Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le web en parle

Brigitte Bardot...aux enchères...

Publié le par Ricard Bruno

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Les pulsions suspectes dans la corrida...tout est dit !

Publié le par Ricard Bruno

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Bardot demande à l'Allemagne de refuser l'extradition de Paul Watson

Publié le par Ricard Bruno

 

Brigitte Bardot a demandé mercredi à la ministre allemande de la Justice, Sabine Leutheusser-Schnarrenberger, de refuser l'extradition vers le Costa Rica du militant écologiste Paul Watson, arrêté puis libéré sous caution en Allemagne.

Le fondateur de Sea Shepherd, 61 ans, a été arrêté le 13 mai en Allemagne en vertu d'une demande d'extradition du Costa Rica, qui l'accuse d'avoir mis en danger un équipage costaricien lors d'une opération contre la chasse aux requins en 2002.

Un tribunal de Francfort l'a libéré sous caution, en attendant l'examen de la demande d'extradition.

"Madame la Ministre, je me tourne vers vous car (...) la demande d'extradition du Costa-Rica ne repose sur rien, vous le savez parfaitement, alors il faut maintenant mettre un terme à cette attitude imbécile qui scandalise de très nombreux militants à travers le monde, dont je me fais le porte-parole auprès de vous", a écrit Brigitte Bardot à la ministre dans une lettre rendue publique par sa Fondation.

L'ancienne actrice a par ailleurs estimé que Paul Watson "a été racketté" pour une +liberté+ conditionnelle très cher payée, 250.000 euros".

Selon elle, par la faute des autorités allemandes, Sea Shepherd et son trimaran de pointe, le "Brigitte Bardot", sont aujourd'hui bloqués à quai alors que les brigands pillent les océans.

"Vous devriez remettre l'ordre du mérite à Paul Watson plutôt que le traiter de cette manière indigne", a-t-elle conclu espérant "une intervention immédiate" de Sabine Leutheusser-Schnarrenberger.

 

Source : Cliquez ici

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

La marque Brigitte Bardot dans Biba de juillet 2012

Publié le par Ricard Bruno

Biba-juillet-2012.jpg

Biba-juillet-2012--1-.jpg

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

La Fondation Brigitte Bardot dénonce les aides publiques "à la malbouffe"

Publié le par Ricard Bruno

Groupe Doux. La Fondation Brigitte Bardot dénonce les aides publiques "à la malbouffe"

 

Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot, réagit au dépôt de bilan du groupe Doux et dénonce le soutien de l'activité du groupe par des fonds publics :  « En France, Doux est à la fois le symbole de la malbouffe et de la cruauté exercée sur les animaux qui endurent des souffrances extrêmes de la naissance à l’abattoir. Un groupe qui n’a aucune éthique vis-à-vis des bêtes « produites » n’en a pas davantage pour son personnel, ces élevages intensifs sont la honte de l’agriculture et ne devraient plus être soutenus par des fonds publics ».

 

Source : Cliquez ici

 

...

Doux. Les éleveurs seront désormais payés comptant

 

Les éleveurs fournissant le groupe volailler Doux seront payés comptant pour leurs prochaines livraisons, afin que l'activité du groupe puisse se poursuivre au moins à court terme. Une réunion se tenait ce lundi à Rennes pour étudier les conséquences de la mise en redressement judiciaire du groupe.

 

Lire également
>>
Doux en redressement judiciaire : tous nos articles

"Les paiements de tous les fournisseurs seront assurés à partir d'aujourd'hui par l'administrateur judiciaire", a déclaré Michel Morin, vice-président de la région Bretagne en charge de l'agriculture. "C'est une garantie qui n'est pas négligeable, parce qu'elle permet de poursuivre l'activité. Les outils de production doivent pouvoir continuer à fonctionner", a-t-il ajouté. 

Ce lundi, à Rennes, une réunion a rassemblé une cinquantaine de professionnels impliqués dans le dossier à la préfecture de région Bretagne.

Ces paiements ne concerneront cependant pas, à ce stade, les arriérés dus aux quelque 800 éleveurs français sous contrat avec le leader européen de la volaille. Ceux-ci subissent des retards de 60 à 80 jours en moyenne, et jusqu'à 115 jours dans certains cas.

"Permettre un nouveau départ pour l'aviculture française"
A plus long terme, et alors que la période d'observation accordée au groupe est de six mois, "il faut permettre un nouveau départ pour l'aviculture française", en trouvant pour Doux, "en France ou à l'étranger, une participation ou une reprise de l'outil de travail", a ajouté M. Morin.

"Les ministres de l'Agriculture et du Redressement productif suivent de très près la situation et souhaitent pouvoir garantir la pérennité de l'entreprise", a déclaré de son côté Georges-Pierre Malpel, leur représentant. "Cette filière, même si elle a quelques difficultés, a de l'avenir".

"Rassurés pour les jours à venir"
Ces annonces ont été accueillies avec un certain soulagement par les représentants agricoles. "Il est rassurant pour les éleveurs de pouvoir se dire qu'il vont pouvoir continuer à fournir. Maintenant, la question est de savoir ce qu'on fait pour pérenniser cette filière", a dit Pierre Lec'hvien, président de la coordination rurale des Côtes d'Armor. "Nous sommes rassurés pour les jours à venir, maintenant il va falloir gérer les arriérés", a affirmé pour sa part Pierre-Yves Lozahic, un éleveur du même département. "Pour l'instant, j'ai confiance et j'ai rempli mon poulailler", a-t-il ajouté.

Doux a un "devoir de transparence"
Jean Cabaret, porte-parole de la Confédération paysanne de Bretagne, a estimé que Doux avait un "devoir de transparence" pour avoir perçu "des centaines de millions d'euros de l'Europe". "Le contribuable, les salariés, les producteurs que nous sommes avons droit à la transparence".

Le groupe familial Doux, handicapé par une dette estimée à plus de 430 millions d'euros, a été placé vendredi en redressement judiciaire, à sa demande. Il emploie 3.400 personnes en France, en plus de ses fournisseurs.

Source : Cliquez ici

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot inspire les créateurs...

Publié le par Ricard Bruno

 

Brigitte Bardot inspire les créateurs

Brigitte Bardot est à l’honneur en cette période estivale! Alors que chaque ballerine et chaque robe Vichy sont autant de clins d’oeil au style de l’héroïne d’Et Dieu créa la femme. Sarah Ohana, fondatrice de la griffe éponyme, a organisé une vente des vêtements et accessoires réalisés par des créateurs, qui rappellent le style indémodable de BB. Décryptage.

 

 

Depuis son lancement début 2012, la marque de vêtements Brigitte Bardot ne cesse de faire des inconditionnelles. Sous l’égide de la créatrice Sarah Ohana, cette griffe qui réinvente le chic sixties de l’icône de mode a su se faire une place au soleil. En l’honneur de celle qu’elle adore –au point de lui avoir dédié sa ligne!-, la styliste a rassemblé d’autres créateurs pour qu’ils dévoilent leur vestiaire de BB idéal. Et nombreux sont ceux à qui ont répondu présents: accompagnée de la journaliste et lanceuse de tendances Viviane Blassel, Sarah a collaboré avec André, Jérôme L’Huillier, Frank Sorbier, Chantal Thomass, Tara Jarmon, Didier Ludot, Junko Shimada, Julien Fournié, Olivier Lapidus... pour ne citer qu’eux.


 

«L’idée est venue naturellement de faire participer à cette belle aventure -où l’on fait revivre le style intemporel de BB- des créateurs représentatifs de toutes les générations, nous a confié Sarah. Le but était vraiment de mettre en avant le style éternel de BB et de voir cette mode a travers l’oeil de chacun.» Pari réussi pour la créatrice talentueuse qui a rassemblé les foules au Bon Marché où se déroulait l’exposition des pièces suivie par la vente aux enchères. Si André a réinventé le t-shirt au porté loose de Brigitte, Chantal Thomass a privilégié le côté girly avec les carreaux Vichy de la belle déclinée en chemise et dessous sexy. Didier Ludot, historien de la petite robe noire, nous a imaginé une ravissante robe d’inspiration sixties, quand Tara Jarmon a mis en lumière la fraîcheur de l’actrice avec une silhouette à carreaux.


Toutes ces pièces uniques ont immédiatement trouvé preneurs dans la soirée, soutenue également par des invités de choix, comme Karine Viard, Virginie Ledoyen ou Jean-Paul Rouve. 
Source : Cliquez ici
Brigitte Bardot inspire les créateurs
Brigitte Bardot inspire les créateurs

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

La vente de la collection Gunter Sachs a rapporté 51 millions d'euros

Publié le par Ricard Bruno

 

La vente aux enchères à Londres mardi et mercredi de la collection d'oeuvres d'art du millionnaire allemand Gunter Sachs, ex-mari de Brigitte Bardot, a atteint 41,4 millions de livres (51,2 millions d'euros), a annoncé la maison Sothebys.

Le plus gros succès de la collection a été un auto-portrait d'Andy Warhol datant de 1986 (Fright Wig), vendu mardi pour 5,3 millions de livres (6,6 millions d'euros).

Un portrait de Brigitte Bardot par Warhol que Sachs avait commandé à l'artiste en 1974, soit cinq ans après son divorce avec la star, a trouvé acquéreur pour 3 millions de livres (3,7 millions d'euros).

 

1892-2629 main

1892-2629_main.jpg

Bruno Ricard

Source : TF1

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Festival de Cannes. 65 ans de cinéma et de scandales...

Publié le par Ricard Bruno

Le Festival de Cannes, qui célèbre son 65e anniversaire à partir de mercredi, a été marqué par de nombreux scandales au cours de son histoire.

 

La polémique déclenchée en fin de semaine dernière par le collectif féministe La Barbe, qui regrette que tous les films en lice pour la Palme d’Or cette année soient réalisés par des hommes, s’insère dans une longue série de scandales. Retour sur les moments les plus sulfureux de l’histoire du festival de Cannes.

 

Des débuts perturbés par la guerre !

 

1939. Le Bossu de Notre-Dame ouvre ce qui devait être le premier festival international de Cannes, le 31 août. À l’origine de l’événement, avec le soutien du gouvernement, le diplomate Philippe Erlanger souhaite faire pièce à la Mostra de Venise, devenu un outil de propagande fasciste. Mais l’Allemagne envahit le lendemain la Pologne, la guerre est déclarée et le festival annulé.

 

Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, en 1946, diplomatie oblige, le « vrai » premier festival de Cannes a lieu. Mais dès 1948, pas de Festival, faute de financement dans une France en pleine reconstruction. Idem en 1950.

 

Mitchum piégé, des films retirés

 

1954. Robert Mitchum se fait piéger lors d’une séance photo en serrant de trop près une starlette britannique aux seins nus, Simone Silva. L’acteur américain se remettra de la polémique, mais pas la pin-up, expulsée de Cannes, harcelée par les ligues de vertu. Elle se suicidera trois ans plus tard.

 

Premiers sujets contestés, en 1956, le documentaire d’Alain Resnais sur les camps de concentration, Nuit et brouillard, est retiré de la sélection sur l’insistance de la délégation allemande. Le cinéaste français subira la même mésaventure en 1959, avec le retrait de Hiroshima mon amour à la demande des Américains, dans un Festival alors contraint de composer avec les gouvernements.

 

Les photographes, eux, s’intéressent surtout à Kim Novak, qui émeut jusqu’au jeune critique radical François Truffaut, et à Brigitte Bardot, qui tourne cette année-là Et Dieu créa la femme.

 

 

Sifflets et cohue

 

1960 : Une des plus mémorables années à scandale. Des rixes opposent spectateurs conquis ou hostiles au récit déconstruit de L’aventura d’Antonioni, et des sifflets accueillent la Palme d’or attribuée à La dolce vita de Fellini.

 

 

Mai 68 « déborde » à Cannes. François Truffaut et Jean-Luc Godard s’accrochent au rideau de la scène pour empêcher la projection d’un film. Le réalisateur de La Chinoise interpelle les festivaliers : « moi je vous parle solidarité avec les ouvriers qui occupent les usines Renault et vous me répondez travelling et gros plans ». Dans la cohue, le Festival est contraint de clore le 19 mai, cinq jours avant son terme.

 

 

Nouveaux scandales en 1973, après les projections de La grande bouffe de Marco Ferreri et de La maman et la putain de Jean Eustache. Cannes reflète les soubresauts des années 70 : intervention violente des CRS lors d’une projection d’un film pro-avortement, Histoire d’A, en 1974.

 

« Si vous ne m’aimez pas… »

 

1980. La direction multiplie les subterfuges pour pouvoir projeter l’hallucinant Stalker d’Andrei Tarkovsky, au nez et à la barbe des Soviétiques. Les bobines arrivent sous un nom d’emprunt, le projectionniste est enfermé dans sa cabine, et la délégation soviétique furieuse sera promenée d’un bout à l’autre de la Croisette pendant la durée de la projection.

 

1987. Maurice Pialat reçoit la Palme d’Or pour Sous le soleil de Satan : « Si vous ne m’aimez pas, je peux vous dire que je ne vous aime pas non plus », lance le réalisateur français à la partie de la salle qui siffle copieusement.

 

 

En 1999, une mémorable bronca accueille les choix radicaux du jury présidé par le Canadien David Cronenberg : la Palme à Rosetta des frères Dardenne, trois prix à L’Humanité de Bruno Dumont et seulement un accessit pour Tout sur ma mère d’Almodovar, chouchou de Cannes.

 

 

Lars Von Trier exclu

 

2004, un an après l’invasion de l’Irak, le jury présidé par Quentin Tarantino attribue la Palme d’or à Fahrenheit 9/11, charge anti-Bush signée Michael Moore.

 

Lors de la dernière édition, en 2011, le réalisateur danois Lars Von Trier provoque la presse en disant « comprendre » Hitler en tant qu’« homme », pendant la présentation de son film Melancholia. Il est déclaré « persona non grata » par le conseil d’administration du Festival.

 

Source : Cliquez ici 

 

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Vente exceptionnelles de photographies de Stars !

Publié le par Ricard Bruno

Vente exceptionnelles de photographies de Stars en édition de 30 exemplaires et... pas une de plus ! Et bien sur de notre star à tous « Brigitte Bardot » 

Toutes ces superbes photographies on été réalisées par Léonard de Raemy !

Rappelez vous du superbe livre sorti récemment qui lui a entièrement été consacré, ce livre a été voulu par son fils « Marc De Raemy » qui voulais par ce superbe ouvrage rendre hommage à son père : « Brigitte Bardot vue par Léonard de Raemy ».

 menuhautvente.jpg

Concernant ces superbes photographies de stars vous trouverez entre autre :

 

Brigitte Bardot

Johnny Hallyday

Nastassja Kinski

Michel Polnareff

Romy Schneider

Mireille Darc

Gérard Depardieu

Serge Gainsbourg et Jane Birkin

Claude François

Yves St Laurent et Sylvie Vartan

 

Toutes ces photographies d’art sont en édition très limité (30 exemplaires maximum)

 

Tarif : FORMAT : Tirage argentique 30x42cm
EDITION : 30 exemplaires
PRIX : 2200 euros

FORMAT : Tirage Diasec 50x70cm
EDITION : 30 exemplaires
PRIX : 3200 euros

FORMAT : Tirage Diasec 90x126cm
EDITION : 30 exemplaires
PRIX : 5500 euros

 

Site : http://www.radziwill.fr/vente/htmlventeraemy/venteraemy10.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0