Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2274 articles avec le web en parle

Brigitte Bardot : l'élément déclencheur qui lui a fait arrêter le cinéma pour se consacrer aux animaux...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot : l'élément déclencheur qui lui a fait arrêter le cinéma pour se consacrer aux animaux...
À 38 ans, en pleine gloire, Brigitte Bardot décidait de tirer un trait définitif sur sa carrière. Elle révèle ce qui l'a poussé à faire ce choix et à se consacrer exclusivement à la protection des animaux. 

Brigitte Bardot n'a pas toujours été cette femme en colère, nostalgique d'une France où les émissions de télé n'étaient pas « minables », où Cyril Hanouna, « la lie de la télé », n'était pas à l'antenne, où n'existait pas Koh-Lanta « cette émission de merde ». Une France où le cinéma avait ses « héros [...], [des] personnalités qui nous faisaient rêver », à l'instar d'un Alain Delon ou d'un Claude Brasseur.

Pourtant, à 38 ans, après avoir été dirigée par les plus grands réalisateurs et séduit les plus grands acteurs - Jean-Paul Belmondo s'est désolé qu'elle ait échappé à son « pouvoir de séduction » malgré des tentatives très lourdes - Brigitte Bardot décidait de tirer un trait définitif sur sa carrière pour se consacrer entièrement à la protection des animaux. C'était en 1973, lors du tournage de L'Histoire très bonne et très joyeuse de Colinot Trousse-chemise, un film qu'elle « aime beaucoup ». « Il y avait une vieille femme avec une chèvre. Un jour, je discutais avec elle, qui me déclare tout de go : 'Dépêchez-vous de finir votre film, on prépare un gigantesque méchoui', en me désignant la chèvre ! Ce n'était pas possible », a-t-elle raconté dans la longue interview qu'elle a accordée à Valeurs actuelles.

Brigitte Bardot, qui a toujours ressenti le besoin de secourir « des chiens ou des chats abandonnés, efflanqués, affamés », a alors acheté l'animal de cette figurante. « Je suis rentrée avec celui-ci dans mon hôtel quatre étoiles. Je ne vous dis pas la tête du personnel... », a-t-elle raconté. C'est à cet instant qu'elle a décidé de tirer un trait sur sa carrière cinématographique : « Ça ne m'intéressait plus. » Depuis, Brigitte Bardot se consacre corps et âme à la fondation qui porte son nom et sort régulièrement de son mutisme pour défendre les animaux. Elle avait ainsi attaqué Patrick Sébastien et son « Plus grand cabaret de la honte » lorsqu'un dresseur d'ours était venu sur le plateau avec son animal qui jouait de la trompette ou s'en était récemment pris à Gérard Depardieu qui ne pense selon elle qu'à « tuer des animaux pour les bouffer » : « C'est pas non plus la panacée pour la protection des animaux. »


Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot demande à Gilles Bouleau et Anne-Claire Coudray de poser au moins une question sur la cause animale lors du débat lundi soir sur TF1

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot demande à Gilles Bouleau et Anne-Claire Coudray de poser au moins une question sur la cause animale lors du débat lundi soir sur TF1

Brigitte Bardot , présidente de la fondation qui porte son nom, a adressé ce vendredi une lettre ouverte à Catherine Nayl, la directrice de l'information de TF1, et aux deux présentateurs du débat, Anne-Claire Coudray et Gilles Bouleau.

La grande militante pour la cause animale dénonce "l'indifférence des journalistes et le mépris affiché face aux milliers de personnes qui se mobilisent" et demande à TF1 "de prendre mesure de cette indignation".

Ainsi, Brigitte Bardot souhaite qu'au minimum une question sur la cause animale soit posée lors du débat des 5 principaux candidats à l'élection présidentielle qui aura lieu lundi soir sur TF1 , "afin de connaître les engagements des candidats sur ce sujet".

Ce n'est évidemment pas la première fois que l'actrice interpelle les médias sur le sujet.

Lors de la primaire de la droite et du centre, elle avait appelé les journalistes à "animaliser le débat" et avait souhaité la création d'un secrétariat d'Etat à la condition animale. 

Brigitte Bardot demande à Gilles Bouleau et Anne-Claire Coudray de poser au moins une question sur la cause animale lors du débat lundi soir sur TF1

Partager cet article

Repost 0

Magnifique ! Un chien saute a l’eau pour sauver un chat…

Publié le par Ricard Bruno

Publié dans le web en parle, ACTUALI

Partager cet article

Repost 0

Débat sur TF1: Brigitte Bardot veut au moins une question sur la condition animale...

Publié le par Ricard Bruno

Débat sur TF1: Brigitte Bardot veut au moins une question sur la condition animale...

Brigitte Bardot dénonce le silence "assourdissant" des candidats à la présidentielle sur la condition animale et demande qu'"au minimum une question" à ce sujet leur soit posée lors du débat prévu lundi sur TF1.

"Alors que les Français sont scandalisés, à raison, devant l'accumulation de preuves sur les actes de cruauté perpétrés dans les élevages, les transports et les abattoirs, le silence assourdissant des candidats au plus haut poste de notre pays n'est plus tolérable", écrit l'ex-actrice dans une lettre ouverte à la directrice générale adjointe de TF1 Catherine Nayl et aux présentateurs Anne-Claire Coudray et Gilles Bouleau.

Elle leur demande de "prendre enfin la mesure" de "l'indignation" de "millions de personnes" en posant "au minimum une question sur la condition animale afin de connaître les engagements des candidats sur ce sujet qui, pour beaucoup, fera la différence au moment du vote".

Brigitte Bardot avait déjà accusé avec véhémence les politiques de ne rien faire pour mettre un terme à "la cruauté" de la "maltraitance" des animaux dans les abattoirs, les élevages et les cirques, dans une tribune parue fin février sur son compte Twitter.

Les cinq "grands" candidats Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, François Fillon et Marine Le Pen doivent débattre lundi soir sur TF1 de trois thèmes: "Quel modèle de société?", "quel modèle économique?" et "quelle place pour la France dans le monde?".

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot : Tentative d'escroquerie de la part d'un serrurier...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot : Tentative  d'escroquerie de la part d'un serrurier...
Brigitte Bardot : Tentative  d'escroquerie de la part d'un serrurier...

Le Parisien n°22560 du 17 03 2017

Partager cet article

Repost 0

Le cuir d'ananas, l'invention végane qui sauve la peau des animaux...

Publié le par Ricard Bruno

NATURE La jeune entreprise Pinatex, aux Philippines, fabrique du cuir à partir de feuilles d’ananas pour le prêt-à-porter. Une solution salvatrice pour les bovins et l’environnement…

Le cuir d'ananas est produit par l'entreprise Pinatex - Screenshot Youtube.com

Le cuir d'ananas est produit par l'entreprise Pinatex - Screenshot Youtube.com

Une bonne nouvelle pour les végétariens… et pour les bovins. Il faut le reconnaître aux véganes, bien que leur mode de vie sans viande, lait, œufs, cuir et laine soit stricte, ils fourmillent d’idées pour remplacer ce qui aurait pu leur manquer. Ainsi, la créatrice de Pinatex  Carmen Hijosa, qui a pourtant travaillé longtemps dans l’industrie du cuir animal, fabrique à présent du cuir issu des feuilles de l’ananas.

Bien que l’entreprise Pinatex, qui se trouve aux Philippines, soit la première connue à ce jour pour vendre du cuir d’ananas, la technique ne date pas d’hier. Dans l’archipel océanique, on utilisait déjà la verdure de ce fuit pour fabriquer des accessoires féminins au 16e. C’est de cet artisanat que Carmen Hijosa s’est inspirée : elle extrait les fibres des feuilles d’ananas pour en faire un tissu robuste dont les nervures ressemblent à s’y méprendre à du cuir animal. 480 feuilles (soit environ 16 ananas) sont nécessaires pour fabriquer un mètre carré de textile qui pourra un jour servir à fabriquer des sacs à main, vestes et chaussures.

Fibre d'ananas issue des feuilles et qui forme le cuir - Screenshot Youtube.com

Fibre d'ananas issue des feuilles et qui forme le cuir - Screenshot Youtube.com

Bénéfique aux animaux, le cuir d’ananas est également bon pour l’environnement. Car « les processus de tannage [des animaux] et de production ont des effets néfastes sur l’environnement, ainsi que sur le bien-être des animaux et des personnes impliquées », explique la créatrice à PlayGround Magazine. Plus de raisons de faire la peau aux animaux.

 

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot dans Valeurs Actuelles n°4190 du 16 au 22 03 2017

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot dans Valeurs Actuelles n°4190 du 16 au 22 03 2017
Brigitte Bardot dans Valeurs Actuelles n°4190 du 16 au 22 03 2017
Brigitte Bardot dans Valeurs Actuelles n°4190 du 16 au 22 03 2017
Brigitte Bardot dans Valeurs Actuelles n°4190 du 16 au 22 03 2017
Brigitte Bardot dans Valeurs Actuelles n°4190 du 16 au 22 03 2017

Brigitte Bardot dans Valeurs Actuelles n°4190 du 16 au 22 03 2017

Prix : 4,90 euros

En vente chez tout les marchands de journaux

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot Marraine de "la roue tourne"

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot Marraine de "la roue tourne"
Brigitte Bardot Marraine de "la roue tourne"

Chaque année, l'association « la roue tourne » organise une vente aux enchères pour récolter des fonds afin d'aider les artistes en difficulté.

Parmi les lots proposés, Brigitte Bardot a offert l'ensemble qu'elle portait lors de sa rencontre, le 27 septembre 1995, avec le pape Jean-Paul II, au Vatican.

Merci à François B pour ces informations

Partager cet article

Repost 0

Elle refuse un shooting photos car on lui demande de porter de la fourrure

Publié le par Ricard Bruno

Elle refuse un shooting photos car on lui demande de porter de la fourrure

Ruby Jean Wilson ne s'attendait pas à créer une telle hystérie sur les internets. La raison ? La jeune mannequin a refusé de prendre la pose durant un shooting lorsqu'elle a appris qu'elle devait porter de la fourrure animale. Une expérience qu'elle a partagée sur ses réseaux sociaux afin de boycotter les créateurs favorisant la maltraitance animale.

Il y a quelques semaines, le mannequin australien Ruby Jean Wilson a eu la mauvaise surprise de découvrir que le shooting pour lequel la jeune femme avait signé incluait de la fourrure animale. Celle qui lutte quotidiennement pour la protection animale ne pouvait pas accepter - et qu'importe l'impact sur sa carrière - ce projet professionnel. Ses valeurs étant en totale contradiction avec la marque en question, Ruby a décidé de quitter le plateau et de rester fidèle à ses convictions. Mais la jeune femme n'en est pas restée là. Elle a raconté son histoire sur son compte Facebook, en espérant que cette expérience sensibilise la fashion sphère

 
Ruby Jean Wilson
il y a environ 4 mois

Today I found myself in a difficult position where (through no fault of my agents) I got to a shoot to discover it was a fur look book.

After sitting for a while having my makeup done and thinking to myself that it was too late to step down and not wanting to inconvenience the whole team by leaving, I decided that it wasn't something I wanted to be a part of.

I explained the situation and left the shoot.

..."Aujourd'hui, je me suis retrouvée dans une position difficile (et ce n'est pas la faute de mes agents). Je me suis rendue à un shooting photos et j'ai découvert qu'il s'agissait d'un book pour de la fourrure. Après être restée assise un long moment pendant qu'on me maquillait, en pensant qu'il était trop tard pour faire marche arrière et pour déranger tout le staff en partant, j'ai décidé que ce n'était pas un projet auquel je voulais faire partie. J'ai expliqué cette situation et je suis partie. J'encourage mes amis de la mode sur Facebook à reconsidérer les causes auxquelles ils apportent leur soutien, à réaliser que si nous ne prenons pas la parole et ne refusons pas certaines choses en tant que mannequins / designers / créateurs, les choses ne changeront jamais. Je ne suis pas parfaite et ma vision du monde change au fur et à mesure mais c'est pas à pas que l'on s'améliore. C'est la seule façon dont les choses changent aujourd'hui et changeront demain. Malgré l'anxiété que j'ai éprouvée en prenant cette décision, je me suis sentie tellement mieux en refusant de faire cette chose avec laquelle je ne suis pas d'accord. Et je suis persuadée que la fourrure animale est démodée, pas nécessaire et uniquement utilisée à des fins financières.
J'estime que travailler au sein de l'industrie de la mode ne doit pas nous obliger à répondre à tous les caprices des créateurs ou de tous ceux qui te payent. On doit décider tous ensemble de ce qui n'est plus cool. À vrai dire, je pense qu'en tant que mannequins, nous avons besoin de commencer très vite à dire non à des choses comme la fourrure. #LaFausseFourrureCestPareil #LaModeCestPourSamuser"

Bientôt la fin de la fourrure animale ?

Depuis quelques mois, on remarque que de nombreuses enseignes abandonnent peu à peu la fourrure animale. Dernièrement, The Kooples rejoignait le mouvement.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot évoque ses rela­tions avec les prési­dents de la Répu­blique

Publié le par Ricard Bruno

« Chirac, il m'appe­lait petite biche, il était gentil avec moi ! »

Brigitte Bardot évoque ses rela­tions avec les prési­dents de la Répu­blique

Si l’ico­nique actrice prend souvent la parole pour défendre la cause animale, elle n’en demeure pas moins une citoyenne prompte à dézin­guer à tout va la classe poli­tique ; ses faveurs, on le sait, allant au parti fron­tiste. Dans une récente inter­view au Figaro, « BB » vient d’évoquer ses rela­tions avec les diffé­rents prési­dents de la Répu­blique, et une fois encore, si certains ont réussi à la char­mer, d’autres beau­coup moins.

Abon­née aux décla­ra­tions bien souvent provo­cantes, la muse de tant de cinéastes deve­nue pasio­na­ria de la cause animale, n’a pas malgré le temps qui passe, l’in­ten­tion de chan­ger son fusil d’épaule. C’est donc sur les hommes poli­tiques dans son ensemble que l’an­cienne actrice qui rappe­lons-le, a épousé en 1992 le sympa­thi­sant FN Bernard d’Or­male, pointe son viseur. Des coups de gueule rassem­blés dans un livre paru le mois dernier aux éditions de l’Ar­chi­pel et inti­tulé Brigitte Bardot, répliques et piques. Ce week-end, nos confrères du Figaro ont égale­ment libéré la parole de l’ex-femme de Roger Vadim.

 

Un entre­tien sans conces­sion dans lequel Brigitte Bardot a expliqué suivre assi­dû­ment la campagne élec­to­rale indiquant ne pas être convain­cue par « les quatre ‘on’, Fillon, Mélen­chon, Hamon et Macron ». « Moi, je ne suis pas pour les ‘on’, je suis pour la ‘M’ », a-t-elle ainsi souli­gné, dans une réfé­rence à peine masquée à Marine Le Pen. Toute­fois la prési­dente de la Fonda­tion de défense des animaux qui porte son nom a égale­ment ajouté qu’elle « aimait bien » aussi Jean-Luc Mélen­chon. « Il a dit que s’il était élu, il ferait le ménage dans les abat­toirs ». Et de pour­suivre : « Et c’est un très bon orateur ».

 

 

Une inter­view dans laquelle Brigitte Bardot a égale­ment passé en revue les prési­dents de la Véme Répu­blique. « Inti­mi­dée » par de Gaulle, qui lui « manque énor­mé­ment », elle garde aussi un très bon souve­nir de Pompi­dou : « Ils étaient sympa­thiques, drôles, char­mants. C'était un homme érudit et simple, bien élevé, élégant… L'élégance, c'est quelque chose qui manque chez les hommes poli­tiques aujourd'hui. » Quant à Giscard, il est « le seul à avoir fait quelque chose » : « Quand je lui ai demandé d'arrê­ter les impor­ta­tions de bébés phoques, il l'a fait aussi. » Concer­nant les trois derniers loca­taires de l’Ely­sée, son avis est plus tran­ché : « Chirac, il n'a rien fait, mais avec le sourire ! Il m'appe­lait petite biche, était gentil avec moi ! Sarkozy, il en a promis des choses, mais… rien ! Quant à Hollande, lui, il ne m'a rien promis. »

 

Brigitte Bardot s'est égale­ment confiée sur ses origines bour­geoises qui auraient pu l'amener à vivre un tout autre destin. « J'aurais dû me marier avec un type qui habite Neuilly et possède plein d'usines », a-t-elle ironisé, regret­tant ces années où elle fut prison­nière de son image. Avant de conclure : « C'était dans l'esprit de mes parents. Cela dit, je suis extrê­me­ment bien élevée, et ce côté un peu n'importe quoi, les coups de gueule que je peux pous­ser, c'est parce qu'au fond de moi j'ai une struc­ture très forte. »

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0