Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le web en parle

Carla Bruni vient de répondre à la lettre élogieuse de... Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

 Brigitte Bardot,  a écrit une lettre ouverte à Carla Bruni à la fin du mois de juillet  2009.

Dans ses écrits, elle félicitait la First lady d'avoir toujours refusé de porter de la fourrure et lui demandait également de convaincre son époux, le président Nicolas Sarkozy, d'interdir les corridas en France.

Aujourd'hui, la Première dame - que nous avons récemment adorée en gravure de mode tout droit sortie d'un manga - a répondu par lettre à la star du cinéma, qui milite activement pour la protection animale.

L'ex-mannequin devenue épouse du chef de l'Etat a confié qu'elle serait ravie que l'on prenne exemple sur elle quant à sa position sur la fourrure.

Elle a déclaré : "Je n'ai dit que la vérité en indiquant que je ne porte pas de fourrure. J'aurais pu ajouter que ce n'est pas un hasard, mais un choix de ma part (...) Je n'ai pas le tempérament d'une femme politique. Mon comportement parle pour moi. Si je suis imitée, j'en serais heureuse."

Elle a ajouté : "Chacun mène sa vie et ses combats à sa propre manière, pourvu que ce soit honnête", tout en soulignant l'admiration qu'elle a pour Brigitte Bardot concernant son combat pour la cause animale, connu de tous depuis des années et dans lequel elle aimerait embarquer Laure Manaudou (enceinte).

Pour ceux qui souhaiteraient se mobiliser, une marche unitaire contre la fourrure se tiendra à Paris le 24 octobre prochain, en présence de nombreuses associations, dont la Fondation Bardot, la PeTA et la Ligue Française des Droits de l'Animal. Le départ sera donné à 14h30, place de l'Opéra.

L.R

Source : http://www.purepeople.com/article/carla-bruni-vient-de-repondre-a-la-lettre-elogieuse-de-brigitte-bardot_a41656/1

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

France Dimanche : Emmanuel Bonini..

Publié le par Ricard Bruno


France dimanche n°3292 du 02 au 08 10 2009

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brifgitte Bardot sur radio classique : Exclusivité !

Publié le par Ricard Bruno

BB forever

 Olivier Bellamy

Quand l’émission avec Brigitte Bardot a été diffusée, une avalanche de messages est arrivée sur le moniteur du studio. Un record ! BB est une immense star et les auditeurs l’ont retrouvée telle qu’ils l’aiment : franche, généreuse, spontanée. Ils n’imaginaient sans doute pas qu’elle parlerait de musique avec autant de passion et de profondeur dans les sentiments.
Les stars ne meurent jamais et le mythe BB a encore de beaux jours devant lui.
La première fois que j’ai été en contact avec elle, c’était quand j’ai invité Nina Companeez dans Musique de Stars un vendredi matin. Je ne savais pas que notre Brigitte nationale était une fidèle de l’émission. Elle a appelé le standard de la radio pour transmettre ses amitiés à celle qui avait réalisé le tout dernier film de sa carrière. J’ai été tourneboulé par ce message et j’ai écrit le jour même une lettre à Brigitte Bardot en l’invitant à l’émission. Je lui ai proposé de venir à La Madrague et de la diffuser le 29 décembre (qui était encore libre) et qui tombait, ajoutai-je dans ma lettre le jour de mon anniversaire. BB n’a pas répondu à mon invitation, mais le 29 décembre, j’ai reçu une lettre adorable dans laquelle elle me souhaitait un “bon anniversaire” et où elle me parlait musique avec intelligence, chaleur et gaîté.
Je lui ai écrit chaque année en inscrivant juste sur l’enveloppe : Brigitte Bardot - Saint-Tropez. Je savais qu’elle les recevait. Quand Tristan Duval est venu à l’émission l’année dernière pour parler d’Opéra en Plein Air, j’ai appris qu’il comptait organiser une grande exposition BB à Boulogne Billancourt (sic) pour ses 75 ans. Je lui ai dit que rien ne me ferait davantage plaisir que de la recevoir. Il m’a promis de tout faire et il a tenu parole. Quelques jours avant, il m’a dit que Brigitte était d’accord, mais qu’elle était fatiguée. Me serait-il possible de faire l’émission par téléphone ? J’ai accepté. Elle va t’appeler, m’a-t-il indiqué. J’étais à Pékin et j’avais peur de rater l’appel à cause du décalage horaire. Dimanche dernier, de retour à Paris, je travaillais à mon ordinateur quand mon téléphone a sonné : “Vous êtes bien assis ? C’est Brigitte !” Je lui ai proposé de venir la voir à sa fondation (elle était à Paris pour trois jours) et elle a accepté de me recevoir. La veille, le rendez-vous a été décalé. J’ai eu très peur que son état de santé ne provoque l’annulation de l’émission. Par superstition, je n’ai pas voulu qu’on diffuse des annonces à l’antenne tant que je ne l’avais pas rencontrée. La rencontre tant attendue a eu lieu dans la salle de réunion de sa fondation, mercredi à 13 h, la veille du jour de sa diffusion. Le temps d’installer mon matériel et de vérifier cinquante fois que le micro était en état de marche, elle est entrée dans la salle avec ses béquilles avec du soleil dans les yeux et un sourire adorable. On s’est embrassés comme si nous étions de vieux amis. Son secrétaire, Franck, lui a apporté un cendrier et une verre de champagne. “On a besoin d’un remontant !” J’en ai accepté un auquel j’ai à peine touché et nous avons commencé l’entretien. Elle était parfaite. Nous nous sommes embrassés à nouveau et je suis reparti ventre à terre à la radio pour vérifier qu’aucun problème technique n’avait perturbé l’enregistrement. Nous avons travaillé tout l’après-midi avec Yann pour rendre la conversation plus fluide (il a fait des miracles, comme d’habitude), puis Lucile, avec ses doigts de fée, s’est chargée du rajout des musiques. De la belle ouvrage ! Le jeudi soir, j’ai voulu écouter l’émission chez moi et, au risque de paraître bêbête, j’ai eu à un moment les larmes aux yeux.
J’espère que les auditeurs ont partagé ce moment d’exception avec nous.
Mon “histoire d’amour” avec Brigitte Bardot s’est terminée là, comme elle l’a dit elle-même, établissant un parallèle audacieux avec son histoire avec Serge Gainsbourg. Oui, Brigitte, mais, dieu merci, les histoires d’amour ne se terminent jamais vraiment et pour ma part je n’oublierai jamais ce merveilleux moment passée avec celle qui pour moi incarne les valeurs de la France éternelle. Celle du général de Gaulle, celle de Jeanne d’Arc, mais aussi d’Arletty, de Sarah Bernhardt, de Michel Simon, d’Edith Piaf, une France debout et généreuse, ouverte sur le monde et sur les autres. C’est ce que l’on dira probablement dans vingt ans, dans cinquante ans, alors pourquoi ne pas commencer à le dire aujourd’hui.


Source : http://blog.radioclassique.fr/olivierbellamy/2009/10/02/bb-forever/

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot enterre Marc-Oliver Fogiel

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot enterre Marc-Oliver Fogiel (Tant mieux!)


Brigitte Bardot enterre Marc-Oliver Fogiel
Photo : © Gérard Schachmes

Dans un entretien exclusif accordé à TV Magazine, Brigitte Bardot, à fleur de peau, nous livre les clefs d'un livre pour lequel elle a accepté d'ouvrir ses archives personnelles. La face cachée d'un mythe qui a fêté son soixante-quinzième anniversaire le 28 septembre.

Ce livre est un portrait signé par un autre. Permet-il d'aller plus loin dans la découverte de Brigitte Bardot ? 
Effectivement, dans ce livre d'Emmanuel Bonini, il y a une part de ma vie privée profonde qui est dévoilée, car je n'aime pas parler de moi et des choses qui me sont secrètes. Et je pense que l'on ne doit pas se mettre en avant avec les combats que l'on mène.  

On a l'impression que vous vous êtes engagée dans la défense des animaux pour retrouver une forme de vérité qui avait disparu durant votre existence de star...
Oui, j'avais besoin de quelque chose de plus authentique, de plus profond et de plus vrai. Le monde du cinéma, avec sa superficialité, ne me l'apportait pas, car tout est faux : les sentiments, les décors, les histoires... En fin de compte, tout cela ne me plaisait pas trop et ne correspondait pas à ce que j'aurais aimé ressentir ou faire ressentir aux autres.

Quand vous en êtes-vous rendu compte ?
Durant le tournage de mon dernier film, L'Histoire très bonne et très joyeuse de Colinot Trousse-Chemise (1973), où je me suis trouvée grotesque. Sur le plateau, j'ai racheté une petite chèvre qui était promise à un méchoui et j'ai abandonné le cinéma. C'était le même jour.  

Michel Serrault, cité dans le livre, vous avait rendu un très bel hommage en affirmant que vous étiez une grande comédienne...
Il était gentil, mais je ne pense pas avoir été une grande comédienne. Simplement, je ressentais profondément les émotions jusqu'au bout, tout ce qui se passait autour de moi, le meilleur comme le pire. Pour cette raison, après le film La Vérité,d'Henri-Georges Clouzot, j'avais tenté de me suicider comme l'héroïne que j'avais incarnée, en m'ouvrant les veines et en absorbant des médicaments. Miraculée, je suis restée très longtemps dans une clinique à Nice. Je m'étais investie dans ce personnage comme je le faisais d'ailleurs dans tous mes rôles. Ainsi, il m'arrivait aussi de tomber vraiment amoureuse de mes partenaires.  

Le livre suggère que la gloire a tué quelque chose en vous. Quoi au juste ?
« La gloire est le deuil éclatant du bonheur », a écrit Mme de Staël. Cette phrase est à la fois terrible et sublime, parce qu'elle est vraie.  

Pourtant, vous avez dit que tout ce que vous avez réussi pour les animaux, vous le deviez précisément à cette gloire...
Absolument. Cette célébrité exceptionnelle, formidable ne m'a pas comblée, mais elle fut un marchepied très important pour la suite de ma vie. Et, même en étant Brigitte Bardot, j'ai un mal de chien à me faire entendre ou à faire évoluer les choses.  

Pourquoi n'avez-vous pas été comblée ?
Je n'ai pas vraiment connu le bonheur. C'était la gloire. Remarquez, je ne l'ai toujours pas trouvé ce bonheur, et c'est très difficile avec ce que je fais. Mais, au moins, j'ai le sentiment que ma vie sert à quelque chose. J'ai l'impression de ne pas être inutile et de jouer un rôle dans l'évolution des mentalités sur des sujets qui ne bougent pas depuis des siècles, car l'animal est toujours considéré comme un objet de rentabilité. C'est mon combat.  


Photo : © Gérard Schachmes

Combien de combats avez-vous remporté ?
Aucun. Excepté les phoques puisque cette année, après trente-trois ans, l'Union européenne interdit enfin l'importation des produits dérivés sur le territoire européen. Et ça, franchement, on me le doit.  

Donc, une seule victoire pour combien de luttes ?
Quand on aime, on ne compte pas.

N'avez-vous jamais été découragée ?
Je ne peux pas. Il est impossible de laisser tomber une priorité pour laquelle on s'est investi totalement. Viande de cheval, fourrure, chasse à courre, massacre des moutons de l'Aïd El-Kébir... Il existe une loi en France qui impose l'étourdissement de tous les animaux avant la saignée. Il n'y a pas de raison pour que cette loi ne soit pas appliquée dans notre pays au nom d'une religion. Je l'ai rappelé au président Sarkozy, qui me l'avait promis deux fois.
Je mène une guerre contre la déshumanisation de l'humanité. Par exemple, Borloo, ministre de l'Écologie, vient de donner l'ordre de tuer 550 000 cervidés en France sur deux ou trois ans. Pourquoi un tel massacre ? Nous sommes loin de Bambi...

Mais que proposez-vous contre les problèmes de surpopulation ?
Ce choix est scandaleux. Il existe aussi un surnombre de personnes qui détruisent et polluent notre planète, mais, heureusement, nous les laissons vivre et nous les protégeons. Pourquoi ne pas protéger de la même manière ces animaux que nous pourrions délocaliser ?  

Concernant la perception de votre image par le public, y a-t-il un malentendu Brigitte Bardot ? Qui êtes-vous en réalité ?
Je suis directe, j'ai le courage d'être moi-même, et je n'ai pas peur de dire ce que je pense dans tous les domaines : les gens, la société, le monde actuel... J'ai cette force et je m'en sers. J'ai été condamnée cinq ou six fois pour des propos racistes qui ne l'étaient pas, simplement parce que je dénonçais une façon d'abattre les animaux. Cela m'a coûté environ 200 000 E. J'avais commencé ce combat toute jeune en 1962, dans Cinq colonnes à la une.

Et toujours sans résultat...
Aucun.  

Alors, à qui la faute ?
Aux pouvoirs publics, qui sont incapables de faire changer les choses.  

En choisissant cette vie, vous avez aussi choisi la difficulté, les critiques, les insultes parfois... Comment faites-vous pour résister ?
C'est difficile. Je ne suis pas inconsciente. Au contraire, je suis très lucide, mais il m'arrive de craquer. Avant notre conversation, j'étais en larmes, car je pensais au massacre des moutons pour l'Aïd du 27 novembre prochain. Cette souffrance est-elle nécessaire ?

Avec le temps, avez-vous l'impression de vous être endurcie ?
Non, au contraire, je suis de plus en plus vulnérable et sensible. Je suis souvent lasse, meurtrie, mais ma volonté de me battre et de vaincre est toujours plus forte.  

La livre raconte aussi votre présence auprès d'adolescents atteints de maladies incurables. Vous n'en aviez pas parlé...
C'était une histoire très personnelle. Deux jeunes filles placées dans des établissements spécialisés avaient formulé chacune un rêve. L'une souhaitait rencontrer Brigitte Bardot. Elle était sous oxygène, je l'ai reçue à la Fondation, nous avons déjeuné ensemble, je l'ai invitée au Noël des animaux où elle a rencontré Alain Delon, Michel Drucker, Patrick Sébastien... Elle était merveilleuse et heureuse. C'est cela le vrai bonheur. La seconde, je ne l'ai jamais rencontrée, mais nous avons échangé de nombreuses lettres et des cadeaux. Elle avait souhaité que ses cendres soient répandues au milieu de celles de mes chiens à la Madrague. Nous l'avons fait avec le prêtre catholique de Saint-Tropez. Aujourd'hui, ses cendres y sont, avec sa photo.  

Pour les causes que vous défendez, avez-vous l'impression que la télévision, très présente dans la vie des gens, agit suffisamment ?
Non. En revanche, pour les conneries, cela avance à vitesse grand V. Je n'en ai jamais vu autant. C'est effrayant.  

Que regardez-vous ?
Surtout les films américains des chaînes thématiques sur TPS, quelques émissions d'Arte le soir et, le samedi, l'émission On n'est pas couché, pour la présence de Zemmour et Naulleau. Je les adore ces deux-là.  


Photo : © Gérard Schachmes

Les avez-vous rencontrés ?
Avant les vacances, ne sachant pas encore si Delon allait accepter, j'avais appelé Éric Zemmour pour lui demander de participer à Qui veut gagner des millions ? pour ma fondation. J'y suis allée au culot. Il a été très sympa.  

Marc-Olivier Fogiel, dont le livre parle aussi, ne fait plus de télé pour l'instant. L'écoutez-vous sur Europe 1 ?
Vous êtes malade ? Je n'écoute qu'une seule radio : Radio classique. J'ai tourné la page Fogiel. Il n'est plus à la télé et il n'a que ce qu'il mérite. Durant cette émission, qui s'était mal finie, les gens m'avaient soutenue à 300 %. Fogiel avait été d'une hypocrisie et d'une malhonnêteté redoutables. Heureusement, j'ai eu un peu plus tard des émissions très jolies avec Michel Drucker et Mireille Dumas. Pour moi, Fogiel fait partie des gens morts et enterrés.  

Une réconciliation est-elle possible ?
Non. Il y en a quelques-uns comme ça qui m'ont fait des saloperies. Je n'y pense plus.  

Quelle est l'urgence aujourd'hui ?
Dans la désespérance et la souffrance, il n'y a pas de priorité. Je ne baisserai jamais les bras ni ma culotte, à l'instar de certains politiques.  

Finalement, la vie n'est pas facile...
Non, pas facile. Il faut s'investir. Je l'ai fait totalement. J'ai tout donné à ma fondation : mes maisons, mon pognon, mes affaires les plus précieuses, la Madrague...

Votre vie de mère aussi ?
Là, on n'en parle pas. C'est un sujet complètement interdit. Par respect pour Nicolas.


Source : http://www.tvmag.com/programme-tv/article/magazine/47355/brigitte-bardot-enterre-marc-oliver-fogiel.html?meId=3

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot : à 75 ans, le mythe vit toujours... Bon anniversaire Brigitte !

Publié le par Ricard Bruno

Initiales BB... ça vous parle bien sûr ! Personne n'a pu passer à côté de l'icône des années 50 et 60, Brigitte Bardot ! Scandaleuse, sulfureuse, divine, envoûtante, bohême, légère, désirable, avant-gardiste et stylée, tous ces qualificatifs résument parfaitement la plus célèbre des tropéziennes. Elle est née à Paris mais c'est elle qui mis sous les projecteurs cette petite ville de pêcheurs du Var en s'y installant dans sa maison la Madrague en 1959. Elle fustige d'ailleurs le "ramassis de connards" qui polluent aujourd'hui SON endroit ! Brigitte qui est connue du monde entier à travers sa carrière cinématographique, mais aussi grâce à son charisme et son sex-appeal débordants, fêtera demain ses... 75 ans. Celle qui a explosé au cinéma en 1956 grâce au rôle de Juliette Hardy, dans le film culte Et dieu... Créa la femme, de son premier amour mais aussi premier mari, Roger Vadim (qu'elle a épousé à l'âge de 18 ans), a su s'imposer avec son franc-parler, sa liberté sexuelle, et son côté naturellement provocant dans une époque ultra conservatrice et pleine de tabous. Véritable emblême de l'émancipation de la femme, avec sa beauté pour arme fatale, BB fut l'égérie et la muse des plus grands artistes de l'époque. Mais son statut de star mondiale, elle n'en a que faire... Seuls les animaux comptent ! Ils seront d'ailleurs le combat de sa vie, et créera en 1986 la Fondation Brigitte Bardot qui se bat pour la protection des animaux et qui a soufflé ses 20 bougies en 2006. Si Brigitte était un sex-symbol, c'était aussi (peut-être sans le vouloir) une véritable bête de mode... Celle que l'on connaît les yeux fardés d'un large trait d'eye-liner noir, avec la bouche en coeur des plus appétissantes, s'est toujours sentie l'âme d'une femme sexy. Vêtements aguicheurs et moulants, taille réhaussée, jambes dévoilées par des jupes et des shorts courts, ou carrément misent en valeur par des cuissardes, et bikini rikiki à la plage, tel était le style Bardot ! C'est elle aussi qui lança la mode de l'imprimé vichy qui fut adopté par toutes les fashionistas de l'époque. Aujourd'hui encore, son influence règne sur les beautés de ce monde. Longue crinière blonde, bouche pulpeuse, regard étiré, de nombreuses stars comme la sublime Claudia Schiffer, le mannequin Lara Stone, le top model Kate Moss, qui ont un certain air de ressemblance avec BB, mais aussi bien d'autres people, ont adopté ce style tellement sensuel, qui fait craquer bon nombre d'hommes. 2009 est de nouveau une belle année pour Brigitte ! Celle qui célèbrera ses 75 printemps à la fin du mois, a eu le droit à, non pas une, mais deux mises à l'honneur : En effet, actuellement se tient à Londres une magnifique rétrospective sur miss Bardot avec une exposition de photographies essentiellement prises par des paparazzis, intitulée "An exhibition of rare original vintage", et qui prendra fin le 3 octobre prochain. Mais rien n'est perdu pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer, une nouvelle exposition : Brigitte Bardot, les années "insouciance", se déroulera du 29 septembre 2009 au 31 janvier 2010 au MA30 - Espace Landowski à Boulogne-Billancourt -, pour le plus grand plaisir des admirateurs de la femme qui est, à elle seule, un hymne à la beauté, à la sensualité et à la liberté. Cette magnifique exposition a été organisée par son ami de toujours, Henri-Jean Servat . Petite précision : Elle sera la grande absente de l'inauguration de l'exposition. Il fallait s'y attendre, car elle n'a jamais aimé les tapis rouges, elle n'y a fait que de rares apparitions et ce, depuis le début de sa carrière ! Toujours à l'occasion de son 75e anniversaire, un excellent livre sorti depuis début septembre saura ravir les fans inconditionnels de la star : Brigitte Bardot - le mythe éternel, écrit par un cinéphile passionné, Dominique Choulant, aux Editions Autres Temps (à un prix tout petit : 19,50€). Prochainement (en 2010 tout de même) vous pourrez retrouver la belle Laetitia Casta sur grand écran, sous les traits de la torride BB, pour le biopic très attendu de Serge Gainsbourg... qu'elle a déclaré dans un interview au journal Le Parisien hier, " Laetitia Casta est une merveille de beauté !" Car outre le cinéma, Brigitte Anne-Marie Bardot a aussi connu la gloire grâce à la musique et aux tubes retentissants, comme Harley Davidson, Bonnie & Clyde, Contact, ou Comic Strip, que le célèbre Gainsbarre lui avait écrit, suite à leur idylle qui débuta en 1967 ! Et le plus important pour elle... elle ne regrette rien ! Comme quoi le mythe est encore bien présent et n'est vraiment pas prêt de s'envoler ! Happy Birthay BB !

Source : http://www.purepeople.com/article/brigitte-bardot-a-75-ans-le-mythe-vit-toujours-bon-anniversaire-brigitte_a40501/1

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Harcourt, 75 ans de glamour...que du pur bonheur !

Publié le par Ricard Bruno



Après-guerre, il n’est pas une starlette, une actrice confirmée qui ne soit immortalisée par le Studio Harcourt Paris. Les portraits d’Arletty, Martine Carol, Danielle Darrieux, suivis de ceux de Brigitte Bardot, Alain Delon, Jeanne Moreau, décorent les halls de tous les cinémas parisiens.

Source : http://www.mensup.fr/photos/studio_harcourt-651-5.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot : “Mon insolence fait réagir”

Publié le par Ricard Bruno


Brigitte Bardot « ne regrette rien », ni le temps de la popularité qui lui a apporté « le meilleur comme le pire », ni d’avoir mis fin à sa carrière en 1973 pour se lancer dans sa lutte pour la défense des animaux, pas plus que son franc-parler qui a quelquefois suscité la polémique. C’est par fax que celle qui s’est retirée dans sa Madrague tropézienne a répondu à la sollicitation de France-Soir.


FRANCE-SOIR. Quel regard portez-vous sur ces « années d’insouciance » exposées à Boulogne-Billancourt ?
BRIGITTE BARDOT.
Du haut de mes trois quarts de siècle, je regarde cette merveilleuse exposition comme un hommage extraordinaire, un miracle qui nous ramène cinquante ans en arrière lorsque la vie était facile et belle.

Quelles images gardez-vous du film de Roger Vadim, Et Dieu créa la femme ?
Un souvenir lointain mais formidable, tourné à, Saint-Tropez, qui était encore merveilleusement joli et désert, avec des gens que j’aimais et qui me laissaient une grande liberté d’interprétation.

Aviez-vous conscience, à l’époque, de faire bouger les mœurs ?
J’avais surtout conscience de me faire bouger moi-même au rythme de toutes les danses.

Que vous a apporté la notoriété ? Ou au contraire, qu’a-t-elle abîmé dans votre vie ?
Elle m’a apporté le meilleur et le pire. Toute médaille a son revers.

Qu’est-ce qui a motivé votre envie d’arrêter votre carrière en 1973 ?
Une envie de mettre ma vie au service des animaux que je savais depuis longtemps martyrisés par les humains. On a cru à un caprice sans conséquence. On s’est trompé. Je ne suis jamais revenue sur ma décision et je ne regrette rien.

Aujourd’hui vous fêtez vos 75 ans. Le temps qui passe vous inquiète-t-il ?
Il y a le temps qui passe avec des résultats positifs dans le combat que j’ai choisi. Mais il y a aussi la perte de temps à attendre pendant vingt ou trente ans des résultats qui n’arrivent pas, alors oui ça m’angoisse.

Henry-Jean Servat, commissaire de l’exposition qui vous est dédiée, dit que votre rêve était de posséder une ferme et d’y soigner les animaux malades ou abandonnés. Avez-vous le sentiment d’avoir réalisé ce rêve en créant votre fondation ?
La réalité qui fut dure à créer, ma fondation à laquelle j’ai tout donné depuis 36 ans, cette réalité a dépassé tous mes rêves, mais à quel prix ? Au nom de combien de sacrifices, de luttes, de désespoirs !

Que pouvez-vous nous dire sur votre combat pour les animaux ?
C’est un quotidien de terribles réalités, d’agonies, de morts, de blessures, c’est une lutte incessante contre les martyrs, les douleurs que les hommes font subir aux animaux par inconscience, par connerie, par cruauté ou pour du fric. Il faut avoir beaucoup de courage, beaucoup d’obstination et d’amour pour supporter autant de détresses et essayer de les endiguer, de les soulager, de les prévenir aussi.

Votre franc-parler et vos écrits ont quelquefois créé la polémique. Quel est votre sentiment sur ce sujet ?
Mon franc-parler fait partie de ma personnalité, ça n’est pas aujourd’hui que je vais changer. Et si je dénonce les choses haut et fort c’est qu’elles existent, que tout le monde s’en fout. Mon insolence fait réagir. C’est mieux que de déverser des tonnes de lait dans le ruisseau !

Qu’aimeriez-vous que l’on dise de Brigitte Bardot dans cent ans ?
Qui c’est celle-là ?


Un hommage est rendu jusqu’au 31 janvier aux années “insouciance” de l’icône qui vient de fêter ses 75 ans.

Dieu que cette femme est belle ! terriblement envoûtante. Avec sa moue qui semble dire « je fais ce que je veux », ses grands yeux surlignés d’un trait noir, ses longs cheveux dorés qui flottent, et son corps sublime. Brigitte Bardot la sensuelle, mi-ingénue, mi-scandaleuse, incarne à jamais la libération de la femme, dans la France conservatrice et austère de René Coty. Dans les années 1950, elle bouleversa les mœurs et chercha sans cesse à dompter son époque. Associée à vie à Saint-Tropez et à la défense des animaux, l’icône a fêté, lundi, ses 75 ans.

Au lendemain de cet anniversaire, s’ouvre à Boulogne-Billancourt (près de Paris), ville connue pour ses studios de cinéma (fermés en 1992), une grande exposition consacrée aux années « insouciance » de BB. Une occasion unique de vérifier que le sex-symbol a toujours été un électron libre aux prises de position quelquefois radicales. Mais là n’est pas le propos, puisque le fil rouge de ce rendez-vous supervisé par Henry-Jean Servat (son ami intime), est le cinéma.

Deux tableaux de Warhol

Sur près de 900m2, au motif du célèbre carreau rose vichy, se déclinent un millier de photos, d’affiches, d’extraits de documentaires et d’objets personnels dont la célèbre Harley-Davidson sur laquelle elle n’avait besoin de personne. Son ex-mari, le milliardaire Günter Sachs, a également prêté deux portraits la représentant signés Andy Warhol. Mais on peut aussi observer ses premiers diplômes de danse classique, sa passion, ou son buste de Marianne.

Un véritable exploit, rendu possible grâce à la mobilisation des studios, de la Cinémathèque française et des agences photographiques. Car la star, retirée dans sa célèbre Madrague depuis 1973, ne possède plus de témoignages de ce glorieux passé. Elle a tout vendu dans les années 1980 pour financer sa fondation.
Construite en trois parties, sur la base d’un parcours chronologique, cette promenade dans la vie tumultueuse de Bardot est guidée par la voix de l’actrice. Dix-sept de ses films (sur cinquante tournés) et de larges extraits de ses chansons témoignent ainsi d’une carrière riche. Le tout, remis dans le contexte de l’époque.

Haine et amour

La visite débute par la folie Bardot, entre l’hystérie qu’elle déchaîna et la censure de l’église catholique. Puis, ce sont les images rares filmées par son père, qui renseignent un peu plus sur cette enfance bourgeoise. Marilyn Monroe, qu’elle admire, est brièvement évoquée avant de pénétrer dans l’alcôve consacrée au film Et Dieu créa la femme, celui qui l’a définitivement érigée au rang de mythe.

Un faux kiosque à journaux affiche ensuite les nombreux magazines qui lui ont consacré leur Une. Puis ses amours, ses amants, ses conquêtes, sa villa tropézienne, ses célèbres espadrilles Spartela et ses ballerines Repetto se succèdent. Jusqu’aux terribles images de torture et de maltraitance envers les animaux, le combat de sa vie. Ce tableau est d’ailleurs sa seule exigence.

« Bardot, reine de Saint-Tropez et de l’univers, reste pour l’éternité une actrice d’éclats et de clarté, écrit Henry-Jean Servat. Elle est aussi une créature de combat et de compassion, et surtout une femme de droiture et de courage. » BB une femme qui osa. Qui eu le courage d’aimer plusieurs fois, de quitter et de tourner le dos définitivement à ce cinéma qui l’avait pourtant révélée. Tout un symbole, résumé en deux lettres, qui a eu un destin capital.

Source : http://www.francesoir.fr/exposition/2009/09/29/brigitte-bardot-interview.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Bardot, c'est show!

Publié le par Ricard Bruno

 

Bardot, c'est show!

Une exposition à l'espace Landowski à Boulogne-Billancourt s'ouvre ce mardi et ravive le mythe de la plus célèbre des actrices françaises, qui vient de fêter ses 75 ans le 28 septembre.

Ce sont deux photos d'adolescence, en noir et blanc, pas les plus spectaculaires, mais auxquelles on ne peut s'empêcher de revenir. La première figure Brigitte Anne-Marie Bardot en sa famille parisienne cossue - le père est un industriel éclairé, passionné de cinéma, la mère, au foyer, aime la mode et la danse. Tout le monde est assis sur les marches d'un escalier extérieur, un peu sur la réserve. La seule à prendre du plaisir, c'est elle, la future BB. Elle est lestée d'un gros collier de dame, mais sourit franchement, la tête légèrement penchée vers la gauche, s'amuse en somme. Et elle aimante littéralement le regard.

De la sage adolescente posant avec sa famille, en 1952, au sex-symbol, le fabuleux destin de l'"insouciante" BB.

w. carone/paris match/scoop

De la sage adolescente posant avec sa famille, en 1952, au sex-symbol, le fabuleux destin de l'"insouciante" BB.

Le second cliché est un portrait qui représente la diplômée du Conservatoire de danse de Paris, épaules nues, le cou ceint d'un camélia noir et les cheveux disciplinés en chignon; seule échappée dans ce classicisme bon ton, une mèche en accroche-coeur sur le front. Sage, très sage, sur ce coup-là. Et pourtant. Cette toute jeune femme réussit, ici aussi, à prendre le pouvoir. Quelque chose dans le regard, de biais, mais incroyablement direct, et dans cette bouche, fermée mais comme sur le point d'éclater de rire, encore. Il faudra attendre une bonne vingtaine d'années pour l'entendre clamer: "Je n'ai besoin de personne", mais l'intention y est déjà, et le message passe: aussi figé soit le décor, aussi contraignantes soient les conditions, Brigitte Bardot sort du cadre imposé. C'est une affranchie.

Juste diplômée du Conservatoire de danse de Paris.

RMN

Juste diplômée du Conservatoire de danse de Paris.


Un esprit libre tous azimuts, dans sa carrière comme dans sa vie privée, dans ses choix comme dans ses sentiments. Une bourrasque en résumé, c'est précisément ce que célèbre sur 900 mètres carrés l'exposition à Boulogne-Billancourt.

Pour l'écrivain et journaliste Henri-Jean Servat, grand connaisseur de l'époque et commissaire de l'exposition, "BB n'est en rien convenable et il lui arrive de parler sans mesure"... Et l'on ajoutera que personne n'est obligé d'oublier que, plus tard, BB épousera en quatrièmes noces un sympathisant du Front national, Bernard d'Ormale, ni qu'elle sera condamnée par deux fois pour propos racistes. Il demeure pourtant qu'à elle seule, entre confiance en soi et inconscience de soi, elle a bouleversé les codes de toute une époque et qu'aujourd'hui encore on reste soufflé par l'absolue liberté qui a animé la petite bourgeoise originelle.

Le terrain n'était pourtant pas favorable. Soit la France du président Coty, bonjour l'ambiance corsetée, bien-pensante. Et alors ? En 1952, à 18 ans, même pas la majorité, le mannequin chouchou du Elle d'Hélène Lazareff et comédienne débutante se marie, malgré les réticences de sa famille, avec le cinéaste Roger Vadim, de sept ans son aîné. Bien vu! C'est Vadim qui fera de la starlette un sex-symbol planétaire avec Et Dieu... créa la femme (1956). Le rôle de Juliette l'orpheline, affolante danseuse de mambo, ancre dans les esprits les attributs qui resteront associés à BB : la cascade de cheveux blonds, les pieds nus, le corps dévoilé - dénudé ou ultramoulé. BB fait littéralement craquer les coutures et devient sans même le vouloir prescriptrice de mode: le regard charbonneux, la bouche soulignée au crayon, le Bikini, l'imprimé vichy, les ballerines, les grosses ceintures, les chapeaux de paille, les cuissardes, sans compter la fameuse "choucroute" que réactualise ces temps-ci Amy Winehouse, autre indomptable. Tout ce que tente à l'époque Bardot semble immédiatement faire signe. De vitalité, de sensualité, de jouissance.

Et, bien avant l'appel à la libération sexuelle, sa vie privée en témoigne: au divorce avec Vadim succéderont les amours avec Jean-Louis Trintignant, Sacha Distel, un remariage avec Jacques Charrier - qui lui donnera un fils, Nicolas, dont elle s'occupera peu - puis une liaison, avec un musicien brésilien, puis un autre mariage, avec le milliardaire allemand Gunter Sachs, puis une passion avec Serge Gainsbourg, notamment. BB, qui va fêter le 28 septembre prochain ses 75 ans, n'en a fait toute sa vie qu'à sa tête, pas forcément politiquement correcte. Champagne!

Source : http://www.lexpress.fr/styles/vip/bardot-c-est-show_789827.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot: "Je ne regrette rien"

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot photographiée au palais de l'Elysée, le 27 septembre 2007.Le mythe BB s'expose à partir de mardi jusqu'au 31 janvier à Boulogne-Billancourt. A cette occasion, Brigitte Bardot, qui fête lundi ses 75 ans, justifie dans une interview à l'AFP ses coups de sang, évacue ses détracteurs et assure: "Je ne regrette rien.

AFP - le 29 septembre 2009, 08h26

Le mythe BB s'expose à partir de mardi jusqu'au 31 janvier à Boulogne-Billancourt. A cette occasion, Brigitte Bardot, qui fête lundi ses 75 ans, justifie dans une interview à l'AFP ses coups de sang, évacue ses détracteurs et assure: "Je ne regrette rien".

Q: Le changement climatique est une préoccupation majeure à l'agenda international: êtes-vous sensible à ces questions écologiques ?

R: Oui, et tout le monde s'en fout depuis trop longtemps malgré les avertissements urgents de Nicolas Hulot et d'Al Gore (ex-vice-président américain, ndlr) - les déforestations qui laissent les animaux sans territoire, le béton qui envahit la planète, les milliers d'usines qui crachent leur venin dans l'atmopshère, les milliards de voitures et d'avions qui nous asphyxient lentement et tous les élevages, plus ou moins concentrationnaires, qui dégagent des gaz et polluent les nappes phréatiques... les hirondelles ont disparu, les abeilles meurent à cause des pesticides, un poison qu'on aurait dû interdire depuis longtemps...c'est scandaleux!

Q: Mi-septembre, 500 chercheurs et 10.000 apiculteurs ont participé à Montpellier à un sommet mondial sur les abeilles, victimes d'une inquiétante surmortalité dans de nombreux pays. Que peut faire la fondation que vous avez créée dans ce domaine ?

R: Ma fondation n'a aucun pouvoir de gouvernement, elle ne peut que dénoncer, gueuler, écrire aux ministres concernés... qui ne répondent pas, ou par des "à, peu près".

Q: Vous êtes adulée et mal aimée à la fois, suite à des prises de positions radicales. Comment percevez-vous ces sentiments contradictoires ?

R: Je dis ce que je pense et je pense ce que je dis. En république démocratique, on doit avoir le droit de s'exprimer et c'est ce que je fais, même si ça ne plaît pas. Je m'assois dessus.

Q: Votre ami Henri-Jean Servat (écrivain, journaliste) estime que vous êtes "trop lucide pour être heureuse". Vous approuvez?

R: Il me connaît bien et il a raison. Mais ma lucidité me permet d'être pertinente et crédible, car je ne dénonce que ce que je connais bien et qui m'écoeure. C'est une lutte permanente, usante, mais indispensable.

Q: Regrettez-vous l'image de sex-symbol que le cinéma a donné de vous ?

R: Je ne regrette rien!

Q: Que pensez-vous de l'incarnation que Laetitia Casta donne de vous dans le film consacré à la vie de Serge Gainsbourg?

R: Elle est magnifique et c'est un bonheur pour moi qu'elle me représente.

Q: Sophia Loren vient de fêter ses 75 ans: que lui souhaitez-vous? Le 28 septembre, vous ferez de même. Qu'aimeriez-vous qu'elle vous souhaite à cette occasion ?

--- Je souhaite un bel anniversaire à Sophia Loren, ma splendide jumelle, et je lui demande d'oublier de porter de la fourrure: c'est le plus beau cadeau qu'elle pourrait me faire.


Source : http://www.lematin.ch/flash-info/brigitte-bardot-ne-regrette-rien

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0