Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

filmographie

Shalako...

Publié le par Ricard Bruno

Shalako...

Synopsis

Une partie de chasse dirigée par un baron et une comtesse européens pénètre dans la réserve de chasse des Apaches et très vite, se retrouve en mauvaise posture. Ce comité de notables, va recevoir l'aide d'un ancien colonel de l'armée, surnommé Shalako, pour échapper aux Apaches...

Fiche technique

Distribution

Autour du film

Voir aussi

Bibliographie
Shalako...
Shalako...Shalako...
Shalako...Shalako...
Partager cet article
Repost0

Viva Maria !

Publié le par Ricard Bruno

Viva Maria !

Synopsis

Début du xxe siècle en Amérique centrale. Deux jeunes chanteuses d'une troupe de music-hall ambulante s'éprennent du même homme, un révolutionnaire. Par amour, elles épousent sa cause et après la mort du jeune homme, les deux femmes poursuivent la mission qu'il avait entamée jusqu'au triomphe de la révolution.

Fiche technique

Distribution

Commentaires

  • Louis Malle a raconté le tournage du film lors d'une émission télévisé. Pour la bataille à la fin du film, on avait fait appel à de nombreux figurants ; parmi eux il y avait des membres de bandes rivales qui en ont profité pour régler leurs comptes avec des balles réelles. En conséquence, il y a eu des blessés.

Accueil

Le film a été un succès au box-office en France avec 3 450 559 entrées.

Distinctions

Récompenses
Nominations
Viva Maria !
Viva Maria !
Viva Maria !
Partager cet article
Repost0

Filmographie Brigitte Bardot : Une ravissante idiote

Publié le par Ricard Bruno

Filmographie Brigitte Bardot : Une ravissante idiote
Filmographie Brigitte Bardot : Une ravissante idiote
Filmographie Brigitte Bardot : Une ravissante idioteFilmographie Brigitte Bardot : Une ravissante idiote
Filmographie Brigitte Bardot : Une ravissante idioteFilmographie Brigitte Bardot : Une ravissante idiote
Filmographie Brigitte Bardot : Une ravissante idioteFilmographie Brigitte Bardot : Une ravissante idiote

Une ravissante idiote est un film français réalisé par Édouard Molinaro, sorti en 1964.

Synopsis

Londres. Harry Compton, un jeune homme charmant est amoureux de la jolie Penelope Lightfeather. Alors que celle-ci déjeune dans un restaurant, il y provoque un petit incident qui le met en retard à son bureau et conduit à son licenciement. Il se rend alors chez Bagda, un ami restaurateur, comme lui d'origine russe, et agent des services secrets soviétiques. Bagda lui confie une mission délicate : le vol d'un document ultra-secret chez Sir Réginald Dumfrey ...

Fiche technique

Distribution

Partager cet article
Repost0

Filmographie Brigitte Bardot : Paparazzi

Publié le par Ricard Bruno

Filmographie Brigitte Bardot : Paparazzi

Paparazzi est un film documentaire français de court métrage réalisé par Jacques Rozier et sorti en 1963.

Synopsis

Le , à 17 heures, l’équipe du film Le Mépris arrive à Capri pour tourner les scènes extérieures. L’arrivée, sur l’île, de Brigitte Bardot, la « fille la plus photographiée du monde » (sic) et de son metteur en scène Jean-Luc Godard, l’un des principaux porte-drapeaux de la Nouvelle Vague, s’accompagne d’une horde de paparazzi qui les piste depuis Rome. Les rochers qui surplombent la villa Malaparte, lieu du tournage, sont truffés de photographes bardés de leur attirail, notamment de leurs monstrueux téléobjectifs de l’époque (300 mm) permettant d’obtenir, à 50 mètres, le cliché en pied d’un personnage. Ils mitraillent Bardot sans relâche, en bikini, caressant un chien, jouant ou rigolant avec Piccoli jusqu’à ce qu’elle les aperçoive, ce qui ne la fait plus du tout rire. Elle se drape alors dans un peignoir et dans sa dignité. Godard essaie de négocier, avec l’intervention des carabinieri, le départ des paparazzi, en vain. La querelle se poursuit durant tout le tournage allant même jusqu’à un accrochage entre trois paparazzi et l'entourage de Bardot à la sortie d’un restaurant. Michel Piccoli, Jean Lescot et Davide Tonelli commentent ces affrontements qui engendrèrent ce document historique.

Point de vue de la critique
  • Bernard Genin : « Mai 1963, à Capri, Jean-Luc Godard commence le tournage du Mépris dont la vedette est Brigitte Bardot. Nous sommes en pleine « bardolâtrie » et, bien que située sur un rocher entouré par la mer, la villa Malaparte, où travaille l’équipe, est cernée par les paparazzi. Le terme est né trois ans plus tôt dans La Dolce Vita, où Fellini appelait « paparazzo » un photographe trop indiscret. Jacques Rozier, à qui on avait demandé un reportage sur la rencontre Bardot-Godard, eut l’idée d’appliquer aux paparazzi leurs propres méthodes. D’où ce passionnant document sur les coulisses d’un film devenu mythique. Et surtout, sur la naissance d’une profession nouvelle, plus proche de celle de charognard que du journalisme… »

Fiche technique

Distribution

Articles connexes

Partager cet article
Repost0

Filmographie Brigitte Bardot :

Publié le par Ricard Bruno

Filmographie Brigitte Bardot :

Synopsis

Après un héritage, une jeune femme riche tombe amoureuse de Renaud. Elle va le sauver du suicide et acceptera toutes ses humiliations et ses infidélités.

Fiche technique

Distribution

Lieux de tournage

Plusieurs scènes du début du film ont été tournées à Dijon1.

La scène finale a été tournée en Italie, à l'abbaye de San Galgano.

Partager cet article
Repost0

Filmographie Brigitte Bardot : Les Amours célèbres

Publié le par Ricard Bruno

Filmographie Brigitte Bardot : Les Amours célèbres
Filmographie Brigitte Bardot : Les Amours célèbres Filmographie Brigitte Bardot : Les Amours célèbres
Filmographie Brigitte Bardot : Les Amours célèbres

Synopsis

Résumé des sketches

  1. Lauzun : le duc de Lauzun est amoureux de la délicieuse Mme de Monaco. Louis XIV a jeté les yeux sur elle. Un soir il charge son fidèle Champagne de lui amener la dame, d'ailleurs consentante, dans son « privé ». Lauzun revient à temps et empêche le roi de satisfaire son désir pour Mme de Monaco.
  2. Jenny de Lacour : vers 1880, une demi-mondaine de grande classe, Jenny, est éprise d'un jeune homme séduisant, René, beaucoup plus jeune qu'elle. Craignant de le perdre, elle combine un odieux stratagème. René est vitriolé par un homme à sa solde. Aveugle, son amant lui restera. L'intervention d'un commissaire de police déjoue le plan de Jenny.
  3. Agnès Bernauer : en Bavière, au xve siècle, le duc Albert de Wittelsbach, héritier du trône, s'est épris de la ravissante Agnès. Il l'épouse secrètement bien que son père s'oppose à ce mariage... Albert prend les armes contre lui, mais Agnès est enlevée. Condamnée à mort pour sorcellerie, la jeune femme est jetée dans le Loch, une pierre au cou. Albert se précipite pour la sauver. Il est emporté avec elle par le courant. Dialogues de Jacques Prévert.
  4. Les Comédiennes : comédienne célèbre et adulée, Mademoiselle Raucourt se voit supplantée par Mademoiselle Duchesnois en 1804. Sa colère est d'autant plus violente que son amant, le baron de Jonchère a succombé aux charmes de sa rivale. Mademoiselle Raucourt crée de toutes pièces une nouvelle tragédienne qui deviendra la célèbre Mademoiselle George. Cette dernière obtient un triomphe.
Fiche technique

Distribution

Lauzun

Jenny de Lacour

Agnès Bernauer

Les comédiennes

Partager cet article
Repost0

Les 100 meilleurs films de l'histoire selon “Télérama”...

Publié le par Ricard Bruno

Les 100 meilleurs films de l'histoire selon “Télérama”...

Après de nombreux débats, la rédaction a réussi à établir sa liste. Hitchcock y figure, mais à quelle place ? Et Chabrol, Bergman, Antonioni, Pixar… en sont-ils ? Découvrez les 100 chefs-d'œuvre du cinéma selon les critiques de “Télérama”.

Dans Le Guide du cinéma en 15 000 films publié en 2009 par Télérama, chaque rédacteur du service Cinéma avait répondu à un questionnaire sur sa cinéphilie – son film « un peu au-dessus de tous les autres », celui qu’il « ne cesse de revoir », etc. Restait à établir notre palmarès des cent meilleurs films de l’histoire, depuis la première projection du cinématographe Lumière en 1895 jusqu’à nos jours. 

Un top 100 qui, pour les journalistes votants, a viré au casse-tête, comme Pierre Murat vous le raconte ici. Quand on adore un réalisateur, on voudrait citer tous ses films. C’était évidemment impossible – mais alors, lequel choisir ? Pour que la liste soit la plus pertinente possible, il ne fallait pas se limiter aux films hollywoodiens et français – vous verrez que l’Italie, le Japon, et la Russie autres grandes terres de cinéma, mais aussi la Turquie ou Hong-Kong sont également représentés. Nous devions aussi couvrir le plus possible les cent vingt ans de création du 7e art : impossible d’établir un top 100 sans au moins un classique du muet, ni un film réalisé au cours des cinq dernières années. Il ne fallait pas négliger les documentaires, ni le cinéma d’animation. Et ne pas oublier que cinéaste s’écrit aussi au féminin. Un casse-tête, on vous dit ! 

21 – Stalker

réalisé par Andreï Tarkovski (1979)

Lire la critique

22 – La Party

réalisé par Blake Edwards (1968)

Lire la critique

23 – Mon oncle

réalisé par Jacques Tati (1958)

Lire la critique

24 – Les Nuits de la pleine lune

réalisé par Eric Rohmer (1984)

Lire la critique

25  – Cléo de 5 à 7

réalisé par Agnès Varda (1962)

Lire la critique

26 – L’Eclipse

réalisé par Michelangelo Antonioni (1962)

Lire la critique

27  – Van Gogh

réalisé par Maurice Pialat (1991)

Lire la critique

28  – Andreï Roublev

réalisé par Andreï Tarkovski (1969)

Lire la critique

29  – Vous ne l’emporterez pas avec vous

réalisé par Frank Capra (1938)

Lire la critique

30  – Pierrot le fou

réalisé par Jean-Luc Godard (1965)

Lire la critique

31 – Ariane

réalisé par Billy Wilder (1957)

Lire la critique

32 – Casino

réalisé par Martin Scorsese (1995)

Lire la critique

33 – In the mood for love

réalisé par Wong Kar-waï (2000)

Lire la critique

34 – Bright Star

réalisé par Jane Campion (2009)

Lire la critique

35 – Loulou

réalisé par Georg Wilhelm Pabst (1929)

Lire la critique

36 – La Règle du jeu

réalisé par Jean Renoir (1939)

Lire la critique

37 – Une chambre en ville

réalisé par Jacques Demy (1982)

Lire la critique

38 – Frankenstein 

réalisé par James Whale (1931)

Lire la critique

39 – Husbands

réalisé par John Cassavetes (1970)

Lire la critique

40 – La Belle et la Bête 

réalisé par Jean Cocteau (1946)

Lire la critique

41 – L’Evangile selon Saint Mathieu

réalisé par Pier Paolo Pasolini (1964)

Lire la critique

42 – Manhattan

réalisé par Woody Allen (1979)

Lire la critique

43 – Il était une fois en Amérique

réalisé par Sergio Leone (1984)

Lire la critique

44 – Les Lumières de la ville

réalisé par Charles  Chaplin (1931)

Lire la critique

45 – The Yards

réalisé par James Gray (2000)

Lire la critique

46 –  Le jour se lève

réalisé par Marcel Carné (1939)

Lire la critique

47 – Ludwig, le crépuscule des dieux

réalisé par Luchino Visconti (1972)

Lire la critique

48 – Une autre femme

réalisé par Woody Allen (1988)

Lire la critique

49 – Les Demoiselles de Rochefort

réalisé par Jacques Demy (1967)

Lire la critique

50 – Le Dictateur

réalisé par Charles Chaplin (1940)

Lire la critique

51 – Une femme sous influence

réalisé par John Cassavetes (1974)

Lire la critique

52 – Belle de jour

réalisé par Luis Buñuel (1967)

Lire la critique

53 – All that jazz – Que le spectacle commence

réalisé par Bob Fosse (1979)

Lire la critique

54 – Certains l’aiment chaud

réalisé par Billy Wilder (1959)

Lire la critique

55 – Les Désaxés

réalisé par John Huston (1961)

Lire la critique

56 – Rocco et ses frères

réalisé par Luchino Visconti (1960)

Lire la critique

57 – La Jetée

réalisé par Chris Marker (1962)

Lire la critique

58 – Citizen Kane

réalisé par Orson Welles (1941)

Lire la critique

59 – La Cérémonie

réalisé par Claude Chabrol (1995)

Lire la critique

60 – Les Parapluies de Cherbourg

réalisé par Jacques Demy (1964)

Lire la critique

61 – Le Mécano de la General

réalisé par Buster Keaton et Clyde Bruckman (1926)

Lire la critique

62 – The Shop around the corner

réalisé par Ernst Lubitsch (1940)

Lire la critique

63 – The Social Network

réalisé par David Fincher (2010)

Lire la critique

64 – Winter Sleep

réalisé par Nuri Bilge Ceylan (2014)

Lire la critique

65 – Profession : reporter

réalisé par Michelangelo Antonioni (1975)

Lire la critique

66 – Mouchette

réalisé par Robert Bresson (1967)

Lire la critique

67 – Ratatouille

réalisé par Brad Bird (2007)

Lire la critique

68 – Le Mirage de la vie

réalisé par Douglas Sirk (1959)

Lire la critique

69 – Amarcord

réalisé par Federico Fellini (1973)

Lire la critique

70 – La Prisonnière du désert

réalisé par John Ford (1956)

Lire la critique

71 – Le Feu follet

réalisé par Louis Malle (1963)

Lire la critique

72 – Amour de perdition

réalisé par Manoel de Oliveira (1978)

Lire la critique

73 – Shoah

réalisé par Claude Lanzmann (1985)

Lire la critique

74 – Le Corbeau

réalisé par Henri-Georges Clouzot (1943)

Lire la critique

75 – Un conte de Noël

réalisé par Arnaud Desplechin (2008)

Lire la critique

76 – Hôtel des Amériques

réalisé par André Téchiné (1981)

Lire la critique

77 – Distant Voices

réalisé par Terence Davies (1988)

Lire la critique

78 – Le Goût de la cerise

réalisé par Abbas Kiarostami (1997)

Lire la critique

79 – Le Voyeur

réalisé par Michael Powell (1960)

Lire la critique

80 – Une journée particulière

réalisé par Ettore Scola (1977)

Lire la critique

 

81 – L’Homme qui tua Liberty Valance

réalisé par John Ford (1962)

Lire la critique

82 – Aguirre, la colère de Dieu

réalisé par Werner Herzog (1972)

Lire la critique

83 – Diamants sur canapé 

réalisé par Blake Edwards (1961)

Lire la critique

84 – Johnny s'en va-t-en guerre

réalisé par Dalton Trumbo (1971)

Lire la critique

85 – Les Affranchis

réalisé par Martin Scorsese (1990)

Lire la critique

86 – Les Moissons du ciel

réalisé par Terrence Malick (1978)

Lire la critique

87 – Blade Runner

réalisé par Ridley Scott (1982)

Lire la critique

88 – L’Histoire d’Adèle H.

réalisé par François Truffaut (1975)

Lire la critique

89 – Le Chagrin et la pitié

réalisé par Marcel Ophuls (1971)

Lire la critique

90 – A nos amours

réalisé par Maurice Pialat (1983)

Lire la critique

91 – 2001, l’Odyssée de l’espace

réalisé par Stanley Kubrick (1968)

Lire la critique

92 – Le Guépard

réalisé par Luchino Visconti (1963)

Lire la critique

93 – Cœurs brûlés 

réalisé par Josef von Sternberg (1930)

Lire la critique

94 – Les Rapaces

réalisé par Erich von Stroheim (1924)

Lire la critique

95 – Tous les autres s’appellent Ali

réalisé par Rainer Werner Fassbinder (1974)

Lire la critique

96 – Partition inachevée pour piano mécanique

réalisé par Nikita Mikhalkov (1977)

Lire la critique

97 – L’Impasse

réalisé par Brian de Palma (1993)

Lire la critique

98 – La Fièvre dans le sang

réalisé par Elia Kazan (1961)

Lire la critique

99 – Une partie de campagne

réalisé par Jean Renoir (1936)

Lire la critique

100 – Blanche-Neige et les 7 nains

réalisé par David Hand (1937)

Lire la critique

Partager cet article
Repost0

Filmographie Brigitte Bardot : La Bride sur le cou

Publié le par Ricard Bruno

Filmographie Brigitte Bardot : La Bride sur le cou
Filmographie Brigitte Bardot : La Bride sur le cou
Filmographie Brigitte Bardot : La Bride sur le cou
Filmographie Brigitte Bardot : La Bride sur le cou
Filmographie Brigitte Bardot : La Bride sur le cou
Filmographie Brigitte Bardot : La Bride sur le cou
Filmographie Brigitte Bardot : La Bride sur le cou
Filmographie Brigitte Bardot : La Bride sur le cou
Filmographie Brigitte Bardot : La Bride sur le cou
Filmographie Brigitte Bardot : La Bride sur le cou

Synopsis

Cover-girl en renom, Sophie rêve d'une autre existence que celle toute extérieure qu'elle mène en compagnie de Philippe, un des photographes en vogue, très mondain et remuant. Cependant elle tient à son amant et lorsqu'elle découvre qu'il s'intéresse à Barbara, une richissime Américaine, elle enrage de jalousie au point de songer au crime passionnel, et se venge de l'infidèle en s'affichant avec des garçons de rencontre : Claude et Alain. Un matin, elle dérobe la carabine de Philippe et semble résolue à tirer sur ce dernier et sur Barbara. Alain a bien du mal à la calmer, mais il y arrive en lui proposant de jouer à rendre Philippe jaloux à son tour. Mais comme celui-ci part avec son Américaine aux sports d'hiver, Sophie et Alain doivent y aller aussi. La modicité de leurs ressources mises en commun ne permet à Sophie et à son amant de paille que d'obtenir un lit dans la réserve à matériel du palace où sont descendus leurs amis. Là, Sophie ne songe qu'à faire voler en éclats l’idylle de Philippe. Mais à force de vivre avec elle et de coucher par terre sur un matelas, Alain s'éprend de la cover-girl que Philippe ne songe plus guère à lui disputer. Une soirée dans un night-club où Alain, voyant danser une des étoiles de l'établissement, découvre par transfert la puissance et la nature du lien qui s'est créé à l'égard de Sophie, se termine par une double brouille entre les deux couples. De retour à l'hôtel, Alain décide de brusquer les choses et sous la menace de la fameuse carabine, exige de Sophie une attitude moins indifférente. Dès le lendemain matin, une avalanche persuadera Sophie qu'Alain est l'homme de sa vie et Philippe, que Barbara peut fort bien le consoler.

Fiche technique

Distribution

Tournage

Une partie du film a été tournée dans l'hôtel Ermitage qui se trouvait au sommet du Moucherotte au-dessus de Grenoble.

Partager cet article
Repost0

Filmographie Brigitte Bardot : La Vérité

Publié le par Ricard Bruno

Filmographie Brigitte Bardot : La Vérité

La Vérité est un film franco-italien réalisé par Henri-Georges Clouzot, sorti en 1960. Le film est nommé à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère en 1961.

Synopsis

Dominique Marceau (Brigitte Bardot), une séduisante jeune femme, est jugée en cour d'assises pour le meurtre de son amant, Gilbert Tellier (Sami Frey). Au cours des audiences, le véritable visage de l'accusée se dessine peu à peu.

Gilbert, un jeune chef d'orchestre, promis à Annie (Marie-Josée Nat), violoniste, tombe amoureux de Dominique, la sœur de celle-ci. C'est la première fois que Dominique se sent amoureuse. Néanmoins cela devient aussi pour elle un engagement trop important pour sa jeunesse instable. On lui reprochera ses mœurs légères durant le procès.

C'est pour Gilbert la révélation d'une passion dévorante, mais trop possessive pour Dominique. Pour Annie c'est un drame. Dominique, cependant, trompe Gilbert pour se venger après qu'il l'a quittée en croyant qu'elle l'avait préalablement trompé.

Ce dernier retourne auprès d'Annie et se fiance avec elle. Dominique sombre dans la dépression en apprenant la nouvelle. Elle tente alors de revoir Gilbert. Gilbert aura encore une dernière aventure, secrète et fugace avec Dominique, mais lui dira au matin qu'il n'est plus amoureux. Dominique, dépressive, se trouve un pistolet pour éventuellement se suicider. Des semaines plus tard, Dominique, encore amoureuse, vient au domicile de Gilbert. Alors qu'elle vient menacer de se suicider devant lui, il la repousse avec une grande violence verbale, elle le tue spontanément. Elle cherche immédiatement à se suicider, mais sans effet, ayant vidé son chargeur dans la fureur de son acte. Elle tente alors de se suicider au gaz. Sauvée in extremis, elle passe devant les assises pour meurtre.

Fiche technique

Distribution

Production

Le tournage a eu lieu à partir du  dans les studios Franstudio de Joinville-le-Pont.

Autres lieux

Accueil

« Un scénario dont l'architecture est un modèle d'ingéniosité et de précision, une mise en scène qui ne laisse pas l'ombre d'une chance au hasard, une interprétation dirigée de main de maître, voilà ce que nous offre La Vérité. »

— Jacques de Baroncelli, Le Monde

Box office

Le film fait salle comble durant de nombreuses semaines, provoquant un bouche à oreille de qualité. Le film tiendra l'affiche de nombreux mois et deviendra encore un énorme succès pour Henri-Georges Clouzot et Brigitte Bardot avec 5 692 000 entrées en France.  

Autour du film

  • Clouzot a déclaré avoir eu l'idée du scénario après avoir assisté à différents procès d'assises. Le film est notamment l'adaptation d'un fait divers bien réel, l'histoire de Pauline Dubuisson, jugée en 1953 pour le meurtre de son ex-fiancé, qu'elle a tué après qu'il a rompu avec elle et s'est fiancé avec une autre jeune femme. Si Pauline Dubuisson avait quelques traits communs avec le personnage du film, notamment les mœurs légères, ce n'était pas la jeune femme oisive du film. Le réalisateur a, par ailleurs, écarté l'épreuve subie par Pauline lors de l'épuration à la Libération, où elle fut tondue et violée pour avoir été la maîtresse d'un médecin-colonel allemand.
  • La Vérité révéla le talent de tragédienne de Brigitte Bardot dont l'interprétation fut soulignée unanimement par la critique[réf. nécessaire].
  • Brigitte Bardot et Sami Frey vécurent une histoire d'amour après le film.
  • Henri-Georges Clouzot, connu pour sa grande dureté, sa misogynie et sa technique consistant à pousser à bout nerveusement les actrices de ses films, poussa tellement Brigitte Bardot à « cracher ses tripes », que cette dernière, trop imprégnée de son personnage bien après la fin du tournage, commit une tentative de suicide, comme Dominique à la fin du film. Jacques Perrin a d'ailleurs révélé qu'avec Sami Frey ils avaient tous les deux menacé Clouzot de quitter le tournage si ce dernier continuait à crier sur les acteurs.
Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>