Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le web en parle

Qui sera la plus belle actrice du monde?

Publié le par Ricard Bruno

Qui sera la plus belle actrice du monde?

 

Isabelle Adjani, Brigitte Bardot, Monica Bellucci ou encore Halle Berry, voilà les actrices qui ont été nominées pour devenir la plus belle actrice du monde.

Belle revanche pour Isabelle Adjani. A 55 ans, l'actrice française qui a connu une sombre période de dépression après sa rupture avec Jean-Michel Jarre, a été nominée pour devenir "The Most Beautiful Women Woman In Film". L'héroïne de la Reine Margot fait partie des artistes retenues par le Los Angeles Times Magazine dans un sondage dont les résultats seront tenus prochainement.

Outre Isabelle Adjani, d'autres française old school font partie de ce classement à savoir Brigitte Bardot ou encore Catherine Deneuve. L'Italienne sensuelle, Monica Bellucci a également été retenue tout comme Halle Berry et Natalie Portman qui sont considérées comme les plus belles femmes actuellement. 7sur7 vous propose de découvrir la liste des prétendantes au titre de plus belle actrice du monde.

La liste
1. Isabelle Adjani
2. Brigitte Bardot
3. Kim Basinger
4. Monica Bellucci
5. Halle Berry
6. Louise Brooks
7. Claudia Cardinale
8. Julie Christie
9. Jennifer Connelly
10. Joan Crawford
11. Penelope Cruz
12. Dorothy Dandridge
13. Catherine Deneuve
14. Faye Dunaway
15. Farrah Fawcett
16. Greta Garbo
17. Ava Gardner
18. Eva Green
19. Anne Hathaway
20. Salma Hayek
21. Rita Hayworth
22. Audrey Hepburn
23. Angelina Jolie
24. Grace Kelly
25. Beyonce Knowles
26. Nicole Kidman
27. Hedy Lamarr
28. Vivien Leigh
29. Virna Lisi
30. Blake Lively
31. Jennifer Lopez
32. Sophia Loren
33. Ali Macgraw
34. Marilyn Monroe
35. Kim Novak
36. Merele Oberon
37. Michelle Pfeiffer
38. Frieda Pinto
39. Natalie Portman
40. Julia Roberts
41. Jean Seberg
42. Brooke Shields
43. Sharon Stone
44. Elizabeth Taylor
45. Charlize Theron
46. Gene Tierney
47. Lana Turner
48. Rachel Weisz
49. Natalie Wood
50. Catherine Zeta-Jones

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Arrête ton char, Brigitte...Au Carnaval de Nice le 18 02 2011

Publié le par Ricard Bruno

Char-consacre-a-Brigitte-Bardot-pour-le-carnaval-de-Nice-.jpg

Petite devinette. J'ai fait fantasmer des générations d'hommes, j'aime le vichy, les animaux et Saint-Tropez. Si, si. Ce personnage aux lèvres repulpées, c'est bien Brigitte Bardot. Elle sera la star de l'un des chars du 127e carnaval de Nice - le plus grand de France - qui commencera le 18 février. Le thème de cette année ? "Le roi de la méditerranée". Un thème pour le moins d'actualité...

Source : http://madame.lefigaro.fr/societe/arrete-ton-char-brigitte-080211-129803

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Passez une nuit blanche avec Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

CP-Nuitblanche 2011

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Nouveau livre avec préface de Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Delon-livre-preface-par-BB.jpg

Sortie le 14 avril 2011, sort en librairie le livre "Les femmes de ma vie" aux Editions Didier Carpentier (29,90 €)...

Préfacé par Brigitte Bardot elle même!

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Cette année là...cette chanson là...

Publié le par Ricard Bruno

1968 est une année riche en évènements politiques et  musicaux pourtant serge gainsbourgn'est pas encore au sommet de son art ;il n'a pas encore composé ses albums cultes qui le feront entrer dans la légende mais  il a déjà derrière lui une importante discographie depuis  son premier album "du chant a la une en 1958.

cette année là il va trouver son inspiration a la fois dans la découverte de Londres mais aussi  dans sa rencontre amoureuse aussi intense qu'ephémère  avec Brigitte Bardot .  l'album qui sort cette année s'appellera donc "Initials B.B "portant  là  les initiales de la femme vers qui tous les regards de la planète sont tournés .Ce disque magnifique aux arrangements révolutionnaires (les anglais  david  Whitaker et Arthur Greensdale , pointures  du "Swinging London") contient outre l'une des plus bouleversantes chansons de Gainsbourg (Initials B.B) mais également  ford Mustang - Docteur jekyll & Mister Hyde " "Comic strip" - "Qui est "in qui est out ?" .Il contient aussi "Bonnie & Clyde "  merveille narrative  ou Gainsbourg un an après le réalisateur américain  Arthur Penn qui avait immortalisé le couple de gangsters le plus célèbre de tout les temps sous les traits de Warren Beatty et de la sublime Faye Dunaway  reprend a son compte les exploits  sanglants de Clyde Barrow et Bonnie Parker . Gainsbourg ecrit là une chanson inouïe  a la mélodie enivrante , obsédante et  au phrasé détaché .Et même si son véritable bijou 'je t'aime moi non plus' a du être écarté de l'album a la demande d'un Gunter Sachs cocu et furieux ce disque sera une réussite totale.

Des tas d'artistes français mais aussi internationaux  et de duos se sont essayés a cette reprise  , elle a été bien évidemment samplée ,revisitée a diverses sauces (pas toujours très digestes) la chanson qui fait désormais partie du patrimoine  de la chanson française fascine incontestablement génération après génération

C'est ce qu'on apelle communément 'un classique ' Serge aurait sans doute  dit a son propos c"'est un classique classieux '

Source : http://jimboland.hautetfort.com/archive/2011/02/05/top-100-100-39-bonnie-and-clyde-serge-gainsbourg-et-brigitte.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Maria Schneider...

Publié le par Ricard Bruno

Maria Schneider a été l’irréductible vagabonde du cinéma moderne. Née en mars 1952 du mannequin Marie-Christine Schneider et du comédien Daniel Gélin (qui ne l’a pas reconnue), elle quitte le foyer familial à 15 ans et vit d’illustrations pour des menus de restaurant, mannequin junior pour des jeans. Sa vie prend une autre tournure avec sa rencontre, en 1969, de Brigitte Bardot sur le plateau des Femmes, de Jean Aurel, pour lequel elle était engagée comme figurante. BB se prend d’affection pour ce chiot perdu sans collier, lui offre le gîte et la prévient des différents travers du métier ; Alain Delon l’impose dans Madly (Roger Kahane, 1969) et elle est de l’aventure hippy de What a Flash ! de Jean-Michel Barjol.

intelligence. Elle n’a que 19 ans lorsque son amie Dominique Sanda, pressentie pour jouer le rôle principal du Dernier Tango à Paris mais enceinte (de Jean-Louis Trintignant), la présente à Bernardo Bertolucci. Réticente à la lecture du scénario, Maria Schneider repousse la proposition. Son entourage la convainc d’accepter - en face d’elle se trouve le meilleur acteur au monde, Marlon Brando.

A sa sortie en décembre 1972, le Dernier Tango à Paris suscite un tollé prévisible tout en devenant un classique instantané : dans un appartement vide près du pont Bir- Hakeim, un Américain esseulé à Paris vit une liaison désespérée avec cette jeune au charme poupon et au timbre enroué. Détournée, la motte de beurre devient l’insigne du film, et les pour et les contre se l’envoient au visage, le Tango se résume peu à peu à sa sodomie (conspirée par Brando et Bertolucci, sans que l’actrice ait été prévenue. Le cinéaste reconnaîtra plus tard qu’il s’agissait d’une forme de viol). De son propre aveu, elle est «trop jeune, mal préparée» au scandale, et ce film sera sa croix (au point qu’hier soir, en guise d’hommage, Bertolucci lui demandait «pardon»!).

Un film qu’elle jugera toujours avec sévérité, c’est-à-dire à l’horizon de son intelligence redoutable : «Bertolucci, audacieux ? Peu de gens savent qu’à l’origine mon personnage était celui d’un garçon - ce qui rend toute relative la soi-disant modernité provocante du film, non ?» Son admiration, elle la réservait à Marlon Brando : «Il a réalisé une partie de la mise en scène, dictant à un Bertolucci soumis ce qu’il devait faire», dévoilait-elle à Libération en mars 2001. Elle sort épuisée du Tango et se réfugie, littéralement, dans le cinéma - plus traditionnel - de René Clément, tenant la Baby-Sitter comme le premier film où elle fut enfin dirigée. Avant de rejoindre Barcelone, où Michelangelo Antonioni lui offre le premier rôle aux cotés de Jack Nicholson dans Profession reporter. Le film s’impose comme le point d’orgue d’une thématique de l’errance qui ne cesse d’irriguer le cinéma. Maria Schneider y campe, face au reporter pirandellien que joue Nicholson, une jeunesse hors-limite et vivante.

Animal. Ce qui frappe, à revoir le film, c’est à quel point Maria Schneider y est, et pour la dernière fois, absolument présente. Son sex-appeal animal rime encore avec une soif de jouer : elle se sent chez elle chez Antonioni, cinéaste de la femme - elle qui eut le choc cinéphile à 15 ans en découvrant Blow Up. «Lui au moins ne manipule pas», se souvenait-elle en 2001, (suivez mon beau regard de myope…). Le second rôle, au mitan des années 70, la verra se lier d’amitié avec une internationale underground dont elle partageait la radicalité, la virulence et le mode de vie. Rivette lui donne carte blanche pour Merry-Go-Round. Elle suggère pour partenaire Joe Dalessandro, star warholienne. En 2001, elle confiait ne «pas se rappeler» avoir tourné un des films les plus secrets de Philippe Garrel, Voyage au jardin des morts. Sa façon à elle de dire tout à la fois la méthode d’un Garrel mêlant vie et cinéma, et surtout ses absences à elle du fait d’une addiction à la cocaïne et l’héro. La bande décadente Daniel Schmid-Werner Schroeter l’accueille bras ouvert, le premier pour Violanta (1977), le second pour Weisse Reise (1978), tourné en appartement à Zurich. Elle rejoint David Bowie sur le tournage de Just a Gigolo, et Miou Miou sur celui de la Dérobade, de Daniel Duval. Elle est alors, avec Tina Aumont, Juliet Berto ou Christine Boisson, une icône rock dans un cinéma français qui, à l’orée des années 80, est en train de redevenir le plus conformiste qui soit.

Ce sont des personnalités iconoclastes telles que Mehdi Charef, Randa Chahal Sabbag ou Cyril Collard, qui lui feront encore confiance au long de ces années 80. Aux autres, Maria Schneider faisait peur. Malade depuis longtemps, elle a été emportée par un cancer hier matin. On sait qu’elle vivait avec une compagne qui lui avait permis de sortir de la défonce. Qu’une tribu d’ami(e)s l’entourait d’affection, dont Andréa Ferréol, qui n’oubliait jamais de lui amener du champagne

Source Article : http://blog.amicalien.com/Ninalily/t13602_le-dernier-tango-a-paris-pour-maria-schneider-actrice.htm

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Maria Schneider se dérobe...

Publié le par Ricard Bruno

Disparition. Révélée dans «le Dernier Tango à Paris», l’actrice française est morte hier d’un cancer à l’âge de 58 ans.

Maria Schneider, en novembre 2000 - REUTERS

 

Maria Schneider a été l’irréductible vagabonde du cinéma moderne. Née en mars 1952 du mannequin Marie-Christine Schneider et du comédien Daniel Gélin (qui ne l’a pas reconnue), elle quitte le foyer familial à 15 ans et vit d’illustrations pour des menus de restaurant, mannequin junior pour des jeans. Sa vie prend une autre tournure avec sa rencontre, en 1969, de Brigitte Bardot sur le plateau des Femmes, de Jean Aurel, pour lequel elle était engagée comme figurante. BB se prend d’affection pour ce chiot perdu sans collier, lui offre le gîte et la prévient des différents travers du métier ; Alain Delon l’impose dans Madly (Roger Kahane, 1969) et elle est de l’aventure hippy de What a Flash ! de Jean-Michel Barjol.

intelligence. Elle n’a que 19 ans lorsque son amie Dominique Sanda, pressentie pour jouer le rôle principal du Dernier Tango à Paris mais enceinte (de Jean-Louis Trintignant), la présente à Bernardo Bertolucci. Réticente à la lecture du scénario, Maria Schneider repousse la proposition. Son entourage la convainc d’accepter - en face d’elle se trouve le meilleur acteur au monde, Marlon Brando.

A sa sortie en décembre 1972, le Dernier Tango à Paris suscite un tollé prévisible tout en devenant un classique instantané : dans un appartement vide près du pont Bir- Hakeim, un Américain esseulé à Paris vit une liaison désespérée avec cette jeune au charme poupon et au timbre enroué. Détournée, la motte de beurre devient l’insigne du film, et les pour et les contre se l’envoient au visage, le Tango se résume peu à peu à sa sodomie (conspirée par Brando et Bertolucci, sans que l’actrice ait été prévenue. Le cinéaste reconnaîtra plus tard qu’il s’agissait d’une forme de viol). De son propre aveu, elle est «trop jeune, mal préparée» au scandale, et ce film sera sa croix (au point qu’hier soir, en guise d’hommage, Bertolucci lui demandait «pardon»!).

Un film qu’elle jugera toujours avec sévérité, c’est-à-dire à l’horizon de son intelligence redoutable : «Bertolucci, audacieux ? Peu de gens savent qu’à l’origine mon personnage était celui d’un garçon - ce qui rend toute relative la soi-disant modernité provocante du film, non ?» Son admiration, elle la réservait à Marlon Brando : «Il a réalisé une partie de la mise en scène, dictant à un Bertolucci soumis ce qu’il devait faire», dévoilait-elle à Libération en mars 2001. Elle sort épuisée du Tango et se réfugie, littéralement, dans le cinéma - plus traditionnel - de René Clément, tenant la Baby-Sitter comme le premier film où elle fut enfin dirigée. Avant de rejoindre Barcelone, où Michelangelo Antonioni lui offre le premier rôle aux cotés de Jack Nicholson dans Profession reporter. Le film s’impose comme le point d’orgue d’une thématique de l’errance qui ne cesse d’irriguer le cinéma. Maria Schneider y campe, face au reporter pirandellien que joue Nicholson, une jeunesse hors-limite et vivante.

Animal. Ce qui frappe, à revoir le film, c’est à quel point Maria Schneider y est, et pour la dernière fois, absolument présente. Son sex-appeal animal rime encore avec une soif de jouer : elle se sent chez elle chez Antonioni, cinéaste de la femme - elle qui eut le choc cinéphile à 15 ans en découvrant Blow Up. «Lui au moins ne manipule pas», se souvenait-elle en 2001, (suivez mon beau regard de myope…). Le second rôle, au mitan des années 70, la verra se lier d’amitié avec une internationale underground dont elle partageait la radicalité, la virulence et le mode de vie. Rivette lui donne carte blanche pour Merry-Go-Round. Elle suggère pour partenaire Joe Dalessandro, star warholienne. En 2001, elle confiait ne «pas se rappeler» avoir tourné un des films les plus secrets de Philippe Garrel, Voyage au jardin des morts. Sa façon à elle de dire tout à la fois la méthode d’un Garrel mêlant vie et cinéma, et surtout ses absences à elle du fait d’une addiction à la cocaïne et l’héro. La bande décadente Daniel Schmid-Werner Schroeter l’accueille bras ouvert, le premier pour Violanta (1977), le second pour Weisse Reise (1978), tourné en appartement à Zurich. Elle rejoint David Bowie sur le tournage de Just a Gigolo, et Miou Miou sur celui de la Dérobade, de Daniel Duval. Elle est alors, avec Tina Aumont, Juliet Berto ou Christine Boisson, une icône rock dans un cinéma français qui, à l’orée des années 80, est en train de redevenir le plus conformiste qui soit.

Ce sont des personnalités iconoclastes telles que Mehdi Charef, Randa Chahal Sabbag ou Cyril Collard, qui lui feront encore confiance au long de ces années 80. Aux autres, Maria Schneider faisait peur. Malade depuis longtemps, elle a été emportée par un cancer hier matin. On sait qu’elle vivait avec une compagne qui lui avait permis de sortir de la défonce. Qu’une tribu d’ami(e)s l’entourait d’affection, dont Andréa Ferréol, qui n’oubliait jamais de lui amener du champagne.

Source : http://next.liberation.fr/culture/01012317889-maria-schneider-se-derobe

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Haute - Saône: cadavres dans le pré...

Publié le par Ricard Bruno

C’est sur la base de l’alerte de la ligue de protection du cheval que gendarmerie et services vétérinaires se sont déplacés pour effectuer un constat dans un élevage entre Saulx et Lure.

Haute - Saône: cadavres dans le pré 

Ils n’ont pas le droit d’entrer sur la parcelle où sont comptabilisés onze bovins pour vingt-cinq chevaux. Derrière la cloture, les représentants de la ligue de protection du cheval et de l’association Brigitte Bardot semblent scandalisés par les coutumes locales. «D’ordinaire, on accompagne les constatations» fulmine la représentante de la ligue du cheval qui s’est déplacée de Cote-d’Or pour épauler la représentante locale, Rachel Fontaine. C’est elle qui a alerté les services de la gendarmerie de Luxeuil sur l’état des animaux dans ce pré de 25 à 30 hectares où elle dit avoir repéré trois squelettes d’animaux. Les vivants sont pour elle, «en état d’abandon, de maltraitance par absence de nourriture et sans aucun soins». Pointant l’état de maigreur de certains des pensionnaires.

Sur place, le maire de la commune de Dambenoit-lès-Colombe, Marino Locatelli ne semble pas surpris par la venue de tout ce petit monde. «Ça fait trente ans au moins que c’est comme cela. L’éleveur a des bêtes dans trois endroits et j’ai moi-même vu un cadavre il y a deux ans».

C’est précisément ce que sont venus vérifier les services de l’Etat, en plus de l’état apparent des animaux. «Cela fait trois fois que la DSV vient (N.D.L.R: branche vétérinaire de la DDCSPP direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations) et que rien n’est fait», rue dans les brancards la ligue de protection du cheval. ( ... )

Côté animaux vivants, les inquiétudes des services de l’Etat sont moins catastrophiques que celles des associations. ( ...)

Pour le propriétaire, il n’y a pas de problème d’alimentation. «J’y vais tous les deux jours. Les cadavres, moi, je ne les ai pas trouvés mais j’avais alerté la DSV à l’été 2009 qu’il me manquait deux vaches. Celle qui est maigre, je vais la rentrer demain pour voir ce qu’elle a». ( ...)

Quoi qu’il en soit, les procès verbaux des constatations vont être transmis qu parquet qui décidera ou non de poursuivre l’éleveur qui a déjà eu maille à partir avec la justice. Du côté des injonctions les plus immédiates, «il va lui être demandé de faire enlever les ossements», assure encore Mme Petitot.

Lire demain l'intégralité du reportage de Walérian Koscinski dans nos éditions papier de demain

Source : http://www.estrepublicain.fr/fr/a-la-une-aujourdhui/info/4568224-Haute-Saone-cadavres-dans-le-pre

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot porte plainte pour "provocation au meurtre"..

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot porte plainte pour "provocation au meurtre"
   

 

A gauche l’affiche officielle et à droite l’affiche détournée par Gang des fils de Pub DR

Les démêlés judiciaires autour de son exposition sont, pour un temps, occultés par une nouvelle affaire. Celle de l’affiche détournée... Brigitte Bardot vient en effet de porter plainte après la découverte d’une vidéo montrant un panneau 4 x 3 où son visage est collé par-dessus celui d’un bovin, avec, à côté, le texte : « Cet animal va être égorgé à vif sans étourdissement et dans de grandes souffrances. C’est ça un abattage rituel ».

Nouvel appel au piratage
Ce piratage « vache » est signé du Gang des fils de pub. Leur grief : « Une énième tentative de dresser les Français les uns contre les autres et la stigmatisation d’une certaine catégorie de consommateurs. Il y a une ambiguïté gênante dans la manière dont s’enchaînent et se répondent droit des animaux, transparence de l’étiquetage et appel à la méfiance vis-à-vis du halal et du casher », justifient ses mystérieux membres sur leur site. Petit rappel des faits. En janvier dernier, un collectif de huit associations de protection animale, dont la Fondation Brigitte Bardot, lançait - – non sans mal – une pub coup-de-poing pour dénoncer l’abattage rituel. « Malgré l’avis défavorable de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (1), nos organisations ont tout de même réussi, après un bras de fer avec les afficheurs, à maintenir cette campagne », expliquait à l’époque la Fondation Bardot. Quelque 2266 panneaux fleuriront partout en France. Un seul sera « maquillé » (lieu pour l’heure indéterminé), mais c’est surtout le battage qu’a suscité la mise en ligne de l’opération de détournement qui déclenchera la plainte.

« La vidéo est reprise partout sur le Net... Pour moi, nous ne sommes pas dans la plaisanterie. Ce portrait de Brigitte accolé au texte sur l’abattage rituel représente une réelle menace sous-jacente. On ne peut pas tout laisser faire dans ce pays! », expliquait hier à Saint-Tropez son mari Bernard d’Ormale. Mes Gilbert Collard et François-Xavier Kelidjian, qui ont déposé plainte contre X auprès du procureur de Marseille au nom de « Brigitte Bardot, présidente de la Fondation Bardot » vont plus loin en parlant de « provocation au meurtre ». « Il faut une enquête pour savoir qui se cache derrière tout cela. Vous comprenez, on ne peut pas s’indigner quand Georges Frêche tient certains propos et accepter qu’on dise n’importe quoi sur Brigitte Bardot », commentait hier soir Me Gilbert Collard qui se contenterait toutefois d’« une peine de principe » dans cette affaire. Gang de fils de pub ne se démonte pas et appelle carrément au piratage des 2265 autres panneaux publicitaires mobilisés par cette campagne. « Munissez-vous d’un portrait de Brigitte Bardot d’1,80 mètre par deux mètres et le tour est joué! », ironise ce mouvement non identifié, mais qui fait déjà beaucoup parler de lui.

1. L’ARPP considérait que l’affiche était de nature « à ridiculiser ou à choquer » les adeptes des rites halal et casher.

Source : http://www.varmatin.com/article/faits-divers/brigitte-bardot-porte-plainte-pour-provocation-au-meurtre

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0