Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

244 articles avec actuali

Brigitte Bardot veut mettre du vegan à la carte des restaurants varois

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot veut mettre du vegan à la carte des restaurants varois

La copie d'une lettre manuscrite de BB vient d'être adressée à quelque 200 restaurateurs de la presqu'île tropézienne...

La figure de la Fondation Bardot demande sur un ton léger aux restaurateurs de proposer à leur clientèle un Menu Végétarien ou Vegan ou les deux si possible.

Pour mémoire, un Menu végétarien exclue toute chair animale (viande, poisson), mais admet la consommation d'aliments d'origine animale comme les œufs, le lait et les produits laitiers (fromage, yaourts).

Un Menu Végan exclut la viande et le poisson, mais aussi les produits laitiers, les œufs et le miel. Le véganisme exclut la consommation de tout produit issu des animaux, de leur exploitation ou testé sur eux.

Si de nombreux restaurateurs adhèrent déjà naturellement à cette démarche, il sera intéressant de voir combien de nouveaux menus "BB" fleuriront parés de son emblématique marguerite, sur les ardoises du golfe ce été...

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Incendies: la Fondation Brigitte Bardot interpelle Nicolas Hulot pour suspendre la chasse

Publié le par Ricard Bruno

Incendies: la Fondation Brigitte Bardot interpelle Nicolas Hulot pour suspendre la chasse
Incendies: la Fondation Brigitte Bardot interpelle Nicolas Hulot pour suspendre la chasse

De multiples incendies ravagent le département du Var depuis lundi 24 juillet. Face à ce drame, la Fondation Brigitte Bardot en appelle au ministre de la Transition écologique et solidaire pour interrompre la chasse.

Près de 4.000 hectares ont été dévastés dans le département du Var. 178 départs de feux se sont déclarés depuis lundi. Des dégâts incroyables ont été causés. Et la Fondation Brigitte Bardot a un message à faire passer. 

"Nous vous demandons d'intervenir immédiatement auprès des fédération de chasse afin de mettre en place un moratoire pour aider la faune à ne pas subir, en plus de la destruction de son habitat, une nouvelle menace qui lui serait fatale", alerte Christophe Marie, directeur du pôle protection animale de la Fondation. 

"Le paysage n'est plus que désolation, les animaux tentent de survivre dans ce désert de cendres, il serait criminel d'ajouter à cette tragédie d'autres menaces en maintenant l'ouverture de la chasse", dénonce-t-il. 

Christophe Marie s'adresse directement à Nicolas Hulot en l'interpellant directement, afin de "protéger et non détruire les rescapés de cet été meurtrier". 

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

L'affaire du chat Chevelu, torturé à mort, enfin élucidée...

Publié le par Ricard Bruno

L'affaire du chat Chevelu, torturé à mort, enfin élucidée...

On va voir ce que la justice va faire...Réellement ! 

 

Bruno Ricard

Au terme de deux mois d’investigations, les hommes du commissaire Philippe Granata viennent de résoudre l’affaire Chevelu, ce chat retrouvé mort dans la nuit du 31 mai.

Un Dracénois, âgé de 28 ans, fait actuellement l’objet d’un déferrement devant le procureur de la République. Il aurait reconnu avoir asséné trois coups de pied mortels au petit matou avec ses chaussures de sécurité. 

>> LIRE AUSSI. A Draguignan, plus de deux cents personnes ont demandé justice pour le chat

Partager cet article

Repost 0

Bourvil aurait eu 100 ans le 27 juillet 2017...

Publié le par Ricard Bruno

Bourvil aurait eu 100 ans le 27 juillet 2017...
Bourvil aurait eu 100 ans le 27 juillet 2017...
Bourvil aurait eu 100 ans le 27 juillet 2017...
Bourvil aurait eu 100 ans le 27 juillet 2017...
Bourvil aurait eu 100 ans le 27 juillet 2017...
Bourvil aurait eu 100 ans le 27 juillet 2017...
Bourvil aurait eu 100 ans le 27 juillet 2017...
Bourvil aurait eu 100 ans le 27 juillet 2017...
Bourvil aurait eu 100 ans le 27 juillet 2017...
Bourvil aurait eu 100 ans le 27 juillet 2017...
Bourvil aurait eu 100 ans le 27 juillet 2017...
Bourvil aurait eu 100 ans le 27 juillet 2017...
Bourvil aurait eu 100 ans le 27 juillet 2017...
Bourvil aurait eu 100 ans le 27 juillet 2017...
Bourvil aurait eu 100 ans le 27 juillet 2017...
Bourvil aurait eu 100 ans le 27 juillet 2017...
Bourvil aurait eu 100 ans le 27 juillet 2017...
Bourvil aurait eu 100 ans le 27 juillet 2017...

Quelques jours après la mort de Bourvil, le 23 septembre 1970, Paris Match rendait hommage à celui qui incarna le peintre en bâtiment Augustin Bouvet dans «La Grande Vadrouille» en 1966. Portrait d’époque.

Paris Match, le 30 octobre 1970. Par Yves Salgues

Il avait dit un jour :«Le personnage exceptionnel, c’est celui qui est capable d’être tout le monde.» Dans une industrie cinématographique marquée par la dictature des monstres sacrés aux cachets pharaoniques, il avait imposé une sorte d’artisanat rural.

A l’annonce de sa mort, jamais chagrin n’a été également ressenti dans toutes les classes de la société. Soudain, mercredi 23 septembre, en cette fin d’après-midi printanier, les dactylos se sont arrêtées, l’index levé sur une lettre. (…)

Le naturel des comiques de fêtes de villages

Avec son visage sculpté à coup d’instruments sommaires – on pense à ceux d’un sabotier – avec son air de sortir de la caserne à reculons pour faire semblant d’y rentrer, il avait – autant qu’un Raimu – le naturel des comiques de fêtes de villages. Paillasse, oui ! Mais qui atteignaient le rire en ligne directe, par des moyens ni élaborés ni sournois : le rire de l’innocence. Paillasse avec une grâce musicale d’une précision inouïe, avec l’efficacité des clowns et leur capital bonté. Mais un clown surgi d’une toile de Rouault plutôt que de Dufy et qui – pour atteindre au pathétique – savait «tordre son coeur comme du linge mouillé».

La force de Bourvil provenait pour une large part d’une lacune, déclarait Marcel Aymé. Il n’avait pas appris à tricher.

Fils de cultivateurs normands

1945. Au bas de l’affiche, chez Carrère, le cabaret snob de la rue Pierre-Charron, un garçon de 29 ans qui chante «les Cartes postales». Sa carte de visite : André Raimbourg, fils de cultivateurs, né à Prétot-Vicquemare, non loin de Bourville, dans le pays de Caux. A abandonné l’école primaire supérieure de Doudeville (il se destinait à la carrière d’instituteur) pour l’étude du cornet à piston. Ses débuts sur les planches : un numéro d’estaminet, à une époque (juste avant la guerre) où on pratique la quête à la mouche. Les artistes sont rémunérés au bon cœur du client. Dans une main, Raimbourg tient une soucoupe où le spectateur dépose une pièce. Dans l’autre, fermée, une mouche vivante est prisonnière. Quand Raimbourg remet la soucoupe à son directeur, celui-ci exige qu’il libère l’insecte. L’astuce du procédé : impossible de subtiliser le moindre centime.

"

Il faut qu’il soit génial pour faire croire au public qu’il est bête

"

Chez Carrère, Raimbourg – devenu Bourvil – fait rire. (…) Sa chance : Ray Ventura (…) a besoin d’un amuseur pour sa tournée française. Bruno Coquatrix lui indique Bourvil. (…)

1952. « La Route fleurie », opérette de Francis Lopez, commence à l’ABC une carrière qui se poursuivra pendant sept années. Le jeune premier, Georges Guétary, perçoit 100 000 francs par représentation. Bourvil, le comique, 15 000. Guétary attire la foule, mais Bourvil fait le triomphe. Guétary s’exclame, ahuri : «Il faut qu’il soit génial pour faire croire au public qu’il est bête». Désormais, la carrière de Bourvil est une escalade continuelle. Son atout : la loyauté et cette modestie des gens qui, dit-il, «font appel au dictionnaire chaque fois qu’un auteur lui lance un mot compliqué».

C’est l’astuce paysanne mise en avant comme une défense, une pudeur avouée. Célèbre, Bourvil découvre l’élégance : les complets sombres et clairs, les cravates de cachemire, les mocassins en chevreau. (…)

Avec Gérard Oury – «Le Corniaud», «La Grande Vadrouille», «Le Cerveau» - la carrière de Bourvil prend une véritable dimension internationale. Mais, plus ses cachets montent (100 millions de francs par film), plus il s’attire des sympathies par sa simplicité. (…)

Il citait souvent la phrase favorite de l’humoriste normand : «Je préfère aller à la poste hériter qu’à la postérité». (…) 

"

Bourvil a le cancer de la moelle épinière.

"

(NDLR : en 1968, un médecin diagnostique à Bourvil un cancer du sang et la maladie de Kahler).

Dans la profession, un bruit court : «Bourvil a le cancer de la moelle épinière». (…) Le mal, il veut le vaincre encore. Il accepte le rôle principal du «Cercle Rouge», sous la direction de Jean-Pierre Melville. Il a subi 92 bombardements au cobalt, mais ne se plaint pas. En revanche, il peste contre les assureurs qui refusent de renouveler leurs  contrats respectifs. Puis, lorsque Melville l’oblige à tirer sur des gangsters avec un révolver – il tient une arme à feu entre ses mains pour la première fois – il est pris de panique et éclate en sanglots. Tuer son prochain l’impressionne au plus haut point.

Un riche acteur paysan

Avec sa ferme au du Moulin, à l’extrémité de Bourville (cinq corps de bâtiments, 135 hectares, 200 têtes de bétail), avec sa propriété de Bolbec et ses divers terrains dans le pays de Caux, Bourvil était un riche acteur paysan.

Mort dans un fauteuil, comme Molière – dans une clinique dont le nom reste secret -, André Raimbourg a néanmoins choisi d’être enterré à Montainville : un village de 300 habitants, à l’écart de la route Paris-Deauville, où un parc d’un hectare s’éploie autour de sa maison de week-end.

La grille du cimetière, clos d’un mur de pierres grises, est peinte en bleu-vert. Bourvil avait découvert Montainville il y a treize ans, en présente de Jeannette, sa femme, et de ses deux enfants : Dominique et Philippe. «J’y reviendrai», avait-il dit. Puis, se ravisant : «Non, j’y reste».

Il y est, il y reste, Bourvil, qui proclamait : «Je vis comme M. Dupont». Bourvil qui n’était pas seulement un humain avec le sens du comique, mais et aussi et surtout un comique avec le sens de l’humain.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

"Elle m'appelle sa fille" : Pamela Anderson se confie sur sa relation avec... Brigitte Bardot !

Publié le par Ricard Bruno

"Elle m'appelle sa fille" : Pamela Anderson se confie sur sa relation avec... Brigitte Bardot !
"Elle m'appelle sa fille" : Pamela Anderson se confie sur sa relation avec... Brigitte Bardot !

Dans une interview accordée à nos confrères de VSD, Pamela Anderson s'est confiée sur les combats qu'elle mène, notamment pour les animaux et a avoué qu'elle avait une relation assez spéciale avec Brigitte Bardot. 

Pamela Anderson serait-elle la nouvelle Brigitte Bardot ? Cinématographiquement parlant, la comparaison n'est pas pertinente, mais les deux femmes se ressemblent énormément sur un point : leur engagement pour les animaux. Dans une interview accordée à nos confrères de VSD, l'actrice d'Alerte à Malibu s'est confiée sur ses combats, et sa relation avec l'ancienne sex-symbol de Saint-Tropez.

La comédienne de 50 ans avoue : "Je suis militante depuis toujours. Et j'ai toujours eu une affinité avec les animaux. Aujourd'hui encore, je les préfère à la plupart des gens. Il était donc naturel pour moi de partager toute l'attention que j'obtenais dans le monde entier grâce à Alerte à Malibu. J'ai toujours été très active politiquement et engagée dans le monde. Pour les animaux et ceux qui souffrent injustement. Sans voix pour se défendre." Son premier fait de militante ? : "J'ai convaincu mon père d'arrêter de chasser."

"Une grande inspiration"

Dans cette interview, Pamela Anderson est aussi revenue sur sa relation avec Brigitte Bardot, qui elle aussi se bat pour les animaux, et il semblerait qu'elles soient très proches : "Nous nous parlons parfois au téléphone. Elle m'appelle "sa fille". Nous aimons toutes les deux les animaux. Elle est une grande inspiration et une si belle femme. J'adore le style de Saint-Tropez dans les années 60. Bardot y était essentielle. La bohème, la liberté sexuelle, l'amour."

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

De Brigitte Bardot à Marilyn : les icônes à la plage...

Publié le par Ricard Bruno

De Brigitte Bardot à Marilyn : les icônes à la plage...

Que cela soit pour les besoins d’un film ou à titre strictement personnel, les stars aussi profitent de quelques instants de bien-être à la plage, et ce, qu’importent les générations. Marilyn, Audrey, ou encore Françoise, découvrez les plus beaux clichés de nos icônes à la plage.

Marilyn Monroe

Loin des projecteurs incessants qui vont de pair avec la vie hollywoodienne, Marilyn Monroe s’offrait parfois des moments de répit, pour profiter des bienfaits de l’air marin. Ici, avec son bikini à rayures et ses jolies chaussures (pas très pratiques pour marcher sur la plage, on en convient), on ne peut que saluer son allure toujours glamour et impeccable. Une star à la ville comme à l’écran.

Brigitte Bardot

Ce n’est un secret pour personne : Brigitte Bardot ne jurait que par la petite ville de Saint-Tropez. La star de cinéma a craqué pour ce petit village de pêcheurs il y a près de 60 ans. Une histoire d’amour qui dure et qui a fait la renommée de Saint-Tropez.  Car si la ville est connue des touristes, c’est en grande partie grâce à B.B. Un petit coin de paradis pour l’actrice, heureuse comme un poisson dans l’eau sur ce cliché où vêtue d’un bikini, elle profite des délices qu’offre la Méditerranée.

François Hardy

Entre deux prises du film américain Grand Prix, tourné en 1966, Françoise Hardy aimait venir se poser sur la plage. Coiffure sage, tee-shirt à manches courtes et petite jupe, la chanteuse française ne se dépeignait jamais de son habituelle discrétion.

Romy Schneider

S’il est impossible de ne pas associer Romy Schneider à son rôle culte dans le film La Piscine, pour ses véritables vacances, la star autrichienne aimait plutôt se reposer en Sicile. Sur ces clichés, elle apparaît rayonnante avec ses cheveux en arrière et son bronzage caramel.

Claudia Cardinale

Retour dans les années 1960 avec cette photo de la sublime Claudia Cardinale. L’actrice italienne est ici vêtue d’un simple maillot de bain une pièce qui lui va à ravir, et profite clairement de son excursion à la plage. Un cliché d’une spontanéité rafraîchissante.

France Gall

En apparence innocente, cette photo de France Gall en train de déguster une sucette, choisie parmi le monticule d’autres sucreries se trouvant autour d’elle, est en fait lourd de sens. La chanteuse est alors connue pour son titre « Les Sucettes » composé par Serge Gainsbourg. Elle découvrira quelques années après seulement le sens véritable des paroles composées par le chanteur et compositeur français.

Dalida

Sur cette photo prise en Corse dans les années 1970, la chanteuse Dalida affiche une silhouette à faire pâlir d’envie n’importe quelle femme. Lunettes de soleil, maillot de bain une-pièce rouge et scandales à talons, même pour marcher au bord de sa piscine, Dalida se parait de ses plus beaux atours.

Audrey Hepburn

C’est sur le tournage de Voyage à deux, film sorti en 1967, qu’on peut apercevoir Audrey Hepburn se prélassant au bord d’une piscine à Saint-Tropez. L’actrice américaine ne se dépeint jamais de son éternelle élégance, avec ce sublime maillot de bain une pièce au profond décolleté dans le dos et son bonnet de bain fleuri.

Sophia Loren

L’actrice italienne Sophia Loren apparaît renversante de beauté sur ce cliché. Habillée d’une simple robe corset à motifs fleuris, l’actrice est en fait en plein tournage de La Comtesse de Hong-Kong, dernier film réalisé par Charlie Chaplin.

Catherine Deneuve

C’est l’une des plus grandes actrices françaises, qui a connu son apogée dans les années 1960. On peut ici apercevoir l’actrice Catherine Deneuve sur le tournage de La Chamade, en 1968. La star apparaît rayonnante vêtue d’un simple pantalon et d’une veste.

Source de l'article : Cliquez ICI

De Brigitte Bardot à Marilyn : les icônes à la plage...
De Brigitte Bardot à Marilyn : les icônes à la plage...
De Brigitte Bardot à Marilyn : les icônes à la plage...
De Brigitte Bardot à Marilyn : les icônes à la plage...
De Brigitte Bardot à Marilyn : les icônes à la plage...
De Brigitte Bardot à Marilyn : les icônes à la plage...
De Brigitte Bardot à Marilyn : les icônes à la plage...
De Brigitte Bardot à Marilyn : les icônes à la plage...
De Brigitte Bardot à Marilyn : les icônes à la plage...
De Brigitte Bardot à Marilyn : les icônes à la plage...

Partager cet article

Repost 0

Les Baléares plantent une nouvelle banderille dans la tauromachie espagnole

Publié le par Ricard Bruno

Un matador a Pampelune, en Espagne, le 12 juillet...

Un matador a Pampelune, en Espagne, le 12 juillet...

Les Canaries l'avait bannie en 1991, la Catalogne en 2010. Lundi, c'est le Parlement régional de l'archipel qui a porté un coup à cette tradition controversée. En interdisant notamment la mise à mort des taureaux, il a mis en colère tout un milieu.

La tauromachie se réduit comme peau de chagrin dans le pays qui l’a vue naître. Après la prohibition de cette «fête nationale» (nom donné à la tauromachie sous le franquisme) aux Canaries en 1991, et sa disparition en Catalogne depuis 2010, voici que l’archipel des Baléares – dont Palma de Majorque est la capitale – veut aussi faire la peau à cette vieille tradition espagnole aujourd’hui chancelante. Qui demeure très vivante, surtout dans les campagnes, avec un total de près de 5 000 spectacles taurins de tout type chaque année, d’après l’agence Europa Press. Mais paradoxalement, le nombre de corridas est en baisse, ainsi que l’affluence et les retransmissions télévisées, elle intéresse à peine les moins de 35 ans, et la récente montée du mouvement animaliste l’affaiblit sensiblement. Désorganisé, peu solidaire, le milieu taurin vient donc de recevoir un autre coup de pique régional qui, selon toute vraisemblance, signifie à moyen terme sa mort définitive dans le très touristique archipel méditerranéen des Baléares. Et qui, à l’échelle nationale, accentue la possibilité d’une contagion généralisée.

Trace culturelle

Les autorités des Baléares n’ont pas à proprement parler aboli la tauromachie. Elles savent que, depuis une loi promulguée en 2013 par les conservateurs au pouvoir central à Madrid – qui définit cette tradition comme «patrimoine culturel» –, cette initiative serait rejetée par le tribunal constitutionnel. Alors le Parlement régional, dominé par le Parti socialiste, Podemos et les éconationalistes de Més (des formations férocement opposées à une pratique qui «maltraite et fait souffrir des animaux»), a contourné l’obstacle : au lieu de prohiber la tauromachie, il a voté une législation qui l’édulcore au point d’en ôter son essence. Finies la mise à mort et le sang versé dans les arènes (comme au Portugal, où l’animal est tué après le spectacle) ; finis les banderilles et les piques des picadores à cheval. Interdits, aussi, l’entrée des moins de 18 ans, la vente de boissons alcoolisées et autres réjouissances. «Tout cela revient à vouloir en finir avec la corrida, enrage Angel González Abad, chroniqueur taurin. Car, par définition, depuis que la tauromachie existe dans sa version moderne, la mise à mort en est indissociable. Si elle ne se produit pas, alors la corrida n’a plus de sens.» Aux yeux du président de la fédération taurine des Baléares, Juan Antonio Alvarez, «c’est un coup de cette gauche qui a en horreur tout ce qui est espagnol, et qui veut effacer la moindre trace culturelle qu’elle estime étrangère à l’archipel».

Droits élémentaires

Détracteurs ou partisans de la «fête nationale», tous ont la Catalogne dans leur rétroviseur. En 2010, une majorité de députés régionaux – nationalistes ou écologistes – avaient proscrit la tauromachie, sous le prétexte, aussi, qu’elle était incompatible avec les droits les plus élémentaires des animaux. A Madrid, après une plainte du Parti populaire au pouvoir, le tribunal constitutionnel avait entamé une intense bataille judiciaire contre les leaders catalanistes. En novembre 2016, ce même tribunal avait fini par annuler l’interdiction. «Pendant ces six ans, le monde taurin s’est tu, les toreros, les éleveurs, les entrepreneurs, tous, souligne Angel González Abad. Si bien que ce furent six ans de silence, de solitude. Et, pendant ce temps, en Catalogne, la corrida tombait en désuétude.» De fait, les arènes ont depuis changé de fonction, certaines sont devenues des centres commerciaux, d’autres des lieux de loisirs. A Tarragone, par exemple, elles accueillent les «castellers», ces pyramides humaines si typiques de la région. Partout, on a supprimé les étables et les infirmeries pour les taureaux. Si bien qu’aujourd’hui seules les arènes barcelonaises de «La Monumental» pourraient héberger une corrida – ce qui n’a pas eu lieu depuis 2010, sous la pression médiatique et sociale, et du fait de l’absence de garantie de rentabilité.

Or, c’est bien ce qu’escomptent les antitaurins aux Baléares : profiter des démêlés judiciaires qui sont à prévoir pendant les mois – ou les années – à venir, et empêcher par tous les moyens l’organisation de corridas pendant cette période d’incertitude. D’autant que la législation régionale, tout juste approuvée, prévoit quantité d’obstacles administratifs : obligation que les taureaux soient issus d’élevages de l’archipel  –rares –, des contrôles antidopage supplémentaires pour les toreros, des examens sanitaires tatillons pour les animaux, etc. Cet été, à n’en pas douter, les corridas prévues dans les Baléares auront certainement lieu, notamment à l’occasion de la grande fête de Palma de Majorque, avec la présence remarquée du torero français Sébastien Castella. Mais, à l’avenir, après la Catalogne et les Canaries, les milieux taurins ont de bonnes raisons de craindre la perte d’un nouveau bastion.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Et si le loup était responsable de la propagation des incendies dans le Var?

Publié le par Ricard Bruno

Quand j'ai lu cet article j'ai bondi de ma chaise, il ne manquait plus que ça, maintenant le loup serait responsable des incendies, ben voyons, et les orques et baleines elles seraient responsable des tsunamis...non mais, on nous prend vraiment pour des cons, ce n'est pas possible !

Bruno Ricard 

L'incendie dans le secteur de Bormes-les-Mimosas...

L'incendie dans le secteur de Bormes-les-Mimosas...

Si le président de la Région Paca, Renaud Muselier, est persuadé que l'origine de l'incendie de Bormes-les-Mimosas est "volontaire", le maire d'Artigues - une commune également ravagée par les flammes - ainsi qu'un éleveur varois mettent en cause le loup.

Une catastrophe pour le Var, 3e département le plus boisé de France. Depuis lundi après-midi, plus de 3.200 hectares de forêt ont été ravagés par les flammes à La Croix Valmer, Artigues et Bormes-les-Mimosas. "C'est un désastre, a commenté mercredi Renaud Muselier, le président de la Région Paca. L'incendie est sans doute d'origine criminelle. On va tout faire pour retrouver les auteurs de cet incendie."

Attisées par des vents violents, les flammes se sont propagées à une vitesse folle. En seulement quelques heures, le feu a parcouru plus de 1.000 hectares dans la nuit de mardi à mercredi dans le secteur de Bormes-les-Mimosas. Une avancée très rapide que le maire d'Artigues ainsi qu'un éleveur varois justifie par l'absence de débroussaillage... à cause de la présence du loup. "Il y a des loups, de plus en plus. Et beaucoup de bergers ont abandonné leurs troupeaux. Cette herbe sèche favorise les départs de feu plus rapidement qu'avant", se désole Gabriel Magne, le maire du village d'Artigues où 1.700 hectares sont partis en fumée. "Avec les loups, on ne peut plus aller en forêt et faire le débroussaillement. Avec les troupeaux, on était payé pour débroussailler les pare-feux. Cela fait deux ans que j'ai arrêté à cause des loups", poursuit l'éleveur Gilbert Villa.

"Non, le loup n'est pas responsable"

Une théorie qui a déclenché l'ire de l'association Ferus. "C'est une énième tentative de certains anti-loup de vouloir en faire le coupable de tous les malheurs du monde", écrit Férus dans un communiqué. "Les vrais responsables des incendies sont les pyromanes, jeteurs de mégots, faiseurs de barbecue et autres irresponsables, volontaires ou non (...) et le Mistral". 

Selon l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, trois meutes sont présentes dans le Var. Elles sont treize dans les Alpes-Maritimes.

L'association cite aussi l'exemple de la Corse, durement touchée depuis le début de la semaine par les incendies. "Le loup n’a pourtant jamais posé une patte sur l’île de Beauté".

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot en couverture du journal "La province" (Belgique) du 25 07 2017...

Publié le par Ricard Bruno

Journal La Province n°200 du 25/07/2017 (Belgique)

Brigitte Bardot en couverture du journal "La province" (Belgique) du 25 07 2017...

Partager cet article

Repost 0

En Espagne, les Baléares interdisent les corridas avec mise à mort !

Publié le par Ricard Bruno

Les taureaux ne pourront plus être blessés ni mis à mort...

Les taureaux ne pourront plus être blessés ni mis à mort...

Les toreros pourront toréer seulement munis de leur cape, et sans "aucun instrument pointu susceptible de produire des blessures et/ou la mort du taureau"

Le Parlement régional de l’archipel des Baléares a voté lundi une loi de protection des animaux réglementant drastiquement les corridas, interdisant notamment la mise à mort des taureaux.

 

Le texte, promu par la coalition de gauche au pouvoir dans l’archipel, permet aux toréros de toréer trois bêtes pour une durée maximum de dix minutes par animal, seulement munis de leur cape, et sans "aucun instrument pointu susceptible de produire des blessures et/ou la mort du taureau". 

Il oblige également les toreros et les bêtes à se soumettre à des contrôles antidopage avant et après le spectacle, et relève à 18 ans l’âge minimum pour y assister. 

Contourner la jurisprudence espagnole

Ce texte vise à contourner la jurisprudence de la Cour constitutionnelle espagnole, qui a annulé fin 2016 l’interdiction pure et simple de la tauromachie en Catalogne, estimant qu’il s’agissait d’une "mesure prohibitive" que les régions n’avaient pas le droit de prendre.

Les corridas, objet depuis des années d’un débat passionné entre défenseurs des animaux et partisans de la "fiesta nacional", sont inscrites à la liste du "patrimoine culturel immatériel" de l’Espagne, et l’Etat veille à ce titre à leur conservation. 

Multiplication de mesures anti-taurines

Un autre archipel, les Canaries, sont la seule région espagnole où l’interdiction des corridas est effective, depuis 1991. 

Les défenseurs des animaux y ont le vent en poupe depuis plusieurs années, le Parti contre la maltraitance animale ayant obtenu aux dernières législatives plus de 286 000 voix, contre environ 45 000 en 2008. 

Sous leur pression, des mairies conquises par la gauche en 2015 ont pris depuis des mesures anti-taurines, comme Madrid, qui a retiré sa subvention à l’école de tauromachie. 

Le nombre de corridas en Espagne n’a cessé de diminuer ces dernières années, passant de 475 en 2012 à 386 en 2016 selon le ministère de la Culture, alors que les partisans de la tradition soulignent que les "fêtes populaires" issues de traditions locales ont augmenté dans le même temps.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>