Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

actuali

Brigitte Bardot : La retraite ? Jamais de la vie !

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot : La retraite ? Jamais de la vie !

A un âge, 83 ans, où la plupart des femmes goûtent un repos bien mérité, Brigitte Bardot, elle, est hyperactive.

Dès 9 heures, à peine réveillée, la star s’occupe de ses neuf chiens et chats, à la Madrague.

Ensuite, Bernard, son mari, lui remet ses mails et ses fax (Brigitte ne possède ni ordinateur ni téléphone portable).

Elle passe sa matinée à répondre aux lettres qui la touchent le plus, parmi les 70 reçues chaque jour.

A 13 heures, départ pour sa ferme, la Garrigue, où l’attendent une cinquantaine d’animaux, dont un poney, un âne, sept cochons, huit chèvres, autant de moutons, une tortue, des oies, des canards, sans oublier dix-sept matous et toutous. Une vraie arche de Noé !

C’est là que la plus grande amie des bêtes travaille pour sa fondation, qui lui prend de plus en plus de temps. Un peu fatiguée, elle reprend le chemin de la Madrague vers 18 heures, dîne avec Bernard et passe des coups de fil avant d’aller se coucher. Presque avec les poules…

Plus question pour elle d’aller faire un tour au centre de Saint-Tropez : « Non seulement pour ne pas risquer de provoquer d’émeute ou me mettre en danger, mais parce que ça n’a plus rien du petit port que j’ai connu. C’est devenu une vitrine du luxe, sans âme. »

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Interview de Brigitte Bardot qui est à Genève pour le tournage du film Vie Privée de Louis Malle....Très rare document...

Publié le par Ricard Bruno

Interview de l'actrice française Brigitte Bardot qui est à Genève pour le tournage du film Vie Privée de Louis Malle....Très rare document...

Partager cet article
Repost0

JO : la patineuse sauve un chien de la casserole !

Publié le par Ricard Bruno

JO : la patineuse sauve un chien de la casserole !

Elle est l’une des meilleures chances de médaille olympique pour le Canada. La championne de patinage artistique Meagan Duhamel a sauvé un chien d’un élevage de viande canine, en Corée du Sud. L’animal était destiné à être mangé dans un restaurant local. Elle veut inciter d’autres participants aux JO à l’imiter.

Moo-Tae a échappé de peu à une mort certaine. Moo-Tae, c’est le nom de ce petit croisé teckel adopté par Meagan Duhamel, la championne canadienne de patinage artistique. Tous les journaux britanniques et américains se font l’écho de cette histoire en marge des Jeux olympiques de Pyeongchang, ce lundi 12 février.

Double championne du monde de patinage artistique, Meagan Duhamel fait figure de favorite pour décrocher une médaille d’or, en couple, à Pyeonchang. En faisant du repérage avant les JO, il y a un an, la patineuse a sauvé ce chien d’un élevage de viande canine. L’animal de deux ans avait été enfermé dans une cage, battu et laissé sans nourriture ni eau. Il allait être abattu et sa viande vendue pour être servie en soupe dans l’un des nombreux restaurants coréens qui servent de la viande de chiens. C’est une tradition en Corée du Sud. Environ un million de chiens seraient consommés par an. Leur viande a la réputation d’avoir des vertus énergisantes.

Le chien, gagne-pain des restaurants

Les élevages de chiens sont nombreux en Corée du Sud où les restaurants servent leur viande.

Les élevages de chiens sont nombreux en Corée du Sud où les restaurants servent leur viande.

Grande amoureuse des animaux et vegane, la Canadienne a donc décidé d’adopter le chien avec l’aide de l’association Free Korean Dogs, qui facilite l’adoption aux États-Unis et au Canada de chiens de Corée du Sud. Le chien vit désormais à Montréal avec elle et son entraîneur de mari, Bruno Marcotte. Elle ne s’en sépare que très rarement.

À l’occasion de son nouveau séjour en Corée pour les JO, elle prévoirait de sauver un autre chien. Et elle incite les autres participants à l’imiter.

En attendant, les autorités sud-coréennes aimeraient interdire, pendant la durée des Jeux olympiques jusqu’au 25 février, la viande de chiens. Ils ont demandé aux douze restaurants du comté de Pyeonchang de ne plus en faire figurer sur leurs menus en échange de subventions, mais seuls deux ont accepté.

« On a reçu beaucoup de plaintes de restaurateurs. Selon eux, cela menace leur gagne-pain, a expliqué à l’AFP, Lee Yong-bae, un responsable du gouvernement local. Certains d’entre eux ont remplacé le chien par du porc et ont vu leurs ventes s’écrouler. Ils sont donc revenus à la vente de chien. »

Les autorités de Corée du Sud essayent régulièrement de convaincre les restaurants de retirer la viande de leurs menus pendant les grands événements internationaux. Le pays avait par exemple, interdit les plats à base de viande de chien durant les JO d’été de Séoul en 1988, pour ne pas ternir son image le temps des compétitions. L’histoire se répète.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Macron réaffirme son soutien aux chasseurs

Publié le par Ricard Bruno

Macron réaffirme son soutien aux chasseurs
Macron réaffirme son soutien aux chasseurs

Le chef de l'Etat a rencontré à l'Elysée le président de la Fédération nationale des chasseurs. Il a défendu la pratique de la chasse à courre.

Durant la campagne présidentielle, le candidat Emmanuel Macron s'était fait l'ardent défenseur de la chasse, n'hésitant pas à agiter ce traditionnel chiffon rouge pour les soutiens de la cause animale. En poste à l'Elysée, ses convictions ne semblent pas avoir changé.

Ce jeudi, le président de la République a en effet réaffirmé son soutien à la chasse à courre, comme l'a déclaré la Féd

« Pour le président, c'est un non-sujet », a dit à des journalistes le président du lobby des chasseurs, Willy Schraen, à l'issue de sa rencontre avec le chef de l'Etat à l'Elysée. « Il soutient la globalité de ce qui se passe au niveau de la ruralité en matière de chasse et la chasse à courre en fait partie. Pour lui il n'y a aucune ambiguïté là-dessus ».

« Preuve de bon sens »

Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait créé la surprise et fait forte impression à une partie du 1,3 million de chasseurs, en défendant toutes les chasses traditionnelles au nom de la protection du patrimoine français.

 

Son plaidoyer en faveur d'un retour des chasses présidentielles - supprimées et remplacées par des « battues de régulation » sous la présidence de Nicolas Sarkozy - n'était pas non plus passé inaperçu, tout comme son déplacement à Chambord en décembre dernier pour un week-end privé au cours duquel il avait rencontré des membres de la FNC.

« Le président n'est pas chasseur, mais c'est quelqu'un qui fait preuve de bon sens et d'ouverture d'esprit comme peu d'hommes politiques à son niveau », a estimé Willy Schraen. « Il s'intéresse à la ruralité, il sait qu'il y a des problèmes, des frustrations et qu'aujourd'hui il faut passer au-dessus des combats d'arrière-garde ».

Des débats passionnés

La pratique de la chasse à courre - qui compte 10.000 pratiquants et 100.000 sympathisants en France - continue de susciter des débats passionnés entre chasseurs et défenseurs de la cause animale.

Fin janvier, une proposition de loi relative à l'interdiction de ce type de chasse a été déposée à l'Assemblée nationale par La France insoumise et signée par des élus d'autres groupes parlementaires.

Le député du MoDem Erwan Balanant a pointé le « retard » de la France en la matière, citant pour exemple l'Angleterre, où cette pratique a été interdite en 2015, et l'Allemagne.

Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a lui dénoncé l'année dernière une pratique prolongeant selon lui « l'agonie et le stress de l'animal » tout en estimant que la France n'était « pas encore prête à l'abandonner ».

Une réunion nationale en juin

Autre sujet sensible abordé lors de l'entretien avec le chef de l'Etat, jeudi, celui de l'interdiction de la chasse des oies au-delà du 31 janvier. La décision du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot de ne pas accorder de dérogation à ce qui est l'application d'une directive européenne avait fait descendre les chasseurs dans la rue début février.

A rebours de son ministre, Emmanuel Macron a annoncé que ce type de chasse pourrait se poursuivre en février grâce à une dérogation et limitée par des quotas, a indiqué Willy Schraen. « Nous sommes sur une espèce en surabondance », a justifié le président de la FNC. « La diplomatie française sera saisie de ce sujet, l'Etat français parlera à l'Europe. »

Au-delà de la question de la chasse aux oies, l'ensemble des sujets liés à la chasse française devrait faire l'objet d'une grande réunion nationale en juin. Emmanuel Macron a également donné jeudi, selon la FNC, son feu vert à la réforme de la chasse en France, et validé le permis à 200 euros - contre 400 euros actuellement - que réclamaient les chasseurs.

Source Reuters


En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/0301302924554-macron-reaffirme-son-soutien-aux-chasseurs-2154021.php#ZD2Z6TbEcpUL09qU.99

ération nationale des chasseurs (FNC).

 

« Pour le président, c'est un non-sujet », a dit à des journalistes le président du lobby des chasseurs, Willy Schraen, à l'issue de sa rencontre avec le chef de l'Etat à l'Elysée. « Il soutient la globalité de ce qui se passe au niveau de la ruralité en matière de chasse et la chasse à courre en fait partie. Pour lui il n'y a aucune ambiguïté là-dessus ».

« Preuve de bon sens »

Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait créé la surprise et fait forte impression à une partie du 1,3 million de chasseurs, en défendant toutes les chasses traditionnelles au nom de la protection du patrimoine français.

 

Son plaidoyer en faveur d'un retour des chasses présidentielles - supprimées et remplacées par des « battues de régulation » sous la présidence de Nicolas Sarkozy - n'était pas non plus passé inaperçu, tout comme son déplacement à Chambord en décembre dernier pour un week-end privé au cours duquel il avait rencontré des membres de la FNC.

« Le président n'est pas chasseur, mais c'est quelqu'un qui fait preuve de bon sens et d'ouverture d'esprit comme peu d'hommes politiques à son niveau », a estimé Willy Schraen. « Il s'intéresse à la ruralité, il sait qu'il y a des problèmes, des frustrations et qu'aujourd'hui il faut passer au-dessus des combats d'arrière-garde ».

Des débats passionnés

La pratique de la chasse à courre - qui compte 10.000 pratiquants et 100.000 sympathisants en France - continue de susciter des débats passionnés entre chasseurs et défenseurs de la cause animale.

Fin janvier, une proposition de loi relative à l'interdiction de ce type de chasse a été déposée à l'Assemblée nationale par La France insoumise et signée par des élus d'autres groupes parlementaires.

Le député du MoDem Erwan Balanant a pointé le « retard » de la France en la matière, citant pour exemple l'Angleterre, où cette pratique a été interdite en 2015, et l'Allemagne.

Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a lui dénoncé l'année dernière une pratique prolongeant selon lui « l'agonie et le stress de l'animal » tout en estimant que la France n'était « pas encore prête à l'abandonner ».

Une réunion nationale en juin

Autre sujet sensible abordé lors de l'entretien avec le chef de l'Etat, jeudi, celui de l'interdiction de la chasse des oies au-delà du 31 janvier. La décision du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot de ne pas accorder de dérogation à ce qui est l'application d'une directive européenne avait fait descendre les chasseurs dans la rue début février.

A rebours de son ministre, Emmanuel Macron a annoncé que ce type de chasse pourrait se poursuivre en février grâce à une dérogation et limitée par des quotas, a indiqué Willy Schraen. « Nous sommes sur une espèce en surabondance », a justifié le président de la FNC. « La diplomatie française sera saisie de ce sujet, l'Etat français parlera à l'Europe. »

Au-delà de la question de la chasse aux oies, l'ensemble des sujets liés à la chasse française devrait faire l'objet d'une grande réunion nationale en juin. Emmanuel Macron a également donné jeudi, selon la FNC, son feu vert à la réforme de la chasse en France, et validé le permis à 200 euros - contre 400 euros actuellement - que réclamaient les chasseurs.

Source Reuters


En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/0301302924554-macron-reaffirme-son-soutien-aux-chasseurs-2154021.php#ZD2Z6TbEcpUL09qU.99

« Pour le président, c'est un non-sujet », a dit à des journalistes le président du lobby des chasseurs, Willy Schraen, à l'issue de sa rencontre avec le chef de l'Etat à l'Elysée. « Il soutient la globalité de ce qui se passe au niveau de la ruralité en matière de chasse et la chasse à courre en fait partie. Pour lui il n'y a aucune ambiguïté là-dessus ».

« Preuve de bon sens »

Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait créé la surprise et fait forte impression à une partie du 1,3 million de chasseurs, en défendant toutes les chasses traditionnelles au nom de la protection du patrimoine français.

Son plaidoyer en faveur d'un retour des chasses présidentielles - supprimées et remplacées par des « battues de régulation » sous la présidence de Nicolas Sarkozy - n'était pas non plus passé inaperçu, tout comme son déplacement à Chambord en décembre dernier pour un week-end privé au cours duquel il avait rencontré des membres de la FNC.

« Le président n'est pas chasseur, mais c'est quelqu'un qui fait preuve de bon sens et d'ouverture d'esprit comme peu d'hommes politiques à son niveau », a estimé Willy Schraen. « Il s'intéresse à la ruralité, il sait qu'il y a des problèmes, des frustrations et qu'aujourd'hui il faut passer au-dessus des combats d'arrière-garde ».

Des débats passionnés

La pratique de la chasse à courre - qui compte 10.000 pratiquants et 100.000 sympathisants en France - continue de susciter des débats passionnés entre chasseurs et défenseurs de la cause animale.

Fin janvier, une proposition de loi relative à l'interdiction de ce type de chasse a été déposée à l'Assemblée nationale par La France insoumise et signée par des élus d'autres groupes parlementaires.

Le député du MoDem Erwan Balanant a pointé le « retard » de la France en la matière, citant pour exemple l'Angleterre, où cette pratique a été interdite en 2015, et l'Allemagne.

Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a lui dénoncé l'année dernière une pratique prolongeant selon lui « l'agonie et le stress de l'animal » tout en estimant que la France n'était « pas encore prête à l'abandonner ».

Une réunion nationale en juin

Autre sujet sensible abordé lors de l'entretien avec le chef de l'Etat, jeudi, celui de l'interdiction de la chasse des oies au-delà du 31 janvier. La décision du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot de ne pas accorder de dérogation à ce qui est l'application d'une directive européenne avait fait descendre les chasseurs dans la rue début février.

A rebours de son ministre, Emmanuel Macron a annoncé que ce type de chasse pourrait se poursuivre en février grâce à une dérogation et limitée par des quotas, a indiqué Willy Schraen. « Nous sommes sur une espèce en surabondance », a justifié le président de la FNC. « La diplomatie française sera saisie de ce sujet, l'Etat français parlera à l'Europe. »

Au-delà de la question de la chasse aux oies, l'ensemble des sujets liés à la chasse française devrait faire l'objet d'une grande réunion nationale en juin. Emmanuel Macron a également donné jeudi, selon la FNC, son feu vert à la réforme de la chasse en France, et validé le permis à 200 euros - contre 400 euros actuellement - que réclamaient les chasseurs.

Source Reuters

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

La fondation Brigitte Bardot donne 350 000 euros à l'association limousine Elephant Haven

Publié le par Ricard Bruno

La fondation Brigitte Bardot a fait un gros don de 350 000 euros pour booster la construction de la maison de retraite pour éléphants qui est en train de sortir de terre à Bussière-Galant.

La fondation Brigitte Bardot donne 350 000 euros à l'association limousine Elephant haven. (image d'illustration)

La fondation Brigitte Bardot donne 350 000 euros à l'association limousine Elephant haven. (image d'illustration)

fondation Brigitte Bardot a fait un don conséquent à l'association limousine Elephant Haven, ce vendredi 16 février. L'organisme de protection des animaux a décidé d'allouer 350 000 euros pour booster la construction de la maison de retraite pour éléphants. En août dernier, Sofie et Tony, deux ex-soigneurs du zoo d'Anvers, ont eu le feu vert des autorités sanitaires pour construire à Bussière-Galant un espace dédié à l'accueil d'éléphants âgés, notamment ceux réformés des cirques. Les travaux ont commencé. Cette somme servira notamment à construire des enclos de nuit pour les pachydermes.

Le plus gros chèque de la fondation Brigitte Bardot en 2017

Tout au long de l'année, la fondation Brigitte Bardot finance des actions pour protéger les animaux sauvages et domestiques. En dehors de ça, "c'est le plus gros budget de la fondation cette année, dédié à un projet précis", assure Christophe Marie, le porte-parole de la fondation Brigitte Bardot. Cette maison de retraite pour éléphants de cirque serait en effet "un projet unique en Europe", d'après le jeune homme.

 

La fondation Brigitte Bardot donne 350 000 euros à l'association limousine Elephant Haven
La fondation Brigitte Bardot donne 350 000 euros à l'association limousine Elephant Haven

La somme allouée dans le cadre de ce "partenariat de démarrage" devrait permettre de construire "des enclos de nuit et de soins", dont les travaux commenceront en avril. Le site devrait être capable d'accueillir ses premiers pachydermes à partir de l'automne. Néanmoins, Sofie, qui est à l'origine du projet ne souhaite pas trop s'avancer: "tout cela dépend de la vitesse à laquelle iront les travaux". L'ex-soigneuse reste discrète sur le nom de leur premier pensionnaire: "Pour le moment nous n'avons rien acté avec les cirques". 

La fondation Brigitte Bardot donne 350 000 euros à l'association limousine Elephant Haven
La fondation Brigitte Bardot donne 350 000 euros à l'association limousine Elephant Haven
La fondation Brigitte Bardot donne 350 000 euros à l'association limousine Elephant Haven

"Le bâtiment est prévu pour accueillir trois éléphants à la fois, mais il peut y avoir une rotation. Le site semble donc adapté pour en héberger six, explique le porte-parole de la fondation Brigitte Bardot, avant de mettre un bémol, comme ce projet est pilote, il ne faut pas être trop ambitieux au départ".

Un objectif : l'autofinancement pour Elephant Haven 

La fondation Brigitte Bardot ne s'est pas engagée à financer régulièrement cette association. "On espère qu'elle atteindra l'autofinancement grâce aux dons qui pourraient lui être versés directement, et à la recherche d'autres partenaires", indique Christophe Marie. La fondation Bardot va néanmoins s'assurer que le projet devienne pérenne. "Dès lors qu'il y aura des animaux sur le site, nous aurons un devoir vis à vis de nos donateurs. Nous nous assurerons que ce projet soit une réussite ". 

Selon un sondage mené cet été, près de 80% des Français se disent favorables à la cause animale. L'exploitation commerciale des animaux, notamment dans les cirques est de plus en plus critiquée. 

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Les plus belles photos des stars et leurs chiens...

Publié le par Ricard Bruno

Audrey Hepburn, Brigitte Bardot, Kate Moss... Les plus belles photos des stars et leurs chiens

Les plus belles photos des stars et leurs chiens...

Dans l'astrologie chinoise, le 16 février 2018 marque la transition vers une nouvelle année, celle du chien. Véritable dopeur d'énergie, le meilleur ami de l'homme a aussi bien conquis le cœur des légendes d'Hollywood que celui des filles en vogue. D'Audrey Hepburn, iconique dans Sabrina avec ses deux caniches pompeux, à Gigi Hadid, le bouledogue sous le bras, en passant par Meryl Streep et son chien, groomé jusqu'aux griffes, tour d'horizon des célébrités et de leurs fidèles compagnons.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot : "Où sont les promesses pour l'amélioration de la condition animale?

Publié le par Ricard Bruno

rigtte Bardot avec son chat Nez Rouge alias Câlin.

rigtte Bardot avec son chat Nez Rouge alias Câlin.

Brigitte Bardot : "Où sont les promesses pour l'amélioration de la condition animale?
Partager cet article
Repost0

Poney, chèvres, chats, chevaux : une cinquantaine d’animaux maltraités sauvés en Mayenne...

Publié le par Ricard Bruno

Mercredi 14 février 2018, à Averton en Mayenne, près de Villaines-la-Juhel, de nombreux animaux maltraités ont été libérés et emmenés en refuge par la Fondation Brigitte Bardot.

Mercredi 14 février 2018, à Averton en Mayenne, près de Villaines-la-Juhel, de nombreux animaux maltraités ont été libérés et emmenés en refuge par la Fondation Brigitte Bardot.

Mercredi 14 février 2018, à Averton, en Mayenne, près de Villaines-la-Juhel, sur deux sites différents appartenant à un même couple, une opération de sauvetage d’animaux a eu lieu. « Nous sommes intervenus pour mettre en sécurité, et en condition de vie décente une cinquantaine de bêtes en tout », indique Charlène Leroux, de la fondation Brigitte Bardot.

Fientes et urines

Parmi eux se trouvaient 5 poneys (dont des shetland), un âne, un cheval, des oies, des canards, 8 moutons, 4 chèvres, 3 lapins. Il y avait également plus de 30 volailles. « Les propriétaires avaient ramené plein d’animaux chez eux. Ils ont été débordés ». Ils avaient pris l’habitude de mettre les animaux dans des cages. Un chat a été retrouvé dans un clapier à lapin, avec seulement des concombres et des légumes à manger. 

Des gendarmes présents

La plupart avaient peu à manger. Ils étaient souvent très maigres et en situation de maltraitance. « Les enclos et les cages étaient mal entretenues. Les fientes et les urines des animaux n’étaient pas évacuées ». Il y avait également de la boue. « Du coup, lorsque nous sommes arrivés, ils en étaient recouverts, et très sales ».

L’une des chèvres.

L’une des chèvres.

La fondation Brigitte Bardot est intervenue de 10 à 14 h. Prévenue par la DDCSPP (Direction départementale de la cohésion sociale et de protection des population), l’intervention a été menée en présence de deux gendarmes de la Mayenne pour assurer la sécurité, ainsi que par quatre personnes de la DDCSPP.

« Le couple n’était pas présent sur le premier site, mais sur le second, oui ».  Une enquête est en cours pour connaître les circonstances dans lesquelles les animaux se sont retrouvés dans une telle situation. Il est suspecté une forme de détresse psychologique du couple. Aucun cadavre animal n’a toutefois été retrouvé sur les sites.

Rapatriés dans l’Eure

« Toutes les bêtes ont été évacuées vers le refuge de la Fondation Brigitte Bardot, celui de La Mare d’Auzou, dans l’Eure, à Saint-Aubin-le-Guichard ». Là bas, ils y seront en liberté, avec les traitements qui conviennent. Ils pourront retrouver une santé normale. 

30 volailles ont été retrouvées.

30 volailles ont été retrouvées.

Au tribunal ?

D’après la fondation, « ces personnes seront à surveiller à l’avenir. Elles peuvent être amenées à recommencer ».

La fondation a joué son rôle. Il appartiendra à la justice de se prononcer sur les sanctions pour ce couple de Mayennais, à l’origine du méfait. Ils devront peut être s’expliquer au tribunal de Laval. Selon leur profil psychologique, ils pourraient être amenés, ou non, à être déclaré responsables de leurs actes. 

Un chat a été sauvé également.

Un chat a été sauvé également.

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot...For ever...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot...For ever...

Il y a mille une façon de dire « je t’aime » à une personne, cela peut être d’une façon on va dire surprenante, il faut dire qu’en la matière certains ne manque pas d’imagination…

On peut dire je t’aime à son ou sa chérie, à une personne pour laquelle on a un très fort attachement et pour ma part c’est le cas pour celle qu’un jour Dieu créa…Brigitte Bardot…

Toute la journée du 14 février sur les panneaux de la ville de Boulogne Billancourt, sera affiché mon message pour « la fée des animaux »…Brigitte Bardot…

Bruno Ricard

Partager cet article
Repost0