Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

1325 articles avec brigitte bardot

Brigitte Bardot et Simone Veil...

Publié le par Ricard Bruno

Simone Veil en 1975 en train d'interviewer Brigitte Bardot : lavalliere, imprimé vintage et chignon sur le côté,

Simone Veil en 1975 en train d'interviewer Brigitte Bardot : lavalliere, imprimé vintage et chignon sur le côté,

Un jour, une histoire - Simone Veil, l'instinct de vie

Le 30 06 2017 à 20h55 sur France 2

Le journaliste retrace le parcours de Simone Veil à travers les lieux qui ont marqué sa vie : Auschwitz, les prisons françaises, l'Assemblée nationale... Celle qui fut la ministre de la Santé à l'origine de la loi IVG -loi relative à l'interruption de grossesse volontaire du 17 janvier 1975- et devint la première présidente du Parlement européen en 1979 fait partie des personnalités préférées des Français. Des témoignages de ses trois fils, de ses petits-enfants, de ses collaborateurs et de l'ancien président Valéry Giscard d'Estaing, permettent de mieux la connaître.

 

http://www.programme.tv/c14623679-un-jour-une-histoire/simone-veil-l-instinct-de-vie-84507526/

Dessin au crayon par Hervé Le Fur

Dessin au crayon par Hervé Le Fur

Brigitte Bardot et Simone Veil...

Partager cet article

Repost0

Quarante chats dans un F3 : la Fondation Brigitte Bardot intervient

Publié le par Ricard Bruno

Quarante chats dans un F3 : la Fondation Brigitte Bardot intervient

Les faits peuvent faire penser au dessin animé de Walt Disney “Les 101 Dalmatiens”… avec des chats. Malheureusement, on est aussi loin du conte de fées.

Ce mardi après-midi, dans une résidence de logements sociaux, à Maurecourt, des représentants de la Fondation Brigitte Bardot ont fait le déplacement, accompagnés d’une vétérinaire de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) (anciennement Direction des services vétérinaires) des Yvelines et de la police municipale.

Le but : recueillir la dizaine de chats restants dans le F3 occupé depuis quinze ans par une mère de famille avec ses trois adolescents. La famille est sous le coup d’une procédure d’expulsion, pour cause de loyers impayés. S’ajoutent les importantes nuisances provoquées par le grand nombre de chats non seulement dans l’appartement mais dans les parties communes de l’immeuble.

“La personne laissait les chats avec la litière non nettoyée sur le palier et les chats faisaient leurs besoins un peu partout, déplore la vétérinaire. Pour les voisins, c’était devenu insupportable.”

Les premières plaintes remontent à environ trois semaines. La DDPP s’est déplacée une première fois il y a plus de quinze jours.  “Vingt chatons ont déjà été récupérés par le refuge du Chesnay, informe la vétérinaire  Il reste onze femelles et six chats à récupérer.”

“On s’est vite retrouvé débordés”, admet l’aîné des enfants, âgé de 21 ans. C’est lui qui a accueilli les membres de la Fondation et de l’administration dans l’appartement ce mardi après-midi. La maman, une femme de 43 ans, sans emploi, se trouvait chez ses parents à ce moment-là.

“Elle considérait ses chats comme ses enfants, confie la vétérinaire. Pour elle, se séparer de ses chats est un déchirement. Au départ, elle avait recueilli trois chats dans la rue, deux femelles et un mâle et il est arrivé ce qui devait arriver… Il y en a eu jusqu’à une centaine. Il y a deux mois, la locataire a mis tous les mâles (non stérilisés) dehors ne gardant que les femelles chez elle.”

Toutes les femelles ont pu être récupérées et seront rapatriées au refuge de la Fondation, la Mare Auzou, près de Bernay dans l’Eure. “Tous les animaux feront l’objet d’un check-up de santé, détaille Agnès, responsable de l’opération pour le compte de la Fondation Brigitte Bardot. Ils seront stérilisés, vaccinés, pucés. Ensuite, nous leur laisserons un temps d’adaptation pour pouvoir juger leur comportement. Puis, nous les proposerons à l’adoption. C’est le fils de la locataire qui signera la déclaration d’abandon volontaire des chats.”

Les six mâles, livrés à eux-mêmes à l’extérieur, devront sans doute être ramassés par la fourrière animale ultérieurement.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

La Fondation Bardot récupère 37 poneys en souffrance à Gournay-en-Bray

Publié le par Ricard Bruno

La Fondation Bardot récupère 37 poneys en souffrance à Gournay-en-Bray

Gournay-en-Bray. La Fondation Brigitte Bardot est intervenue hier, sur réquisition de la préfecture, pour récupérer 37 poneys dans une pâture.

    « Nous avons été réquisitionnés, pour défaut de propriétaire, par la préfecture, explique Aline Maatouk, chargée de mission équidés à la Fondation Brigitte Bardot.

    Suite de l'article et source : cliquez ICI

     
     
    Mute
     
    Current Time 0:00
    /
    Duration Time 0:00
    Loaded: 0%
     
    Progress: 0%
    Stream TypeLIVE
    Remaining Time -0:00
     
    Playback Rate
    1
      Chapters
      • Chapters
      Subtitles
      • subtitles off
      Captions
      • captions settings
      • captions off
       

      Partager cet article

      Repost0

      Brigitte Bardot : Lettre à Nicolas Hulot...

      Publié le par Ricard Bruno

      Brigitte Bardot : Lettre à Nicolas Hulot...

      Partager cet article

      Repost0

      Législatives en Hauts-de-Seine, 9e circonscription : Bruno Ricard, Brigitte le rend Bardot

      Publié le par Ricard Bruno

      Bonjour

      Je découvre à l'instant même cette interview que j'ai donné, il y a cependant quelques petites erreurs qui se sont glissées je pense dû à la retranscription de mes déclarations lors de mon interview...

      Précisions :

      Je ne suis pas ancien journaliste mais "correspondant de presse" il y a une petite différence.

      Pour ce qui es des bobines de films (plus de 280) c'est un lot exceptionnel, dont beaucoup d'inédit sur Brigitte qui englobe pour la plupart de ces bobines des "rushs" pour certains qui dure plus de 30 minutes en 35MM sonore, il y a vraiment de petites merveilles...il faut que ces bobines soient nettoyées, puis mis en format numérique, j'y travaille actuellement avec un grand spécialiste dans ce domaine, mais c'est long...

      Pour ce qui est de la voiture devant chez moi (mdr) je n'ai jamais reçu Pamela Anderson à la maison, je l'ai rencontré à plusieurs reprises mais jamais chez moi.


      Pour ma campagne aux législatives, j'ai tracté sur les marchés de Boulogne Billancourt...Je n'ai jamais dit que Marie Laure-Gaudin ne vivait que de la politique mais qu'elle se donnait à fond dans ses fonctions de maire adjoint à la ville de Boulogne Billancourt auprès du maire Mr Pierre Christophe-Baguet...


      Très belle journée

      Bruno Ricard

      Législatives en Hauts-de-Seine, 9e circonscription : Bruno Ricard, Brigitte le rend Bardot

      De l’alcool, il n’a pas que le nom. Bruno Ricard, candidat aux législatives à Boulogne-Billancourt, dans la 9ème circonscription des Hauts-de-Seine, est membre de la famille Ricard, deuxième groupe mondial dans la vente des vins, spiritueux et alcools en tout genres. Il vit dans la commune, dans un petit pavillon intégré au musée Paul Belmondo et se présente sous l’étiquette Alliance Écologiste Indépendante. Pieds nus, bermuda kaki et chemise au col ouvert, il est loin de ressembler aux hommes politiques habitués aux médias dans leurs costards impeccables. Bruno Ricard a l’air d’un ancien explorateur, le visage curieux de ceux qui aiment voyager. Ancien journaliste, il se dédie maintenant à son cheval de bataille, la cause animale « qui n’est pas du tout représentée. Il n’y a aucun politique qui en parle ».

      Bruno Ricard a une autre passion : Brigitte Bardot, qui est aussi une amie très proche. Dès l’entrée de la maison, le ton est donné : « BB » s’affiche sur tous les murs, dans tous les formats, noir et blanc, couleur, en dessin ou en photo. Contre les escaliers qui mènent à l’étage, trois immenses piles de vieux films dans leurs boitiers : des heures de vidéos de Brigitte Bardot, interviews en tout genres et films inédits. Un butin à 10 000 euros. Idem dans le salon, tout aussi encombré de pièces de collections inestimables à ses yeux. « En tout, j’ai environ 300 000 pièces de collections qui s’entassent dans toute la maison », dont une à même le corps : un tatouage du visage de BB sur son bras gauche.

      Animal politique

      Dans la pièce principale à la gloire de Brigitte Bardot, Bruno Ricard allume une cigarette et parle de son engagement. « Je travaille avec la fondation Brigitte Bardot depuis des années. Je gère aussi un blog relayant des actualités sur la cause animale. J’ai deux pages Facebook, dessus je parle des animaux mais des politiques aussi. Je les dézingue quand ils merdent. Je m’en fous, je l’ouvre ».

      Les ennemis, Bruno Ricard s’en fiche : il a assez d’amis précieux sur lesquels compter. « J’ai un carnet d’adresses que beaucoup m’envient ». Brigitte Bardot bien sûr, mais aussi Paul Watson, le fondateur de Greenpeace, les membres de l’association L214 qui dénoncent la maltraitance animale dans des vidéos chocs, et des personnalités du monde musical et cinématographique. Invité au quatre coins du monde, il est interviewé par les plus grands magazines. « Un jour, une voiture se gare devant chez moi. Je vois des grandes jambes en sortir, et là : Pamela Anderson », affirme-t-il.

      Sur le canapé, sa chienne s’est endormie et ronfle fort. « Je l’ai récupérée en Espagne, elle était malade et allait être euthanasiée ». Quand on aborde la politique, Bruno Ricard devient virulent :  « La première fois que je me suis présenté à Boulogne, je n’ai fait aucune affiche, je n’ai compté que sur mon nom. Les gens me connaissent, savent qui je suis. Et ils savent que ce que je dis, je le fais. Les politiques, ils te claquent le bécot, mais derrière s’ils peuvent t’enfoncer, ils le feront, ils en ont rien à secouer de ta gueule ».

      Pour sa campagne, il ne tracte pas mais prévoit de le faire à la dernière minute. Il n’a pas d’assistants, ni de communicants. « Je suis pas comme Pierre-Christophe Baguet,(ndlr : le maire de Boulogne) pas comme Thierry Solère (ndlr : le député LR sortant). Eux, ce sont des communicants ». Quant au conflit qui oppose Thierry Solère à Marie-Laure Godin, candidate (LR) dissidente soutenue par le maire, il n’en pense rien, si ce n’est que « Marie-Laure Godin est quelqu’un de très bien ». « J’ai beaucoup d’estime pour elle. Elle vit uniquement de la politique, elle n’a jamais voulu faire autre chose ».

      S’il est élu député de sa circonscription, Bruno Ricard voudrait faire passer une loi amplifiant les peines contre les bourreaux d’animaux ou encore interdire la tauromachie en France. Pour lui, toutes les propositions sont bonnes. « Je suis ouvert à tout, moi. Sauf à la connerie humaine ».

      Asmaa Boussaha

      Source de l'article : Cliquez ICI

      Le Blog de François Bagnaud à repris cette information : Cliquez ICI

      Législatives en Hauts-de-Seine, 9e circonscription : Bruno Ricard, Brigitte le rend Bardot
      Législatives en Hauts-de-Seine, 9e circonscription : Bruno Ricard, Brigitte le rend Bardot
      Législatives en Hauts-de-Seine, 9e circonscription : Bruno Ricard, Brigitte le rend Bardot
      Législatives en Hauts-de-Seine, 9e circonscription : Bruno Ricard, Brigitte le rend Bardot
      Législatives en Hauts-de-Seine, 9e circonscription : Bruno Ricard, Brigitte le rend Bardot
      Législatives en Hauts-de-Seine, 9e circonscription : Bruno Ricard, Brigitte le rend Bardot

      Partager cet article

      Repost0

      Près de 10 000 animaux vont être abattus pour la fête de viande de chien en Chine... la Fondation Brigitte Bardot scandalisée

      Publié le par Ricard Bruno

      Près de 10 000 animaux vont être abattus pour la fête de viande de chien en Chine... la Fondation Brigitte Bardot scandalisée

      Ce mercredi, la plus célèbre fête de viande de chien a ouvert comme prévu en Chine, malgré l'opposition de défenseurs des animaux, comme la fondation Brigitte Bardot, et des rumeurs d'interdiction de l'événement par les autorités.

      Cette fête gastronomique a lieu tous les ans dans la ville de Yulin (sud) lors du solstice d'été le 21 juin.

      Des carcasses jaunies sur les étals, du chien en ragoût ou sauté... Ce mercredi, dans les rues de Yulin, des bouchers débitaient librement des morceaux de viande canine et la faisaient sauter dans des woks, ces grandes poêles utilisées dans la cuisine chinoise.

      Plus de 10.000 canidés sont généralement abattus lors de cette fête, dans des conditions dénoncées comme cruelles par les défenseurs des animaux, avec des chiens battus à mort, voire ébouillantés vivants.

      "des actes de barbarie"

      Selon Humane Society International, entre 10 et 20 millions de canidés sont tués annuellement en Chine pour être mangés. La consommation de chien n'y est pas illégale, mais reste extrêmement minoritaire et suscite une opposition croissante. 

      La fondation Brigitte Bardot s'en est également émue sur Facebook ce mercredi, dénonçant notamment "des actes de barbarie" et évoquant un "festival de la honte".

      Source de l'article : Cliquez ICI

      Partager cet article

      Repost0

      Brigitte Bardot : La classe, la beauté...un engagement sans faille pour les animaux !

      Publié le par Ricard Bruno

      Brigitte Bardot : La classe, la beauté...un engagement sans faille pour les animaux !
      Brigitte Bardot : La classe, la beauté...un engagement sans faille pour les animaux !
      Brigitte Bardot : La classe, la beauté...un engagement sans faille pour les animaux !
      Brigitte Bardot : La classe, la beauté...un engagement sans faille pour les animaux !
      Brigitte Bardot : La classe, la beauté...un engagement sans faille pour les animaux !
      Brigitte Bardot : La classe, la beauté...un engagement sans faille pour les animaux !
      Brigitte Bardot : La classe, la beauté...un engagement sans faille pour les animaux !
      Brigitte Bardot : La classe, la beauté...un engagement sans faille pour les animaux !

      Partager cet article

      Repost0

      Brigitte Bardot : Nouveauté

      Publié le par Ricard Bruno

      Brigitte Bardot : Nouveauté

      33t and god created woman par Paul Misraki  éditeur Intercord sortie le 16 06 2017

      En vente à la FNAC au prix de 18,95euros...transport gratuit

      Cliquez ICI

      Partager cet article

      Repost0

      Brigitte Bardot : Stop au TIRS DES LOUPS !

      Publié le par Ricard Bruno

      Brigitte Bardot : Stop au TIRS DES LOUPS !

      Brigitte Bardot et de nombreuses personnalités* disent STOP aux tirs des loups !

      Bruno Ricard  

      Yann Arthus-Bertrand (photographe), Jacques Perrin (cinéaste, comédien), Brigitte Bardot (présidente de la Fondation B.B.), Hélène de Fougerolles (actrice), Guillaume Meurice (humoriste), Aymeric Caron (journaliste, écrivain), Anne-Élisabeth Blateau (actrice), Jeanne Mas (chanteuse), Res Turner (rappeur), Gilles Lartigot (auteur), Julien Benhamou (photographe), Vincent Munier (photographe), Mélodie Fontaine (comédienne), Marc Large (dessinateur), Stone (chanteuse), Vivien Savage (chanteur), Jean-Michel Bertrand (réalisateur), Fabrice Nicolino (journaliste).

      Brigitte Bardot : Stop au TIRS DES LOUPS !

      LE MANIFESTE

      Stop aux tirs des loups !

       

      La France veut continuer d’abattre ses loups, après en avoir déjà tué 38 en moins d’un an. Stoppons en urgence cette politique de tirs ! Plutôt que de les tuer, apprenons à vivre avec les loups.

      111 ! C’est le nombre de loups officiellement abattus par la France depuis leur retour naturel en 1992. Comment est-ce possible, alors que l’espèce est classée protégée en France et en Europe ? Notre pays est en infraction avec les textes européens qu’elle a signés. Ces textes permettent des tirs exceptionnellement, en cas de prédation sur le « bétail », « lorsque tous les autres moyens ont été tentés pour l’éviter ». Mais en France, les tirs sont ordonnés massivement pour abattre chaque année 12 à 15 % de sa petite population de loups. Estimée à moins de 360 individus en 2017, celle-ci peine à croître suffisamment pour assurer sa viabilité.

      Pourquoi cette chasse aux loups ? L’État tente d’obtenir une paix sociale : d’un côté, la protection réglementaire de l’espèce permet aux éleveurs de bénéficier de subventions spécifiques et d’indemnisations en cas de prédation ; de l’autre, les tirs massifs ont pour but de contenter les éleveurs et les chasseurs, sans aucune efficacité contre la prédation des moutons : celle-ci continue car les éleveurs ne sont pas assez incités à protéger leurs troupeaux.

      Des solutions existent. Plutôt que d’encourager les tirs, il faudrait revoir le système de subvention-indemnisation des éleveurs et développer les méthodes non létales pour empêcher les intrusions dans les troupeaux domestiques. Mais l’État, soumis aux lobbies agricoles et cynégétiques, refuse de les mettre en œuvre et préfère sacrifier des dizaines de loups.

      Il est grand temps de changer complètement la façon de considérer notre relation avec les loups, comme avec les autres animaux. Qui peut le plus peut le moins : si nous parvenons à cohabiter avec les loups, nous parviendrons à vivre avec les animaux en général ! Notre société en pleine mutation vers une meilleure considération de la vie animale ne supportera pas longtemps que ses gouvernants gèrent la vie à coups de fusils. Les responsables politiques doivent en tenir compte.

       

      Juin 2017

      Les associations de CAP Loup

      Partager cet article

      Repost0

      Et si on se glissait dans les coulisses du cultissime "Mépris" ?

      Publié le par Ricard Bruno

      Et si on se glissait dans les coulisses du cultissime "Mépris" ?
      Et si on se glissait dans les coulisses du cultissime "Mépris" ?
      Et si on se glissait dans les coulisses du cultissime "Mépris" ?
      Et si on se glissait dans les coulisses du cultissime "Mépris" ?
      Et si on se glissait dans les coulisses du cultissime "Mépris" ?
      Et si on se glissait dans les coulisses du cultissime "Mépris" ?
      Et si on se glissait dans les coulisses du cultissime "Mépris" ?
      Et si on se glissait dans les coulisses du cultissime "Mépris" ?
      "Et mes fesses, tu les aimes mes fesses ?". Une réplique culte susurrée par une Bardot fatale au sommet de sa séduction à travers le regard de Jean-Luc Godard, qui fait d'elle une superstar grâce à ce rôle inoubliable dans "Le Mépris". Présent sur le tournage à Rome en 1963, le photographe Jean-Louis Swiners a immortalisé les moments complices entre Bardot, Piccoli et Godard, encore jamais dévoilés, que la Galerie de l'Instant a exceptionnellement mis au grand jour dans une exposition incontournable à voir cet été.
       

      « Une leçon de cinéma : un certain mépris »

      Exposition du 23 juin au 12 septembre 2017

      Vernissage jeudi 22 juin à 19 h

      En 1963, Jean-Louis Swiners, photographe reporter pour le mensuel Réalités, est envoyé par sa rédaction passer quelques jours sur le tournage du film Le Mépris, à Rome. Adapté du célèbre roman d’Alberto Moravia par Jean-Luc Godard, le film décrit la désintégration d’un couple, interprété par Brigitte Bardot et Michel Piccoli. Pour une raison inconnue, les images de Swiners ne seront pas utilisées par son journal et resteront dans ses archives pendant plus de 50 ans, intactes et inconnues du public.

      Sur les conseils de Thomas Consani, célèbre tireur noir et blanc chez Central Dupon, Jean-Louis arriva un samedi à ma galerie avec quelques visuels. La qualité de son reportage fit que peu après ce premier rendez-vous, nous nous retrouvâmes au laboratoire photo pour une première sélection et très vite la préparation d’une exposition !

      Depuis sa sortie, Le Mépris est devenu un classique du 7ème Art, un chef d’œuvre admiré par les plus grands cinéastes et étudié dans les écoles de cinéma du monde entier. Le tournage lui-même est une légende : la villa Malaparte à Capri, le harcèlement des paparazzi, le dialogue de la scène d’ouverture entre Bardot et Piccoli « Et mes fesses ? Tu les aimes mes fesses ? », les grossièretés de BB dans la salle de bain, l’histoire d’amour entre Bardot et Sami Frey… Tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce film un mythe. Combien de personnes en connaissent l’histoire sans jamais avoir vu le film ni lu le livre ?

      Une leçon de cinéma que nous avons le plaisir d’exposer, tant ces images font rêver, nous donnent l’illusion d’être les témoins privilégiés de cette époque unique, face à Bardot, au summum de sa carrière et de sa beauté, inoubliable et bouleversante !

      La Galerie de l'Instant
      46, Rue De Poitou
      Paris 75003
       

      Partager cet article

      Repost0