Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

3834 articles avec le web en parle

Papaye nouvelles de septembre...

Publié le par Ricard Bruno

Papaye nouvelles de septembre...
Cher membre de la famille Papaye,
 
Quel plaisir pour moi de vous retrouver après ce premier séjour de l'année sur notre sanctuaire !!!
 
Une vraie bouffée d'oxygène loin de cette ambiance anxiogène que nous vivons sur notre territoire français !
 
Le Cameroun a incroyablement bien géré cette crise sanitaire et ce fut un vrai bonheur de vivre une parenthèse en leur compagnie humains et animals !! 
 
Vous trouverez ci-joint notre news de septembre qui je m'en excuse arrive mi-octobre....
 
Je vous souhaite une excellente lecture !!! Prenez soin de vous  et à bientôt.
 
Papayement vôtre.
 
Dorothée Prak
Association Papaye International

46 Hameau du Val de Gilly  83310 Grimaud

Port. 06.17.39.06.80

 

https://www.association-papaye-france.fr

https://www.facebook.com/association.papaye.france.officiel.21/ 

https://www.helloasso.com/associations/association-papaye-international

  

Soutenir Papaye International au quotidien sans débourser un centime ? C'est possible en remplaçant son moteur de recherche sur internet par LILO.
LILO est un moteur de recherche anti-pub qui redistribue les revenus de la pub à des ONG : 
https://www.lilo.org/fr/association-papaye/
Papaye nouvelles de septembre...
Papaye nouvelles de septembre...

Partager cet article

Repost0

Poitiers : une mère et sa fille condamnées pour maltraitance animale dans "une ferme de l'horreur"

Publié le par Ricard Bruno

Poitiers : une mère et sa fille condamnées pour maltraitance animale dans "une ferme de l'horreur"
Une mère et sa fille, propriétaires "d'une ferme de l'horreur" à Migné-Auxances ont été condamnées pour maltraitance animale, ce mardi 13 octobre par le tribunal correctionnel de Poitiers. Des animaux avaient été découverts morts, ou assoiffées et affamés, en janvier 2019.

Le tribunal correctionnel de Poitiers a condamné à des dommages et intérêts, des amendes, voire, de la prison avec sursis, une mère âgée de 55 ans et sa fille de 29 ans, propriétaires d'"une ferme de l'horreur" à Migné-Auxances (Vienne) pour maltraitance animale, ce mardi 13 octobre, relate France Bleu Nouvelle-Aquitaine.

Des animaux de leur ferme avaient été retrouvés assoiffés et affamés pour certains ou morts pour d'autres, en janvier dernier. Les deux accusés étaient absentes et sans avocat lors du procès. Elles ont été reconnues coupables de tous les chefs d'accusation. Cette ferme était à la base un projet de "ferme pédagogique" mené par la fille.

Interdiction définitive d'avoir un animal

La mère écope de son côté de trois amendes, à hauteur de 550 euros en tout, car elle n'a pas fait retirer les cadavres d'animaux morts, ce que l'on nomme un "défaut d'équarissage", détaille La Nouvelle République.

La fille est condamnée plus lourdement : trois mois de prison avec sursis pour abandon volontaire d'animal, 350 euros d'amende pour deux délits, ainsi que six contraventions d'une centaine d'euros pour défaut d'équarrissage.

C'est également à Charlène qu'il revient de verser des dommages et intérêts aux associations de protection des animaux qui se sont portées partie civile dans ce procès : 300 euros à la SPA Paris, 300 euros à la Fondation Brigitte Bardot, 395 euros à la SPA Poitiers, 4133 euros à l'association Equipaix, ainsi que 300 euros de préjudice moral, rapporte La Nouvelle République.

Ces sommes devraient les aider à soigner et nourrir les animaux toujours vivants. Charlène remboursera également les frais de justice de la défense et la confiscation des animaux, explique La Nouvelle République

Elle a également l'interdiction définitive de détenir un animal, rapporte le quotidien régional

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Finistère : les deux marins-pêcheurs accusés d'avoir décapité des phoques jugés

Publié le par Ricard Bruno

Finistère : les deux marins-pêcheurs accusés d'avoir décapité des phoques jugés

Deux marins-pêcheurs, un matelot et son patron, ont comparu ce lundi devant le tribunal correctionnel de Quimper (Finistère), pour avoir décapité deux phoques à Trégunc et Concarneau, au début de l'année 2019. Le parquet a requis une amende de 5000 euros pour chacun d'eux.

Deux marins-pêcheurs, un matelot âgé de 37 ans et son patron âgé de 48 ans, se sont présentés ce lundi 12 octobre au tribunal correctionnel de Quimper dans le Finistère, pour avoir décapité deux phoques gris, et naturalisé la tête de l'un, au début de l'année 2019. Une espèce protégée dans la région, rapporte un média local, Le Télégramme.

Le parquet a requis une amende de 5000 euros pour chacun des accusés.

Plusieurs associations portées partie civile

De nombreuses associations de défense des animaux se sont portées partie civile de l'affaire. Sea Shepherd, la fondation Brigitte Bardot, la SPA, Bretagne Vivante, la LPO, l'association Stéphane Lamart, ou encore 30 Millions d'Amis, et d'autres, ont assisté à l'audience, rapporte Le Parisien.

C'est une affaire qui avait fait scandale l'an dernier auprès des défenseurs des droits des animaux, et ému toute une ville.

Le 23 février 2019, la brigade maritime de Concarneau découvre une tête de phoque gris suspendue par une corde sur la digue du port de Concarneau, mutilée, détaille le Parisien.

Le 10 mars, un promeneur découvre cette fois un corps de phoque décapité dans l'anse du Cabellou. Les policiers remarquent que la tête a été coupée net, précise Le Télégramme. Un second  corps de phoque gris mutilé de façon similaire est identifié sur une plage de Trégnuc.

L'association Sea Sheperd avait promis 10.000 euros à toute personne ayant des informations sur l'identité des bourreaux, indique France Bleu. Un appel à témoin avait été également lancé dans la presse.

Le 27 avril 2019, un homme reconnaît les faits. À son domicile, les enquêteurs ont retrouvé une tête de phoque naturalisée, utilisée comme objet de décoration, posée sur une étagère.

Un "souvenir de pêche"

Le matelot est âgé de 37 ans. Marin dans le Finistère depuis 2017, il s'est défendu en disant avoir voulu garder un "souvenir de pêche", rapporte France Bleu

À la barre, l'accusé a expliqué que des phoques "se prenaient régulièrement dans les filets et on les remontait morts". "Au bout du neuvième, j’ai demandé l’autorisation à mon capitaine de prélever la tête pour la naturaliser [...] J’ignorais que c’était interdit". 

De son côté, le capitaine a réfuté les dires de son marin-pêcheur et affirmé n'avoir rien vu. Connu de la justice, ce marin-pêcheur n'aurait pas déclarer de nombreuses pêches accidentelles.

Tous deux ont été interpellés et arrêtés en mai 2019. Le patron est accusé de "non-déclaration de pêches accidentelles de mammifères marins protégés et complicité par aide ou assistance de destruction, et transport d'une espèce protégée", révèle Le Figaro. Il encourt 22.500 euros d'amende.

Le matelot est quant à lui jugé pour "destruction d'une espèce protégée". Il risque deux ans de prison et 150.000 euros d'amende.

Délibération le 26 novembre

Le tribunal judiciaire de quimper a requis une amende de 5.000 euros pour "les faits de destruction" car l'expertise réalisée a démontré que les phoques étaient déjà morts lors de la mutilation. Les parties civiles dont Sea Sheperd représenté par Me jean Tamelet, accompagnée de l'association Lamya Essemlali, ont exigé une peine "exemplaire" contre les deux pêcheurs, annonce Le Parisien.

L'avocat de l'accusation, Me Isma Hammarlebiod a qualifié l'acte de son client comme "sans doute stupide et naïf " et a ensuite poursuivit "On parle d'une espèce protégée et sauvage, qu'il faut bien réguler. Les phoques gris sont tellement nombreux qu'ils viennent jusque dans les ports et déclenchent forcément une guerre avec les pêcheurs." une remarque qui a choqué les associations de défense des animaux, d'après Le Parisien.

Les tueries de phoques sont fréquentes en France. En 2018, une enquête a été ouverte par la gendarmerie maritime du Havre, en raison de la mort de plusieurs phoques gris, dans le Pas-de-Calais, tués au fusil ou décapités, rappelle Le Figaro.

Le jugement est mis en délibéré le 26 novembre prochain.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Deux-Sèvres : les loups sont arrivés dans leur Sanctuaire...

Publié le par Ricard Bruno

Les trois loups ont d’abord voyagé à bord d’un hélicoptère avant de poursuivre avec un camion spécialisé.

Les trois loups ont d’abord voyagé à bord d’un hélicoptère avant de poursuivre avec un camion spécialisé.

Akéla, Kiava et Nemiak, trois loups d’Europe centrale de 12 ans, victimes de la tempête Alex, sont arrivés samedi à Frontenay-Rohan-Rohan.

 

Les trois loups d’Europe centrale et leurs congénères coulaient jusqu’à présent une paisible retraite au Parc Alpha, à Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes), aux portes du parc du Mercantour.
Leurs enclos étaient situés à proximité du Boréon, rivière qui prend sa source dans le lac du même nom et qui se jette ensuite, à la sortie du village, dans le Vésubie. Mais vendredi 2 octobre, en fin d’après-midi, sous les pluies torrentielles provoquées par la tempête Alex, le Boréon s’est transformé en un torrent furieux et destructeur qui a fini par tout emporter et tout fracasser. Les animaux se sont échappés, laissant libre court aux rumeurs les plus folles sur leur dangerosité.
Interrogée par Nice Matin, la vétérinaire du Parc Alpha, Véronique Luddeni, rassurait la population : « La partie basse des enclos, où il y avait les nouveaux loups arctiques, a été emportée par moitié. Deux arctiques sont morts et sept loups se sont échappés. Ils sont très facilement reconnaissables, mais absolument pas dangereux. Le danger est uniquement pour eux, par rapport aux autres meutes sauvages qui sont là. Le seul espoir, c’est qu’ils soient repoussés sur leur territoire et qu’ils retournent sur celui du Boréon, ce qui permettrait leur capture ».
Trois d’entre eux ont été récupérés, et c’est tout naturellement que le Sanctuaire des loups a proposé de les recueillir. Les trois animaux ont donc le trajet en hélicoptère puis en camion spécialisé, de Saint-Martin-Vésubie à Frontenay-Rohan-Rohan. Groggy par le transport et les anesthésiants, ils se sont très vite adaptés à leur nouvel environnement. Il y a fort à parier que les sept autres loups du Parc Alpha les rejoignent dès qu’ils auront été récupérés. « Nous sommes à la fois heureux de les accueillir, mais tellement désolés par ce qui arrive au Parc Alpha, avec qui nous travaillons depuis plus de trois ans. Nous allons leur donner tout notre amour », précisait Béatrice Gérardot, directrice du Sanctuaire.
Un appel aux donsLa structure ne bénéficiant d’aucune subvention, la passionnée en appelle aux dons pour nourrir et soigner tout ce petit monde : « Si des gens veulent nous donner de la viande, des dons de toute sorte, nous les accueillerons avec plaisir. Nous avons demandé de l’aide à la Fondation Brigitte Bardot mais elle a répondu par la négative ». Au regard de leur âge avancé, et de l’étendue des dégâts sur place, il est possible que les trois rescapés finissent leurs jours dans ce havre de paix qu’est le Sanctuaire. En novembre une autre meute venue d’Ille-et-Vilaine les rejoindra. Et peut-être les sept derniers loups du Parc Alpha.
> Pour les dons, s’adresser directement au Sanctuaire des loups : tél. 06.79.93.82.37.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Torpes Saint-Tropez...Le Livre qu'il vous faut !

Publié le par Ricard Bruno

Torpes Saint-Tropez...Le Livre qu'il vous faut !
Torpes Saint-Tropez...Le Livre qu'il vous faut !
Torpes Saint-Tropez...Livre que je viens de commencer et de suite on est plongé dans l'histoire...je vous le recommande grandement..

Partager cet article

Repost0

Virunga National Park décès du garde Bagurubumwe Chuhoze Déogène...

Publié le par Ricard Bruno

Virunga National Park décès du garde Bagurubumwe Chuhoze Déogène...
C’est avec une grande tristesse que le Parc National des Virunga annonce le décès du garde Bagurubumwe Chuhoze Déogène. Il fut tué ce samedi 10 octobre lors d’une attaque menée sur un poste de patrouille de l’ICCN à proximité du village de Sarambwe.
Il était Chef de section et travaillait pour l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature depuis 1996. Il laisse derrière lui une épouse et trois enfants.
Le Parc National des Virunga exprime ses condoléances émues à la famille et aux amis de notre collègue disparu. Nos pensées et prières vont vers eux en ces moments difficiles.
...
It is with the deepest sorrow that Virunga National Park announces the death of Ranger Bagurubumwe Chuhoze Deogene. He was killed on 10th October 2020 during an attack on an ICCN patrol post near the Village of Sarambwe.
He held the position of Head of Section and had worked for the Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) since 1996. He leaves behind a wife and 3 children.
We offer our sincere condolences to the family, friends and colleagues of our lost Ranger. Our thoughts and prayers are with them during this time.
Read the full statement: https://bit.ly/3dhubhr

Virunga National Park is greatly saddened to announce the death of Ranger Bagurubumwe Chuhoze Deogene. He was killed on 10th October 2020 during an attack on an ICCN patrol post near the Village of Sarambwe. Multiple local sources identify the FDLR-RUD armed group as responsible for the incident, stating that the perpetrators also pillaged the local communities nearby prior to and after the attack.

Deogene was 47 years old at the time of his death. He held the position of Head of Section and had worked for the Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) since 1996. He leaves behind a wife and 3 children.

Virunga National Park offers its sincere condolences to the family, friends and colleagues of our lost Ranger. Our thoughts and prayers are with them during this time. His death once again emphasises our debt of gratitude towards the ICCN Rangers who put their lives on the line to protect the park and help bring peace in North Kivu.

For all enquiries please contact press@virunga.org.

Partager cet article

Repost0

Mes dernières rentrées dans mes collections sur Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

33t Pour danser avec Brigitte disque Pacificref LDP D 244 Std

33t Pour danser avec Brigitte disque Pacificref LDP D 244 Std

45t Brigitte Bardot disque Barclay ref 73250 (turquie)

45t Brigitte Bardot disque Barclay ref 73250 (turquie)

45t Brigitte Bardot disque Fontana ref 467 240 TE (Portugal)

45t Brigitte Bardot disque Fontana ref 467 240 TE (Portugal)

Partager cet article

Repost0

Mariages, santé, carrière... L'incroyable vie de Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Mariages, santé, carrière... L'incroyable vie de Brigitte Bardot

 Sex-symbol des années 1960, Brigitte Bardot reste une actrice mythique du cinéma français et international. De sa carrière à sa vie privée en passant par ses prises de position polémiques, retour sur le parcours d'une star unique en son genre.
Son enfance
Brigitte Bardot est née le 28 septembre 1934, au sein d'une famille bourgeoise et catholique. Son père est propriétaire des Usines Bardot, sa mère est artiste. Durant son enfance, celle qui deviendra actrice souffre d'une amblyopie : elle ne voit pas bien de l'oeil gauche. Brigitte Bardot est éduquée selon la tradition catholique stricte, étudiant notamment à l'Institut de la Tour de Paris.  

Mariages, santé, carrière... L'incroyable vie de Brigitte Bardot

Brigitte Bardot fait ses débuts d'actrice dès les années 1950. Il faudra toutefois attendre "Et Dieu... créa la femme" (1956) pour qu'elle accède au rang de star internationale. Grâce à sa sensualité et sa beauté, elle est rapidement érigée en sex-symbol de l'époque, une étiquette qui lui collera à la peau toute sa vie. Elle prêtera même ses traits à l'un des bustes de Marianne à la fin des années 1960.

Cette notoriété lui ouvre les portes des plateaux de cinéma : lorsqu'on examine la carrière de Brigitte Bardot, on retrouve des classiques tels "Le Mépris", "Viva Maria" ou encore "La Vérité". Son succès sera tel qu'elle devient en 1958 l'actrice la mieux payée du cinéma français.

Mariages, santé, carrière... L'incroyable vie de Brigitte Bardot

Si elle est plus connue comme actrice, Brigitte Bardot a mené de front une carrière de chanteuse. Elle débute la musique en 1962. C'est à B.B. qu'on doit notamment "La Madrague", son plus grand succès. Composé par Gérard Bourgeois et écrit par Jean-Max Rivière, ce titre fait d'ailleurs référence à à la propriété de l'actrice à Saint-Tropez. Elle chante ce morceau pour la première fois en 1967, au cours de l'émission Le Palmarès des Chansons - spécial Dalida. Depuis, plusieurs artistes ont repris cette chanson : Laurent Voulzy, Camelia Jordana ou encore Angèle.

Mariages, santé, carrière... L'incroyable vie de Brigitte Bardot

Parmi les films majeurs de Brigitte Bardot, on retrouve "La Vérité" d'Henri-Georges Clouzot, sorti en 1960. Le tournage a toutefois été particulièrement éprouvant pour l'actrice, puisque le réalisateur n'a pas manqué de la malmener pour les besoins du film. A tel point qu'après sa sortie, l'actrice enchaînera les films avec moins d'enthousiasme. Dans ses mémoires, Initiales B.B., la comédienne se souviendra que le cinéaste de La Vérité lui a fait avaler, pour le besoin d'une scène, deux somnifères, en prétendant que c'était de l'aspirine. L'actrice ne se réveillera que 48 heures après. Néanmoins, elle juge que la scène est excellente.

Mariages, santé, carrière... L'incroyable vie de Brigitte Bardot

Après "La Vérité", Brigitte Bardot enchaîne les films, mais avec moins d'enthousiasme qu'à ses débuts. Elle refuse notamment d'incarner la James Bond Girl d'"Au service secret de Sa Majesté". L'actrice sera également indifférente aux succès de "Boulevard du Rhum" et "Les Pétroleuses", et joue à contrecœur dans "Don Juan 73", la suite de "Et Dieu...créa la femme". Après "L'histoire très bonne et très joyeuse de Colinot trousse-chemise" en 1973, Brigitte Bardot décide de mettre fin à sa carrière de comédienne pour se consacrer au combat de sa vie : la lutte pour la défense de la cause animale. "En donnant ma vie aux animaux, ce sont eux qui m'ont sauvée, confiait-elle en 2019 à Voici. Ils ont donné un sens à mon existence, un sens tellement important qu'il n'a plus jamais été question par la suite de mettre fin à mes jours. Ils m'ont apporté la vérité, l'amour vrai."

Mariages, santé, carrière... L'incroyable vie de Brigitte Bardot

La vie amoureuse de Brigitte Bardot a fasciné les médias. Elle a été mariée quatre fois : avec Roger Vadim en 1952, Jacques Charrier en 1959, Gunter Sachs en 1966 et enfin Bernard d'Ormale en 1992. On lui connaît également plusieurs liaisons avec d'autres personnalités : elle tombe amoureuse de Jean-Louis Trintignant sur le tournage de "Et Dieu... créa la femme", avant d'entamer une relation avec Gilbert Bécaud et Sacha Distel. Elle débute également une liaison avec Sami Frey sur le plateau de "La Vérité", avant de vivre une romance passionnée avec Serge Gainsbourg, alors qu'elle est mariée à Gunter Sachs. On lui prête également des relations avec Patrick Filles, Christian Kalt, Laurent Vergez et Allain Bougrain-Dubourg.

Mariages, santé, carrière... L'incroyable vie de Brigitte Bardot

En 1967, Brigitte Bardot débute une collaboration musicale avec Serge Gainsbourg. Ils enregistrent plusieurs titres ensemble : "Je t'aime...moi non plus", "Comic strip" ou encore "Bonnie and Clyde". Au départ, c'est une complicité artistique qui les rapproche. Au fur et à mesure, une idylle naît entre eux : Brigitte Bardot, alors mariée avec Gunter Sachs, devient la muse de L'homme à tête de chou. Le couple se sépare alors que Brigitte Bardot part en Espagne pour tourner "Shalako" en 1968. Dans une interview à Nice Matin en 2011, l'actrice se souvient de cette romance passionnée : "Après notre séparation, il m'écrivit dans la détresse un vibrant hommage : "Initials B.B.", qui reste la plus belle déclaration d'amour qu'un homme m'ait jamais faite".

Mariages, santé, carrière... L'incroyable vie de Brigitte Bardot

En 1992, Brigitte Bardot rencontre celui qui partage sa vie depuis bientôt 30 ans, Bernard d'Ormale. Dans ses mémoires, l'actrice se confiera sur son histoire d'amour avec cet industriel, rencontré lors d'un dîner organisée par la seconde épouse de Jean-Marie Le Pen : "Un coup de foudre mutuel, se souvient-elle. Il sera mon mari pour le reste de ma vie".

Le couple se dit oui quelques mois après leur rencontre, le 16 août 1992. Ils vivent encore aujourd'hui toujours ensemble.

Mariages, santé, carrière... L'incroyable vie de Brigitte Bardot

Brigitte Bardot a donné naissance à son unique enfant, Nicolas-Jacques Charrier, le 11 janvier 1960. Mais l'actrice ne l'a jamais cachée, elle ne voulait pas être mère. Elle avait auparavant avorté deux fois. Mais la seconde IVG lui provoque une hémorragie et un arrêt cardiaque. Traumatisée par cet incident, elle décide quelques années plus tard de garder l'enfant de Jacques Charrier. Dans son autobiographie publiée en 1996, elle aura des propos sur sa grossesse qui feront scandale à l'époque : "C'était comme une tumeur qui s'était nourrie de moi, que j'avais portée dans ma chair tuméfiée, n'attendant que le moment béni où l'on m'en débarrasserait enfin. Le cauchemar arrivé à son paroxysme, il fallait que j'assume à vie l'objet de mon malheur". Suite à ces propos, Nicolas Charrier intente un procès contre sa mère pour "atteinte à l'intimité intra-utérine" : B.B. doit lui verser 100 000 francs.

Mariages, santé, carrière... L'incroyable vie de Brigitte Bardot

Brigitte Bardot a combattu un cancer du sein en 1984. Toutefois, l'ex-comédienne alors âgée de 49 ans refuse de se faire soigner dans un premier temps, avant de se laisser convaincre par son amie, Marina Vlady. "J'étais toute seule et j'avais décidé de faire uniquement de la radiothérapie, et pas cette épouvantable chimio, pour ne pas perdre mes cheveux, se souvient-elle en 2018, dans une interview à Paris Match. Elle détruit le mal mais aussi le bien et on en sort anéanti. Je vois des gens qui, après cette épreuve, sont des loques. Jamais je ne voudrais passer par là. Cette maladie m'a obligée à me retrouver face à moi-même. Et maintenant, si j'aime bien parfois la solitude, je ne peux néanmoins vivre seule". Après ce traitement, Brigitte Bardot sera totalement guérie.

Mariages, santé, carrière... L'incroyable vie de Brigitte Bardot

Brigitte Bardot a fait plusieurs tentatives de suicide au cours de sa vie et ne l'a jamais caché. La première a lieu alors qu'elle n'a pas encore 18 ans, lorsque ses parents refusent qu'elle épouse Roger Vadim. Après ce geste désespéré, son père finira par accepter, à condition qu'elle attende d'être majeure. La seconde a lieu le 28 septembre 1960, à l'occasion de son 26e anniversaire : l'actrice ingère beaucoup d'alcool et de comprimés, avant de s'ouvrir les veines dans une bergerie. Elle sera retrouvée par un enfant qui passait par là. Quarante-huit heures plus tard, elle se réveille à l'hôpital et sera suivie par des psychiatres. En octobre 2019, dans les colonnes de Vogue, B.B. reviendra d'ailleurs succinctement sur ses moments de dépression : "Quand je faisais du cinéma, ma vie ne correspondait pas à l'absolu que je recherchais".

Mariages, santé, carrière... L'incroyable vie de Brigitte Bardot

Après avoir mis fin à sa carrière au cinéma,Brigitte bardot se dédie corps et âme à la cause animale. Elle commence son combat en 1964, en se révoltant contre le martelage au burin, ce qui mènera à la création du pistolet de Brigitte Bardot. Celui-ci permet la mort de l'animal sans qu'il ne ressente de douleur. En 1976, elle lance une campagne internationale contre la chasse aux phoques : le 15 mars 1977, le président Valery Giscard d'Estaing interdit l'import des peaux de phoques en France. En 1986, elle crée la Fondation Brigitte Bardot, qui lutte contre la maltraitance animale. Pour qu'elle soit reconnue d'intérêt publique, la comédienne vendra tous ses effets personnels, ses bijoux, robes, photos, affiches dédicacées de l'époque où elle était une star mondiale.

Mariages, santé, carrière... L'incroyable vie de Brigitte Bardot

En février 2019, Brigitte Bardot publie une lettre écrite au Président de la République Emmanuel Macron. L'ancienne actrice lui reproche notamment son "inaction" en matière du droit des animaux : "Je vous demande de vous mettre En Marche pour les animaux". Elle se dit "plus que déçue par [son] immobilisme", faisant référence aux images choquantes tournées dans un abattoir de Rodez, où des bovins sont mis à mort sans étourdissement. "Monsieur le Président, il n'est plus temps de tergiverser sur la question, de se renvoyer la balle indéfiniment, regardez les images que nous dévoilons aujourd'hui, elles sont scandaleuses, choquantes, indignes et inacceptables d'un pays comme la France qui se prétend civilisé".

Mariages, santé, carrière... L'incroyable vie de Brigitte Bardot

Politiquement, Brigitte Bardot se définit comme "conservatrice", précisant être "une française de souche lointaine et fière de l'être". Elle n'a pas caché son affiliation pour le Front National, disant en 1999 "partager certaines idées du FN, notamment contre la forte immigration en France." Elle a également soutenu Marine Le Pen lors de l'élection présidentielle de 2012. L'ancienne icône des années soixante a précisé ses opinions dans Le Monde (janvier 2018), précisant qu'elle "juge les politiques à l'aune de ce qu'ils proposent pour la cause animale". Elle explique avoir "eu un espoir insensé quand le Front national a fait des propositions concrètes pour réduire la souffrance animale [...] Si demain un communiste reprend les propositions de ma fondation, j'applaudis et je vote. Mais je n'accorderai plus mon soutien à personne".

Mariages, santé, carrière... L'incroyable vie de Brigitte Bardot

Depuis la fin de sa carrière, et malgré son combat pour la cause animale, l'image de Brigitte Bardot est controversée en raison de plusieurs prises de positions polémiques. Ses propos, sur l'islam en France, le métissage, l'immigration, l'abattage rituel des animaux ou encore l'homosexualité, ont été largement critiqués. Elle a d'ailleurs été plusieurs fois condamnée pour incitation à la haine raciale, notamment suite à la publication de son ouvrage Un cri dans le silence (2003). Ses positions sur les femmes, la télé-réalité, les transgenres, les hommes politiques et la restauration rapide ont également été sujet à controverse à la sortie de ce livre.

Mariages, santé, carrière... L'incroyable vie de Brigitte Bardot

En 2019, Brigitte Bardot fait partie des personnalités qui ont apporté publiquement leur soutien au mouvement des Gilets Jaunes. Le 17 février, elle s'est d'ailleurs rendu à un débat organisé par ces manifestants dans un motel à Fréjus. Elle les a notamment invités à "ne rien lâcher". "Ils ont beaucoup de courage", estime l'octogénaire au micro de L'Obs. Elle s'était également affichée sur les réseaux sociaux le 28 novembre 2018 en portant un gilet jaune, un cliché accompagné de la légende : "Avec vous".

Mariages, santé, carrière... L'incroyable vie de Brigitte Bardot

Brigitte Bardot a déjà évoqué publiquement ses états d'âmes concernant sa mort. En 2018, dans les colonnes du Monde, l'actrice a révélé qu'elle souhaitait reposer dans le jardin de sa propriété La Madrague, dans le Var. "J'ai choisi un petit coin, proche de la mer, qui a été entériné par les autorités". Elle explique ne pas souhaiter reposer dans le cimetière de Saint-Tropez, "où une foule de connards risquerait d'abîmer la tombe de mes parents et mes grands-parents. Je veux qu'on leur foute la paix". Sa propriété sera également transformée en musée pour permettre aux fans de se recueillir, mais aussi pour apporter des revenus à la Fondation Brigitte Bardot. Elle ne souhaite également que son nom, son prénom, ses dates de naissances et de mort, ainsi qu'une croix sur sa tombe. "Rien d'autre", tranche-t-elle en 2020 au magazine Point de vue.

Tempête Alex : les 3 loups sont arrivés au Sanctuaire de Fontenay, ​dans les Deux-Sèvres

Publié le par Ricard Bruno

Trois loups du Parc Alpha (Alpes-Maritimes), détruit par la tempête Alex, sont arrivés samedi matin au Sanctuaire des loups. (Photo NR)

Trois loups du Parc Alpha (Alpes-Maritimes), détruit par la tempête Alex, sont arrivés samedi matin au Sanctuaire des loups. (Photo NR)

Trois loups du parc Alpha de Saint-Martin-de -Vésubie, dans les Alpes-Maritimes, qui s'étaient échappées après la tempête Alex ont pu être récupérés. Ils ont été accueillis ce samedi 10 octobre au sanctuaire de Fontenay Rohan-Rohan.

Frontenay-Rohan-RohanAkéla, Kiava et Nemiak, trois loups d’Europe centrale de 12 ans, et leurs congénères coulaient jusqu’à présent une paisible retraite au Parc Alpha, à Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes), aux portes du parc du Mercantour. Leurs enclos étaient situés à proximité du Boréon, rivière qui prend sa source dans le lac du même nom et qui se jette ensuite, à la sortie du village, dans le Vésubie. Mais vendredi 2 octobre, en fin d’après-midi, sous les pluies torrentielles provoquées par la tempête Alex, le Boréon s’est transformé en un torrent furieux et destructeur qui a fini par tout emporter et tout fracasser. Les animaux se sont échappés, laissant libre court aux rumeurs les plus folles sur leur dangerosité. Interrogée par Nice Matin, la vétérinaire du Parc Alpha, Véronique Luddeni, rassurait la population : « La partie basse des enclos, où il y avait les nouveaux loups arctiques, a été emportée par moitié. Deux arctiques sont morts et sept loups se sont échappés. Ils sont très facilement reconnaissables, mais absolument pas dangereux. Le danger est uniquement pour eux, par rapport aux autres meutes sauvages qui sont là. Le seul espoir, c’est qu’ils soient repoussés sur leur territoire et qu’ils retournent sur celui du Boréon, ce qui permettrait leur capture ».
Un appel aux dons Trois d’entre eux ont été récupérés, et c’est tout naturellement que le Sanctuaire des loups a proposé de les recueillir. Les trois animaux ont donc fait le trajet en hélicoptère puis en camion spécialisé, de Saint-Martin-Vésubie à Frontenay-Rohan-Rohan. Groggy par le transport et les anesthésiants, ils se sont très vite adaptés à leur nouvel environnement. Il y a fort à parier que les sept autres loups du Parc Alpha les rejoignent dès qu’ils auront été récupérés. « Nous sommes à la fois heureux de les accueillir, mais tellement désolés par ce qui arrive au Parc Alpha, avec qui nous travaillons depuis plus de trois ans. Nous allons leur donner tout notre amour », précisait Béatrice Gérardot, directrice du Sanctuaire. La structure ne bénéficiant d’aucune subvention, la passionnée en appelle aux dons pour nourrir et soigner tout ce petit monde : « Si des gens veulent nous donner de la viande, des dons de toute sorte nous les accueillerons avec plaisir. Nous avons demandé de l’aide à la Fondation Brigitte Bardot mais elle a répondu par la négative ». Mais au regard de leur âge avancé, et de l’étendue des dégâts sur place, il est possible que les trois rescapés finissent leurs jours dans ce havre de paix qu’est le Sanctuaire. En novembre, une autre meute venue d’Ille-et-Vilaine les rejoindra. Et peut-être les sept derniers loups du Parc Alpha.


Pour les dons, s’adresser directement au Sanctuaire des loups : tél. 06.79.93.82.37.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Juliette Gréco est décédée ce mercredi 23 septembre à l’âge de 93 ans...

Publié le par Ricard Bruno

Une très grande dame de la chanson Française s'en est allée au paradis des chanteurs, rejoindre ses amis.

Adieu l'artiste..

Bruno Ricard 

Brigitte Bardot et Juliette Gréco...
Brigitte Bardot et Juliette Gréco...
Brigitte Bardot et Juliette Gréco...

Brigitte Bardot et Juliette Gréco...

DÉCÈS - La chanteuse Juliette Gréco est décédée ce mercredi 23 septembre à l’âge de 93 ans, a annoncé sa famille.

Juliette Gréco s’est éteinte ce mercredi 23 septembre 2020 entourée des siens dans sa tant aimée maison de Ramatuelle. Sa vie fut hors du commun”, a indiqué la famille.

“Elle faisait encore rayonner la chanson française à 89 ans”, a-t-elle ajouté. Jusqu’à l’AVC qui l’avait frappée en 2016, année où elle avait également perdu sa fille unique Laurence-Marie.

“C’est une très grande dame qui s’en va”

“Cela me manque terriblement. Ma raison de vivre, c’est chanter! Chanter, c’est la totale, il y a le corps, l’instinct, la tête”, déclarait la chanteuse encore tout récemment lors d’un entretien publié en juillet dans l’hebdomadaire Télérama.

“C’est une très grande dame qui s’en va”, a réagi auprès de l’AFP Alexandre Baud, producteur de sa dernière tournée. “Juliette était fatiguée depuis quelques temps mais elle avait conservé son esprit extrêmement vif comme en témoigne sa débridée interview avec Télérama”.

L’icône de la chanson française est aussi célèbre pour son interprétation de Belphégor à la télévision.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0