Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le web en parle

La Tarte Tropézienne, le soleil de Saint Tropez au Pays du Soleil Levant

Publié le par Ricard Bruno

La Tarte Tropézienne a fêté ses 55 ans en 2010.

La véritable Tarte Tropézienne, celle d'Alexandre Micka, a été baptisée ainsi par Brigitte Bardot lors du tournage du film de Vadim "Et Dieu créa la femme".
Recette secrète et déposée, réalisée encore aujourd'hui dans un esprit artisanal, la pâtisserie s'apprête, sous l'impulsion d'Albert Dufrêne Président du Groupe La Tarte Tropézienne, à conquérir le marché national et international.
Le groupe vient de finaliser la construction d’un nouveau laboratoire de 2000 m2 au sol sur deux niveaux à Cogolin afin de répondre au mieux à la demande des consommateurs qui ne cesse de croître. Ce nouveau laboratoire conserve le mode de fabrication artisanal des produits tout en multipliant le nombre des postes au sein de la pâtisserie. Une nouvelle unité qui représente le point de départ du développement de la marque qui a investi 3,8 millions d’euros dans cette construction grâce à laquelle la production pourra être augmentée de 50%. 


Le groupe a beaucoup investi en R&D pour la mise au point d’une Tarte Tropézienne surgelée, permettant à la marque de véhiculer ses valeurs d’authenticité, d’évasion, de plaisir et de qualité, notamment à l’étranger.

La Tarte Tropézienne au Japon
Du 20 au 25 avril 2011, La Tarte Tropézienne est invité d’honneur de la Semaine de la Région Provence Alpes Côte d’Azur à Isetan Shinjuku de Tokyo. Les Japonais vont découvrir ou redécouvrir ce produit présenté par Albert Dufrêne.
A cette occasion, la taille du produit a dû être repensée pour s’adapter au mieux à la culture japonaise : pas plus de 18 cm de diamètre (l’esprit kawaii !). « Les Japonais préfèrent les petites portions et la taille de leur famille est également réduite » souligne Albert Dufrêne, fier et heureux de cette nouvelle conquête de territoire. « Chaque semaine, grâce à une logistique respectant les contraintes liées aux produits frais, nous garantissons un délai de livraison de 4 jours à destination de Tokyo ». Le début d’une nouvelle aventure pour la tarte mythique.

Source : http://www.categorynet.com/communiques-de-presse/gastronomie/la-tarte-tropezienne,-le-soleil-de-saint-tropez-au-pays-du-soleil-levant-20110310152948/

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Livre : "Faut-il manger les animaux ?" de Jonathan Safran Foer

Publié le par Ricard Bruno

safComment les pays développés ont pu passer en cinquante ans d'un état où la faim était un fait réel pouvant marquer des périodes de la vie (à l'image de la grand-mère de Safran Foer) à un état d'abondance tel, que plus personne ne se soucie ni d'un éventuel état de manque, ni de la qualité de ce qu'il consomme ?

Le lien sacré entre l'être humain et ce qui le nourrit a été rompu au profit d'un mythe : celui du supermarché et de son stock inépuisable de ressources conditionnées "joliment", sans gras, sans sang, si possible sans os. Plus personne ne veut connaître la réalité de ce qu'il consomme, ni même savoir dans quelles conditions son repas du soir a été produit. C'est cette réalité que Jonathan Safran Foer approche avec son livre "Faut-il manger les animaux ?"

Il s'agit sans doute d'un texte militant, mais le propos n'est pas d'inviter les consommateurs du monde entier à devenir végétariens. Il s'agit plutôt d'un appel à la prise de conscience pour retrouver ce lien naturel qui unie l'homme à l'animal. Il explique : "Nous voyons si rarement des animaux d'élevage aujourd'hui qu'il est facile d'oublier cela. Les anciennes générations étaient plus habituées que nous tant à la personnalité des animaux d'élevage qu'à la violence qu'on leurs infligeait. (...) N'avoir que de très rares contacts avec les animaux permet d'écarter plus facilement les questions concernant la mesure dans laquelle nos actes peuvent avoir une influence sur la façon dont ils sont traités."

  • "Faut-il manger les animaux ?"
  • Jonathan Safran Foer
  • Editions de l'Olivier

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Cinéma : Annie Giradot : La «reine» tire sa révérence

Publié le par Ricard Bruno

Cinéma : La «reine» tire sa révérence Elle était tout simplement la «reine du cinéma français» et vient de tirer sa révérence. Annie Girardot est partie en silence, dans l’indifférence, mais pas dans l’oubli.

Pour les spectateurs tunisiens, alors adolescents dans les années soixante-dix et même parmi ceux qui n’avaient pas de penchant pour le cinéma français, très florissant à l’époque, elle était l’exception.
Dans la trempe de Jeanne Moreau et à un degré moindre de Catherine Deneuve, de Brigitte Bardot et de Marlène Jobert, elle pouvait faire rire, comme faire pleurer. Ses films-cultes envahissaient les écrans tunisiens, au début des années soixante-dix du siècle dernier. On se souviendra toujours de son rôle impressionnant dans : «Mourir d’aimer» d’André Cayatte, en 1971. A sa sortie tunisienne, en 1972, le tout-Tunis parlait de cette prof qui était amoureuse de son élève un mineur, et qui avait décidé d’aller jusqu’au bout de sa passion. Ce film est tiré d’un fait divers réel qui avait secoué la France de l’époque.

On se souvient encore, qu’avant de voir un film, où jouait Annie Girardot, les bandes-annonces, qu’on appelait «lancements dans le temps nous annonçaient sans pléonasme aucun, la sortie prochaine d’un autre film de cette actrice. Un nouveau rendez-vous au cinéma, qu’on devait prévoir entre copains du lycée, ou en famille. C’était le temps, où le cinéma faisait partie des distractions premières des jeunes et des moins jeunes. Des rôles dramatiques, à ceux comiques, comme dans : «La Zizanie aux côtés de Louis de Funès, ou dans : «Elle boit pas elle fume pas, elle drague pas … mais elle cause !» la reine «tirait son épingle du jeu.

Femme tout simplement Annie Girardot sevrait ses rôles avec beaucoup de spontanéité, mais aussi avec panache. Des rôles de composition qui avaient émaillé sa longue carrière. Elle avait débuté, au milieu des années cinquante du siècle dernier, sous la direction notamment de Visconti, dans : «Rocco et ses frères», en 1960. Un autre film-culte, qui avait marqué les cinéphiles de l’époque.

Annie Girardot venait du théâtre et elle avait repris le chemin des planches, après que les producteurs et les réalisateurs de cinéma ne faisaient plus appel à elle. Nous aurions aimé la voir jouer à Tunis, au théâtre municipal, quand la municipalité de Tunis affichait une saison de pièces françaises. Mais, à notre connaissance, elle n’était jamais venue jouer, sous nos cieux, dans le cadre d’une tournée de l’une de ses pièces. Annie Girardot avait marqué la grande époque du cinéma français, du temps du noir et blanc, jusqu’aux films en couleur. On ne l’oubliera jamais!

Source : http://www.jetsetmagazine.net/culture/revue,presse/cinema--la-reine-tire-sa-reverence.21.10434.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Crocodile du Nil..Interview Bruno Ricard ! Dans "le Parisien"!

Publié le par Ricard Bruno

 crocodile.jpg

Journal le Parisien des hauts de Seine de ce jour le 08 03 2011.

crocodile (texte)

J'ai également été interviewé par France bleu au journal de 12h00 (107.1 FM)

Bruno Ricard

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Hommage à Annie Girardot...

Publié le par Ricard Bruno

Bruno Ricard

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte bardot dans l'émission Chabada...

Publié le par Ricard Bruno

Chabada consacre un numéro spécial aux femmes sur FR3...

Lundi 07 mars soit la veille de la journée de la femme, Daniela Lumbroso consacrera un Chabada spécial femme sur France 3, à 20h35.Intitulée, Chabada chante les femmes, l'émission accueillera un important plateau d'artistes : Jenifer, Nolwenn Leroy, Hélène Segara, etc.

Le programme proposera également de replonger dans le passé avec des archives de Vanessa Paradis, Brigitte Bardot, Juliette Gréco, Véronique Sanson, pour ne  citer qu'elles.

Les artistes présents interpréteront par ailleurs tous les morceaux de Libres de chanter, album dans lequel 16 chanteuses reprennent des chansons ayant pour titre un prénom féminin, sur des arrangements de Stanislas.

Libres de chanter sera disponible le lundi 7 mars en téléchargement légal et le 21 mars en magasin. La recette des ventes servira à venir en aide à des "femmes précaires" par la construction de foyers pour elles et leurs enfants.


Bruno Ricard

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Les obsèques d'Annie Girardot...en direct...

Publié le par Ricard Bruno

Photo : Le portrait de l'actrice Annie Girardot accompagné d'une médaille de la Légion d'Honneur, est présenté devant l'église Saint-Roch à Paris, lors de ses obsèques, vendredi 4 mars

Les applaudissements nourris de centaines d'anonymes ont salué vendredi 4 mars l'entrée du cercueil d'Annie Girardot dans l'église Saint-Roch, à Paris, où sont célébrées les obsèques de l'actrice française décédée lundi 28 février.

Claude Lelouch, Gérard Darmon, Jean-Paul Belmondo, Jack Lang, Mireille Darc ou encore Alain Delon ont notamment pris place dans l'église. Un peu plus tôt, Line Renaud était arrivée au bras du ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand.

Un grand coeur de roses rouges avec la mention "Vive la vie" signée notamment Giulia, sa fille, et Lola, sa petite-fille, a été disposé dans le choeur.

"Annie est le symbole de la générosité"

Devant les grilles, des anonymes évoquent l'actrice disparue lundi à 79 ans. Venue de Belgique, Marie témoigne : "Annie est le symbole de la générosité. Je l'ai rencontrée au théâtre et on est devenue amies, ça me fait rigoler de voir les gens qui sont là aujourd'hui, ceux qui l'ont laissé tomber à part Lelouch".

Pour une autre femme, "c'était une actrice fabuleuse, généreuse qui pouvait aussi bien faire rire qu'émouvoir, elle était le symbole de la femme libre et moderne, victime de sa générosité peut-être".

Annie Girardot, qui débuta dans le drame avec Rocco et ses Frères pour triompher dans la comédie des années 70 et tourner plus de 120 films, est décédée lundi 28 février à l'hôpital Lariboisière à Paris à l'âge de 79 ans.

Source : http://www.la-croix.com/-Les-obseques-d-Annie-Girardot-/photo2/2457503/4085

Annie Girardot : ainsi s'en va la vie

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Annie Girardot inhumée ce vendredi au Père Lachaise...

Publié le par Ricard Bruno

C'est ce vendredi 4 mars que la France fera ses adieux à Annie Girardot, décédée lundi dernier à l'hôpital Lariboisière des suites de la maladie d'Alzheimer qui lui faisait perdre ses souvenirs depuis plus de six ans. Une messe sera donnée en l'église Saint-Roch avant que son corps ne soit inhumé au cimetière du Père Lachaise.
Annie Girardot inhumée ce vendredi au Père Lachaise
A cette heure, Brigitte Bardot a poussé une gueulante contre le monde du cinéma qui avait tourné le dos à cette grande actrice populaire des années 70, laquelle était revenue à son sommet en 1996  grâce à son rôle dans Les Misérables de Claude Lelouch qui lui valut le César de la Meilleure actrice dans un second rôle

Source : http://www.actustar.com/Actualites/39366/annie-girardot-inhumee-ce-vendredi-au-pere-lachaise

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Stars et anonymes disent adieu à Annie Girardot

Publié le par Ricard Bruno

De nombreuses personnalités du cinéma, dont l'acteur Alain Delon, ont assisté vendredi aux obsèques d'Annie Girardot, figure reconnue et familière du cinéma français, décédée lundi à l'âge de 79 ans.

Après une bénédiction en l'église Saint-Roch, la paroisse parisienne des artistes, l'héroïne de "Rocco et ses frères" et de "Mourir d'aimer" devait être inhumée dans l'intimité au cimetière du Père-Lachaise.

A l'arrivée et au départ du cercueil, proches et centaines d'anonymes massés dans le silence près de l'église ont longuement applaudi. Ils ont pu apercevoir la fille de la défunte, Giulia Salvatori, et ses deux petits-enfants Lola et Renato.

Parmi les personnalités, on pouvait reconnaître Alain Delon, arrivé main dans la main avec Mireille Darc, la comédienne Line Renaud, la chanteuse Catherine Lara et Jean-Pierre Marielle, qui fut élève au Conservatoire aux côtés d'Annie Girardot.

Etait aussi présent le cinéaste Claude Lelouch, qui la fit notamment jouer dans "Les Misérables", lui valant en 1996 le César de la meilleure actrice dans un second rôle.

Quelques personnalités du monde politique aussi : le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, l'un de ses prédécesseurs Jack Lang, la sénatrice écologiste Dominique Voynet.

Pendant une carrière longue de plus de 40 ans, qui connut un pic dans les années 1970, Annie Girardot fut à l'origine de multiples succès publics, notamment "Vivre pour vivre", "Docteur Françoise Gailland" et "La Zizanie".

Sa gouaille, sa sensibilité et son humanité la rendaient proches des gens.

Au théâtre, son rôle fétiche fut "Madame Marguerite", institutrice fantasque qu'elle interpréta de 1974 au début des années 2000.

Les dernières années de la comédienne ont été assombries par la maladie d'Alzheimer, qu'elle n'a jamais cherché à cacher.

Source : http://www.lexpress.fr/actualites/2/actualite/stars-et-anonymes-disent-adieu-a-annie-girardot_968733.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0