Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le web en parle

Nouveau : Salomé de Bahia nous interprète "Brigitte Bardot"

Publié le par Ricard Bruno

Salomé de Bahia nous interprète "Brigitte Bardot"

  

Salomé de Bahia est une chanteuse brésilienne célèbre en FranceElle éclate sur scène en chansons comme Theme of RioOutro lugarCada vezBrigitte Bardot ou encore Taj Mahal.

L'artiste travaille depuis 1984 dans le cabaret parisien Chez Félix au sein de la troupe Brazil Tropical. C'est à cet endroit où elle se fait repérer pour participer en 1995 au projet Brésil acid jazz Psycodelico de Reminiscence Quartet.

Salomé de Bahia est connue pour avoir travaillé avec le DJ français Bob Sinclar et en 1998, elle travaille avec le disc jockey Bob Sinclar sur la compilation "Sun Sun". L'année suivante, ils décident de retravailler ensemble en enregistrant une reprise du titre "Another Star" de Stevie Wonder dans une version made in Brasil intitulée "Outro Lugar"


Elle chante et enregistre "Brigitte Bardot", dans laquelle ellel fait part de son adoration pour l'icône française. 

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Christophe Marie sur RTL en ce moment...

Publié le par Ricard Bruno

Christophe Marie porte parole de la fondation Brigitte Bardot intervient ce soir jusqu'à 20h00 sur RTL, vous pourrez retrouver en replay cette émission.

 

Bruno Ricard

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

BB auf den Barrikaden...Riviera Zeitung...

Publié le par Ricard Bruno

BB auf den Barrikaden

Es ist alles andere als ein Geheimnis, was dem ehemaligen Filmstar nun schon seit 35 Jahren am meisten am Herzen liegt: der Tierschutz. Es ist auch bekannt, dass sie im Kampf dafür oft deutliche Worte und vehemente Gesten wählt. Erstaunlich ist aber schon, dass aus ihrer Villa La Madrague in Saint-Tropez in letzter Zeit harte Vorwürfe gegen die deutsche Bundesregierung erschollen.

BB und Paul Watson
1977 fuhr die BB (Mitte) ins kanadische Packeis, um das Robbenschlachten dort anzuprangern, Tierschützer Paul Watson (rechts an ihrer Seite) begleitete sie © Sea Shepherd

Stein des Anstoßes ist die Festsetzung eines ihrer wichtigsten Mitstreiter in Deutschland. Mitte Mai wurde der kanadisch-amerikanische Tierschützer «Captain» Paul Watson am Frankfurter Flughafen festgenommen. Er ist Leiter der Organisation «Sea Shepherd» (Deutsch: Meeres-Hirte), die mit eigenen Booten auf hoher See gegen brutale Fangmethoden und für den Schutz von Meerestieren kämpft. In Frankfurt war Watson eigentlich nur zwischengelandet, auf dem Weg nach Cannes – zu einer Spendengala zum 35. Geburtstag von Sea Shepherd am Rande des Filmfestivals.

Doch die Polizei präsentierte Watson einen Haftbefehl von Interpol – beantragt von Costa Rica – und statt zur Party kam er ins Gefängnis.

Der Vorwurf gegen ihn lautet «Eingriff in den Schiffsverkehr» und bezieht sich auf ein Ereignis im Jahr 2002. Damals soll er die Crew eines Schiffs aus Costa Rica bedroht und mit einer Wasserkanone angegriffen haben. Das ereignete sich bei den Dreharbeiten zum Dokumentarfilm «Sharkwater», in dem er das sogenannte «Shark-finning» anprangert – die Jagd auf Haie, die nur gefangen werden, um ihnen bei lebendigem Leibe die Flosse abzuschneiden. Dann werden die verletzten Tiere zurück ins Meer geworfen, wo sie verenden. Damals hatte die Regierung von Costa Rica befürwortet, dass die Crew samt Kameramann an Bord Täter dieser illegalen Praxis aufspürt und an die Küste zurückleitet. «Ich schätze, dass trotzdem auf diese Weise 75 bis 90 Millionen Haie pro Jahr getötet und verstümmelt werden», beklagt Watson gegenüber der RCZ und weist darauf hin, dass mit den Haifischflossen ein Millionengeschäft gemacht wird.

Das hat er in seinem Dokumentarfilm aufgedeckt: Darin sieht man auf Dächern von Fabrikhallen Tausende Flossen trocknen – offenbar für den Verkauf. «Hauptabnehmer sind die Chinesen. Dort gilt Haifischflossensuppe als Statussymbol, das zu feierlichen Anlässen gereicht wird», erläutert der 61-Jährige. Der Preis pro Portion: etwa 100 Euro.

Watson vermutet dahinter mächtige Unternehmen, die auch Einfluss auf die costa-ricanische Politik haben. So wurden 2002 nicht die Hai-Fischer festgenommen, sondern er. Zweimal stand Watson wegen dieses Vorfalls in Costa Rica vor Gericht, zweimal wurde das Verfahren eingestellt. Dass es jetzt zum dritten Mal wieder aufgerollt werden soll, ruft seine Unterstützer auf die Barrikaden. Neben Filmstars wie Michelle Rodriguez, Sean Penn und Sean Connery ist Brigitte Bardot seine wohl prominenteste und radikalste Mitstreiterin. Sie bot sich sogar an, statt seiner ins Gefängnis zu gehen. In einer Solidaritätsnote nannte sie ihn ihren «Kampfesbruder» und den «Captain of my heart».

Kennen gelernt haben sie sich vor 35 Jahren, als sie gemeinsam gegen das brutale Töten von Robben mobil machten. Bis heute sind sie in puncto Tierschutz unzertrennlich. Um zu zeigen, wie ernst sie es meint, schrieb Brigitte Bardot sofort einen Brief an Bundeskanzlerin Merkel: «Madame la Chancelière», appellierte sie, «machen Sie nicht sich selbst und Ihr Land zur Komplizin einer himmelschreienden Ungerechtigkeit. … Paul Watson darf nicht für eine Aktion verurteilt werden, die wir alle unterstützen sollten.» Statt im Gefängnis zu sitzen, werde er dringend für Tierschutzaktionen gebraucht. Sie erhielt zwar keine Antwort, doch drei Tage später kam Paul Watson gegen die Zahlung von 250 000 Euro Kaution frei. Die Auflage: Er muss sich jeden Tag bei der Polizei in Frankfurt melden – bis Mitte August. So lange hat die Regierung von Costa Rica Zeit, in Deutschland Akten einzureichen, die Watsons Auslieferung rechtfertigen.

Die einzige, die dieses Verfahren abkürzen könnte, ist nach Auskunft des Oberlandesgerichtes Frankfurt die Bundesjustizministerin. «Wenn sie verkünden würde, dass es sich um ein politisch motiviertes Verfahren handelt, und zum Beispiel sagen würde, die Tierschutzziele von Herrn Watson wären sinnvoll, dann könnte das eine Auslieferung stoppen», erläuterte ein Sprecher des Gerichtes der RCZ. Doch das Bundesjustizministerium schweigt still; den Medien gegenüber und auch gegenüber der BB. Sie hatte vor lauter Ärger darüber Mitte Juni an Justizministerin Leutheusser-Schnarrenberger geschrieben: «Ich wende mich an Sie, weil diese groteske Situation, mit der sich Deutschland der Lächerlichkeit und der Schande preisgibt, sofort beendet werden muss. Der Auslieferungsantrag von Costa Rica ist völlig unbegründet.»

Doch die Mühlen der Justiz mahlen weiter langsam. Paul Watson selbst versucht, das Beste aus seinem Aufenthalt in der deutschen «Warteschleife» zu machen. «Selbst wenn ich hier nichts tun kann und womöglich in Costa Rica länger im Gefängnis verschwinden sollte, habe ich doch zumindest etwas erreicht: Ich habe wieder neue Aufmerksamkeit auf das Schicksal der Haie und der Meerestiere gelenkt – das ist mir das Wichtigste», sagte er der RCZ.

 

Source : Cliquez ici

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Corrida : Un scandale de plus : Carlotti, ministre...

Publié le par Ricard Bruno

Bonjour,

 

Comme vous pouvez le constater, la ministre déléguée aux personnes handicapées se vautre dans les arènes et s'en vante. Alors que l'Association des Paralysés de France a toujours refusé fermement tout argent provenant de corrida !  C'est proprement scandaleux !  Je pense que la pauvre, elle ne sait pas ce qui va lui arriver !  Au niveau courriers et mails, ça va lui faire tout drôle... Je suis sans illusion sur ce que peut en penser Jean-Claude Gayssot...

 

 numerisation0009-1--copie-1.jpg

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

"La clé du succès de Match, c'est l'émotion"...et BB !

Publié le par Ricard Bruno

 

"La clé du succès de Match, c'est l'émotion"

 

Saint-Tropez - Septembre 1974 - Portrait de Brigitte Bardot à l'heure de son 40e anniversaire. | Photo Jack Garofalo

 

Stéphane Bergouhnioux, le coréalisateur de "Match, l'album des Français", revient sur les secrets de fabrication du documentaire.

Interview Arnaud Bizot - Paris Match

Paris Match. Pour quelles raisons vous êtes-vous penché sur Paris Match ?
Stéphane Bergouhnioux. Cet hebdomadaire est depuis plus de soixante ans une institution en France, ancrée dans le paysage médiatique. Je l’ai ­toujours parcouru mais, en me plongeant dans les archives, je me suis aperçu à quel point chaque numéro ­traverse tous les genres. People, têtes couronnées, stars, mais aussi reportages de guerre, politiques, sociologiques. Le journal “ratisse” très large, c’est ­passionnant.

Le documentaire est très long, quatre épisodes de cent dix minutes. Comment avez-vous procédé ?
Il a fallu six mois de travail. Le film est lié aux histoires racontées par une quarantaine de reporters et photographes de l’équipe actuelle, mais aussi un grand nombre d’anciens. Lié aussi aux photos qui nous ont marqués en regardant des milliers d’images fournies par les archives. Comme ­Hitchcock en costume, les pieds dans l’eau, à Cannes, Bardot en bonne sœur les seins nus, ou ces gens agrippés à un radeau de fortune dans les rues de La Nouvelle-­Orléans. Le documentaire ne raconte pas soixante ans de l’histoire du monde, mais les grandes histoires du monde racontées par Paris Match.

Vous intégrez aussi des scènes de fiction…
On a en effet reconstitué en décor le bureau du directeur légendaire, Roger Thérond, “l’œil” de Match, fonction occupée aujourd’hui par Olivier Royant. Une scène montre ­Thérond achetant des photographies à un vendeur d’agence : il s’agit de l’exploit de Maurice Herzog sur l’Annapurna. Nous avons également reconstitué la salle des photographes. On en voit certains nettoyer ou réparer leur appareil photo, d’autres qui jouent au poker, ou rédigent leur note de frais… Le décor du café La Belle Ferronnière, à l’époque où le magazine trônait près des Champs-­Elysées, a lui aussi été refait. On voit des membres de l’équipe y apprendre le décès à Budapest de leur ami ­Pedrazzini ou regarder les premiers pas de l’homme sur la Lune.

Comment voyez-vous le journal évoluer depuis soixante ans ?
Dans le fond, il n’a pas tellement changé. On retrouve la même constante : la couverture ne reflète pas ce que l’on peut lire dans les pages intérieures, qui contredisent souvent l’image “people” du magazine.

"Passer du conflitlibyen à Pierre Perret"

Que vous ont appris les journalistes que vous avez interrogés ?
D’abord, depuis toujours, Match a travaillé avec des gens de très grande qualité, écrivains ou photographes de renom. La marque de fabrique, c’est de savoir passer d’un reportage sur la famille de Monaco à un pays en guerre. L’autre clé, c’est l’émotion. Les événements sont regardés à travers les hommes et les femmes qui les font ou les ­subissent avec une réelle exigence d’écriture. Enfin, la recherche du scoop, notamment photographique, est permanente depuis soixante ans. Nombre de photographes m’ont raconté les semaines et parfois même les mois de traque pour obtenir “le” scoop sur une star ou une affaire criminelle. Je me suis rendu compte que les journalistes pouvaient rentrer du conflit ­libyen puis photographier Pierre Perret, comme Alvaro Canovas. Se faire arrêter en Afghanistan en passant la frontière avec une burqa puis raconter l’histoire du village préféré des Français, comme Michel Peyrard.

Qu’avez-vous découvert au fil des mois ?
Que Grace Kelly avait été présentée au prince Rainier par un journaliste de Match. Que Vadim, photographe, avait épousé Bardot qui dormait sur un canapé aux Champs-Elysées les soirs de bouclage. Cette proximité d’alors avec la quasi-totalité des stars françaises est inimaginable aujourd’hui, avec cette armada d’agents et d’attachés de presse qui font qu’il est plus difficile d’obtenir de la fraîcheur dans ces sujets. J’ai découvert enfin le service du rewriting, petite usine d’écriture dont les membres rédigent les “chapôs” des reportages et les légendes photos qui les accompagnent, ce qui donne une unité à l’ensemble des pages. Au fil des ans, ce service a fourmillé d’écrivains qui donnaient forme aux informations recueillies par les reporters sur les grands faits divers du siècle

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Ce soir, on ne rate pas : « Match, l’album des Français »

Publié le par Ricard Bruno

Ce soir on ne rate pas Match l album des Francais

 

 

Et si on feuilletait ensemble « Paris Match » ? Ce lundi et les trois suivants, France 3 nous propose de découvrir l’histoire du magazine à travers quelques uns de ses reportages les plus marquants. De Brigitte Bardot à Fukushima, en passant par la famille Rainier de Monaco, la visite du chef indien d’Amazonie Raoni et même à l’intimité de Valéry Giscard d’Estaing en mai 1981… rien ne sera oublié.
 

Dans les coulisses de « Match »

Lecteur assidu de « Paris Match » ou non, on se délecte des petites anecdotes et secrets dont fourmille chacun de ces quatre volets. Plus encore, Stéphane Bergouhnioux et Pascal Forneri, les deux réalisateurs, nous emmènent dans les coulisses de l’hebdomadaire et nous dévoilent les méthodes de travail des photographes, ces conteurs d’histoires qui ont travaillé au magazine durant ses soixante-trois ans d’existence. Des journalistes qui ont fait de leur appareil le vecteur de leur pensée. « Le poids des mots, le choc des photos » : jamais journal n’a porté si bien son slogan.
> Quatre volets de 110 minutes diffusés tous les lundis sur France 3 dès ce soir à 20h35

 

Source : Cliquez ici

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Nouveau : " Noticias magazine" du 12 08 2012 (Portugal)

Publié le par Ricard Bruno

Noticias-magazine-du-12-08-2012--portugal-.gif

 Superbe couverture du magazine Noticias (Portugal)  

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Doux. La fondation Brigitte Bardot dénonce l'utilisation de poulets vivants lors des manifestations

Publié le par Ricard Bruno

 

 

La Fondation Brigitte Bardot dénonce dans un communiqué le sort réservé non seulement aux poulets élevés par le groupe Doux mais dénonce également l'utilisation d'animaux vivants lors des manifestations de salariés du groupe dont l'avenir se joue actuellement au tribunal de commerce de Quimper

 

"Nous dénonçons, depuis longtemps déjà, le traitement des animaux dans les élevages intensifs, particulièrement chez Doux où les volailles sont entassées dans des conditions indignes, écrit Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot. Ces élevages ne devraient pas être soutenus par le gouvernement mais devraient être, purement et simplement, interdits au niveau européen. Si, face aux menaces qui touchent leurs emplois, nous comprenons l’angoisse et même la colère des personnels de ces usines à viande, nous dénonçons fermement l’utilisation de poulets vivants lors des dernières manifestations. Ces animaux sont des êtres sensibles, les traiter ainsi montre combien toute la chaîne de la malbouffe, symbolisée en France par le groupe Doux, méprise et maltraite les animaux", conclut le communiqué.

Source : Cliquez ici

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot dans le journal "Los Angeles times"...

Publié le par Ricard Bruno

Une amie journaliste au journal « Los Angeles Time » m’a fait parvenir un article publié dans son journal  le 04 07 2012et sur leur site Internet, elle a mis Brigitte Bardot en avant, qu’elle en soi remercié...

Bruno Ricard

...

 

French films arrive at LACMA, American Cinematheque, New Beverly

Brigitte Bardot stars in Jean-Luc Godard's 1963 classic, "Contempt," screening Thursday at the American Cinematheque. (Los Angeles Times )

July 4, 2012, 2:05 p.m.

It’s time to brush up on your French, because several theaters are in the Gallic way this weekend.
Film Independent at the Los Angeles County Museum of Art kicks off its monthlong “French Film Fridays” at the Leo S. Bing Theater with a double bill of Jean-Luc Godard’s 1963 “Contempt” with Jack Palance, Brigitte Bardot and Fritz Lang as himself, and Francois Truffaut’s Hitchcockian 1969 “Mississippi Mermaid,” with Catherine Deneuve and Jean-Paul Belmondo. www.lacma.org

The American Cinematheque’s Aero Theatre in Santa Monica celebrates the 50th anniversary of one of Truffaut’s masterworks, “Jules and Jim,” with Oskar Werner, Jeanne Moreau and Henri Serre, and Godard’s “Vivre Sa Vie,” with Anna Karina, who was married to the director from 1961 to 1967. www.americancinematheque.com


Julien Duvivier’s 1937 romantic film noir, “Pepe le Moko,” starring the legendary Jean Gabin in the title role, screens Friday and Saturday at the New Beverly Cinema, along with the Gilo Pontecorvo’s Oscar-winning 1966 Italy/Algerian production “The Battle of Algiers.” http://newbevcinema.com

INTERACTIVE: Classic Hollywood star walk

The American Cinematheque’s “Mayan Calendar Countdown” series features two version of Richard Matheson’s “I Am Legend” on Thursday evening at the Egyptian Theatre: 1971’s “The Omega Man” with Charlton Heston and 1964’s “The Last Man on Earth,” with Vincent Price. On Saturday, the Egyptian hosts the 2012 Viscerea Film Festival, which features horror shorts, the feature “Among Friends” and a tribute to Mary Lambert, who directed “Pet Sematary.” Sunday’s offerings are two films starring Lea Thompson: 1987’s “Some Kind of Wonderful,” penned by John Hughes and directed by Howard Deutsch, who married Thompson, and 1983's “All the Right Moves,” one of Tom Cruise’s early hits. Both Thompson and Deutsch will appear at the screening. www.americancinematheque.com


UCLA Film & Television Archive’s latest series, “The Films and Legacy of Antonio Reis and Margarida Cordeiro,” celebrates the artistry of the Portuguese director Reis and his psychologist wife Cordiero, who directed the four films with her husband. The series begins Friday at the Billy Wilder Theater with 1976’s “Tras-os-Montes,” with 1985’s “Ana” set for Saturday. Two early Ernst Lubitsch talkies, restored by the UCLA Film & Television Archive, are on tap for Sunday afternoon at the Wilder. Maurice Chevalier and Jeanette MacDonald in her film debut headline Lubitsch’s witty 1929 musical, “The Love Parade.” The second bill is Lubitsch's third sound feature, 1931’s pre-code comedy “The Smiling Lieutenant,” with Chevalier, Claudette Colbert and Miriam Hopkins. www.cinema.ucla.edu


The Academy of Motion Picture Arts and Sciences’ summer screening series “The Last 70mm Film Festival,” commences Monday at the Samuel Goldwyn Theater with Stanley Kramer’s 1963 comedy epic, “It’s a Mad, Mad, Mad, Mad World,” starring Spencer Tracy and practically every comedian in Hollywood at the time. Several cast members will be on hand for a pre-screening discussion, including Jonathan Winters, Mickey Rooney and Barrie Chase. The academy’s Oscars Outdoors series in Hollywood continues Friday evening with John Ford’s 1939 masterwork, “Stagecoach,” which took a young John Wayne out of B movies and made him a major star. Eddie Murphy’s 1996 version of Jerry Lewis’ 1963 classic “The Nutty Professor” screens Saturday evening with guests that include co-producer James D. Brubaker, makeup artist Rick Baker, writer Barry Blaustein and editor Don Zimmerman. www.oscars.org


Anna May Wong’s final silent film, “Piccadilly,” which was made in England in 1929, screens Wednesday at the Cinefamily at the Silent Movie Theatre. E.A. Dupont was the director. A young Ray Milland can be seen as an extra. www.cinefamily.org

 

 

Source : Los Angeles Times

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0