Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le web en parle

Brigitte Bardot / Roger Pierre quitte la scène...

Publié le par Ricard Bruno

Roger Pierre avait joué avec Brigitte Bardot dans le film "Le trou Normand" en 1952 il y interprètait le rôle de "Jean Marco, l'imprésario"
.............................................................................................................................................................
Le comédien Roger Pierre est décédé samedi matin à l'âge de 86 ans des suites d'un cancer, a annoncé RTL. Son duo avec Jean-Marc Thibault l'avait rendu célèbre dans les années 60.

Tous les samedis soirs au début des années 1970, il a régné sur le petit écran avec la série Les Maudits Rois fainéants, au côté de Jean-Marc Thibault. Aujourd’hui, ce dernier pleure son complice, Roger Pierre, qui a tiré sa révérence hier, à l’âge de 86 ans. Ils se connaissaient depuis plus de soixante ans. Jean-Marc Thibault, actuellement à Marseille, était trop bouleversé à l’annonce de la disparition de son ami pour parler. Son épouse, l’actrice Sophie Agacinski, "très chagrinée", se souvient d’un homme doué, "une bête de scène". "Il m’a appris le sens du travail. Avec Jean-Marc, ils remplissaient des chapiteaux entiers. Pour la première fois, le rire m’a fait peur, tant l’hilarité qu’ils déclenchaient auprès de leur public était forte."

"Un des derniers dinosaures"

"Un des derniers dinosaures est mort, poursuit Sophie Agacinski. Doucement, on est en train de tourner une page, car il reste peu de comédiens de sa trempe et de sa génération encore parmi nous. A son époque, les comiques faisaient ce métier parce qu’ils aimaient profondément ça. Je les ai toujours respectés pour cette raison. Sur scène, il était impressionnant de puissance. Avant même de le voir, les gens jubilaient. Il était resté un enfant. Et je ne connaissais pas plus bel exemple de bonté". Né le 30 août 1923 à Paris, Roger Pierre, fils d’un tailleur et d’une couturière, suit d’abord des cours de commerce avant de céder, en 1946, à l’appel des planches. Il débute dans des cabarets ainsi qu’au cinéma, en figurant dans Le Père tranquille, de René Clément.

La même année, il rencontre Jean-Marc Thibault à la radio. Coup de foudre professionnel. Très rapidement, ils forment l’un des plus célèbres tandems humoristiques français. Tous deux scénaristes et dialoguistes, ils exercent leur talent au théâtre et écrivent près de 3.000 sketches ! Ils s’essaient à la réalisation avec La vie est belle, en 1956. Les fantaisistes mettent un terme à leur collaboration à la fin des années 1970, mais pour mieux se retrouver à de multiples occasions. Régulièrement invité des Grosses Têtes, Roger Pierre s’est illustré dans de nombreuses comédies, son registre de prédilection, chez Francis Blanche et Alain Resnais, qui lui offre un contre-emploi dans Mon oncle d’Amérique (1980) et son dernier rôle dans Les Herbes folles, présenté au dernier Festival de Cannes.

Source: http://www.lejdd.fr/Culture/Theatre/Actualite/Roger-Pierre-quitte-la-scene-167070/

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Gainsbourg vie héroïque, le film d'un combat critique

Publié le par Ricard Bruno

La vie comme un combat permanent...
Laetitia Casta dans Serge Gainsbourg vie heroiqueLucien Ginsburg
enfant, c'est sûr, sera un jour consacré peintre célèbre, ses dispositions dans cet art paraissent si tôt évidentes.
Mais son double, son diable malin en a décidé tout autrement;Gainsbourg vie heroique 02 fi de la peinture, ça n'est pas pour lui, sa vocation, son destin à lui, c'est la musique, il deviendra le plus talentueux auteur compositeur de son époque, et pour ce qui est de sa timidité maladive, ses complexes physiques, il les vaincra de toute la force de son talent créatif.
Gainsbourg vie heroique 04Exit Lucien, place au grand Serge, Serge Gainsbourg saura séduire les plus belles femmes de sa génération.Gainsbourg vie heroique 03



Gainsbourg vie heroique 01Musique et Gitane omniprésentes dans un halo de lumière bleutée souvent noyée dans un nuage de fumée, son et photo sont particulièrement soignés dans ce film "Gainsbourg - (vie héroïque)" et c'est bien normal car son réalisateur Joann Sfar issu de la BD, dédie corps et âme son art cinématographique tout frais tout nouveau à son idole qu'il vénère ainsi à sa manière.
Etonnante trouvaille que de faire accompagner l'acteur principal, Eric Elmosnino,Eric Elmosnino Serge Gainsbourg incarnation troublante du héros, timide et complexé, d'une marionette, son propre pantin, grand, élancé, oreilles et nez démesurément protubérants, malin, audacieux et provocateur; ça surprend au début et puis on s'y fait et l'on comprend mieux ce qui peut bien se passer dans la tête de ce compositeur de génie assoiffé de reconnaissance.

Un grand et beau film même pour moi qui ne suis pas spécialement un inconditionnel de Serge Gainsbourg. Son titre, et surtout sa qualification de "vie héroïque" peut étonner, mais sans doute faut-il y voir la marque du combat âpre de toute une vie : ses origines juives au coeur d'une période noire de notre histoire, une timidité maladive dont il se dit atteint qui le ronge profondément, des complexes physiques qu'il érige en carapace, et c'est contre tout cela qu'il doit lutter et mener un combat "héroïque", un combat qu'il mène à sa façon, avec des armes qu'il fait siennes, l'alcool comme dérivatif et comme moyen de se désinhiber, le tabac, la fumée comme écran, protecteur et continuel, ses complexes comme une armure qui le pousse à défier l'autre...

Un casting réussi avec de superbes interprétations : 
Lucy Gordon Lucy Gordonen Jane Birkin aussi tendre et sensuelle, pensée au passage à cette actrice qui a choisi de se donner la mort peu de temps après la fin du tournage,

Laetitia Casta Serge GainsbourgLaetitia Casta
formidable dans son rôle de la mythique Brigitte Bardot,



Anna Mouglalis
interprète Anna Mouglalis Gainsbourg ie heroique
une Juliette Greco remarquable, 


Sara Forestier Gainsbourg vie heroiqueSara Forestier
une France Gall à la fois naïve et espiègle, Yolande Moreau y fait une apparition en chanteuse célèbre, etc...


Gainsbourg auteur-compositeur de génie, incroyable séducteur, éternel provocateur, un beau film que celui de cette vie héroïque, celle d'un combat mené jusqu'à ses limites, jusqu'à "the dead line" et son ultime point critique, celui de la mort.

Jai beaucoup aimé ce film...


Serge Gainsbourg est né le 2 avril 1928 à Paris, il filait sur ses 63 ans quand il est mort le 2 mars 1991, toujours à Paris.

Suite de l'article :

Source : http://www.imagesdubeaudumonde.com/article-gainsbourg-vie-heroique-le-film-d-un-combat-critique-43465080.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

« Gainsbourg (vie héroïque) » au MK2 Gambetta : l’homme à la tête de chou, à la vie à la mort

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot (Laeticia Casta) comme les autres femmes de Gainsbourg aura été l'une des rares personnes à percer l'armure du chanteur. Photo : Jérôme Brezillon, Universal Pictures France

Brigitte Bardot (Laeticia Casta) comme les autres femmes de Gainsbourg aura été l'une des rares personnes à percer l'armure du chanteur. Photo : Jérôme Brezillon, Universal Pictures France

En 1968, Gainsbourg chantait Comic Strip. 20 ans après sa mort, c’est au tour de Joann Sfar, justement auteur de BD, de lui rendre un vibrant hommage à travers un film très personnel et emprunt de lyrisme. On retrouve sur l’écran cette folle imagination qui a fait son succès comme auteur de BD. Du générique au chat noir qui accueille Gainsbourg chez Gréco en passant par la mise en scène de Gainsbarre, créature au nez immense et à l’œil vitreux.

Sfar a choisi de relater la vie du chanteur dans sa quasi totalité, de son enfance sous l’Occupation à sa liaison avec Bambou. L’admiration sans bornes que le réalisateur voue à  l’homme à la tête de chou imprègne chaque séquence du film. Les scènes défilent très vite : le mariage raté, Gréco, Boris Vian. Une fresque qui se prête malheureusement plutôt mal à la complexité du bonhomme. Les scènes les plus réussies sont d’ailleurs celles où Sfar prend le temps d’arrêter la machine à traverser le temps. Le moment Bardot est ainsi l’une des meilleures séquences du film. On perçoit alors la sensibilité que Gainsbourg s’est évertué à cacher derrière ses multiples provocations lorsqu’il pleure leur séparation devant une photo de Laetitia Casta, sublime dans son interprétation de B.B.

Il voulait être peintre, il devint l'un des plus grands chanteurs français du XXe siècle. Photo : Jérôme Brezillon, Universal Pictures France

Il voulait être peintre, il devint l'un des plus grands chanteurs français du XXe siècle. Photo : Jérôme Brezillon, Universal Pictures France

De Gainsbourg à Gainsbarre

Gainsbourg et Gainsbarre ne se sont jamais quittés. Lorsque Serge se sent bien, son double maléfique s’efface. Lorsqu’il va mal, il n’a plus la force d’y résister. Une des réussites du film tient à la restitution, originale, de ce copinage : déçu de ne pas être à la hauteur de ses exigences en matière de peinture, c’est Gainsbarre qui pousse Gainsbourg à la chanson. Sur son lit d’hôpital, c’est encore son double maléfique qui l’incite à fumer malgré les recommandations des médecins. Il faut d’ailleurs rendre hommage à l’acteur principal, Eric Elmosnino, époustouflant dans ce va-et-vient permanent entre Gainsbourg et son alter égo.

L’artiste considérait avoir cédé à la facilité en choisissant la chanson. Son père, passionné de peinture, s’est pourtant lui-même radouci devant la qualité des créations musicales de son fils. « Lucien,  je t’ai toujours dit que la chanson c’est de la merde. Mais, quand même, je suis fier de toi », lui avouait-il au moment de la liaison avec Bardot. Gageons que, de sa tombe, le chanteur accepte enfin l’idée qu’il fut l’un des plus grands créateurs français de ces 50 dernières années.

Gainsbourg (vie héroïque), de Joann Sfar (2h15). Sortie le 20 janvier 2010.
Avec Eric Elmosnino, Laetitia Casta, Lucy Gordon, Anna Mouglalis, Mylène Jampanoï, Sara Forestier.

Au Mk2 Gambetta, tous les jours à 13h130, 16h15, 19h et 21h45.

 

gainsbourg photo 14 300x201 Gainsbourg (vie héroïque) au MK2 Gambetta : lhomme à la tête de chou, à la vie à la mort paris 20e arrondissement Le 75020 .fr

Source : http://le75020.fr/paris-XXe-75020-20e-arrondissement/a-la-une/7851-gainsbourg-vie-heroique-mk2-gambetta-tete-chou-film-joann-sfar.paris-75020-info

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot renvoie dans les cordes le “très honnête” Patrick Balkany…

Publié le par Ricard Bruno

bardot balkany
Afin de vendre son livre “Une autre vérité, la mienne”, le “très honnête” Patrick Balkany (il se défini comme tel), se targue d’avoir terminé une nuit avec Brigitte Bardot dans sa jeunesse… Réaction de celle-ci dans le JDD : “je suis outrée et scandalisée par ce qui n’est qu’une lamentable désinformation ayant pour but de faire vendre son livre, ramassis de médiocrité à son image”.
Elle ajoute : “Monsieur Balkany prend ses désirs pour des réalités. J’ai honte pour lui et envisage une procédure en diffamation si les faits exposés ne sont pas immédiatement démentis par l’intéressé.”


Source : http://jadorelesmedias.com/?p=3422&cpage=1#comment-208

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot, Técla et Laëtitia Casta...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bradot Tecla.jpg

Aujourd'hui sort le film de Joann Sfarr, "Gainbourg, vie héroïque", dans lequel on croise bien entendu le personnage de Brigitte Bardot, parfaitement joué par la voluptueuse Laëtitia Casta.

A ce sujet, nous voulions vous raconter une petite anecdote, celle d'une maison mythique qui perpétue l'histoire... Voici comment.

Técla, c'est un joaillier français spécialiste des perles de culture depuis 1912.
Sa boutique-écrin, rue de la Paix, est une adresse aussi étonnante que confidentielle, qui réalise depuis sa création des pièces quasi-uniques. Un esprit couture qui a séduit de nombreuses personnalités comme Lauren Bacall, ou, plus récemment Juliette Binoche ou Iman Bowie.
Mais la plus grande fan de cet artisan de luxe reste peut-être Brigitte Bardot : en 1962, elle porte dans l'un de ses films les bracelets Técla, spécialement créés pour elle, et dont elle tombe littéralement amoureuse, au point d'envoyer ce petit mot au joaillier :

Bardot.jpg

Bracelets Bardot Casta.jpg

 

 

 

Lors du tournage de "Gainbourg, vie héroïque", Laëtitia Casta flashe elle aussi sur ces bracelets, et la maison Técla lui prête les bracelets réalisés sur-mesure dans les années 60.

Une jolie histoire donc... To be continued !

Casta.jpg
















Source : http://www.votrebeaute.fr/archive/2010/01/20/brigitte-bardot-les-bracelets-tecla-et-laetita-casta.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Laetitia Casta et les conseils de Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

Le film de Joan Sfar “Gainsbourg (vie héroïque)” sort aujourd’hui sur les toiles. Et c’est la première fois que Brigitte Bardot est incarnée sur grand écran. Lætitia Casta est l’heureuse privilégiée à entrer dans la peau de l’icône des années 60.

Et voici ce qu’elle a confié au Parisien à propos de la façon dont elle a appréhendé le rôle…

Un jour, Joan Sfar m’a appelé pour me rencontrer. J’étais à la fois émue et tétanisée, car j’ai pris conscience alors de tout ce que représentait un tel personnage. Brigitte Bardot, la femme fatale, le sex-symbol, la star nationale des sixties, la chanteuse… et bien sûr son histoire avec Gainsbourg.”

C’est sûr, incarner BB n’a pas dû être de tout repos, car elle est une femme multi-facettes, complexe, complète. Laetitia Casta a bien sûr contacté Brigitte Bardot avant de se lancer dans la préparation du rôle. La “Mère Thérésa” des animaux aurait conseillé à la jeune actrice de penser “je vous emmerde“, “énergie“, “provocation“, “je veux les plus beaux mecs de la terre, de toutes façons ça ne va pas durer, donc je veux  en profiter à mort“.

Tous ces conseils précieux ont été de véritables clés pour Lætitia Casta qui a même adopté les intonations de voix de BB, et pousser la chansonnette sur “Bonnie and Clyde“, avec Eric Elmosnino, qui incarne Serge Gainsbourg.

Visiblement, Lætitia s’est prise au jeu: “Curieusement, je me suis sentie très à l’aise avec ce personnage. Je l’ai voulu à la fois sexy, drôle, tendre et fragile. [...] En revanche je n’ai pas voulu de perruque!

Source : http://www.starwizz.com/laetitia-casta-et-les-conseils-de-brigitte-bardot-17516


Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Serge Gainsbourg aurait eu 82 ans cette année...

Publié le par Ricard Bruno

 

Serge+Gainsbourg jeune



Qu’elles soient drôles ou sentimentales comme le Poinçonneur des Lilas, la chanson de Prévert, Melody Nelson, Fuir le bonheur de peur qu’il ne se sauve, je suis venu te dire que je m’en vais, ou coquines comme les Sucettes,   je t’aime moi non plus, la Décadanse, Variations sur Marilou, toutes ses chansons étaient l’antithèse de la banalité.

 

 

 

 

 

 

 

Gainsbourg Birkin


Il a écrit pour les plus grandes, de Brigitte Bardot à Vanessa Paradis, en passant par Juliette Gréco, France Gall, Régine, Françoise Hardy et bien d’autres, sans oublier bien sûr Jane Birkin !

 



Parfois à court d’inspiration, surtout dans ses dernières années, il a toujours réussi à éviter la médiocrité et la vulgarité.


 

 

bardot sg


L’homme qui se considérait comme le plus laid de la planète eut une histoire d’amour avec celle qui passait en son temps pour la plus belle femme du monde .

 



 


.Personnage fascinant et provocateur, tantôt touchant, tantôt carrément insupportable, il est toujours resté lui-même, vivant à l’écart de la mode et de la « politique correction ». Par son intelligence et son talent, il avait su transcender ses complexes pour séduire les femmes auxquelles même les plus beaux garçons n’osaient rêver.

 

 

tetedechouAfin d’exorciser tout ce qu’il détestait en lui, il avait créé le personnage cynique et dérisoire de Gainsbarre, qui finit malheureusement par prendre le dessus.


L’ « Homme à tête de Chou » est parti le 1er mars 1991 à l’âge où d’autres, aujourd’hui, devraient comprendre qu’il est temps d’arrêter.

 




serge-gainsbourg-1970



Parti sans héritier « artistique », preuve, s'il en est besoin, de son immense talent !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci à France 3 de l'avoir ressucité hier l'espace d'une soirée...

 




Source : http://veaugues.over-blog.com/article-il-aurait-eu-82-ans-cette-annee--43237630.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

De Brigitte Bardot à Jane Birkin, elles ont marqué sa vie...

Publié le par Ricard Bruno

"J'en ai connu beaucoup à l'horizontale mais je peux pas dire qui, ce serait de la délation" se vantait parfois le dandy Serge Gainsbourg. Les femmes qu’il a aimées, celles avec qui il a chanté, tourné, et puis sa fille, bien sûr, Charlotte: Gainsbourg et les femmes, c’est une histoire d’amour au long cours qu’il convient de raconter… en images.



Le petit Lucien Ginsburg a grandi avec sa maman Olia, et ses deux sœurs, Jacqueline et Liliane (la seconde était sa fausse jumelle). Est-ce pour cela que très rapidement, le futur Gainsbarre allait être fasciné par les femmes? En tous cas, il se rêve peintre et se passionne pour le nu féminin : aux Beaux-Arts, il rencontre Elisabeth Levitsky, qui devient sa première épouse en 1951. Si la vie de bohème l’emballe, Serge se lasse de «Lize» et s’en va, six ans plus tard.

Il se trouve laid mais n’en revient pas: Gainsbourg devient chanteur et s’avère aussi un vrai séducteur: Juliette Gréco craque pour lui le temps d’une brève liaison qui lui inspirera La Javanaise en 1963. L’année suivante il se marie avec Françoise-Antoinette Pancrazzi: fini la vie de bohème, cette fille d’un industriel, divorcée d’un prince, lui offre le confort d’un appartement près de la place de la Madeleine et… deux enfants, Natacha et Paul. Qu’il ne verra plus beaucoup lorsqu’il quittera leur mère.

Lui, qui se trouve si laid, n’en revient pas de les faire tomber comme des mouches: Brigitte Bardot, qui lui brisera le cœur, puis la petite Anglaise, Jane Birkin, et plus tard la jolie mannequin Bambou, qui sera sa dernière épouse et la maman de Lucien, son plus jeune fils, né en 1986.

Et puis il y a toutes celles, de ravissantes ingénues qui le fascinaient, dont il a été le pygmalion, de Catherine Deneuve (Dieu est un Fumeur de Havane) à Vanessa Paradis (Variations sur un Même T’Aime) en passant par France Gall (Sucettes et Poupée de Cire, Poupée de Son) et Isabelle Adjani (Pull Marine).
Redécouvrez Gainsbourg et Gainsbarre avec les femmes qui ont marqué sa vie.


Avec Brigitte Bardot

Initiales B.B

Le libertin tombe amoureux de Brigitte Bardot, rencontrée sur le tournage du film Voulez-vous Danser avec Moi (photo). Il lui offre Harley Davidson, duettise avec elle Bonny and Clyde et Comic Strip. Ils enregistrent la première version de Je T'aime moi non Plus. Mais Brigitte le quitte: la rupture lui inspire Initials B.B et Comment Te dire Adieu, écrite pour Françoise Hardy mais dédiée à Bardot.


Source : http://www.gala.fr/l_actu/on_ne_parle_que_de_ca/photos-_serge_gainsbourg_et_les_femmes_194836

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Gainsbourg (vie héroïque), inspiré

Publié le par Ricard Bruno

Gainsbourg (vie héroïque), inspiré

 

 

Magique et inspirée : la légende Gainsbourg plus que sa vie. Sfar réussit son passage au cinéma.

Pour ses premiers pas derrière la caméra, le dessinateur du Chat du rabbin griffe un coup de maître. Mêlant vraies anecdotes et fausse chronologie, Sfar trace un parcours inouï, celui d'un petit garçon contraint de porter l'étoile jaune qui, adulte, deviendra un artiste original. Gainsbourg avait fait de sa vie une légende. Le réalisateur la magnifie. Le conte est un ravissement pour les fans incollables qui se délecteront des détails comme pour les néophytes qui apprendront certains des secrets de fabrication de ses chansons.

Plusieurs idées de génie évitent au film d'être un banal biopic. D'abord, Sfar n'a pas cherché à nier qu'il venait du dessin, comme Gainsbourg, et le revendique dès le générique. Cette présence picturale se traduit par une autre création, une caricature en latex : la Gueule. Celle-ci permet de nourrir un dialogue Gainsbourg/Gainsbarre très réussi. Pour ne pas tomber dans le best of, Sfar fait réinterpréter les tubes par ses comédiens. Les duos avec Boris Vian (Philippe Katherine) et surtout avec la très sensuelle Brigitte Bardot (Laetitia Casta) sont particulièrement réussis.

Mais le film ne tiendrait pas sans l'incroyable interprétation d'Eric Elmosnino. Acteur de théâtre renommé (on l'a vu dans Le dieu du carnage), il a chopé l'élégance, le phrasé, l'ironie de Gainsbourg sans jamais tomber dans l'imitation. Du grand art.

Source : http://www.lexpress.fr/culture/cinema/gainsbourg-vie-heroique_842949.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0