Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

actualites fondation brigitte bardot

Les animaux de la veuve de Bernard Tapie qui vivent au Moulin du Breuil, vont être recueillis par la Fondation Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Actuellement dans la propriété du Moulin du Breuil, que la veuve de Bernard Tapie doit quitter à la fin du mois, ses animaux sont en passe d’être transférés dans un refuge de la Fondation Bardot.

La somptueuse villa de Bernard Tapie à Saint-Tropez est désormais entre les mains des créanciers.

La somptueuse villa de Bernard Tapie à Saint-Tropez est désormais entre les mains des créanciers.

Madame Tapie est très triste. Elle tenait énormément à ses animaux et notamment ses gros toutous. Mais dans son appartement à Paris, elle ne pourra pas les garder".

C’est avec beaucoup de compassion et de réserve que Bernard d’Ormale, l’époux de Brigitte Bardot évoquait, jeudi, le triste sort de Dominique Tapie, veuve de Bernard, décédé le 3 octobre 2021.

À la peine de la perte de l’être aimé, s’ajoute aujourd’hui pour Dominique Tapie un marasme financier - comme le relatent nos confrères de Paris Match cette semaine - et une dette de près de 600 millions d’euros à rembourser.

Transfert imminent

Parmi les biens saisis par ses créanciers, le moulin du Breuil, aux portes de Paris, où nombre d’animaux du couple écoulaient des jours heureux.

N’ayant plus d’endroit où les accueillir, la veuve de Bernard Tapie a contacté Brigitte Bardot qui a immédiatement accepté de prendre en charge chevaux, poules, chiens, ânes et chevreaux.

"La directrice générale Ghyslaine Calmels-Bock, est en contact avec madame Tapie qu’elle doit rencontrer afin de lister les animaux et convenir d’une date pour le transfert vers l’un de nos refuges" nous confiait-on jeudi à la Fondation Bardot.

Lorsque tous les éléments nécessaires auront été donnés à la Fondation, l’opération pourrait se faire rapidement, probablement dans les jours qui viennent: " Nos équipes attendent actuellement la liste que notre Direction Générale doit communiquer ce soir, afin de prévoir les véhicules de transport et vers lesquels de nos refuges les animaux seront transférés en fonction de leur type", poursuit-on à la Fondation

"Elle a tout perdu "

Même Babar, le magnifique cane corso du couple devra trouver une nouvelle famille. Ce serait déjà chose faite et le molosse devrait rejoindre sa nouvelle demeure située entre la Vendée et la Bretagne.

"Elle a tout perdu, on lui a tout pris, même sa maison de Saint-Tropez " se désole Bernard d’Ormale. La somptueuse villa Mandala d’une surface de 500m2, implantée sur un terrain de deux hectares non loin de la plage des Graniers est désormais entre les mains des créanciers.

Le seul lien avec Saint-Tropez qui reste désormais à Dominique Tapie est celui avec Brigitte Bardot qui a ouvert grand les portes de ses refuges à ses animaux. Un souffle de chaleur dans une période bien glaciale pour celle qui a accompagné Bernard Tapie jusqu’à son dernier souffle.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

La Fondation Brigitte Bardot va porter plainte contre le footballeur Kurt Zouma, filmé en train de frapper son chat

Publié le par Ricard Bruno

La Fondation demande la suspension du footballeur de l'équipe de France de foot. Défenseur de West Ham, il risque également jusqu'à cinq ans de prison, la loi britannique ne plaisantant pas avec la maltraitance animale.

 

Le footballeur Kurt Zouma, le 8 février 2022 à Clairefontaine.

Le footballeur Kurt Zouma, le 8 février 2022 à Clairefontaine.

La Fondation Brigitte Bardot annonce sur Twitter mardi 8 février qu'elle va porter plainte contre le footballeur Kurt Zouma, alors qu'une vidéo publiée par le journal britannique The Sun le montre en train de frapper son chat, rapporte France Bleu Saint-Etienne Loire. Le footballeur est un ancien de Saint-Étienne entre 2011 et 2014 et évolue comme défenseur de West Ham.

 

La Fondation demande la suspension du footballeur de l'équipe de France de foot, dans laquelle il évolue aussi. Dans la vidéo, Kurt Zouma jette un de ses chats par terre et lui met un coup de pied. Il cherche ensuite l'animal, visiblement très énervé. Quelques secondes plus tard dans la vidéo, Kurt Zouma frappe à nouveau un chat, qu'un de ses enfants vient de poser sur le plan de travail.

De son côté, ajoute France Bleu, le club de West Ham assure traiter l'affaire en interne en ajoutant ne tolérer aucun cas de maltraitance animale. Kurt Zouma encourt jusqu'à cinq ans de prison, la législation britannique ayant été durcie en ce qui concerne les actes de maltraitances envers les animaux, précise France Bleu.

 

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Maltraitance animale : une éleveuse récidiviste incarcérée en Saône-et-Loire

Publié le par Ricard Bruno

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Une femme de 48 ans a été interpellée le 27 janvier dernier, puis placée en détention provisoire, dans le cadre d'une enquête pour mauvais traitements à animaux. Sur place, les gendarmes ont découvert 28 bergers allemands vivant dans des conditions déplorables. Les chiens ont été confiés à des associations de protection animale.

Une femme de 48 ans, suspectée de mauvais traitements à animaux, a été interpellée à son domicile, à Saint-Didier-sur-Arroux, en Saône-et-Loire (71), le 27 janvier dernier, par les gendarmes de la brigade d’Étang-sur-Arroux (71). Sur place, les enquêteurs ont retrouvé pas moins de 28 bergers allemands, « élevés dans des conditions innommables ».

Cette opération faite suite à une enquête initiée par la brigade de gendarmerie de Luzy, dans la Nièvre, à laquelle un vétérinaire avait signalé, le 11 janvier dernier, des faits présumés de maltraitance animale. C'est à l'occasion d'une visite à domicile pour examiner un chien à l'agonie, que le praticien avait pu constater la présence de plaies ouvertes, de nécroses, de brûlures et d'abrasions sur l’ensemble du corps de l’animal. Celui-ci, dont la propriétaire avait alors refusé l’euthanasie, décédera plus tard d'une septicémie, causée par une dermatite infectieuse généralisée non soignée.

Les premières investigations menées par les gendarmes permettent rapidement d'établir que la propriétaire pratique l'élevage de bergers allemands, et ce dans des conditions incompatibles avec cette activité : « dans une maison d’habitation à l’état sanitaire déplorable, les chiens étaient enfermés dans des cages de 4 m², sans eau, ni nourriture. »

Récidiviste, la propriétaire a été placée en détention

Au regard de la compétence territoriale et après avis des magistrats, le dossier est transmis à la brigade d’Étang-sur-Arroux. En lien avec le parquet du tribunal judiciaire de Chalon-sur-Saône, les gendarmes décident de déclencher une opération judiciaire le 27 janvier, avec le concours des personnels de la Direction départementale de la protection des populations de Saône-et- Loire (DDPP71), d’un vétérinaire, de la Société protectrice des animaux (SPA) et de l’Association Brigitte Bardot, afin de procéder au retrait de la totalité des animaux.

Lors de la perquisition, les gendarmes constatent que l'ensemble de son élevage, composé de 28 bergers allemands, vit à l'intérieur même du domicile, où règne une forte odeur de déjections canines. Les chiens sont répartis dans l'ensemble des pièces, dont chaque accès est fermé par des grilles de 60 cm à 1,5 m de haut, afin que les animaux ne puissent pas sortir. Dans d'autres pièces, les chiens sont détenus dans des enclos, dont la hauteur atteint plus de 1,80 m de haut. Dans tous les cas, les chiens sont enfermés et n'ont pas d'accès direct à l'extérieur sans l'intervention de leur propriétaire. Des déjections jonchent tous les espaces extérieurs, probablement depuis de nombreuses semaines, ainsi que le sol de certains enclos à l'intérieur du domicile. La quadragénaire, quant à elle, dort dans une pièce insalubre, avec cinq bergers allemands continuellement présents.

La mise en cause reconnaît que les conditions de détention ne sont pas optimales mais réfute les accusations concernant les sévices, arguant tout mettre tout en œuvre pour apporter bien-être à ses animaux, et justifiant la détention au sein de son domicile par la volonté de développer la sociabilisation et l'altération avec l'humain.

Placée en garde à vue, la propriétaire a été déférée le 28 janvier au Parquet de Chalon-sur-Saône. Dans l’attente de son jugement pour ces derniers faits, qui interviendra notamment après l’établissement du rapport de la DDPP, elle a été incarcérée pour deux mois à la maison d’arrêt de Dijon, dans le cadre de la mise à exécution d’un jugement de 2021 pour des faits similaires.

Les 28 chiens lui ont été retirés en vertu de l’article 99-1 du Code de procédure pénale, et confiés à la SPA et à l’Association Brigitte Bardot.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Fondation Brigitte Bardot "Les choses bougent"...

Publié le par Ricard Bruno

Fondation Brigitte Bardot "Les choses bougent"...
Fondation Brigitte Bardot "Les choses bougent"...

La Fondation Brigitte Bardot se mobilise pour trouver une famille à un chien bientôt séparé de sa maîtresse

Publié le par Ricard Bruno

La Fondation Brigitte Bardot se mobilise pour trouver une famille à un chien bientôt séparé de sa maîtresse
La Fondation Brigitte Bardot se mobilise pour trouver une famille à un chien bientôt séparé de sa maîtresse
La Fondation Brigitte Bardot se mobilise pour trouver une famille à un chien bientôt séparé de sa maîtresse

La maison de retraite n’accepte pas les chiens

La Fondation Brigitte Bardot lance un appel pour aider Fidji à trouver une nouvelle famille. La maîtresse de ce petit toutou de 11 ans, va bientôt partir en maison de retraite.

Cette future séparation est un déchirement pour le duo car la maison de retraite n’accepte pas les chiens. La nonagénaire se voit donc dans l’obligation de se séparer de son animal de compagnie.

« Son bien-être est en jeu, sa situation est difficile, il va la vivre comme un abandon…Evitez-lui d’être malheureux », explique dans un tweet la Fondation.

Il appartient au directeur d’accepter ou refuser un animal

Si la présence des animaux a un impact positif sur les personnes âgées, les maisons de retraite refusent majoritairement les chiens. Généralement, il appartient au directeur de la maison de retraite d’accepter ou de refuser un animal.

Récemment, un octogénaire de la Résidence Aquarelle à La Bazoche-Gouet dans l’Eure-et-Loir a pu retrouver son chien qui avait été laissé dans un refuge le temps de son hospitalisation. C’est le directeur de l’Ehpad qui a remué ciel et terre pour réunir le maître et son animal de compagnie.

Pour obtenir des renseignements complémentaires sur Fidji : contactez le service adoption de la Fondation Brigitte Bardot au 01 34 86 23 70.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Des chevaux de la Ville de Paris préretraités en Seine-et-Marne confiés à la Fondation Brigitte-Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Jeudi 27 janvier deux chevaux de la Ville de Paris, travaillant dans le bois de Vincennes et installés en préretraite à Luzancy, ont été récupérés par la Fondation Brigitte-Bardot.

Des chevaux de la Ville de Paris préretraités en Seine-et-Marne confiés à la Fondation Brigitte-Bardot

Il s’agit d’une première collaboration entre la Fondation Brigitte Bardot et la Ville de Paris. Ce jeudi 27 janvier 2022, deux chevaux de trait Ardennais, qui travaillaient dans le Bois de Vincennes avant d’être mis en préretraite dans une pension à Luzancy (Seine-et-Marne), ont été récupérés par les services de la fondation.

Il s’agit de Rapido, né en 2005, et Biba, née en 2011, tous les deux réformés. L’un pour des raisons de santé, notamment de l’emphysème, qui l’ont contrait à cesser son activité en 2019, la seconde, très craintive, ne pouvant plus travailler dans ce contexte.

 

Des chevaux de travail pour la Ville de Paris

« On travaille avec des chevaux de trait, qu'on appelle des chevaux territoriaux, depuis plus de vingt ans (l'atelier chevaux de trait du bois de Vincennes a été créé en 1999, ndlr). Au lieu d'utiliser des machines, et pour limiter l'impact sur les milieux forestiers, ces chevaux nous servent pour du débardage, de l'arrosage, du ramassage de feuilles, de la collecte de déchets... »

Jean-Claude CarretierLe chef d'atelier et forestier dans le plus grand bois de la capitale (995 ha)

Une pratique qui se développe de plus en plus, notamment en maraîchage, dans la vigne ou même au sein des communes.

« Ils ne sont pas destinés au tourisme. Pendant la fête des jardins, on propose des calèches et on fait aussi des ateliers avec les scolaires pour la découverte de la nature, mais c’est tout », ajoute le spécialiste.

L’atelier est actuellement composé de quatre agents et trois chevaux âgés d’environ treize ans. « On les garde jusqu’à la vingtaine s’il n’y a pas de pépin de santé. Globalement, on a un cheval tous les 5-8 ans qui part en réforme. C’est exceptionnellement qu’il y en ait deux d’un coup ! »

Alors qu’habituellement, les chevaux retraités sont récupérés par des particuliers, personne ne s’est présenté cette fois. La Ville de Paris s’est donc rapprochée de la Fondation Brigitte Bardot « pour s’inscrire dans la durée en étant sûre des garanties offertes », souligne le chef d’atelier.

« Leur offrir une retraite bien méritée »

Sous couvert d’une convention avec la mairie de Paris, la fondation s’est donc engagée à les prendre en charge.

« Elle en est désormais propriétaire, jusqu'à leur fin de vie pour leur offrir une retraite bien méritée dans une structure partenaire. Ils ne seront jamais cédés. Nous avons en charge plus de 1000 chevaux, mais principalement issus de maltraitance, qui font l'objet d'une procédure judiciaire pour mauvais traitement ou acte de cruauté, ce qui n'est pas du tout le cas là. »

Aline MaatoukChargée de mission pour la Fondation Brigitte Bardot

Avec le contexte sanitaire, les transferts n’ont pu avoir lieu dans l’immédiat. C’est la raison pour laquelle Rapido, qui devait être transféré en octobre 2019, a été mis en préretraite à Luzancy. Il a ensuite été rejoint par Biba quand elle a récemment été déclarée inapte au travail.

Partager cet article
Repost0

310 chats errants recensés et stérilisés à Villefranche

Publié le par Ricard Bruno

C'est le résultat d'un recensement effectué par la commune qui a rencontré le collectif Chats libres de Villefranche vendredi 14 janvier.

310 chats errants recensés et stérilisés à Villefranche

Peu de communes sont épargnées par la problématique des chats errants. Villefranche ne fait pas exception. Vendredi dernier, la Ville a reçu le collectif Chats libres de Villefranche à l'hôtel de ville. L'occasion pour la municipalité de faire le point sur sa gestion de la question.

Au total, 310 chats ont pu être attrapés sur la commune. Des chats errants, donc, capturés avec le concours de bénévoles et de mères nourricières qui connaissent les quartiers. Les animaux, une fois identifiés, ont été soignés par le vétérinaire Gilles Pernoud.

L'adjoint au maire délégué à la sécurité en charge du dossier, Alexandre Portier, a salué un "partenariat exceptionnel mis en place par la Ville avec la Société protectrice des animaux (SPA) et la Fondation Brigitte Bardot" qui permet ensuite de "stériliser" les animaux.

Des chats importants sur le plan sanitaire

Le procédé a évidemment pour but d'éviter toute reproduction anarchique et prolifération de ces félins qui ont, pour la plupart, été abandonnés. Une fois cette première étape effectuée, les chats sont relâchés dans la nature dans le but de profiter de leur statut de prédateurs naturels de rongeurs, prolifrateurs de maladies.

Dès lors, leur statut change de "chats errants" à "chats libres". La Ville devient donc propriétaire de ce qu'elle qualifie de "brigade féline". En 2021, 70 chats errants ont été stérilisés avec l'aide du collectif.

Une nouvelle campagne d'identification et de stérilisation aura lieu cette année. Elle sera lancée au mois de mars sur les secteurs de Béligny, du Bordelan, du quartier de la Quarantaine et aux abords du centre-ville.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Finistère : un homme condamné après la découverte de 44 pythons chez lui

Publié le par Ricard Bruno

Finistère : un homme condamné après la découverte de 44 pythons chez lui

Un habitant de Douarnenez a été condamné à de la prison avec sursis pour la possession de 44 pythons et de plusieurs iguanes alors qu’il n’avait pas d’autorisation.

Le chiffre est impressionnant. Un habitant de Douarnenez (Finistère) a écopé d’une peine de prison avec sursis, cette semaine, pour la possession d’un grand nombre de pythons et iguanes alors qu’il n’en avait pas l’autorisation, rapporte France Bleu ce mercredi.

Le propriétaire, un quadragénaire, disposait de 44 pythons et de plusieurs iguanes « répartis dans six terrariums », a fait savoir la gendarmerie du Finistère sur son compte Facebook. Elle en avait fait la découverte en juin dernier.

Autorisation nécessaire

Or, la possession de ces deux espèces - qui font partie de la catégorie des NAC, nouveaux animaux de compagnie - est soumise « à un régime d’autorisation de détention », ont précisé les forces de l’ordre. Ce dont ne disposait pas le Breton.

Ce lundi, il a donc été condamné à huit mois de prison avec sursis et à payer une amende de 150 euros. Il a, par ailleurs, été contraint à dédommager la fondation Brigitte Bardot et l’association Robin des Bois, « à hauteur de 300 euros », ont complété les gendarmes du Finistère sur leur compte Facebook.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Caen. Jugé pour avoir laissé deux moutons cinq jours dans un camion

Publié le par Ricard Bruno

 Un homme est jugé mercredi 12 janvier, au tribunal de police de Caen, pour avoir laissé deux moutons enfermés pendant cinq jours dans un camion

Caen. Jugé pour avoir laissé deux moutons cinq jours dans un camion

Un homme est jugé mercredi 12 janvier, au tribunal de police de Caen, pour avoir laissé deux moutons dans un camion pendant cinq jours. Les faits remontent à l'après-midi du 29 juillet 2020, à Caen.

Depuis plusieurs jours, l'association Stéphane Lamart, de défense des droits des animaux, recevait de nombreux appels signalant deux moutons enfermés dans un véhicule. Selon les informations communiquées par l'association, le camion était garé en plein soleil depuis cinq jours et les animaux n'avaient ni eau ni nourriture. À la suite de l'alerte, une enquêtrice bénévole de la structure s'était rendue sur place pour constater les faits. Après quoi, la Direction départementale de la protection des populations du Calvados s'était rapidement déplacée, avec un équipage de la police nationale. Les deux animaux avaient été pris en charge par la Fondation Brigitte Bardot.

Mardi 11 janvier, l'association Stéphane Lamart précisait que "le propriétaire avait acheté les moutons pour les égorger lors de l'Aïd-El-Kébir [fête musulmane célébrant la fin du Ramadan]".

L'association Stéphane Lamart a porté plainte contre l'individu pour mauvais traitements infligés sans nécessité à un animal. Le jugement devrait être annoncé ce mercredi 12 janvier.

Source de l'article : Cliquez ICI

Les animaux ont été pris en charge par la fondation Brigitte Bardot

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>