Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

81 articles avec brigitte bardot et la protection animale

L’appel de détresse de Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

L’appel de détresse de Brigitte Bardot...

Recourant pour la première fois à la radio, Brigitte Bardot supplie les amateurs de viande de cheval de ne plus en manger. Entretien exclusif.

 
 
Paris Match : Qu’est-ce qui vous a décidé à lancer vous-même cet appel à la radio ?

Brigitte Bardot : Le désespoir. Cela fait plus de 30 ans que j’essaie de faire comprendre au gouvernement français à quel point il est horrible et inhumain de faire subir aux chevaux tant de souffrances pour satisfaire l’appétit de certains consommateurs. Ça me mine la vie. Le cheval est comme le chat ou le chien : on ne doit pas le manger. J’aimerais avoir l’immense joie de remporter ce combat contre l’hippophagie avant de mourir. C’est pour cette raison que j’ai réalisé ce spot radio. Ça n’a pas été simple. Il ne faut pas dépasser les 30 secondes, ne pas dire « horreur, abattoir, souffrance, scandale… » Alors, avec les mots que l’on m’a autorisé à prononcer, j’ai essayé de lancer un appel de détresse et j’espère du fond du cœur qu’il aura un impact suffisamment fort. Sensibiliser le public est mon dernier espoir.

À l’occasion de vos 80 ans, le 28 septembre 2014, vous aviez demandé au gouvernement l’abolition de l’hippophagie. Que vous a-t-on répondu ?

B.B : François Hollande, charmant comme d’habitude, m’a expliqué que c’était impossible en raison de la conjoncture actuelle. Cela reviendrait, dit-il, « à supprimer des postes dans les abattoirs, à compromettre l’équilibre d’une filière très importante pour la ruralité ». Pourtant, en trois décennies, la consommation de viande de cheval a chuté de 72%, passant de 80 000 tonnes par an à un peu plus de 20 000 tonnes. Elle ne dépasse pas 0,3% de la consommation globale de viande ! C’est encore trop de malheureux envoyés à l’abattoir. La France doit évoluer. Partout dans le monde, je suis considérée comme l’une des figures de proue de la cause animale et au sein même de mon pays, il ne se passe rien. Ce n’est pas normal !

Qui sont ces chevaux destinés à la consommation ?

B.B : Les chevaux de trait et les trotteurs paient le plus lourd tribut. Tous ceux qui ne sont pas aptes à devenir champion finissent à la boucherie. 80% des chevaux abattus en France sont des trotteurs de moins de 10 ans, 20 % sont des poulains de moins de 2 ans. La France importe également des chevaux vivants en provenance des pays de l’Est.

À quand remonte votre combat contre l’hippophagie ?

B.B : C’était en 1973, grâce à Roger Mattia, un ancien militaire qui avait pris conscience des effroyables conditions de transport des chevaux depuis les pays de l’Est vers la France. Il m’a détaillé les horreurs qui se déroulaient dans les wagons à bestiaux. Puis il m’a montré les images de ces chevaux aux pattes brisées durant leur transport, les femelles gestantes mettant bas, leur bébé piétiné par leurs congénères terrifiés de peur… J’ai assisté moi-même à ce spectacle insoutenable en juin 2000, à Gorizia, à côté de Trieste. Avec l’équipe de ma Fondation, nous avions bloqué un convoi de camions de moutons et de chevaux destinés à la boucherie. Le convoi venait de Slovénie et remontait jusqu’à Paris. Douze heures de route dans un camion surchauffé durant lesquelles, comme d’habitude, les bêtes n’auront ni eau, ni nourriture, ni le droit de se dégourdir. J’ai fait un scandale et obligé les responsables à laisser sortir les animaux pour que nous puissions les alimenter et les abreuver. Les moutons n’étaient pas tondus, il y avait des cadavres partout. Les chevaux avaient une corde autour du cou. Ils étaient pelés. Certains boitaient, ils avaient les yeux crevés ou exorbités d’horreur. Je suis sortie de là comme on sort de l’enfer.

Les professionnels de la viande chevaline s’évertuent pourtant à répéter que « la maltraitance animale n’a pas sa place au sein de leur filière »…

B.B : C’est faux et rien n’a changé ! L’enquête réalisée en 2009 par ma Fondation le prouve : les chevaux sont frappés, malmenés. On les transporte depuis la Pologne durant 38 heures sans jamais les nourrir ou les faire boire. Mais qu’importe puisque mortes ou pas, les bêtes partent à l’abattoir ! Et là, l’enfer continue. L’étourdissement n’est pas respecté et certains chevaux reprennent conscience durant la saignée.

Réseaux de distribution, lobbys équins… : la filière de la viande chevaline dispose de puissants alliés. Comment faire face ?

B.B : Il faut refuser de manger de la viande de cheval pour ne plus être complice de toute cette cruauté. Et changer la législation. La proposition de loi visant à modifier le statut juridique du cheval en le faisant passer d’animal de rente à celui de compagnie est restée aux oubliettes. Ce serait pourtant la seule façon de mettre définitivement fin au carnage. À la guerre, dans les champs… : le cheval a toujours été fidèle au côté de l’homme et nous n’avons aucune reconnaissance pour lui. Il n’a pas à finir en steak, en rôti ou en lasagnes ! Comme tous les autres animaux d’ailleurs. La souffrance ne se digère pas. Elle est intolérable.

Plus d’infos sur www.fondationbrigittebardot.fr et sur www.jenemangepasdecheval.com

Le spot radio de Brigitte Bardot contre l’hippophagie sera diffusé durant 3 semaines sur les 44 radios locales du réseau France Bleu.

Viande de cheval, une filière où l’éthique n’a pas sa place. Attention, images choquantes: 

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot le 20 Mars 1977...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot à 0:36 s

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot demande au Népal d'interdire un sacrifice massif d'animaux

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot demande au Népal d'interdire un sacrifice massif d'animaux

Brigitte Bardot demande au président du Népal d'interdire «le plus grand sacrifice collectif d'animaux au monde», prévu lors d'une fête rituelle hindoue, dans une lettre ouverte diffusée lundi. «Les défenseurs des droits des animaux au Népal et ailleurs font une fois de plus campagne pour mettre fin au plus grand sacrifice collectif d'animaux au monde à Gadhimai Mela, qui doit avoir lieu dans deux semaines dans les plaines du sud du pays», écrit-elle dans ce courrier au président Ram Baran Yadav rendu public par la Fondation Brigitte Bardot. «Le monde regardera une nouvelle fois avec horreur et désespoir quelque 250.000 chèvres, buffles, cochons, poulets, pigeons, canards et souris blanches être cruellement sacrifiés en deux jours», ajoute l'ancienne actrice, reconvertie depuis des années dans la protection des animaux.

L'ancienne actrice avait déjà envoyé une lettre similaire au chef de l'État népalais en 2009

Un temple népalais doit accueillir ce qui est considéré comme le plus grand rituel de sacrifices d'animaux au monde en l'honneur d'une déesse hindoue représentant le pouvoir, Gadhimai. Le festival de Gadhimai, qui se tient tous les cinq ans, attire des milliers de fidèles. «J'ai du mal à croire que la déesse Gadhimai se réjouisse du sacrifice de créatures innocentes et qu'elle récompense par la prospérité une violence aussi cruelle», ajoute Brigitte Bardot. Selon les autorités népalaises, le sacrifice rituel des animaux est une tradition religieuse vieille de plusieurs siècles qui doit se perpétuer. Ces pratiques donnent au contraire «une image extrêmement négative de votre pays et de son évolution», affirme l'ancienne actrice. Citant l'exemple de l'Inde qui, selon elle, «évolue vraiment rapidement» vers une attitude plus respectueuse des droits des animaux, Brigitte Bardot «supplie» le président népalais «d'abolir une tradition aussi cruelle». L'ancienne actrice avait déjà envoyé une lettre similaire au chef de l'État népalais en 2009, mais ce courrier était «resté sans réponse», a rappelé la Fondation.

Source : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot interpelle de nouveau François Hollande: "Agissez"

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot interpelle de nouveau François Hollande: "Agissez"

Brigitte Bardot repart en guerre concernant l’abolition de l’hippophagie (consommation de la viande de cheval) et la remise en application de l’étourdissement des animaux avant leur abattage. Sa lettre ouverte adressée au président parue voici un mois dans notre titre et plusieurs quotidiens nationaux étant demeurée sans réponse, elle relance François Hollande dans une missive adressée ce mardi à l’Elysée. "Je suis fatiguée d’avoir à me répéter indéfiniment, vous avez déjà tous les éléments en main, alors agissez, au moins sur ces deux sujets comme l’ont fait bien d’autres pays européens", écrit une BB à bout de souffle mais loin de désarmer, joignant à son courrier deux propositions de loi concernant les causes défendues.

Source : Cliquez ICI

Lettre de Brigitte Bardot...

Lettre de Brigitte Bardot...

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot : Ses dernières volontés

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article

Repost 0

La France et B.B au secours de Paul Watson...

Publié le par Ricard Bruno

Le fondateur et président de Sea Shepherd Paul Watson, célèbre défenseur de cétacés, poursuivi pour ses actions contre les braconniers, est arrivé en France où il espère trouver refuge. Son amie et alliée Brigitte Bardot essaie de lui prêter main forte.

~~«J'ai ouvert ma porte et mon cœur à Paul Watson mais c'est la France, patrie des Droits de l'Homme, qui doit défendre sa liberté d'action.» Cette fois-ci, ce n’est pas pour un animal, mais pour un vieil ami que la célèbre militante Brigitte Bardot se mobilise. Paul Watson vit comme un fugitif depuis plus de deux ans. Il est recherché par le Costa Rica qui l’accuse de «violation du trafic maritime» avec usage du canon à eau en 2002, dans le cadre du tournage du film documentaire «Les Seigneurs de la mer» («Sharkwater»), qui dénonce la pratique du «shark finning», la chasse aux requins pour leurs ailerons. Concrètement, les membres d’équipage d’un bateau de pêche costaricien, le Varadero, accusent l'organisation du Canadien de les avoir agressé. L'association Sea Shepherd («Berger de la mer») rejette fermement ces accusations et affirme avoir des preuves en vidéo.

~~L’activiste de 63 ans avait été arrêté à l'aéroport de Francfort en mai 2012, alors qu'il était en escale à son retour de France. Il avait été libéré sous caution (de 250 000 euros), et assigné à résidence, en attendant l'examen de la demande d'extradition de San José. Il s'était enfui fin juillet en haute mer, où il restera quinze mois. En août et en septembre, Interpol avait émis une «notice rouge» à son encontre, relayant les mandats d’arrêts émis par le Costa Rica, puis par le Japon, qui souhaite pour sa part l’épingler pour ses actions contre la chasse à la baleine. (Lire la lettre envoyée ce mois-ci par Paul Watson au Premier ministre japonais, Shinzo Abe.)

Des mandats d’arrêt contre lui au Costa Rica et au Japon

C’est d’ailleurs pour ne pas «finir ses jours dans une prison japonaise» que Paul Watson dit avoir fui. Un communiqué de son ONG expliquait en effet que son fondateur –et président- était prêt à répondre de ses actes au Costa Rica, mais qu’ils avaient eu des informations selon lesquelles ce pays avait conclu un accord avec Tokyo en vertu duquel il lui serait livré dans la foulée. Or, «le Japon ne lui aurait jamais accordé une procès équitable», avait fait valoir Susan Hartland, directrice administrative de Sea Shepherd Le 28 octobre 2013, celui que ses proches surnomment «le Capitaine» est retourné aux Etats-Unis pour témoigner au procès de Sea Shepherd concernant une de ces campagnes contre les baleiniers en Antarctique –à laquelle il avait participé malgré son exil. Interpol a abandonné la notice rouge relative au Costa Rica, mais maintenu celle du Japon, qui qualifie de «terroristes» les méthodes employées par l’équipe de Watson –qui n’a pourtant jamais blessé personne.

Leur combat pour les bébés phoques

Début juillet, le «sauveur des Océans» a quitté les Etats Unis pour la France, où il a été accueilli par sa fidèle alliée Brigitte Bardot, à la Madrague à Saint-Tropez. Paul Watson, qui est par ailleurs le co-fondateur de Greenpeace, qu’il a quitté suite à des dissensions en 1977, a rencontré BB cette année-là, à l’occasion de leur célèbre opération sur la banquise canadienne visant à dénoncer le massacre des bébés phoques -un combat qu’ils ont continué à mener pendant plusieurs décennies. Ligués dans leurs causes, ils sont devenus depuis de très bons amis. Aussi la défenseure des animaux a appelé la diplomatie française à «intervenir auprès du Costa Rica pour l'abandon des procédures ridicules et malhonnêtes contre Paul.» «C’est mon appel à François Hollande», écrit-elle dans un communiqué. «J'aimerais aussi que ma légion d'honneur soit remise au "capitaine de mon cœur" pour symboliser la reconnaissance d'un pays envers un homme d'exception», poursuit l’icône française. Mercredi, cette dernière avait déjà interpellé le nouveau président costaricain Luis Guillermo Solís, fustigeant la chasse à l’homme menée par son prédécesseur contre l’écologiste. «Personne n’est dupe quant à la motivation du précédent gouvernement, poursuivait-elle. Cette procédure n’est qu’un alibi et semble téléguidée par le Japon.»

Ses amis français

De son côté, Paul Watson s’est dit très heureux de retrouver la France, où il a «de nombreux amis». «Je me réjouis d’y passer quelques temps pour y travailler à l’écriture de mes prochains livres et pour apporter ma contribution au débat sur le réchauffement climatique et la protection des océans», a-t-il déclaré. Sur son compte Twitter, il a précisé avoir rencontré Jose Bové, Sylvie Guillem, Gilles Tapie sans oublier Nicholas Hulot. Ce dernier lui a rendu un bel hommage, considérant qu’il faisait partie, «avec Diane Fossey et Raoni, (…) de ces grands héros de l’écologie dont l’Histoire se souviendra».

SOURCE : Paris Match

La France et B.B au secours de Paul Watson...

Partager cet article

Repost 0

Paul Watson en France trouve refuge chez Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Juillet 2014 - Alors que le célèbre fondateur de l’organisation Sea Shepherd fait toujours l’objet d’une procédure engagée contre lui par le Costa Rica, Brigitte Bardot accueille son ami Paul Watson à Saint-Tropez : "J'ai ouvert ma porte et mon cœur à Paul Watson mais c'est la France, patrie des Droits de l'Homme, qui doit défendre sa liberté d'action. La diplomatie française doit intervenir auprès du Costa Rica pour l'abandon des procédures ridicules et malhonnêtes contre Paul, c'est mon appel à François Hollande. J'aimerais aussi que ma légion d'honneur soit remise au "capitaine de mon cœur" pour symboliser la reconnaissance d'un pays envers un homme d'exception". A l'issue de cet entretien amical, Brigitte Bardot est intervenue auprès du Président Costaricain Luis Guillermo Solís (extrait) : "Monsieur le Président, le Costa Rica s’est ridiculisé ces deux dernières années dans cette chasse à l’homme contre Paul Watson, personne n’est dupe quant à la motivation du précédent gouvernement… Cette procédure n’est qu’un alibi et semble téléguidée par le Japon"...

Source : Fondation Brigitte Bardot

Paul Watson en France trouve refuge chez Brigitte Bardot
Paul Watson en France trouve refuge chez Brigitte Bardot
Paul Watson en France trouve refuge chez Brigitte Bardot
Paul Watson en France trouve refuge chez Brigitte Bardot

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot s'adresse au président du Costa Rica...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot s'adresse au président du Costa Rica...

Partager cet article

Repost 0

SOMME 1000 vaches : Brigitte Bardot interpelle François Hollande

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot, présidente de la fondation du même nom, a adressé une lettre ouverte au chef de l'Etat ce vendredi 30 mai.

«Cher François Hollande, Depuis plusieurs années maintenant, ma Fondation dénonce l’épouvantable usine aux « 1000 vaches » qui s’est construite dans la Somme et qui ne respecte pas l’Article L214-1 du code Rural : « Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce ». Enfermer des ruminants sur un sol bétonné, les priver de la lumière du jour, bloquer ces vaches dans des boxes métalliques pour les relier à des machines à traire, les inséminer à la chaine, envoyer leur veau à l’abattoir pour prélever toujours plus de lait… Tout cela est monstrueux, inhumain, à vomir ! Cela n’a plus rien à voir avec l’agriculture, c’est de l’industrie intensive où l’animal est robotisé et qui condamne à mort des milliers de petits éleveurs. Je suis de tout cœur avec les militants de la Confédération Paysanne qui ont eu le courage d’agir pour tenter d’enrayer cette machine infernale et meurtrière. Les cinq militants en garde à vue, qui ne sont pas des voyous mais ont agi dans l’intérêt général, sont dignes de l’Ordre du Mérite agricole et ne devraient pas être enfermés dans une cellule. C’est pourquoi je vous demande d’intervenir personnellement, de répondre à ma demande comme vous l’aviez fait pour les éléphantes menacées d’euthanasie à Lyon. Vos ministres de l’Agriculture et de l’Ecologie ont été interpellés par le porte-parole de la Confédération Paysanne, ils ont affiché un mépris absolument scandaleux et inacceptable. Monsieur le Président, je compte sur vous, nous ne voulons pas de ces élevages industriels qui ne respectent ni les hommes, ni les bêtes, ni le code Rural, ni la moindre éthique humaine. Merci de répondre à ce nouvel appel ! Avec espoir et confiance, Brigitte Bardot Présidente»

Source : Cliquez ICI

Egalement autre article ICI sur BFM TV

SOMME 1000 vaches : Brigitte Bardot interpelle François Hollande

Partager cet article

Repost 0

Article de Brigitte Bardot dans le nouvel observateur

Publié le par Ricard Bruno

Article paru dans le "Le nouvel observateur" du 24 04 2014, la revue est disponible dans les points presse.

Article de Brigitte Bardot dans le nouvel observateur

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>