Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

brigitte bardot

Cérémonie nationale en hommage à Robert Hossein ce mardi, plusieurs personnalités attendues

Publié le par Ricard Bruno

Le comédien Robert Hossein, décédé le 30 décembre dernier.

Le comédien Robert Hossein, décédé le 30 décembre dernier.

Après ses obsèques le 6 janvier dernier à Vittel, sa famille et les plus hautes sphères de l’État se sont accordées pour une messe du souvenir en mémoire de ce grand comédien que sa foi porta jusqu’au bout.

Une cérémonie nationale en l'honneur de Robert Hossein est prévue ce mardi et sera retransmise en direct.

Après ses obsèques le 6 janvier dernier à Vittel, sa famille et les plus hautes sphères de l’État se sont accordées pour une messe du souvenir en mémoire de ce grand comédien que sa foi porta jusqu’au bout.

Portée nationale pour cette cérémonie dédiée à Robert Hossein, puisqu’elle sera retransmise en direct de l’église Saint-Sulpice à Paris, ce mardi, dès 15 heures, sur la chaîne catholique KTO.

La Première dame, Brigitte Macron ainsi que la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot sont attendues, accompagnées de plusieurs comédiens et personnalités.

Jacques Weber interviendra, tandis que Henry-Jean Servat, après un hommage appuyé à celui qui tourna si souvent à la Victorine, lira des lettres transmises par Brigitte Bardot et Isabelle Adjani.

Il dira dans la foulée des mots de sa partenaire éternelle des "Angélique", Michèle Mercier, restée à Cannes. Autant de témoignages qui devraient aller droit au cœur de sa veuve Candice Patou et de leur fils Julien Hossein, également présents demain.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot à Bocquegney en 1968, le village en ébullition !

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot et Patrick Gille se retrouvaient le 29 juillet 1969 à Deauville, avec la chanteuse Régine et de l’acteur Omar Sharif.

Brigitte Bardot et Patrick Gille se retrouvaient le 29 juillet 1969 à Deauville, avec la chanteuse Régine et de l’acteur Omar Sharif.

La France vient de vivre des moments historiques avec le soulèvement des étudiants dans les universités et des ouvriers en grève dans les usines au cours de la période de mai - juin 1968. À Bocquegney, petit village tranquille vosgien de 101 âmes, situé à 15 km d’Épinal, une petite révolution se déroule sans doute à la fin du mois de juin. Une star planétaire du cinéma, au zénith de sa carrière, a élu domicile dans la commune, hébergée quelques jours par François Gille, concessionnaire Fiat, maire du village et papa de son jeune amant.

Des photographes dans le jardin à l’affût de B.B.

L’icône n’est autre que Brigitte Bardot profitant d’un moment de répit entre deux tournages pour se reposer dans les Vosges. « Très vite la nouvelle s’est répandue déclenchant l’arrivée de nombreux journalistes et photographes », se souvient encore Daniel Bregeot. « C’était au mois de juin. Je m’en souviens très bien car des photographes venaient dans mon jardin cueillir les haricots, juste en face de la salle à manger où l’on apercevait Brigitte, pour prendre des clichés. » La comédienne n’hésite pas à se promener dans le village « Elle allait et venait à sa guise. Je me souviens même du jour où elle est venue voir les petits veaux dans la ferme. C’était son premier séjour et les habitants l’observaient sans plus », raconte Daniel Brégeot. En revanche, son second passage quelques mois plus tard s’est sérieusement compliqué « Alertés, des photographes et journalistes ont débarqué dans le village provoquant une véritable chasse à l’image. « Brigitte Bardot restait à l’abri dans la maison de son « beau-père », lâche un témoin.

Source de l'article : Cliquez ICI 

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot en photos...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot en photos...
Brigitte Bardot en photos...
Brigitte Bardot en photos...
Brigitte Bardot en photos...
Brigitte Bardot en photos...
Brigitte Bardot en photos...
Brigitte Bardot en photos...
Brigitte Bardot en photos...
Partager cet article
Repost0

A la fondation Bardot, Aurore Bergé annonce des avancées sans précédent pour la cause animale

Publié le par Ricard Bruno

A Bazoches-sur-Guyonne qui abrite la maison et la fondation Bardot, Aurore Bergé a annoncé des avancées sans précédent pour la cause animale.

Aurore Bergé a annoncé à la Fondation Bardot le vote de mesures pour la cause animale. Notamment la fin de la vente des chats et des chiens dans les animaleries.
Aurore Bergé a annoncé à la Fondation Bardot le vote de mesures pour la cause animale. Notamment la fin de la vente des chats et des chiens dans les animaleries.

À l’ombre de la chaumière de Brigitte Bardot intacte, la Fondation Bardot accueille des centaines d’animaux dans son refuge de Bazoches-sur-Guyonne (Yvelines). Un don de Brigitte Bardot pour les animaux. C’est ici, qu’Aurore Bergé aux côtés de la députée, Laetitia Romeiro Dias a choisi d’annoncer les propositions de loi qui seront adoptées aussitôt à l’Assemblée nationale cette semaine.

La maison de Brigitte Bardot. Aujourd'hui, seuls les chats et les chiens peuvent y entrer.

La maison de Brigitte Bardot. Aujourd’hui, seuls les chats et les chiens peuvent y entrer. 

« Beaucoup, on en rêvait, nous l’avons fait ! », s’est exclamée Aurore Bergé. Fin des ventes dans les animaleries des chiots et chatons, des animaux sauvages dans les cirques, certificat de connaissance pour tout acquéreur.

« On ne peut pas acheter dans une jardinerie, un chien ou un chat comme une tondeuse à gazon ! »

Aurore Bergé, députée

Sanctions pénales plus sévères

La députée, d’évoquer la maltraitance par méconnaissance : « C’est pourquoi, le certificat permettra de faire prendre conscience aux personnes qui achètent un cheval de mesurer la charge. Souvent, des équidés recueillis à la Fondation sont laissés par des personnes qui ne peuvent plus assumer la charges financières ».
La loi sur la maltraitance animale va sérieusement augmenter les peines pour maltraitance animale. Jusqu’à 3 ans d’emprisonnement. 5 ans si la maltraitance a entraîné la mort de l’animal.
« Si nous avons pu aboutir, c’est grâce à la mobilisation citoyenne et aux combats des associations comme la fondation Bardot », a souligné Aurore Bergé.

Fin des cirques avec animaux sauvages

La cause animale est une des convictions profonde de la députée : « Je tiens cette passion de ma grand-mère. Mes parents ont adopté un chien ici à la Fondation Bardot », a confié Aurore Bergé.
Laëtitia Romeiro Dias s’est battue sur le volet animaux sauvages pour aboutir à la fin des montreurs d’ours, de l’élevage des visons en 2024 et des dauphins et orques dans les delphinariums.

« Même certains professionnels du cirque le comprennent. Bouglione va lancer un éco-cirque sans animaux remplacés par des hologrammes », a annoncé la députée rapporteure du projet de loi.

Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Bardot a salué « des avancées concrètes qui se traduisent dans le quotidien. Vous avez entendu les attentes de la société. Jusqu’alors les réponses politiques étaient nulles. On passe à une autre étape ! »

La responsable du refuge raconte l'histoire du sauvetage de ce chien tibétain à Aurore Bergé.
La responsable du refuge raconte l’histoire du sauvetage de ce chien tibétain à Aurore Bergé. 

Les collectivités piloteront la stérilisation des chats

D’ores et déjà, les collectivités pourront agir dans les campagnes de stérilisations de chats. « Pour les associations comme Nala chats libres basée à Raizeux (Yvelines), cela coûte 25 000 euros/ an sans compter 8000€ pour les frais d’alimentation. Nous allons les aider ! » a souligné Aurore Bergé qui a rendu visite à cette association qui recueille les chats abandonnés. Le plan de relance prévoit une aide de 20M d’euros pour aider associations et refuges.

Source de l'article : Cliquez ICI

Jean pierre Melville parle de Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot enfant...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Brigitte Bardot enfant...
Partager cet article
Repost0

L'Assemblée nationale débat cette semaine de la loi renforçant la lutte contre la maltraitance animale. Que dit-elle de l'attention que nous portons à nos semblables ?

Publié le par Ricard Bruno

L'Assemblée nationale débat cette semaine de la loi renforçant la lutte contre la maltraitance animale. Que dit-elle de l'attention que nous portons à nos semblables ?

Interdire les exhibitions d’animaux sauvages dans les cirques itinérants et les delphinariums ; rappeler à chaque nouveau propriétaire ses obligations à l’égard de son animal de compagnie et ainsi lutter contre les abandons ; renforcer les sanctions pénales pour mauvais traitement, jusqu’à 3 ans d’emprisonnement en cas de mort de l’animal : voilà quelques-unes des mesures de cette proposition de loi, débattue jusqu’à vendredi.

Le texte, bien qu’incomplet selon l’aveu même de son rapporteur, marque néanmoins une étape importante dans la prise en compte de la question animale. Le monde associatif n’en a plus l’exclusivité. C’est un sujet de débat politique, comme en témoigne la naissance du Parti animaliste en 2016 (près de 500 000 voix aux dernières européennes, ce qui n’est pas rien) ou encore la création, la même année, d’une commission d’enquête parlementaire sur les conditions d’abattage.

La science, en faisant progresser les connaissances, notamment sur la sensibilité animale, nous rend, à notre tour, plus sensibles à ces questions. Elle donne des arguments aux considérations d’ordre éthique, et fait progresser l’idée d’un projet zoopolitique, c’est-à-dire un projet qui repense de fond en comble les relations institutionnelles entre l’homme et l’animal. Mais que disent ces évolutions de nos relations à nos semblables ? Autrement dit, l’attention que nous portons aux animaux est-elle liée à celle que nous portons aux autres humains ?

En 1966, Brigitte Bardot, déjà très engagée dans la lutte pour la défense animale, est interrogée sur ce sujet dans l’émission Panorama : 

-attachez-vous plus, moins ou autant d'importance à ce problème des animaux malheureux qu'à celui du Vietnam ?

-alors je vais vous dire, ça, c'est une question que j'attendais. Je vais vous dire : l'un n'empêche pas l'autre. Si on a du cœur et qu'on s'attache à un problème misérable, animal ou humain, si on s'attache au problème animal, on s'attache aussi au problème humain, l'un va avec l'autre. Si vous êtes capable de faire du mal à un animal, vous êtes aussi capable de faire du mal à un être humain.

Evidemment, certaines des prises de position ultérieures de la comédienne jettent un voile de doute sur cette corrélation. Mais c’est bien cette idée que ce que l’on fait subir aux uns, on peut le faire subir aux autres, qui va guider l’élaboration du droit en faveur des animaux.

Ainsi la loi Grammont, la 1ère du genre, en 1850, qui punit les mauvais traitements infligés en public aux animaux domestiques, vise moins à protéger les animaux de la violence qu’à contenir celle de leurs maitres. Comme l’écrit l’historien Maurice Agulhon dans Le sang des bêtes, ‘’lorsqu’on parlait de protection des animaux au XIXe siècle…on espérait qu’en réfrénant cette violence mineure, on aiderait à réfréner la violence majeure des humains entre eux. La protection des animaux voulait être une pédagogie. C’était un problème de relation à l’humanité, et non de relation à la nature’’.

C’était aussi un outil de régulation sociale. Dans un texte pour la revue Déviance et société, un autre historien, Eric Pierre, explique qu’il est alors courant, dans le milieu de la protection animale, ‘’de penser que le cocher qui maltraite son cheval se montre violent au sein de sa famille et plus largement dans ses relation sociales, alors que celui qui conduit son attelage avec douceur, sans brutalité, a toutes les chances d’être un bon père et un ouvrier soumis’’.

Cette façon de voir les choses parait datée. Mais est-ce vraiment le cas ? En 2014, Damien Baldin, auteur d’une ‘’Histoire des animaux domestiques’’, évoquait dans une interview au Monde un sordide fait divers, le cas d’un chaton martyrisé par un jeune homme dans une vidéo devenue virale : ‘’l’émotion qui s’en est suivie n’est pas seulement révélatrice d’une sensibilité accrue de l’opinion publique vis-à-vis des animaux. Elle montre aussi la persistance de cette vieille idée : on protège les animaux pour se protéger soi-même des violences.’’

On remarquera que la proposition de loi actuellement en débat évite d’aborder la question de la chasse, de la corrida et surtout de l’élevage. Est-ce à dire que notre seuil d’intolérance à la violence est encore loin d’avoir été atteint ?

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Mort de Nathalie Delon : le regret de Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Mort de Nathalie Delon : le regret de Brigitte Bardot

Ce vendredi 22 janvier, Brigitte Bardot s'est saisie de son compte Twitter pour rendre hommage à Nathalie Delon, décédée ce jeudi 21 janvier. Bouleversée, l'actrice a également tenu à faire part de ses regrets.

Ce jeudi 21 janvier, Anthony Delon a annoncé la disparition de sa mère, Nathalie Delon, à l'âge de 79 ans des suites d'un "cancer rapide". Une triste nouvelle qui a bouleversé ses proches, parmi lesquels son ex-mari, Alain Delon, mais aussi le monde du cinéma qui n'a pas été épargné ces derniers jours. Ce vendredi 22 janvier, Brigitte Bardot a d'ailleurs tenu à rendre hommage à celle qui fut la seule Madame Delon, tout en faisant part de ses regrets.

Revenant sur "l'hécatombe sinistre qui endeuille le théâtre et le cinéma en ce début d'année 2021", Brigitte Bardot a déploré que les "hommages mérités" rendus à Jean-Pierre Bacri et à Rémy Julienne éclipsent la disparition de Nathalie Delon "dont la beauté et la personnalité éclaboussèrent les années 1960". Amie intime d'Alain Delon depuis plus de soixante ans, l'actrice est également revenue sur la relation passionnelle qu'il entretenait avec la mère de son fils.

 

Mort de Nathalie Delon : le regret de Brigitte Bardot

Brigitte Bardot bouleversée par la disparition de Nathalie Delon

Alors qu'Alain Delon, dévasté, s'est dit "très triste", Brigitte Bardot estime que l'acteur "lui donna le meilleur en partageant à jamais son nom avec elle". Et d'ajouter au sujet de ces amants magnétiques : "elle le lui rendit en lui offrant un fils magnifique Anthony". "Sa mort emporte la génération des sixties et écorche le cœur de ceux qui, comme moi, lui survivent", a finalement conclu l'icône, bouleversée par cette nouvelle disparition.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Pétition : SOUTIEN TOTAL À BRIGITTE BARDOT

Publié le par Ricard Bruno

SOUTIEN TOTAL À BRIGITTE BARDOT

Pétition : SIGNEZ ICI

 

BRIGITTE BARDOT s'en est pris au patron des chasseurs et à eux même. Ces fous de la gâchette qui prennent plaisir à tuer, pas pour se nourrir, osent s'attaquer à BB en espérant la faire taire. Les millions d'opposants à la chasse quelle qu'elle soit doivent être aussi traîné en justice. BRIGITTE est un bouc émissaire. Nous attendons tous d être convoqué au tribunal, le 9 février à Arras par cette justice à deux vitesses qui, soutiens les criminels d'animaux. TOUS AVEC BB. Elle n'est pas seule. Ses milliers de partisans lui donnent raison. Elle a les couilles que les chasseurs n'ont sûrement pas. La France est le pays de l injustice. ​​​​​​​

 

VIVE BRIGITTE BARDOT, VIVE LA FRANCE !