRES ADAPTÉES AU CONFINEMENT

Si vous avez un animal domestique, vous vous posez certainement la question : que faire si il tombe malade ? Puis-je encore acheter des aliments adaptés à la pathologie de mon chien ou de mon chat chez mon vétérinaire, alors que le confinement est instauré partout en France ?

Christophe Marie, Porte-Parole de la Fondation Brigitte Bardot, a contacté le Docteur Jean-Yves Gauchot, Président de la Fédération des Syndicats Vétérinaires de France, pour vous communiquer les diverses consignes passées auprès de la profession..

 

CONSULTATION DE SANTÉ ET VENTE D'ALIMENTATION ANIMALE AUTORISÉES

L’Ordre National des Vétérinaires a publié un communique à ce sujet. Globalement, il est rappelé que les cabinets vétérinaires ne sont pas soumis à l’obligation de fermeture et que la profession a pour mission d’assurer la continuité du service auprès des animaux « nécessitant des soins qui ne peuvent être différés sans mettre en danger leur santé ». 

De même, la « vente d’aliments pour animaux » relève des activités vétérinaires et ne peut pas être différée. Il n’y a donc pas de restriction sur la vente d’alimentation animale, les mesures étant ainsi identiques à celles prévues pour l’alimentation humaine.

 

LA STÉRILISATION DES CHATS ERRANTS EST-ELLE MAINTENUE ?

Le confinement limitant à l’extrême les sorties, se pose effectivement le cas des stérilisations et castrations de chats errants. Selon le communique de l’Ordre des Vétérinaires, celles-ci « peuvent être différés sans mettre en danger leur santé ». Il est donné à chaque vétérinaire une libre appréciation de la nécessité de cette mission de protection animale, indispensable en ce proche début de printemps.

Hors domaine vétérinaire, une question se pose aussi concernant le nourrissage des chats errants. Celui-ci est-il possible en période de confinement ? Les actes assurant les besoins vitaux des animaux (sorties, santé…) étant toujours autorisés à partir du moment où l’on est muni de l’attestation de déplacement dérogatoire (pdf), la Fondation Brigitte bardot s’est rapproché du ministère de l’Agriculture pour avoir une réponse claire. Pour en savoir plus, lisez notre article à ce sujet !

 

RENDEZ-VOUS CHEZ LE VÉTÉRINAIRE : LES CONSIGNES À RESPECTER

Vous devez impérativement prendre rendez-vous par téléphone avant de vous déplacer chez votre vétérinaire. 

Le communiqué de l’Ordre des Vétérinaires stipule ainsi auprès des vétérinaires : « Il est impératif de n’accepter de prendre en charge un animal, une demande de prescription, une délivrance de médicaments vétérinaires, une demande de cession d’aliments pour animaux, que sur rendez-vous après appel téléphonique préalable. » 

Cela va permettre à votre vétérinaire de réguler le flux des personnes présentes, afin de vous protéger, de protéger les autres et de se protéger lui ou elle-même. La profession vétérinaire n’est en effet pas inscrite sur la liste des professions pouvant disposer de masques de protection. 

Une fois sur place, continuez à adopter les gestes barrières pour éviter toute contamination au coronavirus : se laver soigneusement les mains avant et après la visite, se tenir à une distance d’un mètre, tousser dans son coude…  

L’Ordre des Vétérinaires a invité les vétérinaires à appliquer et mettre en oeuvre les consignes de sécurité pour l’accès aux établissements recevant du public, en gardant à l’esprit l’impérieuse nécessité de restreindre au maximum les déplacements et les interventions jugées non indispensables. Ces règles de biosécurité s’appliquent également aux visites vétérinaires à domicile.

En conclusion, nous tenons à féliciter et remercier ces professionnels qui, pendant une crise sanitaire sans précédent dans notre histoire récente, restent au service de la santé animale !

Source : Fondation Brigitte Bardot : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Filmographie Brigitte Bardot : Les Week-ends de Néron (Mio figlio Nerone) de 1956

Publié le par Ricard Bruno

Filmographie Brigitte Bardot : Les Week-ends de Néron (Mio figlio Nerone) de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Les Week-ends de Néron (Mio figlio Nerone) de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Les Week-ends de Néron (Mio figlio Nerone) de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Les Week-ends de Néron (Mio figlio Nerone) de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Les Week-ends de Néron (Mio figlio Nerone) de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Les Week-ends de Néron (Mio figlio Nerone) de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Les Week-ends de Néron (Mio figlio Nerone) de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Les Week-ends de Néron (Mio figlio Nerone) de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Les Week-ends de Néron (Mio figlio Nerone) de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Les Week-ends de Néron (Mio figlio Nerone) de 1956

Synopsis

Nous sommes dans la Rome antique sous le règne décadent de Néron. Celui-ci, à demi fou, a choisi son palais du bord de mer pour préparer un grand spectacle dont il sera la vedette. Il est accompagné par son épouse Poppée, son conseiller Sénèque et sa suite au grand complet. Mais sa mère Agrippine vient contrarier son séjour en le rappelant à son devoir d’empereur : la préparation de l’offensive contre Albion. De plus en plus énervé par ses obligations et les dissensions qui règnent dans son entourage alors qu’il est obnubilé par son spectacle, Néron va péter les plombs et beaucoup de têtes vont tomber pour que nul ne l’empêche de donner ses représentations.

Fiche technique

Distribution

Autour du film

Brigitte Bardot : « Comme dans tous les films italiens, qui sont postsynchronisés, le son n’a aucune importance. Chacun dit ce qu’il veut, et chacun dans sa langue. Je parlais français, Sordi et De Sica en italien, Swanson en américain. On tournait dans un charivari infernal, les machinistes clouaient le décor d’à côté pendant que le metteur en scène se faisait faire la barbe et injuriait le barbier qui lui faisait une estafilade. Au milieu de tout ce tintamarre, nous débitions nos âneries, conscients de notre talent, et indifférents à la stupidité de ceux qui ne savaient pas le reconnaître dans un silence déférent et respectueux. Moi qui sortais juste de mon service militaire américain, j’étais jetée tout de go dans le style débraillé des orgies romaines à la petite semaine… »

Partager cet article
Repost0