Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

brigitte bardot

"C'est honteux" : Brigitte Bardot pousse un coup de gueule

Publié le par Ricard Bruno

"C'est honteux" : Brigitte Bardot pousse un coup de gueule
"C'est honteux" : Brigitte Bardot pousse un coup de gueule

Jeudi 22 juillet 2021, Brigitte Bardot a poussé un coup de gueule sur Twitter, deux jours après la mort de son amie Françoise Arnoul, décédée à l'âge de 90 ans. Selon elle, l'actrice aurait mérité de plus grands hommages.

 

Vous nous pompez l'air avec votre virus !", a balancé Brigitte Bardot, très remontée. En effet, la porte-parole de la protection des animaux, contre qui la fédération des chasseurs français a porté plainte pour "diffamation", n'a pas apprécié le traitement médiatique réservé à sa grande amie, l'actrice Françoise Arnoul, décédée le 20 juillet 2021 à l'âge de 90 ans. Si certains hommages ont bien eu lieu, comme celui de Bernard Pivot qui a créé la polémique, l'icône des années 1970 n'en est pas satisfaite. Selon elle, Françoise Arnoul, qui fut élevée au grade de Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres en 1995, méritait de grands hommages. Le 22 juillet 2021, Brigitte Bardot a alors poussé un coup de gueule sur Twitter.

"On a une indigestion des vaccins mais vous oubliez que cette femme fut une star"

"Françoise Arnoul est morte le 20 juillet des suites d'une longue maladie à l'âge de 90 ans. Qui en a parlé ? TV ? Journaux ? Personne ou si peu, c'est honteux ! Vous nous pompez l'air avec votre virus, on a une indigestion des vaccins, mais vous oubliez que cette femme fut dans les années 50 une star et qu'elle fut éblouissante notamment auprès de Jean Gabin dans 'French Cancan", a-t-elle écrit dans une lettre qu'elle a soigneusement signée à la main. Et de conclure : "Je tiens à rendre un hommage personnel à celle qui fut avant moi une icône médiatique et inoubliable, portée aux nues, et hélas remplacée par ce 'Covid-Star' qui ne fait pas rêver. Adieu ma jolie Françoise", termine-t-elle.

En commentaire, de nombreux internautes ont partagé leur ras-le-bol face au traitement médiatique accordé à la crise pandémique qui sévit depuis un an et demi : "C'est vrai, il n'y en a que pour la trilogie épuisante, virus, vaccin et pass sanitaire. Si par malheur, on écoute les chaînes d'info c'est l'overdose", "Malgré la machine à laver le cerveau h24 des médias merci de rendre hommage à cette grande dame", "Comme d’habitude vous avez dit des choses vraies ! Que cette dame repose en Paix ! Quant au virus, on en peut plus !", peut-on lire, entre autres. Une communauté on ne peut plus en phase...

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot le 23 juillet c'est sa fête ! La Sainte Brigitte...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot le 23 juillet c'est sa fête ! La Sainte Brigitte...

Origine de cette Sainte

Brigitte Birgersdotter ou Sainte Brigitte de Suède, fille de Birger Persson , prince suédois et issu de la famille des Brahe, est née en 1303 en Suède au domaine de la ferme Finsta dans la province historique de l'Uppland. Mère de huit enfants dont Catherine de Suède, elle devient veuve en 1344. Après s'être retirée au monastère d'Alvastra, elle se fixe en 1349 à Rome où elle se consacre à des pèlerinages, une vie d'intense apostolat et de prière assidue. Renommée pour ses prophéties et ses révélations mystiques, elle est connue pour ses prises de position politiques et religieuses n'hésitant pas à donner ses avis aussi bien sur la gouvernance des États que de la papauté réfugiée à Avignon.

Après un pèlerinage en Palestine, elle mourut à Rome le 23 juillet 1373. Canonisée dès 1391, elle fut d'abord fêtée le 8 octobre puis le 23 juillet. Jean-Paul II l'a proclamée co-patronne de l'Europe avec sainte Catherine de Sienne et la philosophe Edith Stein, canonisée sous le nom de sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix.

Partager cet article
Repost0

Domaine Bertaud Belieu, événement en direct : happening Aiiroh ! le 20 07 2021

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article
Repost0

Et Godard créa «Le Mépris»

Publié le par Ricard Bruno

En adaptant un roman de Moravia qu’il méprisait, avec une actrice qu’il n’aimait pas, Godard a signé son œuvre la plus envoûtante. Un faux film «classique» devenu emblématique de la modernité

L’histoire imaginée par Alberto Moravia est celle de la fin d’un couple. A l’écran, Paul (Michel Piccoli) doute, presque jusqu’à la folie, de l’amour et du désir de sa femme Camille (Brigitte Bardot).

L’histoire imaginée par Alberto Moravia est celle de la fin d’un couple. A l’écran, Paul (Michel Piccoli) doute, presque jusqu’à la folie, de l’amour et du désir de sa femme Camille (Brigitte Bardot).

L'adaptation d'un roman en film est une aventure en soi, humaine, artistique, aux rebondissements multiples. Cet été, nous passons en revue les plus belles de ces sagas.

Prenez une belle plante (Brigitte Bardot), et un bel animal (Michel Piccoli), réunissez-les dans un paysage minéral et déchiré jusqu’à l’os (la villa Malaparte, sur les falaises de Capri). Concevez un film comme vous le feriez d’une sculpture. Voici la recette du Mépris, sorti sur les écrans en 1963. Godard l’indique dès le scénario: le drame entre Camille (Bardot) et son mari Paul (Piccoli) «vient de ce qu’elle existe sur un plan purement végétal, alors que lui vit sur un plan animal». Ajoutez à ce duel solaire la musique composée par Georges Delerue, d’une ample mélancolie brahmsienne, et vous obtenez un film devenu mythique.

L’histoire tient en quelques lignes, et c’est la manière dont elle est racontée et filmée par Godard qui importe. Paul est marié avec Camille. Il est scénariste sur un film adapté de L’Odyssée et tourné par Fritz Lang. Le producteur de ce film, Jérémie Prokosch, courtise Camille et Paul laisse faire. Camille commence à mépriser Paul pour sa lâcheté… Le Mépris raconte la fin d’un couple.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Le phénomène Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Icône française et sex symbol des années 50 et 60, Brigitte Bardot a marqué le cinéma français. Retour sur le “mythe B.B”, qui traverse les générations.

C’est le 28 septembre 1934 que naît Brigitte Anne-Marie Bardot à Paris. Issue d’une famille bourgeoise, Brigitte grandit au côté de sa sœur, Marie-Jeanne. Très rapidement, la jeune fille se tourne vers des activités artistiques, comme la danse et le chant ; elle se fait remarquer par Hélène Lazareff, directrice du magazine Elle, également amie de sa mère. À 15 ans, la jeune fille fera plusieurs fois la une de l’hebdomadaire du célèbre magazine, et sa beauté ne passera pas inaperçue. En 1952, âgée de 18 ans, Brigitte Bardot décroche son premier rôle au côté de Bourvil dans le film Le trou normand de Jean Boyer. 

La même année, elle rencontre le réalisateur Roger Vadim qu’elle épousera quelques mois plus tard. En 1956, Et Dieu… Créa la femme, réalisé par son mari, est le premier film français à se classer au box-office américain, faisant de Brigitte Bardot une icône internationale. Le mythe Bardot est né : les médias et les cinéastes se l’arrachent, les femmes se coiffent et s’habillent de la même façon, cherchant à lui ressembler et les hommes succombent à son charme… Les succès s’enchaînent, et la jeune femme fera son apparition dans de nombreux films, comme Viva Maria ! de Louis Malle, En cas de malheur de Claude Autant-Lara, Shalako de Edward Dmytryk ou encore Les Pétroleuses de Christan-Jacque. De 1951 à 1973, Brigitte Bardot jouera dans près de 50 films et interprétera plus de 70 chansons.

Tout au long de sa carrière, Brigitte Bardot tournera auprès des plus grands metteurs en scène et des plus grandes stars de l’époque. Retour sur quelques films cultes qui ont fait de B.B une légende.

“Et Dieu… Créa la femme”, de Roger Vadim, 1956

En cas de malheur, de Claude Autant-Lara, 1958

La Vérité, d’Henri-Georges Clouzot, 1960

Le Mépris, de Jean-Luc Godard, 1963

Après son apparition dans L’histoire très bonne et très joyeuse de Colinot trousse-chemise de Nina Compeneez (1973), Brigitte Bardot annonce mettre fin à sa carrière cinématographique pour se consacrer à la défense des animaux. C’est en 1986 que la Fondation Brigitte Bardot voit le jour.

 

Muse de Serge Gainsbourg 

Brigitte Bardot et Serge Gainsbourg se croisent pour la première fois en 1959, sur le tournage de Voulez-vous danser avec moi ?, mais n’osent pas s’adresser la parole. Quelques années plus tard, en 1967, les deux stars se recroisent et  entameront une idylle qui durera trois mois. Serge Gainsbourg se met à composer plusieurs titres pour la jeune femme qui deviendront célèbres ; parmi ceux-ci, on retrouve Harley Davidson, Bonnie & Clyde, Je t’aime moi non plus ou encore Comic Strip.

Brigitte Bardot et Serge Gainsbourg

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot : Requiem pour les animaux !

Publié le par Ricard Bruno

Que te dire Brigitte, que tu as entièrement raison, tes colères et ton indignation sont pures et nobles, les politiques se foutent éperdument des animaux et de ceux qui les défendent, mais sache une chose que tu n'es pas seule dans ce combat que beaucoup méprise, mais les amis des animaux sont tous avec toi et ta fondation.

Bruno Ricard  

Brigitte Bardot : Requiem pour les animaux !
Brigitte Bardot : Requiem pour les animaux !

Pascal Louvrier par Sophie Bachat pour son livre "Vérité BB"

Publié le par Ricard Bruno

Pascal Louvrier par Sophie Bachat pour son livre "Vérité BB"
Partager cet article
Repost0

« Allez vous faire voir ! " : Brigitte Bardot mitraille le gouvernement

Publié le par Ricard Bruno

Tant d'années de lutte pour la cause animale, tant de personnes rencontrées, tant de politiques qui n'en foutent pas une, Brigitte a bien raison d'envoyer balader ce gouvernement de "Branque" elle est dépitée devant l'inaction de ce gouvernement et de ceux précédent également, il ne se passe rien, un constat "hallucinant et monstrueux", a estimé Brigitte dans une tribune publiée sur Twitter, le mercredi 7 juillet.

Bruno Ricard 

"J'en ai marre, j'en ai ma claque !" Dans une tribune publiée sur Twitter, ce mercredi 7 juillet, Brigitte Bardot n'y est pas allée pas par quatre chemins. Pour l'ex-actrice de 86 ans, le gouvernement n'œuvre pas suffisamment pour défendre le bien-être animal. Depuis l'arrêt de sa carrière au cinéma, "BB" s'est engagée pour la défense du monde animal, une mission qui lui a valu plusieurs procès pour injure publique. Après 48 ans de militantisme, la coupe est pleine. "Allez vous faire voir !", a lancé la présidente de la Fondation Brigitte Bardot, excédée par ce constat "hallucinant et monstrueux".

A travers un long texte intitulé Requiem pour les animaux, Brigitte Bardot s'en est prise aux actions du gouvernement sur ce sujet. "Je veux obtenir à n'importe quel prix une prise de conscience des atrocités, des cruautés, de tortures et des souffrances que les animaux subissent chaque jour en France dans une indifférence générale", a tancé la défenseuse des animaux. Des propos au vitriol dans lesquels elle évoque "les sacrifices rituels imposés par l'Islam". A plusieurs reprises, la principale intéressée s'est vivement opposée à la religion musulmane, notamment à "l'immonde" fête de l'Aïd el-Kébir, qui donne lieu à des sacrifices de moutons. "La France n’est pas une banlieue de Bab El-Oued et nous sommes en opposition totale avec la souffrance atroce que cette tradition barbare impose à nos moutons", avait-elle ajouté à l'occasion d'une lettre également publiée sur Twitter, en juillet 2020.

 « Allez vous faire voir ! " : Brigitte Bardot mitraille le gouvernement
 « Allez vous faire voir ! " : Brigitte Bardot mitraille le gouvernement

Une lourde condamnation pour injure publique

Parmi les cibles de Brigitte Bardot, on retrouve la fédération nationale des chasseurs. A commencer par son patron, Willy Schraen : ce dernier a porté plainte contre la passionaria des animaux pour injure publique, après des propos virulents publiés en 2019 sur le site de sa fondation. "Sous-hommes", "tronches d'ivrognes", "ce prédateur au gros visage plein de suffisance" figuraient parmi les insultes proférées dans son édito. Fin juin dernier, la star de Et Dieu… créa la femme a été condamnée à une amende de 5 000 euros et 1 000 euros de dommages et intérêts à verser au plaignant.

Fondation Brigitte Bardot : Info journal du 2ème trimestre 2021

Publié le par Ricard Bruno

Info journal n°117 du 2ème trimestre 2021 de la fondation Brigitte BARDOT

Info journal n°117 du 2ème trimestre 2021 de la fondation Brigitte BARDOT

Info journal junior N°67 du 2ème trimestre 2021 de la fondation Brigitte Bardot

Info journal junior N°67 du 2ème trimestre 2021 de la fondation Brigitte Bardot

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>