Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

244 articles avec actuali

Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...
Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...
Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...
Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...
Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...
Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...
Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...
Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...
Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...
Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...

Partager cet article

Repost 0

Saint-Aubin-le-Guichard : la fondation Brigitte Bardot accueille deux bovins...

Publié le par Ricard Bruno

Pipo et Pacha finiront leurs jours au refuge de la Mare-Auzou

Pipo et Pacha finiront leurs jours au refuge de la Mare-Auzou

Saint-Aubin-le-Guichard. Pipo et Pacha, deux bœufs âgés de 18 ans, vont désormais passer une retraite paisible au refuge de la Mare-Auzou, une site géré par la Fondation Brigitte Bardot.

À 18 ans, Pipo et Pacha ont largement gagné le droit de prendre leur retraite. Ces deux bovins de 600 kg, perclus d’arthrose et supportant le poids des ans, ont été accueillis samedi matin au refuge de la Mare-Auzou, à Saint-Aubin-le-Guichard. Un site géré par la Fondation Brigitte Bardot, où ils sont les seuls de leur espèce.

De Paris à la Normandie

Dans leur paddock rempli de foin, entouré par des chevaux, ils peuvent compter sur l’attention d’une équipe toujours aux petits soins. Les deux animaux n’ont en fait jamais manqué de soins ni de caresses. Arrivés peu après leur naissance au jardin d’acclimatation du XVIe arrondissement de Paris, ils ont eu droit aux regards admiratifs de tous les visiteurs de cette ferme pédagogique. Ils sont les rescapés de l’abattoir, qui attend normalement leurs congénères vers l’âge de 12 ans.

La Fondation Brigitte Bardot accueille ainsi, dans toute la France, près de 700 heureux bovins. Après un court séjour dans une pension de Saint-Aubin-le-Guichard, les vénérables ruminants ont donc gagné en camion la Mare-Auzou, où les attendait Emmanuelle Dujarrier, responsable du refuge. Descendus d’un pas pesant dudit camion, ils se sont aussitôt mis à déguster la bonne herbe du paddock, sans plus se soucier de ces humains qui les contemplaient, comme chaque jour de leur vie depuis leur naissance...

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot : Le mythe et la marque !

Publié le par Ricard Bruno

Merci à Mr Alexandre Durand-Viel directeur du château de la Messardière pour m'avoir prévenu de cette parution...

Journal le Monde du mardi 18 07 2017

Brigitte Bardot : Le mythe et la marque !
Brigitte Bardot : Le mythe et la marque !
Brigitte Bardot : Le mythe et la marque !
Brigitte Bardot : Le mythe et la marque !

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot, mythe et marque de Saint-Tropez..

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot, mythe et marque de Saint-Tropez..

Brigitte Bardot est une femme d’habitudes. Tous les jours, elle quitte sa villa La Madrague à midi. Elle s’engouffre dans sa 4 L avec quatre ou cinq chiens et rejoint son autre maison de Saint-Tropez, La Garrigue, achetée à la fin des années 1970 sur le site paradisiaque du Capon. Elle y a pour voisin le milliardaire russe Roman Abramovitch, qui a acquis une luxueuse villa pour 250 millions d’euros. Elle ne sait pas qui il est. Ce qu’elle recherche, sur cette colline préservée, c’est retrouver le calme qui lui manque tant à La Madrague depuis des décennies.

« Treize bateaux à touristes font la rotation par jour, raconte son mari, Bernard d’Ormale. Ils s’approchent le plus près possible de nos fenêtres avec des haut-parleurs qui hurlent : “Voici la maison de Brigitte Bardot, vous pouvez prendre des photos !”C’est insupportable, on les entend de toutes les pièces et on ne peut plus ni sortir sur le ponton ni se baigner. »

C’est donc à La Garrigue que Bardot, 82 ans, se réfugie. Elle y travaille, lit les dizaines de mails et de lettres qui lui sont envoyés chaque jour, répond de son écriture ronde et enfantine. La plupart des courriers concernent la défense des animaux, d’autres sont des demandes de gens dans la détresse, qu’elle s’efforce d’aider. « Ce boulot la tue », confie son époux, qui est son fil avec le monde extérieur.

Bien avant la gloire...

A La Garrigue, « Brigitte », comme on l’appelle ici, retrouve ses chèvres, cochons, moutons, canards, oies, ânes, qui vivent en liberté sur un terrain de quatre hectares. Le soir, elle retourne à La Madrague, où des badauds l’attendent, juste pour croiser son regard derrière les vitres sales de sa vieille bagnole. Elle a beau avoir fait enlever la pancarte indiquant le nom de sa demeure pour la remplacer par un « toutou’s bar », les curieux ne sont pas dissuadés. L’un d’eux a même volé la gamelle d’eau destinée aux chiens errants. La star a dû la remplacer par une gamelle en béton !

Source de l'article : Cliquez ICI


 

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot...à Capri...inédit !

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot arrivée à Capri lors du tournage du film le mépris...

Cela dure quelques secondes mais document totalement Inédit !

©Bruno Ricard

Partager cet article

Repost 0

Un vaste réseau européen de trafic de viande de cheval démantelé...

Publié le par Ricard Bruno

Une raison de plus de ne plus manger de cadavres...

"On ne mange pas la plus belle conquête de l'homme"

Bruno Ricard

Une soixantaine de personnes ont été arrêtées, elles sont poursuivies notamment pour des délits de maltraitance animale, atteinte à la santé publique et blanchiment d'argent.

 

L'enquête avait démarré en Espagne en 2016, à la suite de la détection par la garde civile d'activités suspectes en lien avec le marché de la viande de cheval. (Photo d'illustration)

L'enquête avait démarré en Espagne en 2016, à la suite de la détection par la garde civile d'activités suspectes en lien avec le marché de la viande de cheval. (Photo d'illustration)

Un vaste trafic de viande de cheval en Europe a été démantelé dans le cadre d'une enquête menée en Espagne, a révélé dimanche Europol en évoquant des ramifications dans huit pays européens, dont la Belgique où le cerveau du réseau a été arrêté. Dans le cadre de cette enquête, «soixante-cinq personnes ont été arrêtées et poursuivies pour des délits tels que la maltraitance animale, la production de faux, des atteintes à la santé publique, le blanchiment d'argent et l'appartenance à une association de malfaiteurs (...)», précise un communiqué d'Europol.

L'enquête avait démarré en Espagne en 2016, à la suite de la détection par la garde civile d'activités suspectes en lien avec le marché de la viande de cheval. En avril 2017, les forces de l'ordre avaient déclenché des opérations contre un réseau de trafic de viande de cheval inapte à la consommation humaine. Selon le quotidien El Pais, l'opération visait en particulier un courtier néerlandais en viandes, Jan Fasen, poursuivi par la justice française dans le scandale dit des lasagnes à la viande de cheval qui avait déjà touché plusieurs pays européens en 2013.

Dimanche, Europol a évoqué «un homme d'affaires néerlandais», interpellé dans la station balnéaire de Calpe à Alicante. L'agence précise aussi qu'il était lui-même en lien avec le cerveau de l'opération, également néerlandais, installé en Belgique. Dans un premier temps, 25 personnes avaient été arrêtées en Espagne et selon Europol, l'enquête a mené bien au-delà des frontières espagnoles. Finalement, des opérations avaient aussi été menées de façon coordonnée en Belgique, en France, au Portugal, en Italie, en Roumanie, en Suisse et au Royaume Uni. Des comptes en banque ont été gelés, et des biens immobiliers saisis, de même que cinq voitures de luxe.

La première affaire, qui avait démarré au Royaume-Uni début 2013, avait mis en lumière la complexité et l'opacité des circuits d'approvisionnement et de transformation. Plusieurs grandes marques de surgelés avaient été touchées, dans un contexte de tromperie massive portant sur 750 tonnes de viande écoulée dans 13 pays européens, soit 4,5 millions de plats cuisinés, avait révélé à l'époque l'autorité française antifraudes (DGCCRF).

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Animaux abandonnés : l'indignation de Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot Interview du 15 07 2017Journal Télévisé de 20h30 de France2...

Bruno Ricard

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot en couverture du journal Marianne...

Publié le par Ricard Bruno

MARIANNE MAGAZINE N°1060 de Juillet 2017...

MARIANNE MAGAZINE N°1060 de Juillet 2017...

Partager cet article

Repost 0

Chronique d’une mort annoncée de la corrida dans Le Canard !

Publié le par Ricard Bruno

Chronique d’une mort annoncée de la corrida dans Le Canard !

Il fut un temps où le Canard Enchaîné comptait parmi ses journalistes de nombreux aficionados. Mais, fort heureusement, les moeurs évoluent et les vérités finissent toujours par éclater.

Dans son dossier de juillet 2017 consacré à la maltraitance animale, le Canard estoque la corrida en reprenant et confirmant tout ce que nous disons et écrivons depuis des années : oui, la corrida est une barbarie, oui c’est un gouffre financier, oui son public vieillit, oui les « pipoles » n’osent plus s’y montrer parce que ça fait tache, oui de nombreux spectateurs se sont lassés de recevoir des lacrymos et de se faire huer par des manifestants anticorrida. Bref, d’être leur mauvaise conscience…

En prime, une magnifique confirmation de Simon Casas : « Nous sommes tous déficitaires depuis cinq ans ».

On ne vous le fait pas dire. Nous, cela fait cinq ans qu’on le dénonce.

Roger Lahana
Secrétaire fédéral de la FLAC

Chronique d’une mort annoncée de la corrida dans Le Canard !

Partager cet article

Repost 0

Pourquoi l'imprimé vichy revient à la mode ?

Publié le par Ricard Bruno

Pourquoi l'imprimé vichy revient à la mode ?
Cet été, le vichy fait son come-back. Flirtant subtilement entre élégance bourgeoise et sensualité subversive, ces petits carreaux ont conquis les filles en vogue : de Bella Hadid à Bianca Balti en passant par Kendall Jenner et Emily Ratajkowski, toutes se sont appropriées ce motif estival, dont le potentiel sensuel fut révélé par Brigitte Bardot dans les années 50. L'occasion de découvrir les meilleures façons de porter cet essentiel d'été, à travers les doux filtres Instagram.
 

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>