Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le web en parle

Notre BB nationale, entre cause animale et rédaction du Petit Bleu !

Publié le par Ricard Bruno

Notre BB nationale, entre cause animale et rédaction du Petit Bleu !

Créé en 1914, le Petit Bleu est aussi la mémoire du Lot-et-Garonne. Cet été, retour sur les grandes unes de notre journal, avec aujourd’hui une étape en 1990 et la venue à domicile de Brigitte Bardot.

Les locaux de notre journal ont vu défiler du beau monde. En 1990, le Petit Bleu a ainsi fait sa Une avec nulle autre que Brigitte Bardot. Nous sommes le 17 janvier, et BB, la figure mythique des années 60, va tenir conférence. Mais quel rapport avec Agen ?

Deux ans plus tôt, un vaste trafic de chiens a été démantelé dans notre département. Début 1987, la régulation des expérimentations sur les animaux est floue, pour ne pas dire quasi inexistante. Au mois de juillet 1987, des décrets plus stricts sont adoptés, mais la procédure de mise en place est extrêmement longue.

Pendant ce temps, des animaux disparaissent. Certains sont utilisés comme cobayes dans des laboratoires clandestins, d’autres sont exploités pour leur fourrure, d’autres encore sont revendus.

Ainsi, en décembre 1988, les deux propriétaires d’un chenil sont interpellés en compagnie d’un autre homme. Soupçonnés d’être mêlés à la disparition de 180 chiens en Lot-et-Garonne, ils seront écroués et inculpés dès le lendemain. Deux jours après leur interpellation, on découvre chez les propriétaires du chenil, René et Andrée Prabonne, un véritable charnier : 97 cadavres de chiens sont extirpés d’un puits.

L’affaire ne fait que commencer, et sa dimension dantesque va la rendre retentissante. C’est un véritable réseau qui est démantelé à Agen et ses environs. Il est question de laboratoires d’expérimentation illégaux. Tout au long de l’année 1989, de nouveaux noms de trafiquants, vétérinaires et personnels médicaux impliqués surgissent.

Très vite, des artistes français montent au créneau et s’investissent dans la défense animale, comme Nino Ferrer.

Il n’en fallait pas plus pour que Brigitte Bardot réagisse. Sa fondation pour la protection des animaux n’existe que depuis 1986. Un tel scandale ne peut pas la laisser indifférente.

Le 16 janvier 1990, BB apporte publiquement son soutien au juge d’instruction Jean-François Daux, en charge de l’affaire.

Souffrance contre pognon

Juste après un entretien sur place avec ce dernier, elle se rend aux locaux du Petit Bleu pour donner une conférence de presse et informer de la prise de position de son association – une invitation que l’on doit au PDG du journal Jean-Marie Hélian et à l’avocat Michel Gonelle.

L’ex-égérie de Serge Gainsbourg se constituera partie civile et assistera ensuite au procès. Lors de sa conférence de presse, l’ancienne actrice déplore que malgré tout le tapage médiatique autour de ce que l’on appelle la "Dog connection", le trafic d’animaux volés a toujours cours. Pour elle, il est inconcevable que des chercheurs s’adressent à des intermédiaires douteux pour obtenir des chiens à bas prix. BB s’oppose à "l’industrialisation de la souffrance animale pour le pognon". Car c’est bien de cela qu’il s’agit : dans toute cette histoire, le professeur Montastruc, cerveau de l’affaire et commanditaire, a été pris dans un rouage en raison du manque de moyens accordés à la recherche. Mais au-delà de l’inculpation du principal responsable, ce qui intéresse Brigitte Bardot, c’est de savoir si un coup d’arrêt définitif sera porté au trafic.

Un an plus tard, BB assiste au procès. Les coupables seront tous condamnés en 1993, mais à l’heure actuelle, des animaux sont toujours victimes d’enlèvements et d’expériences glauques. La guerre contre la souffrance animale est malheureusement d’actualité..

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot à nu...Grandes traversées Des booms et des bangs document inédit du 14 08 2020

Publié le par Ricard Bruno

Un tour de Harley Davidson derrière Gainsbourg, qui nous emmène à Saint-Tropez, hameau de paix où quitter les projecteurs pour tenter le bonheur.

Brigitte Bardot au Club 55 de Saint-Tropez en 1974.
Brigitte Bardot au Club 55 de Saint-Tropez en 1974.

Où est ta guitare ? Chante-nous une chanson, Brigitte, qu’elle soit de Jean-Max Rivière, de Serge Gainsbourg, de qui tu veux. Chante avec cette voix qui tremble, mais qui n’a pas peur. 

On dit que tu n’avais pas besoin de refaire des prises. 

On dit que tes chansons ne nécessitaient pas de montage. 

Une seule prise, et hop ! dans la boîte. Parfait !

Enregistrement chez Jean-Max Rivière, auteur-compositeur, interprète, entouré de ses guitares. Avec à sa gauche : Simonetta Greggio. Au premier-plan, de gauche à droite : Julie Beressi, Hélène Langlois.
Enregistrement chez Jean-Max Rivière, auteur-compositeur, interprète, entouré de ses guitares. Avec à sa gauche : Simonetta Greggio. Au premier-plan, de gauche à droite : Julie Beressi, Hélène Langlois. Crédits : Morgan Morcel - Radio France

Brigitte Bardot chante comme elle joue. BB joue comme elle respire. Parce qu’elle est pleine de vie, elle a coupé le souffle de beaucoup. L’un d’entre eux était encore un anonyme la première fois qu’il l’a vue. C’était sur le tournage de Voulez-vous danser avec moi, de Michel Boisrond, en 1959. Il jouait un photographe, un traître, un salopard fini – mais, incapable de se contenir, il laissait tomber ses bobines par terre chaque fois que BB passait près de lui et l’effleurait. Comme s’il voulait se mettre à genoux devant une reine. Il répétera tout cela huit ans plus tard quand son nom sera enfin connu : Serge Gainsbourg. 

Avant l’année 69, les trois mois les plus érotiques, c’est Gainsbourg et BB. 

Une première rencontre ratée avec Serge Gainsbourg sur le tournage de Voulez-vous danser avec moi ?. 1959
Une première rencontre ratée avec Serge Gainsbourg sur le tournage de Voulez-vous danser avec moi ?. 1959

Jeux de l’amour et du hasard. Si c’est pour BB que Gainsbourg écrivit Je t’aime... moi non plus, c’est la version avec Jane Birkin qui sera diffusée des années durant dans toutes les radios du monde.

Ce fut un amour fou, un amour comme on en rêve, un amour qui restera dans nos mémoires et dans les mémoires. Aujourd’hui encore, quand on parle de Gainsbourg, on lui associe toujours Bardot. Brigitte Bardot, Initiales BB

Partie en Espagne pour tourner avec Sean Connery, Bardot ne revint pas. Gainsbourg l’attendit trois jours et quatre nuits après un rendez-vous manqué.

Combien de cigarettes, combien de bouteilles de whisky ? Que s’est-il dit en regardant la photographie taille réelle de BB – tout ce qu’il lui restait de son grand amour perdu ? 

Serge Gainsbourg conserva longtemps le portrait taille réelle de BB dans la maison qu'ils avaient visitée ensemble, rue de Verneuil. Ici avec sa compagne, Bambou en 1980
Serge Gainsbourg conserva longtemps le portrait taille réelle de BB dans la maison qu'ils avaient visitée ensemble, rue de Verneuil. 

Les tournages épuisent BB. Les amours aussi finissent, un peu plus tard, par l’épuiser. Elle qui a peur de prendre l’avion, mais qui rejoint aux quatre coins de la Terre ses amants qui la veulent partout. Ou qui ne la veulent plus. BB n’a jamais économisé une peine de cœur - un amour. De l’avoir si bien fait, on a dit qu'elle l'avait trop fait. 

De l’avoir fait jusqu’au bout, elle décida de ne plus le faire, et puis c’est tout.

En arrêtant le cinéma, à 38 ans, au sommet de sa gloire, elle a sauvé sa peau.                                                
Laurent Muldworf, psychiatre, psychanalyste

Maintenant que son nom est entré au panthéon, le temps vient de se consacrer à ce qui compte vraiment. Abandonner pour tout donner. Bardot quitte le cinéma, lâche Paris, et se réfugie à la Madrague, à Saint-Tropez, petit port de pêche que sa fréquentation a transformé. 

Il faut se battre pour construire un mur autour de sa demeure, elle le fera. 

Vue aérienne de Saint-Tropez avec la plage de La Ponche à gauche. Copyright : Alain Vautray.
Vue aérienne de Saint-Tropez avec la plage de La Ponche à gauche.

BB s’emmure au jardin d’Eden. 

Elle adore cet endroit, où elle avait l’impression de découvrir un paradis, où elle est allée toute jeune avec ses parents, et en même temps cet endroit est devenu une forme de prison pour elle.                                                
Vanessa Schneider, journaliste et écrivaine

Finalement, nous sommes venues à vous, BB, là-bas, dans votre refuge bien aimé. Nous avons marché dans l’écume du rivage, écouté le vent dans les pins méditerranéens. Le portail de la Madrague, fermé, est bleu comme l’eau de certains rêves. 

Nous avons sonné, un chien a aboyé.

Il y a quelqu’un ? 

France Culture sur les pas de Brigitte Bardot. (Laurent Macchietti)
France Culture sur les pas de Brigitte Bardot

Merci à l’hôtel de La Ponche à Saint-Tropez.

Virginie Efira lit les mémoires de Brigitte Bardot. 

Une série documentaire de Simonetta Greggio, réalisée par Julie Beressi.

Avec les voix de
Frédéric Bocquet
Stefano Bianchi

Archives INA
Véronique Jollivet
Amélie  Briand-Lejeune 

Prise de son
Hélène Langlois
Christophe Papon
Jérémie Tuile
Alexandre Abergel
Laurent Macchietti

Mixage
Régis Nicolas

Partager cet article
Repost0

Les grandes traversées Brigitte Bardot mon témoignage sur BB le 13 08 2020 sur France Culture...

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot : Vie privée, vie publique...Documentaire inédit du 13 08 2020

Publié le par Ricard Bruno

Bardot est-elle une véritable actrice ? Il faut dire La Vérité. C’est l’époque des Mépris, celui de Godard bien sûr, mais aussi celui de la presse, celui des foules. Alors, l’amour permet de s’évader de la bardolâtrie : les avions vers Rio avec Bob Zagury et les jets privés avec Gunther Sachs.

Brigitte Bardot entourée de journalistes à New York en 1965.
Brigitte Bardot entourée de journalistes à New York en 1965.

Le mot paparazzi aurait pu être inventé pour Bardot. Au début des années 1960, elle est non seulement la femme la plus belle mais aussi la personne la plus photographiée du monde. Bardot est une icône internationale. Brigitte est happée par BB.

Brigitte Bardot a inventé sa propre fiction. Dès le début, il y a quelque chose dans le processus qu’elle va mettre en place : du désenchantement, de l’euphorie et de la mélancolie. C’est une héroïne habitée par ces trois chapitres.                                        
David Teboul, réalisateur

On la copie, on s’arrache ce qu’elle porte : toutes les femmes du monde veulent se marier en vichy et arborer une choucroute extravagante sur la tête. 

Le dos le plus photographié au monde. Bardot répond aux journalistes en 1963.
Le dos le plus photographié au monde. Bardot répond aux journalistes en 1963.

On escalade des murs, on se cache des heures dans les bosquets - on franchit les frontières - trop souvent, celle qui sépare vie publique et vie privée.

Au cours des années 60, elle cherche quand même l’attrait des médias, elle cherche la notoriété, et en même temps, elle souffre des conséquences. C’est une impasse : la star a besoin du regard des médias pour exister, la femme ne supporte plus les excès que ces médias entrainent, les contraintes sur sa vie privée en particulier.                                        
Ginette Vincendeau, professeur d’études cinématographiques

Pour ses 26 ans, louve prise au piège, elle se ronge une patte dans l’espoir de se libérer. Tentative de suicide, une parmi d’autres. La traque n’en devient que plus féroce.

On allait se mettre dans les cailloux, dans l’eau, devant la Madrague, bronzés jusqu’à la taille parce qu’on y restait toute la journée, même avec de l’huile, on cramait ! Dès qu’elle sortait de sa maison, elle faisait semblant de ne pas nous voir et elle poussait ses chiens dans l’eau pour qu'ils nous mordent. Les chiens s’en foutaient. Ils nageaient un peu, puis revenaient s’étendre sur la plage. Elle enrageait.                                             
Daniel Angeli, le “roi des paparazzis”

En 1963, Godard tourne Le Mépris. Il la veut. BB accepte, bien que ce « genre d'intello cradingue et gauchisant me hérisse le poil ». Elle s'envole pour l’Italie. Capri rayonne du bleu de la mer et du ciel, Michel Piccoli est amical et attentionné, Jean Luc Godard hautain et stressé, Bardot furieuse mais nonchalante dans son peignoir jaune canari.

La villa de Malaparte est le théâtre où Godard met en scène la fin banale d’une histoire d’amour, tirée d’un roman d’Alberto Moravia, l’auteur le plus connu en Italie à ce moment-là.  

Elsa Morante, l’épouse de Moravia, méprise son mari, Ana Karina méprise Godard, Camille méprise Paul - Godard et Bardot se regardent en chien de faïence. 

Camille (Brigitte Bardot) tourne le dos à Paul (Michel Piccoli) sur le toit de la Villa Malaparte dans Le Mépris de Jean-Luc Godard.
Camille (Brigitte Bardot) tourne le dos à Paul (Michel Piccoli) sur le toit de la Villa Malaparte dans Le Mépris de Jean-Luc Godard.

De la rencontre de ces deux mythes du cinéma français naîtra un des films les plus connus au monde. Après l’Olympe, les enfants des dieux entreprennent de grands travaux. Le Mépris reste le film de Godard. Le Mépris reste le film de Bardot. 

Le Mépris, c’est aussi un film sur une star du cinéma populaire face à l’élitisme et à la culture cinéphile la plus féroce. Pour Godard, la star du cinéma populaire ne peut pas avoir d’existence. Camille doit donc mourir à la fin du film.                                             
Ginette Vincendeau, professeur d’études cinématographiques

Le soleil se couche à l’Ouest. Brigitte Bardot part au Mexique pour tourner Viva Maria ! de Louis Malle.

On a été tourner au Mexique et on s’est rendu compte que même dans des villages où il n’y avait pas le cinéma, tout le monde savait qui était Bardot.                                             
Ghislain Uhry, chef décorateur

 

Dessins préparatoires de Ghislain Uhry pour les costumes de Viva Maria !
Dessins préparatoires de Ghislain Uhry pour les costumes de Viva Maria !

BB partage l’affiche avec Jeanne Moreau. La presse leur prête une rivalité. Mais le duo de ces créatures qui s’opposent comme le soleil et la lune crée pour le film à venir une attente sans précédents. Les produits dérivés sont nombreux et variés : on produit même, à Tel Aviv, des collants estampillés Viva Maria. La célébrité de Bardot va se poursuivre, mais sa carrière va entrer dans le creux de la vague. Il est temps de partir en voyage avec des amoureux. Vers l’Ouest, où le soleil se couche...

Brigitte Bardot et Gunter Sachs atterrissent à Las Vegas où ils se marient sans prévenir. 1966
Brigitte Bardot et Gunter Sachs atterrissent à Las Vegas où ils se marient sans prévenir. 1966

Un acte de courage peu connu de Brigitte Bardot est analysé dans cet article d'Évelyne Sullerot, lu dans le documentaire par Sonia Masson.

Merci à l’hôtel de La Ponche à Saint-Tropez.

Virginie Efira lit les mémoires de Brigitte Bardot. 

Une série documentaire de Simonetta Greggio, réalisée par Julie Beressi.

Avec les voix de
Sonia Masson
Frédéric Bocquet
Régis Royer

Archives INA
Véronique Jollivet
Amélie Briand-Lejeune 

Prise de son
Hélène Langlois
Christophe Papon
Jérémie Tuile
Alexandre Abergel
Laurent Macchietti

Mixage
Régis Nicolas

Source de l'article : France Culture

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot : Blonde documentaire inédit du 12 08 2020 !

Publié le par Ricard Bruno

En 1956, Et Dieu… créa la femme enflamme les salles de cinéma. Le film de Vadim est le grand tournant de la carrière de Brigitte Bardot. Elle y incarne la blondeur fière, la sauvagerie, la liberté. Du mambo effréné à la rencontre avec Charrier : BB, femme et mère.

Une scène qui échappa à la censure dans "Et Dieu... créa la femme".
Une scène qui échappa à la censure dans "Et Dieu... créa la femme".

Bardot n’est pas féministe. Elle le revendique. Mais il y a ce qu’on dit, et il y a ce qu’on fait.

Depuis la célèbre scène du scandaleux Mambo dans le film Et Dieu… créa la femme, elle fait figure de proue dans le mouvement pour la liberté féminine. Ce film la fait star. La star rend la femme libre.

Mes hanches roulaient, tanguaient, j’avais chaud, je me défonçais, je mimais l’amour au rythme fou des tam-tams, c’était comme si une autre moi-même possédait mon corps ! […] C’était bon ! C’était fou ! J’étais devenue folle !                                  
Ce soir-là, Vadim décida de rajouter dans son film une scène où je danserais follement, et sans pudeur. Cette séquence ferait le tour du monde…                                   
Brigitte Bardot, Initiales BB

Dans Une très belle enfant, deuxième partie de cette Grande Traversée, le maître de ballet, Stéphane Dalle, commentait la fameuse scène de Et Dieu... créa la femme :

Et ainsi
Vadim créa Bardot.
Bardot créa Vadim.
Juliette Hardy créa Saint-Tropez.
Et Dieu… créa la femme.

L'hôtel de la Ponche, à Saint-Tropez, garde fièrement la mémoire d'un tournage devenu mythique.
L'hôtel de la Ponche, à Saint-Tropez, garde fièrement la mémoire d'un tournage devenu mythique

Être libre, ce n’est déjà plus chercher à se libérer. Or, BB n’a pas eu à chercher sa libération. Le sentiment de liberté lui était inné.

Que dire de quelqu'un qui a été libre sans avoir jamais eu le besoin de revendiquer son autonomie ? BB est-elle féministe malgré elle ? 

Elle apparait à la fois comme très libre et très indépendante, et en même temps, le personnage de Juliette [Bardot dans Et Dieu créa la femme] vis-à-vis de son mari, comme Bardot vis-à-vis de Vadim, sont aussi des femmes objets de leurs hommes. C’est là l’ambiguïté immense de Bardot.                                
Manon Garcia, philosophe

« Elle vit comme tout le monde en n’étant comme personne », dit d’elle Jean Cocteau.
On ne se lasse pas d’entendre dire que Bardot est phénoménale. Certes, son nom est sur toutes les affiches et dans toutes les bouches. Mais elle a quelque chose qui dépasse le cinéma. Nombreuses ont été les grandes sensibilités du vingtième siècle à vouloir mettre des mots sur Bardot, à donner du sens à ce quelque chose. Comment décrire cette Vénus triomphante qui naît des eaux de la passion et de l’impertinence, puis s'élance hors des époques et des générations ?

Ayant tous les droits païens : choisir, apprécier, aimer, quitter, on tenta de lui imposer des devoirs chrétiens : travailler, épouser, aimer son métier, élever, etc. Elle ne s’y trompa pas. Elle refusa. Elle prit les droits naturels de sa beauté, de sa nature, et refusa les faux devoirs avec une belle énergie de guéparde.                                   
Françoise Sagan, « Bardot », L’Express, 27/10/1975

Au jeu de l'amour, elle est plus un chasseur qu'une proie. L'homme est un objet pour elle, exactement comme elle l'est pour lui…                                   
Simone de Beauvoir, « Bardot and the Lolita Syndrome », 1959

En juin 1959, BB épouse le jeune premier, Jacques Charrier.
En juin 1959, BB épouse le jeune premier, Jacques Charrier.

Jusqu’en 1965, une Française ne pouvait pas ouvrir de compte bancaire sans l’autorisation de son mari. Jusqu’en 1975, le pays de Marianne punissait l’avortement d’une peine de prison. Dans les mentalités, la femme était cantonnée à la sphère domestique. C’était cela être une femme modèle. Si BB voulait de tout son corps être une femme, elle ne pouvait certainement pas en être une modèle. Pourtant, elle a passé l’audition. La femme exemplaire est de loin son plus mauvais rôle. Elle est mariée - mais trompe, et quitte. Elle se remarie - mais divorce. Elle a un enfant - mais n’en veut pas. On la critique autant qu’elle donne courage. 

Cours, enrage BB !

L'article que Françoise Sagan consacra à Brigitte Bardot peut être retrouvé en partie ici

Virginie Efira lit les mémoires de Brigitte Bardot. 

Une série documentaire de Simonetta Greggio, réalisée par Julie Beressi.

Avec les voix de
Sonia Masson
Régis Royer

Archives INA
Véronique Jollivet
Amélie Briand-Lejeune 

Prise de son
Hélène Langlois
Christophe Papon
Jérémie Tuile
Alexandre Abergel
Laurent Macchietti

Mixage
Régis Nicolas

Source de l'article : France Culture

Partager cet article
Repost0

« Noces ensanglantées » en Seine-Saint-Denis : 10 cochons abattus clandestinement pour un mariage !

Publié le par Ricard Bruno

Contrairement à 10 de leurs congénères, 5 cochons ont pu échapper au funeste sort qui les attendait.

Un massacre ! Le commissariat de Livry-Gargan (93) et les services vétérinaires départementaux ont alerté la Fondation 30 Millions d’Amis sur des faits d’abattage clandestin concernant des cochons, dont la viande devait être servie aux invités lors d’un mariage. Si 5 suidés ont pu être sauvés, 10 autres ont péri avant l’intervention des autorités. Les animaux secourus attendent désormais un lieu d’accueil définitif.

Unis par le « sacrement »… du carnage ! Pour célébrer leurs noces, des époux et leurs proches ont organisé – en toute clandestinité – l’abattage des animaux dont la viande devait être servie aux convives. Une quinzaine de cochons avaient été acheminés jusqu’à un pavillon de la banlieue parisienne. Effaré par les cris stridents des bêtes suppliciées, le voisinage a pu alerter les autorités. Sur place, les forces de l’ordre ont découvert une dizaine de cadavres de suidés… dont certains déjà piqués sur des broches !

Recherche d’un sanctuaire pour les 5 cochons rescapés

Au mépris de toutes règles sanitaires et de bien-être animal, sur la terrasse couverte du pavillon, la cuisine de fortune ressemble davantage à une salle de torture jonchée de bacs remplis de sang. Sur une « table de travail » s’étalent des torchons sanguinolents, des crochets… et même un marteau. Attendant leur sinistre sort, en pleine chaleur estivale, 5 cochons ont heureusement pu être secourus et mis en sécurité. Une plainte a été déposée pour abattage clandestin et pour acte de cruauté.

« Après avoir trouvé un lieu d’accueil temporaire pour les animaux rescapés, nous cherchons d’urgence un sanctuaire où ils pourront terminer leur existence en toute tranquillité », détaille Arnauld Lhomme, responsable des enquêtes à la Fondation 30 Millions d’Amis.

Note : Toute proposition sérieuse de lieu d’accueil définitif pour les cochons secourus peut être envoyée à notre équipe par mail ou par téléphone au 01.56.59.04.44.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot Une très belle enfant document inédit du 11 08 2020

Publié le par Ricard Bruno

BB en quatre lettres, de rikiki à starlette en bikini. Ces deux premiers amours : la danse et Roger Vadim. Brigitte Bardot, partie de loin, entame sa montée vers les étoiles.

La petite Brigeton, bien loin de BB.

La petite Brigeton, bien loin de BB.

Appareil dentaire, lunettes, léger strabisme : enfant, Brigitte Bardot n’avait pas ce qu’il fallait pour être BB. 

Brigeton, comme l’appelait son père, Ma Brizzi, comme l’appelait sa nounou, Dada l’Italiennne, naît le 28 septembre 1934 rue Viollet, dans le quinzième arrondissement de Paris. 

Son père, Louis Bardot dit Pilou, industriel des Usines Bardot à l’origine d’Air Liquide, aime beaucoup la beauté féminine, énormément la poésie, totalement sa fille. 

Louis Bardot utilise son surnom familial pour publier ces poèmes à compte d'auteur.

Louis Bardot utilise son surnom familial pour publier ces poèmes à compte d'auteur.

Sa mère, Anne-Marie Mucel, Toti, s’aime quand elle est regardée,  s’attriste d’être une artiste contrariée, et, comme le veut la morale  bourgeoise, s’attache à être une femme au foyer. 

Brigitte grandit dans cette famille profondément catholique, fière d’être française. 

Le fait qu’elle vienne de ce milieu privilégié lui a donné une assurance, un capital culturel qui va lui permettre de s’assumer.                                                                  
Ginette Vincendeau, professeur d’études cinématographiques

Mais existe-il quelque part une formation pour devenir un phénomène international ? La petite Brigitte Bardot porte un appareil dentaire, de grosses lunettes et souffre d’amblyopie, un handicap visuel à l’œil gauche. Elle n’est pas encore blonde, ses yeux sont châtains. Ils ne soutiennent pas la comparaison avec les prunelles pervenche de Mijanou, sa petite soeur, la préférée des parents. 

Je  pleurais en me regardant dans le miroir - c’est vrai que j’étais laide ! Cette image ne m’a jamais quittée.                                                                  
Brigitte Bardot, Initiales B.B.

Le seul miroir où elle s’aime un peu est celui du studio de danse. Celui du grand professeur russe, Boris Kniaseff, est peut-être le seul endroit au monde où la jeune Brigitte n’est pas paresseuse. Elle s’y exerce plusieurs heures par jour. Entourée de tous ses miroirs qui la reflètent mille fois de la tête aux pieds, elle se distingue des autres petits rats. Elle pourrait devenir professionnelle, peut-être même intégrer l’Opéra de Paris. Devenir une étoile. 

Quand vous travaillez au quotidien votre corps, ça vous marque au fer rouge. Vous voyez tout de suite ce port de tête, cette élégance qui nous  transforme, qui nous transcende. On veut acquérir une perfection – on y  travaille sans cesse. On est toujours dans l’amélioration du soi, on se  critique dans le miroir et c’est quelque chose qui nous prend l’âme.                                                                  
Stéphane Dalle, maître de ballet au Capitole.

Les longues guêtres échauffent les jambes qui deviendront les plus connues du monde.

Les longues guêtres échauffent les jambes qui deviendront les plus connues du monde.

Les  jambes s’étirent, les muscles s’allongent, le menton s’élève vers la fierté. La danse classique transforme la glaise en une statue que l’on se plait à contempler. Hélène Lazareff, la grande  prêtresse du magazine ELLE, découvre la jeune beauté dont elle a tant besoin pour incarner la jeune fille moderne. Y a-t-il une seule photographie ratée de BB ? 

Brigitte Bardot est surnommée the sex kitten, le chaton sexy, par la presse anglo-saxonne. 1955
Brigitte Bardot est surnommée the sex kitten, le chaton sexy, par la presse anglo-saxonne. 1955

C’est sur une couverture de ELLE que Marc Allégret la remarque et lui propose des essais pour le film du tout jeune scénariste des Lauriers sont coupés, Roger Vadim.

Elle arpentait ses chemins habituels du seizième arrondissement, il fréquentait les cafés de Saint-Germain-des-Prés : ils se croisèrent pourtant.
Elle arpentait ses chemins habituels du seizième arrondissement, il fréquentait les cafés de Saint-Germain-des-Prés : ils se croisèrent pourtant.

Commence alors un conte de fée que l’on aurait pu appeler La belle et le clochard. Quel charme chez celui qui ne ressemble à rien ni à personne, qui tranche par son rire, son insolence - et sa promesse de faire d’elle une femme !

Mes parents lui proposèrent de dîner avec nous. Je me souviens du contraste entre ce dîner bourgeois et luxueux, avec maître d’hôtel, bougies et argenterie, et la présence de Vadim en col roulé élimé et cheveux longs. Il avait l’air d’un gitan et j’en étais folle !                                                                   
Brigitte Bardot, Initiales B.B.

Charles Bardot, le grand-père de Brigitte, qu'elle appelle "Le Boum", l'accompagne à l'autel. Brigitte se marie pour la première fois en 1952, à 18 ans, avec son premier amour, Roger Vadim.
Charles Bardot, le grand-père de Brigitte, qu'elle appelle "Le Boum", l'accompagne à l'autel. Brigitte se marie pour la première fois en 1952, à 18 ans, avec son premier amour, Roger Vadim. 

BB et Vadim, La belle et l’intello, se marient à Paris et se pavanent sous le soleil aveuglant de Cannes. Cependant, la vraie lune de miel, celle qui fera d’eux deux stars, sera Et Dieu créa la femme

Mais déjà BB s’ennuie…

Virginie Efira lit Brigitte Bardot.

Une série documentaire de Simonetta Greggio, réalisée par Julie Beressi.

Avec les voix de
Sonia Masson
Frédéric Bocquet
Régis Royer

Archives INA
Véronique Jollivet
Amélie Briand-Lejeune

Prise de son
Hélène Langlois
Christophe Papon
Jérémie Tuile
Alexandre Abergel
Laurent Macchietti

Mixage
Régis Nicolas

Source : France Culture

Partager cet article
Repost0

Discovery Saint-Tropez 2020...

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot documentaire inédit du 10 08 2020 !

Publié le par Ricard Bruno

Avant d'avoir quarante ans, Brigitte Bardot, la femme la plus belle du monde, arrête le cinéma et devient la précurseur de la cause animale. Un parcours à obstacles.

La vraie vie qu'appelle BB de ses vœux est l'engagement total pour la cause animale. 1979

La vraie vie qu'appelle BB de ses vœux est l'engagement total pour la cause animale. 1979

Toute sa vie, elle a été fidèle à l’amour pour les animaux et à son parfum, L’Heure bleue de Guerlain. 

L’heure bleue, c’est l’intervalle entre le jour et la nuit où le ciel se remplit presque entièrement d'un bleu plus foncé que le bleu clair du jour. C'est le moment, tôt le matin, où les animaux de nuit s'endorment et où les animaux de jour ne sont pas encore réveillés.

On dit aussi de cette heure qu’elle est « entre chien et loup ».

Brigitte Bardot a voulu sauver une chèvre sur le tournage de Colinot Trousse-chemise. Ici en 1975.

Brigitte Bardot a voulu sauver une chèvre sur le tournage de Colinot Trousse-chemise. Ici en 1975.

Sur le tournage de Colinot Trousse-chemise, elle annonce qu’elle arrête définitivement sa carrière. Habituée à faire les gros titres avec ses initiales, la presse se demande ce que va désormais faire l’icône nationale. Elle répond que la vie, la vraie vie, l’attend enfin. En réalité, le combat qu’elle a commencé dès 1962 et qu’elle poursuit encore aujourd’hui, lutter contre les traitements barbares infligés par les humains aux animaux, devient la raison essentielle de son existence.

Il est merveilleux que la beauté et la grâce soient en même temps la bonté. Certains problèmes sont perçus plus tôt par des esprits plus rapides ou des cœur plus profonds.                                                                                                                      
Marguerite Yourcenar, Lettre à Brigitte Bardot

Brigitte Bardot visite le refuge de la SPA à Gennevilliers en 1986.

Brigitte Bardot visite le refuge de la SPA à Gennevilliers en 1986.

BB donne tout, au sens propre. Elle vide ses greniers, ses tiroirs et ses caves pour rassembler la somme nécessaire à la création de la fondation qui portera son nom.

J’étais à la fois fière et terrorisée par toute cette administration qui n’était qu’un pâle début de ce que je subis aujourd’hui. J’appris à mes dépens qu’on n’a rien sans rien, malgré son cœur, son envie, sa sincérité, sa générosité.                                                                                                                
Brigitte Bardot, Le Carré de Pluton

Le siège de la Fondation Brigitte Bardot, rue Vineuse, dans le seizième arrondissement de Paris.
Le siège de la Fondation Brigitte Bardot, rue Vineuse, dans le seizième arrondissement de Paris.

De trop se battre, on s’épuise. De bonne foi, BB ne s’attendait pas à ce qui l’attendait. Les noms d’oiseaux seraient pour elle. Affligée et blessée, fatiguée de la traque, elle se retire à la Madrague loin des hommes, proche des bêtes, sans manquer une occasion de prendre leur défense.

Tous ces gens qui s’engagent, ces combattants, engagent totalement leur vie. On est dans des parcours de saints. […] On se sacrifie pour quelque chose de plus grand que soi, pour la vie, pour le vivant. […] D’où la question : Est-on ce qu’on fait ou est-on ce qu’on dit ? Dans le cas de Brigitte Bardot, je choisis la carte : On est ce qu’on fait.                                                                                                                       
Valérie Dumeige, éditrice

Battante, obsédée, BB dérape dans ses propos une fois, deux fois, encore une énième. Et la Méditerranée, mer d’huile où elle s’est tant baignée, est maintenant souillée des déchets des bateaux qui polluent Saint-Tropez.

Acculée, Bardot jette de l’huile sur le feu.

La meilleure défense est-elle l’attaque, chère BB ?

Vous pouvez consulter le site de la Fondation Brigitte Bardot ici

Le philosophe et psychanalyste, Maryan Benmansour, actualise son article paru dans Libération en 1996.

Virginie Efira lit Brigitte Bardot.

Une série documentaire de Simonetta Greggio, réalisée par Julie Beressi.

Avec la voix de
Sonia Masson

Archives INA
Véronique Jollivet
Amélie Briand-Lejeune

Prise de son
Hélène Langlois
Christophe Papon
Jérémie Tuile
Alexandre Abergel
Laurent Macchietti

Mixage
Régis Nicolas

Source de l'article France Culture

Partager cet article
Repost0