Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

497 articles avec brigitte bardot

Douains : la fondation Brigitte Bardot intervient et récupère 10 chats

Publié le par Ricard Bruno

Sindy Alexandre est intervenue hier matin avec une collègue de la fondation Brigitte Bardot à Douains

Sindy Alexandre est intervenue hier matin avec une collègue de la fondation Brigitte Bardot à Douains

Douains. La fondation Brigitte Bardot est intervenue hier matin au hameau des Hayes pour récupérer une dizaine de chats de race. Leur propriétaire, hospitalisée jeudi, avait tendance à accumuler les objets... et les animaux.

Un ancien corps de ferme se dresse au bout d’un petit chemin. Une dizaine de sacs en plastique sont regroupés à quelques mètres. Des pneus crissent sur les gravillons. La camionnette bleue de la fondation Brigitte Bardot se stationne devant la propriété située dans le hameau des Hayes, à Douains. Deux femmes déchargent des cages à transports pour chat. Leur mission ? Récupérer une dizaine de félins, à l’abandon depuis l’hospitalisation de leur maîtresse, jeudi. Sept chiens ont, quant à eux, déjà été récupérés par les Amis des chiens à Vernon.

Dès le lendemain, Catherine Couanon, maire (DVD) de Douains, a pris l’initiative de contacter la fondation. « J’ai d’abord appelé la SPA (société protectrice des animaux) mais ils ont refusé de se déplacer, explique Catherine Couanon. Je me suis donc tournée vers la fondation Brigitte Bardot à laquelle notre commune verse une subvention de 50 € depuis de nombreuses années. »

« Une solitude croissante »

Après plusieurs échanges de mails et coups de téléphone, l’association décide d’intervenir. « Nous allons, dans un premier temps, effectuer un état des lieux », indique Sindy Alexandre, l’une des 38 salariés basés dans le refuge de la Mare Auzou, à Saint-Aubin-le-Guichard, près de Bernay. Près de 1 400 animaux sont regroupés sur les huit hectares du refuge, l’un des trois que compte la fondation en France. Les employés interviennent dans l’ensemble de l’Hexagone. Et certains déplacements sont plus marquants que d’autres. « Dans une maison sur l’île d’Aix (17), dernièrement, il a fallu décoller des cadavres du sol... »

L’intervention d’hier matin n’était toutefois pas aussi délicate mais le fils de la propriétaire accepte uniquement la présence des deux salariés. Une fois à l’intérieur de la maison, toutes deux ont beaucoup de mal à approcher les chats. « Ils sont difficiles d’accès car il y en a partout... Cette dame est atteinte du syndrome de Diogène. Elle a donc une forte tendance à l’accumulation d’objets. Et cela s’accompagne souvent du syndrome de Noé, avec l’accumulation d’animaux », souligne Sindy Alexandre. Cages sous les bras, les deux salariés partent attraper les animaux. Quelques minutes plus tard, Sindy Alexandre ramènent quatre chats de race. Le poil abîmé, les yeux coulants, beaucoup semblent aussi atteints de coryza, une maladie respiratoire. Elle repart ensuite avec un filet pour récupérer les derniers récalcitrants.

Chaque année, la fondation Brigitte Bardot intervient une centaine de fois dans le département de l’Eure. « Malheureusement, les gens sont de plus en plus isolés. Et, en général, la détresse humaine va souvent de pair avec la détresse animale, souligne Bruno Jacquelin, chargé de communication à la fondation Brigitte Bardot. Les chiffres d’intervention sont donc en augmentation depuis quelques années. »

Les félins seront ensuite conduits au refuge de la Mare Auzou pour y être soignés. Ils seront alors disponibles à l’adoption. Mais sur les 1 400 animaux de toutes sortes regroupés là-bas, peu rejoignent finalement une famille. « Aucune euthanasie n’est pratiquée à la fondation. Les sauvetages leur permettent au moins de bien finir leurs jours. »

Infos pratiques

Pour contacter la fondation Brigitte Bardot : 01 45 05 14 60 ou http://www.fondationbrigittebardot.fr

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Le jour où Jean Roche­fort, très excité, a été obligé de stop­per un baiser avec Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Un scène d'inti­mité lors de ses débuts, sans mous­tache

Lors de l'émis­sion C à Vous de lundi 9 octobre, consa­crée à Jean Roche­fort suite à son décès, l'équipe de chro­niqueurs est revenu sur un moment gênant qu'a connu l'acteur lors de ses débuts. Une scène de baiser avec l'actrice Brigitte Bardot que le comé­dien avait décor­tiquée en 2015.

L'émis­sion C à vous est reve­nue sur plusieurs moments de la vie de Jean Roche­fort, décédé lundi 9 octobre à l'âge de 87 ans. En 1964, l'acteur fait ses débuts au cinéma. Sans mous­tache et avec beau­coup moins d'assu­rance qu'à la fin de sa carrière, le comé­dien joue et danse avec Brigitte Bardot dans le film À cœur joie. Dans ce long métrage, les deux artistes devaient tour­ner une scène bien spéci­fique. La scène du baiser, un moment qui a posé quelques petits problèmes à Jean Roche­fort, comme il l'a raconté en 2015 sur France 5. "Ça commençait avec un baiser où la caméra faisait le tour de nos bouches. Et je ne la connais­sait pas, je n'avais jamais fait de cinéma ou pratique­ment pas. Et à la douzième prise, j'ai demandé qu'on arrête !« , déclare-t-il, provoquant un rire collec­tif de l'équipe de C à Vous.  »En tout simpli­cité, c'était à un âge où des érec­tions venaient vite et il m'a fallu abso­lu­ment aller faire… un peu de footing", conclue l'homme à mous­tache. Un moment plein d'humour comme sait tant les racon­ter Jean Roche­fort. Seule­ment trois femmes ont réel­le­ment fait chavi­rer le cœur du comé­dien.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot "La mort de Jean Rochefort"... «c’est une hécatombe d’étoiles qui s’éteignent"...

Publié le par Ricard Bruno

Les réactions se multiplient après l'annonce du décès de Jean Rochefort

Les réactions se multiplient après l'annonce du décès de Jean Rochefort

Jean Rochefort, immense figure du cinéma français, s’est éteint dans la nuit de dimanche à lundi, à l’âge de 87 ans. Depuis l’annonce de son décès, les hommages se multiplient. La ministre de la Culture Françoise Nyssen a été l’une des premières à réagir à l’annonce de la disparition de ce grand comédien. Elle a notamment salué « l’élégance » du comédien.

De son côté, la Cinémathèque a fait ses adieux à « la plus belle moustache du cinéma français ».

« Une hécatombe d’étoiles »

« Jean c’était la classe, un homme élégant dans sa façon de jouer, d’être, de rire avec vous, de rêver avec vous », a déclaré sur France Inter le scénariste Jean-Loup Dabadie, qui a collaboré à trois films d’Yves Robert dont Salut l’artiste.

Pour Patrice Leconte, avec qui Jean Rochefort a tourné sept films dont Tandem et Les Grands ducs (sur RTL), « il était très, très rieur (…) On avait convenu qu’on s’appellerait l’un l’autre quand on avait une nouvelle histoire drôle. A qui je vais téléphoner maintenant ? »

Pour Brigitte Bardot, « c’est une hécatombe d’étoiles qui s’éteignent avec la mort de Jean Rochefort. Avec lui, c’est toute une génération qui disparaît. Jean Rochefort en était un brillant représentant, élégant, dandy, lord, humour et fantaisie et surtout amoureux des chevaux et soutien inconditionnel de mon combat contre l’hippophagie. Je l’adorais. »

José Garcia, Stéphane Bern, Clothilde Courau, Gilles Jacob… Beaucoup saluent Jean Rochefort, et sa longue carrière.

« Comme Quichotte, il était capable de vivre pour toujours »

Enfin, le réalisateur Terry Gilliam, avec qui Jean Rochefort avait entamé le tournage de L’Homme qui tua Don Quichotte (tournage interrompu à la suite d’une blessure de l’acteur), a posté un long message sur Facebook pour lui rendre hommage. « Il était un grand acteur, un comédien brillant, courageux et déterminé à poursuivre le tournage même s’il souffrait beaucoup, écrit-il. Il était le visage et l’esprit du Chevalier à la triste figure. Quand je l’ai vu il y a quelques années, il avait semblé rajeuni, pas plus vieux. J’ai imaginé que, comme Quichotte, il était capable de vivre pour toujours. Qu’il soit parti est incroyablement triste. Adieu, Jean ».

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot : Film le Mépris...

Publié le par Ricard Bruno

Critique : Le Mépris

France, Italie, 1963
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : Jean-Luc Godard, d’après un roman de Alberto Moravia
Acteurs : , , ,
Distribution : Carlotta Films
Durée : 1h44
Genre : Drame
Date de sortie : 20 novembre 2013 (Reprise)

Note : 4,5/5

Dans l’absolu, un film parfait existe-t-il ? Pour en avoir vu sans doute des milliers au cours d’une passion cinéphile plus ou moins marquée au fil des ans, nous devons admettre qu’il n’y en a pas énormément, sous réserve des aléas toujours très subjectifs du goût personnel et de la réceptivité pour certains styles ou thématiques à tel ou tel moment de notre vie. Le Mépris s’approche toutefois de cet idéal avec une régularité bluffante, par le biais d’une admiration quasiment sans bornes que nous éprouvons à l’égard du chef-d’œuvre de Jean-Luc Godard. Tandis que nous avions gardé un souvenir assez partiel de ses morceaux de bravoure distincts – la musique de , la photographie de , à laquelle la restauration numérique très inégale peine d’ailleurs à rendre justice –, c’est sa portée sentimentale, à fleur de peau car douloureuse, qui nous a le plus subjugués lors de nos retrouvailles inopinées avec ce classique du cinéma. Son réalisateur y excelle dans l’association plus qu’astucieuse des hautes sphères artistiques à la banalité d’un couple en pleine rupture : l’antithèse du romantisme sur fond d’une conception du cinéma ironiquement snob. Car comme la plupart des films qui nous tiennent particulièrement à cœur, Le Mépris est avant tout un hommage vibrant au cinéma, à son pouvoir de séduction et d’élévation intellectuelle, miné sans cesse par un recours à l’artifice dont le revers réaliste n’est que pessimisme et tragédie.

Synopsis : Le scénariste Paul Javal, marié à l’ancienne sténographe Camille, est convoqué par le producteur américain Jeremy Prokosch dans un studio italien. Il devrait y voler au secours du tournage problématique du dernier film du réalisateur mythique Fritz Lang, une adaptation de L’Odyssée d’Homère, dont il est censé retravailler le scénario. Paul accepte à contrecœur la proposition de Prokosch, d’autant moins convaincu du bien-fondé de sa démarche que le producteur ne tarde pas à faire des avances à sa femme. Or, ce qui déstabilise le plus l’écrivain frustré, au lieu des différences créatives entre Lang et Prokosch, c’est le changement d’attitude subit de Camille envers lui.

Finie la tendresse

La mémoire mondiale du cinéma a surtout retenu les premières répliques du Mépris, où les amoureux s’échangent des mots doux et vaguement érotiques, la femme passant en revue les parties de son corps que son mari acquiesce adorer sans exception. La véritable portée affective du film va cependant beaucoup plus loin que ce roucoulement sous la couette au petit matin. Il y est question de la fragilité des sentiments, ainsi que de cette transformation horrible qui voit sans préavis des amants devenir des adversaires. Au cœur de cette tragédie conjugale se situe une Brigitte Bardot probablement jamais plus délicate que dans l’interprétation de ce simulacre d’une femme fatale, que l’on pourrait après tout aussi bien interpréter comme une ménagère docile, écœurée par la facilité avec laquelle son mari l’abandonne corps et âme à un autre homme. Son jeu des regards blessés et des poses prises au piège entre la provocation et une lascivité presque enfantine érigent sans la moindre affectation son personnage en monument du Septième art. Or, pour qu’un couple fonctionne d’un point de vue dramatique, soit en s’aimant de manière fusionnelle, soit en s’entre-déchirant, il faut toujours être à deux. Son pendant masculin aurait difficilement être plus magistralement complémentaire sous les traits de Michel Piccoli. Celui-ci y campe un homme peut-être encore plus complexe – parfois un salaud jaloux, parfois un lâche indifférent – que son épouse, d’ores et déjà porteuse, ne serait-ce qu’à l’état embryonnaire, de bon nombre de revendications féministes à venir.

Voyage en Italie

A l’intimité en pleine tempête, agencée de main de maître par la mise en scène de Jean-Luc Godard, répond en quelque sorte le volet qui se moque autant qu’il met en abîme le monde du cinéma, depuis ses modes de production clinquants jusqu’aux interrogations existentielles d’artistes qui veulent y voir autre chose qu’une machine à fric. Les deux protagonistes de cette lutte éternelle entre le commerce et l’art sont évidemment le producteur manipulateur et hédoniste d’un côté, interprété avec une désinvolture cynique par Jack Palance, et le vieux metteur en scène roublard de l’autre, le géant Fritz Lang dans ce qui allait être sa dernière participation au monde du cinéma et quel chant de cygne plein de lucidité instruite et espiègle ! Le support de leur lutte – sans merci et néanmoins condamnée au statu quo du compromis – pour le monopole idéologique du cinéma est l’adaptation passablement bizarre d’une épopée grecque, conçue comme une contemplation abstraite dont le seul attrait pour le public seraient les nymphes se baignant nues dans les flots d’un bleu profond de la mer Méditerranée. Bien sûr, l’observateur très fin de toutes les manifestations de l’art médiatique que Jean-Luc Godard était déjà à l’époque laisse planer le doute quant à la valeur sans équivoque à donner à cette succession d’estampes filmées, aussi belle que lourdement prétentieuse. Il nous paraît en tout cas parlant que cette partie-ci du Mépris entretient au mieux une progression en parallèle avec les soucis plus terre-à-terre du couple, pourtant confronté aux mêmes contradictions qui avaient poussé jadis Ulysse à emprunter un grand détour avant de rentrer au bercail.

Conclusion

Le Mépris est tellement plus que le thème de Camille qui a assuré une place à Georges Delerue au panthéon des musiques de film, que les images splendides signées Raoul Coutard, dont l’une avait même été choisie comme motif de l’affiche officielle du Festival de Cannes l’année passée, et même plus que les fesses rondes de Brigitte Bardot ! C’est pour nous l’un des coups de maître de Jean-Luc Godard, le film au croisement parfait entre de discrètes expérimentations formelles, par exemple au montage ou sur la bande son, une analyse au ton acerbe du mode opératoire du cinéma et son influence sur le spectateur, ainsi que la catastrophe guère embellie d’une rupture, à la laideur sentimentale paradoxalement sublime !

 

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot : Sa statue à Saint-Tropez...

Publié le par Ricard Bruno

Mes amis 

Bonjour

Ici dans cet article un récapitulatif de ce qui a été dit, écrit et filmé sur la Statue Brigitte Bardot, faites par l'artiste Italien Milo Manara et dévoilée le 28 septembre 2017 place Blanqui juste devant le musée de la gendarmerie et du cinéma...

 

L’Aubois Alexandre Millon offre une statue à Brigitte Bardot pour ses 83 ans

Voilà un superbe cadeau que l’Aubois Alexandre Millon, commissaire-priseur à Drouot, vient d’offrir à Brigitte Bardot pour son 83e anniversaire : une statue à son effigie installée à l’entrée de Saint-Tropez, place Blanqui, juste en face de la gendarmerie transformée en musée en souvenir des célèbres « Gendarmes de Saint-Tropez ».

Cette œuvre s’inspire d’une aquarelle du maître italien de la bande-dessinée érotique, Milo Manara, représentant l’actrice dans les années 1955.

Suite de l'article et lien : Cliquez ICI

Le bronze de Saint-Tropez

Toutes les stars n’ont pas la chance d’être statufiées de leur vivant comme l'actrice française Brigitte Bardot qui a fêté cette semaine son 83ème anniversaire. 

Pour l'occasion, le petit village varois de Saint-Tropez que la star a transformé par son aura en station balnéaire à la mode, a décidé d’ériger une sculpture en bronze dédiée à son égérie internationale, offerte généreusement par le commissaire-priseur Alexandre Millon et qui sera exposée devant la mythique gendarmerie transformée récemment en musée où est célébrée depuis 2016 la célèbre série cinématographique des « Gendarmes à Saint-Tropez ». 

Autant dire que BB et Louis de Funès seront réunis sur la même carte postale près du port où mouillent les yachts des milliardaires russes qui ont pourtant dénaturé le caractère authentique du village de pêcheurs cher à Françoise Sagan… 

Mais une fois n'est pas coutume, Brigitte Bardot n’a pas dédaigné cet honneur. Bien au contraire, la star a adressé à ses admirateurs « un grand Merci » manuscrit en avouant qu’elle avait eu «les larmes aux yeux» lorsqu'elle a appris que Saint-Tropez avait décidé de lui ériger une statue. 

C'est un dessin de Milo Manara, le maître italien du trait érotique, qui a servi de modèle au sculpteur... au temps où les courbes sensuelles de BB affolaient le public masculin. Cette œuvre grandiose pèse 700 kg et mesure 2,5m de hauteur. Aussitôt connue l’information, la presse internationale a mis le cap sur Saint-Tropez, le seul saint auquel la jet-set s’est vouée. 

Claude Maniscalco, le directeur de l'office de tourisme de la ville, a immédiatement compris le potentiel de ce formidable cadeau: «C'est un hommage que la ville a voulu rendre à celle qui a fait que notre petit port est célèbre dans le monde entier. Quand vous dites Saint-Tropez, les gens répondent Brigitte Bardot ». Certes, ce n'est pas la première fois qu'une station balnéaire dédie une statue à la star française. Buzios, au Brésil, a depuis longtemps son Orla Bardot, un bronze de BB scrutant l'océan. 

Assurément, l'actrice française a participé, tout comme Louis de Funès et ses gendarmes, à la gloire mondiale de la petite bourgade varoise. En 1956, elle y tourna Et Dieu... créa la femme de Roger Vadim. Dans ce film, belle à mourir, elle fait tourner les têtes de Curd Jurgens, Jean-Louis Trintignant et Christian Marquand. Le mythe de Saint Trop' et de Bardot naissait cette année-là. L'icône s'y installera en 1958. 

Elle y vit toujours, cachée des yeux des touristes, dans ses propriétés de la Madrague et de la Garrigue. Refusant d’apparaître en public, Brigitte Bardot a donc dépêché sur place son mari, Bernard d'Ormale pour la représenter à l'inauguration place Blanqui. La foule des grands jours était présente. Et pour cause, « c'est une star intemporelle. Comme Marilyn Monroe, elle a changé le regard sur les femmes et incontestablement contribué à leur émancipation. 

Alors qu'elle n'a plus tourné depuis plus de quarante ans, Brigitte Bardot reste parmi les actrices françaises le plus connues à l'étranger » dit encore Claude Maniscalco. Dans un petit mot manuscrit, l'ex-actrice a remercié les Tropéziens « pour l'immense honneur qu'ils me font en m'offrant de mon vivant cette magnifique statue qui immortalise la femme que Dieu a créée à Saint-Tropez!! », ajoutant que l’œuvre « assurera à l’avenir la fidélité et l’amour que je porte depuis 60 ans à Saint-Tropez ». 

La Madone des animaux abandonnés ou martyrisés prouve que, parfois, la gratitude et la fidélité sont des maladies des chiens transmissibles à l’être humain.  

Source de l'article : Cliquez ICI

 

 

Brigitte Bardot absente de sa soirée à La Ponche

 

Après l'apothéose publique place Blanqui autour du dévoilement de sa statue (nos pages de vendredi), une quarantaine de proches se retrouvait à La Ponche pour un dîner offert par Simone Duckstein.

Après l'apothéose publique place Blanqui autour du dévoilement de sa statue (nos pages de vendredi), une quarantaine de proches se retrouvait à La Ponche pour un dîner offert par Simone Duckstein.

Menu à son nom, mots affectueux en exergue de Simone, trop heureuse de pouvoir enfin retrouver sa « Brigitte Ronron », à cette adresse « qui est un peu la sienne...

Suite de l'article et source : Cliquez ICI

 

Brigitte Bardot éternelle sur la place Blanqui

La statue de BB a été inaugurée jeudi 28 septembre.

C’était la foule des grands soirs, jeudi 28 septembre, jour anniversaire de Brigitte Bardot, pour assister sur la place Blanqui, en face du musée de la Gendarmerie et du Cinéma, à une première dans l’histoire de Saint-Tropez. Pour la première fois, une personnalité tropézienne s’est vue, de son vivant, dédiée une statue.

« De toutes les célébrités qui ont laissé une empreinte récente dans notre ville, de Signac à Maupassant, de Colette à Boris Vian, de Françoise Sagan à Louis de Funès, de Michele Morgan à Eddie Barclay, Brigitte Bardot est sans conteste la personnalité tropézienne qui aura le plus marqué nos contemporains au point que Saint-Tropez et BB se confondent en terme d’image et de la notoriété, a déclaré le maire dans son discours.

A la mesure de sa ville de cœur et d’adoption, Brigitte Bardot est un mythe qui figure déjà, en sa qualité d’icône du 7e art, dans la collection permanente de notre musée de la Gendarmerie et du Cinéma  ouvert il y a un peu plus de 15 mois sur cette place Blanqui et qui a accueilli à ce jour plus de 240 000 visiteurs, preuve de l’intérêt que le public manifeste pour l’histoire du  cinéma à Saint-Tropez. Et comme tout ce qui touche à la vie de Brigitte Bardot suscite toujours un grand engouement de la part du public, l’exposition temporaire de cette année est consacrée à une série de photos intitulée « Brigitte Bardot, mythe à Saint-Tropez ».

Le premier magistrat tropézien a chaleureusement remercier M. Alexandre Millon, commissaire-priseur de la maison des ventes Millon, pour avoir pris l’initiative de la création de cette sculpture qu’il offre à la ville de Saint-Tropez. « Grâce à vous, Brigitte Bardot va trouver la juste place qui lui revient dans l’histoire moderne de notre cité », a précisé Jean-Pierre Tuveri, qui a également remercié l’artiste italien Milo Manara, dont une aquarelle a servi de modèle à la statue qui a été réalisée par Adolfo Agolini, de la fonderie Mariani de Pietrasanta, et la représentante du maire de Pietrasanta qui a fait, pour l’occasion, le déplacement jusqu’à Saint-Tropez.

C’est à la nuit tombée, un peu après 19h30, que le maire, Bernard D’Ormale, l’époux de Brigitte Bardot, Milo Manar, Alexandre Million, et Adolfo Angolini ont dévoilé la statue de bronze de 700 kilos, révélant « la splendeur infinie », selon les mots du journaliste et animateur de la soirée Henry-Jean Servat. Une œuvre qui témoigne de l’attachement de « BB » à Saint-Tropez et de l’affection et l’admiration que les Tropéziens lui portent.

201709_bb_blog02

Saint-Tropez offre une statue de bronze à Brigitte Bardot pour son anniversaire§

Ce jeudi, pour les 83 ans de Brigitte Bardot, une statue de l'actrice a été érigée à Saint-Tropez, place Blanqui, juste en face de la célèbre gendarmerie. L'œuvre, réalisée par le dessinateur italien Milo Manara, est inspirée de "La naissance de Vénus", le tableau de Sandro Botticelli.

Pour ses 83 ans, Brigitte Bardot a droit à une statue de son vivant, érigée place Blanqui à Saint-Tropez, juste en face de la célèbre gendarmerie.

La statue de Brigitte Bardot à Saint-Tropez est inspirée du tableau de Botticelli, "La naissance de Vénus"La statue de Brigitte Bardot à Saint-Tropez est inspirée du tableau de Botticelli, "La naissance de Vénus" 

L'actrice n'était pas présente, mais près de 350 personnes, Tropéziens et touristes, sont venues assister à son inauguration ce jeudi soir. L

'artiste, le dessinateur-scénariste de bandes dessinées érotiques Milo Manara, a pris comme modèle une photo du film "Et Dieu créa la femme", réalisé par Roger Vadim en 1956 et tourné à Saint-Tropez, sur laquelle l'actrice prend la pose, nue et assise, le visage sur les genoux.

Mais il s'est ensuite inspiré du tableau du peintre italien de la Renaissance Sandro Botticelli, "La naissance de Vénus", figurant la naissance de la déesse romaine de l'amour dans un coquillage.

Brigitte Bardot, telle que le public l'a découvert dans le film "Et Dieu créa la femme" de Roger Vadim. - Radio France

Brigitte Bardot, telle que le public l'a découvert dans le film "Et Dieu créa la femme" de Roger Vadim.

C'est le commissaire-priseur Alexandre Millon, de la maison de vente qui porte son nom, qui en est le financeur et l'initiateur. Travaillant à la fois avec la Fondation Brigitte Bardot et avec l'artiste italien Milo Manara, c'est lui qui a permis au projet de se concrétiser, soutenu par la municipalité de Saint-Tropez et par le mari de l'actrice, Bernard d'Ormale. "J'en suis très fier, explique Alexandre Millon. Elle n'a jamais autorisé un artiste, à part Aslan, à traiter son image. Jamais". Aslan, le dessinateur et sculpteur du buste de Marianne à l'effigie de Brigitte Bardot, réalisé à la fin des années 60.

Brigitte Bardot, restée à La Madrague, n'était pas présente à l'inauguration ce jeudi soir. Son mari, Bernard d'Ormale, l'a représentée.

Source de l'article : Cliquez ICI

 

 

BB hélas absente de sa belle soirée anniversaire à La Ponche!

Henry-Jean Servat, Bernard d’Ormale, Laurence Parisot, Simone Duckstein, le maire Jean-Pierre Tuvéri, le fondeur Adolfo Agolini et le directeur de l’OT, Claude Maniscalco, réunis autour du gâteau dédié à Brigitte.

Après l’apothéose publique place Blanqui autour du dévoilement de sa statue, une quarantaine de proches se retrouvait à La Ponche pour un dîner offert par Simone Duckstein.

Menu à son nom, mots affectueux en exergue de Simone, trop heureuse de pouvoir enfin retrouver sa «Brigitte Ronron», à cette adresse «qui est un peu la sienne et où tout a commencé», restaurant privatisé..., bref tout avait été pensé pour accueillir Brigitte Bardot «comme à la maison».
Contrariété de dernière minute...

Suite de l'article et source : Cliquez ICI

 

Saint-Tropez: Une statue de Brigitte Bardot installée face à la gendarmerie!

Le bronze s’inspire d’une aquarelle du maître italien de la bande dessinée érotique Milo Manara

Pour ses 83 ans jeudi, l’ancienne actrice française Brigitte Bardot s’est vue offrir une statue à son effigie à l’entrée de  Saint-Tropez, la station balnéaire jet-set du sud de la France dont elle a contribué à la renommée mondiale.

Ce bronze s’inspire d’une aquarelle du maître italien de la bande dessinée érotique Milo Manara, représentant la star du temps où ses courbes sensuelles faisaient vibrer le public du film Et Dieu… créa la femme (1956).

Une statue de 2,5 mètres de haut

La statue est « assez imposante, 700 kg et 2,5 mètres de haut », a précisé Claude Maniscalco, directeur de l’office de tourisme de la ville. « C’est un hommage que la ville a voulu lui rendre. Le lien est très fort. Quand vous dîtes Saint-Tropez, les gens répondent Brigitte Bardot », a-t-il ajouté.

Village de pêcheurs bouillonnant d’artistes et de créateurs dans les années 1950, Saint-Tropez est devenu un mythe avec « BB ».

L’actrice s’y est installée en 1958. Elle y réside encore malgré les défauts qu’elle reproche à sa ville, dénaturée à son goût par les milliardaires, les stars, les grands capitaines d’industries et de la finance qui s’y donnent rendez-vous l’été.

Un « immense honneur »

Elle vit retranchée dans son domaine de La Madrague d’où cette ardente militante des droits des animaux publie descommuniqués vengeurs contre les chasseurs, les zoos, les abattoirs ou encore les cirques.

Dans un petit mot manuscrit rédigé d’une écriture ferme et ronde, l’ex-actrice a remercié les Tropéziens « pour l’immense honneur qu’ils me font en m’offrant de mon vivant cette magnifique statue qui immortalise la femme que Dieu a créée à Saint-Tropez !! (…) C’est un grand MERCI, les larmes aux yeux, que je vous adresse à tous !!».

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Pour ses 83 ans, Saint-Tropez offre l'éternité à BB !

Pour ses 83 ans, Saint-Tropez offre l'éternité à BB

 

Pour ses 83 ans, Saint-Tropez offre l'éternité à BB Photos Ph. Arnassan

PHOTOS. Pour ses 83 ans, Saint-Tropez offre l'éternité à BB

C'est dans une ambiance de grande messe en plein air que s'est déroulé, ce jeudi soir, le dévoilement de la statue de BB qui orne désormais la place Blanqui à Saint-Tropez.

La cérémonie a été dirigée par le journaliste, écrivain et ami de la star Henri-Jean Servat, très ému en présence de tous les élus du Golfe, du mari de Brigitte Bardot Bernard d'Ormale et du dessinateur Milo Manara qui a composé l'oeuvre qui trône depuis ce jeudi à l'entrée de Saint-Tropez.

Elle a été suivie par une très grande foule d'admirateurs.

 
Pour ses 83 ans, Saint-Tropez offre l'éternité à BB
Pour ses 83 ans, Saint-Tropez offre l'éternité à BB Photo Ph. Arnassan
 
Pour ses 83 ans, Saint-Tropez offre l'éternité à BB
Pour ses 83 ans, Saint-Tropez offre l'éternité à BB Photo Ph. Arnassan
 
Pour ses 83 ans, Saint-Tropez offre l'éternité à BB
Pour ses 83 ans, Saint-Tropez offre l'éternité à BB Photo Ph. Arnassan
 
Pour ses 83 ans, Saint-Tropez offre l'éternité à BB
Pour ses 83 ans, Saint-Tropez offre l'éternité à BB Photo Ph. Arnassan
 
Pour ses 83 ans, Saint-Tropez offre l'éternité à BB
Pour ses 83 ans, Saint-Tropez offre l'éternité à BB Photo Ph. Arnassan
 
Pour ses 83 ans, Saint-Tropez offre l'éternité à BB
Pour ses 83 ans, Saint-Tropez offre l'éternité à BB Photo Ph. Arnassan
 
Pour ses 83 ans, Saint-Tropez offre l'éternité à BB
Pour ses 83 ans, Saint-Tropez offre l'éternité à BB Photo Ph. Arnassan

 

Source de l'article : Cliquez ICI

Une statue de Brigitte Bardot à Saint-Tropez

A l’occasion des 83 ans de Brigitte Bardot, une statue de l’actrice a été érigée à Saint-Tropez, juste en face de la gendarmerie.

C’est une aquarelle de Milo Manara, auteur italien de bandes dessinées, qui a servi de modèle au sculpteur. Cette œuvre très imposante mesure 2,5 mètres de hauteur et pèse 700 kilos.

Lasculpture a été offerte à la mairie par le commissaire-priseur Alexandre Millon, travaillant à la fois avec la Fondation Brigitte Bardot et avec l'artiste italien Milo Manara.

Le directeur de l’office de tourisme de la ville, Claude Maniscalco a déclaré très enthousiaste à propos de cette œuvre : «C'est un hommage que la ville a voulu rendre à celle qui a fait que notre petit port est célèbre dans le monde entier. Quand vous dîtes Saint-Tropez, les gens répondent Brigitte Bardot».

Restée à La Madrague, l’actrice n’était pas présente lors de l’inauguration. Mais dans un petit mot manuscrit elle a tenu a chaleureusement remercier les Tropéziens : «pour l’immense honneur qu’ils me font en m’offrant de mon vivant cette magnifique statue qui immortalise la femme que Dieu a créée à Saint-Tropez !! (…) C’est un grand MERCI, les larmes aux yeux, que je vous adresse à tous !!»

Source de l'article : Cliquez ICI

Brigitte Bardot : 83 ans, des films inoubliables et... une statue à Saint-Tropez

Brigitte Bardot : 83 ans, des films inoubliables et... une statue à Saint-Tropez

VIDÉOS - La plus célèbre actrice française est née le 28 septembre 1934, à Paris. Pour son anniversaire le petit port de pêche varois lui érige une statue et Le Figaro présente une sélection de ses films les plus marquants.

Les Américains ont inventé la star Marilyn Monroe. Les Français n'auront besoin que de deux initiales pour créer le mythe. Le phénomène BB n'a plus tourné depuis 1973, mais n'a pas été oubliée. La preuve, la ville de Saint-Tropez a décidé d'ériger une statue en son honneur.

Il est difficile d'expliquer ce que représenta Brigitte Bardot lorsqu'elle surgit sur les écrans en noir et blanc au milieu des années 50. Elle avait un corps fait pour l'amour. Sexy en diable, elle était belle à vous défiancer, à vous clouer le cœur. Elle était mutine aussi. Un tantinet ingénue faussement perverse. Dans Le Mépris de Jean-Luc Godard, elle susurre à Michel Piccoli: «... Tu les trouves jolies mes fesses?». Désarmant.

 

» Lire aussi - Brigitte Bardot, «les larmes aux yeux», remercie Saint-Tropez pour sa statue

Même Jean Gabin ne peut lui résister dans En cas de Malheur. Ce ténor du barreau en a vu d'autres. Et pourtant , il mettra sa carrière en danger pour cette Yvette Maudet, une fille facile qui n'hésite pas à se prostituer. Le plus beau des ténébreux, Sami Frey, finira par perdre la vie face à cet animal indomptable dans La Vérité de Clouzot.

Enfin, dans Et Dieu... créa la femme, Christian Vadim la fait danser à Saint-Tropez. La scène est frénétique. Elle va faire tourner la tête à trois hommes et pas n'importe lesquels: Curd Jürgens, Jean-Louis Trintignant, et Christian Marquand. Pour dompter BB il fallait un animal. Michel Deville et Nina Companeez écrivent L'Ours et la Poupée. Mais nous sommes déjà en 1970... mai 1968 était passé par là.

Revoyez quelques extraits du florilège des films de Bardot, choisi par la critique du Figaro.

● Et Dieu... créa la femme (1956) de Roger Vadim, avec Brigitte Bardot, Curd Jürgens, Jean-Louis Trintignant, Christian Marquand...

Elle danse frénétiquement. Elle joue. Elle est à Saint-Tropez et en deviendra le mythe. Vadim crée la femme du XXe siècle. Boudeuse, mutine, un peu garce, plus belle peut-être que Cléopâtre qui fit tourner la tête de Jules César. BB était née.

.

● En cas de malheur (1958) de Claude Autant-Lara, d'après le roman de Georges Simenon, avec Jean Gabin, Brigitte Bardot, Edwige Feuillère...

Faire tourner la tête à Jean Gabin. Comment? Il suffit d'être belle à damner un saint. BB l'était. Et ne pas hésiter à se mettre nue dans le cabinet de l'un des plus grands avocats de Paris. Maître André Gobillot sera prêt à tout perdre, ensorcelé par Yvette Maudet, une fille perdue aussi ingénue que perverse...

La Vérité (1960) d'Henri-Georges Clouzot, avec Brigitte Bardot, Sami Frey, Charles Vanel, Paul Meurisse...

Elle aime sans aimer. Elle tue sans vouloir tuer. La scène de son procès est inoubliable. Paul Meurisse est comme toujours impeccable. Et ici particulièrement cruel dans son rôle d'avocat accusateur.

 Le Mépris (1963) de Jean-Luc Godard, avec Brigitte Bardot, Michel Piccoli, Jack Palance, Fritz Lang...

Les cinéphiles ne jurent que par ce film. Les scènes sont esthétisantes, les dialogues donnent de l'esprit au corps de BB. Ses fesses étaient vraiment belles. On y voit Fritz Lang. Michel Piccoli est jaloux et on le comprend... C'est peut-être à cause - ou grâce - à ce film que Godard peut se permettre de snober Tarantino, sans que celui-ci n'ose répliquer.

● L'Ours et la Poupée (1970), de Michel Deville, avec Brigitte Bardot, Jean- Pierre Cassel, Daniel Ceccaldi...

Nous sommes au début des années 70. Le scénario est écrit par Nina Companeez qui lui apportera sa touche subtile. Paradoxalement c'est le moins macho des acteurs, Jean-Pierre Cassel, qui résistera le mieux au charme incandescent de Bardot. Mai 1968 est passé par là.

Saint-Tropez offre sa statue à Brigitte Bardot pour ses 83 ans

Brigitte Bardot à Saint-Tropez, en août 1962. 

La statue fera face au musée de la gendarmerie et du cinéma, ouvert en 2016. 

Pour ses 83 ans jeudi, Brigitte Bardot se verra offrir une statue à son effigie à l'entrée de Saint-Tropez, la station balnéaire jet-set dont elle a contribué à la renommée bien que l'ancienne actrice française ne s'y montre plus. Ce bronze s'inspire d'une aquarelle du maître italien de la bande-dessinée érotique Milo Manara, représentant la star, du temps où ses courbes sensuelles faisaient vibrer le public du film "Et Dieu... créa la femme" (1956). La statue fera face au musée de la gendarmerie et du cinéma, ouvert en 2016. "Elle est offerte par le commissaire-priseur Alexandre Millon, assez imposante, 700 kg et 2,5 mètres de haut", précise Claude Maniscalco, directeur de l'office de tourisme de la ville. "C'est un hommage que la ville a voulu lui rendre. Le lien est très fort", ajoute-t-il. "Quand vous dîtes 'Saint-Tropez', les gens répondent 'Brigitte Bardot'.", dit-il

Village de pêcheurs bouillonnant d'artistes et de créateurs dans les années 1950, Saint-Tropez est devenu un mythe avec BB et la série des Gendarmes de l'acteur Louis de Funès. L'actrice s'y est installée en 1958. Elle y réside encore malgré les défauts qu'elle reproche à sa ville, dénaturée à son goût par les milliardaires, les stars, les grands capitaines d'industries et de la finance qui s'y donnent rendez-vous l'été. Elle vit retranchée dans son domaine de La Madrague d'où elle publie des communiqués vengeurs contre les chasseurs, les zoos, les abattoirs, les cirques, etc, et même, cet été, le nouveau ministre de la Transition Ecologique Nicolas Hulot.

Dans les archives de Match :  Et Brigitte Bardot créa Saint-Tropez

"

C'est un grand MERCI, les larmes aux yeux, que je vous adresse à tous!!

"

Jeudi, sauf surprise, c'est son mari Bernard d'Ormale qui la représentera à l'inauguration place Blanqui avec quelques stars dont la venue impromptue reste encore un mystère. Dans un petit mot manuscrit rédigé d'une écriture ferme et ronde, l'ex-actrice a remercié les Tropéziens "pour l'immense honneur qu'ils me font en m'offrant de mon vivant cette magnifique statue qui immortalise la femme que Dieu a créé à Saint-Tropez!! (...) C'est un grand MERCI, les larmes aux yeux, que je vous adresse à tous!!", écrit-elle. Alors qu'elle n'a plus tourné depuis plus de quarante ans, Brigitte Bardot reste parmi les actrices françaises le plus connues à l'étranger, dit M. Maniscalco: "C'est une star intemporelle. Ca a été l'après-Marilyn Monroe, elle a changé le regard sur les femmes et incontestablement contribué à l'émancipation des femmes. Quand vous regardez des photos d'elle jeune, sa beauté n'a pas vieilli", dit-il.

Source de l'article : Cliquez ICI

La sculpture de BB dévoilée ce jeudi pour l'anniversaire de la star... Bébel et Delon ne seront pas présents...

Que se cache derrière le contenu de ce paquet mystère?
 

Que se cache derrière le contenu de ce paquet mystère? Photo L.Amalric

La sculpture de BB dévoilée ce jeudi pour l'anniversaire de la star... Bébel et Delon ne seront pas présents

 

A l’image de ces Havraises, les touristes intrigués auront leur réponse demain, 18 h 30, sur le contenu de ce paquet mystère déposée mardi place Blanqui à Saint-Tropez.

Heure à laquelle débutera le cérémonial autour du dévoilement de la version finale de la BB de bronze réalisée à Pietrasanta d’après une aquarelle de Milo Manara.

Si le dessinateur italien sera au rendez-vous, Jean-Paul Belmondo et Alain Delon noms qui, un temps, ont circulé, ne répondront finalement pas présents.

Jean-Paul Belmondo, actuellement à Paris, a assuré Brigitte de sa présence par téléphone lors d'un prochain séjour azuréen.

Quant à Alain Delon, récemment hospitalisé pour un pontage, il est impensable de le voir prendre l'avion pour rallier Saint-Tropez ce jeudi...

Des lettres du monde entier affluent

La fête sera malgré tout belle avec mini-documentaires sur écran géant et une présentation de Henry-Jean Servat avant l’intervention de Brigitte Bardot par téléphone en direct de La Madrague...

Celle qui hérite d'une statue de son vivant s'est déjà fendue d'une lettre manuscrite pour remercier d'un tel présent à l'occasion de ces 83 printemps.

Des lettres du monde entier affluent depuis cette semaine vers son domicile tropézien pour marquer l'événement.

Pour son anniversaire, Brigitte Bardot a reçu des lettres du monde entier !

 

 

Les lettres reçues ce jeudi par l'icone

Ce jeudi, la star tropézienne fête ses 83 ans. A cette occasion, en plus de voir une statue à son effigie inaugurée à Saint-Tropez, l'actrice reçoit de nombreuses lettres.

Des lettres venant du monde entier affluent depuis cette semaine vers son domicile tropézien pour marquer l'événement.

Aujourd'hui encore, BB a reçu de nombreuses hommages par voie postale qui toucheront sans aucun doute l’icône mondiale.

Source de l'article : Cliquez ICI

Autres articles :

1) http://www.potins.net/celebrites/brigitte-bardot-sculpture-delle-nue-a-saint-tropez-224135.html

2) http://campdesrecrues.com/2017/09/bb-a-sa-statue-saint-tropez-pour-ses-83-ans/

3) http://www.varmatin.com/vie-locale/deja-des-statues-clin-d-oeil-a-brigitte-bardot-169999

4) http://people.bfmtv.com/actualite-people/saint-tropez-pour-ses-83-ans-brigitte-bardot-recoit-une-statue-1264507.html

5) http://www.varmatin.com/vie-locale/la-statue-de-bb-devoilee-ce-jeudi-a-saint-tropez-169819

6) http://www.varmatin.com/vie-locale/le-paquet-cadeau-de-bb-depose-place-blanqui-avant-son-inauguration-ce-jeudi-170092

7) http://www.centpourcent-vosges.fr/life-style/tourisme/france-une-statue-brigitte-bardot-a-saint-tropez-pour-ses-83-ans/

8) https://francais.rt.com/france/43821-cadeau-saint-tropez-brigitte-bardot-statue-bronze

9) http://www.marieclaire.fr/brigitte-bardot,1227982.asp

10) http://www.lepoint.fr/cinema/saint-tropez-pour-ses-83-ans-brigitte-bardot-se-voit-offrir-une-statue-26-09-2017-2159962_35.php

11) https://www.ouest-france.fr/culture/people/our-ses-83-ans-saint-tropez-offre-brigitte-bardot-une-statue-son-effigie-5272353

12) http://www.leprogres.fr/france-monde/2017/09/26/brigitte-bardot-aura-une-statue-de-700-kilos-pour-ses-83-ans

13) http://www.sudinfo.be/1945745/article/2017-09-26/le-cadeau-de-saint-tropez-a-brigitte-bardot-pour-ses-83-ans-une-statue

14) http://www.jeanmarcmorandini.com/article-372998-pour-ses-83-ans-jeudi-brigitte-bardot-se-verra-offrir-une-statue-a-son-effigie-a-l-entree-de-saint-tropez.html

15) http://www.europe1.fr/culture/le-cadeau-de-saint-tropez-a-brigitte-bardot-pour-ses-83-ans-une-statue-de-bronze-3446747

 

Partager cet article

Repost 0

Après avoir échappé à l'euthanasie, deux macaques arriveront lundi au Refuge de l'Arche en Mayenne

Publié le par Ricard Bruno

Un grillage de "La pinède des singes" à Labenne détérioré après l'euthanasie de 163 macaques en mai dernier

Un grillage de "La pinède des singes" à Labenne détérioré après l'euthanasie de 163 macaques en mai dernier

Les deux derniers macaques de Java seront transférés lundi au Refuge de l'Arche de Château-Gontier. Leur ancien parc dans les Landes avait été placé en liquidation judiciaire l'an dernier et surtout euthanasié 163 macaques porteurs d'un virus dangereux pour l'homme.

Miguel et Junior, 17 et 20 ans, vont changer de maison. Après la "Pinède des Singes" dans les Landes, changement de vie en Mayenne pour les deux macaques de Java. Ils arriveront lundi au Refuge de l'Arche, précise la fondation 30 Millions d'amis dans un communiqué. Porteurs eux aussi de l'herpès B, dangereux en cas de morsure, "les deux macaques seront placés en quarantaine dans une premier temps".

Des tests à venir pour les primates

Les vétérinaires pourront ensuite leur faire subir une série de test, pour prolonger ou non la quarantaine. S'ils sont positifs, le public pourra les voir dans une volière à l'intérieur du refuge.

Photo d'illustration, macaque de Java

Photo d'illustration, macaque de Java

Ce transfert est une victoire pour la Fondation Brigitte Bardot et l'association 30 millions d'amis. Des associations qui s'étaient émues de l'euthanasie en mai des 163 autres singes de l'ancien parc animalier, eux-aussi porteurs du virus. "Nous veillerons sur les singes, les conditions sanitaires du transport, poursuit le communiqué. L'association est soulagée que l'euthanasie ait été évitée pour ces primates mais regrette que 163 macaques n'aient pas eu cette chance, alors qu'elle avait présenté les mêmes garanties aux pouvoirs publics".

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot “Ce sont les actes qui comptent”

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot “Ce sont les actes qui comptent”

Alors que la la condition animale investit la littérature avec la parution l’année dernière de Règne Animal de Jean-Baptiste del Amo, et en 2013 de 180 jours d’Isabelle Sorente, et qu’un Manifeste animaliste a été publié cette année par la philosophe Corine Pelluchon, Zone Critique est parti à la rencontre de Brigitte Bardot, qui nous entretient de son combat de longue date pour la protection des animaux. 

Votre fondation a été créée en 1986. Quel en a été l’élément déclencheur ?

Seule et inexpérimentée, j’avais besoin d’être entourée par une structure solide. J’ai dû faire beaucoup de sacrifices pour monter cette fondation.

Vous luttez, à la tête de votre fondation, pour la protection des animaux, donc pour la survie et la conservation d’un état de nature menacé par l’intervention de l’homme. Vous militez en même temps pour l’affirmation des droits des animaux, qui est une revendication plutôt moderne et progressiste. Ainsi, un tribunal argentin a reconnu le 21 décembre 2014 le droit de vivre en liberté à une femelle orang-outang vivant au zoo de Buenos Aires depuis vingt ans, considérant l’animal comme « une personne non humaine ». Il a été décidé d’appliquer à l’animal une ordonnance d’Habeas Corpus, c’est-à-dire le droit de ne pas être emprisonné sans jugement. Même s’il ne s’agit pas d’un être humain, il a été considéré que le primate pouvait avoir des sentiments et le droit à une plus grande liberté. Pensez-vous qu’il s’agit d’un combat d’avant-garde ?

Il est scandaleux d’enfermer, de priver de liberté des animaux innocents uniquement pour le plaisir des visiteurs et le fric que cela rapporte. C’est un sacrifice, une torture, une peine inhumaine qui ne devraient plus exister à notre époque. Nous sommes des retardés.

Une Déclaration universelle des droits de l’animal a été proclamée à la Maison de l’Unesco en 1978 mais elle n’a pas de valeur juridique. Pensez-vous qu’il faudrait en accorder une ? La Fondation a-t-elle une position sur ce sujet ?

Les déclarations de ceci ou cela sont stériles. Ce sont les prises de position, les actes qui comptent. Même les lois ne sont pas toujours appliquées ou bien elles sont entravées par des dérogations.

Faut-il promouvoir le végétarisme ? Quid du véganisme ? Est-ce un simple effet de mode ou cela est-il révélateur de quelque chose de plus profond ? D’un changement de mentalité ?

Oui, il faut absolument cesser cette monstrueuse habitude de manger de la viande qui entraîne la souffrance et la mise à mort abjecte de milliards d’animaux par an. Les chaînes d’abattage dans les abattoirs sont inimaginables d’horreur. Tous ces animaux épouvantés, égorgés les uns devant les autres, hurlant, se débattant la gorge ouverte pendus par les pieds, s’étouffant dans leur hémorragie, c’est pire que l’enfer.

Si les abattoirs avaient des vitres transparentes et étaient visibles par tous, le monde entier deviendrait végétarien. Il faut que les gens fassent le rapprochement entre la viande de leur assiette et l’animal mignon qui a donné sa vie pour ce morceau de steak, de gigot ou de jambon.

Il faut que les gens fassent le rapprochement entre la viande de leur assiette et l’animal mignon qui a donné sa vie pour ce morceau de steak, de gigot ou de jambon.

Certaines associations de lutte pour la protection des animaux, comme Peta (qui vous a décerné un prix en 2001 pour votre combat), ont des positions qualifiées parfois d’extrêmes ou radicales ; ainsi, le refus de cette association de toute expérimentation sur les animaux à but médical. Partagez-vous cette vision ?

Bien sûr que oui. Il existe maintenant des méthodes de substitution alternatives qui ne sont pas suffisamment développées et qui pourraient à 90% remplacer l’expérimentation sur l’animal. Mais le remplacement par ces méthodes a un coût qui n’est pas pris en compte par nos gouvernements.

Que pensez-vous du Peta en général et de leur communication en particulier ? Les actions choc sont-elles nécessaires pour réveiller les consciences ou faites-vous davantage confiance à l’éducation et la pédagogie ?

Peta est exemplaire. Les actions choc sont indispensables car il faut choquer les gens pour qu’ils comprennent. Mais il faut aussi éduquer dès le plus jeune âge et employer des méthodes pédagogiques tout au long de la scolarisation.

Comment travaillez-vous avec les autres associations et fondations pour les animaux, qu’il s’agisse de la SPA, d’Humanité et Biodiversité, de WWF etc. ? Quelle coordination entre vous au niveau national et mondial ? Envisagez-vous des actions communes dans un futur proche ?

Ma Fondation est ouverte à toutes les autres associations et fondations pour un travail en commun, que nous utilisons pour les grandes causes à développer ou à gagner. Nous avons proposé au gouvernement un manifeste « Animal politique », qui contient 30 propositions pour mettre la condition animale au cœur des enjeux politiques.

Nous avons proposé au gouvernement un manifeste « Animal politique », qui contient 30 propositions pour mettre la condition animale au cœur des enjeux politiques.

Quelle est le combat prioritaire du moment pour votre fondation ?

Tout est prioritaire car tous les cas sont dramatiquement urgents. Cela va des abandons multiples et variés (chiens, chats, moutons, vaches, chevaux…) au transport inhumain des animaux de consommation, l’abolition attendue de l’hippophagie depuis près de 30 ans, la suppression des dérogations autorisant les abattages rituels, les campagnes de stérilisation des milliers de chats et chiens abandonnés dans les îles d’outre-mer françaises, la lutte contre la détention d’animaux sauvages dans les cirques, la guerre contre les 2005 mouroirs et delphinariums, la bataille contre les immondes corridas, les élevages intensifs etc.

Quelle est votre plus grande fierté au sein de votre engagement ?

Celui d’avoir le courage de m’être engagée et de n’avoir jamais failli.

Votre statut de star vous a-t-elle servi dans votre lutte pour les droits des animaux ? Pensez-vous que vos interlocuteurs (politiques, industriels…) réagissent différemment s’ils ont en face d’eux Mme Bardot ?

Bien sûr, ma célébrité a été un important atout, surtout aujourd’hui, car à mes débuts, on ne me prenait pas au sérieux. On croyait à un caprice de star.

A ce titre, vous twittez beaucoup. Deux de vos tweets rédigés pendant la campagne présidentielle ont d’ailleurs fait réagir. Estimez-vous ce mode de communication efficace pour médiatiser votre combat ?

Plus on fait passer de messages, mieux c’est. Les réseaux sociaux sont un moyen de communication formidable. Il faut en user sans en abuser.

A l’approche de l’été et du départ en vacances, un fléau récurrent va refaire parler de lui : les abandons d’animaux. La SPA a enregistré un record en 2016 avec plus de 4 000 animaux recueillis (en majorité des chiens), soit une augmentation de 24% sur un an. La Fondation Bardot prévoit-elle une campagne de communication ou des actions sur ce sujet ? Pour endiguer ce fléau, faut-il davantage éduquer ou réprimer et par quels moyens ?

Depuis des années, nous utilisons tous nos moyens pour endiguer ces vagues d’abandon pendant les vacances – affiches sur les routes, dans le métro, les abribus, messages radio… Rien n’y fait. Les abandons sont de plus en plus nombreux chaque année. Il n’y a rien à faire. Lorsqu’on vient nous abandonner un animal à la Fondation, nous essayons de faire comprendre à la personne le tragique de son geste pour ce petit compagnon qui va se retrouver dans un milieu étranger, qui va chercher son maître, sa maison, qui va pleurer, gémir, parfois se laisser mourir. On nous répond : « si vous ne le prenez pas, on va l’abandonner dans la rue ». Alors, on le garde.

Un nouveau phénomène a fait son apparition cette année : le braconnage dans les zoos. Ainsi, un rhinocéros blanc du zoo de Thoiry a été abattu en mars dernier et sa corne découpée. Quelles seraient vos préconisations ? Écorner préventivement les rhinocéros et autres animaux représentant une tentation pour les braconniers ? Sécuriser davantage les zoos ? Les fermer à terme ?

Le parc de Thoiry où le rhinocéros a été tué est un endroit respectable pour les animaux sauvages qui sont en semi-liberté dans un environnement acceptable. Ce n’est heureusement pas une prison. Mais c’est justement à cause de cela que les individus, les assassins, ont eu la possibilité d’entrer. Pourtant, il y a des caméras de surveillance partout, mais pour des spécialistes, ce n’est pas un frein. Ce serait dramatique d’en arriver à mutiler les animaux pour leur éviter la mort et pourtant, beaucoup le font en Afrique. Je pense que si la peine de mort était rétablie pour ce genre d’individus (ou la prison à perpétuité réelle), cela donnerait à réfléchir. On ne peut pas mettre un bataillon de soldats dans chacun des grands parcs de France. C’est le monde dans lequel on vit qu’il faudrait changer. On a atteint l’insécurité extrême. C’était mieux avant !

Devant l’Assemblée générale de la Fédération nationale des chasseurs à Paris en mars, Emmanuel Macron s’est dit favorable à la réouverture des chasses présidentielles. Quelle est votre réaction ? Une survivance monarchique ? Une volonté pragmatique de séduire un certain électorat ?

C’est scandaleux de la part de Macron d’aller mendier lamentablement des voix en se disant favorable à la réouverture des chasses présidentielles, qui avaient été interrompues. Quelle marche arrière pour le fondateur d’En Marche. Je suis écœurée.

En octobre 2016, des personnalités scientifiques ont appelé, dans une tribune au Monde, à la création d’un Secrétariat d’État à la condition animale. Que pensez-vous d’une telle initiative ? Cet appel n’a pas (encore) été entendu par le gouvernement Philippe, êtes-vous optimiste sur ce sujet ?

Il est indispensable et urgent qu’un secrétariat d’Etat à la condition animale existe au sein du gouvernement. Trop de problèmes graves restent sans solution et en attente d’une décision gouvernementale.

Il est indispensable et urgent qu’un secrétariat d’Etat à la condition animale existe au sein du gouvernement

La Fondation Bardot a fait partie des 26 ONG de protection animale ayant demandé à inscrire la condition animale dans le débat politique, dans le cadre des élections présidentielle et législatives. A cette heure, quel bilan tirez-vous ? Votre appel a-t-il été suffisamment entendu ?

Ce qui concerne les animaux n’est pas pris en compte, ni dans les débats présidentiels, ni à l’occasion des élections législatives. Les appels, que nous avons « hurlés », n’ont pas été entendus. Les politiques n’ont pas de cœur mais en plus, ils sont sourds.

La corrida a été rayée du patrimoine immatériel de la France en 2016 (elle y était inscrite depuis 2011). Elle est toujours considérée comme un bien d’intérêt culturel en Espagne. Vous appelez à son interdiction pure et simple. Que répondez-vous aux partisans de la corrida, qui mettent en avant la tradition locale ininterrompue (telle qu’elle est formulée dans le code pénal, article 521-1) et l’attrait culturel de cette pratique ?

Il n’y a rien de culturel dans un spectacle qui montre l’épouvantable agonie d’un animal torturé, ensanglanté, achevé mortellement et maladroitement, qui s’écroule, vaincu, sous les acclamations d’un public sadique au son des flonflons hystériques.

La même question pourrait s’appliquer pour les sacrifices rituels : n’est-ce pas aller à l’encontre de la pratique des cultes ? Faut-il moderniser leurs pratiques ? Comment concilier dès lors conservatisme et progressisme ?

Les pratiques barbares des sacrifices rituels peuvent être adoucies par les moyens modernes d’étourdissement qui laissent les animaux vivants mais provisoirement inconscients au moment de l’égorgement. Nous avons fait la démonstration de ce procédé devant des religieux juifs et musulmans ainsi que des scientifiques. Tous ont reconnu que la méthode ne tuait pas l’animal mais l’étourdissait momentanément, ce qui permettait au sacrificateur de faire son travail avec les mêmes gestes traditionnels sans que l’animal souffre le martyre. Malgré cela, rien n’a changé et c’est un scandale que je combats en priorité.

L’investiture d’une candidate En Marche, Marie Sara, ancienne torera, dans la circonscription du Gard pour les législatives vous fait-elle réagir ? Prévoyez-vous une communication quelconque à ce sujet ?

L’investiture de Marie Sara a choqué beaucoup de gens, sans parler des protecteurs et des associations de protection animale. C’est une provocation malvenue de la part d’Emmanuel Macron. Une pétition réunissant 86 000 signatures contre elle a même circulé sur Facebook.

Selon une enquête Eurobaromètre 2016 (https://www.ciwf.fr/media/7427216/2016marscpeurobarometre.pdf), les Européens sont majoritairement pour un renforcement du bien-être des animaux d’élevage. Les Français sont également pour l’interdiction de la chasse à courre, pour l’interdiction de l’abattage des animaux sans étourdissement préalable etc. Comment expliquez-vous la frilosité de nos gouvernants successifs sur ces questions ?

Je ne me l’explique pas. C’est insensé. On dirait qu’ils ont honte d’apporter une amélioration à la condition animale. Ou alors ils subissent un chantage des lobbies puissants qui gèrent ces problèmes. Ou bien encore les animaux passent bien après toutes les mesquineries qui envahissent les urgences à traiter.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Inauguration de la statue de Brigitte Bardot - 28 Septembre 2017

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article

Repost 0

Découvrez cette enveloppe tropézienne spéciale Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Découvrez cette enveloppe tropézienne spéciale Brigitte Bardot

A huit jours de l'inauguration de la statue la représentant qui sera installée devant le musée de la gendarmerie et du cinéma , place Louis Blanc à Saint-Tropez, la poste lance ce samedi le "prêter à poster" Brigitte Bardot.

L'enveloppe est revêtue d'une photo de la star à Saint-Tropez, en 1958, sur un ponton près de la Madrague.

Une photo signée de notre ancienne consœur de Var-matin, Marie-Claude Pichon. Lancé en édition limitée à 3000 exemplaires c'est par paquet de 10 enveloppe pour 11.5 euros qu'on peut dès à présent acheter ces enveloppes qui deviendront n'en doutons pas des objets de collection.

Ce samedi après-midi, une cérémonie de lancement officiel aura lieu à 16h avec le mari de BB, Bernard D'Ormale et le maire de la cité, Jean-Pierre Tuveri.

Source de l'article : Cliquez ICI

Découvrez cette enveloppe tropézienne spéciale Brigitte Bardot
Découvrez cette enveloppe tropézienne spéciale Brigitte Bardot

Partager cet article

Repost 0

Exposition BB par Léonard de Raemy à Draguignan jusqu'au 15 novembre 2017

Publié le par Ricard Bruno

Exposition BB par Léonard de Raemy à Draguignan jusqu'au 15 novembre 2017

Exposition BB par Léonard de Raemy à Draguignan jusqu'au 15 novembre 2017. 100 photos d'exception affichées en un lieu magnifique. Entrée libre

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>