Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

3834 articles avec le web en parle

Toro de la Vega, fin d’une tradition cruelle

Publié le par Ricard Bruno

Le terrible festival de Tordesillas (Castille-et-Leon) ne verra plus le jour

Le terrible festival de Tordesillas (Castille-et-Leon) ne verra plus le jour

La Cour Suprême espagnole a rejeté l’appel de la ville de Tordesillas (Castille-et-Leon), interjeté pour revenir sur l’interdiction d’un festival – le Toro de la Vega – consistant à lâcher un taureau, le rendre fou et le blesser avec des lances. Pour la Fondation 30 Millions d’Amis, cette décision de justice constitue une avancée dans la lutte contre les spectacles taurins.

Exit cette tradition barbare ! En Espagne, le festival du « Toro de la Vega » n’est plus le bienvenu à Tordesillas, une ville de 8000 habitants, depuis que la Cour Suprême espagnole a décidé de l’enterrer définitivement (19/03/2019).

« Ce taureau brutalisé et tué a scandalisé toute l’Espagne »

Vieille de près de 500 ans, cette tradition se traduit par le massacre collectif d’un taureau : lâché sur le pont du village, l’animal se fait bousculer et poursuivre par les participants qui le blessent à l’aide d’une pointe de lance de deux mètres jusqu’à ce que la mort intervienne par épuisement, dans d’atroces souffrances. Malgré l’interdiction de cette cruauté par le gouvernement régional de Castille-et-Leon, le conseil municipal de la ville avait fait appel de la décision, espérant la rendre inconstitutionnelle. Heureusement, en vain !

« Cela fait de nombreuses années que nous agissons pour en finir avec cette atrocité, explique Silvia Barquero, présidente du Parti animaliste espagnol (Pacma) et à l’origine de l’interdiction. Ce n’est plus une tradition médiévale mais préhistorique ! Ces images du taureau brutalisé et tué ont scandalisé toute l’Espagne. Cela nous a aidé à alerter les pouvoirs publics. Que cela soit enfin fini, c’est une victoire. »

D’autres barbaries à abolir

Une bataille de remportée pour les protecteurs des animaux, mais de nombreuses autres traditions hispaniques portant atteinte aux animaux perdurent… Le « Toro embolado » pratiqué à Foios (Valence) consiste à enflammer les cornes d’un taureau ; à El Espinar (Castillle-et-Leon), un taurillon se fait provoquer, harceler et poignarder jusqu’à sa mort ; El Puig, dans la communauté de Valence, est célèbre pour sa bataille… de rats, où les rongeurs sont utilisés comme munitions dans la rue ; sans compter le scandale du traitement des galgos et podencos, les lévriers de courses.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Utiliser le levier européen pour la cause animale

Publié le par Ricard Bruno

Utiliser le levier européen pour la cause animale
Utiliser le levier européen pour la cause animale

Au cœur de "l’Europe des Animaux" il y a des femmes et des hommes qui s’engagent contre l’injustice et la violence. Brigitte Bardot mène ce combat d’avant-garde depuis 1962, ce livre est aussi l’occasion de retrouver certaines actions victorieuses pour les animaux, lui rendre hommage, rendre hommage à tous ceux qui militent et agissent.

Pascal Durand, eurodéputé vice-président de l’Intergroupe pour la Protection & Conservation des animaux au Parlement européen, et Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot, livrent une approche claire, concise et précise des rouages de l’Union européenne, ses apports pour la condition animale mais aussi ses limites.

Pour commander le livre directement à la boutique de la FBB, Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Brigitte Bardot Communiqué

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot Communiqué

Partager cet article

Repost0

Pétition Soutien total à Brigitte Bardot !

Publié le par Ricard Bruno

Pétition Soutien total à Brigitte Bardot !

Nous sommes le 24 03 2019 il est 07h50 et la pétition atteint 13.835 signatures!

On ne lâche RIEN ! la mobilisation continue !

Pour signer la pétition cliquez ICI ! n'oubliez pas après avoir signé de confirmer votre signature par le mail qui vous est envoyé !

Le préfet, et l'État ferme les yeux, sur des actes barbares. BRIGITTE BARDOT est traînée en justice, soit disant pour propos racistes. 

Brigitte Bardot, n'est pas du tout raciste. Ses dires, sont dictés par l'amour des animaux. Et le préfet et l'Etat ne font rien pour protéger les animaux !

Certains habitants des îles agissent avec cruauté sur les animaux... Des témoignages proches, affirment que les chiens errants, se faisaient renversés par les automobilistes qui le faisaient exprès. 

De la chaux était versé sur les cadavres d'animaux pour les dissoudre. Donc si cela est normal pour une minorité de personnes. Pas pour les gens qui aiment, protègent les animaux. 

L'île de la Réunion est entachée par la douleur et le sang des animaux !

SOUTIEN TOTAL À BRIGITTE BARDOT !
MERCI DE SIGNER ET PARTAGER CE SOUTIEN À BRIGITTE BARDOT

--
According to Brigitte Bardot's assertions, the animals on Reunion Island are abused and unprotected. The prefect, and the state turns a blind eye, to barbarous acts.

BRIGITTE BARDOT is being brought to justice, supposedly for racist remarks. Brigitte Bardot, is not at all racist. His words are dictated by the love of animals. And the prefect and the state do nothing to protect animals! Some inhabitants of the islands act cruelly on animals ...

Close testimonies, say that the stray dogs, were overthrown by the motorists who did it on purpose. Lime was poured over the corpses of animals to dissolve them. So if this is normal for a minority of people. Not for people who love, protect animals. The island of Reunion is tainted by the pain and blood of animals! TOTAL SUPPORT TO BRIGITTE BARDOT! PLEASE SIGN AND SHARE THIS SUPPORT TO BRIGITTE BARDOT

Partager cet article

Repost0

Maltraitance animale sur l’île de la Réunion : un fléau ignoré des pouvoirs publics

Publié le par Ricard Bruno

L’île de la Réunion, très prisée des touristes, est aussi le théâtre de maltraitances animales depuis de nombreuses années. Les chiens et chats errants se multiplient de manière incontrôlée dans les rues de l’île et les associations de protection animale ne savent plus où donner de la tête pour tenter d’enrayer le problème.

Maltraitance animale sur l’île de la Réunion : un fléau ignoré des pouvoirs publics

es maltraitances animalières courantes

Comme sur de nombreuses autres îles, le rapport à l’animal sur l’île de la Réunion ne fonctionne pas comme en France métropolitaine. Les « chiens sonnettes » passent leur vie attachés à une corde et ne servent qu’à alerter leur propriétaire de l’arrivée de quelqu’un à proximité de la maison. « Les chiens grandissent, mais la corde non. Ça leur coupe le cou » témoigne Angeline Teston, sur l’île depuis 13 ans, bénévole dans les neuf associations de protection animale de l’île et famille d’accueil. Selon elle, la raison de ce traitement est claire : « Le rapport à l’animal est resté le même depuis l’esclavage avec ce statut de maître/animal ».

Dans certains cas, il est même question de cruauté envers les animaux. Ainsi, Marie-Charline, originaire de la Métropole et habitante de l’île depuis deux ans explique que l’une des pratiques courantes consiste à enfermer des chiots dans des sacs agricoles jetés sur les voies rapides. « Le sport national c’est d’écraser un maximum de chien », s’insurge la jeune fille de 23 ans.

De son côté, Marina, bénévole à l’association Agir Pour Protéger les Animaux Réunionnais (APPAR ) est amenée à rencontrer toutes sorte de situation : « Il y a un mois et demi de ça, j’ai retrouvé un chat à qui ont avait brûlé les pattes au briquet. Deux mois auparavant, j’ai recueilli une chatte qui avait des croix faites au cutter partout sur le corps. Elle n’a pas survécu ».

Autre pratique, l’utilisation des animaux pour la pêche au requin fait grand bruit dans les médias de l’île depuis 1995 dont quelques échos nous sont timidement parvenus en métropole en 2007 et 2011. « Plusieurs cas d’animaux « préparés » pour servir d’appâts ont eu lieu sur l’île. En février dernier, un chat a été retrouvé, un hameçon lui traversant du palais à l’œil. Il est évident que cette pratique persiste. Nous restons vigilants sur ce point et pratiquons des opérations régulières de surveillance discrète. Le dernier cas de chats hameçonnés s’est avéré être le résultat d’un jeu cruel commis par des gens inconscients, immatures et certainement sous l’effet de l’alcool et/ou de stupéfiants », rapporte Jean-Pierre Lafitte, président d’SOS animaux.

Animaux errants et immobilisme des autorités

Une des raisons expliquant la maltraitance animalière sur l’île de la Réunion est que les animaux errants s’y multiplient. Sont mis en cause les abandons, nombreux, et l’absence quasi totale de stérilisation. La population croissante de ces sans-colliers est alors soumise aux agissements d’Hommes plus ou moins bienveillants.

Dans ce contexte, la fourrière, le service d’équarrissage et les associations sont débordés. « Les pouvoirs locaux préfèrent traiter les conséquences plutôt que les causes. Des solutions comme la stérilisation gratuite pour tous ceux qui ne payent pas d’impôts existent, mais sont méconnues » se désole Marie-Charline.
Marie David, présidente de l’association Arbre de vie Universal renchérie : « Ces campagnes sont souvent programmées aux mauvaises périodes de l’année où les chattes sont déjà en gestation. Souvent, les dossiers déposés par les familles à faibles revenues traînent » Jean-Pierre Lafitte ajoute : « Ici, les préjugés ont la peau dure. Beaucoup de gens pensent que les chiennes et les chattes doivent vivre une portée avant la stérilisation ».

Pour tenter d’enrayer le problème, le recours à l’euthanasie est une pratique courante. « Il y a entre 11 000 et 13 000 euthanasies par an, sans parler de l’empoisonnement » précise Angeline.

« Nous sommes intervenus dans les écoles pour faire de la sensibilisation, mais cela ne sert à rien, les mentalités régressent. » dénonce Angeline. Les pouvoirs publics, pourtant sollicités par les associations comme celle de Jean-Pierre Lafitte, font la sourde oreille. « Nous ne nous sentons absolument pas entendus par les pouvoirs publics. Nous tentons régulièrement d’obtenir des rendez-vous avec les élus locaux et les administrations de tutelle, en vain »

Selon le président d’SOS Animaux, la clé serait la stérilisation encadrée des chats et chiens. « Il faudrait des campagnes de stérilisation massives par mono-injection à l’image de celles qui ont été mises en œuvre au Mexique » Marie-David d’Arbre de vie Universal fait elle aussi son diagnostic. « Les autorités devraient lutter contre les annonces d’adoption illégale et ne les confier qu’à des professionnels, mais surtout, les tortionnaires qui maltraitent les animaux devraient écoper de réelles sanctions».

Pour Marina, « Le président du conseil régional qui dépense des sommes folles dans le tourisme devrait investir dans la cause animale, car les touristes ne sont pas aveugles et voient bien ce qui s’y passe ». Un avis partagé par le président d’SOS animaux. « Les collectivités locales devraient créer et entretenir des refuges suffisamment dimensionnés pour répondre aux besoins spécifiques de notre île. Nous projetons de créer des structures de type « Dispensaire vétérinaire gratuit », mais ces projets devraient être pilotés par les institutions publiques plutôt que par les associations »

Aujourd’hui c’est un chien pour trois habitants que dénombre l’île soit plus de 150 000 animaux errants.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Maltraitance animale à La Réunion: Brigitte Bardot n'aurait-elle pas un peu raison?

Publié le par Ricard Bruno

FLEAU Lysiane Uny, présidente d'une association de protection des animaux à La Réunion, condamne elle aussi les propos de Brigitte Bardot. Mais insiste sur le fait que l'errance animale est un vrai fléau dans le département

Comité d'accueil devant une boulangerie de l'ouest de La Réunion en décembre 2018. — J.Bossart

Comité d'accueil devant une boulangerie de l'ouest de La Réunion en décembre 2018. — J.Bossart

La lettre que Brigitte Bardot a adressée mardi au préfet de La Réunion au sujet de l’errance animale dans ce département d’outre-mer a provoqué un tollé chez nombre de Réunionnais et de politiques ultramarins et métropolitains. Depuis, les plaintes contre la militante de la cause animale se multiplient comme des petits pains, tant ses propos sont virulents à l’égard de la population locale, qu’elle accuse d’être « dégénérée » ou encore « barbare ».

Des propos que condamne elle aussi Revez (pour « Rényon viv ensamb ek zanimo »), une association de protection animale qui œuvre depuis 2013 dans l’île. « Choquée » par cette diatribe « discriminatoire, raciste et de généralisation envers les Réunionnais », sa présidente, Lysiane Uni, ne compte pour autant pas porter plainte. Car, si, dans la forme, « BB » a totalement craqué, dans le fond, n’aurait-elle pas un peu raison ?

Il n’a pas été facile de contacter une association de protection des animaux pour la faire réagir sur la polémique. Pourquoi avoir accepté de répondre ?

Parce que nous craignions que le grand public ne s’intéresse qu’à la polémique, et pas au problème de fond. Nous ne commenterons pas les amalgames grossiers concernant les pratiques religieuses diversifiées dans l’île, l’utilisation supposée des chiens appâts et la problématique des attaques de requins. Mais, bien sûr qu’il y a de la maltraitance animale à La Réunion, il serait fou de le nier. Il y a des cas terribles de chiens battus et retrouvés avec des oreilles tranchées ou des pattes sectionnées… Mais ils sont la conséquence de l’errance animale, dont les conséquences sont réelles et multiples.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Soutien total à Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Soutien total à Brigitte Bardot

Mon courrier à la ministre, je me suis inspiré grandement d’une publication faites sur le site de la pétition, cela reflète complètement ce que je pense…

MON SOUTIEN à Madame Brigitte Bardot est total !
Si ses propos sont véhéments, c'est que, malheureusement, les faits lui donnent complètement raison ! 
Je suis aux antipodes du style " le toutou à son pépère ", . Mais ceux qui s'insurgent quant à la lettre de B.B., qu'ils aillent sur le NET voir le nombre effrayant d'animaux maltraités, battus, mutilés, brûlés à l'acide , martyrisés à coups de machette, pattes broyées, corps tailladés…TOUT EST BON POUR DÉVERSER LA HAINE SUR DE MALHEUREUX ANIMAUX TOTALEMENT INNOCENTS 
Le malheur est que le gouvernement de notre pays, comme pour ses départements lointains, ne fait absolument RIEN concernant la protection des animaux dont elle n'a que faire ( les engagements du candidat MACRON sur ce sujet se sont envolés, une malencontreuse habitude politique, mimétisme tiré, sans doute, de la trop proche fréquentation d'un certain F. HOLLANDE 
Tout n'est qu'indifférence voire mépris ! OR, IL Y A DE PLUS EN PLUS DE DÉFENSEURS DE LA CAUSE ANIMALE ET …EUX ONT LE DROIT DE VOTE !
E. MACRON ne s'est servi de son chien que dans un but assez pitoyable de « COM »n'en déplaise à ses aficionados !
Alors attendons les motifs circonstanciés reprochés à Madame Brigitte BARDOT …Mais je suis convaincue, par le climat actuel qui règne en FRANCE, que LA JUSTICE SERAIT MAL INSPIRÉE DE DÉCLENCHER L'IRE PLUS QUE BRÛLANTE DES DÉFENSEURS DE LA CAUSE ANIMALE !!! NOUS NE MANQUERONS PAS DE SUIVRE DE TRÈS TRÈS PRÈS LA SUITE DE CETTE AFFAIRE !

Site de la pétition cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Livre l'Europe des animaux

Publié le par Ricard Bruno

 Livre l'Europe des animaux

L’Europe des Animaux – Utiliser le levier européen pour la cause animale"
Tous deux défenseurs des animaux, Pascal Durand, député européen, et Christophe Marie, cadre associatif, livrent leur vision de la cause animale telle qu’elle s’inscrit depuis une cinquantaine d’années dans l’espace européen. Une approche claire, concise et précise des rouages de l’UE, ses apports pour la condition animale mais aussi ses limites. Les auteurs dressent par ailleurs un diagnostic sans concession des graves lacunes de la condition animale en France qui, dans bien des domaines, est loin de soutenir la comparaison avec bon nombre d’Etats membres. Ils identifient les blocages et avancent des pistes pour que la cause animale puisse enfin progresser dans notre pays.

"L’Europe des Animaux", préface de Corine Pelluchon, chez Alma Editeur
Disponible dès aujourd'hui sur le site FBB http://www.boutique-fondationbrigittebardot.fr/…/181-livre-…, à partir du 2 mai en librairie au prix de 12 € ou précommande https://livre.fnac.com/a…/Pascal-Durand-L-Europe-des-animaux

Partager cet article

Repost0

Brigitte Bardot et Isabelle Adjani les plus belles actrices du monde à St-Tropez

Publié le par Ricard Bruno

« Un jour, une photo », la nouvelle web-série de Paris Match en partenariat avec Harmonie Mutuelle. Brigitte Bardot et Isabelle Adjani, deux icones du cinéma, face à face à St-Tropez.

Un bel été, pas de vent, ce mistral qui parfois gagne l’intérieur en caressant la citadelle de Saint-Tropez. Ce 12 août 2004, deux icônes du cinéma dînent ensemble dans la pinède de la Bastide rouge. C’est la première fois que Brigitte Bardot et Isabelle Adjani peuvent prendre le temps de faire connaissance, de se parler, d’échanger sur le cinéma bien sûr mais pas seulement. Elles se regardent et s’estiment sous l’œil de la photographe Kasia Wandycz. Brigitte Bardot sourit, Isabelle Adjani écoute les cigales du soir et la voix de Brigitte, ce timbre si particulier, reconnaissable si facilement. Cette rencontre à la tombée de la nuit, rythmée par quelques recettes de légumes de Provence, est informelle. Avant de se quitter, Brigitte entraîne Isabelle dans une conversation qui reste amicale sur les sujets dans l’air du temps. Mais Isabelle en philosophe, semble prendre du recul.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Abattage rituel en France juifs et musulmans refusent l’étourdissement

Publié le par Ricard Bruno

L'abattage rituel est aujourd'hui interdit en Autriche, Suisse, Norvège, Slovénie, Islande, Danemark, et en Belgique

Illustration : Viande casher abattue en Pologne et portant le symbole du rabbinat de Varsovie (Crédit : JTA)

Illustration : Viande casher abattue en Pologne et portant le symbole du rabbinat de Varsovie (Crédit : JTA)

L’étourdissement des animaux immédiatement après la jugulation lors de l’abattage rituel est une alternative proposée par les associations de protection animale et des experts scientifiques, mais elle reste rejetée en France par les cultes musulman et juif.

Les législations française et européenne actuellement en vigueur prévoient un étourdissement de l’animal préalable à sa mise à mort. Cependant des dérogations sont prévues pour les abattages rituels.

Les méthodes d’étourdissement dites « conventionnelles » se font à l’aide d’un pistolet avec une tige perforant la boîte crânienne pour les bovins, une décharge électrique pour les ovins et les volailles et le gazage pour les porcs.

Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot, défend une « obligation de soulagement » de l’animal par un étourdissement juste après la jugulation. « Le fait de soulager l’animal tout de suite après la saignée, c’est hors religieux et l’animal ne souffre qu’une ou deux secondes avant de perdre conscience », affirme-t-il.

« Le principe fixé par les religieux c’est de dire que l’animal doit être conscient lors de la saignée ». Or « avec le soulagement immédiat, l’acte de l’abattage est passé », argumente-t-il. Sans quoi « l’agonie des bêtes peut durer plus de 15 minutes dans les cas extrêmes pour les bovins ».

Mais la position des cultes musulman et juif est sans appel : une bête tuée alors qu’elle est déjà inconsciente est impure.

« Tout nouveau processus où il y a étourdissement à quelque stade que ce soit est totalement rejeté par la religion musulmane », tranche Anouar Kbibech, président du Rassemblement des musulmans de France.

Pour le rabbin Bruno Fiszon « le soulagement ne change rien et n’est pas envisageable ». « Ce qui est important c’est de diminuer le temps de perte de conscience, qui peut être amélioré », suggère-t-il.

« Souffrance persistante »

Une position contestée par des scientifiques lors d’une rencontre organisée fin janvier à Paris par l’Oeuvre d’assistance des bêtes d’abattoirs (Oaba).

« Avec l’étourdissement, quelle que soit la méthode de mise à mort, l’animal perd conscience et ne souffre pas », a affirmé Claudia Terlouw, chercheur à l’Inra.

Jean-Pierre Kieffer, président de l’Oaba, a jugé lui « l’obligation de soulagement indispensable et urgente ». « L’abattage sans étourdissement dans l’espèce bovine va de pair avec la souffrance persistante », a-t-il dit.

Laurent Perrin, président du Syndicat national des vétérinaires d’exercice libéral a estimé que « l’abattage sans étourdissement retarde la perte de conscience jusqu’à parfois plusieurs minutes et que durant cette période consciente, l’animal peut être exposé à la douleur due à des plaies ouvertes, la possible aspiration de sang, et notamment dans le cas des ruminants, de contenu de rumination ».

Quant à Brigitte Bardot, elle a écrit récemment à Emmanuel Macron pour que « la France rejoigne les pays qui imposent l’étourdissement des bêtes en toute circonstance lors de leur abattage », en abrogeant la dérogation dont bénéficient les abattages rituels.

Son courrier, fait suite à des images inédites tournées à l’abattoir de Rodez et dévoilée par la Fondation qui ne « dénonce pas d’infractions particulières, juste l’horreur quotidienne et la souffrance des bêtes égorgées en pleine conscience ».

L’abattage rituel représente un marché important pour la filière. Il concerne 15 % des bovins et 27 % des ovins abattus dans 218 abattoirs sur les 259 que compte la France.

Quant au label de production biologique européen, il ne peut pas être appliqué à des viandes issues de l’abattage rituel sans étourdissement préalable, au motif que cette méthode ne respecte pas les « normes les plus élevées de bien-être animal », a estimé récemment La justice européenne rappelant que « des études scientifiques ont établi que l’étourdissement constitue la technique qui porte le moins atteinte au bien-être animal au moment de l’abattage ».

L’abattage rituel est aujourd’hui interdit en Autriche, Suisse, Norvège, Slovénie, Islande, Danemark, et en Belgique.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0