Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

brigitte bardot

MOI NON PLUS: un joli thème, B.B et Gainsbourg à la Madeleine

Publié le par Ricard Bruno

"Moi Non Plus" porte sur scène la légendaire nuit d'amour entre Brigitte Bardot et Serge Gainsbourg, quelques heures dans un palace parisien, paroxysme de la passion impossible entre le génie musical à tête de chou et l'icône du cinéma français. La pièce se joue chaque soir au Théâtre de la Madeleine et c'est un délice de bons mots, de mélodies et de glamour. A savourer !

MOI NON PLUS: un joli thème, B.B et Gainsbourg à la Madeleine

Ecris-moi la plus belle des chansons d'amour" Ce sont ces mots qu' au cours d'une nuit de décembre 1967, dans une chambre du Ritz, la sublime Brigitte Bardot (alors mariée au millionnaire Gunter Sachs) susurre à l'oreille généreuse et absolue de Serge Gainsbourg,
Notre homme éthylé s'installe derrière le piano, réécrit l'histoire de Bonnie and Clyde et compose le sulfureux et sensuel Je t'aime, moi non plus...

 

Acmé. Chaque soir au Théâtre de la Madeleine, la pièce Moi Non Plus signée du chanteur et auteur Bertrand Soulier, mise en scène par Philippe Lellouche, nous plonge avec délectation dans les secrets d'alcôve de ce couple mythique, nous immerge avec ravissement dans la romance aussi ravageuse qu'éphémère, aussi intense que dévastatrice de ces deux êtres torturés, enflammés, surdoués.

 

L'exercice d'incarner sur scène deux monstres sacrés était périlleux, Mathilde Bisson et Jérémie Lippmann relèvent le défi avec brio. Ces deux talents, touchants, livrent une performance sexy à souhait, une douce partition jamais dénuée de répartie et nous font passer un excellent moment.
Envoûtante et magnétique baby-doll, à la fois facétieuse, candide et drôle, la sculpturale Mathilde Bisson est parfaite dans la peau de l'ingénue BB. La comédienne, révélée par le film Au Plus Près du Soleil pour lequel elle fut nommée aux César en 2016, réussit la prouesse d'interpréter souvent dénudée et sans une once de vulgarité l'icône sixties. Face à ce fantasme ambulant, Jérémie Lippmann campe un Gainsbourg désinvolte et inspiré, un artiste total à la gestuelle confondante de vérité, entre cigarettes écrasée, volutes de fumée et verres brisés.

MOI NON PLUS: un joli thème, B.B et Gainsbourg à la Madeleine

Porter sur scène ces deux génies déchirés aux antipodes l'un de l'autre a nécessité un long cheminement, explique Bertrand Soulier : "J'ai d'abord voulu dessiner les amours contrariées de deux êtres à leur firmament. Chacun avec ses qualités et ses défauts. Chacun avec ses fantômes. La musique ensuite, à travers celle de Gainsbourg. Ses doutes, ses hésitations, ses petites compromissions et son immense talent. En mélangeant le tout, j'ai imaginé les chemins pris par l'un et l'autre pour en arriver à la déferlante venant s'échouer sur cette île désertée."
Le poète et sa muse ne résisteront pas longtemps à cette déferlante et la chanson de leur amour sera finalement interprétée par nouvelle femme de Gainsbourg, Jane Birkin. Moi non plus rend hommage au couple mythique, dont l'idylle a fait naître une des plus belles chansons d'amour... ou d'adieu.

MOI NON PLUS: un joli thème, B.B et Gainsbourg à la Madeleine

Infos pratiques :

  • Où ? Au Théâtre de la Madeleine - 19 rue de Surène, 75008 Paris
  • Quand ? Du mardi au samedi, à 19h, jusqu'au 7 avril 2018
  • Prix : de 13 a 39 euros
  • Site : www.theatre-madeleine.com
  • Réservez vos places pour Moi non plus
MOI NON PLUS: un joli thème, B.B et Gainsbourg à la Madeleine
Partager cet article
Repost0

Michel Onfray : "Brigitte Bardot a beaucoup plus fait pour la femme que Simone de Beauvoir" !

Publié le par Ricard Bruno

Pour le philosophe, invité de Village Médias sur Europe 1, les chanteurs des années yéyé ont davantage fait avancer les sujets de société que les philosophes reconnus à cette époque.

INTERVIEW

Si Michel Onfray est coutumier des sorties suscitant la polémique, celle-ci a plutôt tendance à surprendre. Le 10 janvier dernier, dans son journal de la semaine, diffusé sur sa webtélé michelonfray.com, le philosophe rend hommage à France Gall, disparue trois jours plus tôt. Dans le chapô précédant la vidéo, il écrit : "Chanteuse populaire, France Gall avait pris une place dans le cœur des Français. L'occasion d'évoquer le fait que les chansons de cette époque étaient plus en avance que la philosophie."

Des tubes qui ont fait avancer des sujets de société. France Gall, plus en avance que Gilles Deleuze, Michel Foucault, Roland Barthes, ou Pierre Bourdieu ? Voilà qui a de quoi étonner. "Et pas seulement France Gall, mais tous les chanteurs yéyé !", soutient Michel Onfray, invité de Village Médias sur Europe 1 vendredi. "Tous les yéyés ont chanté des chansons extraordinaires. B.B. (Brigitte Bardot, ndlr) a beaucoup plus fait pour la femme que Simone de Beauvoir (auteure de l'un des ouvrages références du féminisme, Le Deuxième Sexe, ndlr). Il y a des femmes qui ont vu avec Vadim (Roger Vadim, ancien compagnon de Brigitte Bardot, ndrl) ce qu'une femme pouvait être", argumente le philosophe. Et d'ajouter : "Un grand nombre de chansons ont porté des idées. Les chansons de Delpech sur le divorce (Les Divorcés, ndlr) ont fait beaucoup plus avancer cette question que les grands textes de philosophes publiés au CNRS", assure-t-il.

Des philosophes "pas du tout gauchistes". Ainsi, Michel Onfray égratigne les philosophes de cette époque. "Si vous prenez l'œuvre complète de ces philosophes, que vous les mettez en perspective avec la chronologie, vous vous apercevez qu'ils n'ont pas fait Mai-68, mais qu'ils ont été faits par Mai-68. Avant Mai-68, ce sont tous des petits professeurs avec des petites cravates. Ils sont professeurs d'université, ils ont envie de devenir profs à la Sorbonne ou au Collège de France. Puis ils intriguent, ils veulent être proches du pouvoir. Tout ce monde-là n'est pas du tout gauchiste", souligne Michel Onfray, qui se revendique lui-même comme étant partisan d'une "gauche libertaire". 

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

«Mon modèle sur la question animale, c’est Brigitte Bardot», assure Steeve Briois

Publié le par Ricard Bruno

Le maire d’Hénin-Beaumont veut respecter ses « engagements en matière de protection animale ». Il l’a réaffirmé lors de sa cérémonie de vœux à la population, évoquant la stérilisation des chats errants et le refus d’accueillir des cirques avec des animaux sauvages.

«Mon modèle sur la question animale, c’est Brigitte Bardot», assure Steeve Briois

L’intérêt du Front national pour la cause animale ne date pas d’hier. Marine Le Pen, lors de la dernière élection présidentielle, avait même choisi de «  faire de la protection animale une cause nationale  ». À l’échelle locale, Steeve Briois a prévenu les habitants lors sa cérémonie de vœux, dimanche dernier. «  Il est de notre responsabilité de veiller au bien-être et au respect de l’animal  ». Et, puisque les sondages font foi et indiquent que pour plus de 80 % des Français, la protection des animaux est étroitement liée à leur conception de vie, le premier magistrat a enfoncé le clou.

La municipalité refuse les cirques avec des animaux sauvages

Rappelant qu’une première campagne de stérilisation des chats errants a été mise en place en mars 2017, Steeve Briois a poursuivi en faisant référence aux nombreuses communes qui ont choisi de ne plus recevoir de cirque sur leur territoire. Il a pointé du doigt la situation des animaux sauvages et réaffirmé refuser en «  de cautionner le mode de vie qui leur est imposé  ». Une motion a en effet été approuvée en conseil municipal en février 2017 notifiant le renoncement de la ville à accueillir des cirques détenant des animaux sauvages, car «  nous ne pouvons en aucun cas cautionner la captivité forcée dans des cages exiguës  ».

Une mise en demeure fin décembre par un collectif de cirque

Aussi, puisque «  tout être vivant a droit à la reconnaissance de sa dignité et de sa sensibilité et qu’il n’est pas normal de voir un éléphant faire le poirier  », Steeve Briois prévient : «  nous continuerons de refuser des cirques avec des animaux sauvages, ce malgré les pressions.  » Steeve Briois fait référence à sa mise en demeure, le 30 décembre dernier par un collectif de cirques, afin qu’il retire sa délibération avant d’éventuelles poursuites judiciaires. Le maire d’Hénin-Beaumont affirme donc qu’il ne pliera pas, lui qui affirme que son «  modèle sur cette question, c’est Brigitte Bardot.  »

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot....Magnifique....

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot....Magnifique....
Brigitte Bardot....Magnifique....Brigitte Bardot....Magnifique....
Brigitte Bardot....Magnifique....
Partager cet article
Repost0

" Brigitte Bardot "Larmes de combat"...

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot "Larmes de combat" n°1 des ventes !

Publié le par Ricard Bruno

Capture d'écran le 28 01 2018 à 14h43

Capture d'écran le 28 01 2018 à 14h43

Partager cet article
Repost0

Quand Nicolas Hulot parle de démission à Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Quand Nicolas Hulot parle de démission à Brigitte Bardot

Le ministre aurait promis à Bardot de démissionner l'été prochain si leurs causes n'avançaient pas. Un entretien rapporté par la star dans son livre.

Entre les deux, le torchon brûle, même s'ils sont toujours restés en contact... Ravie et confiante de voir Hulot nommé ministre de la Transition écologique au printemps dernier, la pasionaria des animaux a vite déchanté, c'est peu de le dire. Dans son dernier livre, Larmes de combat (Plon), elle raconte sans filtre les discussions qu'elle a eues ces derniers mois avec l'ancien compagnon de route des défenseurs de la cause animale, devenu, selon elle, un pantin au sein du gouvernement Macron.

Je ne sais pas ce que je peux faire

« Nos premiers échanges refroidirent toutes mes attentes, écrit-elle. En juin 2017, le maire du Luc se battait pour empêcher l'installation d'un cirque avec animaux sauvages sur son sol, j'appelai donc Nicolas Hulot pour qu'il fasse respecter la loi, il me répondit cette phrase lourde de sens : Je suis ministre, mais je ne sais pas ce que je peux faire. »

Pendant l'été, la crise est à son comble : le nouveau ministre autorise l'abattage de 40 loups en France sur 12 mois, Brigitte Bardot se déchaîne, traitant Hulot de « vendu et de lâche » dans Var-Matin, déplorant notamment son manque de parole : « Je suis écœurée de voir comment il retourne sa veste. » À l'affaire des loups venait s'ajouter la reprise de la chasse au sanglier, alors que le Var venait d'être dévasté par de gros incendies. La Fondation Bardot avait demandé un moratoire, elle n'avait pas été écoutée, d'où le ras-le-bol de la star.

Coup de fil à La Madrague

Une colère qui n'est pas passée inaperçue, si l'on en croit l'anecdote rapportée par l'actrice dans son livre confession. « Et puis, un soir d'août, il m'appela à La Madrague. J'étais prise de court, il était penaud, il se confondit en excuses : Je ne veux pas que vous soyez fâchée contre moi. Et il m'expliqua pourquoi il avait été contraint de signer cette autorisation, sinon, il aurait démissionné. Je l'encourageai donc à prendre une telle décision qui symboliserait la lutte contre l'inertie et le scandale politique. Nicolas Hulot me signifia qu'il voulait rester au gouvernement pour défendre au mieux la cause que nous partagions depuis toujours, pour faire changer les mentalités. Avant de raccrocher, il me promit : Si dans un an, je n'ai rien changé et je n'arrive à rien, à ce moment-là, je partirai. » Ce qui porte l'échéance à l'été 2018...

Bardot peu convaincue

Partira, partira pas ? Depuis ses débuts, le ministre a été critiqué par les militants pour sa tiédeur sur plusieurs dossiers – le nucléaire ou l'accord Ceta de libre-échange avec le Canada par exemple – même s'il vient d'obtenir gain de cause sur l'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Dans ses récents vœux à la presse, Nicolas Hulot a lui-même avoué certaines frustrations et colères personnelles sur des dossiers, tout en affirmant qu'il fallait se montrer patient : « Je ne peux pas, à chaque fois que quelque chose me semble ne pas aller assez vite, dire Je m'en vais, je ne pense pas que ce soit une attitude responsable. » Une approche conciliante qui n'a pas séduit, semble-t-il, Brigitte Bardot. « Bien que sincère, ce coup de fil ne me convint pas, car je pense que le combat animal est sans concession, sans demi-mesure », écrit-elle dans son livre testament. Elle espère toujours des actes concrets, à savoir des lois fermes contre l'hippophagie, l'élevage pour la fourrure, ou encore l'abattage rituel des animaux sans étourdissement... Nicolas Hulot n'est pas l'abri de nouvelles attaques incendiaires dans les mois qui viennent.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Monstres sacrés, sacrés monstres...

Publié le par Ricard Bruno

Alain Delon et Brigitte Bardot à Mexico en 1965...

Alain Delon et Brigitte Bardot à Mexico en 1965...

Au patrimoine du cinéma français, ils sont les deux derniers monuments, ceux auxquels le public pardonne facilement les écarts de langage ou les avis radicaux à l’emporte-pièce. 

De fait, entre Alain Delon et Brigitte Bardot, un lien s’est créé et solidifié au fil des ans, car ils ont incarné la même beauté, et portent aujourd’hui sur le monde un regard critique et amer, autant qu’ils envisagent de le quitter sans regrets. 

«Alain, c'est un animal sauvage et solitaire », vient de déclarer BB à l’occasion de la publication de son «livre testamentaire», Larmes de combat (Plon), «on se comprend au moindre mot. Il est en homme ce que je suis en femme. On est les deux derniers monuments historiques du XXe siècle encore vivants! Et c'est vrai que nous incarnons le cinéma qui a fait rêver des générations. Mais c'est fini. Il n'y a pas de nouveau Delon parmi les nouveaux acteurs français. Barbus, chauves, mal fringués… On se demande où sont passés les gènes de la beauté!»… 

Sans doute l’héroïne mythique de «Et Dieu créa la femme» a-t-elle manqué sur les écrans l’apparition de Louis Garrel, Pierre Niney, Gaspard Ulliel, ou Raphaël Personnaz pour ne citer qu’eux. 

Retirée dans sa maison de Saint-Tropez, celle qui est passée du statut d’icône à celui de madone des animaux regarde avec horreur ce monde barbare et violent qui les maltraite. 

De fait, elle ne s’en cache pas ; elle juge tout à l’aune de son combat pour les animaux, ce qui est plus qu’honorable. Elle a fait sien le mot de Germaine de Staël : «plus je connais les hommes, plus j’aime mon chien». 

Brigitte Bardot, 83 ans, assume d’être devenue misanthrope. «J'ai choisi de m'installer définitivement à La Madrague (à Saint-Tropez) et d'y finir probablement mes jours», assure-t-elle. «Ma mort donnera sens à ma vie. Ma mort sacrera mon combat», insiste-t-elle, fidèle à ce qui est devenu sa dernière raison de vivre. 

«D'autant plus que je reposerai non loin de là», a-t-elle prévu. «Un endroit précis a été accepté par les autorités, loin des regards, mais près des tombes de mon petit cimetière animal. Je préfère reposer là plutôt que dans le cimetière de Saint-Tropez, où une foule de connards risquerait d'abîmer la tombe de mes parents et de mes grands-parents. Je veux qu'on leur foute la paix», confie-t-elle au Monde

Un détachement que partage Alain Delon, 82 ans, depuis la disparition de ses chers disparus – Romy Schneider, Jean-Claude Brialy, Mireille Darc. «Je n'ai absolument pas peur de la mort» explique-t-il dans une interview accordée à Valérie Trierweiler. 

«La mort est la seule chose au monde dont nous soyons sûrs. C'est une question de temps. Combien d'années me reste-t-il à vivre ? Je peux aller jusqu'à 90-92 ans. Ce n'est pas moi qui décide, c'est l'Autre, là-haut». 

Dans une ambiance quelque peu crépusculaire, il pose dans sa maison de Douchy, un domaine de 55 hectares situé dans le Loiret, où il vit reclus comme un vieux loup solitaire, et veut se faire inhumer près des 50 tombes de ses chiens, les seuls restés fidèles... 

Et la star d’avouer que sa plus grande crainte est de mourir avant son chien Loubo, un berger malinois qui vient égayer sa solitude depuis maintenant trois ans. «C'est mon chien de fin de vie, un berger belge que j'aime comme un enfant, confie-t-il. S'il devait mourir avant moi, ce que j'espère, je n'en prendrais pas d'autres. Des confidences qui n’ont pas laissé indifférent son fils aîné, Anthony Delon. 

«Je pense que la vie lui a repris ce qu’elle lui a donné. La vie lui a tout donné, la beauté, le succès. Mais quand la vie te donne tout, il faut que tu capitalises. Quand on te donne quelque chose, il faut le rendre. Aujourd’hui, il est seul, il est malheureux,… Mais bon, son malheur, il le creuse lui-même, il s’y est résigné». 

Comment être, après avoir été ? Brigitte Bardot comme Alain Delon ont sans doute médité le poème d’Alfred de Vigny, la mort du loup : «Comment on doit quitter la vie et tous ses maux, C'est vous qui le savez, sublimes animaux ! A voir ce que l'on fut sur terre et ce qu'on laisse, Seul le silence est grand ; tout le reste est faiblesse».

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot se livre dans “ Larmes de combat”...

Publié le par Ricard Bruno

"Ce texte testamentaire portera à jamais ma conviction, mon abattement et mes espérances" et constitue "mon legs", assure BB, âgée de 83 ans. Image d'illustration.

"Ce texte testamentaire portera à jamais ma conviction, mon abattement et mes espérances" et constitue "mon legs", assure BB, âgée de 83 ans. Image d'illustration.

Un livre de Brigitte Bardot, c'est un événement. Le dernier " Un cri dans le silence" remonte à 2003, et il avait fait polémique. Cette fois, Brigitte Bardot, 83 ans, explique que "Larmes de Combat", paru chez Plon ce jeudi, co-écrit avec Anne-Cécile Huprelle à la Garrigue à St-Tropez,  sera son dernier ouvrage, une sorte de livre testament de 250 pages dans lequel elle revient sur sa vie, le cinéma, son cancer du sein, mais aussi et surtout la cause qu'elle défend depuis qu'elle a arrêté le cinéma en 1973 : les animaux.

Brigitte Bardot mondialement connue a arrêté le cinéma en 1973.

Brigitte Bardot mondialement connue a arrêté le cinéma en 1973.

La cause animale, une révélation avec Roger Vadim


La star, qui a crevé l'écran en 1956 à 22 ans dans le film "Et Dieu créa la femme", dit avoir toujours été sensible à la cause animale. "Enfant, je savais, je pressentais être un animal."

Son premier mari, Roger Vadim, lui a ouvert les yeux sur les conditions de mise à mort dans les abattoirs, relate-t-elle. Son changement radical de vie en 1973 lui a ensuite permis de se consacrer entièrement à son "combat pionnier" et souvent mal compris. "Ma première partie de vie fut comme le brouillon de mon existence", quand la deuxième a apporté "les réponses aux questions que je me posais jusque-là".
 

Ses déceptions

Brigitte Bardot se livre dans “ Larmes de combat”...

Brigitte Bardot revient sur sa lutte pour les bébés phoques, la création de sa fondation et s'en prend pêle-mêle à la 
corrida, la chasse, les zoos, l'élevage industriel, la fourrure ou encore la consommation de viande de cheval dont elle espère voir l'abolition "avant sa mort".
Elle fustige aussi Nicolas Sarkozy et Nicolas Hulot, deux "grandes déceptions" politiques sur la protection des chevaux et l'abattage des loups.

La maternité

Son avant-dernier livre avait été polémique après ses propos sur sa grossesse et son ressenti sur la maternité, Brigitte Bardot explique cette fois que ses relations avec son fils Nicolas sont normalisées.

L'immigration

Condamnée  à cinq reprises pour incitation à la haine raciale, Brigitte Bardot explique qu'elle ne pense pas nourrir de haine raciale, mais qu'elles'oppose simplement à l'égorgement à vif pratiqués lors des abattages rituels.

La mort

Brigitte Bardot en 2017...

Brigitte Bardot en 2017...

Brigitte Bardot souhaite être enterrée à la Madrague à St-Tropez, non loin de ses animaux qui constituent "sa famille proche". Elle dit avoir  "peur de la mort" et trouver refuge dans son "rapport personnel avec la Sainte Vierge".
Elle espère laisser le souvenir d'une femme qui aura levé le tabou de "l'humanité animale, de l'animalité humaine" et plaide pour "un avenir commun" à tous les êtres vivants. "Mon passage sur Terre n'aura donc pas été vain. Et mon âme sera enfin en paix."

Partager cet article
Repost0