Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

brigitte bardot

Les images d’un lion squelettique dans un zoo au Bangladesh provoquent l’indignation des internautes

Publié le par Ricard Bruno

Les images d’un lion squelettique dans un zoo au Bangladesh provoquent l’indignation des internautes

Les zoos sont des lieux qui ont toujours suscité des débats sur la moralité et l’éthique de la détention d’animaux sauvages en captivité. Le cas récent d’un zoo au Bangladesh semble confirmer cette prémisse avec encore plus de force.

Une image qui a provoqué l’indignation des visiteurs du zoo de Comilla au Bangladesh est devenue virale sur les réseaux sociaux.

C’est la vidéo d’un lion en cage dont l’apparence est déplorable. Juboraj est le nom de cet animal de 18 ans qui, alors qu’il est clair qu’il est malade, mal nourri et squelettique, était jusqu’alors toujours exposé au public, avait rapporté La Vanguardia.

Capture d’écran YouTube...

Capture d’écran YouTube...

L’indignation des visiteurs les a amenés à dénoncer la condition lamentable dans laquelle se trouve le lion et l’indifférence des responsables du centre qui continuent à exposer un animal présentant d’évidentes difficultés à se lever et à bouger normalement.

En réponse aux plaintes déposées à leur encontre, les autorités du zoo affirment que le lion est dans un état de santé critique lié à son âge avancé. Toutefois, cela n’empêche pas Juboraj de vivre dans un enclos sale, derrière les barreaux, sans recevoir aucun traitement pour soulager ses souffrances.

Certains visiteurs ont demandé au zoo de faire le nécessaire pour le soigner et de le nourrir davantage. Grâce à ces demandes, l’animal reçoit actuellement des médicaments par le biais de fléchettes tirées par les gardiens du zoo.

D’après le journal El Ciudadano, il y a une pétition qui a déjà recueilli plus de 56 000 signatures demandant au président du Bangladesh, Abdul Hamid, d’enquêter sur les conditions de vie du lion.

Les images d’un lion squelettique dans un zoo au Bangladesh provoquent l’indignation des internautes

Il est écrit dans la pétition : « Juboraj le lion meurt de faim au zoo de Comilla au Bangladesh. Il passe la plupart de ses journées sans bouger et mange rarement. Il n’est plus exposé au public pour que son corps extrêmement maigri ne dérange plus le public, mais il est toujours dans un état de santé critique. » 

Le zoo et le jardin botanique ont été construits en 1985 sur un site de 410 hectares.

Le Zila Parishad est responsable de la gestion de ces deux établissements, mais un bail est payé à la ville de Comilla pour le zoo et le jardin botanique, selon le journal Dhaka Tribune.

Interrogé sur l’état du lion, Sonjoy Kumar Bhowmik, directeur exécutif de Comilla Zila Parishad, a déclaré : « Juboraj est dans un état critique. Nous avons fait appel à des vétérinaires pour son traitement. Cependant, ils ont signalé que la moyenne de vie d’un lion est de 14 ans, alors que Juboraj en a déjà 18. Nous l’avons ramené du zoo de Chittagong il y a 18 ans. »

Les images d’un lion squelettique dans un zoo au Bangladesh provoquent l’indignation des internautes

Pour sa part, le conservateur du zoo de Dhaka, le docteur SM Nazrul Islam, a déclaré  : « Nous avons appris que le lion était malade il y a quelques mois et nous n’avons pas d’autre choix que de le laisser vivre. »

« La meilleure chose que nous pouvons faire pour le lion, c’est de créer un conseil médical et de le garder sous surveillance spéciale à l’hôpital vétérinaire central d’Alauddin Road », a-t-il ajouté.

Monirul H. Khan, professeur adjoint du département de zoologie de l’université de Jahangirnagar, a affirmé que les autorités du zoo devraient garder l’animal malade isolé.

Les images d’un lion squelettique dans un zoo au Bangladesh provoquent l’indignation des internautes

« Je n’ai aucune objection à euthanasier un animal captif qui est dans un tel état, mais cela pourrait heurter les sentiments des gens qui désapprouvent cela. Par conséquent, la meilleure solution est de l’isoler. En outre, le lion malade peut être porteur de plusieurs maladies contagieuses. L’isolement peut donc empêcher la propagation de ces maladies à d’autres animaux du zoo », a-t-il affirmé.

Le zoo de Comilla : un royaume solitaire

L’état général du zoo de Comilla n’est pas si différent de celui de Juboraj. La plupart des cages restent vides, comme s’il s’agissait d’un établissement abandonné.

En plus de Juboraj, le zoo a huit singes, trois volailles et trois cerfs. La population locale se plaint que l’endroit est souvent inondé par des averses et que la fréquentation diminue d’année en année, a rapporté Dhaka Tribune.

Les images d’un lion squelettique dans un zoo au Bangladesh provoquent l’indignation des internautes

Ali Akbar Masum, l’ancien président du Comité Comilla Sachetan Nagorik, a déclaré que « l’état déplorable du zoo dans une ville aussi importante que Comilla est quelque chose d’inattendu. Le zoo doit être rénové et d’autres animaux et oiseaux doivent être exposés », a-t-il déclaré.

Raihan Hasnat, l’un des locataires du zoo, a déclaré à Dhaka Tribune : « Nous devons compter sur une dépense annuelle qui comprend le prix de location et le coût de la nourriture donnée aux animaux, mais la fréquentation est faible car nous n’avons pas beaucoup d’animaux à exposer, nous sommes en difficulté. »

Juboraj vit dans un enclos minuscule, il a une silhouette squelettique et sa colonne vertébrale est si près de la peau que les visiteurs pouvaient compter ses vertèbres une par une. Exactement comme avec ses côtes.

Dans la vidéo, qui est devenue virale ces derniers jours, on peut voir comment l’animal mourant, après s’être levé avec difficulté, marche lentement quelques pas pour finalement retourner se coucher.

Partager cet article
Repost0

Saint-Vit : quelques vaches sauvées par la Fondation Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Entre 50 à 60 vaches ont pu être sauvées...

Entre 50 à 60 vaches ont pu être sauvées...

Sur les quelques 300 vaches laissées quasiment à l’abandon par leur propriétaire depuis de nombreux mois, entre 50 et 60 ont pu être sauvées. Elles rejoindront d'autres comparses en Normandie au refuge de la Mare Auzou à Mesnil-en-Ouche. Un lieu tenu par la Fondation Brigitte Bardot.

Sur un troupeau de près de 300 vaches, une cinquantaine a été pris en charge par les salariés de la fondation Brigitte Bardot.
Ils sont venus avec des bétaillères pour emmener les vaches jusqu'à Baume-les-Dames où elles seront placées en quarantaine.
Elles resteront 3 mois dans le département avant de goûter l'herbe verte de la Normandie.
Elles y rejoindront un troupeau de 700 bovins en Normandie.
L'éleveur est resté invisible pendant l'opération.

La fondation Bardot sauve 50 vaches Un reportage de Emmanuel Rivail et Philippe Arbez. Avec Françoise Dodane de la SPA et Christophe Marie : porte-parole Fondation Brigitte Bardot.

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot en couverture de la revue Suisse "Génération"...

Publié le par Ricard Bruno

Mille mercis à mon ami Suisse Patrick M, qui va me faire parvenir cette revue.

Bruno Ricard 

Génération de décembre 2017 

Génération n°96 de décembre 2017 

Génération n°96 de décembre 2017 

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot : "Il est impératif de sauver toutes ces vaches"

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot : "Il est impératif de sauver toutes ces vaches"

Brigitte Bardot a contacté notre rédaction ce mercredi soir. Dans un appel de détresse poignant, elle exhorte le préfet du Doubs à revenir sur sa décision de ne sauver qu’une cinquantaine de vaches à Saint-Vit. Sa Fondation peut et veut prendre en charge tout le cheptel.

« J’ai appelé le préfet du Doubs ce mercredi soir », lance d’emblée Brigitte Bardot, la présidente de la Fondation du même nom. « Je lui ai parlé de ma volonté de sauver l’intégralité du cheptel de Saint-Vit. Il m’a écoutée. J’espère qu’il reviendra sur sa décision de n’en épargner qu’une faible partie. » Elle ne peut cacher sa profonde émotion. Sa voix se brise lorsqu’elle évoque le sort qui attend les deux tiers des vaches affamées et laissées à l’abandon par leur propriétaire à Saint-Vit.

« Il est impératif de récupérer toutes ces pauvres bêtes », martèle l’icône de la protection animale. « Nous faisons des pieds et des mains auprès des services vétérinaires du Doubs depuis la semaine dernière. Nous avons lancé un appel aux bonnes volontés du Grand Est pour trouver des structures aptes à les accueillir. Nous avons reçu de nombreuses propositions. La solidarité des gens, révoltés par le sort de ces êtres sans défense, a été exceptionnelle. Tout était prêt. On s’est donné un mal fou. Et les services de l’Etat ne nous en laissent qu’une cinquantaine ! Les autres seraient abattues ? Je ne les laisserai pas faire. C’est inacceptable. »

« Je ne peux me résoudre à perdre ce combat pour une question administrative à la con ! »

Brigitte Bardot se demande comment la préfecture peut laisser partir des animaux affaiblis, peut-être malades, à l’abattoir. « C’est scandaleux ! Elles sont suspectées d’être porteuses d’un virus, celui de la fièvre catarrhale ovine (FCO). Nous avons débloqué les moyens financiers nécessaires pour les placer en pension provisoire dans le Doubs et les départements limitrophes. Notre but est de leur offrir les soins et vaccinations nécessaires à leur récupération. Il serait inhumain de ne pas toutes nous les confier. »

Les vaches, au bout de deux ou trois mois de convalescence, iraient terminer leur vie, tranquillement, dans les pensions que possède la Fondation en Normandie. « Je ne peux me résoudre à perdre ce combat pour une question administrative à la con ! Les gens, en France et dans le monde, prennent conscience de la souffrance animale. Chaque jour, de plus en plus d’individus dénoncent la maltraitance que beaucoup trop de bêtes supportent encore. On n’a pas le droit de les sacrifier au nom du principe de précaution. »

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Fondation Brigitte Bardot ; Communiqué de presse...

Publié le par Ricard Bruno

Fondation Brigitte Bardot ; Communiqué de presse...
Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot a eu une statue pour son anniversaire...

Publié le par Ricard Bruno

Une statue située à l’entrée de Saint-Tropez a été offerte à Brigitte Bardot pour ses 83 ans. Il est à noter que cette ancienne actrice avait apporté sa contribution à la renommée mondiale de la station balnéaire jet-set...

Quelques détails sur la statue de Brigitte Bardot

Le directeur de l’office de tourisme de la ville, Claude Maniscalco a fait ressortir que la statue de Brigitte Bardot est « assez imposante ». Celle-ci a une hauteur de 2,5 mètres et un poids de 700 kg. Ce bronze s’inspire d’une aquarelle du maître italien de la bande dessinée Milo Manara.

Le lien entre la star et Saint-Tropez

Grâce à Brigitte Bardot, la station balnéaire est devenue un mythe. Elle s’est installée dans la région en 1958 et réside toujours dans son domaine de La Madrague. Selon Claude Maniscalco, il existe un « lien très fort » entre la star et la commune française. En offrant cette sculpture, c’est un hommage que la ville a voulu lui rendre pour ses 83 ans.

 

Brigitte Bardot a eu une statue pour son anniversaire...
Brigitte Bardot a eu une statue pour son anniversaire...
L’actrice a remercié les Tropéziens pour ce cadeau

Brigitte Bardot a remercié les Tropéziens pour ce geste, et a déclaré qu’elle était honorée de recevoir cette statue. « C’est un grand MERCI, les larmes aux yeux, que je vous adresse à tous », a dit la star de 83 ans dans un petit mot manuscrit.

L’inauguration de la statue

Le bronze est face au musée de la gendarmerie et du cinéma. Le public a eu la possibilité d’assister à l’inauguration grâce à une invitation qu’il fallait télécharger sur le site de la mairie de Saint-Tropez.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Noël sous le signe des années 60 avec Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

Noël sous le signe des années 60 avec Brigitte Bardot...

Merci à Elodie pour cette information...

...

EN IMAGES - Sélection de cadeaux du style de BB.

Avez-vous vu l'Esmeralda de Saint-Tropez? Celle qui dansait le tchatcha en robe rouge et retournait les cœurs comme on retourne des chaussettes. De 1952 à 1973, Brigitte Bardot joua le même rôle, encore et encore. La blonde fragile et prédatrice. Celle qui vous balade en pleine nuit, vous attire dans un atelier, branche la radio et, lorsque vous vous penchez sur elle, détourne le visage: «Je suis trop triste.» «Elle est faite pour perdre les hommes», avertit, par solidarité masculine, une de ses victimes (Et Dieu créa la femme). Mais, au fond, qui l'a écouté? «J'adore me marier», lance joyeusement l'icône.

On la retrouve dans Le Mépris, quelque part entre ciel et béton. Elle bronze sur le toit de la Villa Malaparte. Un livre couvre ses fesses. Son titre? «Frappez sans entrer.» No comment. Brigitte Bardot appartient au soleil et aux bords de mer. Quand on la touche, on se brûle. Est-ce pour se venger d'avoir été quitté que Roger Vadim la fit tourner dans les Alpes en plein hiver (La Bride sur le cou) ?

Pour ses 83 ans, fin septembre, Saint-Tropez a inauguré une sculpture kitschissime: BB anadyomène dans une coquille Saint-Jacques. Nue, évidemment. L'illustre résidente n'est pas allée saluer son double. Dans un Scopitone (Je me donne à qui me plaît), le col et les poignets de son manteau étaient en angora. À La Madrague, désormais, elle occupe son temps sur Twitter à s'indigner contre les chasseurs, les zoos et les cirques. Et regrette, sans doute, le temps du tchatcha.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Police : Ils ont tué Tito !

Publié le par Ricard Bruno

Un chien de 11 mois a reçu d'un policier une balle entre les deux yeux. Ça s’est passé dans la cour de l’immeuble où habite son maître. Sans raison apparente.

Ce chien n'a jamais fait de mal ni peur à personne", témoigne un voisin...

Ce chien n'a jamais fait de mal ni peur à personne", témoigne un voisin...

« Ça s’est passé mardi 5 décembre, vers 19h30. »Khedr était chez lui. Un studio en rez-de-chaussée, qui donne sur la cour intérieure du 31 rue Ernest-Renan. Cette cour fermée, toute en longueur, dessert les différents logements situés à cette adresse. Vu qu’un portail sépare cette voie privée de la rue, les enfants de la résidence investissent souvent cet espace pour s’y amuser en toute sécurité. Pour la même raison, Khedr avait l’habitude de laisser son chien Tito s’y dégourdir les pattes.Ce petit corniaud de onze mois, n’avait rien du molosse, « tout le monde l’aimait bien. Les enfants jouaient avec, il était très gentil ». Ce soir-là, son maître l’a entendu aboyer à deux reprises. « Tout de suite après, il y a eu un très grand bruit, je suis vite sorti. » Son chien gît dans une mare de sang, abattu par un policier d’une balle entre les deux yeux.

"Il m'apportait du bonheur"

« Mais pourquoi a-t-il fait ça ? », continue de se demander Kehdr. Ce jeune homme de 25 ans, arrivé d’Égypte en 2009, n’avait déjà pas une vie facile. « Je ne cherche pas les histoires. J’ai beaucoup de problèmes... Je suis malade », explique-t-il en montrant une pyramide de médicaments et sa carte « handicapé ». Pas pour que l’on s’apitoie sur son sort mais simplement pour justifier sa peine. « Il m’apportait du bonheur… » Si lui tente de ravaler son chagrin, dans le quartier les témoignages d’indignation et de colère sont partout.« Ce chien n’a jamais fait de mal ni peur à personne, s’énerve son voisin Bensassi. Pauvre bête… On ne peut même pas lui reprocher d’être sortie dans la rue, c’est le policier qui est rentré chez nous ! »

Le commissariat de Saint-Denis, qui n’a pas souhaité s’exprimer, est revenu vers Khedr pour tenter de justifier cet acte. Les policiers auraient interpellé quelqu’un juste avant. Le policier auteur du coup de feu serait entré pour voir si le gars n’avait rien jeté derrière le portail. Tito serait allé vers lui. Il aurait eu peur. Et a tiré. Des explications qui n’en sont pas pour les habitants qui ont averti la Fondation Brigitte Bardot et comptent déposer plainte. « Il n’avait aucune raison de l’abattre. Il pouvait aussi appeler à l’aide, utiliser sa bombe lacrymo ou même tirer en l’air, renchérit l’un d’entre eux.Tito ne l’a même pas mordu. Sa réaction est totalement incompréhensible. » Une voisine d’ajouter :« On ne peut pas tolérer qu’un policier fasse usage de son arme et tue simplement parce qu’il a peur ! Un policier doit avoir du sang-froid, sinon c’est un danger public. »

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Le film qui... de Benicio del Toro...Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

 ©Lucas Film LTD

©Lucas Film LTD

À l'affiche de Star Wars : Les Derniers Jedi, Benicio del Toro nous parle des films qui l'ont marqué. 

À l'occasion de la sortie de Star Wars : Les Derniers Jedi de Rian Johnson, Première s'est plongé dans ses archives pour vous faire découvrir les films qui ont marqué Benicio del Toro. Nous l'avions rencontré en 2013, pour la sortie de Jimmy P. d'Arnaud Desplechin.

Le film qui...

... parle le mieux de l’Amérique centrale ?

Il y en a deux : Mémoires du sous- ddéveloppement, de Tomas Guttiérez Alea, et The Harder They Come, avec Jimmy Cliff. L’un est cubain, l’autre jamaïcain. Ce sont des films superbes qui dressent des tableaux très représentatifs de l’époque et de la culture dont ils sont issus, mais qui en même temps paraissent totalement universels et intemporels. Ils sont un peu meilleurs à chaque fois que je les revois.

... vous faisait faire des cauchemars quand vous étiez enfant ?

Les Nerfs à vif, de J. Lee Thompson. Parce que l’histoire de ce cinglé qui harcèle une famille est terrifiante, bien sûr, mais surtout à cause de Robert Mitchum, de sa gueule, de sa démarche. Petit, j’étais fasciné par les films de monstres avec Bela Lugosi, Boris Karloff, Lon Chaney... Mais là, c’était la première fois qu’un mec bien réel – pas une créature – me flanquait la chair de poule. Vraiment flippant.

... devrait être montré dans tous les cours d’art dramatique ?

Un tramway nommé Désir, d'Elia Kazan. L’alliance parfaite entre le cinéma et le théâtre, entre un texte brillant et de grands acteurs – Marlon Brando, Vivien Leigh, Kim Hunter, Karl Malden... Mais je cite peut-être ce film-là parce que j’ai étudié avec Stella Adler, qui avait été la prof de Brando. Pour tous les apprentis comédiens de ma génération, c’était la référence absolue.

... vous a donné envie de faire ce métier ?

Sans doute Papillon, de Franklin J. Schaffner. Mais ça n’a pas été conscient, je ne suis pas sorti du cinéma en me disant : "Je veux devenir acteur !" C’est juste que cette histoire était si forte, si fascinante...  Dans ce film, les performances de Steve McQueen et de Dustin Hoffman sont d’une puissance inégalable.

... s’apprécie mieux dans un état second ?

Les Lumières de la ville. Voir Chaplin jouer l’ivrogne te permet de te sentir moins seul si tu as toi aussi un coup dans le nez. (Rire.) Sinon, pour planer, rien ne vaut Pinocchio, Dumbo ou n’importe quel Disney de la grande époque. Des trips visuels qui marchent très bien sans le son.

... vous a fait tomber amoureux de son actrice ?

Je ne suis pas le genre de spectateur qui fantasme facilement sur les actrices. Cela dit, je dois reconnaître que la beauté de Brigitte Bardot dans Le Mépris, de Godard, a quelque chose de surréel qui m’avait scotché à mon fauteuil. J’ai cru comprendre que je n’étais pas le seul, d’ailleurs. À part ça, quand j’étais gosse, j’avais le béguin pour la fiancée de Frankenstein.

... devrait être envoyeé dans l’espace pour informer les extraterrestres de notre existence ?

Ça dépend du message qu’on souhaite faire passer. Un Capra pour leur souhaiter la bienvenue ? Ou le Chien andalou de Bunuel pour les refroidir ? (Rire.) Vraiment, impossible de trancher. On ne pourrait pas plutôt leur faire parvenir un coffret avec une sélection de chefs-d’œuvre ? Adressez-leur de ma part Le Parrain, Les Sept Mercenaires  et Le Trésor de la Sierra Madre.

Partager cet article
Repost0