Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

80 articles avec brigitte bardot et la protection animale

La belle histoire de Chocolat, ce cheval sauvé par la générosité de nos lecteurs et par Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

La star a découvert l'histoire de ce cheval en danger de mort en lisant Var-matin. Elle a aussitôt décidé que sa fondation devait aider sa propriétaire à Ramatuelle pour qu'il puisse être opéré .

La belle histoire de Chocolat, ce cheval sauvé par la générosité de nos lecteurs et par Brigitte Bardot

Chocolat est malade, Chocolat va mourir si on ne l'opère pas en urgence. Sa propriétaire, Diane Von Schoen est prête à tout pour sauver cet animal qui lui a été offert, il y a onze ans. C'est une histoire d'amour, comme il peut y en avoir entre l'Homme et l'animal.

Artiste photographe de talent demeurant à Ramatuelle, passionnée d'équitation, Diane vit depuis onze ans une belle histoire avec ce selle français qu'un éleveur qui connaissait sa passion pour l'équitation lui a offert.

Chocolat n'avait alors que trois ans. "Il était quasiment sauvage, il vivait presque à l'abandon", se souvient Diane. Elle a dû employer tout son savoir des chevaux et son amour des bêtes pour le dompter, le débourrer et depuis, faire en sa compagnie de magnifiques promenades dans la campagne ramatuelloise.

Mais voilà, on vient de découvrir que Chocolat, 14 ans, est atteint d'un énorme calcul rénal, inévacuable autrement que par une opération.

Celle-ci doit avoir lieu à la clinique équine d'Aix-en-Provence le 11 mai prochain. Mais l'intervention s'élève à plusieurs milliers d'euros. Diane s'est donc lancée dans une recherche de fonds pour sauver la vie de son compagnon à quatre pattes.

Elle a ouvert un compte sur le site de crowfunding leetchi.com, intitulé "Opération vitale pour mon cheval Chocolat".

"C'est terrible ce qui arrive"

Par ailleurs, elle a mis en vente au sein de galerie d'art "Jardin public", rue des Tisserands à Saint-Tropez, une quarantaine de ses photos. Elle a aussi lancé un appel vendredi dans les colonnes de Var-matin.

Plusieurs personnes ont téléphoné à la rédaction pour savoir comment envoyer des fonds pour faire opérer l'animal parmi lesquelles... Brigitte Bardot.

"Il faut absolument sauver Chocolat ! C'est terrible ce qui lui arrive. On ne peut pas rester sans rien faire. Sa vente de photos est une très noble initiative. Nous ferons en sorte de mettre au bout s'il manque de l'argent pour opérer Chocolat", a déclaré BB qui suit personnellement ce dossier.

Et de fait, dans la matinée de vendredi, le secrétaire de la Fondation Bardot à Paris a contacté Diane Von Schoen et lui a répété ce qu'avait dit la star amie des animaux.

La fondation mettra de toute façon la différence s'il manque de l'argent après la vente des photos qui s'est terminée hier soir.

"Une association pour aider des gens comme moi"

Hier, avant même la fin de la vente, Diane von Schoen était quasiment rassurée sur le sort de son compagnon de promenade. "La vente des photos marche très bien et la cagnotte sur Internet (leetchi.com) aussi. Des gens m'ont appelée en me promettant des chèques. C'est magnifique, je suis très émue."

Et d'ajouter: "Si par hasard la collecte rapportait plus d'argent que nécessaire pour Chocolat, je fonderai une association qui sera destinée à aider des gens comme moi, dont l'animal doit être opéré pour une question de vie ou de mort et qui n'ont pas les moyens de le faire. Il y a un tel élan que l'idée d'en faire profiter d'autres gens qui n'ont pas les moyens de sauver leur animal puisse le faire. Je remercie énormément tous ceux qui se mobilisent pour m'aider et pour sauver la vie de Chocolat!"

Une bien belle histoire dont l'épilogue pourrait ne pas être seulement le sauvetage du cheval, mais aussi la porte ouverte vers une action associative bien généreuse !

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot vole au secours du cheval Chocolat

Publié le par Ricard Bruno

La star a découvert l'histoire de l'animal en danger de mort en lisant notre édition de Var-matin vendredi. Elle a aussitôt décidé que sa fondation devait aider sa propriétaire. ​

Brigitte Bardot vole au secours du cheval Chocolat

Chocolat sera sauvé ! L'article paru vendredi dans notre édition locale de Saint-Tropez a fait le tour de la Côte d'Azur, jusqu'à la frontière italienne.

Le drame de ce beau cheval de 14 ans, propriété de l'artiste photographe Diane Von Schoen en a ému plus d'un.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Le grand 8 - La lettre ouverte de Brigitte Bardot à f. hollande

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article

Repost 0

Exécution de chiens au Maroc : Brigitte Bardot réagit

Publié le par Ricard Bruno

Exécution de chiens au Maroc : Brigitte Bardot réagit

La récente campagne d’abattage de chiens errants à Ksar El Kébir et dans la région de Salé a suscité la réaction de la Fondation Brigitte Bardot.

En effet, les représentants de cette dernière, ainsi que l’association ADAN de Rabat ont été reçus le 15 avril 2016 par l’ambassade du Maroc à Paris.

A cette occasion, les autorités marocaines ont assuré que de telles d’actions ne se reproduiront plus, indique un communiqué de Presse de la Fondation.

Cette rencontre a également permis de présenter le projet de collaboration entre la Mairie de Rabat, ADAN et la Fondation pour des campagnes de stérilisations et vaccinations permettant d’en finir avec la gestion inhumaine des chiens et chats errants.

Et la Fondation d’ajouter : « A la veille de la COP 22 qui va être accueillie par le Maroc en novembre, de telles tueries au fusil ou empoisonnements ne peuvent plus être tolérées ». A cet effet, l’ambassade du Maroc, relève le communiqué, a clairement insisté sur l’engagement durable et sincère du Maroc dans la politique de préservation de l’environnement qui englobe bien entendu la protection des animaux.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Fendi va de nouveau fâcher Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

La marque retente la “haute four­rure”

Image madifiée par RB qui ne correspond pas exactement à l'article

Image madifiée par RB qui ne correspond pas exactement à l'article

Malgré les protes­ta­tions des anti-four­rures, lors de la première édition, Fendi a programmé son deuxième défilé “haute four­rure”, pour son 90e anni­ver­saire.

Les protes­ta­tions des asso­cia­tions de protec­tion animale n’y auront rien changé. Pour célé­brer ses 90 ans, la maison italienne Fendi prépare sa deuxième collec­tion “haute four­rure”, présen­tée le 7 juillet prochain pendant la semaine des défi­lés haute couture à Paris. Karl Lager­feld, direc­teur artis­tique depuis 1985, donne rendez-vous à Rome, où les origines de la marque seront célé­brées.

“C’est la meilleure façon de fêter le 90e anni­ver­saire de Fendi pour expri­mer nos racines et notre ADN tout en trans­met­tant la créa­ti­vité auda­cieuse et le savoir-faire unique de la four­rure”, a confié Pietro Beccari, PDG de la griffe.

Marque du groupe LVMH, Fendi a bâti sa répu­ta­tion sur la qualité de ses four­rures depuis sa créa­tion dans les années 20 par Adèle et Eduardo Fendi. Il s’agit d’ailleurs de l’unique maison de luxe avec un atelier interne dédié à la four­rure.

En juillet dernier, le premier défilé “haute four­rure” avait créé la polé­mique. Plusieurs asso­cia­tions, dont la fonda­tion Brigitte Bardot, avaient alors mani­festé leur colère, néces­si­tant l’in­ter­ven­tion des forces de l’ordre. Cette nouvelle édition ne devrait pas se dérou­ler autre­ment.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot: "Les abattoirs c’est un lieu d’enfer, une abomination"

Publié le par Ricard Bruno

Jointe par BFMTV samedi, Brigitte Bardot a dénoncé les conditions de mise à mort des animaux dans les abattoirs, après la diffusion cette semaine d'une nouvelle vidéo choc de l'association de défense des animaux L214 montrant des maltraitances dans l'abattoir intercommunal du Pays de Soule, à Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques).

"Les gens ne se rendent pas compte de ce qu’il se passe dans les abattoirs. Depuis le temps que je dénonce, que je demande qu’il y ait des progrès de faits, les choses ne vont pas assez vite. Les abattoirs deviennent de plus en plus industrialisées. La mort n’est plus artisanale mais industrielle et les choses deviennent absolument insoutenables, inimaginables. La souffrance animale n’a fait qu’empirer", a pointé du doigt la fondatrice et présidente de la Fondation Brigitte Bardot.

Interrogée pour savoir si son message était aujourd’hui mieux entendu par la classe politique, après des années de lutte, l’actrice a répondu par la négative. "Pas du tout, c’est le contraire”, a rétorqué Brigitte Bardot. “Le message est entendu par le public, qui est révolté. Et la classe politique ne fait rien. Que ce soit ceux là, actuellement, ou ceux d’avant, ça ne change absolument rien. Ils ne bougent pas. Pour les politiques, l’animal est un objet de rentabilité, point barre."

Elle a par ailleurs attqué le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll. "M. Le Foll n’a pas réagi au moment d’Alès (au moment de la publication d’une précédente vidéo choc de L214 montrant les pratiques dans cet abattoir, Ndlr), maintenant il réagit, trop tard, alors que depuis quatre mois il aurait dû faire ce qu’il avait à faire c’est-à-dire mettre des caméras pour surveiller ce qui se passe dans les abattoirs. Je vais vous dire, les abattoirs c’est un lieu d’enfer, une horreur, une abomination. Au moins qu’il n’y ait pas cette barbarie."

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot sur BFM TV - 1er avril 2016

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot réclame des caméras dans les abattoirs

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot a dénoncé mardi "l'horreur qui se produit dans les abattoirs" et le "laxisme" du ministère de l'Agriculture après un nouveau scandale d'animaux maltraités cette fois au Pays basque, réclamant des caméras de surveillance pour éviter ces "exactions abominables". "On dénonce haut et fort le laxisme avec lequel le ministère de l'Agriculture prend l'affaire. Depuis le scandale de l'abattoir d'Alès (en octobre), il aurait dû se passer quelque chose. Or, on se retrouve dans les mêmes circonstances abominables des mois après", a-t-elle déclaré.

L'association de défense des animaux L214 a diffusé des vidéos de maltraitances infligées à des animaux dans l'abattoir intercommunal du Pays de Soule, à Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques). Des images tournées en caméra cachée par L214 avaient déjà, ces derniers mois, révélé des mauvais traitements dans les abattoirs d'Alès et du Vigan (Gard), tous deux temporairement fermés après leur diffusion. "Nous exigeons depuis longtemps que l'on installe des caméras de surveillance dans tous les abattoirs. Le seul moyen, à défaut de fermer tous les abattoirs, est qu'il y ait des caméras pour faire cesser les exactions abominables, les supplices infligés aux animaux qui vont mourir", a estimé Brigitte Bardot.

"C'est honteux pour un gouvernement français au XXIe siècle de laisser faire des supplices et des tortures pareilles. C'est inhumain et invraisemblable", a encore réagi l'actrice. L'abattoir a été aussitôt fermé "à titre conservatoire" par le maire de Mauléon. L'agrément du site pour l'abattage a également été suspendu.
Les deux vidéos diffusées par l'association L214 sur son site internet montrent des "pratiques intolérables" qui ont suscité "l'indignation" de Stéphane Le Foll, selon un communiqué du ministère de l'Agriculture. Le ministre a demandé aux préfets de procéder d'ici un mois à des "inspections spécifiques sur la protection animale dans l'ensemble des abattoirs" du pays.

L'association de lutte contre la maltraitance animale L214 a diffusé mardi une vidéo dénonçant le traitement des animaux dans l'abattoir de Mauléon-Licharre, dans les Pyrénées-Atlantiques. En réaction, le ministre Stéphane Le Foll a ordonné des inspections dans tous les abattoirs de France d'ici un mois.

Encore une fois, les images sont insoutenables. Dans une nouvelle vidéo publiée mardi par l'association L214, [attention ces images peuvent choquer] et relayée par le journal Le Monde, l'établissement intercommunal de Soule, situé dans la petite ville de Mauléon-Licharre, dans les Pyrénées-Atlantiques, est pointé du doigt pour de nouveaux cas de maltraitance animale. Un mois après les actes de cruauté filmés dans l'abattoir du Vigan, dans le Gard, et cinq mois après ceux perpétrés à Alès, c'est au tour d'une entreprise de découpe de viande de susciter l'indignation. D'autant que l'abattoir de Soule met en avant depuis des années le bio et le Label rouge. Peu de temps après ces révélations, le maire de la commune, Michel Etchebest, a annoncé la fermeture de l'établissement «pour une durée indéterminée, à titre conservatoire», rapporte lemonde.fr. Il demande en outre à la direction de l'établissement de «prendre sur-le-champ toutes les mesures et sanctions adéquates envers les auteurs de ces actes, sans préjuger des sanctions ou mesures plus importantes à venir, suite aux résultats qui résulteront de l'enquête réalisée».

La vidéo, filmée en caméra cachée en mars, témoigne des mauvais traitements réservés aux bovins, aux veaux, et surtout aux agneaux de lait - des animaux de moins de 45 jours pas encore sevrés - destinés à être tués pour la consommation. Des pratiques d'abattage choquantes et manifestement illégales que dénonce Brigitte Gothière, porte-parole de L214, contactée par Le Figaro. «Notre but est de dénoncer les infractions à la réglementation dans les abattoirs». Selon le code rural, un décret du 4 octobre 1997 relatif à la protection des animaux au moment de leur abattage ou de leur mise à mort, et d'après un règlement européen de 2009, «toute douleur, détresse ou souffrance évitable est épargnée aux animaux lors de la mise à mort». Or, ce n'est «manifestement pas le cas dans cet établissement», condamne Brigitte Gothière. Les abattages conventionnels prévoient notamment un étourdissement des bêtes avant la saignée, mais ici «le contrôle de l'inconscience est absent», souligne encore Brigitte Gothière.

Les services vétérinaires pointés du doigt

À l'instar des images divulguées dans les abattoirs du Vigan et d'Alès, on voit dans cette dernière vidéo des animaux reprendre conscience et se débattre violemment alors qu'ils sont suspendus par les pieds pour la saignée. Des employés commencent également la découpe sur les pattes et la tête des bêtes alors qu'elles sont encore vivantes. D'autres frappent les animaux ou les assomment à l'aide de crochets. Un agneau est même écartelé vivant , pris entre deux crochets en l'absence de l'opérateur. Des scènes de barbarie qui ont poussé L214 à porter plainte, ce mardi, devant le procureur de la République de Pau pour des faits de maltraitance, de sévices graves et d'actes de cruauté. Un référé expertise va également être déposé devant le tribunal administratif de Pau pour engager la responsabilité des services vétérinaires, que l'association juge également coupables de manquements. «Aucune surveillance par le service d'inspection vétérinaire n'apparaît sur les images de Mauléon-Licharre, alors que la réglementation impose un contrôle continu de l'abattage par les 1200 agents de la direction générale de l'alimentation», déplore la porte-parole.

«J'ai essayé d'améliorer les conditions d'abattage depuis des années, et là, on tourne le dos, et des employés frappent les bêtes»

L'abattoir de Mauléon-Licharre est pourtant une entreprise de taille moyenne. Il comprend trente-trois employés et se définit comme «tourné vers l'abattage de qualité». Chaque année, environ 3000 tonnes de viande y sont abattues. Les viandes qui y sont débitées, et qui proviennent pour 40% de la vallée de Soule, sont pour partie certifiées Label rouge et classées sous le régime européen des indications géographiques protégées (IGP). Parmi ses quelque 460 clients, on trouve des grands restaurants parisiens et des chefs étoilés comme Alain Ducasse. Interrogé par Le Monde, le directeur de l'abattoir, Gérard Clémente, se dit «effondré» après le visionnage de la vidéo. À la tête de cet établissement depuis quarante ans, il nie être au courant de ces pratiques: «Je suis très souvent dans mon abattoir, j'ai essayé d'améliorer les conditions d'abattage depuis des années, et là, on tourne le dos, et des employés frappent les bêtes. On est cuits». L'homme assure qu'il va limoger les salariés incriminés et dénonce le rythme soutenu de mise à mort des bêtes. «Il faut tuer 15.000 agneaux en quinze jours pour Pâques. Si on travaillait plus sereinement, ils ne commettraient pas ce type d'action».

«Je n'en ai jamais constaté un seul qui respecte les règles»

Pour Brigitte Gothière aussi, la question des cadences de travail se pose. «Notre système de consommation implique de tuer les bêtes à la chaîne, et cela se traduit par des abus», souligne-t-elle. Une nouvelle pétition a été lancée par L214 pour demander au premier ministre une «transparence effective des abattoirs par la mise en place d'outils qui permettent aux ONG et aux citoyens d'exercer un droit de regard». «Il s'agit ici de permettre aux citoyens de savoir ce qu'ils ont dans l'assiette et de s'insurger contre la maltraitance animale», poursuit la porte-parole de l'association. Et cette dernière d'annoncer de nouvelles vidéos: «Les gens parlent de plus en plus. Nous recevons beaucoup de signalements, et on se demande aujourd'hui si un seul abattoir respecte réellement les règles en France. Depuis la création de l'association, je n'en ai jamais constaté un seul».

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a réaffirmé mardi «son indignation face à des pratiques intolérables», réclamant la suspension immédiate de l'activité de l'abattoir. Ainsi, il a demandé à tous les préfets de réaliser «dans un délai d'un mois des inspections spécifiques sur la protection animale dans l'ensemble des abattoirs de boucherie du territoire français». Il appelle ainsi «la suspension sans délai de l'agrément de ces établissements ainsi que l'établissement d'un procès-verbal» en cas de défaut constaté lors des inspections.

Le 22 mars, une commission d'enquête parlementaire sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français avait déjà été créée par l'Assemblée nationale. Composée de trente députés, elle devra rendre un rapport dans les six mois.

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot pide a Felipe Calderón una ley contra abusos a animales

Publié le par Ricard Bruno

La actriz francesa, Brigitte Bardot, pidió al presidente que se proteja a los animales contra actos crueles y violentos

Brigitte Bardot pide a Felipe Calderón una ley contra abusos a animales

CIUDAD DE MÉXICO) EFE — La actriz y activista francesa Brigitte Bardot pidió en una carta abierta al presidente mexicano, Felipe Calderón, "aprobar una ley que proteja a los animales de los actos crueles y abusos".

"Las electrocuciones y las matanzas indiscriminadas de animales callejeros, de por sí desatendidos y abandonados a su suerte, son intolerables", escribió Bardot.

El apaleo de un perro callejero por parte de cuatro jóvenes en el estado mexicano de Nayarit (oeste del país), después de haberlo ofrecido a dos perros pitbull, todo ello exhibido a través de las redes sociales en Internet, fue lo que llamó la atención de la francesa.

La actriz incluyó en su carta al jefe de Gobierno del Distrito Federal, Marcelo Ebrard, para reprocharle por las redadas de perros callejeros que se hacen en una parte boscosa de la metrópoli "con fines de exterminio".

"La transformación de los centros antirrábicos en centros de salud animal donde la principal actividad sea la esterilización de canes y felinos debe ser la prioridad", pidió Bardot.

La estrella francesa recordó que su fundación colabora con una asociación mexicana que realiza campañas de esterilización en dos municipios del Estado de México, que forman parte de la zona metropolitana de la Ciudad de México.

"La solución al problema de proliferación animal y de salud pública es la esterilización y vacunación de los animales de compañía y en situación de calle", argumentó la actriz.

Bardot, una de las actrices más reconocidas en el cine francés e internacional, se erige desde hace años como firme defensora de los animales, habiendo protagonizado por ello alguna que otra controversia.

Su perfil polémico también ha sido acentuado por su militancia política en favor de la ultraderecha francesa encabezada por el líder Jean-Marie Le Pen.

Source de l'article : Cliquez ICI

Brigitte Bardot pide a Felipe Calderón una ley contra abusos a animales

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot : "El Espanol"...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot : "El Espanol"...

Brigitte Bardot pide la abolición en España de la "salvaje" caza con galgos

La actriz francesa Brigitte Bardot pidió al Rey Felipe VI, al Gobierno de España, a los medios y la población del país la abolición "urgente e inmediata" de la caza con galgos, una práctica que definió como "cruel, salvaje" e "infame".

La intérprete destacó en una carta abierta que esta abarca "desde el adiestramiento inhumano hasta el castigo con una muerte lenta e insoportable".

Source de l'article : Cliquez ICI

Brigitte Bardot : "El Espanol"...

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>