Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

justice pour les animaux

Caen. Jugé pour avoir laissé deux moutons cinq jours dans un camion

Publié le par Ricard Bruno

 Un homme est jugé mercredi 12 janvier, au tribunal de police de Caen, pour avoir laissé deux moutons enfermés pendant cinq jours dans un camion

Caen. Jugé pour avoir laissé deux moutons cinq jours dans un camion

Un homme est jugé mercredi 12 janvier, au tribunal de police de Caen, pour avoir laissé deux moutons dans un camion pendant cinq jours. Les faits remontent à l'après-midi du 29 juillet 2020, à Caen.

Depuis plusieurs jours, l'association Stéphane Lamart, de défense des droits des animaux, recevait de nombreux appels signalant deux moutons enfermés dans un véhicule. Selon les informations communiquées par l'association, le camion était garé en plein soleil depuis cinq jours et les animaux n'avaient ni eau ni nourriture. À la suite de l'alerte, une enquêtrice bénévole de la structure s'était rendue sur place pour constater les faits. Après quoi, la Direction départementale de la protection des populations du Calvados s'était rapidement déplacée, avec un équipage de la police nationale. Les deux animaux avaient été pris en charge par la Fondation Brigitte Bardot.

Mardi 11 janvier, l'association Stéphane Lamart précisait que "le propriétaire avait acheté les moutons pour les égorger lors de l'Aïd-El-Kébir [fête musulmane célébrant la fin du Ramadan]".

L'association Stéphane Lamart a porté plainte contre l'individu pour mauvais traitements infligés sans nécessité à un animal. Le jugement devrait être annoncé ce mercredi 12 janvier.

Source de l'article : Cliquez ICI

Les animaux ont été pris en charge par la fondation Brigitte Bardot

Partager cet article
Repost0

LA FBB SOUTIENT L’ASSOCIATION ROBIN DES BOIS DEPUIS 2018

Publié le par Ricard Bruno

LA FBB SOUTIENT L’ASSOCIATION ROBIN DES BOIS DEPUIS 2018
Engagée au niveau international contre le trafic d’espèces en danger, la FBB soutient l’association Robin des Bois depuis 2018 via le financement de la publication trimestrielle « A la Trace » (versions française et anglaise) qui traque au niveau international les actes de braconnage et de contrebande d’espèces animales menacées en lien avec les autorités de contrôles (douanes, agents CITES…).

Ce travail de recherche, très apprécié par les autorités, acquiert une renommée croissante et son utilité se confirme encore davantage lors de la crise du Covid-19.

Robin des Bois a été fondé en France en 1985 par des pionniers de la défense de l’environnement.
L’association a pour objectif la protection de l’Homme et de l’environnement par toutes formes de réflexion et d’actions non violentes : investigations de terrain, synthèses bibliographiques, publication de rapports, diffusion de communiqués, courriers aux autorités, participation régulière à une dizaine de groupes de concertation institutionnels et à des conventions internationales.

L’ONG mobilise des arguments techniques, historiques, géographiques, parfois philosophiques, dans le souci du concret et du constructif.

Robin des Bois est aidé par un réseau national et international de sympathisants et de professionnels du monde maritime, de la lutte contre la criminalité environnementale, des risques, des déchets et des sites pollués. L’association n’est alliée à aucun parti politique. Ses campagnes imposent de la persévérance et s’inscrivent sur le long terme.

Robin des Bois agit aussi en justice et a contribué au succès du procès historique de la marée noire de l’Erika, sans l’aide d’un avocat. L’association est agréée au titre de la protection de l’environnement et a également le statut d’observateur à la CITES.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Un long dossier fait de rebondissements

Publié le par Ricard Bruno

Un long dossier fait de rebondissements

Décembre 2020, du côté de la commune de Wambrechies, dans le département du Nord, une pétition en ligne est lancée par Marion Pécher, de l’École du chat à Marcq-en-Barœul. L’auteure de la pétition vient dénoncer « La ferme de l’horreur », et recueille plus de 125.000 signatures. Selon des militants de la cause animale, des vaches y étaient maltraitées. Une enquête avait été ouverte le 8 janvier 2021. Il avait alors été déterminé qu’il n’y avait pas de danger imminent pour les bêtes, mais certainement des négligences de la part des deux frères éleveurs.
Février 2021, une cagnotte est mise en ligne et récolte environ 22.000 euros dans le but de sauver les animaux en assurant leur transfert dans un refuge. L’objectif était de confier les vaches à la Fondation Brigitte Bardot qui se proposait garante pour les accueillir.
Fin février, coup dur pour les défenseurs de la cause qui apprennent que les éleveurs ont fait le choix de vendre le troupeau à un abattoir au lieu du refuge.
L’histoire ressort en septembre lorsqu’on apprend que quatre bovins ont été épargnés. Deux vaches qui étaient en gestation et qui ont vêlé, n’ont pas pu être envoyées à l’abattoir. Après la décision de la procureure de Lille de saisir les quatre bovins, il a été décidé de leur transfert vers le refuge de la Ferme des Oliviers.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

CONSULTATION PUBLIQUE EUROPÉENNE : PARTICIPEZ À L’AMÉLIORATION DU BIEN-ÊTRE DES ANIMAUX D’ÉLEVAGE !

Publié le par Ricard Bruno

CONSULTATION PUBLIQUE EUROPÉENNE : PARTICIPEZ À L’AMÉLIORATION DU BIEN-ÊTRE DES ANIMAUX D’ÉLEVAGE !
Dénoncée par les organisations de protection animale depuis de nombreuses années, la faiblesse de la réglementation européenne censée protéger les animaux d’élevage semble enfin reconnue par les pouvoirs publics, et des travaux sont en cours pour la renforcer.

La Commission européenne a en effet récemment annoncé une révision de grande ampleur des textes européens, afin de rehausser le niveau de bien-être animal au sein de l’Union européenne.

Pour ce faire, la Commission européenne a notamment lancé une consultation publique afin de connaître l’opinion des citoyens européens sur les orientations envisagées pour offrir une meilleure protection aux animaux.

Cette consultation offre l’opportunité aux citoyens de soutenir des avancées ambitieuses et concrètes, pour mettre un terme à la souffrance intolérable que subissent les animaux d’élevage : interdiction de l’abattage sans étourdissement, fin des longs transports et des exportations d’animaux vivants, interdiction de l’élevage en cage, des mutilations et autres pratiques d’élevage cruelles et douloureuses…

Cette consultation vous donne le pouvoir d’agir concrètement en faveur des animaux en soutenant les demandes défendues par la Fondation Brigitte Bardot auprès des représentants politiques !

Pour cela, il suffit de participer à cette consultation publique : 10 minutes à peine sont nécessaires pour compléter le questionnaire (questions à choix multiples en français) et la Fondation Brigitte Bardot vous guide pas à pas en vous suggérant les réponses à apporter à chacune des questions !

Votre participation est essentielle pour faire pencher la balance en faveur des animaux, et contribuer à faire avancer la réglementation à grand pas vers la fin de la souffrance animale.

La consultation publique est ouverte jusqu’au 21 janvier à minuit. Ne tardez pas !

 

 

Participer à la consultation publique pour les animaux Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Chasse : Un nouveau décret indigne les ONG de la protection animale

Publié le par Ricard Bruno

Chasse : Un nouveau décret indigne les ONG de la protection animale

Voilà encore un nouveau coup du sieur Macron, il caresse les chasseurs dans le sens du poil, mais le boomerang va lui revenir en pleine figure...

Macron tu nous les casse avec tes "Chiasseurs"

La chasse et les "chiasseurs" au gnouf...

Bruno Ricard 

Chasse : Un nouveau décret indigne les ONG de la protection animale

Le gouvernement a publié un nouveau décret réduisant le délai entre la publication de l’arrêté autorisant la chasse et sa prise d’effet. Une décision qui a fait vivement réagir les associations de la protection animale.


Des ONG ont critiqué mercredi un décret réduisant le délai entre la publication de l'arrêté annuel d'ouverture de la chasse à tir et son entrée en vigueur, à quelques mois de l'élection présidentielle.

"UN NOUVEAU CADEAU DU GOUVERNEMENT AUX CHASSEURS": 

Ce décret, publié le dimanche 26 décembre, diminue "le délai entre la publication de l'arrêté préfectoral annuel d'ouverture de la chasse à tir et sa prise d'effet de 20 jours à sept jours", selon le Journal officiel. La Fondation 30 millions d'amis dénonce sur Twitter "un nouveau cadeau du gouvernement aux chasseurs", "entravant ainsi les possibilités de recours des ONG". 

DES POSSIBILITÉS D’ACTION RÉDUITES POUR LES ONG DE LA PROTECTION ANIMALE 

"Cela réduit nos capacités de recours", renchérit Yves Vérilhac, directeur général de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO)  qui critique "un travail de détricotage environnemental" sous la présidence d'Emmanuel Macron. Le gouvernement est régulièrement accusé par les associations de protection de la nature de céder aux demandes des chasseurs, qui avec environ 1,1 million de permis de chasse valides, constituent un électorat très convoité. "On oppose trop souvent d'un côté les associations qui se battent pour la cause animale et de l'autre les éleveurs et chasseurs, qui sont des acteurs de la ruralité. On n'avancera qu'en réconciliant", avait plaidé Emmanuel Macron en octobre... 

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

"Un serial tireur" de chats bientôt devant la justice dans l'Ain

Publié le par Ricard Bruno

"Un serial tireur" de chats bientôt devant la justice dans l'Ain

Baptisé "le serial tireur" de chats, un

habitant du Val de Saône a été

interpellé

par les gendarmes suspecté d'avoir

volontairement tiré sur des chats

depuis 3

ans. La SPA et la Fondation Brigitte

Bardot

se sont constituées parties civiles.

Un habitant du Val de Saône a été interpellé par les gendarmes alors qu'il prenait les chats pour cible. Ses tirs duraient depuis 3 ans. Coupable de maltraitance animale, cet homme d'une quarantaine d'années sera prochainement entendu par la justice.

Trois plombs bien visibles sur les radios du chat visé par les tirs. Blessé fin septembre il n'a pu remarcher qu'un mois après

Trois plombs bien visibles sur les radios du chat visé par les tirs. Blessé fin septembre il n'a pu remarcher qu'un mois après

Il devra répondre de sévices graves et actes de cruauté.

Ses victimes sont des chats, comme Pilgrim, un Main Coon de 2 ans et demi qui a bien failli mourir… En racontant l'état dans lequel elle l'a retrouvé, Barbara Tortochaut, sa propriétaire ne cache pas son émotion. Au bord des larmes elle se souvient avoir vu rentrer son chat en traînant sur ses pates arrières. "J'ai pensé à une voiture qui l'aurait percuté mais quand on a passé les radios on a vu les plombs....Je me suis effondrée et n'arrivais pas à comprendre pourquoi on avait tiré sur notre chat."

C'est pourquoi, elle n'a pas voulu en rester là et a porté plainte.  7 autres habitants du secteur de Reyrieux ont fait le même choix d'engager une procédure

Grâce à ce boîtier GPS retrouvé dans le jardin d'un voisin, le suspect a pu être retrouvé par la gendarmerie

Grâce à ce boîtier GPS retrouvé dans le jardin d'un voisin, le suspect a pu être retrouvé par la gendarmerie 

L'auteur présumé des faits risque 3 ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende.
Il a été confondu par le collier GPS que portait Pilgrim . "On a fait une enquête de voisinage, après analyses balistiques nous avons pu retrouver l'auteur. Ensuite un collier GPS a été retrouvé dans le jardin du mis en cause"  explique Lucille Toumelin, gendarme à Trévoux. 

La SPA et la Fondation B.Bardot parties civiles


Depuis 2015, la loi considère les animaux comme des êtres sensibles, à ce titre les autorités prennent les atteintes au sérieux.

La SPA et la Fondation Brigitte Bardot se sont constituées parties civiles à l'audience qui devrait se tenir à Bourg-en-Bresse fin juin 2022. 

A Reyrieux, chez Barbara Tortochaut, les deux félins de la maison n'ont plus le droit de sortir… Ils restent à l'intérieur tant que l'affaire n'est pas jugée.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Info Journal fondation Brigitte Bardot 4ème trimestre 2021

Publié le par Ricard Bruno

n°119 du 4ème trimestre 2021

n°119 du 4ème trimestre 2021

Info Journal fondation Brigitte Bardot 4ème trimestre 2021
Info journal junior n°69 du 4ème trimestre 2021

Info journal junior n°69 du 4ème trimestre 2021

Un maire fait exécuter un troupeau de chèvres, coupables d'avoir mangé... des fleurs du cimetière communal

Publié le par Ricard Bruno

Un troupeau de chèvres a été abattu ce week-end dans la Loire, suite à la décision d'un maire qui reprochait aux animaux d'avoir mangé des fleurs dans le cimetière communal. 

C’est une décision radicale qui ne passe pas !

Le dimanche 19 décembre, Gérard Tardy, maire de Lorette (Loire), a fait abattre un troupeau de chèvres au motif que ces dernières avaient grignoté des fleurs déposées dans le cimetière de la commune.

Suite à la publication d’un arrêté municipal en ce sens autorisant la tenue d’une battue, neuf bovidés ont ainsi été exécutés sans ménagement par des chasseurs.

 

Un maire fait exécuter un troupeau de chèvres, coupables d'avoir mangé... des fleurs du cimetière communal

Un maire fait exécuter des chèvres qui avaient mangé des fleurs dans le cimetière communal, une décision qui ne passe pas

Une action qui a provoqué la colère d’associations écologistes et d’un certain nombre d’habitants.

« C’est particulièrement lâche. Dans ce genre de situation, il faut solliciter une organisation comme la nôtre », a déploré Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot.

« Il y avait d’autres solutions. En plus, les chèvres, on peut les capturer facilement. Les pompiers ont tout le matériel nécessaire pour cela. On ne peut pas laisser passer ça, sinon c’est la porte ouverte à toutes les dérives. On ne se met pas à tirer dans sa commune à tout va ! Ça ne se fait pas », a pour sa part pester Pierre Portelat, président de la SPA de la Loire, qui envisage de porter plainte tout comme la fondation Brigitte Bardot.

Du côté de la préfecture, c’est un sentiment d'incompréhension qui prédomine. « Dans la forme, c’est correct, mais pas sur le fond », a ainsi déclaré cette dernière.

Il faut savoir que le code rural permet en effet au maire d’une commune d’organiser une battue pour faire abattre des animaux errants, mais à la seule condition qu’ils représentent un danger et ne soient pas domestiqués.

Or, les chèvres demeurent des animaux domestiques et le fait qu’ils aient dévoré des chrysanthèmes ne représente pas une menace pour la sécurité des habitants.

La préfecture avait donc envoyé un courrier à Gérard Tardy pour le dissuader d’organiser cette battue, mais rien n’y a fait !

 

Chose plus surprenante, les chasseurs eux-mêmes ont fait part de leur surprise quant à cette décision d’abattre le troupeau.

« Personne ne sait comment cela s’est organisé. J’ai échangé avec Gérard Aubret, notre président. Il est surpris lui aussi », a ainsi confié à nos confrères d’Actu.fr Christine Lovaglio, assistante de direction de la Fédération départementale des chasseurs.

« Il faudrait aussi comprendre comment ces bêtes ont pu causer ces nuisances. Normalement, un cimetière est un lieu clos », s’est encore interrogé Christophe Marie.

De son côté Gérard Tardy rejette la faute sur… SFR, propriétaire d’un terrain entourant le cimetière.

Selon l’AFP, le premier édile affirme ainsi avoir demandé à l’opérateur téléphonique « d’installer à ses frais une clôture esthétique et de grande résistance et de prendre en charge les dégâts constatés dans le cimetière ».

« On n’a rien à voir avec ces chèvres. On ne peut pas être responsable. Des chèvres se baladent donc ici, comme ailleurs (…) on ne grillage pas tous les terrains en pleine nature comme ça (…) les chèvres peuvent se balader ici, comme partout ailleurs », a immédiatement rétorqué Cyrille-Frantz Honegger, directeur régional d’Altice, lequel se dit toutefois prêt à travailler avec la municipalité pour arranger les choses.

Malgré la polémique, le maire Gérard Tardy persiste et signe, assumant sa décision. Mais ceci pourrait lui valoir des poursuites si jamais les propriétaires du troupeau se manifestaient et venaient à porter plainte.

Affaire à suivre !

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Des mesures présidentielles pour les animaux...

Publié le par Ricard Bruno

Des mesures présidentielles pour les animaux...

Parce que la cause animale préoccupe les Français, 28 ONG se sont rassemblées pour créer la plateforme «Engagement Animaux 2022» afin de mobiliser les candidats à l’élection présidentielle autour de 22 mesures et d’informer les électeurs sur leurs engagements.

«Jamais nous n’avons enfermé et tué autant d’animaux qu’aujourd’hui en France dans des conditions souvent épouvantables». Dans une tribune parue le 8 décembre dans «Le Monde», 28 ONG s’unissaient pour rappeler la nécessité de défendre les bêtes et lancer une plateforme baptisée Engagement Animaux 2022 à l’attention des candidats à l’Elysée.

Largement présente dans le débat sociétal depuis plus d’une décennie grâce au travail de terrain des associations, la cause animale a enfin atteint les politiques, chacun allant jusqu’à semer de-ci de-là quelques bonnes paroles ou photos avec son chat/son chien sur les réseaux. Sauf que les citoyens demandent désormais bien plus qu’un selfie ou une mesurette : selon un sondage IFOP pour Woopets daté du 21 septembre, 84% des Français considèrent en effet la protection des animaux comme une cause importante, et 47% des électeurs se disent prêts à voter en fonction des propositions d’un candidat sur le bien-être animal.

Afin d’interpeller les candidats et de permettre aux électeurs de savoir quels sont ceux qui vont s’engager, les 28 ONG (Fondation Brigitte Bardot, One Voice, SPA, Code Animal, ASPAS…) ont élaboré 22 mesures prioritaires pour jauger tout au long de la campagne «le score d’engagement» de chaque prétendant. Parmi elles : mettre fin aux élevages en cages d’ici 2027, soutenir financièrement et rendre obligatoire la stérilisation des chats errants par les communes, interdire la chasse au moins deux jours par semaine dont le dimanche ainsi que les jours fériés et les vacances scolaires, abroger l’exception ouverte par l’article 521-1 du code pénal pour que la corrida ainsi que les combats de coqs ne puissent plus exister, ou encore encourager l’utilisation et le développement des modèles non-animaux en expérimentation.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>