Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

brigitte bardot

Brigitte Bardot dans le TV grandes chaines n°414

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot dans le TV grandes chaines n°414 du 08 au 21 02 2020...

Brigitte Bardot dans le TV grandes chaines n°414
Brigitte Bardot dans le TV grandes chaines n°414
Partager cet article
Repost0

L'hommage de Brigitte Bardot à Kirk Douglas...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot et Kirk Douglas au Festival de Cannes en 1953

Brigitte Bardot et Kirk Douglas au Festival de Cannes en 1953

Brigitte Bardot a publié jeudi un message honorant la mémoire de son ami Kirk Douglas, mort la veille à l'âge de 103 ans.

Les hommages se multiplient pour honorer la vie et la carrière de Kirk Douglas. La légende hollywoodienne s'est éteinte mercredi 5 février 2020 à l'âge de 103 ans. Parmi les nombreuses personnalités à s'être exprimées figurent un autre mythe : Brigitte Bardot. La star française, qui a bien connu l'acteur américain et l'avoir rencontré pour la première fois au Festival de Cannes en 1953, s'est exprimée lors d'un court communiqué transmis sur les réseaux sociaux jeudi.

«Avec Kirk se referme le grand livre d’or du cinéma américain et je perds avec lui une tendre amitié qui durait depuis 67 ans. Il reste immortel dans nos souvenirs et dans nos cœurs», a déclaré l'actrice de 85 ans sur Twitter. Le message de B.B. a été suivi d'une série de clichés en noir et blanc capturés à Cannes. «Cannes 1953. Tendres souvenirs», est-il écrit.

 

 

 

Hommage au dernier géant d’Hollywood
« Avec Kirk se referme le grand livre d’or du cinéma américain et je perds avec lui une tendre amitié qui durait depuis 67 ans. Il reste immortel dans nos souvenirs et dans nos cœurs »

 

Cannes 1953. Tendres souvenirs

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

Kirk Douglas laisse derrière lui son épouse depuis 65 ans, Anne (101 ans en avril), ainsi que ses fils Michael (75 ans), Joel (73 ans) et Peter (64 ans).

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot Nouveauté ! : La Belle Et Le Blues [Import Allemand]

Publié le par Ricard Bruno

CD : Sortie officielle le 28 02 2020, en pré commande sur différent sites

Brigitte Bardot Nouveauté ! : La Belle Et Le Blues [Import Allemand]
Disque : 1
  1. Harley Davidson
  2. Ça Pourrait Changer
  3. La Madrague
  4. Je Danse Donc Je Suis
  5. Tu Veux, Ou Tu Veux Pas
  6. Ne Me Laisse Pas L'aimer
  7. Bonnie and Clyde -
  8. Brigitte Bardot & Serge Gainsbourg
  9. Nue Au Soleil
  10. L'appareil À Sous
  11. Contact
  12. La Belle Et Le Blues
  13. Un Jour Comme Un Autre
  14. Gang Gang
  15. Une Histoire de Plage
  16. Moi Je Joue
  17. Ce N'est Pas Vrai
  18. Je T'aime Moi Non Plus -
  19. Brigitte Bardot & Serge Gainsbourg
  20. Je Voudrais Perdre la Mémoire
  21. Le Soleil
  22. Les Hommes Endormis
  23. Le Diable Est Anglais
  24. Tu Es Venu Mon Amour
  25. John Et Michaël
  26. Je Reviendrai Toujours Vers Toi
  27. Mister Sun

Description du produit

It is impossible to put into words the effect Brigitte Bardot has had on western pop culture over the past 70 years. She was a figure woven into the psyche of her native France even before Vadim's Et Dieu... Créa La Femme made her an international sensation in 1957. However scandalous the reportage, the phenomenon of "B. B. " kick-started the continental influence upon popular culture that would erupt in the 1960s. Screen goddess, fashion icon, pioneer of female empowerment: La Bardot's various achievements are fully recognized around the world. Her work as a singer, however, has been less familiar outside of Francophone territories. "La Belle Et Les Blues" is the first legitimate retrospective of her recording career specifically compiled for the English-speaking market. Spanning the years 1962-1970, it is a glorious confection of smoky jazz, frenetic yé-yé and groovy late 60s pop, all stamped with Bardot's idiosyncratic vocal approach, as unique as that of her acting. Highlights abound throughout "La Belle Et Les Blues", from effervescent early cuts like 'L'Appareil A Sous' and 'Moi Je Joue', via Bardot's trademark "tropezian" introspection on 'Mr Sun" and 'La Madrague', to the Serge Gainsbourg-helmed late 60s apotheosis of 'Harley-Davidson', 'Bonnie & Clyde' and Brigitte's raunchy original version of 'Je T'aime Moi Non Plus', tracks that have since become global club and turntable favourites. The carefully remastered, delightfully illustrated collection comes with extensive liner notes detailing Bardot's enduring appeal across the decades and, as a special bonus, features fresh musings from B. B. herself on her times as a recording artist - in a rare interview granted especially for this release.

Partager cet article
Repost0

Les Festivals de Cannes, Berlin et Venise saluent la mémoire de Kirk Douglas

Publié le par Ricard Bruno

Les Festivals de cinéma de Cannes, Berlin et Venise ont salué jeudi la mémoire de l'acteur américain Kirk Douglas, décédé mercredi à 103 ans, "comédien mémorable" pour le Festival de Cannes, où il avait présidé le jury en 1980.

Pour Brigitte Bardot, Kirk Douglas "reste immortel dans nos souvenirs et dans nos coeurs". Avec la star américaine, "se referme le grand livre d'or du cinéma américain et je perds avec lui une tendre amitié qui durait depuis 67 ans", a-t-elle déclaré.

"En 1980, le Festival avait l'immense honneur d'accueillir Kirk Douglas à la tête d'un Jury qui couronna +All That Jazz+ de Bob Fosse et +Kagemusha+ de Akira Kurosawa... Souvenirs émus de l'homme, hommage au comédien légendaire et pensées pour ses proches", a tweeté le Festival de Cannes.

"C'était un très bel homme, qui avait beaucoup de prestance, un physique. On ne fait pas une carrière à Hollywood si on n'a pas ça. C'est l'équivalent des grands, Burt Lancaster, Marlon Brando, Montgomery Clift, Gary Cooper", a indiqué de son côté à l'AFP l'ancien président du Festival Gilles Jacob à l'AFP. C'était "un personnage entier, très puissant, qui s'est fait tout seul, qui avait une volonté farouche", a-t-il ajouté.

Kirk Douglas, qui parlait très bien français, était venu en compétition à Cannes avec "L'Emprise du crime" de Lewis Milestone (1947) et "Histoires de détective" (1952) de William Wyler, et y avait rencontré sa deuxième femme, Anne Buydens, avec qui il était marié depuis 1954. Il avait fait partie deux fois du jury, comme simple juré en 1970 puis comme président du jury en 1980.

"C'est avec une grande tristesse que nous apprenons la mort de la légende d'Hollywood Kirk Douglas, l'un des derniers géants de l'âge d'or du cinéma. Au cours de sa longue vie, il a reçu d'innombrables récompenses, dont un Ours d'or d'honneur", a réagi pour sa part le Festival du film de Berlin.

"Au revoir, Kirk Douglas (1916-2020)", a tweeté la Mostra de Venise, en postant une photo de l'acteur à Venise en 1953 et en citant une de ses phrases: "Tous les enfants sont des acteurs naturels, et je suis toujours un enfant".

Pour le ministre français de la Culture, "tant de nos souvenirs de cinéma sont habités de son visage". "Ses amis s'appelaient John Wayne, Bacall, Lancaster ; cet âge d'or, il en était le dernier témoin. Il nous reste les films", a ajouté Franck Riester sur Twitter.

Partager cet article
Repost0

Kirk Douglas est mort...

Publié le par Ricard Bruno

Kirk Douglas est mort...
Kirk Douglas est mort...
Kirk Douglas est mort...
Kirk Douglas est mort...
Kirk Douglas est mort...
Kirk Douglas est mort...
Kirk Douglas est mort...
Kirk Douglas est mort...
Kirk Douglas est mort...
Kirk Douglas est mort...

Brigitte Bardot l'avait croisé lors d'u festival de Cannes de 1953.

Kirk Douglas, né Issur Danielovitch Demsky le 9 décembre 1916 à Amsterdam (État de New York) et mort le 5 février 2020 à Beverly Hills, en Californie, est un acteur, producteur, réalisateur et écrivain américain. Il est le père de l'acteur et producteur Michael Douglas. Figure majeure du cinéma américain, Kirk Douglas est un des acteurs les plus populaires au monde dans les années 1950 et 1960. Nombre de ses 90 films deviennent des classiques, et il excelle dans tous les genres : la comédie (« Au fil de l'épée » en 1959), l'aventure (« Vingt Mille Lieues sous les mers » en 1954, « Les Vikings » en 1958), le western (« Règlement de comptes à O.K. Corral » en 1957), le péplum (« Spartacus » en 1960), les films de guerre (« Les Sentiers de la gloire » en 1957, « Sept jours en mai » en 1964, « Les Héros de Télémark » en 1965) et le drame (« La Vie passionnée de Vincent van Gogh » en 1956). Sur le plan physique, l'acteur est notamment reconnaissable à sa fossette très visible au menton. Douglas a tourné avec de nombreux réalisateurs réputés comme Brian De Palma, Stanley Kubrick, Vincente Minnelli, John Huston, Howard Hawks, Otto Preminger, Joseph L. Mankiewicz, Elia Kazan, Billy Wilder et King Vidor. Plusieurs films dans lesquels il joue abordent des thèmes sensibles, comme celui des cours martiales lors de la Première Guerre mondiale avec « Les Sentiers de la gloire », qui est interdit à sa sortie dans beaucoup de pays européens. Dans le genre du western avec « La Captive aux yeux clairs » (1952), « La Rivière de nos amours » (1955) et « Le Dernier Train de Gun Hill » (1959), il tourne des films qui réhabilitent la figure de l'Amérindien et dénoncent le racisme. Connu pour son engagement démocrate, il est un producteur courageux à une époque où le cinéma américain est en proie au maccarthysme, notamment en engageant Dalton Trumbo, le scénariste figurant sur la « liste noire d'Hollywood ». Ambitieux, séducteur, mégalomane, il est l'un des acteurs américains qui ont le plus marqué la mémoire du public. Sa grande popularité ne s'est jamais démentie et il faisait partie des dernières légendes vivantes de l'Âge d'or de Hollywood avec Olivia de Havilland. En 1999, l'American Film Institute l'a classé 17e plus grande star masculine du cinéma américain de tous les temps. Retiré du cinéma en 2008, il s'occupe de sa fondation pour les enfants défavorisés, la « Anne & Kirk Douglas Playground Award » et poursuit son travail d'écriture, après avoir publié ses mémoires de 1988 à 2006.

Lauren Bacall a aidé Kirk Douglas a obtenir son premièr rôle en 1946 dans le film de Hal B. Wallis, L'Emprise du crime (The Strange Love of Martha Ivers) avec Barbara Stanwyck.

Kirk Douglas a reçu 4 nominations de l'Academy Award pour son travail dans Le Champion (Champion), Les Ensorcelés (The Bad and the Beautiful) et La Vie passionnée de Vincent Van Gogh (Lust for Life) dans le rôle de Vincent Van Gogh. Douglas a remporté en 1996 un Oscar pour « 50 ans de force créative et morale dans la communauté cinématographique ».

Véritable legende de Hollywood, sa carrière est l'une des plus riche de l'industrie du cinéma Américain. Il tourna avec Stanley Kubrick, Vincente Minelli, John Huston,Otto Preminer, Joseph Léo Mankiewicz, Elia Kazan, Billy Wilder et King Vidor...

Sa société de production portait le nom de sa mère adorée : Bryna. Grand séducteur, mythomane et mégalomane notoire, il fut aussi un grand démocrate en produisant des oeuvres trés à gauche. Fait rarissime à Hollywood...

Il prit la defense des Indiens avec un western pro-indien magnifique The Indian Fighter d'André de Toth en 1955, fustigea l'imbicilité meurtrière des millitaires avec Paths Of Glory de Stanley Kubrick en 1958, produisit une satire du Maccarthysme avec Spartacus de Stanley Kubrick en 1961 et dénonça le rêve américain avec un western moderne et ascétique de David Miller : Lonely Are The Brave en 1962. Ce dernier film est le préféré de Kirk Douglas.

Il produisit aussi un thriller avec Seven Day In May en 1964. Quelques temps après l'assassinat de Kennedy, le film racontait le coup d'état d'un général d'extreme droite afin de renverser le gouvernement démocrate américain...

Sa collaboration avec le scénariste Dalton Trumbo (victime de la liste noire) s'étendit sur trois film : Spartacus, El Perdido et Lonely Are The Brave. Contrairement à la légende, (propos des historiens et de Kirk Douglas lui même), ce n'est pas Douglas qui, le premier, rendit le droit à Trumbo d'apparaitre au générique d'un film. C'est Otto Preminger qui brisa le premier l'affreuse liste noire an autorisant Trumbo à signer le script d'Exodus.

Douglas s'est marié deux fois : la première fois avec Diana Dill (née le 22 janvier 1923, divorcée en 1951) avec qui il a eu deux fils, l'acteur Michael Douglas et le producteur Joel Douglas ; la seconde fois en 1954 avec Anne Buydens avec qui il a eu également deux fils, le producteur Peter Vincent Douglas né le 23 novembre 1955 et l'acteur Eric Douglas né en juin 1958 et mort le 6 juillet 2004 d'une overdose.


Populaire aux États-Unis et dans le monde entier, Kirk Douglas a reçu la médaille présidentielle de la Liberté américaine (Presidential Medal of Freedom, récompense civile la plus élevée) en 1981 et la Légion d'honneur française en 1985.

Aprés une remarquable carrière de producteur, il passera à la réalisation dans les années 70. Malheuresement, avec beaucoup moins de succés...

Scalawag en 1973, librement adapté de L'Ile Aux Trésor de Robert Louis Stevenson, et le western Posse en 1975. Scalawag, film de Pirates avec chansons et un Kirk Douglas barbu et unijambiste, sera un echec commercial tonitruant. Produit par la première femme de l'acteur, Diana Douglas, le film sera tourné dans de trés grandes difficultés en Yougoslavie. Ce premier long métrage n'aura même pas droit à une distribution Française. On trouvera (en cherchant bien) une vieille copie VHS distribuée illégalement dans les années 80. Copie pirate, bien sur.

Posse en 1975, un autre echec, dénoncera les malversations frauduleuses d'un homme politique durant la conquête de l'ouest.

Ses deux echecs commerçiaux le détourneront définitivement de la réalisation de film.

Depuis le milieu des années 1990, Kirk Douglas est fréquemment honoré dans le monde entier pour l'ensemble de sa carrière. Écrivain, il a publié plusieurs ouvrages et se consacre aujourd'hui à sa fondation en faveur des enfants défavorisés.

En 1996 Kirk Douglas a été victime d'un accident cérébro-vasculaire qui a amoindri sa capacité d'élocution.

En 1999, Diamonds est l'occasion pour l'acteur de retrouver Lauren Bacall et de recevoir au festival de Deauville un hommage pour l'ensemble de sa carrière. Cependant, une attaque cardiaque en 2001 lui enlève tout espoir de retourner au cinéma, mais pourtant il accepte de tourner dans Une si belle famille aux côtés de son ex-femme Diana, de leur fils Michael et de leur petit-fils Cameron. Trois générations de Douglas sont ainsi réunies pour un film sorti de façon discrète et qui ne connaîtra pas un grand succès.

Depuis le milieu des années 1990, Kirk Douglas est fréquemment honoré dans le monde entier pour l'ensemble de sa carrière. Écrivain, il a publié plusieurs ouvrages et se consacre aujourd'hui à sa fondation en faveur des enfants défavorisés.

Il fête ses 100 ans le 9 décembre 2016 au Beverly Hills Hotel, entouré de sa famille et de deux amis de longue date, l'acteur Don Rickles et le réalisateur Steven Spielberg.

Kirk Douglas s'est marié deux fois : la première fois avec Diana Dill (née le 22 janvier 1923, divorcée en 1951 et morte le 3 juillet 2015) avec qui il a eu deux fils, l'acteur Michael Douglas et Joel Douglas ; la seconde fois en 1954 avec Anne Buydens (née le 23 avril 1919), avec qui il a eu également deux fils, le producteur Peter Vincent Douglas, né le 23 novembre 1955, et l'acteur Eric Douglas, né le 21 juin 1958 et mort le 6 juillet 2004 d'une surdose.

Il a sept petits-enfants (trois enfants de Michael Douglas, dont l’aîné Cameron Douglas est également acteur, et quatre enfants de Peter Douglas).

Il a une arrière-petite-fille (un enfant de Cameron Douglas, son petit-fils).

Kirk Douglas est mort le mercredi 5 février 2020, à l'âge de 103 ans, à Beverly Hills (USA, Californie).

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot for ever...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot for ever...
Brigitte Bardot for ever...
Brigitte Bardot for ever...
Brigitte Bardot for ever...
Brigitte Bardot for ever...
Brigitte Bardot for ever...
Brigitte Bardot for ever...
Brigitte Bardot for ever...
Brigitte Bardot for ever...
Brigitte Bardot for ever...
Partager cet article
Repost0

Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !

Publié le par Ricard Bruno

du côté de Washington on se préparait à envahir Cuba. À Moscou on levait les yeux au ciel en conditionnant Gagarine. À Paris le référendum sur l’autodétermination de l’Algérie rebattait les cartes, et à Berlin on commençait sérieusement à penser à un mur.

Nous étions en 1961 et la planète bouillonnait.

Heureusement, au milieu de tout ça, une autre agitation faisait aussi vibrer les foules. Une onde de choc légère qui parcourait la planète et allait toucher subitement l’Isère…

Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !
Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !

Premier soubresaut, le 3 février. Ce jour-là, « vive effervescence » à Villard-de-Lans annonce le Dauphiné Libéré. L’arrivée d’une équipe parisienne vient de le confirmer : la montagne va se transformer en plateau de cinéma. 55 cinéastes, une débauche de matériel, des dizaines de figurants appelés en renfort, c’est sûr, il va y avoir de l’animation.

Sur le plateau du Vercors, certains se souviennent encore d’un tournage précédent, au début des années 40'. Michèle Morgan avait alors fêté ses 19 ans sur place en tournant « La loi du Nord ». A quoi faut-il s’attendre cette fois ? Un grand film ? Un réalisateur connu ? Des stars ?

 


 

Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !

Encore quelques jours et le 5 février au matin, l’entrée d’un train en gare de Grenoble donne une première réponse. Arrivé avec trois heures de retard en provenance de Paris, de ses wagons descendent des dizaines de touristes pressés de monter en station. Et juste derrière la horde, un homme de grande taille.
Plus discret que les vacanciers, c’est pourtant lui que le photographe du Dauphiné mitraille. Roger Vadim vient de poser le pied en Isère.

Cinq ans plus tôt, il a demandé à Dieu de créer la femme et a fait trembler la planète cinéma. Alors quand en ce jour de février 1961, il déboule sur un quai de gare, l’onde de choc commence à se propager.

Car qui dit Vadim, dit…
Dit personne d’autre. Le réalisateur est seul. De bonne humeur, prêt à parler à la presse, mais sans star à ses côtés. Et avant de parler de son futur film, il a une priorité : boire un café au lait et manger un croissant.

 

Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !

Ceci fait, Roger accepte volontiers de répondre à quelques questions. Vadim a un problème : « C’est la première fois que je vais dans une station sans pouvoir faire du ski ». On est d’accord Roger, cela relève de la torture. Mais le réalisateur le sait, son producteur « ferait un drôle de tête » si il se cassait une jambe. Il y a peut-être quand même une solution. « Je vais prendre une assurance de 50 millions. C’est la seule solution pour pouvoir skier » conclut-il.

Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !
Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !

Car le ski, Vadim adore ça. « Savez-vous que j’ai appris à skier à Morzine avec Vuarnet ? » dit-il au journaliste du Dauphiné. « Il avait à l’époque six ans mais il skiait déjà d’une façon formidable ». Bon. L’anecdote intéresse la presse mais moins que le tournage qui se trame sur le Vercors. Car qui dit Vadim, dit…
Dit toujours rien, Vadim préfère tourner autour du pot.

Dans le train il a lu la presse. « Lorsque j’achète le journal, je lis les informations générales. Ce matin je voulais connaître tous les détails sur le nouveau satellite soviétique ». Oui, mais ce tournage alors ! ?
« Après la bride sur le cou, je mettrai en scène le vice et la vertu. Puis j’abandonnerai pour deux ou trois années. Je vais en profiter pour lire, je deviens complètement abruti. » D’accord, d’accord… mais le Vercors ? « Il va faire beau » décrète-t-il. « Chaque fois que je tourne en extérieur, le temps me sourit ». Mais sous le soleil exactement, qui va-t-il filmer ! ?

Car qui dit Vadim, dit…

Dit Brigitte !

Le prénom est enfin lâché, et le nom inutile. À l’époque Brigitte c’est BB, et BB c’est Bardot. La planète entière le sait et frémit à chacune de ses apparitions.

Et c’est bien cette onde de choc-là qui s’apprête à secouer Villard-de-Lans.

Brigitte donc, où est-elle ? « Elle a loupé le train » sourit Vadim. « Mais demain elle sera à Villard-de-Lans ». Il y tient, c’est pour elle qu’il a accepté de prendre le film "la bride sur le cou" en cours de route, alors qu’un autre réalisateur était prévu.

Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !

« Celle que je considère comme la meilleure actrice française, c’est Brigitte Bardot » dit-il. « Ne croyez pas que je la juge en tant qu’homme ou ex-mari, je l’apprécie comme metteur en scène ». C’est vrai qu’entre ces deux-là, le divorce n’a pas été complet. Elle n’avait que 16 ans quand il l’a rencontrée, 18 quand il l’a épousée en 1952. La romance a pris fin en décembre 1957 mais depuis, ils tournent encore ensemble.

L’onde de choc sera donc complète sur le Vercors : Vadim et Bardot seront bien là, ensemble.
À condition que Brigitte arrive…

 

Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !
Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !

Le lendemain, 6 février, nouvelles vibrations en gare de Grenoble. Sur le quai, comme la veille, un train en provenance de Paris arrive. Toujours la horde de touristes. Et juste après, BB.

Lunettes noires, manteau de fourrure, coiffure rousse impeccable, une vraie arrivée de star. De star sympathique. Brigitte est de bonne humeur et enlève volontiers ses lunettes le temps que le photographe du Dauphiné la mitraille, encore plus que Vadim la veille.

Lui était arrivé seul, elle est entourée comme toute star qui se respecte. Attachée de presse, habilleuse, coiffeuse… sont aux petits soins pour elle.

« C’est loin votre Villard ? » demande Bardot. Mais non, Brigitte, montez donc dans la voiture, vous allez voir, on y est vite.

 

Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !

Mais si le trajet est rapide, l’humeur d’une célébrité change tout aussi vite. Arrivée à Villard-de-Lans, BB a perdu son sourire. L’hôtel où on lui a réservé une chambre ne lui plaît pas. « Pas assez chalet » apprend le reporter du Dauphiné présent sur place.

Aussitôt demandé, aussitôt trouvé !

BB s’installe au « Christiana ». Pile le genre de maison qu’elle souhaitait. Du coup BB pose ses valises, installe ses photos dans sa nouvelle chambre et change de tenue. Après le manteau de fourrure et les talons aiguilles, fuseau, anorak et botillons noirs. Sur la neige blanche, effet chic assuré.

Problème, selon le journaliste du Dauphiné, son humeur est assortie à ses vêtements : noire aussi.

Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !

Pourtant ses hôtes font tout pour lui faire plaisir. Une tache au plafond de sa chambre ? Le peintre sort ses pinceaux dans la minute. Une envie de bain de soleil sur son balcon ? On lui rajoute une chaise longue dans la seconde. Brigitte aime les petits animaux en fourrure ? Et zou, les meubles de la chambre sont décorés en conséquence. Bouquets de roses pour toute son équipe, corbeille de lilas blanc offert par la petite fille du chalet… rien ne déride BB.

Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !

La fatigue sans doute ? Après un bon repas peut-être que l’humeur s’améliorera…

Direction donc la Cote 2000 pour un déjeune au restaurant d’altitude. BB refuse le canard à la bigarade. En revanche, les tomates au thon, le steak bleu et les spaghettis à la bolognaise font leur effet. À moins que ce ne soit la tomme, les tartelettes ou le rosé… Car oui, à cette époque, la mode n’est pas à la maigreur, les stars ont le droit de manger. De fumer aussi d’ailleurs.

Pour finir sa journée, Bardot tente un petit tour dans Villard. En quelques minutes la population est au courant et l’étau se resserre autour de la star. Prise de panique, elle est exfiltrée par une arrière-boutique. Bardot en pleurs ! Le scénario de sa visite n’avait pas prévu cela. Sa venue va-t-elle tourner à la catastrophe ? Mais non !

Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !

Vadim, revenu de ses repérages, met fin à la tragédie : « Demain, tout le monde à 10 heures sur la piste de bob. On tourne ! »  Suffisant pour redonner le sourire à BB.
« Moi j’aime travailler » murmure-t-elle à côté du journaliste du Dauphiné. « Je suis toujours heureuse lorsque j’exerce mon métier. Alors vive demain, ce sera jour de joie et vous verrez mon sourire ! »

Se sacrifiant pour vérifier cette information d’importance, notre journaliste est donc présent à nouveau le lendemain.

Et ? Bardot a effectivement retrouvé sa bonne humeur. En revanche, le ciel du Vercors, lui, s’est franchement assombri. Impossible pour Vadim d’obtenir ce qu’il veut dans ces conditions, journée de tournage annulée. Mais rassurez-vous, Brigitte ne pique pas de colère pour autant. Avec le reste de l’équipe, elle passe la journée tranquillement au restaurant de la Cote 2000.

Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !

Au programme, tricot et belote. Véridique ! Il faut dire que pour les acteurs, la punition est la même que pour le réalisateur : pas de ski, pas de partie de boules de neige, trop dangereux ! D’où le tricot et la belote.

Pendant ce temps à Villard, des petites mains se mettent en quatre pour faciliter le tournage.

Le scénario prévoit que BB tombe amoureuse d’un jeune sportif. Histoire de faire original, il y aura donc dans le film une course de bob. Voilà pourquoi Villard-de-Lans a été choisi. « En feuilletant un guide des stations d’hiver, nous avons découvert que vous possédiez une piste de bobsleigh renommée » a expliqué Lucien Lippens, le bras-droit de Vadim. Vadim qui voulait en plus une scène avec une avalanche. À Villard c’était possible aussi d’en reproduire une. Alors va pour le Vercors !

 

Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !
Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !

Mais pour que la piste de bob soit parfaite, il faut la verglacer. Les récipients qui d’habitude servent à collecter le lait des alpages sont donc réquisitionnés pour monter de l’eau. Et les habitants du coin se transforment en porteurs. Que ne ferait-on pas pour Brigitte !

De toute façon Brigitte est tellement irrésistible que l’onde de choc de sa venue finit aussi par chasser les nuages. Le 7 février au matin, grand soleil sur les Alpes, on tourne !

Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !

Pour la scène de bob, le champions locaux ont été réquisitionnés. L’équipe de Villard mais aussi les as voironnais. Pour les scènes à l’eau de rose, place aux vrais acteurs avec notamment Michel Subor. Enfin pour les plans sur la foule, pas de souci, les trois quarts des habitants sont là. Et au centre de l’onde de choc, BB évidemment…

Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !

BB qui est censée sauter dans un bob et s’élancer dans la pente. Pour la partie risquée, elle aura évidemment une doublure. Un jeune Villardien qui a été prié de mettre le même fuseau et le même petit bonnet. De quoi se faire légèrement moquer par ses camarades : « Vas-y Alain ! T’es chouette en BB. Vlà notre Bardot ! »

 

Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !

Mais Bardot doit quand même au moins sauter dans le bob. Alors Brigitte s’élance, saute… et jaillit à nouveau du bob en hurlant. Normal ou pas, se demandent les témoins ?

Pas normal. Drame sur le plateau du Vercors : BB vient de se planter une écharde dans le postérieur !

Suffisant pour que le médecin intervienne tout de suite. Mais pas si grave que ça. Le postérieur de BB se remet, et l’on reprend le tournage.

 

Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !

Les scènes prévues sont mises en boîte, ne reste que la fausse avalanche à déclencher. Ce sera fait le lendemain, sur les sommets de Saint-Nizier.

Mais à peine la tempête BB déclenchée… que le calme revient déjà. En deux petites journées, le tournage a été bouclé. Tout ça… pour 4 min de film.

Bardot sous le soleil du Vercors, exactement !

BB est venue, a vu et a vaincu la montagne. Les Isérois rêvent encore d’elle qu’elle repart déjà pour Paris, pour d’autres tournages ou d’autres chansons. Et d’autres ondes de choc évidemment.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Limousin : le premier sanctuaire pour éléphants « à la retraite » des cirques et des zoos va ouvrir ses portes

Publié le par Ricard Bruno

Dès cette année, à Bussières Galant dans le Limousin, un parc de 29 hectares accueillera les éléphants des cirques désormais de plus en plus interdits par les villes. Un havre de paix les attend pour une retraite bien méritée !

Alors que Paris interdit désormais les cirques avec des animaux sauvages, on est en droit de se demander ce qu’il adviendra des animaux des cirques ! Pour les éléphants, nous avons un début de réponse ! Le département de la Haute-Vienne accueillera bientôt le premier sanctuaire européen pour éléphants !

Ce parc de 29 hectares situé à Bussières Galant, au sud de Limoges, accueillera les pachydermes sauvés des cirques ou maltraités dans certains zoos. Situé dans le Parc Naturel Régional du Périgord-Limousin, il devrait permettre aux éléphants de vivre une retraite bien méritée et entourés ! Baptisé Elephant Haven (Le refuge des éléphants) devrait accueillir les premiers pensionnaires dès cette année.

Il n’est pas toujours possible de relâcher les animaux de cirque dans la Nature. Trop habitués à l’homme et parfois détenus dans de mauvaises conditions, le retour à la vie sauvage pourrait leur être fatal. Il faut donc des structures capables de les accueillir sur le long termeet de les soigner comme il se doit.

Un éléphant d’Afrique peut vivre jusqu’à 70 ans ! Ce sanctuaire financé en partie par la Fondation Brigitte Bardot veut sensibiliser les hommes à la misère de ces éléphants. Bien sûr, tous les cirques ne maltraitent pas les animaux mais défiler devant un public reste contre la nature animale !

Des professionnels au service des éléphants

Elephant Haven sera dirigé par Tony Verhulst et Sofie Goetghebeur, deux anciens soigneurs du Zoo d’Anvers spécialisés dans les pachydermes. Ils souhaitent offrir à leurs protégés une « maison de retraite » pour couler des jours paisibles.

Ils espèrent également pouvoir les resociabiliser et les relâcher quand ce sera possible et dénué de tout danger pour l’animal. Ce lieu devrait être ouvert au public, dans l’espoir de le sensibiliser au respect de l’animal, de son environnement. Mais également pour sensibiliser plus largement au bien-être animal. La construction du sanctuaire est déjà en cours de réalisation, mais il est possible de les soutenir via plusieurs réseaux de crowdfunding ou en faisant un don directement au parc ! Une première européenne en France pour la protection des éléphants ! En voilà une super nouvelle !

 

Histoire d'une chanson : Brigitte Bardot, « La Madrague »

Publié le par Ricard Bruno

Histoire d'une chanson : Brigitte Bardot, « La Madrague »

Interprétée par Brigitte Bardot en 1963, "La Madrague " reflète parfaitement l'image de l'actrice babydoll. Inspiré du nom de la maison de la jeune femme à Saint-Tropez, elle la chante pour la première fois dans une émission qui lui est consacrée : "Bonne année Brigitte".

Emblématique de l'image reflétée par B.B dans les années 60, "La Madrague" rend hommage à la vie au bord de la Méditerranée. Il y est question de soleil, de mer et de vent. Langueur, légèreté, détachement et sensualité résument l'état d'esprit de ces paroles. De son côté, la mélodie est minimaliste et ponctuée du phrasé si particulier de l'actrice. Chaque année depuis la sortie du titre, "Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés" renait et se voit entonné une fois les températures estivales débarquées dans le sud de la France.

Ecrite par Jean-Max Rivière et composée par Gérard Bourgeois, la chanson marque un tournant dans la carrière musicale de Brigitte Bardot. Désormais, elle souhaite rencontrer Serge Gainsbourg afin qu'il lui écrive des titres à interpréter. Ce sera le cas dès 1967. L'auteur, compositeur et interprète permettra à la jeune femme de rencontrer un réel succès. "Harley Davidson" et "Bonnie & Clyde" deviendront en peu de temps des tubes mondiaux. De quoi contribuer à faire de la jeune actrice française une égérie mondiale. Symbole de l'émancipation féminine, elle est la muse des plus grands artistes.

En 1973, pourtant, ses fans sont sous le choc : Brigitte Bardot décide de mettre un terme à sa carrière pour se consacrer à la défense des animaux. Qu'ils se rassurent, car cela fait désormais 50 années qu'ils entonnent toujours "La Madrague", en bord de mer, à Saint-Tropez .

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0