Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

brigitte bardot

"Larmes de combat", le livre "testamentaire" de Brigitte Bardot pour les animaux...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot caresse une chèvre, le 3 février 1975 sur Antenne 2, dans une émission dédiée aux animaux

Dans son nouveau livre "Larmes de combat" qui sort jeudi, Brigitte Bardot, icône du cinéma français, raconte son combat pour les animaux qui l'ont "sauvée" du vertige des feux de la rampe, et plaide pour "un avenir commun" à tous les êtres vivants.

"Ce texte testamentaire portera à jamais ma conviction, mon abattement et mes espérances" et constitue "mon legs", assure "BB", âgée de 83 ans, dans ces confessions à paraître jeudi chez Plon. "Je n'écrirai plus jamais d'autres livres", avait-elle assuré il y a quelques jours à l'AFP.

"Je ne fais pas partie de l'espèce humaine. Je ne veux pas en faire partie"

Dans cet ouvrage de près de 250 pages, Brigitte Bardot évoque son enfance, ses années sur les plateaux de tournage, la célébrité, ses amours, sa rupture brutale avec le cinéma en 1973, son cancer du sein. Mais surtout, le "mythe vivant", comme elle se qualifie, revient longuement sur "le sens de (son) combat" pour ses amis à plumes et à poils et "l'animal que je suis".

"Je ne fais pas partie de l'espèce humaine. Je ne veux pas en faire partie. Je me sens différente, presque anormale", explique l'ancienne actrice.

"Enfant, je savais, je pressentais être un animal"

La star, qui a crevé l'écran en 1956 à 22 ans dans le film "Et Dieu créa la femme", dit avoir toujours été sensible à la cause animale. "Enfant, je savais, je pressentais être un animal." Son premier mari, Roger Vadim, lui a ouvert les yeux sur les conditions de mise à mort dans les abattoirs, relate-t-elle. Son changement radical de vie en 1973 lui a ensuite permis de se consacrer entièrement à son "combat pionnier" et souvent mal compris.

"Ma première partie de vie fut comme le brouillon de mon existence", quand la deuxième a apporté "les réponses aux questions que je me posais jusque-là".

À travers de nombreux souvenirs et anecdotes, Bardot retrace sa lutte pour les bébés phoques, la création de sa fondation et s'en prend pêle-mêle à la corrida, la chasse, les zoos, l'élevage industriel, la fourrure ou encore la consommation de viande de cheval dont elle espère voir l'abolition "avant (sa) mort".

Déçue par Nicolas Sarkozy et Nicolas Hulot

Elle fustige aussi Nicolas Sarkozy et Nicolas Hulot, deux "grandes déceptions" politiques sur la protection des chevaux et l'abattage des loups. La militante, végétarienne, répète que "l'animal (l)'a sauvée" d'une célébrité étouffante et que les bêtes qu'elle recueille dans sa maison de La Madrague à Saint-Tropez, où elle vit retranchée depuis de nombreuses années et où elle souhaite être enterrée, constitue sa "famille proche".

Pour autant, BB n'oublie pas ses anciennes amours, notamment Serge Gainsbourg, ses amitiés, comme avec Marguerite Yourcenar, arrivée chez elle un jour "trempée comme une soupe avec un parapluie et des bottes" et les proches qui l'entourent, tel son mari Bernard d'Ormale.

BB assure "n'avoir jamais demandé à personne d'être raciste"

Bardot revient aussi sur les polémiques qu'elle a créées en refusant sa grossesse et son fils Nicolas et par ses propos sur l'immigration. À propos de son fils, elle assure que "la relation s'est normalisée".

Concernant ses cinq condamnations pour incitation à la haine raciale, elle dit n'avoir "jamais demandé à personne d'être raciste et je ne pense pas nourrir de haine raciale". Elle assure seulement s'opposer à l'égorgement à vif pratiqué lors des abattages rituels chez les juifs et les musulmans.

Ces condamnations visaient pourtant des propos contre la population musulmane qui selon elle "nous détruit, détruit notre pays en imposant ses actes", ou encore contre "des clandestins ou des gueux (qui) profanent et prennent d'assaut nos églises pour les transformer en porcheries humaines".

Par ailleurs, Brigitte Bardot avoue sa "peur de la mort" et trouver refuge dans son "rapport personnel avec la Sainte Vierge". Elle espère laisser le souvenir d'une femme qui aura levé le tabou de "l'humanité animale, de l'animalité humaine" et plaide pour "un avenir commun" à tous les êtres vivants. "Mon passage sur Terre n'aura donc pas été vain. Et mon âme sera enfin en paix."

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Je continue à préférer Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

Il y a quelques années, invité dans les Grandes Gueules à la suite de la publication d'un livre, j'avais eu droit, de la part des excellents Marschall et Truchot, à un questionnaire auquel j'avais répondu avec un mélange de sincérité et de provocation.

Résultat de recherche d'images pour "brigitte bardot animaux"

 

Qu'a donc proféré BB de si intolérable par rapport aux pensées correctes et bienséantes concernant le féminisme, de quelle abstention quasiment criminelle s'est-elle rendue coupable ?

 

Elle a bien précisé que son propos ne se rapportait pas à toutes les femmes mais seulement aux actrices. On peut la créditer d'une certaine connaissance de ce milieu.

 

Elle osait avancer que des actrices "allumaient" les producteurs et qu'après pour faire bien, elles se plaignaient de harcèlement.

Elle dénonçait ce qui lui apparaissait comme un jeu "ridicule, hypocrite et sans intérêt", au regard de sujets bien plus importants, et soulignait qu'elle n'avait jamais confondu les compliments flatteurs et même osés sur sa beauté allant jusqu'à "un joli petit cul" - avec du harcèlement dont elle n'avait jamais été victime.

 

Bien sûr c'est BB et on veut bien présumer que son caractère, sa personnalité et son incroyable gloire durant plusieurs années la plaçaient dans un statut privilégié, totalement à part. Il n'empêche qu'aussi radicale et globale que soit sa charge, elle fait du bien. On a besoin d'esprits libres et d'âmes bien trempées, on aspire à une résistance de la part de ceux qui peuvent se la permettre et parfois en font preuve. On a besoin d'une Brigitte Bardot qui, aussi détestable qu'elle puisse apparaître à certains, nous console pourtant de la mièvrerie humaniste chronique d'une Marlène Schiappa. Dont les injonctions doucement totalitaires donneraient presque absurdement l'envie de les fuir.

 

Je prends mes risques mais si j'étais confronté à cette alternative qui vaut bien celle par laquelle j'ai commencé, je n'en démordrais pas. Je continuerais à préférer Brigitte Bardot à Marlène Schiappa - la femme dans sa nature, sa liberté et sa vérité plutôt que la femme devenue une cause politique.

 

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot : sa jolie décla­ra­tion à Alain Delon...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot : sa jolie décla­ra­tion à Alain Delon...

 "on est les deux derniers monu­ments histo­riques du XXe siècle encore -vivants! "

Entre Alain Delon et Brigitte Bardot, la même beauté, un certain goût pour la polé­mique. Entre les deux monstres sacrés, un lien indé­fi­nis­sable.

A Brigitte Bardot, 83 ans, publie le 25 janvier Larmes de combat, un livre «  testa­men­taire  » portant ses convic­tions pour la défense des animaux. Reti­rée dans sa maison de Saint-Tropez, la comé­dienne a donné à notre consoeur Annick Cojean du Monde une longue inter­view. L'occa­sion pour celle qui, ces dernières années vit reti­rée du monde de parler d'elle, des hommes de sa vie, de son fils, de son statut d'actrice.

 

Si les poli­tiques ne trouvent guère grâce à ses yeux et si elle ne pardonne pas à Cathe­rine Deneuve de porter de la four­rure, la comé­dienne a des mots emprunts de tendresse pour Alain Delon, un autre écor­ché vif. « Alain, c'est un animal. Sauvage et soli­taire. Notre amitié est tardive, mais puis­sante », et de pour­suivre. On se comprend au moindre mot. Il est en homme ce que je suis en femme. Je lui ai dit récem­ment : on est les deux derniers monu­ments histo­riques du XXe siècle encore -vivants! Et c'est vrai que nous incar­nons le -cinéma qui a fait rêver des géné­ra­tions. Mais c'est fini. Il n'y a pas de nouveau Delon parmi les nouveaux acteurs français. Barbus, chauves, mal frin­gués… On se demande où sont passés les gènes de la beauté!"

« Une amitié à vie me lie à Bardot », avait déclaré Delon à Paris Match en 2013 pour expliquer leur rela­tion. A l'occa­sion de ses 80 ans, BB lui avait adressé une très jolie lettre. « Tu es le symbole vivant du chef d'oeuvre que la France a produit durant ce siècle que nous avons traversé ensemble », écri­vait Bardot, dans une lettre manus­crite « Tu es cet aigle à deux têtes, le ying et yang, le meilleur et le pire, qui te rend à la fois inac­ces­sible et si proche, froid et brûlant », ajoute-t-elle. « Tu portes en toi la beauté, le courage, l'élégance, la puis­sance qui ont fait de toi l'immense star inter­na­tio­nale jamais égalée, ni rempla­cée », estime-t-elle. « Tu mérites respect et admi­ra­tion, mais aussi l'amour, la chaleur, la compli­cité que je partage avec toi depuis toujours."

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot : comment le person­nage de Blanche Neige a trans­formé sa vie...

Publié le par Ricard Bruno

« Vivre dans une petite maison, au milieu d’une multi­tude d’ani­maux »

Brigitte Bardot : comment le person­nage de Blanche Neige a trans­formé sa vie...

À l’oc­ca­sion de la sortie de son livre “testa­men­taireLarmes de combat, Brigitte Bardot s’est confiée à la Mati­nale du Monde, évoquant tour à tour son enga­ge­ment sans failles pour les animaux et son isole­ment dans sa Madrague tropé­zienne. Un mode de vie peu conven­tion­nel qui puise ses origines auprès d’un dessin animé : Blanche Neige.

À 83 ans, Brigitte Bardot est un mythe vivant. Le dernier sans doute. Un titre qu’elle acquiert avec le film de Roger Vadim, Et Dieu… créa la femme, en 1956. Promise à une grande carrière, elle met pour­tant un terme à ses années cinéma alors qu’elle n’a que 38 ans. “Certains ont cru à un caprice, d’autres m’ont prise pour une cinglée. Je m’en foutais. Ma déci­sion était irré­ver­sible”, se souvient-elle. Depuis, celle que toutes les femmes enviaient et que tous les hommes rêvaient de conqué­rir, vit recluse dans sa villa de Saint-Tropez où elle mène le plus grand combat de sa vie : la lutte pour la protec­tion du règne animal. “Fini la futi­lité et ce monde de faux-semblants qui m’avait rendue si malheu­reuse pendant toutes ces années (…) C’est la plus belle déci­sion de ma vie”.

n 1986, elle crée la Fonda­tion Brigitte Bardot. Depuis, si ses appa­ri­tions publiques se font rares, elle ne manque jamais une occa­sion de prendre la parole à ce sujet. Que ce soit pour dénon­cer l'horreur de la corrida ou secou­rir les renards, l’an­cienne actrice donne régu­liè­re­ment de la voix pour faire entendre les droits de la biodi­ver­sité.

B.B. et les animaux une grande histoire d’amour qui trou­ve­rait ses origines auprès d’un grand clas­sique Disney. “J’étais toute petite lorsque j’ai vu le film Blanche-Neige, les yeux émer­veillés, je crois que ce rêve n’a cessé de me porter. Vivre dans une petite maison, au milieu d’une multi­tude d’ani­maux… Au fond, c’est un peu ce que je fais aujourd’­hui”. Celle qui se “sent animale” et qui “rejette l’es­pèce humaine”, a, semble-t-il, trouvé chez ce person­nage la force de mener la vie qu’elle enten­dait.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Sauvetage d’urgence d’une centaine de chevaux en Vendée !

Publié le par Ricard Bruno

Une centaine de chevaux détenus par un éleveur à Challans, en Vendée, sont actuellement secourus ce lundi 22 janvier 2018 par la Fondation 30 Millions d’Amis, la Fondation Brigitte Bardot et la SPA.

A la suite d’un signalement, la Fondation 30 Millions d’Amis intervient en présence de la gendarmerie, de la DDPP du 85, de l'IFCE, de la Fondation Brigitte Bardot et de la SPA, pour la prise en charge d'une centaine de chevaux au sein d’un élevage à Challans, en Vendée (22/01/2018).

Ces équidés y vivent dans des conditions pitoyables : ils pataugent au milieu de leurs excréments sur un terrain exigu. Ils n’ont pas non plus d’abri pour se protéger des intempéries.

Affamés et assoiffés, certains sont blessés et la plupart ne dispose pas des soins les plus élémentaires. Pire encore, plusieurs cadavres ont été retrouvés sur place d’où l’extrême urgence de cette intervention.

Une situation qui dure…

« Les mauvais traitements infligés à ces animaux sont connus depuis des années… Encore une fois, je m’étonne que les autorités mettent si longtemps avant d’intervenir ! Aujourd’hui, l’essentiel est de retirer tous ses chevaux à cet éleveur pour l’empêcher de recommencer et tenter de les mettre hors de danger », explique Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis.

Malheureusement, dans des cas comme celui-ci, la Fondation 30 Millions d’Amis ne peut intervenir que sur demande des services de l’État, qui autorise la prise en charge des animaux.

Les chevaux confiés à la Fondation 30 Millions d’Amis seront placés dans des pensions partenaires. Ils y seront soignés et réalimentés progressivement.

Merci à tous les donateurs de la Fondation sans qui tous ces sauvetages seraient impossibles ! Ne l'oubliez pas, c'est grâce à votre générosité que nous pouvons également venir en aide aux animaux détenus dans des conditions déplorables. Pour continuer nos actions, nous comptons sur vous : faites un don.

Les chevaux seront transférés vers des pensions partenaires de la Fondation.

Les chevaux seront transférés vers des pensions partenaires de la Fondation.

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot : Exposition de 2009 à Boulogne Billancourt

Publié le par Ricard Bruno

Ces affiches n'avaient pas été retenues pour l'exposition Brigitte Bardot de 2009 et 2010 à Boulogne Billancourt

Bruno Ricard

Brigitte Bardot : Exposition de 2009 à Boulogne Billancourt
Brigitte Bardot : Exposition de 2009 à Boulogne Billancourt
Brigitte Bardot : Exposition de 2009 à Boulogne Billancourt
Brigitte Bardot : Exposition de 2009 à Boulogne Billancourt
Brigitte Bardot : Exposition de 2009 à Boulogne Billancourt
Brigitte Bardot : Exposition de 2009 à Boulogne Billancourt
Brigitte Bardot : Exposition de 2009 à Boulogne Billancourt
Brigitte Bardot : Exposition de 2009 à Boulogne Billancourt
Brigitte Bardot : Exposition de 2009 à Boulogne Billancourt
Partager cet article
Repost0

Sarkozy, Hulot, Mélenchon ... Brigitte Bardot dézingue la classe politique

Publié le par Ricard Bruno

Sarkozy, Hulot, Mélenchon ... Brigitte Bardot dézingue la classe politique
Brigitte Bardot dénonce l'inertie de la classe politique. 

Brigitte Bardot en assez de la classe politique. Dans un entretien accordé au Monde, l'icône du cinéma français dézingue pêle mêle Nicolas Sarkozy, Nicolas Hulot, le Front National et Jean-Luc Mélenchon. "Les politiques ont un portefeuille et un fichier d’électeurs à la place du cœur", résume-t-elle. 

Au cours de cette interview, elle confirme d'ailleurs qu'elle ne soutiendra plus jamais une personnalité politique. Elle raconte avoir été déçue par toutes les hommes politiques en qui elle a accordé sa confiance. "Même Nicolas Hulot, en qui j’avais mis tant d’espoirs et dont la première décision de ministre a été d’autoriser l’abattage de 40 loups. Cela m’a plongée dans une détresse indicible… Je lui ai écrit en le traitant de tous les noms", raconte-t-elle.

"Je juge les politiques à l'aune de ce qu'ils proposent pour la cause animale"

Critiquée ces dernières années pour son engagement auprès du Front National, Brigitte Bardot a tenu à rectifier le tir, précisant: "Je juge les politiques à l'aune de ce qu'ils proposent pour la cause animale. C'est aussi simple que ça". Une position qui explique aussi ses soutiens successifs à Valéry Giscard d'Estaing, Jacques Chirac, Lionel Jospin et enfin Nicolas Sarkozy.

Elle ajoute: "J'ai eu un espoir insensé quand le Front national a fait des propositions concrètes pour réduire la souffrance animale. Mais j'ai aussi sollicité Mélenchon en le félicitant d'être végétarien et d'avoir un projet contre les abattoirs", précise-t-elle. Brigitte Bardot concède cependant avoir été déçue par les deux partis. 

Même son de cloche pour Nicolas Sarkozy: "[il m'a] fait mille promesses. Rien n’a bougé ! Notre pays laïc est l’un des derniers Etats européens à permettre l’égorgement rituel des animaux en toute conscience. C’est écœurant", conclut celle qui souhaite supprimer la chasse à cour.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot veut être enterrée dans son jardin de la Madrague à St Tropez

Publié le par Ricard Bruno

Dans une interview au journal Le Monde, l'ancienne actrice révèle qu'elle a obtenu le droit de reposer à sa mort dans son jardin.

Brigitte Bardot en 1994

Brigitte Bardot en 1994

C'est une longue confession livrée au journal Le Monde (article réservé aux abonnés), quelques jours avant la sortie de son livre "testamentaire", Larmes de combat (Plon). Retirée dans sa maison à St Tropez, Brigitte Bardot affirme qu’après sa mort, la Madrague deviendra un musée. "Moyennant deux ou trois euros, qui alimenteront les caisses de la fondation, le public pourra visiter ma maison de pêcheurs qui sera laissée dans son jus", dit-elle en assumant "le côté lieu pèlerinage".

Un petit coin proche de la mer

Âgée de 83 ans, BB veut également être enterrée dans son jardin. "J’ai choisi un petit coin, proche de la mer, qui a été entériné par les autorités", explique-t-elle.  Brigitte Bardot a pris ses dispositions même si elle précise qu'elle n'est pas pressée. "Mais je préfère reposer là que dans le cimetière de Saint-Tropez, où une foule de connards risquerait d’abîmer la tombe de mes parents et de mes grands-parents. Je veux qu’on leur foute la paix !".

Les animaux lui ont sauvé la vie

L'ancienne actrice évoque aussi longuement son engagement pour la cause des animaux. "Sans eux, je me serais suicidée, dit-elle. Ma vie ne plaisait pas. La vouer aux animaux a tout changé. Eux ne m’ont jamais déçue". En 1973, Brigitte Bardot avait mis fin à sa carrière au cinéma. Elle avait alors 38 ans. 

Le livre de Brigitte Bardot, Larmes de combat (Plon) sortira le 24 janvier prochain.

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Brigitte Bardot veut être enterrée dans son jardin de la Madrague à St Tropez
Partager cet article
Repost0

Paul Bocuse, pape de la gastronomie française, est mort à l'âge de 91 ans

Publié le par Ricard Bruno

Paul Bocuse, pape de la gastronomie française, est mort à l'âge de 91 ans

Il est le ponte de la gastronomie française. Paul Bocuse est décédé ce samedi 20 décembre à l'âge de 91 ans. "Ce héros de la gastronomie française a construit un empire autour d’une cuisine de terroir, puisant ses racines dans la simplicité et la générosité", peut-on lire sur le site de Paul Bocuse.

Il avait reçu dans son établissement Brigitte Bardot...

Je sais certains vont me dire mais BB porte de la fourrure...et comme le dit si bien BB..."il n'y a que les cons qui ne changent pas d'avis"...

Bruno Ricard 

Partager cet article
Repost0