Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

nouveaute

Pamela Anderson ouvre un restaurant vegan en France...

Publié le par Ricard Bruno

L'ancienne icône de la série "Alerte à Malibu", reconvertie en avocate pour la défense des animaux, joint la parole aux actes en officialisant un projet de restaurant, à Ramatuelle (Var), qui ne proposera aucun ingrédient d'origine animale à la carte.

Pamela Anderson ouvre un restaurant vegan en France...

Pamela Anderson donnera le coup d'envoi du premier service de son restaurant vegan "La table du marché by Pamela", le 4 juillet prochain. Le projet est à vocation éphémère et officiera durant cinquante jours. L'actrice américaine a fait appel au chef Christophe Leroy pour la carte vegan de cette nouvelle adresse installée aux "Moulins de Ramatuelle", à quelques encablures de Saint-Tropez, lieu de résidence de son modèle, Brigitte Bardot.

Parmi les plats à découvrir : un tartare de tomates aux baies de Goji, les traditionnels petits farcis provençaux, un risotto aux asperges ou encore  un burger vegan. Compter 80 euros en moyenne à la carte. 

La Table du marché by Pamela sera ouverte tous les soirs à compter de 18h. La réservation est disponible via le site de La Fourchette.

La Table du Marché by Pamela
Les Moulins de Ramatuelle, Route des plages 83350 Ramatuelle

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Législatives en Hauts-de-Seine, 9e circonscription : Bruno Ricard, Brigitte le rend Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Bonjour

Je découvre à l'instant même cette interview que j'ai donné, il y a cependant quelques petites erreurs qui se sont glissées je pense dû à la retranscription de mes déclarations lors de mon interview...

Précisions :

Je ne suis pas ancien journaliste mais "correspondant de presse" il y a une petite différence.

Pour ce qui es des bobines de films (plus de 280) c'est un lot exceptionnel, dont beaucoup d'inédit sur Brigitte qui englobe pour la plupart de ces bobines des "rushs" pour certains qui dure plus de 30 minutes en 35MM sonore, il y a vraiment de petites merveilles...il faut que ces bobines soient nettoyées, puis mis en format numérique, j'y travaille actuellement avec un grand spécialiste dans ce domaine, mais c'est long...

Pour ce qui est de la voiture devant chez moi (mdr) je n'ai jamais reçu Pamela Anderson à la maison, je l'ai rencontré à plusieurs reprises mais jamais chez moi.


Pour ma campagne aux législatives, j'ai tracté sur les marchés de Boulogne Billancourt...Je n'ai jamais dit que Marie Laure-Gaudin ne vivait que de la politique mais qu'elle se donnait à fond dans ses fonctions de maire adjoint à la ville de Boulogne Billancourt auprès du maire Mr Pierre Christophe-Baguet...


Très belle journée

Bruno Ricard

Législatives en Hauts-de-Seine, 9e circonscription : Bruno Ricard, Brigitte le rend Bardot

De l’alcool, il n’a pas que le nom. Bruno Ricard, candidat aux législatives à Boulogne-Billancourt, dans la 9ème circonscription des Hauts-de-Seine, est membre de la famille Ricard, deuxième groupe mondial dans la vente des vins, spiritueux et alcools en tout genres. Il vit dans la commune, dans un petit pavillon intégré au musée Paul Belmondo et se présente sous l’étiquette Alliance Écologiste Indépendante. Pieds nus, bermuda kaki et chemise au col ouvert, il est loin de ressembler aux hommes politiques habitués aux médias dans leurs costards impeccables. Bruno Ricard a l’air d’un ancien explorateur, le visage curieux de ceux qui aiment voyager. Ancien journaliste, il se dédie maintenant à son cheval de bataille, la cause animale « qui n’est pas du tout représentée. Il n’y a aucun politique qui en parle ».

Bruno Ricard a une autre passion : Brigitte Bardot, qui est aussi une amie très proche. Dès l’entrée de la maison, le ton est donné : « BB » s’affiche sur tous les murs, dans tous les formats, noir et blanc, couleur, en dessin ou en photo. Contre les escaliers qui mènent à l’étage, trois immenses piles de vieux films dans leurs boitiers : des heures de vidéos de Brigitte Bardot, interviews en tout genres et films inédits. Un butin à 10 000 euros. Idem dans le salon, tout aussi encombré de pièces de collections inestimables à ses yeux. « En tout, j’ai environ 300 000 pièces de collections qui s’entassent dans toute la maison », dont une à même le corps : un tatouage du visage de BB sur son bras gauche.

Animal politique

Dans la pièce principale à la gloire de Brigitte Bardot, Bruno Ricard allume une cigarette et parle de son engagement. « Je travaille avec la fondation Brigitte Bardot depuis des années. Je gère aussi un blog relayant des actualités sur la cause animale. J’ai deux pages Facebook, dessus je parle des animaux mais des politiques aussi. Je les dézingue quand ils merdent. Je m’en fous, je l’ouvre ».

Les ennemis, Bruno Ricard s’en fiche : il a assez d’amis précieux sur lesquels compter. « J’ai un carnet d’adresses que beaucoup m’envient ». Brigitte Bardot bien sûr, mais aussi Paul Watson, le fondateur de Greenpeace, les membres de l’association L214 qui dénoncent la maltraitance animale dans des vidéos chocs, et des personnalités du monde musical et cinématographique. Invité au quatre coins du monde, il est interviewé par les plus grands magazines. « Un jour, une voiture se gare devant chez moi. Je vois des grandes jambes en sortir, et là : Pamela Anderson », affirme-t-il.

Sur le canapé, sa chienne s’est endormie et ronfle fort. « Je l’ai récupérée en Espagne, elle était malade et allait être euthanasiée ». Quand on aborde la politique, Bruno Ricard devient virulent :  « La première fois que je me suis présenté à Boulogne, je n’ai fait aucune affiche, je n’ai compté que sur mon nom. Les gens me connaissent, savent qui je suis. Et ils savent que ce que je dis, je le fais. Les politiques, ils te claquent le bécot, mais derrière s’ils peuvent t’enfoncer, ils le feront, ils en ont rien à secouer de ta gueule ».

Pour sa campagne, il ne tracte pas mais prévoit de le faire à la dernière minute. Il n’a pas d’assistants, ni de communicants. « Je suis pas comme Pierre-Christophe Baguet,(ndlr : le maire de Boulogne) pas comme Thierry Solère (ndlr : le député LR sortant). Eux, ce sont des communicants ». Quant au conflit qui oppose Thierry Solère à Marie-Laure Godin, candidate (LR) dissidente soutenue par le maire, il n’en pense rien, si ce n’est que « Marie-Laure Godin est quelqu’un de très bien ». « J’ai beaucoup d’estime pour elle. Elle vit uniquement de la politique, elle n’a jamais voulu faire autre chose ».

S’il est élu député de sa circonscription, Bruno Ricard voudrait faire passer une loi amplifiant les peines contre les bourreaux d’animaux ou encore interdire la tauromachie en France. Pour lui, toutes les propositions sont bonnes. « Je suis ouvert à tout, moi. Sauf à la connerie humaine ».

Asmaa Boussaha

Source de l'article : Cliquez ICI

Le Blog de François Bagnaud à repris cette information : Cliquez ICI

Législatives en Hauts-de-Seine, 9e circonscription : Bruno Ricard, Brigitte le rend Bardot
Législatives en Hauts-de-Seine, 9e circonscription : Bruno Ricard, Brigitte le rend Bardot
Législatives en Hauts-de-Seine, 9e circonscription : Bruno Ricard, Brigitte le rend Bardot
Législatives en Hauts-de-Seine, 9e circonscription : Bruno Ricard, Brigitte le rend Bardot
Législatives en Hauts-de-Seine, 9e circonscription : Bruno Ricard, Brigitte le rend Bardot
Législatives en Hauts-de-Seine, 9e circonscription : Bruno Ricard, Brigitte le rend Bardot
Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot : Nouveauté

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot : Nouveauté

33t and god created woman par Paul Misraki  éditeur Intercord sortie le 16 06 2017

En vente à la FNAC au prix de 18,95euros...transport gratuit

Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Poème écrit par Patricia FOURNIER - DHERVILLEZ

Publié le par Ricard Bruno

Poème écrit dernièrement par  Patricia FOURNIER - DHERVILLEZ concernant les
animaux qui sont abandonnés suite au décès de leur maître. Je trouve que
l'on ne parle pas assez de ce sujet.

Poème écrit par Patricia FOURNIER - DHERVILLEZ
Partager cet article
Repost0

Roger Vadim, prince déchu d’une époque bohème...

Publié le par Ricard Bruno

Clément Ghys retrace le parcours désinvolte et romanesque du cinéaste qui, tel un démiurge, fit naître le phénomène Bardot.

BB et Vadim sur le tournage du «Repos du guerrier» (1962)...

BB et Vadim sur le tournage du «Repos du guerrier» (1962)...

«Certains noms font sourire, écrit Clément Ghys. Ils paraissent décatis, enkystés dans une époque.» Que dit celui de Vadim aux plus jeunes de nos lecteurs ? Rien, sans doute. Et aux plus anciens ? On parierait qu’il fleure bon la douceur de vivre pré-68, starlettes et stations de ski, petits scandales et Ferrari. Ou, comme l’écrit l’auteur, ancien journaliste à Libération désormais à M le magazine du Monde, «la France des loisirs, catégorie supérieure».

Mais pourquoi diable est-ce sur cet homme-là que Clément Ghys a jeté son dévolu d’écrivain, ce Vadim dont il avoue avoir vu, en guise de premiers films, les publicités pour Slim Fast qu’il tourna avec sa dernière épouse, Marie-Christine Barrault ? Ce réalisateur dont il juge le cinéma «suranné, curieux, sans moelle» ? C’est que Vadim, remisé aux oubliettes des gazettes, reste un totem de son époque, le danseur d’un bal où l’auteur aurait aimé se rendre. Ce dernier a beau avoir le nez sur le contemporain, traquant «les signaux qui clignotent et disent quelque chose de notre temps», il ne peut oublier ceux d’hier. «Quand une nouveauté en chasse une autre, je n’arrive pas à oublier les rebuts, explique-t-il. J’y vois la légèreté et la beauté fossilisée.» De fait, malgré le destin romanesque en diable de Vadim, le livre vaut plus pour les obsessions de son auteur que de son personnage, cette manière de traquer une modernité depuis longtemps révolue, celle «des meubles en Formica, de l’argot daté», de se demander pourquoi et d’y répondre de manière calmement touchante.

Remariage. Mais Vadim, donc. Toute l’enfance est intéressante, car inconnue. Son père est diplomate, aristocrate né à Kiev et naturalisé français. Sa mère, née à Marseille, est divorcée lorsqu’elle le rencontre. Roger Vadim Plemiannikov (il se débarrassera de l’encombrant nom de famille en entrant en cinéma) naît à Paris en janvier 1928. Il grandit à Alexandrie, puis en Turquie, et a 9 ans lorsqu’une crise cardiaque terrasse son père, catapultant la famille «des "Mille et Une Nuits" à Emile Zola». C’est le retour en France, l’installation en Savoie, l’ouverture d’une auberge de jeunesse, le remariage de sa mère avec un résistant de quinze ans son cadet.

A la fin de la guerre, tout ce petit monde s’installe à Paris, où Vadim suit les cours de théâtre de Charles Dullin et traîne à Saint-Germain-des-Prés. Il est un «J3», du nom des tickets de rationnement de la guerre réservés aux jeunes. Et comme les autres, il ne songe qu’à s’amuser. Ce qui suit est la partie la plus entraînante du livre, une chronique de l’ascension du héros : l’amitié avec Christian Marquand, personnage totalement oublié dont quelques descriptions, notamment de son intimité avec Marlon Brando, donnent envie d’y aller voir de plus près ; le compagnonnage avec Marc Allégret, qui lui mettra le pied à l’étrier dans le milieu ; la fréquentation mondaine du salon des frères Mille, rue de Varenne. Et le plus important : l’amour naissant entre ce rejeton de la bohème pailletée et une jeune fille «comme il faut» du XVIe arrondissement nommée Brigitte Bardot. Rencontre, mariage, train-train très domestique rue Chardon-Lagache.

Léthargie. On se pince, mais c’est pourtant dans ce petit appartement bourgeois qu’éclora le phénomène Bardot, guidé par Vadim : «Quand elle tire la tronche, il lui assure qu’elle n’est jamais aussi belle qu’ainsi… Quand elle dit un gros mot, il l’encourage.» Suivra Et Dieu… créa la femme, film dont on peine à voir pourquoi il fit jadis tant de tintouin, et que Clément Ghys trouve «un peu long, l’histoire ne tient pas vraiment. Il n’y a pas de ces sous-couches qui font d’un film un sommet». Mais il lui reconnaît ceci, que Vadim a filmé «une jeune fille de son époque, comme elle est parfois, comme elle rêve d’être tout le temps».

En juillet 1957, dans les Cahiers du cinéma, Jean-Luc Godard écrira : «Inutile de féliciter Vadim d’être en avance, car il se trouve seulement que si tous les autres sont en retard, lui, en revanche, est à l’heure juste.» Bientôt, Vadim ne le sera plus vraiment, puis plus du tout. Il y aura les années Fonda («l’ère du vinyle, du plastique, du Plexiglas»), puis l’avènement conjugué du féminisme et du porno, qui achèvent de le ringardiser, et l’installation dans une agréable léthargie. Ce n’est pas une raison pour «oublier les fantômes», juge l’auteur. Il a raison. L’histoire peut être écrite pour les perdants magnifiques.

Source : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

La statue olé-olé de Brigitte Bardot crée le scandale à Saint-Tropez

Publié le par Ricard Bruno

1) Les puritains ont une réaction totalement ridicule. BB était et est superbe, alors pourquoi ne pas la représenter dans la beauté de sa nudité ? L'art est au-dessus de la pudibonderie. La Vénus de Praxitèle était bien nue. (écrits d'un commentaire en réponse à l'article sur Orange.fr)

2) il y aura toujours des "pisse froid" pour se scandaliser, si la principale intéressée est d'accord je ne vois pas ou est le problème, elle a été en son temps la plus belle actrice française.

3) Bravo , une reconnaissance pour BB. St- Tropez est devenue ce qu'elle est grâce à BB et le cinéma français a su profiter de ses rôles .

Bruno Ricard

La statue olé-olé de Brigitte Bardot crée le scandale à Saint-Tropez

Brigitte Bardot trônera bientôt à Saint-Tropez, sa ville d'adoption. Une statue de bronze représentant l'actrice dans le plus simple appareil y sera installée d'ici la fin de l'été, détaille La Parisien ce mardi.

Et c'est le dessinateur érotique Milo Manara qui a été choisi pour représenter la star époque "Et Dieu créa la femme" de Roger Vadim. Si la majorité municipale soutient le projet de l'illustrateur italien, ce n'est pas le cas de tous les élus, rapportait le quotidien Var Matin en avril dernier. Pour l'opposante Vérane Guérin, la représentation de Brigitte Bardot dans une conque, référence à la Vénus de Botticelli est ainsi d'un "kitsch absolu" tandis que d'autres vont jusqu'à dénoncer "un scandale". Et que pense la principale intéressée de sa future statue d'un montant de 250 000 euros ? BB fait savoir par la voix de son mari qu'elle est "d'accord même si elle n'aspire qu'à rien d'autre que défendre la cause animale".

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot et Roger Vadim ce soir à 22h40 sur France2 émission "Stupéfiant"...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot et Roger Vadim ce soir à 22h40 sur France2 émission "Stupéfiant"...

Au sommaire : *Les robots vont-ils remplacer les artistes ?* L'intelligence artificielle semble pouvoir envahir le marché de l'art et l'industrie culturelle. *Vadim : l'homme qui créa B.B.* Roger Vadim qui a révélé Brigitte Bardot dans «Et Dieu créa la femme» il y a 60 ans, était aussi un roi du marketing. *L'interview : Marion Cotillard* Héroïne du nouveau film d'Arnaud Desplechin, Marion Cotillard sera la star de la soirée d'ouverture du festival de Cannes. *«La Brigade du Stup» : Carlo Scarpa* le designer italien est notamment l'architecte des splendides magasins Olivetti de la place Saint-Marc, à Venise. *Château La Coste : l'art sans modération* Le Château la Coste est aujourd’hui un lieu incontournable des amateurs d'art. *Capsule-temps : Les Beatles* Retour sur une archive mythique : en 1968, Paul, John, Ringo et George débarquent en Inde.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Paparazzi : le court-métrage de Rozier à Cannes Classics...

Publié le par Ricard Bruno

Il existe aussi en marge du film le Mépris et du documentaire Paparazzi, quelques minutes totalement inédites d'images tournées à Capri, ce petit passage inédit sur Brigitte Bardot est inclus dans un autre documentaire "Tentazioni proibite" dont je suis de part le monde un des rares à le posséder....

Bruno Ricard

Paparazzi : le court-métrage de Rozier à Cannes Classics...
Paparazzi : le court-métrage de Rozier à Cannes Classics...

Réalisateur : Jacques Rozier

Voix : Michel Piccoli, Jean Lescot, David Tonelli

Le Festival de Cannes va projeter ce court métrage sur l’intrusion de photographes peu scrupuleux lors du tournage à Capri du Mépris de Godard, avec Brigitte Bardot.

L'argument : En mai 1963, Brigitte Bardot tournait en Italie "Le Mépris", sous la direction de Jean-Luc Godard, d’après le roman d’Alberto Moravia. Parallèlement au "Mépris", un autre film fut tourné, qui raconte la guerre froide que se livraient à Capri, Brigitte Bardot et trois Paparazzi.

Notre avis : Federico Fellini avait immortalisé ce corps de métier dans La Dolce vita. Jacques Rozier, figure emblématique de la Nouvelle Vague (Adieu Philippine), enfonce le clou en piégeant les piégeurs sur le tournage du condisciple Godard, celui d’À bout de souffle et de Pierrot le Fou, alors à l’apogée de son inspiration créatrice. Icône médiatique et sociétale, Brigitte Bardot qui avait quelques années auparavant fauché à Martine Carol sa couronne de sex-symbol du cinéma français, et par ailleurs actrice inspirée (La Vérité de Clouzot), est ici filmée comme la déesse de Capri, faisant la moue entre deux prises de vue, et dont le corps livré à la meute des photographes, officiels ou clandestins, est l’objet de toutes les convoitises et transactions.

 

Paparazzi : le court-métrage de Rozier à Cannes Classics...

Un montage au vitriol révèle que la star la plus photographiée du monde dans les années 60 n’en demeure pas moins une femme piégée et manipulée. Plus que par sa leçon de morale dénonçant les limites de procédés de journalisme dignes de comportements de charognards, le court-métrage séduit par son ton sixties, son humour décalé, son découpage subtil, et son aptitude à saisir l’air du temps. Il suscite surtout l’envie de (re)découvrir la liberté de filmer du futur auteur de Du côté d’Orouët et Maine Océan. Notons que Cannes Classics propose une restauration de ce court-métrage l’année où est projeté en sélection officielle Le Redoutable de Michel Hazanavicius, d’après le roman d’Anne Wiazemsky, et qui relate les années Mao de Godard…

Source de l'article : Cliquez ICI

Il existe aussi en marge du film le Mépris et du documentaire Paparazzi, quelques minutes totalement inédites d'images tournées à Capri, ce petit passage inédit sur Brigitte Bardot est inclus dans un autre documentaire "Tentazioni proibite" dont je suis de part le monde un des rares à le posséder....

 

Bruno Ricard

Partager cet article
Repost0

Le directeur zoologique de Marineland dénonce "une bombe" après l'interdiction de reproduction en captivité des orques et dauphins

Publié le par Ricard Bruno

Décision historique ! à moyen terme, la fermeture définitive de ces mouroirs !

Le combat continue !

Bruno Ricard

Le directeur zoologique de Marineland dénonce "une bombe" après l'interdiction de reproduction en captivité des orques et dauphins

Alors qu'un arrêté publié ce samedi a interdit la reproduction des orques et dauphins en captivité, Jon Kershaw, le directeur animalier de Marineland, a réagi.

Bientôt, il n'y aura plus d'orques ou de dauphins dans les parcs aquatiques français. Cet arrêté, paru ce samedi au Journal officiel, reste incompréhensible aux yeux de Jon Kershaw, le directeur animalier de Marineland à Antibes. 

>> LIRE AUSSI. La captivité des dauphins et des orques va être interdite à terme en France

"On est complètement abasourdis. Ce matin, quand j'ai découvert le Journal officiel, j'ai dû m'asseoir. Je ne comprends pas... Comment peut-on arriver à dire des bêtises pareilles, quand on a passé dix-huit mois à élaborer cet arrêté avec un groupe d'experts, avec un groupe d'activistes concernés? (...)

Cet arrêté était soi-disant fait pour le bonheur des animaux. Et on nous dit d'arrêter la reproduction des animaux? Je ne comprends pas. Comment je maintiens un groupe stable en séparant les mâles et les femelles? Quelqu'un veut qu'on disparaisse, c'est clair. On lance une bombe pareille, puis on ferme la porte et on part.

On a fait beaucoup d'efforts, on est prêts à en faire d'autres financièrement. Mais là, ça nous met en colère."

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>