Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le web en parle;;;;

Massacre à la ferme pédagogique des animaux frappés à mort

Publié le par Ricard Bruno

Une ferme pédagogique de l'Aube a subi un terrible massacre dans la nuit de dimanche à lundi.

Photo d'illustration domaine public

Photo d'illustration domaine public

Un véritable massacre. L'un des employés d'une ferme pédagogique de Méry-sur-Seine (Aube) a découvert lundi matin une véritable scène d'horreur. Sur la vingtaine d'animaux que compte l'établissement, seulement six étaient encore en vie, les autres ayant été frappés à mort, rapporte L'Est-Éclair.

"Les animaux ont été massacrés à coups d'objets ou de pierres", explique au Parisien la directrice de la ferme, Nathalie Kabbani.

Au moins une brebis, un lapin argenté de Champagne, plusieurs volailles dont des canards ont été tués. Deux poules, une brebis et une truie traumatisée ont survécu.

Massacre à la ferme pédagogique des animaux frappés à mort

Le ou les malfaiteurs ont aussi tenté de s'en prendre au centre équestre à proximité, qui accueille 45 animaux. Ils ont libéré des poneys, dont 13 ont été retrouvés en-dehors de leur enclos, mais heureusement n'ont pas été blessés.

Des canettes de bière ont notamment été découvertes sur les lieux.

Une cagnotte de soutien

La gendarmerie a ouvert une enquête. La Fondation 30 millions d'amis et la Fondation Brigitte Bardot se sont portées parties civiles.

Une cagnotte en ligne a été lancée en soutien à la ferme pédagogique, qui appelle également aux dons de matériel ou d'animaux de race. Plus de 900 personnes avaient déjà participé ce mardi. Les visites de groupe prévues cette semaine sont annulées.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot et le bikini de France 2 le 30 07 2019

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article
Repost0

Le taureau Ferdinand n'est pas une exception

Publié le par Ricard Bruno

Mardi 23 juillet, vers 7h30, un taureau s’est évadé de l’abattoir de Meaux. Notre système en avait décidé autrement, Ferdinand devait mourrir.

Quelques heures après son évasion, Ferdinand a été tué vers 14h dans des bois de Crégy-lès-Meaux, près du canal de l’Ourcq, alors même que la Fondation Brigitte Bardot avait alerté la Préfète de Seine et Marne qu’une place attendait Ferdinand dans ses refuges.

Cet acte de résistance animale, qui a mobilisé pompiers et force de l’ordre comme s’il s’agissait d’un dangereux fugitif, est loin d’être un cas isolé. La véritable exception est la présence d’une quinzaine de militant-es antispécistes au moment des faits. Les militant-es de Paris Animal Save ont été les premiers témoins extérieurs de l’évasion du taureau qu’ils ont appelé Ferdinand. 

Paris Animal Save fait partie de l’organisation The Save Movement « qui témoigne des derniers instants des animaux envoyés à l’abattoir ». Ce rassemblement comme tous les autres était déclaré en Préfecture. Présent-es sans sonorisation aux entrées des abattoirs, les militant-es échangent avec les chauffeurs qui transportent les animaux à l’abattoir, donnent à boire aux animaux, essayent de les rassurer et filment ce que notre société fait subir aux animaux. L’évasion de Ferdinand a donc pu être documentée (photos et vidéos).

Le plus incroyable est la version officielle racontée par les pompiers aux médias : Ferdinand aurait été « effrayé » par les quinze militant-es de Paris Animal Save ! 

Rappelons que Ferdinand a vécu une perte de repère angoissante du au transport jusqu’à l’abattoir. Lors du déchargement, il a sans doute perçu les bruits métalliques assourdissants et les fortes odeurs omniprésents dans les abattoirs. Comme tous les animaux qui en pénètrent les murs, Ferdinand a senti la mort et a voulu s’échapper de cette enfer. Ferdinand lui, a eu une opportunité et peut-être avait-il un peu plus de courage et de force que d’autres comme l’avait écrit la sociologue Marcela Iacub à propos de la vache résistante Marguerite : « Oui, Marguerite n’est pas une exception ou un accident : elle a la même envie de vivre que n’importe quelle vache. Certes, elle est plus courageuse, plus nerveuse, plus audacieuse, plus acariâtre, plus folle aussi. (…) Car combien d’entre nous sont prêts à se dire que tant qu’à faire, il vaut mieux se sauver, refuser, résister ? »

Ce que Pythagore puis Porphyre ont appelé le « meurtre alimentaire » est aujourd’hui une machine implacable qui tente de cacher ce qu’il y a derrière notre morceau de steak : un individu en souffrance qui se bat pour survivre.

Quelques soient nos tentatives notamment technologiques pour la contrer, la résistance animale demeurera aussi longtemps que nous asservirons les animaux. Les images tournées par l’association L214 dans une vingtaines d’abattoirs français en témoignent. À chaque fois, on voit des animaux qui ne se laissent pas faire : des agneaux qui refusent d’avancer dans les couloirs de l’abattoir de Mauléon Licharre, des vaches qui gémissent en évitant le matador au Boischaut, des employés qui utilisent des aiguillons électriques pour faire avancer des cochons à Houdan, des chevaux qui refusent de rentrer dans le box de l’abattoir d’Alès, les truites qui se débattent...

A l’image de la tigresse Mevy qui s’est évadée de son cirque le 24 novembre 2017 à Paris, Ferdinand a déjoué tous les plans savamment pensés par les humains pour profiter au maximum de leur exploitation. Comme elle, Ferdinand est mort libre ! Désormais, il nous appartient de ne pas oublier Ferdinand et tous les autres. Transmettre les histoires des animaux qui résistent à leur oppression est un levier puissant pour fragiliser l’institutionnalisation de l’exploitation animale.

 

Le taureau Ferdinand n'est pas une exception
Le taureau Ferdinand n'est pas une exception
Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot dénonce la fête du chien de Barjols hymne aux chasses les plus arriérées et cruelles

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot a écrit une lettre à Emmanuel Macron.

Brigitte Bardot a écrit une lettre à Emmanuel Macron.

La Tropézienne s'est fendue d'une lettre écrite ce mardi adressée au maire de Barjols, Benjamin Demirdjian.

Elle dénonce le programme de la fête du chien organisée le 4 août à Barjols "avec le soutien de la ville et du département", qui selon elle est un "hymne aux chasses les plus arriérées et cruelles".

Et de poursuivre: "Démonstration de chasse à courre, de la pratique de la glu, initiation au tir à l’arc, entraînement au tir, etc. Toutes ces activités barbares sont proposées en entrée libre pour les moins de 12 ans… Barjols a bien d’autres arguments à proposer que faire étalage de ces pratiques scandaleuses qui ne séduisent plus qu’une poignée de barjots!" Les Barjolais apprécieront...

Contacté, le maire dit ne pas comprendre cet "acharnement", qui a démarré sur la page Facebook de la ville: "C'est notre 27e édition. Pourquoi s'en prendre à nous alors que s'est tenue le week-end dernier la 50e fête du chien à La Verdière et celle d'Ollières il y a quelques semaines. Ici, c'est une belle fête de la chasse et de la pêche. Qu'elle s'attaque aux corridas, ça on peut le comprendre".

Source de l'article : Cliquez ICI

Brigitte Bardot Nouveautés dans mes collections

Publié le par Ricard Bruno

Affichette du film en Cas de malheur
Affichette du film en Cas de malheur
Affichette du film en Cas de malheur
Affichette du film en Cas de malheur
Affichette du film en Cas de malheur
Affichette du film en Cas de malheur
Affichette du film en Cas de malheur
Affichette du film en Cas de malheur

Affichette du film en Cas de malheur

10 Cp couleur et deux CP n et B dédicacées par Brigitte Bardot
10 Cp couleur et deux CP n et B dédicacées par Brigitte Bardot
10 Cp couleur et deux CP n et B dédicacées par Brigitte Bardot
10 Cp couleur et deux CP n et B dédicacées par Brigitte Bardot
10 Cp couleur et deux CP n et B dédicacées par Brigitte Bardot
10 Cp couleur et deux CP n et B dédicacées par Brigitte Bardot
10 Cp couleur et deux CP n et B dédicacées par Brigitte Bardot
10 Cp couleur et deux CP n et B dédicacées par Brigitte Bardot
10 Cp couleur et deux CP n et B dédicacées par Brigitte Bardot
10 Cp couleur et deux CP n et B dédicacées par Brigitte Bardot
10 Cp couleur et deux CP n et B dédicacées par Brigitte Bardot
10 Cp couleur et deux CP n et B dédicacées par Brigitte Bardot

10 Cp couleur et deux CP n et B dédicacées par Brigitte Bardot

Partions musicales
Partions musicales
Partions musicales
Partions musicales
Partions musicales
Partions musicales
Partions musicales

Partions musicales

Livres, livrets et revues...
Livres, livrets et revues...
Livres, livrets et revues...
Livres, livrets et revues...
Livres, livrets et revues...
Livres, livrets et revues...
Livres, livrets et revues...
Livres, livrets et revues...
Livres, livrets et revues...
Livres, livrets et revues...
Livres, livrets et revues...
Livres, livrets et revues...
Livres, livrets et revues...
Livres, livrets et revues...
Livres, livrets et revues...
Livres, livrets et revues...
Livres, livrets et revues...

Livres, livrets et revues...

Partager cet article
Repost0

Le préfet de La Réunion présente son plan de lutte contre l’errance et la maltraitance animale

Publié le par Ricard Bruno

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA PREFECTURE DE LA REUNION - Lutte contre l’errance et la maltraitance animale : le préfet rencontre les associations de protection animale
Patrick Garcia et Laurent-Xavier Delmotte de la DAAF Réunion et Marie-Amélie Vauthier-Bardinet, directrice de cabinet du préfet

Patrick Garcia et Laurent-Xavier Delmotte de la DAAF Réunion et Marie-Amélie Vauthier-Bardinet, directrice de cabinet du préfet

La condition animale est une préoccupation constante des pouvoirs publics dans le département. Cet engagement est l’expression d’une volonté affirmée d’intervenir pour diminuer le nombre de chiens errants et pour renforcer la lutte contre la maltraitance animale par la mobilisation de moyens conséquents. 

Ainsi, le préfet de La Réunion a rencontré les associations de protection animale le 23 juillet 2019 pour effectuer un point de situation des actions, tant engagées que planifiées, de lutte contre l’errance animale et la maltraitance animale. Le préfet a proposé aux représentants des associations de lui transmettre, via les services de DAAF, les propositions d’action qu’elles jugent prioritaires. 

1. La lutte contre l’errance animale 

L’État a décidé d’intervenir début 2017 en mettant en place un plan de lutte triennal (2017-2019) contre l’errance des carnivores domestiques, en appui de l’action des cinq structures intercommunales réunionnaises responsables de la gestion du service des fourrières. 

Ce plan de lutte est reconduit et renforcé dans le cadre du contrat de convergence et de transition (2019-2022), sur la base de 6 actions majeures :

  • Une étude pour asseoir et évaluer le plan d’actions, financée à hauteur de 100 000 euros en 2018, a permis d’évaluer la population de chiens errants à hauteur de 73 000, et de collecter des données afin de mieux comprendre le phénomène d’errance et ainsi ajuster les actions publiques. Une seconde étude, sera financée (66 000 euros) et menée à l’horizon 2022 pour réévaluer le nombre d’animaux errants.
  • Le renforcement des campagnes de stérilisation est une des actions majeures du plan de lutte grâce à un financement initial sur 3 ans de près de 600 000 € pour augmenter de 50% le nombre d’animaux stérilisés entre 2017 et 2019. Cette action majeure est ainsi reconduite à hauteur de 200 000 euros/an pour 4 ans dans le cadre du contrat de convergence et de transition.
  • L’amélioration des moyens de capture notamment pour les animaux difficiles à capturer ainsi que les animaux dangereux. Un budget de 15 000 euros sera consacré à cette action.
  • En matière d’infrastructures (refuges et fourrières), l’État investira, dans le cadre du contrat de convergence et de transition, 900 000 € dans cet objectif sur 4 ans. Ce budget se traduira en participation financière en crédits d’aide à l’investissement, aux études et à la construction, l’agrandissement ou la réhabilitation de bâtiments gérés par les établissements publics de coopération intercommunale, qu’il s’agisse de fourrières ou de refuges animaliers.
  • Le renforcement de la sécurité des personnes et des biens susceptibles d’attaques par des animaux errant fait l’objet d’une attention particulière. Dans ce contexte, des réflexions sont en cours pour permettre de comprendre les attaques de personnes ou de cheptels et de définir l’adaptation des moyens au regard de cette priorité.
  • Une campagne d’information a été lancée en 2018 afin de sensibiliser le grand public. Cet objectif de communication est reconduit pour 4 ans dans le cadre du contrat de convergence et de transition pour un montant total de 55 0000 euros par an.
2. Le renforcement de la lutte contre la maltraitance animale


De manière complémentaire aux dispositions prises en matière d’errance, une politique de lutte contre la maltraitance animale des animaux domestiques est en cours d’étude par les services de l’État. Le monde associatif de la protection animale va y être associé. L’objectif est de renforcer la réponse aux constats d’existence de mauvais traitements sur des animaux, notamment chez des particuliers, d’abandon volontaire ou d’actes pouvant s’y rattacher. 

Structurer la lutte en :

  • désignant un service de l’État comme référent unique de cette lutte,
  • organisant les partenariats avec les autorités administratives, judiciaires, territoriales et les associations de protection animale,
  • structurant la remontée et l’analyse des signalements.

Les principales actions de ce plan consisterons en :

  • collecter et analyser les cas de maltraitance signalés au service,
  • appuyer, à leur demande, les forces de l’ordre lorsqu’elles sont saisies directement d’un cas de maltraitance,
  • mettre en œuvre les enquêtes et les suites requises tant administratives que pénales avec la collaboration des partenaires.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Le préfet de La Réunion présente son plan de lutte contre l’errance et la maltraitance animale

Publié le par Ricard Bruno

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA PREFECTURE DE LA REUNION - Lutte contre l’errance et la maltraitance animale : le préfet rencontre les associations de protection animale
Patrick Garcia et Laurent-Xavier Delmotte de la DAAF Réunion et Marie-Amélie Vauthier-Bardinet, directrice de cabinet du préfet

Patrick Garcia et Laurent-Xavier Delmotte de la DAAF Réunion et Marie-Amélie Vauthier-Bardinet, directrice de cabinet du préfet

La condition animale est une préoccupation constante des pouvoirs publics dans le département. Cet engagement est l’expression d’une volonté affirmée d’intervenir pour diminuer le nombre de chiens errants et pour renforcer la lutte contre la maltraitance animale par la mobilisation de moyens conséquents. 

Ainsi, le préfet de La Réunion a rencontré les associations de protection animale le 23 juillet 2019 pour effectuer un point de situation des actions, tant engagées que planifiées, de lutte contre l’errance animale et la maltraitance animale. Le préfet a proposé aux représentants des associations de lui transmettre, via les services de DAAF, les propositions d’action qu’elles jugent prioritaires. 

1. La lutte contre l’errance animale 

L’État a décidé d’intervenir début 2017 en mettant en place un plan de lutte triennal (2017-2019) contre l’errance des carnivores domestiques, en appui de l’action des cinq structures intercommunales réunionnaises responsables de la gestion du service des fourrières. 

Ce plan de lutte est reconduit et renforcé dans le cadre du contrat de convergence et de transition (2019-2022), sur la base de 6 actions majeures :

  • Une étude pour asseoir et évaluer le plan d’actions, financée à hauteur de 100 000 euros en 2018, a permis d’évaluer la population de chiens errants à hauteur de 73 000, et de collecter des données afin de mieux comprendre le phénomène d’errance et ainsi ajuster les actions publiques. Une seconde étude, sera financée (66 000 euros) et menée à l’horizon 2022 pour réévaluer le nombre d’animaux errants.
  • Le renforcement des campagnes de stérilisation est une des actions majeures du plan de lutte grâce à un financement initial sur 3 ans de près de 600 000 € pour augmenter de 50% le nombre d’animaux stérilisés entre 2017 et 2019. Cette action majeure est ainsi reconduite à hauteur de 200 000 euros/an pour 4 ans dans le cadre du contrat de convergence et de transition.
  • L’amélioration des moyens de capture notamment pour les animaux difficiles à capturer ainsi que les animaux dangereux. Un budget de 15 000 euros sera consacré à cette action.
  • En matière d’infrastructures (refuges et fourrières), l’État investira, dans le cadre du contrat de convergence et de transition, 900 000 € dans cet objectif sur 4 ans. Ce budget se traduira en participation financière en crédits d’aide à l’investissement, aux études et à la construction, l’agrandissement ou la réhabilitation de bâtiments gérés par les établissements publics de coopération intercommunale, qu’il s’agisse de fourrières ou de refuges animaliers.
  • Le renforcement de la sécurité des personnes et des biens susceptibles d’attaques par des animaux errant fait l’objet d’une attention particulière. Dans ce contexte, des réflexions sont en cours pour permettre de comprendre les attaques de personnes ou de cheptels et de définir l’adaptation des moyens au regard de cette priorité.
  • Une campagne d’information a été lancée en 2018 afin de sensibiliser le grand public. Cet objectif de communication est reconduit pour 4 ans dans le cadre du contrat de convergence et de transition pour un montant total de 55 0000 euros par an.
2. Le renforcement de la lutte contre la maltraitance animale


De manière complémentaire aux dispositions prises en matière d’errance, une politique de lutte contre la maltraitance animale des animaux domestiques est en cours d’étude par les services de l’État. Le monde associatif de la protection animale va y être associé. L’objectif est de renforcer la réponse aux constats d’existence de mauvais traitements sur des animaux, notamment chez des particuliers, d’abandon volontaire ou d’actes pouvant s’y rattacher. 

Structurer la lutte en :

  • désignant un service de l’État comme référent unique de cette lutte,
  • organisant les partenariats avec les autorités administratives, judiciaires, territoriales et les associations de protection animale,
  • structurant la remontée et l’analyse des signalements.

Les principales actions de ce plan consisterons en :

  • collecter et analyser les cas de maltraitance signalés au service,
  • appuyer, à leur demande, les forces de l’ordre lorsqu’elles sont saisies directement d’un cas de maltraitance,
  • mettre en œuvre les enquêtes et les suites requises tant administratives que pénales avec la collaboration des partenaires.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot des nouveautés dans mes collections

Publié le par Ricard Bruno

Affiche Elena di troia 70cm x 100cm (Italie)

Affiche Elena di troia 70cm x 100cm (Italie)

Affiche le fils de Caroline chérie 120cm x 160cm (Entoilée)

Affiche le fils de Caroline chérie 120cm x 160cm (Entoilée)

Affiche Vie Privée 120cm x 160cm

Affiche Vie Privée 120cm x 160cm

Affichette plastifiée film les Femmes 29,7cm x 23,7cm

Affichette plastifiée film les Femmes 29,7cm x 23,7cm

Affichette The bride is much too beautiful 25,7cm x 20,3cm (Royaume uni)

Affichette The bride is much too beautiful 25,7cm x 20,3cm (Royaume uni)

Synopsis du film Mademoiselle pigalle 23,5cm x 31cm

Synopsis du film Mademoiselle pigalle 23,5cm x 31cm

Synopsis film Babette gar i krig (Dannemark)

Synopsis film Babette gar i krig (Dannemark)

Synopsis film Histoires extraordinaires 24,5cm x 33,5cm

Synopsis film Histoires extraordinaires 24,5cm x 33,5cm

Synopsis film Viva Maria (8 pages)

Synopsis film Viva Maria (8 pages)

Synopsis film Les grandes manœuvres (Croatie)

Synopsis film Les grandes manœuvres (Croatie)

Synopsis Si Versailles m'était conté 6 pages 5 visuels

Synopsis Si Versailles m'était conté 6 pages 5 visuels

Synopsisi film Rendez-vous à Rio recto et verso 24cm x 31cm

Synopsisi film Rendez-vous à Rio recto et verso 24cm x 31cm

Synpsis film Haine amour et trahison

Synpsis film Haine amour et trahison

Partager cet article
Repost0

Cette manifestation d'un directeur de cirque s'est retournée contre lui

Publié le par Ricard Bruno

Ce samedi 27 juillet, quelques dizaines de défenseurs de la cause animale se sont retrouvés devant la boulangerie "Vegan Folie's", ciblée par des propriétaires de cirques.

Ce samedi 27 juillet, quelques dizaines de défenseurs de la cause animale se sont retrouvés devant la boulangerie "Vegan Folie's", ciblée par des propriétaires de cirques.

CAUSE ANIMALE - C’est l’histoire d’une lutte faite d’intimidations et de coups bas. Depuis des mois, l’association Paris Animaux Zoopolis (PAZ), réclame au gouvernement une loi interdisant l’utilisation des animaux dans les cirques. 

En réponse, sa présidente Amandine Sanvisens reçoit régulièrement des menaces, des pressions. Et parfois pire. En juin, elle avait par exemple fait écouter à Konbini les messages laissés sur son répondeur. “Tu vas te retrouver handicapée toute ta vie”, lui lançait notamment un homme, directeur de cirque, contre qui elle a porté plainte. 

Ces derniers jours, cette opposition a pris un tour nouveau. Comme le rapportait Le Parisien, des défenseurs de la cause animale ont manifesté devant le site d’implantation temporaire du “Cirque franco-belge”, à Choisy-le-Roy, dans le Val-de-Marne. En effet, si le chapiteau avait obtenu le droit de s’installer là, la direction du parc avaient exigé en retour qu’il n’y ait pas d’animaux. Ce qui n’a pas été tenu, déclenchant la mobilisation des animalistes. En réponse, outré par le rassemblement des défenseurs des animaux, le patron du cirque, un certain Serge Muller, avait décidé d’organiser une manifestation pour défendre son activité. Elle se tenait ce samedi 27 juillet à Paris, place de la Contrescarpe, dans le Ve arrondissement.

Cette manifestation d'un directeur de cirque s'est retournée contre lui

Un lieu tout sauf choisi au hasard, puisqu’il se trouve à proximité de la pâtisserie Vegan Folie’s, où travaille justement... Amandine Sanvisens, la présidente de Paris Animaux Zoopolis. 

Pour les militants animalistes, il était donc clair que les circassiens cherchaient, comme depuis de longs mois, à intimider la jeune femme et à la viser directement par leur mobilisation. Ils ont donc décidé de se regrouper à la mi-journée, à l’heure prévue pour la manifestation des pro-cirques, pour montrer leur soutien à la dirigeante de PAZ. 

“Je vous demande de venir pour montrer notre soutien et pour montrer qu’on nous intimidera pas, en venant prendre un petit café à Vegan Folie’s”, était-il écrit sur un événement Facebook baptisé “Défendons Vegan Folie’s”. La description du rassemblement précisait d’ailleurs qu’il ne s’agissait aucunement d’une manifestation, mais simplement d’une mobilisation de soutien, et qu’il fallait venir sans matériel militant, tel que des pancartes, des banderoles ou des mégaphones.

Cette manifestation d'un directeur de cirque s'est retournée contre lui
Cette manifestation d'un directeur de cirque s'est retournée contre lui

Face au slogan “Stop vegan, oui aux cirques avec animaux” qui s’affichait sur la banderole des cinq à dix militants pro-cirques, plusieurs dizaines de personnes sont donc venues à la pâtisserie pour montrer qu’ils refusent de céder aux menaces. 

Comme l’a noté un journaliste présent sur place, quelques policiers étaient également présents, pour éviter que des débordements n’aient lieu entre les deux camps. 

Brigitte Gothière, la porte-parole de l’association L214 faisait partie des militants de la cause animale présents devant la pâtisserie Vegan Folie’s. “On commence à voir qu’en face, ils commencent à réagir de façon extrêmement violente, alors que nous on est là de manière pacifiste”, a-t-elle expliqué à un autre défenseur des animaux, rappelant que des menaces de mort avaient été prononcées contre Amandine Sanvisens. “C’est hors de question de se laisser intimider.” 

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0