Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le web en parle

La grande époque du textile...Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

Une vue des ateliers à la belle époque de la manufacture

Une vue des ateliers à la belle époque de la manufacture

 

Fondés à Paris en 1920 les Ets C. Mawet sont transférés rue de la Corderie à Yvetot en 1937. Dans les années cinquante, c'est une centaine de personnes, principalement des femmes, qui fabriquent layettes et sous-vêtements avec de la laine et du coton, les deux matières principales utilisées à l'époque. Le travail est réparti en quatre ateliers abritant essentiellement le bobinage, le tricotage, la coupe et la confection. La qualité des articles proposés dans les magasins donne un rayonnement sur l'ensemble de la métropole.

Merci Brigitte Bardot
Le 11 janvier 1960, un fait divers international va être à l'origine d'un coup de pub extraordinaire pour l'entreprise yvetotaise : c'est la naissance de Nicolas Charrier, le bébé de la célèbre actrice Brigitte Bardot. En effet, le couple Jacques Charrier-Bardot offre une layette aux bébés nés en France le même jour que leur enfant et c'est la marque Ozona, pyjamas et vêtements des petits qui est retenue!

Dès lors, pendant plus de trente ans c'est l'expansion :
- construction d'un grand local en face dans la même rue (aujourd'hui centre de tri de La Poste)
- construction d'un local à Valliquerville (aujourd'hui Eco-Technilin).
- nouveaux sites à Saint-Saëns et Fécamp.
L'effectif dépasse alors 800 personnes et les ventes exceptionnelles des fins de série (vente aux poids) qui ont lieu 2 à 3 fois par an sont très prisées ; on se souvient des acheteurs arrivant la veille et passant la nuit dans leur véhicule !
Malheureusement, la crise du textile va toucher l'entreprise yvetotaise au début des années quatre-vingt-dix :
- un plan social est annoncé en 1993.
- les réductions de personnel sont inévitables dont 140 postes supprimés en 1994.
- le redressement judiciaire de la Manufacture de bonneterie Mawet est prononcé en avril 1995
- réduction d'effectif de 240 personnes en 1996.
Enfin, en 1997, l'enseigne Ozona disparaît.

Source : http://www.paris-normandie.fr/article/autres-actus/la-grande-epoque-du-textile

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

BRIGITTE BARDOT N’EST PAS EMBALLÉE PAR SON BIOPIC!

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot n est pas emballee par son biopic

BB  intéresse les Américains.Kyle Newman réalisera en effet d’ici 2011 un biopic sur la vie de la  Française. Ce qui n’est pas vraiment du goût de la principale intéressée. « Un film sur ma vie ? Mais je ne suis pas morte! Ils n'ont pas intérêt à faire ça sans m'en parler. Sinon ça va barder! », lance-t-elle dans une interview accordée à Télé7jours. Quant à l’actrice  qui l’incarnera à l’écran –Jaime King, remarquée dans « Sin City »-, Bardot ne semble guère plus convaincue car pour elle, aucune actrice américaine ne pourrait  jouer B.B. « Je suis typiquement française. Je n'ai jamais quitté la France pour  Hollywood ni planqué mon fric en Suisse! », s’exclame-t-elle. Chez les Françaises, seuleLine Renaud trouve grâce à ses yeux. Elle reconnaît d’ailleurs ne  pas avoir vu la prestation de Laetitia Casta qui a interprété son rôle dans  « Gainsbourg, vie héroïque ».

Source : http://www.elle.fr/elle/Loisirs/Cinema/News/Brigitte-Bardot-n-est-pas-emballee-par-son-biopic/(gid)/1306750

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Tf1 se moque de nous! Brigitte Bardot attaquée par Dechavanne!

Publié le par Ricard Bruno

Article d'origine cliquez ci dessous :

http://brigitte-bardot.over-blog.net/article-emission-une-famille-en-or-pas-si-or-que-cela-de-la-part-de-dechavanne-55078043.html

 

badge bouton 45mm visage BB (3,30 euros)

Suite aux nombreuses protestations sur le Blog "Brigitte Bardot"de beaucoup d'entre vous sur les propos scandaleux tenu par "Christophe Dechavanne" dans son émission "Une famille en or" de la semaine passée ou  le sieur Dechavanne a accusé « mordicus » Brigitte Bardot d'avoir fait couper les cordes vocales d'un de ses ânes, je me suis adressé à TF1 par un courrier de protestation.

Tf1 vient de me répondre ce qui suit : Bonjour,

 Nous avons bien pris connaissance de vos remarques et suggestions à propos de l’émission «UNE FAMILLE EN OR». Nous les transmettons, pour information, à la production de l’émission ainsi qu’à la direction des divertissements de TF1, qui essaieront d’en tenir compte dans la mesure du possible. Nous attachons une grande importance aux réactions de nos téléspectateurs qui peuvent éventuellement nous guider dans nos options. TF1 est, en effet, sensible à ces témoignages, liens privilégiés avec son public.

 Nous vous remercions de votre fidélité à nos programmes. Bien cordialement

L'équipe TF1 & Vous

http://www.tf1.fr/tf1-et-vous/

Suivez toute l'actu de TF1 minute par minute sur  le Twitter de TF1 et Vous

 

Ma nouvelle réponse à TF1 le 09 08 2010 à 17h30 :

 

 

Bonsoir

j'ai bien reçu et lu votre courriel de ce jour mais vous n'apportez nullement une réponse concrète à ma question! Ce n'est ni plus ni moins un courrier "type" adressé à chaque courrier que vous recevez, vous dites que vous êtes attentif aux réactions des téléspectateurs or ce n'est absolument pas le cas.
Mr "Dechavanne" je vous rappelle dans une de ses émissions de la semaine passée de "la famille en or" a ouvertement et implicitement dit que madame Brigitte Bardot avait fait couper les cordes vocales d'un de ses ânes or ce n'est que pure invention de sa part ce n'est que de la diffamation, je demande que des excuses de sa part soient faites à madame Brigitte Bardot, on ne peux pas laisser passer de telles inepties.

En attente de vous lire et d'une véritable réponse de votre part et en attente des suites à donner.

Bruno Ricard

Web master du blog "Brigitte Bardot : http://brigitte-bardot.over-blog.net
Web master du blog "Saint Tropez"   : http://saint-tropez.centerblog.net    

Initiateur de l'exposition Brigitte Bardot

 

 

 

 

 

 

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

ON REGARDE LA « SPÉCIALE BRIGITTE BARDOT » CE SOIR SUR ARTE

Publié le par Ricard Bruno

On regarde la speciale Brigitte Bardot ce soir sur Arte

Brigitte Bardot sous toutes ses facettes : c’est ainsi que l’on pourrait résumer la soirée spéciale que lui consacre Arte aujourd’hui dès 20h40. Avec d’abord, « Vie privée », film de Louis Malle datant de 1962. Aux côtés de Marcello Mastroianni, BB est une star au bout du rouleau. Elle incarne Jill, une jeune fille modèle qui devient mannequin à Paris avant de commencer  à tourner pour le cinéma. Devenue célèbre, elle est traquée par la presse et tente alors de s’échapper en Italie, pour y retrouver un metteur en scène dont elle est amoureuse.

Emission culte pour la nouvelle année 68

Après cette facette sombre du mythe BB, place à plus de légèreté à partir de 22h20 avec le « show Bardot », émission culte diffusée par l’ORTF le 1er janvier 1968 qui fit scandale à l’époque. On y découvre Bardot, plus sensuelle que jamais, qui se prête à la mise en scène des tout premiers clips réalisés pour la télévision : en mini-robe de cuir chevauchant sa «Harley Davidson» sans besoin de personne, en Barbarella Brune dans un décor multicolore pour «Comic Strip», en robe métallique Paco Rabanne pour « Contact », mâchonnant son «Bubble Gum» ou encore s’envolant en parachute ascensionnel dans «Mr. Sun». Filmée chez elle, à la Madrague, elle était accompagnée d'artistes comme Serge Gainsbourg, Sacha Distel et Claude Brasseur. Ces séquences sont entrecoupées de tranches de vie de la star où on voit BB en studio pour  une séance photo ou en plein shopping à Saint-Tropez. Culte, on vous dit.

Source : http://www.elle.fr/elle/Loisirs/Sorties/News/On-regarde-la-speciale-Brigitte-Bardot-ce-soir-sur-Arte/(gid)/1306093/(affichage)/avis/(listing)/all#zoneCommentairesNew

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Emission une famille en Or : Pas si or que cela de la part de Dechavanne

Publié le par Ricard Bruno

                                                         Boulogne Billancourt

                                                               Le 07 08 2010

 

A l’intention de la direction de Tf1

 

 

Emission une famille en  Or

J’ai été alerté par plusieurs personnes me faisant part de leur réaction suite aux propos scandaleux de l’animateur « Christophe Dechavanne » à l’encontre de madame Brigitte Bardot annonçant  « mordicus » dans une de ses émissions de la semaine le fait que madame Brigitte Bardot aurai fait « couper les cordes vocales d’un de ses ânes », mais comment peut-on proférer de telles absurdités pour ne pas dire de telles bêtises, ce n’est ni plus ni moins de la diffamation, je demande aujourd’hui que des excuses publiques soient faites à madame Brigitte Bardot, j’attend que TF1 prennent des décisions afin que de tels propos ne puissent être de nouveaux fait une sa chaîne.

Il est bizarre de constater que le passage concernant les propos de l’animateur ne soit plus visible sur le site de TF1 ?

 

Bruno Ricard

 

Web master du blog Brigitte Bardot : http://brigitte-bardot.over-blog.net

Web master du blog Saint Tropez : http://saint-tropez.centerblog.net

Initiateur de l’exposition Brigitte Bardot

 

                   Pour protester écrivez à TF1 : http://www.tf1.fr/tf1-et-vous

                                                                 : http://www.tf1.fr/tf1-et-vous/contact

                                                                 :  telespec@tf1.fr

 

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

A ne pas manquer : Vie privée sur Arte...

Publié le par Ricard Bruno

 

Vie privée - Brigitte Bardot

Un monument érigé en l'honneur de l'actrice qui a marqué plusieurs générations : Brigitte Bardot.

 

Vie privée s'inspire explicitement de la vie de Brigitte Bardot. Après s'être vanté d'avoir dirigé une star dans Ascenseur pour l'échafaud, Louis Malle n'expose plus l'errance onirique de Jeanne Moreau dans les faubourgs illuminés de Paris, mais une jeune actrice qui, en 1962, fait tout aussi fureur. Le réalisateur aura d'ailleurs l'idée de réunir les deux égéries de la Nouvelle Vague dans le rocambolesque Viva Maria !

 

Nous le savons, Brigitte Bardot, avant d'acquérir une notoriété fulgurante, a pratiqué la danse classique. Le film fait usage de ses talents, la jeune femme conquérant peu à peu la capitale, gravissant les échelons de la célébrité, sans grande difficulté puisqu'il « se produit instantanément quelque chose d'étrange entre ce visage et la caméra » (dixit la voix off). La soif inassouvie de liberté de Jill sera finalement bravée par un enfermement croissant.

 

Quelques scènes marqueront les esprits : cet incroyable point de vue en plongée écrasante, l'actrice irradiant la foule immense de sa tignasse blonde, hurlant son désarroi et sa stupeur, avant de s'évanouir, transportée tel un martyr par des gardes du corps désarmés. Nous nous souviendrons également de la séquence mythique dans laquelle Bardot est insultée par la concierge de son immeuble, implacablement cloitrée derrière les grilles de la « cage » d'escalier. Malle suspend le temps, favorisant le débit de paroles acerbes, à travers un crescendo, à la fois verbal et physique, de maestro !

 

Dans la mise en abîme de la création artistique se dessine l'enchaînement fataliste du destin de l'icône, en proie à un amour passionnel et destructeur. A l'instar de la tragédie qu'il met en scène, Marcello Mastroianni tente de préserver la femme enfant des dangers extérieurs qui la guettent mais, se débarrassant du loup dans la bergerie – leur ami paparazzi – causera sa perte.

 

Qualifié par Malle en personne de « psychodrame », le film est entièrement tourné vers son interprète, vantant sa beauté sculpturale, son innocence provocatrice, son jeu aux frontières d'un naturalisme artificiel. Une très belle ode, s'exprimant principalement dans le dernier plan, baigné d'une apesanteur majestueuse qui ne fait pas disparaître l'actrice mais, à l'inverse, contribue à l'ancrer irrémédiablement dans les mémoires

Source : http://www.toutlecine.com/cinema/l-actu-cinema/0001/00017733-a-ne-pas-manquer-vie-privee-sur-arte.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Le terrible été des animaux de compagnie...

Publié le par Ricard Bruno

L’été est souvent synonyme de vacances et de soleil… Mais aussi d’abandon d’animaux. C’est à cette période de l’année que le plus grand nombre de maîtres indélicats décident de laisser à quai leur bête de compagnie et de partir en congés sans s’embarrasser de laisse ou de litière.

Ce mois de juillet ne déroge pas à cette triste fatalité estivale : les refuges saturent, et la situation ne s’améliore pas. La SPA (Société protectrice des animaux) constate cette tendance inquiétante depuis 2003 : « C’est cette année-là que les chiffres ont commencé à exploser, se désole un porte-parole de l’association. Et chaque année est pire que la suivante! » Il y a sept ans, 3522 animaux avaient été recueillis par la SPA au de l’année, contre près de 5000 en 2009. Un phénomène que les défenseurs des animaux attribuent notamment au boom des animaleries et, plus récemment, à la .

Une situation dramatique

Au refuge de Compiègne, dans l’Oise, l’été 2010 s’annonce très mal : « Nous avons récupéré 39 chiens juste pour le mois de juillet, alors que l’an dernier, ils étaient 22 », regrette Murielle Durieu, directrice du centre. Dans ce refuge, les abandons sont en augmentation constante, et les adoptions baissent. La situation n’est pas plus rose dans le sud-est de la . A Flayosc, dans le Var, le centre de la SPA dépasse de 25% sa capacité d’accueil de 50 places, notamment à cause des inondations en juin qui ont abîmé de nombreuses habitations dans la région et placé les propriétaires en détresse financière. « Du coup, les chiens sont laissés, par manque d’argent pour s’en occuper », explique André Léger, l’intendant du refuge local. Mais pour ce passionné d’animaux, pas question de baisser les bras, des solutions sont mises en place pour éviter les abandons en série. « Nous avons créé un système de fourrière sociale, qui permet de faire garder des animaux dans des cas exceptionnels comme l’hospitalisation d’une personne isolée, et ce contre une petite rémunération. » Autre solution proposée, être famille d’accueil. Ceux qui craquent devant la truffe d’un chien ou d’un chat peuvent prendre un animal pour quinze jours, le temps de voir si le courant passe. Ces mesures ne sont évidemment pas miraculeuses : « Avant-hier, en une seule journée, nous avons récupéré 7 chiens », soupire André Léger. Même son de cloche à la Fondation Brigitte Bardot, qui a lancé une grande campagne d’affichage anti-abandons. Elle se désole d’accueillir des animaux toute l’année sans interruption. « Même des chèvres, des vaches ou des chevaux », précise-t-elle.

Source : http://www.leparisien.fr/abo-vivremieux/le-terrible-ete-des-animaux-de-compagnie-04-08-2010-1021313.php

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Soirée spéciale "Brigitte Bardot" le 08 août 2010 sur Arte

Publié le par Ricard Bruno

20:40
La bombe BB

Bardot aux deux visages : celui, sombre, de la star au bout du rouleau dans Vie privée de Louis Malle ; celui, solaire, de l'égérie de Gainsbourg dans une émission spéciale de 1968.

 
ARTE F © Jean Adda
dimanche, 8 août 2010 à 20:40

Rediffusions :
Pas de rediffusion
La bombe BB
(141mn)
ARTE F


 

Bardot aux deux visages : celui, sombre, de la star au bout du rouleau dans Vie privée de Louis Malle ; celui, solaire, de l'égérie de Gainsbourg dans une émission spéciale de 1968.

 

20:40
Vie privée

Brigitte Bardot dans le rôle d'une star harcelée par la presse... Une tentative pour l'actrice d'exorciser son propre mythe.

DÉTAILS
 
dimanche, 8 août 2010 à 20:40

Rediffusions :
12.08.2010 à 01:10
20.08.2010 à 14:45
Vie privée
(France, Italie, 1961, 94mn)
ARTE F
Réalisateur: Louis Malle
Image: Henri Decaë
Musique: Fiorenzo Carpi
Montage: Kenout Peltier
Acteur: Antoine Roblot, Brigitte Bardot, Christian de Tillière, Dirk Sanders, Eléonore Hirt, Gloria France, Gregor von Rezzori, Jacqueline Doyen, Jacques Gheusi, Jeanne Allard, Marcello Mastroianni, Nicolas Bataille, Paul Sorèze, Ursula Kubler
Auteur: Jean Ferry, Jean-Paul Rappenau, Louis Malle
Production: C.I.P.R.A., Progéfi


Brigitte Bardot dans le rôle d'une star harcelée par la presse... Une tentative pour l'actrice d'exorciser son propre mythe.

Jill, une jeune fille modèle qui vit sagement avec sa mère à Genève, devient mannequin à Paris puis, remarquée, commence à tourner pour le cinéma. Devenue une star traquée nuit et jour par la presse, elle tente de s'échapper en Italie, pour y retrouver un metteur en scène dont elle est amoureuse...

L'engrenage de la célébrité
"Toute ressemblance avec la réalité n'est évidemment pas fortuite : Jill est en quelque sorte le double de B. B. Images douces et tendres pour montrer la fragilité et la solitude du personnage. Images incisives pour dénoncer la cruauté d'une presse à sensation. Et l'on ne peut oublier la très belle scène finale, cette longue chute dans le néant. Quant à Brigitte Bardot, elle incarne avec vérité et émotion cet être pris dans l'engrenage de la célébrité." (Jean Tulard, Guide des films).

22:20
Spécial Bardot

Attention, émission culte ! Le "show Bardot" diffusé par l'ORTF le 1er janvier 1968.

DÉTAILS
 
ARTE F © Jean Adda
dimanche, 8 août 2010 à 22:20

Rediffusions :
14.08.2010 à 13:10
19.08.2010 à 02:00
23.08.2010 à 11:10
Spécial Bardot
(France, 2009, 47mn)
ARTE F
Réalisateur: Eddy Matalon, François Reichenbach

Malentendant

Attention, émission culte ! Le "show Bardot" diffusé par l'ORTF le 1er janvier 1968. Avec Serge Gainsbourg, Sacha Distel, Claude Brasseur...

Cette émission est passionnante à plus d'un titre. D'abord parce que BB y est au sommet de sa beauté : dès le générique, alors que retentit "La Marseillaise", elle apparaît dénudée et en cuissardes, enroulée dans le drapeau français... Révolutionnaire ! Ensuite parce que les réalisateurs François Reichenbach et Eddy Matalon ont réussi à capter toute l'esthétique de cette fin des sixties (quel bonheur de revoir les clips de "Harley Davidson", "Comic strip" ou "Bubble gum"). Le show ne se contente pas d'aligner une poignée de chansons : il les fait alterner avec de petits films dans lesquels on voit BB vaquer à ses occupations, participer à une séance photo, essayer des tenues toutes plus ravageuses les unes que les autres... Un crescendo qui s'achève sur une vision de Bardot sanglée d'un parachute, s'envolant dans les airs en chantant "Mr Sun" dans une robe hippie (griffée, tout de même).

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Et Dieu... créa la femme et BB quitta Vadim...

Publié le par Ricard Bruno

On raconte souvent que BB a découvert Saint-Tropez en venant y tourner Et Dieu Créa la femme. « Faux ! », vous répondra immanquablement l’intéressée. L’histoire remonte à son enfance. Ses parents possédaient une maison de vacances et la petite Bardot y venait avec sa sœur Mijanou. Et pourtant, le sentiment que Bardot est née à Saint-Tropez avec le film de Vadim demeurera à jamais pour le public du monde entier.
La genèse de ce classique n’a pourtant rien d’épique. Un beau matin de l’été 1955, Jean et Geneviève de Colmont, insouciants propriétaires d’un lopin de terre en bordure de plage où ils avaient construit un cabanon, voient débarquer Roger Vadim en repérage. Arrivé en Jeep, le cinéaste trouve la famille à table. Persuadé qu’il s’agit d’un restaurant, il s’assoit avec son équipe et commande à manger : « Il a dû trouver la cuisine et l’ambiance à son goût parce qu’après le repas, il est venu voir mon père et lui a dit qu’il reviendrait bientôt tourner avec 80 personnes qu’il allait falloir faire manger et boire », raconte Patrice de Colmont. Le fameux Club 55 était né.

Bonjour gaieté

En ville aussi le tournage essaime. A l’heure des pauses, le déjeuner se termine immanquablement par le dessert d’un pâtissier polonais, Micka. « Tu devrais lui donner un nom, à ton dessert, lui conseille un jour Brigitte Bardot. Pourquoi ne l’appellerais-tu pas “ Tarte de Saint-Tropez ” ? ». Elle deviendra la fameuse « Tarte tropézienne ».
L’équipe de 80 personnes s’intègre rapidement dans le paysage et colonise pacifiquement le village. Les prises avec BB et Jean-Louis Trintignant se succèdent dans une demeure qui surplombe les pavés de la place Henri-Person. Le parfum de Françoise Sagan est encore quasi perceptible. Au printemps 55, quelques semaines plus tôt, la sensation littéraire du moment posait son dévolu sur cette grosse maison de trois étages qui domine La Ponche pour savourer le succès de Bonjour Tristesse.
Le tournage, lui, sera plutôt « Bonjour Gaieté », emmené par une BB rayonnante qui prolonge les soirées dans un tourbillon festif. « Les plages nous appartenaient. Les restaurants nous attendaient. L’Esquinade, le seul night-club à l’époque, existait de nos folies. Le conte de fées se levait au soleil du matin et ne se couchait pas », écrivait Vadim dans ses Mémoires du Diable.

BB à sa place
Le joyeux tournage s’achève le 5 juillet, sur le port, et laisse pourtant le réalisateur en miettes. Son interprète principale de femme lui a échappé. L’idylle de cinéma est devenue histoire d’amour avec Jean-Louis Trintignant. Au-delà des torrides danses de tam-tam mambo, du scandale des nus, du succès américain qui fait dès 1956 de Saint-Tropez la capitale des plaisirs illicites, Et Dieu créa la femme est souvenir de bonheur pour BB, généralement peu tendre avec sa filmographie... « Un des rares films que j’ai tournés et en lesquels je me suis véritablement sentie à ma place », reconnaît-elle aujourd’hui encore.
Son ancrage définitif sous le soleil tropézien remonte, lui, à 1958. Durant le tournage de La Femme et le Pantin, sa mère lui parle d’une maison à vendre sur la côte. Un ancien hangar à bateaux situé au creux de la baie des Canoubiers. BB profite d’un week-end pour quitter le tournage en Espagne et s’y rendre. Murs blancs, lauriers roses et eucalyptus, le coup de foudre sera total. Canisses et bambous viendront s’y ajouter « pour (se) cacher des baigneurs ». Et BB créa la Madrague...

Source : http://www.nicematin.com/article/loisirs/et-dieu-crea-la-femme-et-bb-quitta-vadim

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0