Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2058 articles avec le web en parle

L'abattage du mouton intérdite à Grenoble...

Publié le par Ricard Bruno

Une formation sur les pratiques légales de l'abattage du mouton intérdite à Grenoble

Cela devait être une première en France. Dimanche 9 novembre, à Grenoble, dans l'Isère, devait se tenir une formation destinée aux "pères de famille" sur les pratiques légales de l'abattage du mouton pour la fête de l'Aïd el-Kébir, organisée par l'Association de sensibilisation d'information et de défense du consommateur musulman (ASIDCOM) et un cabinet vétérinaire. Il s'agissait  pour le président de l'association, Hadj Abdel Aziz Di Spigno, d'informer les musulmans sur la réglementation européenne de l'abattage. La mairie de Grenoble avait autorisé la mise à disposition d'une salle municipale, après avoir vérifié que la formation "aurait bien lieu dans le respect de la réglementation". Mais l'ASIDCOM a dû renoncer.
Mais dans un courrier transmis samedi matin, le préfet de l'Isère a demandé à Michel Destot, député-maire PS de Grenoble, de refuser la tenue de cette formation. Selon le Dauphiné Libéré, les raisons de cette interdiction sont, pour la mairie , "difficiles à comprendre". "La lettre de la préfecture évoque en effet des troubles à l'ordre public susceptibles d'intervenir et les vives critiques publiques, précise, une source à la mairie, seule l'association de Brigitte Bardot a émis des critiques... Quant aux troubles susceptibles d'intervenir... rien de très concret. Mais cette lettre est sans effet puisque l'association nous a informés, plus tôt dans la journée de samedi, de son intention de reporter sa formation". L'intervention du préfet avait été demandée par le ministère de l'intérieur. La fondation Brigitte Bardot, pour sa part, estimait qu'elle constituait un "véritable appel à l'abattage clandestin".

 

De son côté, la mairie de Grenoble avait, dès vendredi, exprimé son intention de respecter "la décision prise par l'Etat". "Depuis des années, la Ville de Grenoble est engagée aux côté de la communauté musulmane pour organiser les cérémonies de l'Aïd el-Kébir dans des conditions respectueuses de la réglementation sanitaire, notamment par la mise à disposition de l'abattoir du Fontanil (Isère)", rappelle-t-on dans l'entourage du maire.


Source : http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/11/09/une-formation-sur-les-pratiques-legales-de-l-abattage-du-mouton-interdite-a-grenoble_1116647_3224.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Formation à l'abattage du mouton!!!!

Publié le par Ricard Bruno

Rhône-Alpes.
Feu vert de la mairie de Grenoble (quelle honte) à une formation à l'abattage du mouton décriée par la fondation Brigitte-Bardot

La mairie de Grenoble a donné son feu vert le 7 novembre 2008 à la tenue dans une salle municipale d'une formation destinée aux "pères de famille" sur l'abattage du mouton pour la fête de l'Aïd el-Kébir, critiquée par la fondation Brigitte-Bardot. (elle a entièrement raison !) 
"La ville de Grenoble confirme l'autorisation donnée pour cette réunion", "compte tenu des vérifications réalisées auprès de l'association" organisatrice et "de la confirmation apportée sur le fait qu'elle s'inscrit bien dans le cadre de la réglementation sanitaire", indique-t-on dans l'entourage du maire.
L'Association de sensibilisation d'information et de défense du consommateur musulman (Asidcom) présente cette formation, organisée gratuitement, comme "une première en France".
Elle vise à informer les musulmans sur la réglementation européenne de l'abattage, a assuré le président de l'association, Hadj Abdel Aziz Di Spigno.

Abattage clandestin
Le 6 novembre 2008, la fondation Brigitte-Bardot avait estimé que cette réunion constituait une "véritable appel à l'abattage clandestin". (La fondation a entièrement raison)
La loi française impose que les animaux "dits de consommation soient tués dans un abattoir par des professionnels agréés", avait rappelé la fondation.
"Il y a des personnes qui sont formées pour tuer les moutons et on ne comprend pas pourquoi cette formation s'adresse aux pères de famille. On ne s'improvise pas abatteur", avait dénoncé le responsable du bureau de protection animale de la fondation, Christophe Marie.
Organisée pour 80 personnes, la formation vise "en priorité les pères de famille" car "ce sont ceux qui ont la responsabilité d'exercer le sacrifice" de l'Aïd, qui aura lieu en décembre, a précisé Hadj Abdel Aziz Di Spigno, ajoutant qu'il n'était "pas question de former des professionnels, ni d'encourager l'abattage clandestin" (tiens donc!! !) .
En 2007, 130.000 moutons ont été abattus légalement contre 70.000 clandestinement pour l'Aïd ( , selon les chiffres officiels.

Source : http://www.lagazettedescommunes.com/actualite/31259/sante_publique/rhone_alpes_feu_vert_mairie_grenoble_formation_abattage_mouton_decriee_fondation_brigitte_bardot.htm

Ps : en rouge mon commentaire

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Gainsbourg, le film : le casting s'étoffe

Publié le par Ricard Bruno
















Le casting autour du film autobiographique sur Serge Gainsbourg s'est étoffé avec une liste d'acteurs pour jouer les grandes parties du film. Le film sera réalisé par Joann Sfar, un célèbre auteur de bande dessinée. Le rôle principal sera joué par l'acteur Eric Elmosnino. Les seconds rôles seront joués par Laetitia Casta dans le rôle de Brigitte Bardot, une ancienne maîtresse de Gainsbourg, souvenez-vous de la célèbre chanson "Je t'aime ... moi non plus".. Gainsbourg a écrit des chansons pour presque chaque actrice française, la plupart des acteurs de cette époque devraient être présents dans ce film. Anna Mouglalis jouera Juliette Greco, on note aussi la présence de Sara Forestier, Mylène Jampanoi , Bambou, le dernier amour de sa vie.. Le casting est encore en voie de prendre de l'ampleur, Jane Birkin, Charlotte Gainsbourg ou encore François Hardy devront bien prendre leur place dans le film à un moment ou un autre.. tout reste à faire. La musique du film sera composé par Gonzalez, il a notamment collaboré avec Fiest sur bon nombre de ses albums et certains de ses titres français.

Source : http://www.eparsa.fr/webredactions/index.php?2008/10/29/8679-gainsbourg-le-film-le-casting-s-etoffe

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

De Ginsburg à Gainsbarre... !

Publié le par Ricard Bruno

De Ginsburg à Gainsbarre... ! jusqu'au 1er mars 2009 au musée de la Cité de la Musique














Jusqu'au 1er mars 2009, le musée de la Cité de la Musique à Paris consacre une exposition à Serge Gainsbourg. Organisée grâce à des prêts exceptionnels consentis par la famille et particulièrement par sa fille, Charlotte, cet hommage permet aux visiteurs de plonger au coeur de l'univers poétique et sophistiqué de l'artiste. Documents exceptionnels. Tour à tour peintre, écrivain, poète, auteur, interprète, compositeur, acteur, réalisateur, Serge Gainsbourg a toujours été en avance sur son temps. L'exposition met en lumière la modernité de son travail sur la musique, les mots et les images. L'occasion pour le public de découvrir des centaine d'images animées, extraites de films et de documents audiovisuels, des photos, un grand nombre de manuscrits originaux, d'objets et d'écrits. Dans une petite salle attenante à l'exposition sont présentées plus de 300 pochettes de disques enregistrés par Serge Gainsbourg et ses différents interprètes. Des documents exceptionnels réunis grâce la famille de l'artiste et notamment sa fille Charlotte.

L'exposition s'articule autour de 4 grandes périodes :
La « période bleue » 1958-1965. Dans les années 20, Joseph Ginsburg, peintre et pianiste, quitte la Russie accompagné de sa femme Olga et rejoint la France. Lucien Ginsburg naît à Paris en 1928. Il apprend le piano, commence à jouer dans les cabarets mais veut devenir peintre. L'exposition présente son Autoportrait, l'un des rares témoignages de sa production picturale. En 1958, Lucien Ginsburg devient Serge Gainsbourg, met la peinture de côté et enregistre le poinçonneur des lilas. C'est en référence à Picasso qu'il qualifiera la première partie de sa carrière, marquée par une certaine mélancolie, de « Période bleue ».

Les idoles 1965- 1969. La deuxième partie de l'exposition insiste sur cette période de création prolifique où Serge Gainsbourg compose pour France Gall, Françoise Hardy, Mireille Darc, Brigitte Bardot, Valérie Lagrange... devenant les idoles de la jeunesse de la fin des années 60. Gainsbourg est passé du statut de «chansonnier prometteur» à celui de célébrité auprès du grand public. Il commence également à collaborer avec William Klein, photographe New-Yorkais.

La décadence 1969- 1979. Le scandale international provoqué par la diffusion de Je t'aime moi non plus enregistré par Jane Birkin une octave plus haut que Brigitte Bardot ouvre une période d'intenses créations qui franchissent amplement les frontières tant musicales que thématiques, de la variété française. Un extrait du docu-fiction, réalisé par Agnès Varda, Jane B par Agnes V présente aux visiteurs, diapositives à l'appui, Jane Blow up Birkin, qui inspire à Serge Gainsbourg 5 albums. L'exposition consacre également une large section à l'histoire de Melody Nelson en diffusant l'adaptation télévisuelle de Jean Christophe Averty dans son intégralité.

Ecce homo 1979- 1991. La dernière partie de l'exposition, traite des années 80 qui pour Serge Gainsbourg s'ouvrent sur un nouveau coup d'éclat d'envergure politique avec la version reggae de La Marseillaise. Placés sous le signe du mixage des cultures, des genres et des modes, ces albums évoquent crûment l'inceste, l'homosexualité et la drogue. Gainsbarre, le double médiatique et volontairement déviant de Serge Gainsbourg est né. A la fin de sa vie, Serge Gainsbourg joue de son image avec les médias tout en cultivant dans l'intimité de la rue de Verneuil un goût toujours prononcé pour la culture classique. La pluridisciplinarité de ses talents a fait de sa vie, une oeuvre.

Autour de l'exposition.

  • Pour accompagner cette immersion dans l'univers de Gainsbourg, la Cité de la musique propose également :
  • Des présentations gratuites de l'exposition les week-ends et pendant les vacances scolaires.
  • Un concert-promenade les 25 et 26 octobre de 14h30 à 17h30 des musiciens et des comédiens restitueront l'ambiance musicale et poétique qui influença Gainsbourg.
  • Des projections de films célèbres ou inédits pour découvrir une autre facette de l'artiste (réalisateur, acteur, auteur de musique de films)
  • Des rencontres avec des témoins essentiels de la trajectoire cinématographique et musicale de Gainsbourg.
  • Deux cycles de concerts : Les années Gainsbourg I ( du 22 au 28 octobre) et Les années Gainsbourg II ( les 21 et 25 février).

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

News cinema...

Publié le par Ricard Bruno



Une partie du casting du biopic sur Serge Gainsbourg - Serge Gainsbourg : vie héroïque - vient d’être dévoilée.

Et parmi ceux qui incarneront les grandes stars françaises on retrouve le chanteur Philippe Katerine (qui jouera Boris Vian), Laetitia Casta (qui prêtera ses traits à Brigitte Bardot), la jeune Sara Forestier (qui incarnera France Gall) et Mylène Jampanoï (qui jouera la chanteuse Bambou, dernière compagne de Gainsbourg).

Quant au maître lui-même, c’est Eric Elmosnino (vu dans Actrices, Intrusions) qui l'interprètera.

A noter : le tournage devrait commencer courant janvier 2009





Source : http://teemix.aufeminin.com/news/cine-tv/cinema/n16396.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Lou Doillon et Laetitia Casta...

Publié le par Ricard Bruno

Lou Doillon et Laetitia Casta dans le biopic sur Serge Gainsbourg ?

A l'occasion de l'ouverture d'une exposition consacrée à Serge Gainsbourg à la Cité de la musique de Paris, les rumeurs enflent sur le casting du biopic que réalise Joann Sfar. Lou Doillon est pressentie dans le rôle de Jane Birkin et Laetitia Casta dans celui de Brigitte Bardot.























La Cité de la musique de Paris rend hommage au mythique et provocateur Serge Gainsbourg avec une exposition à la Cité de la musique de Paris. Ouverte à partir d'aujourd'hui, elle durera jusqu'au 1er février 2009. Serge Gainsbourg, qui aurait fêté ses 80 ans cette année, fait l'objet d'un véritable culte et son génie demeure toujours un secret mystérieux. Ce secret, le dessinateur Joann Sfar a décidé de tenter de le percer en réalisant un biopic (film biographique) retraçant la vie de Serge Gainsbourg de 1940 à 1980. Pour incarner le célèbre fumeur de Gitanes, Joann Sfar a choisi le comédien de théâtre Eric Elmosnino. Quant aux femmes sensuelles et emblématiques que Gainsbourg a croisées dans sa vie, parmi lesquelles Jane Birkin et Brigitte Bardot, elles devraient respectivement être interprétées par Lou Doillon et Laetitia Casta.

A 26 ans, Lou Doillon pourrait donc jouer le rôle de sa propre mère qui forma avec Serge Gainsbourg l'un des couples les plus sulfureux de la chanson française. Quant à Brigitte Bardot qui fut aussi la muse de Gainsbourg, on avait murmuré le nom de la comédienne qui monte, Louise Bourgoin, pour l'interpréter. Mais le rôle aurait finalement été attribué à la brune Laetitia Casta. Du beau monde pour raconter une belle histoire.


Source : http://people.plurielles.fr/news-people/lou-doillon-et-laetitia-casta-dans-le-biopic-sur-serge-gainsbourg-4131035-402.html



Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

L'éphéméride du 28 septembre !

Publié le par Ricard Bruno

L'éphéméride du dimanche 28 septembre 2008

Le 28 septembre 1966, mourait André Breton

Avec la disparition d'André Breton, le 28 août 1966, s'achevait une aventure de près d'un demi-siècle qui bouleversa la littérature, la peinture et toute une façon de penser. Une aventure éclatante qui fit couler tant d'encre, qui provoqua tant de scandales: le surréalisme. André Breton, qui naquit en 1896, en fut l'âme, le théoricien, le guide et le censeur parfois sévère. Il réunit autour de lui des artistes comme Dali, Miró, Max Ernst, Giacometti, des poètes-écrivains tels qu'Eluard, Aragon, Prévert, pour ne citer que les plus célèbres. L'humour, l'imagination, le rêve étaient au coeur des préoccupations de tous. Ainsi André Breton organisa-t-il à Paris, en 1938, une exposition internationale du surréalisme qui fit grand bruit. A l'entrée, se trouvait le "Taxi pluvieux" de Dali: un système de tuyauteries déversait abondamment, à l'intérieur, de l'eau sur des mannequins assis parmi des laitues, des endives et des escargots de Bourgogne. Le couloir, qui menait à la galerie, était orné de mannequins de cire costumés. Enfin, dans la grande salle, on ne pouvait apercevoir les tableaux car il faisait nuit noire!

Cela s'est aussi passé un 28 septembre:

2003 -- Décès d'Elia Kazan, 94 ans, cinéaste américain d'origine grecque, réalisateur de "A l'Est d'Eden", "Un Tramway nommé désir" ou "Mort d'un commis voyageur".

2000 -- La visite du chef du Likoud Ariel Sharon à l'Esplanade des Mosquées de Jérusalem déclenche les plus violents affrontements depuis 1996 entre Palestiniens et policiers israéliens.

1995 -- Le Premier ministre israélien Yithzak Rabin et le chef de l'OLP Yasser Arafat signent à Washington l'accord sur l'extension de l'autonomie palestinienne en Cisjordanie.

1991 -- Décès du trompettiste de jazz Miles Davis.

1989 -- L'ex-président philippin Ferdinand Marcos meurt en exil à Hawaï.

1978 -- Le pape Jean Paul Ier meurt après seulement 33 jours de pontificat.

1972 -- La Chine et le Japon rétablissent leurs relations diplomatiques.

1970 -- Le colonel Gamal Abdel Nasser, chef de l'Etat égyptien, succombe à une crise cardiaque à l'âge de 52 ans. Le vice-président Anouar El Sadate lui succédera le 15 octobre.

1966 -- Décès de l'écrivain français André Breton.

1961 -- La Syrie quitte la République arabe unie qu'elle formait avec l'Egypte.

1958 -- Le référendum sur la Constitution de la Ve République est approuvé.

1950 -- L'Indonésie est admise à l'ONU.

1941 -- Les Allemands déclenchent un régime de terreur en Tchécoslovaquie occupée.

1939 -- L'Allemagne et l'URSS se mettent d'accord sur un plan de partage de la Pologne.

1924 -- Deux avions de l'US Air Force accomplissent le premier tour du monde aérien.

1915 -- Victoire des Britanniques sur les Turcs à Kout el-Mara en Irak.

1716 -- Le traité de Hanovre, entre la France et l'Angleterre, ouvre la voie à une Triple Alliance avec la Hollande.

1687 -- Les Ottomans cèdent Athènes aux Vénitiens.

1567 -- Tentative d'enlèvement de Charles IX organisée par le prince de Condé, chef armé des huguenots, qui entraîne le lendemain la Deuxième guerre de Religion en France.

1106 -- Le roi d'Angleterre Henri Ier Beauclerc bat à Tinchebray son frère Robert Courteheuse et s'empare du duché de Normandie.

Ils sont nés un 28 septembre:

- L'écrivain français Prosper Mérimée (1803-1870)

- L'homme d'Etat français Georges Clemenceau (1841-1929)

- L'acteur italien Marcello Mastroianni (1924-1997)

- L'actrice française Brigitte Bardot (1934).

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/societe/20080928.FAP8177/lephemeride_du_dimanche_28_septembre_2008.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Et Vadim créa le mythe B.B.

Publié le par Ricard Bruno

«Et Dieu créa la femme» - Roger Vadim impose une créature sensuelle dont l'aura sulfureuse demeure toujours intacte.

Plus d'un demi-siècle après la sortie du premier film de Roger Vadim, que reste-t-il de Et Dieu créa la femme ? La plage de Saint-Tropez ? L'affriolante jupe de Juliette, alias Brigitte Bardot, comédienne propulsée en un film au firmament des stars internationales ? Ou l'affrontement sournois entre Jean-Louis Trintignant et Curd Jürgens, deux hommes qui se disputent les faveurs d'une ingénue virevoltante ? Il reste tout cela. Et bien plus encore. On se rend compte que la charge sulfureuse et le parfum de scandale sont restés aussi violents qu'en 1956. Sans vergogne Vadim imposait au monde un nouveau canon de beauté : une créature aussi amorale qu'envoûtante, façonnée à sa main, avec un peu de pellicule : un mythe rapidement surnommé « B.B. ». En 1968, le cinéaste tentera à nouveau sa chance avec la Jane Fonda de Barbarella. Mais achèvera sa carrière en 1988 avec un remake américain d'Et Dieu créa la femme où Rebecca de Mornay reprend sans convaincre le rôle de « B.B. ». Un mythe passe…
Arte - Ce soir à 21 heures.   

Source : http://www.lefigaro.fr/programmes-tele/2008/09/18/03012-20080918ARTFIG00569-et-vadim-crea-le-mythe-bb-.php

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

«Brigitte Bardot, femme en liberté»

Publié le par Ricard Bruno

Jean-Claude Lamy, dont Albin Michel va rééditer la biographie des frères Prévert à l'occasion de l'exposition «Jacques Prévert, Paris la belle», va écrire un livre sur «Brigitte Bardot, femme en liberté». Son point de départ: un texte méconnu de Beauvoir sur Bardot, paru en 1960 dans la revue «Esquire» et jamais traduit en France. Lamy va aussi se référer aux pages que Marguerite Yourcenar, Christiane Rochefort et Françoise Sagan ont consacrées à la légendaire actrice.

Après son succès en salles, «Valse avec Bachir», le film d'animation d'Ari Folman, devient une BD, cosignée avec le directeur artistique du film, Esquire. Elle paraîtra en janvier 2009 chez Casterman.

Tous ceux qui aiment jouer sur les mots ont rendez-vous sur www.BibliObs.com, où «le Petit Robert 2009» organise un grand jeu concours élaboré par Alain Rey et ses lexicographes. De nombreux dictionnaires sont à gagner.

 

Source : http://bibliobs.nouvelobs.com/2008/09/11/telephone-rouge

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

3 raisons de succomber à Repetto...

Publié le par Ricard Bruno

3 raisons de succomber à Repetto !

Repetto, c’est une véritable institution qui a fêté cette année ses 60 ans d’existence. A l’origine centrée sur la danse, la marque a su évoluer pour devenir aujourd’hui un incontournable de la chaussure.

Des ambassadeurs de charme

C’est en 1956 que la griffe dédie à Brigitte Bardot le modèle Cendrillon, ballerines que l’actrice a depuis toujours associé à son succès dans ce film mythique qu’est Et Dieu créa la femme… Après BB, c’est au tour de Monsieur Gainsbourg de succomber face aux Zizi (sans commentaires s’il vous plaît) et de devenir par là-même l’ambassadeur de la marque durant les années 70. Bardot et Gainsbourg donc. Si ça, c’est pas du prestige, le sens même de ce mot est à revoir.

Stylistes asiatiques et chaussons de danse

En 4 ans, Repetto aura collaboré avec 3 des plus grands noms de la mode. Issey Miyake en 2000, Yohji Yamamoto en 2002 et Rei Kawakubo pour Comme des Garçons en 2004. Savoir évoluer en s’entourant de véritables maîtres de la mode, telle est la devise de la marque…

 

Indémodables et indétrônables

Au-delà de l’historique glorieux de Repetto, c’est avant tout pour la qualité et l’intemporalité de ces ballerines qu’il est du devoir de toute femme normalement constituée d’en posséder au moins une paire. Il est donc temps pour celles qui n’auraient pas encore succombé (honte sur nous) de remédier à cette situation. Ca tombe bien, La Redoute nous offre 35% de réduction sur ce modèle Repetto directement inspiré du fameux chausson de danse qui a fait la gloire de la marque. On ne pouvait pas mieux commencer notre collection.


Source : http://chaussure-femmes.com/3-raisons-de-succomber-a-repetto-1224/

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0