Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le web en parle;;;;

Allégorie aux mille visages, Marianne s'expose à Saint-Amand-les-eaux

Publié le par Ricard Bruno

Des bustes de Marianne exposés au musée de Saint-Amand-les-Eaux, le 27 février 2019 dans le Nord

Des bustes de Marianne exposés au musée de Saint-Amand-les-Eaux, le 27 février 2019 dans le Nord

Sage en diadème et pudique drapé, survoltée en bonnet phrygien et cocarde, austère, souriante ou fière: à Saint-Amand-les-eaux (Nord), une exposition retrace l'évolution de Marianne, allégorie aux multiples visages d'une République mouvante, reflet des soubresauts de l'histoire.

Depuis sa naissance, au moment de la Révolution, "Marianne s'est régulièrement transformée au gré des changements de régime, des péripéties politiques et évolutions sociétales, mais aussi des créateurs", résume Marianne Grevet, directrice du musée de la Tour abbatiale.

Bustes de plâtre ou de bronze, statuettes, coupures de presse, aquarelles, objets du quotidien: pour concevoir l'exposition "Les Marianne de la République", visible gratuitement jusqu'au 28 avril, la ville a pioché dans les collections de l'Assemblée nationale et du Sénat, du journaliste et collectionneur Pierre Bonte, du spécialiste de la caricature Guillaume Doizy, mais aussi de mairies et bibliothèques de la région.

"L'objectif était de sensibiliser un maximum de personnes à la notion de République, de mêler histoire, art et esthétique", explique Mme Grevet. Une longue frise chronologique "permet justement de replacer ces visages", parfois antagonistes, dans leur contexte.

Des bustes de Marianne exposés au musée de Saint-Amand-les-Eaux, le 27 février 2019 dans le Nord (

Des bustes de Marianne exposés au musée de Saint-Amand-les-Eaux, le 27 février 2019 dans le Nord (

Marianne est au départ rebelle et subversive. En 1792, au lendemain de la Révolution, la Convention décide de représenter la République sous les traits d'une jeune femme triomphante, vêtue à l'antique et coiffée d'un bonnet phrygien, symbole de liberté car porté dans l'empire romain par des esclaves affranchis. Les origines de son prénom, très répandu au XVIIIe siècle, ne sont cependant pas clairement déterminées.

Sur les gravures et premiers bustes qui se toisent en vitrine, de nombreux symboles sont dessinés ou sculptés, comme des chaînes ou jougs brisés, un faisceau de licteur, une cuirasse ou épée guerrière, une ruche représentant le travail, ou encore une cocarde patriote.

- "Caméléon" -

Mise à l'écart par Napoléon Bonaparte, Marianne réapparaît sous le règne de Louis Philippe, notamment dans la presse satirique, et devient le symbole des opposants républicains, héroïne émancipée des barricades, à demi-nue au milieu des combats.

Des bustes de Marianne exposés au musée de Saint-Amand-les-Eaux, le 27 février 2019 dans le Nord

Des bustes de Marianne exposés au musée de Saint-Amand-les-Eaux, le 27 février 2019 dans le Nord

Sous la IIe République en revanche, elle s'affiche aussi, sous l'influence des républicains modérés, sage et conservatrice, débarrassée de son bonnet et le front ceint d'une couronne végétale composée de laurier, de blé, ou encore d'olivier.

A nouveau contestataire sous le second empire, elle triomphe avec la IIIe République. Mais au pouvoir, Adolphe Thiers, craignant des sursauts révolutionnaires, bannit un temps le fameux bonnet, qu'il trouve trop séditieux.

L'image de Marianne est largement diffusée sous forme de bustes, timbres ou pièces de monnaie à travers la France, dans les mairies, bâtiments et lieux publics. Objet de culte dans les milieux populaires, elle exalte le patriotisme en temps de guerre, devient symbole de Résistance sous l'occupation et reste véhémente en mai 68.

Sorcière, vieillarde sénile, monstre de foire: elle est aussi, tout au long de son histoire, férocement grimée dans les caricatures de l'opposition politique, qui dénonce les travers du régime. "Tel un caméléon", l'allégorie "s'adapte à toutes les sensibilités", explique l'historien Guillaume Doizy sur une pancarte.

Des bustes de Marianne exposés au musée de Saint-Amand-les-Eaux, le 27 février 2019 dans le Nord (

Des bustes de Marianne exposés au musée de Saint-Amand-les-Eaux, le 27 février 2019 dans le Nord (

Peu à peu banalisée au XXe siècle, elle inspire les artistes et prend des formes nouvelles. Ainsi se côtoient sur les présentoirs des Mariannes "stars", inspirées de Brigitte Bardot, Laetitia Casta ou Catherine Deneuve et d'autres géométriques ou plus stylisées.

Toujours "ancrée dans l'imaginaire", de plus en plus multiculturelle, "elle reparaît régulièrement avec toute sa ferveur, dans les moments d'unité nationale ou les manifestations, comme on l'a vu récemment chez les +gilets jaunes=", et pourrait même endosser un jour les traits de l'ancienne ministre Simone Veil, comme proposé récemment par le parti Agir, rappelle Marianne Grevet. Car "même inconscients de toutes ces facettes, les Français sont très attachés à Marianne, qui incarne leurs valeurs et leur liberté".

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Deux éleveurs condamnés pour avoir maltraité leurs animaux

Publié le par Ricard Bruno

Deux éleveurs condamnés pour avoir maltraité leurs animaux

Des animaux qui vivent dans un champ jonché de déchets, au milieu de cadavres de chèvres en putréfaction. Le tribunal correctionnel de Foix a jugé, hier, un éleveur de 60 ans et son fils de 21 ans, tous deux installés à Betchat, dans le Couserans. Le père était poursuivi pour sept chefs de prévention, notamment pour «abandon volontaire d'un animal», «détention de cadavre sans déclaration à la personne chargée de son enlèvement» et «privation de nourriture et de soins à un animal» entre septembre 2018 et janvier dernier. Après avoir reçu un signalement, des gendarmes s'étaient rendus sur place.

«Ils ont constaté la présence de nombreux cadavres de chèvres mortes en état de décomposition avancée, ainsi que neuf chevaux, des chèvres non déclarées et trois chiens vivants, mais dans des conditions sanitaires et vétérinaires déplorables», détaille le président du tribunal. Certaines chèvres sont mortes enfermées dans le noir dans une cabane de 3 m². A l'audience, le père et le fils ont reconnu du bout des lèvres avoir négligé leurs animaux et ont évoqué un «empoisonnement» du cheptel. Ils ont toutefois assuré avoir tenté de faire évacuer les cadavres par un équarrisseur, sans y parvenir.

Manque d'argent ou difficultés techniques avec cette entreprise ? Les deux pistes ont été évoquées. L'avocat de la défense, Me Stéphane Fabbri, a souligné la «détresse sociale» de cette famille, qui se «répercutait sur ses animaux». Le père a été condamné à trois mois de prison avec sursis et 250 € d'amende. Le parquet avait requis six mois avec sursis. Le fils écope de 1 000 € d'amende avec sursis et 150 € d'amende. Les deux hommes ont l'interdiction de détenir des animaux pendant trois ans. Leur cheptel est confisqué. La Fondation Brigitte Bardot et la SPA, parties civiles, recevront chacune 800 € de dommages et intérêts. La SPA, qui a recueilli trois chiens, recevra également 1200 € de préjudice matériel.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Japon: une plainte sans précédent pour interdire la chasse aux dauphins

Publié le par Ricard Bruno

Extrait d'images tournées par des activistes montrant la manière dont les dauphins sont tués dans la ville de Taiji. Action for Dolphins

Extrait d'images tournées par des activistes montrant la manière dont les dauphins sont tués dans la ville de Taiji. Action for Dolphins

Deux associations, britanniques et japonaises, militent pour amender la loi nippone, qui dispose que les dauphins sont des poissons, et non des mammifères.

C'est un procès sans précédent qui pourrait mettre fin à une activité centenaire. Le 13 février dernier, l'organisation londonienne Action for Dolphins (AFD) et l'ONG japonaise Life Investigation Agency ont déposé une plainte officielle contre la préfecture de Wakayama et son gouverneur, Yoshinobu Nisaka, pour tenter de mettre un terme à la chasse aux dauphins, pratiquée chaque année au Japon de septembre à avril, notamment dans la ville de Taiji, depuis le XVIIe siècle. Une chasse où les dauphins sont tués dans des conditions particulièrement brutales, ou capturés puis vendus à des parcs aquatiques.

«C'est l'aboutissement de six années de travail, témoigne au Figaro Sarah Lucas, directrice et fondatrice de l'AFD. La base de notre démarche consiste à démontrer que cette pratique est une violation des lois japonaises qui protègent très strictement les mammifères.» Promulguée en 1973, ce texte toujours en vigueur ne protège pas les dauphins - considérés par cette loi comme des poissons, et non comme des mammifères. «Alors que scientifiquement, il n'y a aucun doute là-dessus, poursuit Sarah Lucas. Les dauphins sont bel et bien des mammifères.» Première victoire pour l'AFD: la plainte n'a pas été déboutée par le tribunal de la préfecture de Wakayama et une première audience devrait avoir lieu en avril prochain.

16 000 dauphins chassés en 70 ans

Mise en lumière par le documentaire oscarisé The Cove (2009), cette chasse aux dauphins est régulièrement dénoncée par les différentes associations de défense des animaux: les images de ces hommes nageant dans une eau de mer pourprée de sang avaient à l'époque déclenché une vague d'indignation. Selon l'AFD, ce serait 16.000 dauphins qui aurait ainsi été chassés ces 70 dernières années. «Nous les voyons comme une source de nourriture, avait déclaré en 2017 le maire de Taiji, Kazutaka Sangen, alors interviewé par The Guardian. Quand j'étais petit, la ville venait toujours accueillir les pêcheurs qui rapportaient une baleine parce que nous étions désespérés de pouvoir manger de la viande. Nous sommes reconnaissants envers ces animaux - nous voulons que les occidentaux comprennent ça.»

Le respect de la tradition est souvent l'argument principal brandi par celles et ceux souhaitant défendre la chasse aux dauphins et aux baleines, juste avant celui, plus pragmatique, de la rentabilité. Toujours selon le Guardian, un dauphin peut rapporter 40.000$ lorsqu'il est vendu à un parc aquatique étranger. «Si vous avez déjà vu des images de Taiji, vous savez très bien que ces méthodes n'ont plus rien de traditionnel, assure Sarah Lucas. Les dauphins sont chassés par des hommes à bord de larges bateaux et de gigantesques filets, puis ils sont frappés à coup de barre de fer puis empalés par des pieux en métal. Ce 

n'est pas traditionnel, c'est industriel.» Estimée à hauteur de 500 000$ par l'AFD, cette action légale devrait prendre un an et demi selon Takeshi Takano, l'avocat en charge du dossier - le même Takeshi Takano récemment recruté dans l'équipe en charge de la défense de Carlos Ghosn.

Une démarche soutenue par la Fondation Brigitte Bardot

«Comme avec la corrida, l'argument de la tradition et du mode de vie est toujours la première ligne de défense que l'on rencontre, analyse Elodie Gérôme Delgado, adjointe au directeur du pôle Protection Animale de la Fondation Brigitte Bardot, responsable de la Faune Sauvage à l'international. Mais de la même manière que l'on protège la culture et la tradition dans le respect des Droits de l'Hommes, il faudrait que nous fassions de même vis-à-vis du respect des animaux. Après tout, nous ne sommes plus au temps de Rome où l'on regarde des gladiateurs s'entretuer. Alors pourquoi continuer de traiter des animaux avec tant de brutalité?» Si elle n'est pas directement engagée dans le processus légal, la Fondation Brigitte Bardot a accordé une de ses bourses à l'AFD pour les aider dans leur projet - la fondation créée en 1986 par la célèbre actrice et activiste soutient ainsi plus de 80 projets à travers 70 pays.

Si le combat est loin d'être gagné pour l'AFD et leurs partenaires nippons, Sarah Lucas se montre enthousiaste et pense que les états d'esprits ont évolué au Japon, et plus globalement en Asie. «Il faut que nous soyons réalistes, conclut-elle. Ce genre de démarche coûte énormément d'argent et nous demande beaucoup de travail. Même si nous avons un dossier en béton, la défense promet d'être tenace. Mais au moins, nous faisons réfléchir les gens. Et même si nous modifions la loi, ce sont les mentalités des individus qui doivent changer.»

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Brigitte Fossey et Brigitte Bardot, sous le soleil de Cannes

Publié le par Ricard Bruno

« Un jour, une photo », la nouvelle web-série de Paris Match en partenariat avec Harmonie Mutuelle. Un moment de complicité pour les deux Brigitte, qui profitent du beau temps de la Côte d’Azur. 

Elles ne sont pas loin du palais des festivals. L’ambiance est gourmande, toutes les deux sont absorbées par leurs glaces. Entre deux cuillérées de vanille et de chantilly, les actrices Brigitte Fossey et Brigitte Bardot trouvent le temps de parler de cinéma. Ce 6 mai 1955, Brigitte Fossey et Brigitte Bardot sont à la terrasse du glacier de la Croisette au Festival de Cannes. Les vedettes du cinéma invitées à monter les marches se mêlent à la foule.

 

Dans ces années 50, le star-système impose d’autres règles. Elles font comme tout le monde, et flânent dans Cannes entre deux projections.

Brigitte Fossey a 8 ans et demi. Elle est la benjamine du festival. Brigitte Bardot, elle, veille du haut de ses 20 ans sur sa petite sœur de cinéma. Brigitte Fossey qui a déjà tourné dans « Jeux interdits », le film de René Clément, a une incroyable assurance. Les deux photographes, Jack Garofalo et Michou Simon, en témoignent, la différence d’âge entre elles deux ne les a pas empêchées d’être complices.

Source de l'article : Cliquez ici

Partager cet article
Repost0

Une tortue géante que l'on pensait éteinte découverte aux Galapagos

Publié le par Ricard Bruno

Une tortue géante que l'on pensait éteinte découverte aux Galapagos

Un spécimen vivant d'une tortue géante que l'on pensait éteinte depuis plus d'un siècle a été découvert dans l'archipel équatorien des Galapagos, a annoncé mardi le ministre de l'Environnement, Marcelo Mata.

Une femelle adulte appartenant à l'espèce Chelonoidis Phantasticus a été trouvée sur l'île de Fernandina pendant une expédition organisée par le Parc national des Galapagos et l'organisation environnementale américaine Galapagos Conservancy, a tweeté le ministre sans plus de précisions.

La tortue géante Chelonoidis Phantasticus est endémique de Fernandina, une île inhabitée des Galapagos, archipel volcanique du Pacifique célèbre pour sa faune et sa flore uniques au monde. Cette espèce était toutefois considérée comme éteinte, à l'instar de la Chelonoidis spp de l'île Santa Fe et de la Chelonoidis abigdoni de l'île Pinta.

En 2015, l'Equateur avait annoncé la découverte d'une nouvelle espèce de tortue aux Galapagos, baptisée Chelonoidis donfaustoi en l'honneur de Fausto Llerena, qui fut le soigneur du célèbre "George le solitaire". Ce dernier, ultime spécimen de Chelonoidis abigdoni, était mort en captivité en 2012 à un âge estimé à 90 ans après avoir refusé de s'assurer une descendance en s'accouplant avec des femelles d'espèces apparentées.

Les Galapagos sont situées à plus de 1.000 km au large du continent sud-américain et sont classées au Patrimoine mondial de l'Unesco. C'est après avoir visité ces îles dans sa jeunesse que le naturaliste britannique Charles Darwin conçut sa théorie de l'évolution au XIXe siècle.

Quinze espèces de tortues géantes ont été recensées dans l'archipel, y compris celles considérées comme éteintes. Les scientifiques considèrent qu'elles sont arrivées sur place il y a trois ou quatre millions d'années et qu'elles ont été dispersées par les courants marins, créant des espèces différentes adaptées aux habitats des différentes îles.

Les tortues des Galapagos doivent leur longévité exceptionnelle à une capacité génétique permettant de réparer l'ADN, selon les scientifiques.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Découverte d’une nouvelle espèce de mygale en Angola : elle a une corne

Publié le par Ricard Bruno

Deux chercheurs du National Geographic Okavango Wilderness Project ont mis au jour une nouvelle espèce d’araignée dans le centre de l’Angola. Elle a la particularité d'être dotée d'une corne.

Découverte d’une nouvelle espèce de mygale en Angola : elle a une corne

C’est un drôle de spécimen qui vient de faire son entrée dans les registres scientifiques des aranéides. Des chercheurs de l’ONG National Geographic Society, missionnés dans le Delta de l’Okavango (Angola), ont mis au jour une nouvelle espèce de mygale, qui a la particularité d’avoir une «corne» de quelques centimètres sur le dos. Découverte entre 2015 et 2016, dans le centre de l’Angola, elle fait partie de la famille des Theraphosidae. A l’origine de la découverte, John Midgley et Ian Engelbrecht ont baptisé l’araignée Ceratogyrus attonitifer. Leur trouvaille a fait l’objet d’un article scientifique dans la revue scientifique «African Invertebrates», daté du 6 février dernier.

On y apprend qu’ils ont trouvé la mygale dans le miombo, un genre de savane boisée massivement répandu dans la Vallée du grand rift. «Tous les spécimens ont été collectés dans des terriers ouverts sur l’extérieur. […] Ils mesuraient environ 40 centimètres de profondeur et étaient presque verticaux. […] Tout objet inséré dans le terrier était attaqué avec enthousiasme», écrivent les scientifiques. Bien connu des Luchazi, un peuple bantou qui évolue au nord-est de l’Angola, l’animal était surnommé «Chandachuly» dans leur langue. Il a été rapporté aux chercheurs que la mygale ne s’attaquait principalement qu’aux insectes. Il faut tout de même s’en méfier puisque sa piqure peut être mortelle si elle s’infecte. Le venin quant à lui n’est pas considéré comme dangereux.

Vues et habitat de l'Ceratogyrus attonitifer.

Vues et habitat de l'Ceratogyrus attonitifer.

Une corne pour quoi faire ?

Ce n’est pas la dangerosité mais l’anatomie de l’araignée qui a interloqué les scientifiques. «La nouvelle espèce de Ceratogyrusdécrite iciest remarquable. Aucune autre araignée au monde ne possède une protubérance fovéale similaire», affirment-ils. La fonction de cette protubérance fovéale ou «corne» est pour l’heure inconnue. Elle mesure près d’un tiers du corps de l’araignée.

On n’en sait que très peu sur la biodiversité angolaise. Les précédents recensements se limitent au quart occidental du pays. Les chercheurs déplorent le manque de documentation sur les espèces évoluant dans le centre et l'est de l'Angola. «L'exploration de la biodiversité en Angola offre encore de nombreuses découvertes scientifiques potentielles, en particulier dans les provinces de l'est», avancent-ils.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Roquebrune-Cap-Martin un nouveau souffle pour Joséphine Baker

Publié le par Ricard Bruno

Roquebrune-Cap-Martin  un nouveau souffle pour Joséphine Baker

Parmi les nombreuses personnalités qui ont vécu à Roquebrune-Cap-Martin, l’extravagante Josephine Baker. A la fin des années 70, la star du Music-hall débarque à Roquebrune-Cap-Martin avec ses 12 enfants et va tout faire pour se relancer.

Alors qu’elle est ruinée, et qu’elle vient d’être expulsée, Joséphine Baker doit trouver en urgence un refuge pour elle et ses 12 enfants. Le monde du spectacle est sous le choc.

Brigitte bardot lance alors un appel qui retentit jusqu'au palais princier de Monaco la princesse Grace décide alors d'aider sa compatriote en lui trouvant cette maison à Roquebrune-Cap-Martin. Joséphine Baker et sa tribu arc en ciel aménage face à la principauté.

A la Maryvonne, elle s’occupe de ses enfants.
Le 12 avril 1975 Josephine baker meurt lors d'une tournée à Paris. Elle repose dans le cimetière de Monaco.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Je te ronronne un baiser triste l’émouvant hommage de Brigitte Bardot à Karl Lagerfeld et à Choupette

Publié le par Ricard Bruno

Ce n'est pas la première fois que Brigitte Bardot écrit quelques mots à l’animal

Ce n'est pas la première fois que Brigitte Bardot écrit quelques mots à l’animal

Karl Lagerfeld, le directeur artistique de Chanel, est décédé ce mardi à l'âge de 85 ans à Neuilly-sur-Seine. Brigitte Bardot a souhaité lui rendre hommage, à lui, mais aussi à sa célèbre chatte Choupette.

Grand habitué de Saint-Tropez, Karl Lagerled s'y rendait presque tous les ans. Lors de ses nombreux passage, le styliste a pu fréquenter à de nombreuses reprises la plus célèbre des actrices tropézienne: Brigitte Bardot.

Émue par la disparition du directeur artistique ce mardi, Brigitte Bardot a souhaité lui rendre hommage sur Twitter, ainsi qu'à sa célèbre chatte: "Ma Choupette, je te ronronne un baiser triste. Tu perds un papa qui avait le talent de l élégance."

UNE RELATION POURTANT PAS TOUJOURS AU BEAU FIXE

Ce n'est pas la première fois que Brigitte Bardot écrit quelques mots à l’animal. 

En 2015 elle avait, déjà, décidé d’adresser ce courrier: "Ma tendre Choupette, je compte sur toi pour ronronner à l’oreille de Papa Karl le désespoir que tous tes petits frères à fourrure ressentent lorsqu’il fait la promo de leurs dépouilles" 

En effet, le couturier phare de la maison Chanel avait alors annoncé la tenue d’un défilé "haute-fourrure". "Si tu lui miaules ton chagrin, il le comprendra et donnera l’exemple tant attendu. Il ne peut rien te refuser! Je te câline ma reconnaissance." 

Au grand dam de la reine de la Madrague, le défiler aura quand même bien lien le 8 juillet 2015...

Source de l'article : Cliquez ICI
Partager cet article
Repost0

Exclusif Et Bardot créa le mythe le 08 mars à Marseille

Publié le par Ricard Bruno

Pour la journée de la femme le 08 mars prochain, aura lieu au château de la Buzine à Marseille une conférence débat sur le mythe Bardot avec comme invité Bernad d'Ormale (époux de Brigitte Bardot), Bruno Ricard (Collectionneur), Jacques Héripret (Photographe et écrivain) ainsi que la talentueuse auteure Emmanuelle Guilcher pour son livre "Simone et Brigitte"...

Bruno Ricard 

Exclusif Et Bardot créa le mythe le 08 mars à Marseille
Partager cet article
Repost0